Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La Serbie n’est toujours pas le 30ème état européen

La Serbie n’est toujours pas le 30ème état européen

Le vice premier ministre serbe a démissionné. Il était chargé des négociations avec l'UE.Le dernier sommet de Bruxelles a renvoyé au prochain sommet pour la décision sur la candidature serbe.

Bozidar Djelic qui était chargé de négocier le statut de candidat à l'adhésion de la Serbie à l'Union Européenne, a annoncé sa décision de démissionner, après la résolution prise par les 27 dirigeants européens au sommet de Bruxelles, de reporter à mars 2012 toute action concernant son pays.

La Serbie attendra donc encore pour être à terme le 30ème membre de l'UE au même titre que la Croatie qui vient d'être admise dans le concert des nations européennes.

L'UE espoir raisonné de la Serbie

Le vice premier ministre que nous avons rencontré à Paris début décembre, a fait part de tous les espoirs que son pays met dans l'adhésion à l'Union Européenne et cela malgré la crise actuelle.

A Paris, il a rencontré Jean-Pierre Jouyet, Laurent Wauquiez, Pierre Lellouche, Bruno Lemaire.

Les réformes serbes

Pour lui toutes les garanties sont offertes par la Serbie qui a respecté tous ses engagements :

réforme de la justice, avec l'expertise de l'Europe et la spécialisation des tribunaux, coopération régionale, coopération avec le Tribunal Pénal International pour la Yougoslavie TPIY (46 inculpés livrés à La Haye), lutte contre la criminalité organisée( notamment contre le trafic de stupéfiants), lutte contre la corruption( +de 170% c'est le chiffre de l'augmentation des poursuites), contrôle civil des forces armées, protection des droits de propriété, protection des Roms( on est passé de 30% à 90% d'enfants scolarisés en CP), mise en place des conseils consultatifs des minorités,.

La mise en oeuvre du cadre législatif est en bonne voie.

Le souvenir de la crise en ex Yougoslavie

La Serbie est en paix depuis 12 ans.La Commission européenne a reconnu que la Serbie est devenue une démocratie parlementaire.

Le 26 mai dernier Ratko Mladic, le 20 juillet Goran Hadzic ont été arrêtés.

Le président Boris Tadic a visité Srebrenica et Vukovar et le Parlement serbe a pris une résolution ferme sur la question.

La Serbie soutient l'intégrité territoriale de la Bosnie-Herzegovine et les 3 communautés qui gouvernent.

Le Kosovo et l'hypersensibilité serbe

Interrogé sur le Kosovo, point sensible s'il en est, le vice premier ministre nous a indiqué que le dialogue entre Belgrade et Pristina a été entamé, alors que l'indépendance du Kosovo avait été une déclaration unilatérale en 2008, indépendance dénoncée fermement par la Serbie.

Pour lui, c'est vrai que" les Albanais du Kosovo ne veulent pas être gouvernés par Belgrade, mais c'est aussi vrai que les Serbes du Kosovo ne veulent pas être gouvernés par Pristina"( en 2004 100000 Serbes avaient été forcés de fuir le Kosovo).

Le président Boris Tadic à l'ONU en septembre a énoncé la nécessité d'un statut spécial pour le Nord Kosovo où résident beaucoup de serbes, un statut pour les 5 sites majeurs de foi orthodoxe, la garantie de la sécurité aux Serbes vivant au sud du fleuve Ibar, une solution pour le problème des "actifs" de la Serbie détenus par les Kosovars.

Ces derniers doivent accomplir des efforts et des réformes :

la lutte contre la criminalité est indispensable( le trafic d'organes humains a été dénoncé trop tardivement) ; la confiance ne règne pas : l'entreprise Telecom Kosovo ne trouve pas de repreneur ; le programme du FMI a été dénoncé ; l'appel au boycott des produits serbes a été un fiasco.

La Serbie et la crise en Europe

Interrogé sur la crise économique que connait l'Europe, Bozidar Djelic affirme que" la Serbie et les Balkans occidentaux n'ont pas coûté un seul euro aux contribuables européens".

Les banques serbes n'ont eu besoin d'aucune recapitalisation et ont"un ratio de solvabilité confortable s'élevant à 20%".

La crise a bien frappé la Serbie, mais en 2011 la croissance du PIB est de 2%, la production industrielle a augmenté de 6% au premier semestre, le taux d'inflation reste à un chiffre, la dette publique représente 44% du PIB.

Le seul gros problème est le chômage 22% (39% chez les jeunes).Il était de 13,1% en 2008 avant la crise mondiale.

Les entreprises d'état après les années du communisme ont réussi( pas sans mal) leur reconversion.

Standard and Poor's a même relevé la note de la Serbie de BB- à BB.

La Serbie et la France

Le vice premier ministre ne tarit pas d'éloges sur la coopération franco-serbe.

Un accord de partenariat stratégique a été signé par les présidents des 2 pays, le 8 avril dernier.

Exemplaire pour cette coopération, la construction du" métro de Belgrade qui sera un métro français"( valeur 1 milliard d'euros sur 7ans).

Michelin, Lafarge, Tarkett, sont en Serbie.La Société Générale, le Crédit Agricole, la BNP, Axa aussi.

Il n'y a pas que la France. D'autres pays d'Europe investissent aussi en Serbie : la Belgique, l'Italie, la Pologne...

La Chine est également présente, ainsi que la Corée du Sud.

Les Serbes construisent une véritable infrastructure, autoroutes, rails, ouvrages d'art pour faciliter les échanges.

Les entreprises étrangères sont intéressées par le coût de la main d'oeuvre qui est faible, une baisse effective des charges sociales.

La Serbie a entrepris une vraie collaboration avec la Slovénie, l'Autriche, Rhône-Alpes et le Bade-Wurtemberg, avec des investissements à la clé.

 

Dommage pour Bozidar Djelic que l'accord n'ait pas été acté le 9 décembre.

La démission de l'homme politique ne met pas pour autant un terme au processus.

Actuellement les Serbes sont encore majoritairement partants pour l'adhésion.


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Patrick Samba Patrick Samba 21 décembre 2011 10:37

    Bonjour,
    au printemps de l’année 1994 à l’occasion des élections européennes, alors que Sarajevo subissait encore le siège le plus long qu’ait connu une ville, alors que le massacre de Srébrénica n’avait pas encore eu lieu pour parachever le génocide des bosniaques débuté en 1992, émergea une liste menée par le Pr Schwartzenberg intitulée : « L’Europe commence à Sarajevo ».
    Aujourd’hui alors que la Bosnie n’est pas encore guérie de ses plaies, qu’elle est divisée en deux étranges entités et gouvernée par une présidence tout aussi étrange, que le général serbe Divjac ayant organisé la défense de Sarajevo a pu être poursuivi par l’Etat serbe qui n’a toujours pas digéré sa « trahison » et qui n’a toujours pas réalisé la « dénazification » indispensable de ses institutions, que Florence Hartmann a été condamné par le TPIY pour avoir fait son travail de journaliste, que Karadjic et Mladic ne sont pas encore jugés, vous vous étonné que la Serbie ne soit pas encore accueillie au sein de l’Europe ?

     Ne croyez-vous pas qu’il ne serait que justice la plus élémentaire que la Bosnie y fasse son entrée auparavant ?  .


    • vida18 21 décembre 2011 11:49

      Les accords de Dayton ne sont rien d’autre qu’un « diktat ». Plutôt que de fédéraliser la Bosnie-Herzégovine sur le model allemand ou suisse, on a créé un Fédération croato-bosnienne sur le modèle suisse en la divisant en plusieurs cantons mais avec une Constitution beaucoup plus complexe et quasiment ingérable. Et d’un autre coté, on a la République serbe de Bosnie, état centralisé comme en France. Comment voulez-vous qu’un tel système avec un pays mais deux états l’un étant une confédération et l’autre étant centralisé puisse être fiable à long terme ?


    • Deneb Deneb 21 décembre 2011 12:06

      La Bosnie, qui était le chantre de « l’Islam à visage humain » sous la Yougoslavie, s’est completement jihadisée depuis que l’occident l’a abandonné au debut des années 90. Les wahhabites saoudiens avec leurs valises pleins de billets verts ont depuis occupé le terrain et fanatisé la partie la plus défavorisée de la population bosniaque.


    • Patrick Samba Patrick Samba 21 décembre 2011 12:17

      « Mon pauvre » : c’est quoi ce mépris ?
       Vous avez un gros problème ? historique ? Parce que mélanger les genres comme vous le faites avec ce lien, et en plus mépriser.... il y a vraiment un problème...


    • Patrick Samba Patrick Samba 21 décembre 2011 12:51

      Une problématique passion historique vous rend aveugle. Dénazification est entre guillemets.


    • Patrick Samba Patrick Samba 25 décembre 2011 11:27

      «  l’histoire est beaucoup plus compliqué que »les serbes sont des salauds et les autres des victimes« . »
      D’abord c’est pas« LES serbes sont des salauds et les autres des victimes », mais DES Serbes ; et résultat l’Etat l’a aussi été sous Milosévic. Et « salaud » pour moi n’est pas suffisant.

      Ensuite cette généralisation vous fait tout mélanger : croates, américains etc....

      Enfin je ne suis pas contre des excuses.


    • epapel epapel 7 janvier 2012 23:11

      Il faut préciser aussi que la Russie de Poutine est un vrai paradis, si on tient pas compte de l’alcoolisme, de la mafia de la corruption, et de l’espérance de vie (du coup elle n’a pas de problème de retraite).


    • Deneb Deneb 21 décembre 2011 12:12

      La Serbie reste un Etat mafieux, sous la coupe du clan de Zemun. Misere, ultra-nationalisme et alcoolisme règnent en maîtres dans le pays. Les serbes sont aussi un des peuples les plus racistes de l’Europe. Je n’ai jamais vu un noir à Belgrade, j’imagine qu’il se ferait étriper dans les 5 minutes par la foule en délire.


      • ottomatic 21 décembre 2011 12:26

        Et bien la serbie a bien de la chance.

        Ca me fait rire ce genre d’article ! A l’heure ou la survie de la zone euro se compte en semaine, y a encore des gens pour discuter sur le sexe des anges...

        • epapel epapel 7 janvier 2012 23:07

          On rira beaucoup moins quand la zone euro aura éclaté.


        • bruno-beauvois 21 décembre 2011 12:54

          article pour le moins incongru. L’Europe est au bord de l’explosion, elle est un bateau ivre.

          Alors discuter d’une extension de l’UE a quelque chose irréaliste ou plutôt de suréaliste.

          • epapel epapel 7 janvier 2012 23:06

            Au cas où vous ne l’auriez ps remarqué, ce sont les serbes qui veulent intégrer l’UE et l’UE qui les refuse pour le moment.

            Alors à moins que vous ne soyez serbe, votre remarque est à côté de la plaque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès