Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La réalité sociale de l’Europe ?

La réalité sociale de l’Europe ?

Il nous arrive parfois de nous demander quelles réflexions la Commission européenne mène afin d’améliorer le sort des habitants des vingt-cinq pays de l’Union.

J’en vois déjà qui lèvent les yeux au ciel en disant : "Oh, à part de nouvelles règlementations ou restrictions..."

Eh bien non, (échec du référendum en France ou Pays Bas ?), il arrive à la Commission de réfléchir à des enjeux majeurs comme les enjeux sociaux.

La Commission a lancé une consultation ouverte à tous les citoyens sur les réalités sociales en Europe. Elle recueille ainsi des avis sur les tendances sociales actuelles et sur le "bien-être" aujourd’hui et les facteurs qui y contribuent, d’après les Européens. Cette phase d’écoute doit précéder toute éventuelle option politique ultérieure concernant le rôle des institutions européennes dans ce domaine.

Un rapport/ questionnaire a d’ailleurs été rédigé en ce sens :

DOCUMENT CONSULTATIF DU BUREAU DES CONSEILLERS DE POLITIQUE EUROPÉENNE LA RÉALITÉ SOCIALE DE L’EUROPE
par Roger Liddle et Frédéric Lerais - Avec l’assistance de Tassos Belessiotis, Marcel Canoy, Maria da Graca Carvalho, Jonas Condomines, Vitor Gaspar, Agnès Hubert, Anna Melich et Peter Smith .

Clause de non-responsabilité : L’analyse contenue dans le présent rapport est celle des auteurs et ne reflète pas nécessairement l’avis de la Commission européenne.

Bien que je ne doute pas que vous lirez l’intégralité des 67 pages (sources comprises), je vous en propose néanmoins quelques "temps forts".

Extraits :

Tendances : La mutation actuelle des sociétés européennes

Tous les États membres constituent des sociétés relativement ouvertes, façonnées par les forces du capitalisme moderne à l’oeuvre au plan international et par les courants culturels mondiaux.

Son engagement social (L’Union européenne) en faveur des droits des travailleurs, du dialogue social, de l’égalité entre les hommes et les femmes et son action contre toutes les formes de discrimination, couplé au rôle prépondérant qu’elle a joué en matière d’environnement et de protection des consommateurs sont à la fois la cause et la conséquence de la transformation sociale en Europe...

Il serait inexact d’affirmer que les sociétés européennes actuelles ont été essentiellement modelées par la mondialisation. La réalité sociale de l’Europe est plus complexe. Il est vrai que, pour nos sociétés, le changement a été rapide au cours de la génération passée, mais c’est un mythe de croire qu’il existe un « modèle social européen » immuable qui serait maintenant soumis au « choc de la mondialisation » ...

Pour l’essentiel, le changement social répond toutefois à une dynamique interne. La trajectoire rapide de l’Europe vers une économie postindustrielle de la connaissance et des services transforme la nature du travail et des divisions entre classes sociales ainsi que les conditions d’accès aux opportunités économiques, l’ampleur de la mobilité sociale et l’incidence de la pauvreté et des inégalités...

Il a été démontré que l’État providence se caractérise par des dynamiques complexes qui lui sont propres, dont nos sociétés ne s’imprègnent que lentement et qu’il est difficile de modifier. Les Européens ne peuvent dès lors rendre la mondialisation responsable des difficultés que connaissent aujourd’hui nos sociétés...

L’augmentation des nouveaux types d’emploi qualifié s’accompagne d’une forte progression des emplois dans les services - cafés, hôtels, magasins, supermarchés et stations-service -, ainsi que des emplois d’utilité publique comme les brancardiers et les agents de la santé. Les femmes sont fortement représentées dans ce secteur de services non qualifiés ainsi que dans les emplois de bureau routiniers et dans plus d’un quart des emplois à temps partiel. Bien que la satisfaction au travail soit généralement élevée parmi les femmes employées à temps partiel (nombre d’entre elles appréciant particulièrement le contact social qu’apporte le travail et la possibilité d’un meilleur équilibre entre activité professionnelle et vie privée)...

Le citoyen-consommateur

Dans un couple, la naissance d’un enfant résulte en général d’un choix délibéré. L’Europe est entrée dans l’ère de l’« enfant précieux », ce qui entraîne des problèmes concernant notamment la sécurité des enfants et les violences sexuelles. La richesse se traduit par l’apparition d’une large gamme de jouets pour enfants, de jeux et d’activités éducatives. Cette abondance fait des privations relatives liées à la pauvreté touchant les enfants un réel problème social, même lorsque les besoins matériels de base en matière d’alimentation, de logement, de vêtements et de chaussures ont été satisfaits. Parallèlement, de nouveaux problèmes comme l’obésité infantile et l’hyperactivité avec déficit d’attention ont émergé...

Les gens sont-ils satisfaits de leur travail ?

Les « bons » emplois industriels, souvent dans de grandes entreprises et protégés par des syndicats, disparaissent et ont tendance à être remplacés par des emplois de service de type « McDonald’s », perçus comme n’ayant à offrir qu’un statut subalterne ou peu de perspectives. Il y a lieu de modifier ces perceptions en démontrant que l’acceptation de ce type d’emplois situés au bas de l’échelle du marché du travail peut constituer une première étape sur la voie de la progression sociale ...

Les enquêtes montrent en effet que les personnes plus instruites, percevant un salaire plus élevé, sont davantage motivées par le travail de manière intrinsèque, alors que les motifs instrumentaux tendent à être plus importants chez les plus jeunes, qui sont en train de construire une carrière et un foyer ...

Accès aux possibilités éducatives

De nombreuses villes sont maintenant confrontées au défi de la diversité ethnique et linguistique. Dans le même temps, certains États membres doivent assumer l’impact de l’« exode des populations blanches » dont les Pays-Bas parlent ouvertement comme d’un problème majeur ...

La pauvreté et son impact sur l’accès aux possibilités d’avancement social

Paradoxalement, étant donné le défi que le présent document vient de décrire en matière de viabilité, dans toute l’Union européenne, les ménages avec enfants se trouvent généralement dans une moins bonne situation que ceux qui n’en ont pas ..

Si la pauvreté est un épisode court, elle est moins grave que si elle est durable.

Le taux de pauvreté des enfants dans les familles nombreuses est également plus élevé lorsque les mères s’occupent à temps plein de leur famille et que l’homme soutien de famille perçoit un bas salaire...

Les enfants pauvres, plus que les autres, souffrent de privations, sont désavantagés, en mauvaise santé et ont de mauvais résultats scolaires. Ils courront plus de risques de se retrouver au chômage, d’occuper des emplois à bas salaire, de vivre dans des logements sociaux, d’avoir des démêlés avec la police et d’être confrontés à des problèmes d’alcoolisme et de toxicomanie en tant que jeunes adultes. De plus, dans la plupart des pays, ils sont susceptibles de transmettre leur manque de débouchés à leurs propres enfants...

Troisièmement, certains spécialistes en sciences sociales pensent, en se basant, par exemple, sur des comparaisons entre différents États des États-Unis présentant des niveaux variables d’inégalité, que plus une société est inégale, plus le stress psychosocial sera grand en raison d’une insécurité personnelle accrue et de la perte de l’estime de soi que les gens ressentent lorsqu’ils ne réussissent pas à conserver leur position sociale. Dans les sociétés plus inégales, les problèmes suivants seront donc exacerbés : instabilité des relations, par rapport aux chances d’avancement social des enfants ; risque de toxicomanie et de maladies mentales ; prédisposition à tomber dans la délinquance ; prédominance des maladies liées à la richesse comme l’alcoolisme et l’obésité...

Migration, diversité ethnique et intégration

L’immigration a de fortes justifications économiques, mais dans la présente étude, il convient d’en souligner les avantages sociaux. La diversité a enrichi culturellement l’Europe. Il suffit de penser à nos habitudes culinaires, à notre musique et à nos grandes figures sportives, pour s’en apercevoir...

Maintenant à vous de trouver au fil de votre lecture d’autres phrases "défonceuses de portes ouvertes" ou qui demanderaient des explications ... complémentaires. Et, peut-être vous donner l’envie de participer à cette réflexion avant le 31 décembre 2007 !!!

Sources
Toute l’Europe
La commission européenne


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Darkfox 31 mai 2007 09:51

    pour le moment l’Europe et le social ça fait deux... Dernierement en Pologne un grand mouvement de personne fait greve parce qu il ne gagnent pas assez d’argent par rapport au ivea de vie qui a augmenté ( un peu commme par chez nous..), ils vont donc travailler en Allemagne et donc pour sauver les meuble n importe de la main d oeuvre d’Ukraine...donc on se voile beaucoup la face. si le but du jeu c’est de jouer au chaise musicale, alors je dis chapeau. Plutot que d inclure des pays pauvres il faudrait qu on se mettent à niveau avec un salaire a peu pres équivalant et pas avec des facteur 6 ou 7 ! On ne parlent pas de l’écologie, le droit à l’école etc....

    Bref l’europe social c’est pas pour tout de suite


    • tvargentine.com lerma 31 mai 2007 09:52

      Une synthèse entre techno européen à la LAMY ou nous trouvons à boire et à manger pour tout le monde sans géner personne


      • Nicolas Nicolas 31 mai 2007 10:24

        « L’immigration a de fortes justifications économiques, mais dans la présente étude, il convient d’en souligner les avantages sociaux. La diversité a enrichi culturellement l’Europe. Il suffit de penser à nos habitudes culinaires, à notre musique et à nos grandes figures sportives, pour s’en apercevoir... »

        Oui, d’ailleur, tant qu’il n’y aura pas un ou deux millions de japonais immigrés en France, je ne lirai pas kawabata. Quand au thé, sans 15 millions d’Indien et 5 de Britaniques en France, pas moyen de savoir ce que ca peut être. Arf !

        Y’en a vraiment qui prennent les autres pour aussi con qu’eux..

        Par ailleur les « avantages sociaux », ca fait sourir, lorsqu’on sait le cout démentiel de l’immigration (en tous cas chez nous). Le 93 est ainsi le département le PLUS RICHE DE FRANCE. Merci la redistribution !


        • spartacus 2 juin 2007 14:47

          Hauts-de-Seine 62 244 Seine-Saint-Denis 32 350

          voici les chiffres du PIB par département


        • Marsupilami Marsupilami 31 mai 2007 10:39

          Article très intéressant et informatif.

          Il y a quand même un brin d’angélisme en ce qui concerne les problèmes que posent certaines catégories d’immigrés difficilement intégrables, indépendemment des problèmes de pauvreté qui les affectent.

          « L’immigration a de fortes justifications économiques, mais dans la présente étude, il convient d’en souligner les avantages sociaux. La diversité a enrichi culturellement l’Europe. Il suffit de penser à nos habitudes culinaires, à notre musique et à nos grandes figures sportives, pour s’en apercevoir... ». Que c’est mignon... mais alors pourquoi « Dans le même temps, certains États membres doivent assumer l’impact de l’« exode des populations blanches » dont les Pays-Bas parlent ouvertement comme d’un problème majeur.. ». Ces populations auraient-elles mal saisi certains enrichissements culturels tels que la surdélinquance et l’islamisme ?


          • masuyer masuyer 31 mai 2007 18:58

            Marsupilami

            « Il y a quand même un brin d’angélisme en ce qui concerne les problèmes que posent certaines catégories d’immigrés difficilement intégrables, indépendemment des problèmes de pauvreté qui les affectent. » sans vouloir vous offenser, vous êtes une sorte de M. Jourdain je crois que vous avez un discours raciste sans le savoir. Quelles sont donc ces fameuses catégories d’immigrés difficilement intégrable. Y aurait-il des populations (pour faire dans le politiquement correct, mais vous pouvez entendre race) ayant des capacités supérieures d’intégration ? Ne vous emballez pas c’est juste une question.

            Pour information, une affiche d’un parti xénophobe en Pologne affirmait il y a peu que les Roms bien que ne représentant que 0,2% de la population, les statistiques de la police indiquaient que 10,8% des délits étaient commis par des Roms. Le chiffre était peut-être un peu gonflé, mais même s’il ne l’était pas l’afficher comme tel relevait de la manipulation raciste. En Croatie a été menée une étude comparative très précise en milieu carcéral et parmi les familles de détenus d’ethnies différentes. Or ce qui a été montré, c’est que si l’on compare ce qui est comparable (les Roms appartiennent dans leur quasi totalité aux classes défavorisées), leur taux de criminalité n’est pas supérieur.

            Il faut toujours se méfier des chiffres


          • Marsupilami Marsupilami 31 mai 2007 19:04

            @ Mazuyer

            Et allez hop ! Le procès en racisme de la gauche-bobo dès qu’on parle de ce et ceux qui dérangent sans langue de bois. Désolé, je ne rentrerai pas dans ton misérable petit jeu.


          • masuyer masuyer 31 mai 2007 19:28

            A Marsupilami

            et hop le procès en gauche bobo dès qu’on évoque le racisme de certains commentaires.


          • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 31 mai 2007 19:37

            @ Masuyer

            Vous vous trompez de cible, et c’est bien dommage.


          • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 31 mai 2007 19:47

            @ West

            Ne travestissez pas l’histoire, je vous prie. C’est bien vous et vos amis Tall et Rocla qui avez dégoûté les rédactrices et commentatrices féminines sur les forums d’Agoravox, vous qui n’avez cessé de diffamer des rédacteurs de talent ayant des choses à dire, vous qui ne cessez, encore une fois, alors même que nous avons fait une trêve en ignorant vos condamnations sans fondement, de salir les intervenants qui ont pour seul tort de ne pas vous considérer comme l’élément central de l’Agora.


          • masuyer masuyer 1er juin 2007 17:16

            A Cosmic,

            Ravi de vous revoir. Il ne s’agit pas de se tromper de cible. Chacun d’entre nous (moi aussi, je ne pense pas valoir mieux que les autres) à des préjugés (racistes, xénophobes et autres).

            Je prends un exemple tout bête pour vous le montrer. Il n’y a pas longtemps sont passés en procès ces deux jeunes qui avaient tabassé deux institutrices. Je ne regarde quasiment jamais la télé, donc je n’en avais entendu parler qu’à la radio. Soudain, je les vois et une pensée me traverse l’esprit : « tiens c’est pas des arabes ? ». A la radio, j’avais entendu qu’il s’agissait du grand frère d’un jeune élève qui avait été sermonné par l’institutrice. Et comme, que je le veuille ou non, je suis conditionné, l’aspect grand frère (peut-être ajouté aux violences physiques faites à une femme) m’avait fait porter un jugement hâtif, mais aussi un jugement raciste.

            Ce qui me pose problème, c’est de parler de « certaines catégories d’immigrés difficilement intégrables ». Cela signifie de fait qu’il y certaines catégories d’immigrés qui sont plus facilement intégrable, ce qui vous l’avouerez est une forme de supériorité (la capacité à s’intégrer étant plutôt une vertu). De plus lier la surdélinquance à l’immigration m’apparait franchement limite. Voilà tout.


          • perlin 3 juin 2007 07:57

            @ masuyer

            La délinquance provient de la classe sociale (la pauvreté) bien avant l’origine ethnique. Cela me paraît assez clair.

            Le problème c’est que certains flux migratoires qui arrivent en europe ou en France, tombent directement dans la pauvreté (pour des raisons de manque d’éducation notamment). Cela me paraît tout aussi clair.

            Dès lors, comment éviter l’amalgame ?

            Je veux bien être attentif aux questions morales que pose le racisme, mais je ne veux pas me masquer les réalités smiley


          • Eve 3 juin 2007 09:59

            à perlin (IP:xxx.x0.44.55) le 3 juin 2007 à 07H57

            « La délinquance provient de la classe sociale (la pauvreté) bien avant l’origine ethnique. Cela me paraît assez clair. »

            S’il est un fait que la pauvreté devant l’étalage tapageuse de « richesses » sous son nez peut donner envie, n’oubliez pas que la délinquance « en col blanc » est monnaie courante mais présente l’avantage de pouvoir s’offrir un défenseur de haut vol et de pouvoir être reclassé par des potes sans problème même dans les plus hautes sphères de l’état. Combien de condamnations de pourvoyeurs de drogue dans la jet-set ? combien d’arrestations et condamnations de têtes de trafics en tous genres dont les filières d’immigration ?

            Concernant les entreprises faisant venir en toute légalité des étrangers extra-UE payés au rabais (et donc concurrentiels) pour les laisser sur le carreau quand elles n’en ont plus besoin : à quand une loi obligeant les entreprises à déposer garantie bancaire du billet d’avion de retour (même si ça me fend le coeur) autrement que par charters, en fin de bénéfice de leurs droits sociaux au lieu que ce soit aux frais de l’état càd nous ; ça éviterait des passages dans la clandestinité allant de paire avec leur future exploitation au noir (entrepreneurs comme particuliers peu scrupuleux) et leurs gosses malmenés dans des conditions de vie précaire, à peine voire pas scolarisés du tout.

            Vous dites racisme ? Moi je dis racisme + intérêts particuliers + exploitation.


          • ExSam 31 mai 2007 11:04

            J’ai relevé la première phrase du document « d’orientation » sur LA REALITE SOCIALE en UE.

            Il nous dit ce qu’est la réalité sociale en UE pour les zélites de l’UE, zélites qui, donc, nous donne le prêt-à-penser, des fois qu’on pense mal et trop fort.

            Il est généralement admis qu’une plus grande ouverture économique stimule la croissance de l’innovation et de la productivité qui, à son tour, génère les emplois et la prospérité dont dépendent, en définitive, le bien-être et une meilleure qualité de vie.

            Il est généralement constaté que la croissance freine l’innovation et que les gains de productivité desservent l’emploi et la prospérité. C’est notre constat réel et quotidien.

            Exemples : les majors et les médias qui ont cru en volume et en CA énormément depuis vingt ans, promeuvent de moins en moins d’artistes innovants, de musiques nouvelles, de concepts différents. Même tableau pour le livre, même tableau pour les beaux-arts. Dans les secteurs industriels, on constate que les solutions « innovantes » consistent à racheter un concurrent pour mettre son nom sur le produit, ou à changer la forme d’un enjoliveur et proposer une voiture identique, une puce identique, un ordinateur identique, une machine à laver identique.

            C’est la norme, suffit de regarder un catalogue, d’aller chez un marchand pour le voir. L’innovation est refusée, trop chère, trop incertaine. L’innovation est occultée, elle risque de tarir les profits d’aujourd’hui, sur l’essence, sur les matériaux industriels ordinaires, sur les bâtiments sans amiante qu’on savait faire il y a longtemps, sur les cigarettes sans nicotine et non addictives, mais pourtant bonnes au goût, sur la production d’une énergie qui dégage la puissance de mille fois celle du Soleil, mais contrevient à l’argent à se faire avec Iter (voir le site de JP Petit le scientifique)...

            Sur les gains de productivité, tout le monde peut constater que « travailler plus = plus de chômeurs », donc moins de consommation, moins de prestations sociales pour manque de financement, moins bonne qualité de vie.

            En conséquence de quoi, l’UE d’entrée de jeu oriente les opinions des européens, ce qui est anti-scientifique et indéfendable moralement.

            De plus elle parait nous offrir le catalogue des a priori de Barroso et autres politiques façon Chirac, soumis au marché et au service de leur caste, de la upper-class sociale qui se sert de l’UE pour aggraver la crise et nous confiner bientôt dans la misère matérielle et morale d’un véritable esclavage.

            D’une façon assez claire, cela montre bien que l’UE est inamendable.


            • ZEN zen 31 mai 2007 11:33

              « Les « bons » emplois industriels, souvent dans de grandes entreprises et protégés par des syndicats, disparaissent et ont tendance à être remplacés par des emplois de service de type « McDonald’s », perçus comme n’ayant à offrir qu’un statut subalterne ou peu de perspectives. Il y a lieu de modifier ces perceptions en démontrant que l’acceptation de ce type d’emplois situés au bas de l’échelle du marché du travail peut constituer une première étape sur la voie de la progression sociale ... »

              Il faut être naïf ou de mauvaise foi pour écrire cela...Modifier les « perceptions » ou la réalité ? Connaissez-vous une caissière de carrefour devenue directrice des achats ?...Je vous laisse choisir d’autres exemples...


              • ZEN zen 31 mai 2007 11:36

                Comme le suggère Darkfox, à l’échelle de l’Europe, c’est plutôt la précarité généralisée qui tend à s’instaurer. Voir l’exemple de la Pologne :

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17217


              • Darkfox 31 mai 2007 13:51

                Tout a fait l exemple que j ai donné des polonais viens d’Euronews... Mais j ’ai des amis pays de l’Est qui prefèrent migrer vers les pays « plus riches » car le coup de la vie explosent des que leurs pays intégre union Européenne. Sur Varsovie un bon appartement reviens a 150000 Euro alors que le salaire de base est de 350 €... Et on leur raconte les mêmes bêtises que par rapport aux autres capitales c’est pas cher !!!

                Bref il sera plus interessat maintenant de femrer l union europeeen et déjà d integrer les nouveau venus et par la meme occasion de remonter le niveau de ceux ci qui impactera aussi le notre ... et enfin de donner les même conditions de vie a peut pres partout en Europe et pas vers le bas mais vers le haut ...enfin c’est un reve.

                Et les gentils gens de Bruxelles qui sont déconnectés de la réalité devrait faire un tour en bas de leur tour histoire de comprendre le bas peuple ... (ahh vous n avez pas tous un Gucci et un apparte de fonction ??? mais comment faites vous pour vivre ? )


              • perlin 3 juin 2007 08:12

                @ zen

                Il ya effectivement peu de caissières qui deviennent directrice des achats... car il y a beaucoup moins de postes de directrices des achats que de caissières.

                En revanche, avez-vous remarqué que les caissières étaient souvent jeunes ?

                Que deviennent-elles quand elles prennent de l’âge ?

                Non, non elles ne sont pas toutes virées, au chomage ou mère au foyer, il y en a qui font autre chose, tout simplement. Preuve que ce job peut aussi être considéré comme un tremplin.

                On pourrait trouver plein d’autres exemples : avez-vous remarqué que les chauffeurs de car ou de bus changent fréquemment ? (je ne parle pas de la RATP où la rente de situation maintient bien son homme en place), idem pour les serveuses de restaurant...

                Bof, vous allez encore monter sur vos grands chevaux parce que j’ai abimé votre jouet : le dogme smiley


              • Gilles Gilles 3 juin 2007 10:32

                Zen. On peut effectivement passer de caissier(e) à un poste de cadre à carrefour ! Un ami l’a fait !

                Bon, évidement peu y arrivent et en plus il faut montrer des qualités indéniables : travailler beaucoup sans la ramener sur les horaires, appliquer à la lettre les directives parfois anti-sociales à mort, voir illégales, du management, sans oublier qu’au bout du compte que l’on soit cadre ou caissière, on est corvéable et jetable à merci.

                Mon pote s’est fait virer manu-militari le jour ou la direction a appris qu’il avait demandé la garde partagée pour ses deux gosses et du coup ne pouvait plus assurer 24h/24. Motif : prend trop de pauses. Procès avec à la clé € 55,000 d’indemnisation pour lui.

                Merci carrouf pour le blé, mais mon pote a perdu toutes ses illusions sur le travail ; s’être fait chié 10 ans pour grimper avec abnégation et en se comportant à l’occasion mal envers ses subordonnés, pour être giclé et remplacé du jour au lendemain.....


              • Eve 3 juin 2007 10:52

                « Quel est le son d’un applaudissement fait d’une seule main ? »

                Sauf erreur, Mme Dati est passée en très peu de temps de vendeuse à je ne sais pas quoi avant d’entamer des études « sur recommandation » (y a comme un vide dans son cv, contrairement à Mr Sarkozy qui a dû retirer un diplôme fantôme).


              • JPL 4 juin 2007 06:20

                @ perlin

                Vous feriez mieux de vous renseigner soigneusement avant que d’écrire que les caissières sont « souvent jeunes » (faudrait voir ce que souvent veut dire) parce que ce métier est finalement un bon tremplin pour faire une autre carrière ensuite. Allez leur parler de leurs conditions de travail, de leur salaire et de leurs perspectives... Ca vous ramènera sur terre. Enfin, à condition que vos partis pris idéologique ne vous aient pas complètement bouché les oreilles.


              • Bulgroz 31 mai 2007 16:47

                « Il nous arrive parfois de nous demander quelles réflexions la Commission européenne mène afin d’améliorer le sort des habitants des vingt-cinq pays de l’Union. »

                Dit le joli sous titre de cet article.

                Sauf que l’UE est composé de 27 pays.

                Allemagne Autriche Belgique Bulgarie Chypre Danemark Espagne Estonie Finlande France Grèce Hongrie Irlande Italie Lettonie Lituanie Luxembourg Malte Pays-Bas Pologne Portugal République tchèque Roumanie Royaume-Uni Slovaquie Slovénie Suède

                Merci qui ?


                • moebius 1er juin 2007 00:13

                  Vous voulez dire que l’Europe c’est nous ? pas seulement la France ?


                  • perlin 3 juin 2007 08:32

                    @ parkway

                    « effectivement : bénéfices du cac40 en 2006 : 100 milliards d’€ ! »

                    et alors ? qu’en font-ils de ce fric ?

                    ils le consomment en France ? tant mieux pour le Français !

                    ils investissent en Europe ? tant mieux pour les Européens !

                    ils prennent des vacances aux bahamas ? tant mieux pour les bahaméens ! (j’ai un copain bahaméen)

                    et les étrangers aisés qui viennent claquer leur pognon en France, personne ne songent à les dénigrer, pourtant, il y a des milliardaires texans parmi-eux (je n’ai pas de copain milliardaire texan)

                    Il ne faut pas en vouloir à ceux qui gagnent de l’argent, tant qu’ils ne le volent pas et qu’il est bien issu d’un travail (ce qui est quand même la majorité des cas du CAC 40). Cet argent gagné enrichit tout le monde. Le reste n’est que de la jalousie. Et c’est pas beau la jalousie. smiley


                  • renardoux 2 juin 2007 13:58

                    Personnellement je trouve que les institutions de l’Europe (BCE en particulier) ont des objectifs qui ne prennent pas en compte les besoins « sociaux ».

                    Laisser une telle bulle sur l’immobilier se former, il me semble que ça ne rejoint pas l’objectif de stabilité des prix ;

                    si j’avais une webcam, je poserai la question à JC Trichet

                    http://www.dailymotion.com/fr/cluster/news/featured/video/x24qva_banque-centrale-europeenne-vos-ques


                    • perlin 3 juin 2007 08:37

                      @renardoux

                      Ha ouais, c’est une bonne idée ça, freiner l’inflation immobilière.

                      Heu ... il fait comment JC Trichet pour péter la bulle ?

                      d’autant que je viens de m’endetter pour 25 ans avec mon appart, j’ai pas trop envie qu’il déconne le Trichet smiley


                    • michel 67 2 juin 2007 18:25

                      il faut bien croire en quelque chose, quand au tout début on nous monter la tête avec cette fameuse europe, plus de chômage une seule loi pour tous les pays hausse du niveau de vie, et j’en passe et des meilleurs, et aujourd’hui rien de ce qui était promis toujours pour les multis nationales pour la recherche tout fou le camp au states, et on délocalise à tour de bras dans les pays du tiers monde. Un simple ex. avant dans chaque ville il y avait un abattoir, maintenant tout se centralise à paris marseille ou lyon et les pauvres crèvent en cours de route donc viand improbre. Avant le paysant pouvait amener directement son bétail à l’abattoir l’animal n’était pas stressé et donc viande extra. Pour de simples questions nos technocrates mettent parfois des années pour les faire appliquer. En fin du compte l’Europe sert à quelques grands groupes à s’en mettre plein les poches. Quand je pense qu’à l’époque en ex yougoslavie (à nos portes) l’europe n’était pas foutue d’y mettre le hola et faire cesser le carnage. Moi ma crainte et j’espère de tout coeur que cela n’arrivera jamais c’est que cette grande europe va voler en éclats Il y en a tellement qui attendent cela surtout la chine qui nous en veut depuis toujours. Mais enfin restons aveugles et forcons nous à penser que tout va bien qu’il n’y pas de chomage ni rien et que nous sommes les meilleurs. Le réveil n’en sera que plus amer, il nous restera à immigrer aux U.S.A. ou ailleurs si on nous acceptera


                      • moebius 3 juin 2007 21:34

                        Distribution gratuite d’antidépresseurs


                        • chris11 3 juin 2007 23:40

                          @perlin

                          100M € pour le cac40 ok mais il est passé ou ce fric ? Dans les poches des actionnaires et autres bénéficiaires de stock options .Otez moi d’un doute ,un actionnaire ,c’est bien un type qui ne fait que mettre son argent a disposition d’une société sans rien faire d’autre que d’attendre qu’elle lui rende cet argent affecté d’un coeff multiplicateur en cas de revente ou d’un dividende en cas de conservation , non ? c’est tout de meme un peu incoherent que les gens qui prônent le travail comme valeur de référence soient souvent plus attachés à celle de rentier . Or rentier , ce n’est pas un métier , c’est un état !!!!

                          Ce que contestent certains sur ce post c’est l’importance injustifiée qu’a prise la position de rentier par rapport à celle de travailleur (ou salarié , comme vous voulez). Pour schématiser : est ce que la part des revenus du travail que prennent les rentiers est justifiée ?

                          Ma réponse est non bien évidemment et c’est ce débat de fond qu’il faut avoir pour que l’on fixe des regles du jeu qui ne soient pas celles d’un casino .

                          Chris11

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès