Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le modèle allemand

Le modèle allemand

Allemagne et France : choc culturel.

Il y a de nombreuses choses que je ne comprends pas en France... pourquoi l'on exonère les bas salaires alors qu'on encourage les grosses boîtes à créer de véritables trappes à pauvreté... pourquoi ces mêmes grosses boîtes sont exonérées d'impôts alors que les TPE-PME qui embauchent, ne délocalisent pas, font la croissance de notre pays sont massacrées par les impôts et les charges... pourquoi aussi, les syndicats en pleine période de crise ne cessent d'appeler à des augmentations de salaire, des embauches de fonctionnaires supplémentaires et surtout font grève avant même de dialoguer, négocier quoi que ce soit au préalable.

L'Allemagne n'est pas un pays parfait (comme aucun autre) mais elle a mené un certain nombre de réformes en vue de renforcer son attractivité économique et allégé sa fiscalité en faveur des entreprises, alors même qu'en France, un grand nombre d'entrepreneurs demandent le retour de l'ancienne taxe professionnelle, car ils paient plus aujourd'hui qu'avant ! Enfin, comme je l'ai déjà écrit précédemment, le rapport au travail n'est pas le même qu'en France : les syndicats sont plus responsables, font grève très rarement, les entrepreneurs cherchent à concilier productivité et hausse des salaires, amélioration des conditions de travail. A tel point qu'elle réalise des performances au niveau de ses exportations, s'est fait connaître pour ses voitures haut de gamme ( Mercedes, Porsche, BMW ) la mode ( Escada, Hugo Boss ) et même pour sa vie festive de plus en plus reconnue, grâce à sa capitale, Berlin.

Le plus saisissant, c'est l'enseignement de l'économie qui n'a rien à voir avec celui que l'on dispense en France, où seule la lutte des classes semble être le mot d'ordre. On n'y retrouve pas cet égalitarisme dévastateur, cette maudite préférence pour le chômage, et ces idées ineptes comme le partage du temps de travail, les emplois jeunes... On n'y retrouve pas non plus cette jalousie sociale, selon laquelle mon voisin qui a une Mercedes est forcément un voleur, un esclavagiste qui truande le fisc, et qu'il faudrait mettre au pas, massacrer d'impôts...

Lorsque vous revenez en France par la suite, vous vous plaignez très vite de l'absence de civisme de quelques uns, des lois contournées, d'une justice qui refuse la sévérité, des impôts élevés, d'une bureaucratie tatillone et inopérante, d'une classe politique composée d'énarques qui n'ont jamais fait autre chose que la fonction publique, du piston, de la criminalité, du chômage de masse, de la paupérisation des classes moyennes... quant à la vie nocturne, même pas de quoi se consoler : Amsterdam fait mieux que Paris. C'est dire ! La France parviendra-elle à se redresser, ou continuera-elle de tomber toujours plus bas ? 


Moyenne des avis sur cet article :  2.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 15 septembre 2011 12:54

    Revoir d’urgence ces images d’Epinal...


    • sparte sparte 15 septembre 2011 13:12

      L’exacte et simple vérité.

      Lorsqu’on revient de l’étranger et particulièrement d’Allemagne et de Suisse, on est aussi saisi par la différence des campagnes : là bas chaque village ou presque a ses usines, dont on mesure les tailles par les parkings de voitures.

      Mais surtout la richesse est visible par les belles maisons, et la densité des ... auberges, ouvertes souvent tard en soirée.

      De retour en France je suis toujours frappé par la désertification de beaucoup de nos campagnes, la monoculture industrielle ( maïs, betterave, ... etc ) et la tristesse des villages, dont beaucoup donnent l’impression d’avoir subi une bombe à neutron ; trop souvent c’est galère pour trouver de quoi se restaurer simplement. Surtout le soir !


      • Marianne Marianne 15 septembre 2011 15:48

        Ce que dit Sparte me rappelle mot pour mot ce que disait récemment une amie internaute franco-allemande, étoile66 !

        Je suis d’accord avec l’auteur. La culture, le comportement social, la méfiance ou défiance a priori à l’égard des autres, conditionnent absolument la motivation à créer, à travailler, à contribuer à la coissance de l’économie et au développement du pays.
        Les syndicats français, toujours dans l’opposition frontale plutôt que dans la négociation a priori et avec très peu d’adhérents (8% des salariés). Le contraire en Allemagne, qui favorise un comportement beaucoup plus responsabilisant pour les citoyens.


      • mick_038 mick_038 16 septembre 2011 11:59

        En même temps, 20 ans de droite, dont 10 de sarkozysme (c’est la faute aux étrangers), forcément ça laisse des traces...


      • kitamissa kitamissa 15 septembre 2011 14:32

        parce qu’en France , la mentalité c’est le Communisme ! pas plus ! 


        avoir un boulot qui fasse bien vivre c’est suspect ! avoir une maison confortable et une voiture de haut de gamme c’est suspect ! s’offrir quelques loisirs autres que le cinoche du quartier ou le bistrot du coin c’est suspect ! 

        fonder sa propre entreprise parce que vous voulez vivre librement et que vous êtes créatif,c’est vraiment suspect ..vous êtes un exploiteur et un esclavagiste !

        payer cash quelque chose d’une certaine valeur parce que vous ne voulez pas faire de crédit .c’est louche vous êtes forcément un trafiquant !

        ne pas faire comme tout le monde et dire que vous n’êtes pas pour la répartition du bien commun et que chacun doit saisir sa chance ..vous êtes un dangereux capitalo-fasciste !

        travailler dans le privé..vos n’êtes pas un bon citoyen et si vous n’êtes pas syndiqué ..vous êtes un valet de patronat et de la graine d’exploiteur si vous avez un poste à responsabilité !

        si vous ne faite pas grève vous êtes un vendu !

        si vous bossez durant les congés payés vous êtes un sale fayot !

        voilà la France ! un pays de jaloux et d’assistés !

        • TSS 15 septembre 2011 16:31
          si vous ne faite pas grève vous êtes un vendu  !Surtout si d’autres font grève et que vous en

          profitez !


          si vous bossez durant les congés payés vous êtes un sale fayot  ! Surtout si d’autres

           ont refusé avant vous parce que cela supprime un interimaire !

          C’est tout à fait exact !


        • kitamissa kitamissa 16 septembre 2011 00:24

          TSS .....


          ce sont tes convictions,pas les miennes, lorsque j’étais salarié , je n’ai jamais été syndiqué, je n’ai jamais cherché à piquer le boulot d’un autre, j’ai toujours agis en Franc -Tireur !

          les considérations politico -syndicalistes et le tous camarades ne m’a jamais intéressé , j’ai toujours bossé pour me faire un maximum de blé parce que je n’avais que ce moyen là pour vivre comme j’en avais envie à l’époque, célibataire,aimant les belles bagnoles et les gonzesses ,pas de charge de famille ni de contraintes ni engagement avec personne !

          j’étais jeune, j’avais les bons plans pour faire du fric , je n’ai pas pris de congés payés durant plusieurs années , j’ai bossé durant les jours de fêtes quand c’était possible vu que c’était payé à 100 % ....

          la vie comme dans Germinal, très peu pour moi , les avantages sociaux ,les« Zakis » et tout le cirque ça ne me concernait pas ! 

          pour moi c’est je bosse, envoyez le pognon ! rien à glander de la petits vie étriquée de traîne mégot !

        • Jorge Atlan 16 septembre 2011 01:00

          TSS .....

          Oui TSSSS


          ce sont tes convictions,pas les miennes, lorsque j’étais salarié , je n’ai jamais été syndiqué, je n’ai jamais cherché à piquer le boulot d’un autre, j’ai toujours agis en Franc -Tireur !

          C’est tout à votre honneur. Juste que dans ces quelques mots vous vous positionnez en individualiste forcené et c’est votre droit. Vous déléguez donc a d’autre le combat pour vos conditions de travail, les augmentations de salaires régulière.....


          les considérations politico -syndicalistes et le tous camarades ne m’a jamais intéressé , j’ai toujours bossé pour me faire un maximum de blé parce que je n’avais que ce moyen là pour vivre comme j’en avais envie à l’époque, célibataire,aimant les belles bagnoles et les gonzesses ,pas de charge de famille ni de contraintes ni engagement avec personne !

          j’étais jeune, j’avais les bons plans pour faire du fric , je n’ai pas pris de congés payés durant plusieurs années , j’ai bossé durant les jours de fêtes quand c’était possible vu que c’était payé à 100 % ....

          C’est là que ça commence a me gêner un petit peu : Payer 100 % les jours fériés ! Pas mal et grâce a qui ?


          la vie comme dans Germinal, très peu pour moi , les avantages sociaux ,les« Zakis » et tout le cirque ça ne me concernait pas !

          Je ne connais personne qui souhaite vivre comme dans Germinal. Et vous ? Juste que vous en profitez, de ces « Zakis », parce que d’autres ce sont battus pour que vous les ayez. Mais bien sur, vous êtes Héliocentrer et il n’y a que vous. Pas d’histoire sociale avant et pas après.


          pour moi c’est je bosse, envoyez le pognon ! rien à glander de la petits vie étriquée de traîne mégot !
          Si votre seul argument est le mépris pour les autres, je ne vois pas l’intérêt de l’exposer, si au contraire il est celui de vous brosser dans le sens du poil, c’est fait on aura compris que l’on a a faire a un grand homme.
          Je ne peux que vous encourager a en profiter, parce que vu la vitesse a laquelle, s’appauvrissent les classes moyennes vous risquez de tomber de haut. et d’en jetez d’autres des tombereaux de boue sur les pauvres et leur vie de mégot.


        • ZEN ZEN 15 septembre 2011 14:37

          La France, certes ,n’est pas un modèle, mais le modèle allemand a ses failles, derrière la façade, que je visite souvent...


          • Marianne Marianne 15 septembre 2011 16:01

            Voir mon article de l’an dernier sur le mythe allemand : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/apres-le-reve-americain-le-mythe-86135


            • sparte sparte 15 septembre 2011 16:19

              Par ZEN (xxx.xxx.xxx.226) 15 septembre 14:37 La France, certes ,n’est pas un modèle, mais le modèle allemand a ses failles, derrière la façade, que je visite souvent...
              ____________

              Cet article se termine en eau de boudin ! Il critique la croissance soi disant faible de l’Allemagne : c’est la sagesse Allemande ne pas se lancer dans une croissance de dingues et de faire du qualitatif ( éoliennes par exemple )

              et avec un excédent commercial e 250 MDS eur et non un déficit de 75 MDS la dif est de 325 milliards ! c’est comme s’ils exportaient 3 millions d’auto de plus que nous !

              Racontez nous l’Allemagne ... SVP .. votre vécu ...


              • c.d.g. 15 septembre 2011 17:44

                pas mal de cliche mais aussi du vrai dans cet article
                Quand je suis venu travailler en Allemagne, ce qui m a frappe c est la difference de relation. On France vous etes suspect, il faut vous surveiller. Par exemple, si j arrivais au bureau avant le patron, je devais rester a la porte car je n avais pas la cle. En Allemagne je l ai eu dès le debut ...

                Il y a peu de greve en RFA non pas car les syndicats ne demandent pas d augmentation de salaire mais parce qu il y a une reelle negociation et non pas un bras de fer ou on essaie d humilier l autre

                En France on se rapproche plus des grecs : on elit des politiciens pourris (dernier exemple Guereni) pour qu ils nous donnent des petits avantages (un emploi, un permis de construire, une place en hlm ...). On truande autant qu on peut mais quand on est pris, on hurle au scandale (que ca soit pour la fraude fiscale ou quand une racaille se fait abattre par la police les armes a la main)

                Le pire c est que je ne vois aucun signe d amelioration en France. Au contraire. Plus la situation se degrade, plus les francais demande protection au roitelet local, qui lui se paiera sur la bete


                • foufouille foufouille 15 septembre 2011 20:56

                  tout le monde y est riche sauf
                  hartz IV
                  des boulots a 1, 2, ou 3€


                  • Jean Eymard-Descons 15 septembre 2011 22:58

                    Oui-Oui à Berlin ?

                    Tintin chez les Schpountz ?

                    Les teletubbies apprennent l’allemand ?


                    • theproxy theproxy 16 septembre 2011 07:25

                      Il faudrait quand même arriver à un monde de l’entreprise plus pacifié. 


                      Il y a près de 3 000 000 d’entreprises de moins de 10 salariés en France. Et le principal problème de ces entreprises reste le cout du travail (ce qui est paradoxal quand on voit le niveau des salaires dans notre pays) ainsi qu’un code du travail qui est devenu une vraie jungle (où les plus faibles ne sont pas nécessairement protégés...)

                      Aujourd’hui si vous regardez vos feuilles de paye la différence entre le net et le cout global du salarié (hors loi fillon) est quasiment de 100%. Aucun pays Européen ne fait peser un tel cout pareil sur le travail de ses salariés.
                      Pour un salarié ce qui compte c’est le « net » (surtout quand les prestations sociales partent à la casse), pour une entreprise c’est le cout global du salarié.

                      Quand à l’embauche, le droit du travail est tellement peu lisible que l’accès à un cdi relève du parcours du combattant pour un jeune qui débarque sur le marché du travail.

                      En tous cas, vu le nombre de pseudo contrat aidés, des stages (scandaleux hors études), de cdd on en peut pas dire que notre système économique soit une réussite...

                      En Allemagne la part du budget « salarial » qui revient au salarié est plus importante qu’en France d’où des salaires plus élevés avec un cout global du salarié moins important.

                      100% de charges sociales par rapport au net (hors smic)....ca ne peut plus marcher bien longtemps. 
                      C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles il y a autant de bas salaires dans notre pays...puisque ceux ci sont moins chargés (jusqu’à 1600 euros brut je crois et c’est progressif dès que l’on quitte le smic).


                      • Olivier 16 septembre 2011 10:01

                        Un autre problème des entreprises françaises est que le travail n’est pas une valeur, et n’est pas du tout considéré. C’est même le contraire ! Seul comptent le « relationnel » et le politique.
                        Les dirigeants sont généralement des carriéristes intrigants, incompétents et irresponsables. L’abus délirant de réunions est un signe qui ne trompe pas, qui permet de diluer les responsabilités et d’éviter de faire un véritable travail.


                        • theproxy theproxy 16 septembre 2011 11:19

                          Olivier, 


                          j’aimerai nuancer ton propos que je trouve caricatural...un peu comme le salarié nécessairement profiteur ou le fonctionnaire.

                          Dans notre cas le travail est une valeur et notre difficulté est plutôt d’arriver à proposer des rémunérations attractives par rapport au cout de la vie et la réalité du milieu économique dans laquelle nous évoluons.
                          L’équation est des plus compliquées à résoudre.
                          La principale valorisation du travail demeure le salaire. On vit dans le paradoxe d’avoir des couts salariaux parmi les plus élevés et des rémunérations réelles (nettes) parmi les plus basses !

                          Il est dommage que le travail ne soit plus devenu qu’une variable d’ajustement pour les financiers ou les hommes politiques de tout bord. Il est avant tout une réalité économique et sociale.

                          D’où la grande faiblesse des TPE et PME française, la pression permanente qui pèse sur les salariés (qui doivent du coup devenir très rentable pour compenser et leurs couts et la diminution du temps de travail) et la déliquescence du tissu industriel et productif français...

                          • theproxy theproxy 16 septembre 2011 11:35

                            @olivier,


                            je voulais dire « un peu caricatural », « fonctionnaire nécessairement profiteur »

                            et

                            « Ta réalité concerne probablement plus le monde de grandes entreprises que celles des TPE ou PME »

                            Mais j’ai posté sans me relire et j’ai manifestement sauté quelques lignes smiley

                          • HELIOS HELIOS 16 septembre 2011 12:30

                            ... tout l’article (sympathique au demeurant) est une analyse tres superficielle.

                            Je m’oppose a ce qu’on dise que les français ne travaillent pas, que les syndicats fassent toujours greve et... que l’herbe est plus verte ailleurs.

                            La realité est que le systeme allemand, avec ses « landers » permet aux petites entreprises et mêmes aux moyennes d’etre enracinées dans leur tissu economique ce qui oblige d’une certaine maniere les patrons a compter sur la richesse de leurs employés. Le financement de ces petites entreprises est egalement local ce qui fait que les marges générées restent egalement locales et ne vont pas enrichir quelques bourses etrangeres.
                            Personne ne s’est posé la question sur la taille des entreprises en France et pourquoi il y a si peu de boites superieures a 100 personnes ?

                            Les allemands ne sont pas ni meilleurs ni plus mauvais (economiquement parlant), mais leur systemes est tout simplement plus efficace.... et moins sensible aux influences politiques, toujours grace a ce mecanisme de landers... et au pragmatisme des gouvernements qui sont moins puissants que chez nous.

                            par exemple, vendre des voitures de luxe horriblement cher ne fonctionne que parce les allemands peuvent les utiliser chez eux, ce qui n’est plus le cas chez nous. Vous savez tous pourquoi !

                            Bon cela dit, notre pays, par rapport aux allemands, et c’est a mon avis une cause majeure du decalage que nous observons, est probablement dû a la deresponsabilisation du personnels. En France, il n’y a plus de professionnel, mais que des employes, interchangeables dit on, mais du coup incompetents en tout. Dés que leur niveau progresse on les vire, au cas où le chef pourrait etre contesté techniquement, au cas ou le salaire devrait etre augmenté, au cas où un soupçon de dependance de l’entreprise envers lui se manifeste.
                            Nous constatons le resultat au quotidien, plus moyen de rencontrer un banquier dans une banque... et le drame s’etends a l’ecole, a la santé et aussi a la securité avec les polices municipales. Avez vous rencontré un policier local en Allemagne ? rien a voir avec les notres !
                             
                            Il faut que nous reagissions tous pour revenir a ce qu’etait la France avant, un pays intelligent, developpé et responsable... un pays ou ceux qui bossent recuperent le fruit de la plus-value de leur boulot.. etc

                            Bonne journée


                            • Salamanca Salamanca 16 septembre 2011 17:09

                              Les allemands ont entrepris de nombreuses réformes sous l’impulsion de Gérardt Schroder, qu’ont été incapables de faire les politiques de gauche et droite de notre pays. Un peu comme Zapatero qui a adopté une règle d’or cent fois plus contraignante que celle proposée par Sarkozy, votée à l’unanimité et qui comprend entre autres le non remplacement d’un fonctionnaire sur 8, d’après les echos que j’en ai eu, etc...

                              Il y a en Allemagne une vraie culture tournée vers le travail plutôt que vers l’assistanat. En France on préfère donner des aides et faire en sorte que les jeunes notamment mais pas seulement ne trouvent pas de boulot et soient au chômage. En Allemagne et même dans des pays voisins au Nord c’est l’inverse : on gagne plus à travailler, on trouve plus facilement du travail, moins de chômage. Quand en France on embauche 100 000 personnes par an, on en embauche 300 000 à 500 000 en Allemagne. Cherchez l’erreur ! Il y a un vrai problème de fond, et je crains que nos énarques de droite et de gauche, qui n’y connaissent rien, nous plombent durablement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès