Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le mieux n’est-il pas d’attendre… l’explosion (...)

Le mieux n’est-il pas d’attendre… l’explosion ?

Des économies différentes sont à gérer différemment. Des équilibrages permanents sont à faire pour les faire commercer ensemble. C'est une évidence que les gens de bon sens savaient avant la création de l'Europe, avant la création de l'Euro et qu'ils dénonçaient à chaque entrée de nouveaux pays dans cette Europe de bric et de broc. On ne viole pas les peuples au nom d'une idéologie. L'histoire est pleine de tels exemples.

Les Français, les Hollandais, les Irlandais ont dit sincèrement non à cette Europe-là et les évènements de ces dernières années prouvent qu'ils avaient raison. Maintenant, l'intelligence voudrait qu'on ne tergiverse plus. Les dégâts de cette politique sont considérables et pas seulement en terme financier. Et ces dégâts s'amplifient chaque minute qui passe.

La machine infernale mondiale dont l'Europe est une sous division ne peut continuer sans exploser. Pouvons-nous l'arrêter ? Non, car on constate chaque jour l'incommensurable bêtise des politiciens sous influence de l'incommensurable cupidité des marchés financiers. Pour tenter de sauver la monstrueuse machine, nos politiciens corrompus sans honneur ni conscience ne rechignent à aucun lamentable boniment pour nous faire accepter leurs magouillages et le racket sur nos vies (dans tous les sens du terme : santé, social, travail, salaires, impôts, économie, ...).

On trouve aussi toujours des gens dits "compétents" pensant savoir tout sur tout et qui ne cesseront de dire tout et son contraire suivant leur opinion ou leur intérêt.

C'est la raison pour laquelle il n'y aura jamais de consensus pour aller dans quelque direction que ce soit et surtout pas pour oser une autre solution même si elle a le mérite d'avoir déjà bien fonctionné ailleurs ou avant. Nous ne pouvons que laisser aller en espérant que lorsqu'il sera nécessaire de réagir très vite, les incapables qui ont promu, encouragé et présidé à cette catastrophe ne prennent pas exemple d'un certain "président" d'Afrique qui refuse de céder la place.

L'explosion se fera… Comment gérerons-nous ses conséquences ? Le raisonnement de Frédéric LORDON est implacable (http://blog.mondediplo.net/2010-12-02-Ne-pas-detruire-les-banques-les-saisir) : "L’alternative … est alors des plus simples et, selon que l’Etat fait ou ne fait pas, ne laisse le choix qu’entre, d’une part, des banques à terre, des actionnaires morts et nous morts avec très peu de temps après, ou bien d’autre part, des banques redressées, des actionnaires laissés morts mais nous vivants par le fait même de la saisie-redressement."

On peut continuer le débat. Cela sert-il à quelque chose à part faire passer le temps ? Car une fois la machine explosée, il n'y aura plus de discussions possibles !

Soit. Attendons… Attendons puisqu'il n'est pas question pour les profiteurs d'arrêter de profiter.

Attendons puisque l'unanimité est impossible.

Attendons puisqu'il est interdit de changer quoi que ce soit… même l'Euro.

En attendant, pour passer le temps, continuons le débat, ça ne mange pas de pain…

 

PS : J'avais écrit cet article en décembre 2010... On y vient, On y vient...


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • PhilVite PhilVite 4 novembre 2011 12:44

    Ben oui, ça a l’air un peu coincé. Sans doute que certains intérêts sont plus puissants que d’autres...
    Comment inverser ce rapport de forces ? A cette heure, cette question n’a toujours pas de réponse.


      • BA 4 novembre 2011 21:42

        Vendredi 4 novembre 2011 :

         

        Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,370 %. Record historique battu.

         

        Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Italie à rembourser ses dettes.

         

        Le graphique des taux de l’Italie montre que le quatrième domino va bientôt tomber.

         

        Après la Grèce, après l’Irlande, après le Portugal, c’est maintenant le domino italien qui va tomber.

         

        http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès