Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La voix des Gitans

La voix des Gitans

Militant de la première heure pour la cause gitane en Espagne, premier Rom élu au Parlement européen, Juan de Dios Ramirez-Heredia parle avec franchise de son peuple méconnu au delà des clichés, de sa vie et de ses rêves de jeunesse. Portrait d’un homme à l’énergie contagieuse.

Juan de Dios Ramirez Heredia ne fait pas son âge. A 67 ans, l’énergie de sa voix, les traits fins et saillants de son visage, ses grandes mains puissantes, son sourire espiègle et malin, lui donnent des allures de jeune homme fringant. Quand il vous parle, il vous tient le bras avec douceur : vous êtes déjà un ami à lui.
 
Pas étonnant qu’il ait été le premier Rom élu au Parlement européen (affilié au groupe du Parti socialiste européen). La politique, c’est le combat. Et lui s’est battu toute sa vie. Contre le sort qui le confinait à devenir un illustre inconnu : né d’une mère analphabète, elle eut néanmoins « l’intuition que son fils devait étudier ».
 
Il arrive donc à 18 ans à Barcelone et commence le droit à l’Université. Né dans la province de Cadiz au Sud de l’Espagne, issu d’une famille nombreuse, il se souvient : « J’étais seul, gitan, autant dire perdu. Il va aussi se battre contre les préjugés : « Si tu es un artiste gypsy : là on t’applaudit ; Mais sinon, on préfère voir les gitans en prison. Alors imagine la politique ! », s’exclame-t-il.
 
Pourtant, depuis ses 20 ans, il nourrit un rêve. Voir se réaliser ce qu’il appelle le « gypsy power » : la participation au pouvoir politique des gitans. Et il veut en être l’exemple. A 24 ans, après ses études, il s’engage à Caritas Madrid. « J’y ai rencontré des gens formidables qui m’ont aidé dans mon idéal politique ». Mais celui-ci devra attendre. A l’époque, Franco règne encore avec une main de fer sur l’Espagne. Les Roms sont mal vus. « Quand Franco est mort, tout a été plus simple », poursuit Juan de Dios. « J’étais une espèce rare, dans un parti qui venait de naître », se souvient-il (NDLR : la Parti socialiste espagnol).
 
Il s’imagine alors qu’ailleurs, dans les régimes communistes, les gitans sont autonomes politiquement et égaux vis-à-vis du reste de la population. Il fait son premier voyage dans les pays de l’Est. Le choc est énorme. « Je me suis rendu compte que nous étions toujours mis de côté et discriminés ».
 
Selon lui, si les gitans sont encore vivants, c’est un miracle. Durant la seconde guerre mondiale, les tsiganes ont aussi fait l’objet d’un génocide. « Mais nous sommes toujours là, nous sommes un peuple qui ne veut pas renoncer », analyse-t-il.
 
Et lui ne renoncera pas à son idéal politique. Il est élu au Parlement européen en 1987 après une campagne réussie. Son livre « Nous, les gitans », l’a propulsé sur le devant de la scène. « Nous étions 8 millions en Europe et j’étais le premier à porter leur voix sur le plan politique européen, j’étais fier ». Aujourd’hui, père de cinq enfants, il a une autre fierté : sa fille, gitane et médecin à Barcelone. « Je reste bouche bée dès que je la vois, elle m’impressionne tellement », dit il en souriant.
 
Quand on lui demande pourquoi les Roms sont mal vus en Suisse, il répond que « le peuple gitan est méconnu ». Il croit surtout dans l’éducation, cette « baguette magique capable de résoudre tant de problèmes, mais qui est le parent pauvre des politiques gouvernementales ».Seule l’éducation fait les gens libres : « Dans notre communauté, nous devons produire des leaders politiques qui seront capables de défendre et de faire connaître notre minorité, capables de prendre en main notre destin ».
 
Il y a un mois, il est venu à la conférence sur le racisme à Genève promouvoir la participation politique des minorités. Il avait alors une extinction de voix. A la fin de sa présentation, le modérateur s’est exclamé : « Imaginez si il avait eu toute sa voix ! »..









Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • jps jps 22 mai 2009 12:01

    bravo pour cet article
    on ne parle pas assez du fait qu’ils ont tout autant souffert des camps de concentration nazi
    c’est un peuple discret
    trop souvent conspué


    • Le Hobbit Reporter Le Hobbit Reporter 22 mai 2009 12:20

      Merci pour cet article et je te souhaites une grande carrière dans le journalisme.

      http://www.facebook.com/pages/Juge-EVA-JOLY/67973275397


      • jeantrancene 22 mai 2009 12:35

        Merci, merci pour ce magnifique article, qui nous rappelle quelle chance nous avons, en France, d’avoir de dignes représentants de ce peuple fantastique.

        Quelle joie d’accueillir dans nos campagnes ces colonnes de caravanes, emplis de gens cultivés, adeptes de la non-violence, d’une honnêteté exemplaire, toujours prêts à aider leur prochain et à préserver l’environnement...

        Leur permettre d’accéder au pouvoir à notre tour ne serait que la minimale et digne récompense pour leurs innombrables bienfaits. Le « gypsy power » ne doit pas rester un vain mot, surtout dans notre monde empreint de communautarisme. Il est grand temps que cette communauté reçoive enfin les subsides de tous ses efforts au profit de la société.

        Personnellement, les mots me manquent pour vous remercier.


        • alex75 22 mai 2009 15:58

          Bon article et belle cause. La plus part des gens n’aiment pas les gens qui ne sont pas comme eux, et c’est bien dommage. Comme toujours, c’est la méconnaissance de ce peuple qui lui vaut autant d’animosité.

          Pourtant sur de nombreux sujets, les Roms sont plus évolués que nous, mais ces qualités sont masquées par la pauvreté et l’exclusion. La solution réside dans l’éducation et la prise en charge par elle-même de la communauté Rom dans une sorte d’autogestion militante. Les nouvelles générations feront ce que les anciennes n’ont pas pu faire.

          • Jérôme 22 mai 2009 16:37

            J’ai écrit cet article lors de la conférence contre le racisme qui s’est tenu à Genève le mois dernier. Je l’ai interpellé à la fin de la conférence puis j’ai bu un café avec lui. Juan de Dios Ramirez m’a tout de suite plu. Son discours mériterait un plus grand echo. Les gens ne se rendent pas compte des réalités et en restent si facilement sur leurs préjugés ; Je suis heureux de savoir que certains sont d’accord avec moi et ont aimé l’article. Merci à vous !


            • Ramila Parks Ramila 22 mai 2009 21:29

              Bonjour jérôme

              Donnez-nous des nouvelles de son parcours, car on entend jamais parler des Gitans autrement que par « voie de faits » ou de folklore...Comme si on voulait nier leur existence politique...Or s’il existe bien des « apatrides » qui ont besoin d’être représentés, c’est bien eux il me semble !


            • walpole walpole 22 mai 2009 19:16

              Bravo pour l’article et merci d’avoir fait connaitre l’itinéraire de Juan de Dios Ramirez. Instructif d’apprendre les écueils rencontrés par un gitan qui veut devenir autre chose qu’être réduit à un cliché. J’ai donné mon sentiment sur ce peuple toujours soupçonné sur
              www.pensezbibi.com

              Article : Les Roms : gibier européen.


              • miwari miwari 22 mai 2009 21:34

                Les gitans sont les Palestiniens de l’Europe, toujours persécutés, refoulés, poursuivis, mais toujours debout.

                Il n’y a qu’à écouter leur musique, elle est à leur image, triste et joyeuse à la fois.


                • brieli67 23 mai 2009 01:15

                  A VOTRE SAGACITE

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Pro_Juventute

                  http://de.wikipedia.org/wiki/Kinder_der_Landstrasse

                  EUGÉNISME EN EUROPE DANS L’ENTRE-DEUX-GUERRES

                  Chasse aux Tziganes en Suisse

                  AU mois de mai 1999, le Parlement suédois décidait d’indemniser les victimes de la politique de stérilisation forcée menée dans ce pays entre 1934 et... 1975. A partir de l’entre-deux-guerres, dans toute l’Europe, sous la pression d’une « nouvelle science », l’eugénisme, et dans le cadre d’une inquiétante fièvre nationaliste, se mettent en place des politiques d’élimination ou de contrôle des « déviants sociaux » et étrangers. L’Allemagne nazie les portera à leur paroxysme, mais elles ont été aussi suivies, sous d’autres formes, par le gouvernement helvétique à l’égard des Tziganes.

                  http://www.monde-diplomatique.fr/1999/10/JOURDAN/12537

                  Sollicitons le Prix Nobel de la Paix ou le Prix Nobel de Littérature
                  pour Madame le Docteur Mariella MEHR
                  http://www.mariellamehr.com/
                  pour son oeuvre, pour son combat§

                   !! Nix fer Ungöd !! / sans rancunes


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 24 mai 2009 19:20

                    Un rom au parlement : panique en Hongrie...


                    • jeantrancene 30 mai 2009 14:00

                      http://www.angers.maville.com/actu/actudet_-Une-famille-Rom-de-9-enfants-vit-dans-sa-voiture-_loc-951256_actu.Htm

                      Pas évident de vive en France avec tous ces racistes.
                      Heureusement, l’Etat a donné 200000 euros à ces pauvres ères.
                      Ca fait 5555 euros/ mois, heureusement sans loyer, sans impôts et surtout sans travail à exercer. Il faut qu’ils se reposent.
                      Mais c’est normal, après tout ce qu’ils doivent avoir souffert dans leur beau pays. C’est le minimum que l’on puisse faire pour eux.
                      Et puis, quand on a 9 enfant et 2 femmes, c’est normal d’avoir des besoins conséquents.
                      J’espère qu’on pourra en aider beaucoup d’autres de la sorte...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès