Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La Turquie dans l’UE ? Pour un débat digne

La Turquie dans l’UE ? Pour un débat digne

Dix députés UMP à l’Assemblée nationale et un député PPE membre du Parlement européen ont publié dans les colonnes du journal Le Monde daté du 29 janvier 2008, une tribune intitulée « La Turquie dans l’UE ? C’est toujours non ! ».

Sous ce titre d’une parfaite élégance, était développé un argumentaire tendant à démontrer que la Turquie n’a décidément pas vocation à adhérer à l’Union européenne.

Les auteurs avancent des arguments de nature géographique (la Turquie est un pays d’Asie mineure), politique (les lacunes en matière de droit de l’homme restent importantes, la liberté de la presse n’est pas assurée) et budgétaire (la Turquie dans l’UE « capterait » l’essentiel des crédits européens au détriment des autres Etats membres). Pour faire bonne mesure, ils se laissent aller à un léger populisme en rappelant que leur opposition à l’entrée de la Turquie dans l’UE est partagée par 71 % des Français.

Ils insistent cependant pour que le lecteur ne voie pas dans cette démonstration une hostilité à la Turquie elle-même. Ces derniers expriment ainsi clairement leur souhait de voir l’Union européenne nouer, avec la Turquie, un partenariat privilégié car disent-ils, « il est nécessaire d’avoir des accords commerciaux avec ses voisins immédiats ».

En réalité, rarement responsables politiques français n’auront fait montre d’autant de mépris et de mauvaise foi envers un grand pays, une grande civilisation et un grand peuple, au demeurant très francophile.

S’il est vrai que la question des droits de l’homme et de la liberté de la presse ne doit surtout pas être passée sous silence, encore faut-il rappeler le chemin parcouru par la Turquie au cours de la dernière décennie. Des progrès significatifs ont été accomplis, les pratiques démocratiques s’enracinent, l’alternance politique est une réalité peu contestable, le pouvoir de l’armée, encore trop important, est néanmoins en reflux.

La liberté de la presse est à l’évidence un sujet de préoccupation. La France sait avec quelle facilité un Etat peut y porter atteinte. Quelques années après avoir fondé la Communauté économique européenne, le gouvernement français n’a pas hésité à pratiquer, à propos de la torture en Algérie, la censure à l’égard du journal Le Monde ou de Témoignage chrétien. Plus récemment, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France pour atteinte à la liberté d’informer (25 juin 2002).

D’une façon plus générale, depuis 1992, la France a été condamnée à plusieurs reprises, par les juges de Strasbourg, pour « torture et traitements inhumains commis par des policiers ». En 2002, notre pays a fait l’objet de 61 condamnations quand la Turquie n’était (si on ose dire) condamnée que 54 fois.

Bien sûr, le caractère démocratique de la France n’est pas en cause malgré les écarts évoqués ci-dessus. Cependant et à cause de ces mêmes écarts, nos représentants seraient bien inspirés d’éviter de poser notre pays en référence absolue en matière de droits de l’homme.

De la même manière, parler de choc budgétaire, consécutif à l’entrée de la Turquie dans L’UE, relève d’une forme de malhonnêteté. Ces mêmes arguments étaient avancés au moment de l’entrée de la Grèce, puis de l’Espagne et du Portugal dans la communauté économique européenne. L’accès aux fonds structurels a pourtant permis à ces Etats membres d’accélérer leur développement et de contribuer positivement à la compétitivité de l’Union. Pour quelle raison le même « retour sur investissement » serait-il exclu s’agissant de la Turquie dont l’économie connaît une croissance assez enviable (5,3 % en 2007) ?

Au total et hormis l’argument géographique (sur lequel beaucoup pourrait être dit), le réquisitoire dressé par nos édiles fait, pour reprendre une onomatopée chère notre ancien président de la république, « pshitt » ! M. Lamassoure et ses collègues sont trop fins connaisseurs de la construction européenne pour ne pas mesurer à quel point leur démonstration est peu susceptible de convaincre les lecteurs du Monde.

Alors pourquoi tant d’acharnement contre l’adhésion de la Turquie ? La réponse est à la fois simple et inavouable. Ce que refusent obstinément la plupart des parlementaires de l’UMP et du PPE c’est en vérité l’intégration à l’UE d’un pays majoritairement musulman. Le débat, récemment réactivé, sur les racines chrétiennes de la France et de l’Europe est sans aucun doute largement lié au problème de l’adhésion de la Turquie.

Si in fine la question religieuse demeure, pour certains, le principal obstacle à l’engagement de négociations véritables en vue de l’adhésion de la Turquie, ils doivent le dire nettement sans chercher à se réfugier derrière de fausses raisons. Dès lors, il appartiendra à chacun d’exprimer son point de vue sur la pertinence d’une référence formelle à l’héritage chrétien de l’Europe, en sachant que pour ses promoteurs, la dimension chrétienne de l’Europe est exclusive et doit nécessairement être préservée.


Moyenne des avis sur cet article :  3.23/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • jako jako 18 février 2008 11:45

    Bonjour, j’ai une bonne nouvelle pour vous la Turquie sera dans l’Europe car c’est dans le pak TCE

    A l’hypocrite argument géographique on pourra s’étonner de l’adésion de Malte et Chypres qui sont encore moins géographiquement conformes


    • Gilles Gilles 18 février 2008 17:51

      ........ ainsi que la guyane française pourant européenne !

      Si Israel demandait à nous rejoindre (j’y crois pas une seule seconde avnt quelques décennies, mais....) je doute que l’argument géographique soit retenu à son encontre.

      ¨PS : Non Jacob, et Adama je ne suis pas un anit-sémite primaire


    • logic 18 février 2008 21:35

      Pour vous la géographie d’un pays ou d’une entité est nettement plus importante que la civilisation d’un peuple ! Connaissez vous la véritable entité des Turcs notamment depuis le 9ème siècle

       Comparer Malte et la Turquie c’est un peu comme si on comparait l’Arabie Saoudite et le Danemark non pas sur leur économie mais sur leur civilisation


    • philou 19 février 2008 10:30

      Les Canaries et Madère, la Réunion, Saint Pierre et Miquelon, les Malouines ...


    • adryan barlet 19 février 2008 23:16

      La mauvaise nouvelle c’est qu’il n’y aura plus d’europe avec la turquie. Il n’y aura plus qu’un marché financier sans aucune autre valeur commune que le libre-échange et l’exploitation des pauvres...la preuve sera flagrante !


    • samy31500 18 février 2008 11:57

      L’europe est déjà morte. En n’incluant pas le peuple dans sa création elle s’est auto-sabordé. Au moindre accro elle cristalisera toutes les rancoeurs à tord ou à raison ...


    • non666 non666 18 février 2008 11:56

      La question posée aux eiropeens, à l’origine etait de savoir si on voulait "faire l’Europe".

      L’Europe a toujours eu le meme sens,en tout cas pour les citoyens et ceux qui parlent une langue europeenne.

      Une fois le principe accepté, les elites ont decidé de faire evoluer l’Europe vers une definition qui s’eloignait considerablement du sens originel.

      Si vous commandez une peugeot coupé peinture metallisée et qu’on vous livre une cinquecento dont le toit est coupé ,dont on a raclé la peinture et sur laquelle on a posé un auto-collant peugeot, vous avez le droit legitime de contester, non ?

      Les escrocs ont , sur l’Europe, modifié le sens des mots pour pretendre qu’ils n’avaient violé aucun terme du contrat...

      Dans la precedente reforme de la constituion, Chirac et l’UMP avaient, pour calmer les electeurs promis qu’ils auraient un referendum sur l’entrée de la Turquie " mais pas avant 10 ou 15ans...".

      La réalité etait celle d’une escroquerie puisqu’en validant le TCE, les français auraient changé de LEUR PROPRE VOLONTE la hierarchie des normes( = des lois) delegant a l’autorité europeenne la decision de la validités des entrants via le conseil de l’Europe.

      Il s’agissait tres clairement d’une modification constitutionnelle devant avoir une durée de vie de quelques mois, entre le precedent congres de Versailles qui l’avait rajouté a la constitution et la retification du TCe qui l’aurait rendu sans valeur de la volonté meme du peuple....

      Pasde bol, les français ont refusé cet immonde TCe et du coups ont gagné le droit de censurer l’entrée des turcs et des israeliens qui devaient suivre.

       

      Les comploteurs ne pouvaient en rester la et les projets d’integrer tous les alliés des etats unis dans une meme zone economique sous leur tutelle militaire(Otan) devaient aller au bout. "Il faut avancer disent ils en oubliant systematiquement de nous indiquer la direction qu’ils prennent , des fois qu’on s’y oppose.

      L’Europe n’est plus depuis longtemps et la gouvernance mondiale n’a jamais été un projet officielement présenté, par qui que se soit. Nous assistons donc a un putch , comme en ont connu les dictatures d’amerique latines il y a 30 ans. Avec nous, on met juste des formes pour simuler la legalité, c’est tout.


      • Neos 19 février 2008 16:13

         

        1963 : sans consulter leurs électeurs, les députés européens (dont les francais) déclarent que "la Turquie a vocation, un jour, à adhérer aux Communautés européennes (..)"

        10 et 11 décembre 1999 : sans consulter les électeurs, le Président francais et son Premier ministre donnent leur feu vert au principe de candidature de la Turquie : "La Turquie est un pays candidat, qui a vocation à rejoindre l’Union sur la base des mêmes critères que ceux qui s’appliquent aux autres pays candidats (voir le point 12 ici même : http://www.consilium.europa.eu/ueDocs/cms_Data/docs/pressData/fr/ec/00300-r1.f9.htm)."

        3 octobre 2005 : sans consulter les électeurs, le Président francais participe et signe, sous la présidence britannique du Conseil de l’UE de Tony Blair, l’acte de candidature de la Turquie à l’UE.

        Alors, sur la base de ces quelques éléments d’information, à qui incombe la responsabilité de ne pas informer les citoyens francais ? Cela fait plusieurs dizaines d’années que les Chefs d’Etat européens décident, dans leurs chancelleries, de l’avenir des peuples en Europe.

        A quand une reprise en main de leur destinée par les peuples européens ?

        Il est temps de donner + de poids à nos représentants au Parlement européen et d’exiger que celui-ci devienne ce qu’il doit être : un parlement d’expression de la volonté des peuples d’Europe.


      • Forest Ent Forest Ent 18 février 2008 12:07

        Ce n’est pas trop la peine d’en appeller à l’opinion : comme pour le TCE, ça m’étonnerait qu’on soit consultés.

        Sinon, on reprend tout l’article en remplaçant "Turquie" par "Chine" et "musulman" par "bouddhiste" et ça marche aussi bien.

        Pourquoi la Turquie souhaiterait-elle faire partie d’une "Union Européenne" ?


        • Neos 19 février 2008 16:15

          Peut etre, Forest.

          Mais le peuple qui grince des dents et dont vous (et moi) font partie a le droit d’exiger de ses représentants élus (je pense à nos députés, voire futurs députés européens) qu’ils luttent pour faire entendre notre voix.

          Pour cela, il faut reprendre le débat qui avait commencé lors du referendum en 2005 et sortir de l’abstention qui caractérise les élections européennes du passé.


        • jako jako 19 février 2008 16:22

          Neos oui en effet ce TCE a rendu ipso facto les elections Européennes essentielles souhaitons avoir des candidats de qualités et surtout un très faible taux d’abstention , belle utopie je sais mais bon.


        • Forest Ent Forest Ent 19 février 2008 18:37

          Le peuple a le droit d’exiger de ses représentants élus qu’ils luttent pour faire entendre notre voix.

          On a déjà du mal avec nos députés au parlement français. Par exemple pour le TCE ... J’en déduis qu’il faut voter tout sauf UMP et PS pour avoir une chance ?


        • Avatea Avatea 18 février 2008 13:00

          Pourquoi on ne veut pas de la Turquie en Europe ?

          La réponse n’est pas très dure à trouver..

          Quand on entend un certain monsieur Erdogan qui dénonce en Allemagne l’assimilation des Turcs en Allemagne comme un « crime contre l’humanité », alors que les minorités en Turquie sont systématiquement bafouées, génocidées, assimilées de force avec différents droits selon les origines des citoyens (mais c’etait déjà le cas dans l’Empire Ottoaman), ça ne donne pas envie.

          Pour se marier, il faut que les deux futurs epoux soient d’accord, pas que l’un fasse le forcing sans arrêt en persuadant l’autre et le traitant de raciste religieux si jamais il n’accede pas à sa requete.


          • Cem38 Cem38 18 février 2008 13:38

            Faites vous mêmes la différence entre assimilation et intégration, chose qu’a justement encouragé le premier ministre. Arrêter de prendre les choses à votre sauce tout comme ces sois disants politiciens de la CDU (chétiens) qui n’hésitent pas a se lancer sur les quelques paroles de Mr erdogan sans prendre le soins de vérifier si le reste est a prendre en compte ou non.

            Et cessez de déplabtérer vos inepties sur les communautés vivants en Turquie... à vous lire en fait on reprendre les mêmes paroles prononcées par les De Villiers ou Le Pen, pour vous dire votre niveau...

             

            Informez vous avec des sources valables avant de parler.


          • Avatea Avatea 18 février 2008 13:54

            Je suis loin de sortir du tout cuit, il se trouve que pour une des premieres fois, meme la gauche allemande, traditionnellement favorable à l’entrée de la Turquie dans l’UE, a été offusquée par ces paroles et les a dénoncé.

            Je parle bien d’assimilation, dans le sens ou c’est ce qui est fait sur les minorités en Turquie, pour ceux qui veulent bien rester, et qui savent qu’ils ne sont que des citoyens de second ordre.

            Le problème de la Turquie n’est pas sa religion majoritaire (ultra majoritaire d’ailleurs, beaucoup plus qu’au debut du XXe siecle, grace au resultat d’années d’assimilation forcée), mais son nationalisme qui fait que toute critique envers la doctrine gouvernementale ou la fondation de son Etat est une insulte à "l’identité turque".

            Je parle en connaissance de cause, malheureusement, je suis loin d’un Le Pen (d’ailleurs, c’est vous qui me diabolisez, en balançant une insulte sans fondement).

            Je le repete, on ne force pas un mariage si les deux ne sont pas d’accord, tout du moins au XXIe siecle.


          • Gilles Gilles 18 février 2008 17:59

            Avatea, tu n’as pas tord mais Erdogan c’est pas la Turquie dans son ensemble et il n’est pas éternel. la démocratie et la laicité turque suvivront probablement à ce gars

            Les italiens ont eu Berlusconi, les autrichiens Haider et finalement ces guignols n’ont pas entamés la confiance à l’égard de ces pays*

            SI aprés Erdogan, il n’ y a pas pire, alors tout rentyrera progressivement das l’ordre et la turquie ira vers l’europe

            Ensuite, si on la rejette, il ne lui restera qu’à se tourner vers la Russie, la Chine, l’Iran (le paste de Shangai vous parle ?)....charmante perspective d’avoir un proche voisin, en partie européen avec une importante communauté dans plusieurs états membre en concurrence directe, humiliée, au lieu de coopérer avec nous

            Réfléchissez bande de nazes pourquoi ceux qui touchent en questions géopolitiques sont quasi tous pour l’adhésion turque à terme. il pense plus loin que vous qui ne voyez quedalle, ne comprennez rien et à qui il suffit de montrer un minaret pour que vous gerbiez votre race de glands en invectives, peur irrationnelle, et contagieuse en plus. La moitié d’entre vous ne sais même pas où c’est la Turquie.......


          • Plum’ 18 février 2008 13:13

            Géographiquement la Turquie est 4% en Europe, 96% en Asie, elle est limitrophe avec l’Iran et l’Irak. Et c’est loin d’être une île... Inutile de tergiverser au delà de ce constat, à moins de vouloir transformer, et donc renommer, l’Europe en autre chose.


            • philou 19 février 2008 10:47

              Y en a marre de cet argument qui veut que la Turquie soit en Asie.

              L’Azebaïdjan est plus à l’Est et considéré comme en Europe !

              Se poserait-on la question dans les mêmes termes si ce pays demander à adhérer ?

              La Turquie est un pays laïc (comme seuls la France et le Portugal le sont dans la CEE) et moderne, francophile, beaucoup plus développé par exemple que la Roumanie qui est pourtant dans la CEE, en pleine croissance, peuplé de "gens qui se lèvent tôt" comme on dit.

              Changeons l’appellation de la CEE en Communauté des Etats de L’Atlantique à l’Oural et n’en parlons plus.

              La Turquie est un pays qui a su se moderniser en 1922 en adoptant l’écriture du vainqueur, la tenue vestimentaire du vainqueur et son mode de vie, ne le rejetons pas dans les bras de l’obscurantisme.

               


            • Cem38 Cem38 18 février 2008 13:33

              Super article de la part de Amine qui remet les choses en places...

               


              • Darty 18 février 2008 13:43

                Cet article, bien écrit, est du pur pro-turque primaire.

                Le jour où l’Europe sera intégrée dans la Turquie, je quitterai cet espace. "Love it or leave it". Si on m’oblige à un mariage forcé contre nature, pourquoi dirais-je OUI ? D’ailleurs, on risque de ne pas être consultés, les eurotechnocrates savent mieux que nous... La seule raison pour laquelle j’ai voté non au TCE est ce point particulier, le fait que l’entrée de la Turquie dans l’UE n’ait pas été clarifiée au mépris des citoyens européens.

                Oui ceux qui étaient contre l’entrée de l’Espagne, du Portugal à une époque étaient dans le tort. Géographiquement ces Etats sont 100 % européens.

                Pourquoi ne parles-tu pas Amine du génocide arménien (1,5 millions de morts), de l’occupation militaire de la partie nord de Chypre ??? Des performances des joueurs de l’équipe de foot turque face à celle de suisse ?

                Et effectivement toute l’aide budgétaire serait accordée à la Turquie. La Lozère et la Corse ne sont pas prêtes de se développer... Sans compter qu’avec la démographie, nous aurions avec le dernier entrant plus d’eurodéputés turcs qu’allemands ou français. Les pays fondateurs du traité de Rome seraient relégués au second plan.

                Les confilts en Europe (le Kosovo est un bon exemple) sont les vestiges d’un empire Ottoman surpuissant. Le panturquisme est mauvais pour la démocratie.

                Quant à ceux qui disent que l’Europe est un clan de chrétiens, c’est faux. L’Europe est déjà multi-culturelle. Et en Seine St Denis, le prénom le plus donné n’est pas Pierre ou Paul mais celui du fils du prophète. Et à ce compte là, pourquoi ne pas proposer par souci d’équité l’intégration d’Israël en Europe. Dans les championnats sportifs nous avons des frontières étranges. Dans la copa america au foot, sais-tu que le Japon y figure ! Et une fois la Turquie intégrée, pourquoi ne pas aller jusqu’au maghreb et vers d’autres contrées ?

                L’intégration de la Turquie dans l’UE signifierait la désintgération de l’Europe. Les Etats-Unis ne verraient pas cela d’un mauvais oeil : 1. affaiblissement de l’Europe (diviser pour mieux régner), 2. La Turquie fait depuis 1949 partie des pays membres de l’OTAN et il s’agit d’une base relais face à la Russie qui elle a davantage vocation européenne.

                Avant de faire illusoirement miroiter une adhésion contre-nature à la Turquie, on pourrait se poser la question : l’Ukraine, la Croatie voire la Russie ont-elles vocation à devenir membre de l’UE ? Et s’interroger sur le NON de pays européens comme la Norvège ou la Suisse qui préfèrent conserver leur richesse plutôt que de sceller leur destin avec une UE qui comportera à l’avenir des pays avec lesquels les liens historiques, culturelles, etc. sont pour le moins tenus. Et dans le cadre d’un développement harmonieux qui soit bénéfique pour tous, le seul ’partenariat privilégié’ est envisageable. C’est déjà ENORME.


                • Gilles Gilles 18 février 2008 18:14

                  Darty, un autre lox cost Brain, illuminé par la peur ancestrale du Maure et inculte

                  "L’intégration de la Turquie dans l’UE signifierait la désintgération de l’Europe."

                  Europe

                  PIB Europe : 9300 milliards d’euros

                  population : 495 millions

                  Turquie :

                   PIB Europe : 330 millions d’euros (3% du PIB européen)

                  population : 67 millions (13%)

                  Taux de fécondité, 1,94 enfant par femme (comme la France)

                   

                  Voilà, tu as peur d’être avalé par une puissance aussi infime ?  Je sais que les mecs comme toi pensent que les Turcs seront 400c millions a vouloir toucher nos allocs dans 10 ans, mais avec un tel taux de fécondité se sera dur dur


                • tvargentine.com lerma 18 février 2008 13:52

                  Nous voyons bien que les dirigeants en TURQUIE n’ont pas beaucoup de respect pour la société laique

                  Le retour du voile dans les écoles du savoir est une marque sur la connaissance et du savoir avec à terme des dérives dont la religion sera à l’origine

                  C’est un fascisme rampant

                   


                  • Le péripate Le péripate 18 février 2008 14:26

                    Le fascisme rampant. A ne pas confondre avec le fascisme courant, que l’on trouve même en grande surface, et pas plus avec le fascisme volant dans la poche des pauvres, et non plus avec le fascisme nageant en eaux troubles, et encore moins avec le fascisme à talonnettes. ressemble un peu au fascisme couché... Merci monsieur le Président !


                  • Gilles Gilles 18 février 2008 18:30

                    j’ai plussé Lerma

                    "Nous voyons bien que les dirigeants en TURQUIE n’ont pas beaucoup de respect pour la société laique

                    Le retour du voile dans les écoles du savoir est une marque sur la connaissance et du savoir avec à terme des dérives dont la religion sera à l’origine

                    C’est un fascisme rampant’"

                    Tient ça me rapelle tout ce que son Chef, son Duce, a ou mis sur la table et/ou se voit reprocher : attaque contre la laicité, dérive autoritaire, religion privilégiée.....


                  • Emin Bernar Paşa Paşa 18 février 2008 14:22

                    L’article est excellent.

                    Malheureusement la plupart des commentaires des "citoyens" d’Agoravox sont à classer sous les rubriques racisme, simplisme, bêtise.

                    Nonistes de tout poil vous ne vous grandissez pas avec ces arguments !

                    La Turquie est un grand pays, les turcs pourraient nous donner des leçons sur plus d’un sujet, à commencer par la solidarité ! le grand Ataturk a fait de la Turquie un pays moderne tourné vers l’Europe, une république laïque et cela est irréversible.

                    La Turquie entrera dans l’Europe et ce sera une très bonne chose pour tout le monde !


                    • Zalka Zalka 18 février 2008 15:18

                      Rien à apprendre, peut être, mais nous y progresserions certainement, si on les acceptait et leur enseignait l’humanisme. Mais pour toi, Seb59, l’humanisme se limite à ton prochain immédiat, pas à ton prochain.


                    • Emin Bernar Paşa Paşa 18 février 2008 17:06

                      oui les turcs ont le droit de progresser encore dans la voie républicaine en osmose avec une Europe qui prendra le même chemin (pas l’Europe des croisés !)...


                    • manusan 18 février 2008 18:10

                      Géographiquement il n’y a que la Trace qui fait partie de l’Europe comme région turque. elle n’a qu’à prendre son indépendance et le tour est jouer si elle veux rentrer. On a bien répondu aux marocains qu’il ne fesait pas partie de l’Europe.

                      Maintenant, l’idée d’un partenariat est intéressante dans le sens où la Turquie pourrait recevoir des aides européenne contre progrés sociaux et démocratiques avec une épée de damoclés aux dessus de la tête, l’idée pourrais s’étendre à d’autres pays ex soviétique.


                    • adeline 18 février 2008 18:13

                      Vous avez raison PAsa la Grande Turquie va joindre la grande Europe c’est la volonté des etatsuniens voilà donc acte

                      mais perso je ne pense pas que cela soit une mauvaise chose vu que toute echelle de valeur c’est le poignon le poignon le poignon rien d’autre


                    • manusan 18 février 2008 18:17

                      " L’article est excellent.

                      Malheureusement la plupart des commentaires des "citoyens" d’Agoravox sont à classer sous les rubriques racisme, simplisme, bêtise. "

                      commentaire pas du tout excellent, 

                      la plupart des commentaires des "citoyens" d’Agoravox ont la gachette racisme, un peu facile dés qu’on parle de culture ou d’ethnie différente de l’occident.


                    • philou 19 février 2008 11:15

                      @Pasa

                      Tout est dit, Ataturk a fait le bon choix et il est indispensable à l’Europe de s’arrimer cette Porte de l’Orient dont le dynamisme économique et la croissance font envie.

                      Regardez l’industrie automobile turque, elle est en passe de devenir une des premières en Europe avec Oyak-Renault, TOFAS. Les autobus BMC envahissent le marché français, les barrières douanières entre la Turquie et l’Europe sont vaines.

                      D’un point de vue politique le rejet de la Turquie vers l’Asie Centrale reviendrait à rapprocher directement l’obscurantisme de nos frontières.


                    • stradiuvarius 23 février 2008 01:15

                      "(pas l’Europe des croisés !)... " ni celle des foulards, des Minarets, des turbans , des Imams, des 5 prières par jour, des moutons égorgés ou des Erdogan Islamistes au passage !

                      Réciprocité INTEGRALE ..... ou chacun RESTE chez soi


                    • zelectron zelectron 18 février 2008 15:18

                      Sous un certain nombre d’angles de vues, la Turquie est rejettée de l’Europe, en filigrane c’est encore l’islamisme qui est majoritairement rejeté, sans que personne ne se l’avoue. Mais que diantre pourquoi le Kosovo musulman à 90% est-il accepté, et même adulé par certains ? Donc d’accord aussi pour la Turquie bien sûr


                      • non666 non666 18 février 2008 18:13

                        Justement le kosovo est le cadre de la politique des etats unis de faire rentrer l’ensemble de leurs alliés " du coin" dans le meme ensemble economique, sans que ce soit l’interet des europeens...ni qu’ils soient consultés.

                        On decouvre donc sans surprise que les etats unis sont les premiers a feliciter le "nouveau Kosovo".

                        Kouchner appalaudit sans surprise , lui qui etait administrateur pour l’Otan en ex-yougoslavie et qui avait proposé ses services en Irak....

                        Derriere tout ça , une fois encore, il y a la recherche d’arguments pour justifier l’entrée en Europe de la Turquie qui precedera celle d’israel.

                         


                      • philou 19 février 2008 11:25

                        Il y a 15 millions de musulmans "historiques" en Europe si l’on inclut les minorités musulmanes bulgares, le Kosovo, l’Albanie, la Bosnie etc ...


                      • stradiuvarius 23 février 2008 00:30

                        Qu’est ce qu’on dénomme "Islam Historique" en Europe ?

                        Celui qui s’est fait sur la dhimitude imposée par les Turcs Ottomans Génocidaires dans les Balkans au prix de conversions forcées et d’impots ou celui des Lumières à savoir la Liberté de conscience qui implique un choix consenti et LIBRE ?

                        Quand va on enfin ouvrir les yeux sur le caractère NON européen des Turcs ?

                         


                      • Icks PEY Icks PEY 18 février 2008 15:34

                        L’Europe a déjà suffisemment de mal à se constituer une identité claire maintenant qu’elle est écartelée entre Lisbonne et Tallin pour ne pas avoir à digérer l’intégration d’un pays comme la Turquie.

                        Et il reste encore la Roumanie, la Bulgarie et les pays de l’ex Yougoslavie qui ont naturellement vocation à adhérer un jour (musulman ou pas : c’est bien la preuve que ce n’est pas une histoire de religion : le jour où l’Albanie sera capable d’être membre, qui ira s’y opposer ???).

                        Vous voyez le boulot !!

                        Alors la question turque ...

                        Icks PEY


                        • HELIOS HELIOS 18 février 2008 16:20

                          Désolé, pour moi, c’est NON à la Turquie... et je ne suis pas le seul !

                          Juste une question : qu’est devenu l’article 88-5 dans la version du 4 fevrier 2008 de notre constitution ?


                          • non666 non666 18 février 2008 16:25

                            Cet article, comme quelques autres , font parti des texte qui n’ont plus d’impoortance a partir du moment ou l’on change de fait la hierarchie des normes.

                            Si nous delegons nos relations exterieures a une entité europeennes, nous pouvons ecrire ce que nous voulons dans notre constitution, cela n’a aucune valeur.

                            Ce sujet montre bien que la reforme precedente de la constitution n’etait que cosmetique et a durée de vie limitée jusqu’a la ratification de gres ou de force, du TCE.

                             


                          • Mescalina Mescalina 18 février 2008 17:12

                            Non à la turquie dans l’Europe pour toutes les raisons de bon sens déjà évoquées. Que l’on réussisse déjà l’intégration des pays de l’est, que l’on digère tout cela, que l’on donne un sens et une réalité concrète à l’europe telle qu’elle existe actuellement au niveauu de ses frontières, il y a assez de travail pour les 50 prochaines années au moins.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès