Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La tentation séparatiste en Europe

La tentation séparatiste en Europe

Outre les traditionnelles poussées indépendantistes qui secouent régulièrement l’Europe et la France, il y en a cinq qui posent aujourd’hui problème, tant elles sortent du folklore habituel pour prendre un tour offensif et soutenu électoralement par les populations. Que peut en faire l’Europe ?

Les deux dernières en date nous viennent d’Espagne. En octobre c’est la coalition des partis indépendantistes de gauche qui s’est installée comme deuxième force politique au Pays Basque espagnol, juste derrière le Parti nationaliste basque de droite. En novembre c’était à la Catalogne de faire des siennes, le parti indépendantiste de gauche (ERC) a doublé ses effectifs au parlement régional en se positionnant comme deuxième force politique régionale. C’est Artur Mas le président du gouvernement qui a organisé une telle consultation, juste après l’incroyable manifestation du 11 septembre 2012 qui a rassemblé des centaines de milliers de catalans dans les rues des principales villes.

A la même période, c’est en Belgique que s’est allumé un autre foyer de contestation. Le parti indépendantiste de Bart de Wever (Nouvelle alliance flamande) a emporté l’élection municipale d’Anvers, ce qui laisse présager de futurs scrutins prometteurs pour ces partisans acharnés de l’indépendance de leur région face à la Wallonie.

C’est en 2014 que les écossais vont se prononcer à l’occasion d’un référendum sur leur indépendance. C’est David Cameron, le Premier ministre qui ouvert la boite de Pandore en signant avec Alex Salmond (le leader indépendantiste écossais) un protocole pour autoriser cette consultation. C’est le Scottish National Party qui est à l’avant-garde de cette tentation indépendantiste qui séduit un nombre important électeurs écossais, tout en inquiétant une toute aussi importante partie de l’opinion qui ne voit pas bien comment l’Ecosse pourrait survivre sans l’argent de Londres.

Cette union avec le Royaume Uni date de seulement 1707. La spécificité écossaise ne peut être contestée : l’accent, la musique, la gastronomie, les paysages, l’histoire et les 117 km de mur érigé par l’empereur romain Hadrien au nord de l’Angleterre en l’an 122 sont là pour le rappeler. Enfin l’église d’écosse est séparée de celle d’Angleterre. Mais économiquement les faits sont là, alors que l’Ecosse lève 50 milliards d’euros en 2010, elle en reçoit 74 milliards de Londres. L’indépendance a donc un prix. Mais le leader nationaliste Alex Salmond rappelle que ce compte présente par le 10 Downing Street occulte les revenus de pétrole de la mer du Nord qui devrait pourtant relever de l’Ecosse. La question du partage des eaux territoriales risque d’être épineuse.

Mais rassurons nous à ce jour les sondages ne donnent qu’un tiers des voix aux séparatistes alors que les indépendantistes ont remporté une victoire historique en 2011, la majorité des sièges au Parlement écossais. Cette victoire ils la doivent surtout à l’extraordinaire charisme de leur leader Alex Salmond.

Enfin l’Italie n’est pas épargnée par ce mouvement avec La ligue du nord qui prône la création d’une Eurorégion du nord autour d’un nouveau concept géographique la Padanie (inventée dans les années 1990). Umberto Bossi leader de ce parti régionaliste lançait comme un défi : « L’Italie ne compte pas ! » C’est bien d’une partition du pays entre le sud et le Nord dont il s’agit.

Que peut faire l’Europe ?

Ces régions bénéficient déjà d’importantes marges de manœuvres. Sont-elles en mesure d’aller plus, loin ? Les enquêtes d’opinion donnent des résultats négatifs, hormis la Catalogne où depuis peu des sondages donnent jusqu’à 54,8% d’opinions favorables.

La Catalogne et l’Ecosse proclament haut et fort leur volonté de rester membres de l’Europe.

Pour l’instant Monsieur Barosso est resté on ne peut plus vague à l’évocation de ces éventualités. Mais en tout état de cause une future adhésion d’une Ecosse et d’une Catalogne libre et indépendante ne pourrait se faire qu’avec l’assentiment de tous les états membres. On imagine ce que pourrait être les positions de l’Espagne et du Royaume Uni face à une telle alternative. Comment de telle manœuvre pourraient être perçue à un moment où les initiatives de toute part concourent à une unification encore plus forte de l’Europe. ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Jean Yanne Jean Yanne 27 décembre 2012 21:06

    « L »Europe des peuples « ça vous parle ?


    Certainement englué dans le »boboïsme « Parisien , vous considérez sans doute que la France , c’est Paris et la province !

    Ne vous en déplaise , la France est composée de peuples colonisés , asservis , humiliés par des siècles de centralisme totalitaire qu’ils soient Royaux ou Républicains d’ailleurs en se demandant lequel de ces deux régimes fut le plus horrible pour les peuples composant ce que vous nommez »France " .

    Le réveil des peuples ne fait que commencer , ici le Pays Basque , là la Catalogne et ce n’est pas fini !

    Nous sommes restés des siècles à subir les croisades , les massacres , les dragonnades et les guerres , vos guerres qui n’étaient rien d’autre que des techniques destinées à saigner les peuples .

    Les peuples se réveillent , tant mieux , et nous ferons l’europe des peuples mieux que vous avez réussi l’Europe du fric !

    • soi même 28 décembre 2012 10:21

      Si « certainement sont englué dans le »boboïsme « Parisien , vous considérez sans doute que la France , c’est Paris et la province ! »

      Toi t’es englués dans le »boboïsme « Européisme, car la finalité de tous cela, est la célèbre phrase, Divisé pour régner et qu’elle aubaine avec le régionalisme pour foutre la merde.

       Car si il est justifier que les régions vivent une autonomie, cela doit se faire sans que les dès soient pipés et c’est bien ce qui se passe les dès sont pipés et il tardera pas que les vainqueurs seront en réalité les cocus de leurs autonomies.


    • Rensk Rensk 28 décembre 2012 11:30

      Toi qui ne sait même pas ça et tu viens nous parler de « séparation pour régner »...

      "Dans le Vorarlberg (Autriche), 52% des personnes interrogées soutiennent l’idée de rejoindre la Suisse, 35% sont opposées et 13% ne savent pas. En Savoie-Haute-Savoie (France), l’idée séduit 53% des sondés, contre 39% hostiles et 8% sans opinion. Dans le Bade-Wurtemberg (Allemagne), c’est oui à 48% et non à 40%, alors que la proportion est de 52% en faveur et de 44% contre dans la région Côme-Varèse (Italie).« 

      Question :  »Volete che Como sia annessa alla Svizzera ?" [Voulez-vous que Côme soit annexée à la Suisse] ? Résultat : 77% de réponses affirmatives ! (donc c’est Varèse qui tire par le bas le résultat cité plus haut)

      "L’un des arguments principaux qui parlent en faveur de la Suisse, c’est la démocratie directe. De plus, selon l’enquête, entre 70% et 80% des personnes interrogées trouveraient la Suisse intéressante également économiquement et fiscalement."


    • jullien 28 décembre 2012 12:09

      @Jean Yanne
      Arrêtez vos conneries.

      Un provincial.


    • kimbabig 28 décembre 2012 14:42

      L’« europe des peuples », le vieux mythe élimé qui fut répandu pour faire accepter aux naïfs l’asservissement de la France par l’ue !

      Le réveil des peuples, ce serait plutôt libérer les pays de l’ue qui cherche à les diviser pour les affaiblir, en ressortant les régionalismes de la naphtaline.

      Le centralisme jacobin a permis l’égalité des citoyens, il a permis à faire bénéficier des régions reculées (dont les coins montagneux du 64 ou du 66) de services publics modernes, et c’est justement cette égalité des territoires et des citoyens devant le service public qui est remise en cause par les politiques de mise en concurrence et de régionalisation des services publics qui est imposée par l’ue.

      Aujourd’hui en France le régionalisme relève du folklore, les français sont mobiles et interchangeables d’un bout à l’autre du pays (ce qui n’est certainement pas le cas à l’échelle de l’europe), je dis ça en connaissance de cause puisque j’ai traîné mes guêtres dans au moins 50 des 101 départements français. Baladez-vous à Toulouse, vous n’entendrez personne parler en occitan, promenez-vous à Perpignan vous n’entendrez pas plus de catalan. Vous entendrez très majoritairement du français, quelques fois de l’espagnol ou de l’arabe... Idem vous aurez du mal à entendre parler breton à Rennes ou Brest...


    • aliante 28 décembre 2012 17:14
      • Bien vu ! l’entité europeenne de Bruxelles ne représente rien dans la mémoire collective
      • pas de passé pas d’avenir ,pour asseoir leur pouvoir ,ils poussent les pays aux régionalismes ,que ce soit en France ou ailleurs ,pour affaiblir et gommer les états nations ,au profit de l’état centrale de Bruxelles qui espère à terme devenir le seul arbitre à bord ,de sorte que plus personne ne puisse parler au nom de la France ,ou de l’Espagne ou de la Belgique mais bien au nom d’une région ,ils font la même chose dans les pays arabes actuellement ,mais d’une autre manière par la guerre en séparant culturellement ,les chrétiens d’un coté les musulmans de l’autre,c’est comme l’écrit le professeur Pierre Hilard la poursuite irrésistible du nouvel ordre mondial qui n’est ni un élucubration ,ni un mythe mais bien la poursuite de l’asservissement par les élites mondialistes des peuples par le mensonge et la subversion

    • epicure 28 décembre 2012 19:44

      EU et régionalisme vont de pair : l’absence de volonté ( EU ) ou de moyens ( régionalisme ) pour réagir face aux pouvoirs économiques privés.
      Le pire pour ces pouvoirs c’est des états-nations qui ont la volonté et les moyens de leur résister, ce que la politique européenne détricote, et l’histoire des dettes nationales ( Grèce en tête) va renforcer dans ce sens.

      Sinon il faut arrêter de fantasmer sur des peuples qui n’existent pas, car se sont des groupes minoritaires qui conservent une identité régionaliste. Le reste se pense français, avec parfois pour certain un attrait pour la culture régionale.

      Il y a deux facteurs qui ont mis fin aux peuples « régionaux » :
      en plus d’une politique volontariste de francisation, l’urbanisation des français car le français était avant tout une langue urbaine, les langues régionales parlées et conservées surtout dans les campagnes et les ports de pêche.
      et comme dit par un autre la grande mobilité des français qui fait qu’au final on n’est plus isolés comme les gens dans leur village, mais confronté à des gens de diverses origines et dont le seul moyen de communication est le français. Au final on ne se soucie plus de l’origine régionale des uns et des autres.
      Ton discours peu de personnes, comparatibvement à al population française y adhèrent, la pluspart des gens ne se sentent pas colonisés par la france puisqu’ils considère que c’est leur pays.

      Et puis il faut arrêter de leurrer les gens ce n’est pas l’europe des peuples qui est en train de se former avec ces tentatives d’autonomie, mais bien l’europe de la ségrégation des peuples anti-solidaire, l’europe des peuples égoïstes : des régions riches qui refusent la solidatité avec les régions en difficulté.
      Voilà la belle europe des peuple que tu défends. Bref on reste bien dans l’europe du fric et de l’égoïsme des riches.


    • soi même 30 décembre 2012 01:29

      « L’un des arguments principaux qui parlent en faveur de la Suisse, » c’est qu’il ne font pas partie de UE.
      Voilà véritable raison, c’est encore un État Souverain dans tous les sens du terme.


    • lionel 2 janvier 2013 06:37

      « Les peuples se réveillent, tant mieux »


      A la « CIA », on a de belles enveloppes pour financer tous ces mouvements séparatistes qui contribueront à détruire les populations des pays européens encore plus efficacement que la tyrannie européiste. 

    • vu la corruption des élus nationaux et de l’état il vaudrait mieux FAIRE UNE FEDERATION DE

      REGIONS EN EUROPE................................

      CATALOGNE ...PAYS BASQUE...BRETAGNE...WALLONS....FLAMANDS


    • kimbabig 12 janvier 2013 20:53

      Au retraité du fdg :
      En gros vous voulez permettre à une organisation (l’ue) qui fut crée et gérée, entre autres nuisances, dans le but d’amoindrir les droits sociaux des populations des pays membres par la concurrence des dumpings sociaux, l’étranglement économique imposé aux latins (dont la France) par la monnaie unique, les plans d’austérité sauvages imposés dans les pays d’europe du sud, de poursuivre son but par l’application du principe « diviser pour mieux régner ».
      Les cadres de la solidarité et de la démocratie sont les nations, si vous les affaiblissez par le bas avec le régionalisme alors qu’elle sont déjà affaiblies par le haut en les dépossédant de leur souveraineté au profit d’une organisation supranationale, vous perdrez définitivement ce qui va avec : démocratie et solidarité.
      De petits féodalismes régionaux ne seront certainement pas moins corrompus qu’un état central national, bien au contraire.
      La France jacobine finance (de moins en moins du fait de la réduction de ses moyens par l’ue) les services publics et sociaux dans ses régions pauvres et isolées, au nom de l’égalité et de la fraternité, valeurs héritées la révolution.
      Pas sûr que les Bavarois ou les Finlandais acceptent de financer leur fonctionnement au même niveau de service via une ue encore plus fédérale, très probable que bon nombre d’états fédérés régionaux n’en auraient pas les moyens.


    • wesson wesson 27 décembre 2012 23:13

      bonjour l’auteur,


      les tentations indépendantistes, c’est vieux comme la crise. Et le populisme, le vrai, s’y insère à merveille. « Regardez ces mecs là au Sud, ils foutent rien, et nous au Nord on paie pour eux », et voilà l’entourloupe.

      Voilà effectivement ou nous en sommes de cette construction Européenne : nous avons réveillés les nationalismes que l’on croyait éteint à l’issue de la 2 ème guerre mondiale. Et là dedans nous voyons aussi croître et prospérer tout un tas de parti clairement proto-fascistes, sans que cela n’émeuvent les médias - au contraire.

      Nous rentrons effectivement en Europe dans une situation pré guerrière, une configuration qui n’est pas sans rappeler celle des années 1930, les Juifs ayant été remplacés par les islamistes.

      • Rensk Rensk 28 décembre 2012 11:42

        La Savoie dans son ensemble paye combien d’impôts pour que Paris puisse fonctionner comme elle le fait ? Tiens, qui donc paye le plus d’impôts par tête de pipe en France ? Donc sans compter les boîtes aux lettres de multinationales de Paris !


      • lulupipistrelle 28 décembre 2012 17:33

        Le Comté de Nice aurait intérêt à se rapprocher des provinces soeurs : Le Piémont et la Ligurie, plutôt que continuer à raquer pour les quartiers nord de Marseille...


        Et puis depuis combien de décennies l’Etat n’investit plus ici ? 
        On se marre à chaque chantier : ici le département , la région (c’est à dire nous, puisque les autres reçoivent plus qu’ils ne contribuent contrairement à nous..)

      • lionel 2 janvier 2013 06:41

        flash info :


        « La Savoie, vient de faire part de son refus de participer à une énième guerre de conquête de l’empire. Dans ces conditions, le conflit est donc impossible. »

        « La Savoie à fait savoir à la Chine son désaccord sur les règles d’échange économique, la Chine s’incline »

        ... Enfantillage funeste...


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 décembre 2012 00:52

        Il ne faut pas trop s’en faire à ce sujet. La poussée régionaliste est un genre d’herpès buccal. Ça fait un bouton, ça démange un peu et puis ça passe. C’est toujours comme cela.


        C’est actif surtout en période de crise, quand on envie de mettre sur le dos des autres ses propres manquements et ses propres lacunes. On danse, on virevolte avec le drapeau local et puis le lendemain, on se rappelle que tout vient de la Capitale honnie, et que s’en défaire signifierait perdre pas mal d’avantages qu’on n’est pas certain de retrouver ensuite.

        Sans parler qu’avec le temps, les leaders des mouvements, qui aiment à se présenter comme de preux chevaliers blancs pétris d’honneur et de probité, finissent par se faire prendre la main dans le pot de confiture.

        Non, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

        • @lbireo @lbireo 28 décembre 2012 02:28

          une directive européenne dit que le patrimoine culturel régional (y compris les dialectes) doivent être préservés. curieusement depuis la dernière manif’ à laquelle j’ai participé, personne de haut placé (y compris dans le gouvernement), n’en a parlé...CQFD (ce qu’il faut découvrir)


          • paco 28 décembre 2012 02:41

             Les pseudos indépengentistes catalans me font doucement rigoler. Aprés 20 ans ou on leur a tout permis ils osent imaginer le pire comme avenir. L’Etat leur a pourtant été particulièrement cool, rendant meme leur patois universitaire, obligatoire voire imposé. Faut savoir que pour un vieux de village qui parle Catalan naturellement, y’en a cent derriere qui viennent de toutes les régions d’Espagne et s’imaginent etre plus royalistes que le roi en causant ce patois.
             Ces catalans gonflent toute l’espagne, et ne parlons pas des valenciens.
             Les Basques, encore ont leur raisons.
             Catalans indépendants ?
             Je rigole 


            • lulupipistrelle 28 décembre 2012 17:40

              Ouai, mais nous autres, nous comprenons le catalan ... 



            • amiaplacidus amiaplacidus 28 décembre 2012 07:28

              L’auteur écrit :
              « ...comment l’Ecosse pourrait survivre sans l’argent de Londres. ... »

              Je crois que la problématique est exactement inverse : comment Londres pourrait survivre sans l’argent du pétrole écossais de la mer du Nord !
              C’est d’ailleurs l’un des arguments des indépendantistes écossais.

              Parce que, sans cette rente pétrolière, la GB serait à peu près dans le même état économique que la Grêce (voire pire).
              À méditer par ceux qui bavent d’admiration devant le « modèle » ultra-libéral grand breton.


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 décembre 2012 11:17

                Le pétrole ? Les puits de la mer du Nord sont en train de se tarir. Les écossais se sont réveillés un peu tard, tout ce qu’ils auront, ce seront des plates-formes à sec : depuis 1999, la production baisse d’année en année. Les écossais le savent et c’est pour cela que l’indépendantisme ne passe pas la barre des 30 %. Ils sont moins cons que leurs leaders.


              • titi 28 décembre 2012 17:45

                J’allais le dire.

                Le pic pétrolier en mer du Nord a eu lieu en 1999.

                Depuis la production a baissé de 40%.

                Ceci dit la question traduit bien une réalité : en deça d’une taille critique, démographique, économique, un pays est comdamné a devenir paradis fiscal pour s’en sortir...


              • Jean Yanne Jean Yanne 28 décembre 2012 08:33

                Je constate effectivement , que ce que les bobos parigots nomment « régionalisme » par dérision , commence à faire peur dans cette classe sociale .


                Vous avez raison d’avoir peur , le temps où vous aviez la possibilité de saigner ces pays au nom de leur bonheur que vous distribueriez comme vous l’avez fait pour les colonies africaines .

                Hélas pour vous , les peuples d’Afrique et d’asie vous ont foutu dehors.
                Les peuples européens se réveillent et ne vont pas tarder à vous expulser .
                Déjà ici et là des oppositions se font jour contre vos « grands travaux » qui vous servent de main mise sur le pays . Lignes TGV , autoroutes etc...
                Ce n’est que le début de la prise de conscience .

                • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 décembre 2012 11:24

                  Je constate effectivement , que ce que les bobos parigots nomment « régionalisme » par dérision , commence à faire peur dans cette classe sociale . : Peur ? Allons, tu exagères. On s’en moque parce qu’il y a de quoi, c’est tout.

                  Tes indépendantistes en carton sont juste bons à agiter des Gwen-a-du dans les festivals rock. Dès que les choses deviennent concrètes, il s’en retournent sagement à la maison car ils savent qu’aucune région indépendante n’aura les reins assez solides économiquement pour assurer le maintien des prestations sociales, l’entretien des infrastructures et une attractivité économique suffisante pour maintenir l’emploi.


                  Quand à ceux qui passent à l’action, ils tombent rapidement soit dans le fascisme pur et simple, soit dans la grande criminalité. Ce qui les coupent de la population et met fin aux poussées indépendantistes sur le plan politique.


                  Hélas pour vous , les peuples d’Afrique et d’asie vous ont foutu dehors.  : Et y’en a pas mal qui le regrettent. Mais bon il fallait bien cela pour qu’ils fassent l’expérience de la liberté et de la responsabilité.

                  Les peuples européens se réveillent et ne vont pas tarder à vous expulser  : hum tu sais que « nous » sommes aussi européens ? Je ne savais pas que l’on pouvait expulser ses propres compatriotes. Sur quelle base ? Idéologique ? C’est du fascisme, tu le sais ?



                • Jean Yanne Jean Yanne 29 décembre 2012 08:26

                  Tiens , je réponds à ce message qui , pour cette fois , me parait articulé , certains autres n’étant que des injures primaires .


                  Je te signale , pour mémoire , que Taubira , notre ministre de la justice , je l’ai connue , il y a une quarantaine d’années , à Cayenne , indépendantiste !
                  Elle et ses amis , écrivaient sur les murs de Cayenne « Métropolitains , la valise ou la mort ! »métropolitains signifiant à l’époque et à Cayenne , « blancs de métropole » !

                  et tu vois , actuellement , elle est ministre de la justice , et son action s’inscrit directement dans le fil de l’indépendance de la Guyane , des DOM surtout et , marginalement des régions Françaises .
                  Mais , évidemment , elle ne l’avouera pas , elle le niera même publiquement comme elle l’a fait .
                  Mais moi qui la connais bien , je peux te dire que c’est un masque que ses actions trahissent pour qui sait les décrypter , et la connait !

                  Entre l’indépendantisme , et la dépendance totale , il existe toute une palette de nuances qu’il serait long à t’expliquer ici , d’autant que tu semble fermé à cette approche , cependant et dans les faits , cela se passera .... et se passe déjà , mais le phénomène est caché par les médias nationales .

                • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 décembre 2012 09:50

                  « Mais moi qui la connais bien , je peux te dire que c’est un masque que ses actions trahissent pour qui sait les décrypter , et la connait ! »


                  Tu prends visiblement tes désirs pour des réalités.

                  Je constate aussi que tu fais attention de ne pas répliquer sur le fascisme et le racisme rampants qui caractérisent les mouvement régionalistes. Une méthode bien connue des manipulateurs qui tiennent à cacher les côtés les moins avouables de leurs mouvements.

                • soi même 28 décembre 2012 10:02

                  Ce qui est en trains de ce passer à déjà eu un précédent historique où ce sont des diversités des populations qui fessaient l’entité d’une nation, ce n’est rien d’autre que la restauration du féodalisme qui s’amorce dans ce phénomène soutenue par les instances Européennes.

                  Cela n’est pas sans danger, de favorisé une identité régionaliste au détriment d’une unité national, quand l’on comprend que cette logique se référé sur une majorité régionaliste. Car si l’on voie sur un autre point de vue l’afflux massif d’émigration extra européenne que l’on assiste depuis les années 80-90 et qui est au seuil dans certaines régions devenir la majorité de la population régional, ont peut se demande si il y a l’élargissement des droits sur les votes des étrangers, si en fin de compte les revendication régionaliste ne vont pas se faire doublés par une majorité extra autochtone qui récolteront le fruit de l’indépendance que les régionalistes avaient revendiqué et obtenue.

                  Pour ceux qui ont des doutes sur cette hypothèse devraient, s’intéresser à l’histoire du Kosovo et comment les instances Européennes ont procéder et arbitré cette province Serbe !

                  .


                  • jef88 jef88 28 décembre 2012 11:51

                    Cette union avec le Royaume Uni date de seulement 1707. La spécificité écossaise ne peut être contestée
                    je demande l’indépendance de la Lorraine qui n’est devenue française qu’en 1767 !
                    et ce après des années d’agression de la France qui ont été quasiment génocidaires : perte d’environ 80% de la population pendant la guerre de 30 ans (chuuuut ! ! ! on n’en parle pas dans les livres d’histoire)
                    STOP aux rêves fumeux ....
                    le vrai problème c’est le droit des peuples à disposer d’eux mêmes contraire à la logique(?) jacobine.....


                    • soi même 28 décembre 2012 12:24

                      « le droit des peuples à disposer d’eux mêmes », jusqu’à présent cela fait plus tôt le malheurs des peuple, ce cheval de Troie de Wilson qui c’est réalisé dans le grand machin qu’est l’ONU.

                      Il est toujours important de s’interroger qui dit cette phrase et dans quel but ?


                    • lulupipistrelle 28 décembre 2012 17:47

                      Le Comté de Nice fut rattaché à la France suite à par un referendum truqué en 1860.


                      EN 1871, un maire et un député indépendantistes ayant été élu, M. THiers envoya 10 000 fusiliers marins pour reprendre la situation en main. 


                    • docdory docdory 28 décembre 2012 14:08

                      @Jean Pelletier


                      Le nationalisme régional est l’une des formes les pires du nationalisme.
                      Comme vous l’évoquez brièvement dans votre article, les éventuels nouveaux états d’Ecosse, de Catalogne, de Flandres et du Pays Basque ne feraient initialement, une fois leur « indépendance » votée, pas partie de l’Union européenne, de l’espace Schengen, ni même de l’ONU.
                      Il faudrait donc que chacun de ces nouveaux états demande l’adhésion à l’UE, ce qui nécessiterait l’accord unanime de tous les autres états.
                      Il est bien évident que l’Espagne, et probablement la France, s’opposeraient à l’adhésion de la Catalogne et du Pays basque à l’UE, que ce qui resterait de la Belgique ( la Wallonie ) s’opposerait à l’adhésion à l’UE de la Flandre, et que l’Angleterre s’opposerait à l’adhésion de l’Ecosse ! Il est même probable que l’Espagne refuserait que la Catalogne et le Pays Basque fassent partie de l’espace Schengen, ce qui promet de longues heures d’attente aux frontières et de lourds droits de douane qui ne seront guère du goût des entreprises basques et catalanes ...
                      Par ailleurs, pour ce qui est de l’adhésion à l’ONU ( sujet qui n’a guère d’importance concrète ), la France opposerait un droit de veto à l’adhésion de la Catalogne et du Pays basque à l’ONU, et l’Angleterre opposerait un droit de veto à l’adhésion de l’Ecosse...


                      • lulupipistrelle 28 décembre 2012 18:24

                        Il n’ y a pas que des inconvénients à ne plus être dans l’ue... surtout quand on est petit et joli... 


                      • Stof Stof 28 décembre 2012 14:33

                        La structure de l’UE favorise la représentation politique des petits pays. Ces « régions » ont donc tout intérêt à être reconnues comme pays indépendants et membres de l’UE.


                        • Fred94 28 décembre 2012 15:11

                          Les peuples doivent se défendre de la volonté unificatrice qu’elle soit politique, économique ou sociale et ce, à tous les niveaux (local, regional, national, occidental). C’est là que se situe le défi de ce siècle, rejeter le populisme et cultiver la différence. 


                          • ZEN ZEN 28 décembre 2012 16:29

                            Bruxelles a tout fait pour affaiblir les Etats au profit des régions, dont certaines, comme la Bavière, font un lobbying intense.
                            Jacques Delors s’étonne et regrette aujourd’hui dans le Monde que l’ UK, qui a tout fait pour transformer le projet européen en vaste zône de libre-échange, avec la bénédiction de Barroso, veuille rompre les liens ténus qui le relient à l’Europe. Se réveillera-t-il un jour ? Après avoir déclaré que l’adhésion de la Grèce était une erreur, va-t-il un jour ouvrir les yeux sur les vices du systèmes ?...

                            Il n’est pire aveugle ..
                              "Expliquer l’Europe”ou la changer ?


                            • Roland Franz Roland Franz 28 décembre 2012 18:26

                              L’autonomisme alsacien, assez vivant avant la guerre, s’est complètement discrédité par son allégeance à l’Allemagne nazie. Sa prétendue opposition au jacobinisme centralisateur de la France, cachait en fait un pangermanisme « européiste ».

                              En tant que force politique, il a quasiment disparu ; mais les poisons qu’il a distillé sont toujours présents dans cette province :

                              - Le refus de la laïcité (concordat)
                              - Certaines spécificités légales et règlementaires
                              - La défense de l’alsacien en tant que langue régionale ; ce qui est carrément comique pour un dialecte germanique qui n’a pas plus le statut de langue que le zurichois ou le tyrolien, avec son vocabulaire limité et sa pauvreté culturelle.

                              Ce particularisme étouffant m’a fait douter très tôt des vertus de l’autonomisme que je considère comme un poison pour l’unité nationale. Il ne peut que profiter aux idéologues d’une Europe des régions dont le but ultime consiste bien à dissoudre les nations.
                               


                              • Mr-Asperger 28 décembre 2012 18:27

                                Les séparatismes au fond ne sont que des colères populaires.Ils révèlent surtout que les états nations ont échoué à les rassembler à les faire vivre ensemble.Et surtout un rejet de plus en plus croissant du « machin européen »(comme disait de gaulle«  ;Que ce soit des passions populaires déraisonnées,dans le cas de l’Espagne,on peut le comprendre.

                                jacques delors a la mémoire courte:c’est ce même homme qui a voulu mettre en place l’europe telle que nous la connaissons aujourd’hui.Bien sûr le bloc de l’est n’est plus,es ce pour cela qu’il faut continuer sur les mêmes erreurs et refuser les réformes dignes de ce nom:harmonisation fiscale et sociale,fédéralisme progresif entre pays de même niveau ?

                                Ce même homme qui ose dire à la grande Bretagne de partir ? Que la grande Bretagne soit eurosceptique cela va de soi d’autant que c’est un cheval de troye américain...

                                Pour autant l’euroscepticisme gagne aussi les pays de l’est et eux ont souffert du joug nazi et après celui soviétique...Et certains ex satellites de l’union soviétique préfère continuer de dépendre du kremlin et de la fédération de russie que de l’europe...

                                Les sépératismes en effet peuvent déboucher sur des régimes despotes et opportunistes vers le super »état européen"...

                                je n’apprécie déjà pas tellement l’éxcès de centralisme à la française ou nos élites oubleint qu’il faut valoriser les territoires pour leur spécificités,complémentaires pour pouvoir réussir.,je n’apprécierais pâs non plus le centralisme bruxellois.

                                Même si j’ai accès à de nouvelles opportunités professionnelles ,des routes unifiés,ect...

                                Effectivement pour rejeter les populismes,il faut avoir un combat vigilent.Mais comment rallier les masses,tout ceux et celles qui ne lisent pas agoravox,ne s’informent pas et restent dans l’ignorance ?

                                 smiley


                                • lulupipistrelle 29 décembre 2012 16:46

                                  Pas du tout.

                                  On peut se délecter de ce que la supra-nationalité européenne nous venge de la nationalité française, ce trésor décevant, qu’on a bradé à tout va, après nous l’avoir échangé chèrement contre nos libertés , notre langue, notre culture. 
                                  Et puis l’UE n’est pas chiche avec les régions, alors qu’en France la dotation de l’Etat est une arnaque qui spolie plus d’un territoire. 
                                  Le citoyen du Vème siècle , comme Sidoine Apollinaire, avait sa petite patrie, le terroir qui l’avait vu naître, et sa grande patrie : l’empire romain. Moi aussi. 

                                • Raymond SAMUEL paconform 1er janvier 2013 16:10

                                  Pour ce qui me concerne, je pense que le centralisme a gravement réduit la biodiversité intra-spécifique.

                                  Si, si, c’est grave. Quand le monde entier parlera anglais, pensera la même chose(et même avant), rien ne sera plus facile que de le prendre par la main pour en faire ce qu’on voudra. On est déjà dedans. Chacun de nous ne maîtrise plus rien.

                                  Si on pouvait mettre en tas tout ce qui a déjà été détruit, ça ferait une brave cuche !
                                  Et mon tiou su ton nâ faro uno bravo cutso.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès