Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le nouveau Boeing 787 « Dreamliner » ridiculise « l’argument Airbus » (...)

Le nouveau Boeing 787 « Dreamliner » ridiculise « l’argument Airbus » de la propagande européiste

Les dépêches de presse nous ont appris, voici quelques jours, que le premier Boeing 787 "Dreamliner" pour l'exploitation commerciale venait d'être livré dans les usinaes Boeing de Seattle (État de Washington, au nord-ouest des États-Unis) à la première compagnie aérienne exploitante, la compagnie japonaise ALL NIPPON AIRWAYS.

 

Décollage du premier B 787 commercial livré à la compagnie aérienne ALL NIPPON AIRWAYS le 26 septembre 2011

1 - LA « BOEING FRENCH TEAM »

Information insuffisamment remarquée - et d'ailleurs totalement passée sous silence par l'ensemble de la classe politique française - 14 entreprises françaises, regroupées dans une « Boeing French team » ont participé de façon significative à la construction de ce nouvel appareil :

  • Latécoère fournit les portes passagers du B 787(8 par avion). Rappelons au passage que Latécoère est un grand sous-traitant de l'aéronautique, traditionnellement installé à Toulouse, qui a multiplié les suppressions d'emplois en France au cours des dernières années, pour les délocaliser hors zone euro. Et cela à cause de l'euro, dont le taux de change est exagérément élevé par rapport au dollar depuis de nombreuses années [Source : notamment http://www.ladepeche.fr/article/2008/10/03/479292-1-000-emplois-menaces-chez-Latecoere.html) .
  • Messier-Bugatti réalise les roues les freins électriques du B 787.
  • Labinal effectue le câblage de l'appareil, soit une centaine de kilomètres à installer par appareil.
  • Thales réalise le système de conversion électrique ainsi que les divertissements à bord et les afficheurs de vol intégrés.
  • Zodiac fournit 100% des sièges des 55 B 787 commandés par ANA, ainsi que les systèmes de gestion des eaux et déchets et les toboggans d'évacuation.
  • Dassault Systèmes a installé les logiciels Catia.
  • Michelin fournit les pneumatiques
  • Messier-Dowty réalise les trains d'atterrissage.
  • Radiall procure les composants électroniques d'interconnexion.
  • Etc.

Au total, le B 787 devrait à lui seul générer entre 600 et 800 millions de dollars de ventes par an pour les industriels français partenaires.[Source : http://www.lefigaro.fr/societes/2011/09/26/04015-20110926ARTFIG00629-b-787-dix-industriels-francais-sont-a-bord.php]

Selon Yves Galland, ancien ministre français du commerce extérieur et actuel président de Boeing France, l'ensemble des l'entreprise Boeing (et pas seulement le programme B 787) génèrerait 23.000 emplois en France, dont la moitié directs. La montée en puissance des sous-traitants français ne devrait d'ailleurs pas s'arrêter là puisque la « Boeing French team » devrait s'enrichir pour réunir 17 à 18 membres d'ici à 2012.
 

2- LA FABRICATION DES BOEING REPOSE, COMME CELLE DES AIRBUS, SUR UNE COOPÉRATION INTERNATIONALE, SANS AUCUNE LOGIQUE POLITIQUE SOUS-JACENTE

Ce que révèle ces informations, c'est donc que la fabrication du nouveau Boeing 787 "Dreamliner" - comme d'ailleurs des autres avions Boeing - obéit à la même logique industrielle que celle des Airbus.

Comme je l'explique dans certaines de mes conférences, la propagande européiste qui attribue le succès d'Airbus à la construction européenne et à l'Union européenne est en effet un énorme mensonge.

2.1.- d'une part parce qu'Airbus est une coopération internationale décidée à l'origine par des États.

Les institutions de la Communauté Économique Européenne (CEE), devenue Union Européenne (UE) avec le traité de Maastricht de 1992, n'ont jamais joué aucun rôle dans Airbus.

2.2.- d'autre part parce que de nombreuses sociétés aéronautiques non européennes jouent un rôle clé dans la fabrication des Airbus, tandis que 14 des 27 États de l'UE n'y apportent pas même un boulon.

Ainsi le super-gros porteur A 380 est d'abord un avion américain puisque la part américaine (qui comporte notamment les trains d'atterrissage et toute l'électronique embarquée) est la plus importante de toutes : elle représente 35% du total lorsque l'appareil est motorisé Pratt & Whitney.

 

L'A 380 EST D'ABORD UN AVION AMÉRICAIN - Ce sont des sociétés américaines qui réalisent toute l'électronique embarquée, ainsi que les trains d'atterrissage et la motorisation (pour les versions équipées de moteurs Pratt & Whitney). La part américaine de la fabrication des Airbus A 380 se monte ainsi à de 38%, faisant des États-Unis le premier pays de fabrication par ordre d'importance.
Un A 380 de KOREAN AIR au décollage : des sociétés sud-coréennes participent au programme A 380
Douche installée dans la cabine Première Classe des A 380 livrés à EMIRATES AIRLINES

Une dizaine de sociétés japonaises, mais aussi des sociétés sud-coréennes, turques, australiennes, mexicaines, singapouriennes, canadiennes, etc. contribuent aussi à la fabrication de l'A 380 tandis qu'aucune entreprise hongroise, bulgare, slovaque, chypriote, slovène, roumaine, etc. n'y intervient.

14 des 27 États de l'Union européenne ne mettent pas même un rivet sur les avions Airbus. En revanche, de nombreuses sociétés américaines, japonaises, canadiennes, chinoises, australiennes, sud-coréennes, mexicaines, etc. participent à la fabrication des Airbus.
 

2.3. enfin parce que, LOIN DE FAVORISER L'AÉRONAUTIQUE EN EUROPE, LA CONSTRUCTION EUROPÉENNE POUSSE AU CONTRAIRE À SA DISPARITION !

Le taux de change externe de l'euro est trop élevé. Du coup Airbus délocalise sa production dans les pays hors zone euro, et notamment en Chine. Le premier Airbus A-320 entièrement fabriqué en Chine (dans l'usine de TIANJIN) a été livré à la compagnie chinoise Sichuan Airlines le 23 juin 2009.

À la fin de 2011, la montée en cadence de cette usine aura permis à la Chine de fabriquer 48 Airbus, soit près d'un par semaine. À ce rythme, que restera-t-il de l'industrie aéronautique en Europe dans dix ans ?

 

Chaîne de fabrication des Airbus A-320 entièrement fabriqués en Chine, dans l'usine de TIANJIN.
Le premier Airbus A-320 entièrement fabriqué en Chine (dans l'usine de TIANJIN) a été livré à la compagnie chinoise Sichuan Airlines le 23 juin 2009.


3 - LA PROPAGANDE EUROPÉISTE DÉMASQUÉE : LES SUCCÈS CONSTANTS DES COOPÉRATIONS INTERNATIONALES ET LES ÉCHECS SYSTÉMATIQUES DE L'INTÉGRATION SUPRANATIONALE

L'identité de logique industrielle qui préside à la fabrication des Boeing et des Airbus permet de démasquer l'un des mensonges les plus fréquemment utilisés par la propagande européiste, qui confond délibérément deux concepts totalement différents : la COOPÉRATION INTERNATIONALE d’une part et l’INTÉGRATION SUPRANATIONALE d’autre part. Pour démasquer les mensonges des européistes, il faut donc bien faire la différence entre les deux :

3.1. - la COOPÉRATION INTERNATIONALE

La coopération internationale repose essentiellement sur un intérêt commun et limité, quel que soit le sujet (industriel, économique, culturel, diplomatique, militaire, etc.). Le principe de base de la coopération internationale est le pragmatisme : on coopère parce l'on en éprouve le besoin objectif.

Dans la coopération internationale, les États ou les entreprises peuvent être en Europe mais aussi hors d’Europe. Tous ces acteurs (États ou entreprises) décident de coopérer au cas par cas sur un sujet précis et limité, qui est conforme à leurs intérêts nationaux ou à leurs intérêts d'entreprises.

Ils sont tous bien d’accord sur le même projet limité. Ils ont donc tous le même intérêt à ce que le projet réussisse.

Les exemples de coopération internationale sont innombrables. On pourra citer notamment : Airbus, la fusée Ariane (comme pour Airbus, de nombreux pays de l'UE n'en font pas partie tandis que des pays hors UE y participent : Canada, Norvège, etc.) , le Tunnel sous la Manche, la coopération nucléaire franco-chinoise, la fusion Air France-KLM, la fusion Renault-NISSAN, etc.

Comme le montrent ces exemples - parmi des milliers d'autres - LA COOPÉRATION INTERNATIONALE MARCHE PRESQUE TOUJOURS, justement parce qu'il s'agit de coopérations limitées à un objectif précis sur lequel tout le monde est d'accord d'emblée et a donc intérêt à la réussite.

 

3.2. - L’INTÉGRATION SUPRANATIONALE

À la différence de la coopération internationale, l'intégration supranationale ne repose pas sur le pragmatisme mais sur l'idéologie. Ainsi, l'intégration supranationale ne répond pas à un besoin objectivement ressenti mais répond à une directive politique.

On ne coopère pas parce l'on en éprouve le besoin objectif, mais parce que des instances politiques l'exigent. De façon complètement irréaliste, l'idéologie fait prévaloir la géographie sur les intérêts. Elle postule que, parce qu'ils sont contigus géographiquement, les États ou leurs entreprises doivent coopérer, et ainsi de porche en proche, de l'Algarve portugaise jusqu'à la Laponie finlandaise.

Dans l'intégration supranationale, les États ou les entreprises sont donc forcément ceux de l’Union européenne, parce que le dogme l'exige. Les États s’obligent à coopérer sur tous les sujets, même les plus vastes et même ceux où leurs intérêts nationaux sont les plus opposés.

Du coup, et à la différence capitale de la coopération internationale, les acteurs ne sont pas d’accord sur le même projet. Ils se disputent sans cesse pour tenter de préserver leurs intérêts nationaux ou leurs intérêts d'entreprises. Comme ils sont tous peu ou prou obligés de consentir des pertes ou des désagréments, l'atmosphère entre ces acteurs sommés de coopérer contre leur volonté intime ne cesse de s'aigrir.

Les exemples de l'intégration supranationale de la construction européenne abondent se soldent TOUS des drames ou des échecs cinglants : l'attitude de l'UE vis-à-vis de la politique commerciale à l’OMC, la position vis-à-vis des délocalisations vers les pays de l'est, la position vis-à-vis des OGM, le taux de change de l’euro, la politique de la BCE, le plan de sauvetage des banques en Grèce, la politique budgétaire de l’UE, l'intervention militaire en Irak, les relations avec les États-Unis, etc., etc.

Comme le montrent ces exemples - parmi des centaines d'autres - L'INTÉGRATION SUPRANATIONALE NE MARCHE PRESQUE JAMAIS, justement parce qu'il s'agit de coopérations forcées, globales et tous azimuts, où personne n'est d'accord d'emblée et où personne n'a donc intérêt à la réussite.

 

LE SUMMUM DU MENSONGE DE LA PROPAGANDE EUROPÉISTE - Affiche du Parti fédéraliste européen (parti politique français) appelant à voter OUI au référendum de 2005 sur la Constitution européenne. Comme beaucoup de responsables européistes de l'UMP, du PS ou d'ailleurs, ce parti a voulu faire croire aux Français que c'était grâce à la construction européenne et à l'UE que l'on devait l'A 380. C'est un mensonge multiforme : 1) les institutions européennes n'ont jamais joué aucun rôle dans AIRBUS ; 2) une minorité d'États de l'UE participent à la construction des AIRBUS ; 3) la première part dans la fabrication de l'A 380 est la part américaine ; 4) enfin, le taux de change de l'euro - qui découle bien, lui, de la construction européenne - est en train de pousser à la délocalisation hors d'Europe de toute l'industrie aéronautique française.


CONCLUSION

Tout cela prouve 3 choses, que j'explique d'ailleurs depuis longtemps dans mes conférences :

  • 1°) le jeu des alliances industrielles mondiales vide complètement de sens la propagande européiste.

Les propagandistes de l'Union européenne nous assurent depuis des décennies que l'Europe serait « indispensable » car « elle seule » nous permettrait de bâtir « des champions industriels de taille mondiale ». L'exemple Airbus et Boeing (et bien d'autres !) prouve que cet argument est totalement faux.

  • 2°) lorsque la France sera sortie de l'UE, il n'y aura aucune raison pour que ses entreprises industrielles ne puissent plus continuer à travailler dans le cadre des accords internationaux déjà noués (avec des pays européens comme avec des pays non européens).

Les propagandistes de l'UE qui nous assurent que sortir de l'UE provoquerait un cataclysme industriel se payent la tête des Français en tablant sur leur crédulité.

  • 3°) Seule l'UPR a une vision lucide et un programme réaliste puisque nous proposons aux Français de sortir de l'Union européenne, tout en leur proposant aussi de multiplier les coopérations internationales sans les limiter au périmètre absurde de l'UE.

Cela figure en toutes lettres en dernière page de notre Charte Fondatrice du 25 mars 2007 : « L’UPR entend promouvoir les coopérations internationales de toute nature avec tous les États de la planète, sans procéder à une quelconque distinction, moralement et éthiquement suspecte, en fonction de leur appartenance ou non au continent européen. L’UPR rappelle à ce propos que les définitions des continents sont de pures conventions géographiques, qui ne correspondent nullement aux affinités et aux échanges entre les États du globe.  »[http://www.u-p-r.fr/wp-content/uploads/2011/02/UPR-CHARTE-FONDATRICE-FR-2011.pdf]


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (122 votes)




Réagissez à l'article

147 réactions à cet article    


  • OuVaton OuVaton 3 octobre 2011 10:21

    Il ne suffit pas de stigmatiser la politique « europeiste », monsieur l’auteur, mais avant tout de se s’attaquer à ce libéralisme économique qui fait fabriquer dans le pays le moins disant social... C’est ce que je lis derrière cet article bien illustré par ailleurs. Bonne analyse, mauvaise conclusion. 


    • John Foster 3 octobre 2011 12:03

      Et d’après vous, qui a introduit ce « libéralisme économique » ou « mythe de la mondialisation inévitable » ? N’est ce pas justement l’essence des traités européens que de promouvoir et d’imposer aux peuples la libre circulation des biens des capitaux et des personnes ?


      Conclusion : pour s’attaquer à ce que vous dénoncez, il faut avant tout s’attaquer à ce sur quoi nous avons le pouvoir d’agir, à savoir l’UE. Quand vous coupez un arbre, vous commencez par le sommet oubien vous sectionnez bien net la base du tronc ? Alors c’est sûr, quand ça tombe, ça fait plus de bruit.

    • gorgonzola 3 octobre 2011 14:17

      S’attaquer au libéralisme ? comme ici et là vous voulez dire ?

      http://www.dailymotion.com/video/xjamx2_l-ue-vs-notre-industrie-et-nos-emplois_news
      (au passage, quels politiques nous parlent de ces art. 63 et art.32 du TFUE ??!)

      http://www.dailymotion.com/video/xkbwai_a-qui-profitent-les-privatisations_news


    • Liior 6 octobre 2011 19:35

      Pas de réponse .. c’est que vous l’avez surement convaincu :)


      Cordialement,

    • HELIOS HELIOS 9 octobre 2011 01:23

      il n’empeche que vouloir NIER l’aspect geographique est au con que de vouloir forcer les entreprises a une quelconque cooperation.

      Je ne suis pas pres d’accepter une mondialisation encore plus acharnee sous pretexte que cela va arranger quelques entreprises gigantesques. Mon boulanger et mom plombier sont bien plus interresses par ce qui se passe dans leur rue ...

      Si les exemples que vous citez sont bien reels, vos conclusions sont completement a l’oppose des objectifs que vous souhaitez, semble-il, defendre.

       


    • Ouallonsnous ? 14 octobre 2012 18:33

      OU va t’on, je suis obligé de vous rappeler cette citation, « C’est à ce qu’il regarde le doigt qui lui montre la lune que l’on reconnaît l’imbéclle ! »


    • Romain Desbois 14 octobre 2012 18:39

      non l’imbécile est celui qui regarde la lune !

      C’est celui qui va faire sans réfléchir ce que l’autre lui demande .


    • Yvance77 3 octobre 2011 10:39

      Salut,

      A la lecture de ce billet je suis rester sur le cul ! Rarement je n’ai vu un post aussi précis et renseigné, clair et abordable. Bravo à vous.

      Je vous souhaite d’aller très loin pour la présidentiel. Vous êtes une fierté dans ce que le monde pourri qu’est la politique. Vous redonnez à ce champ là ses lettres de noblesse.

      J’envisage désormais très sérieusement de voter pour vous !


      • gorgonzola 5 octobre 2011 01:58

        Ces révélations, et beaucoup d’autres encore, figurent depuis longtemps dans les conférences de F. Asselineau. Toutes sont à disposition sur Dailymotion ou Youtube et donne les clés pour se forger à grands renforts d’arguments une redoutable grille de lecture face aux gentils discours des politiques. Je recommande fortement à tous les internautes (qu’ils soient pro ou anti-FA) à prendre le temps de les visionner...


      • À Mehdi Thé À Mehdi Thé 8 octobre 2011 04:20

        Enfin quelqu’un qui cherche à fédérer l’ensemble des citoyens dépassant les clivages de bas étages.....


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 octobre 2011 10:43

        Rassurez vous mr Asselineau,

        nous savons depuis longtemps qui tire les ficelles de la spéculation internationale et comment la crise du pétrole de 73 a ruiné la carrière du Concorde. Donc, pas de surprise quant aux entraves subies par le 380 et la déportation du savoir faire français vers ce nouvel avion 787. Nos espoirs s’envolent, s’expatrient, mais volent pour les voleurs, le reste c’est de l littérature. 


        • Valparaiso Valparaiso 3 octobre 2011 16:23

          Enfin le concorde était un gouffre qui n’a jamais été rentable.
          Il ne pouvait même pas faire Rome-NY. Et au départ de Paris, son reservoir était si petit qu’il arrivait vide à NY et devait avoir la priorité absolue !
          Son manque de places assises donnait des billets or de prix et malgré ça, Air France et British airways perdaient de l’argent à l’exploiter.
          Jamais un seul Concorde n’a été vendu ! Ceux qui tournaient ont été donnés aux compagnies nationales.
          Concorde était un bijou aéronautique mais un four commercial.A un moment il faut savoir si on veut la gloire ou la rentabilité !
          Le seul qui a eu les couilles de dire ce qu’il en pensait et de prévoir le fiasco, c’est JJSS. On l’a présenté comme un traitre à la nation pour avoir osé dire... ce qui est finalement arrivé.
          Et 40 ans plus tard, on vient encore nous dire que l’echec du concorde c’est de la faute des américains... Comme c’est commode.


        • bigtoufff 3 octobre 2011 11:27

          bof se porteur qui joue sur la consommation a peine meilleurs.

          je me demande d’où sort l’auteur, et oui les dirigeant et autre parasite des deux entité sont complices, ils jouent même au golf pour savoir qui vendent le plus pour racheter l’autre quand ils auront trop tirer sur la corde .


          • zelectron zelectron 9 octobre 2011 17:03

            Asselineau est un de ces tristes sires qui fait profession de dire du mal de tout ce qui concerne l’Europe, rien, absolument rien ne trouve grâce à ses yeux. Démolir Airbus à l’avantage de Boing, c’est d’un manque total d’objectivité. Pour Asselineau tout est noir, aucunes nuances, c’est un démolisseur systématique, à croire qu’il aurait des intérêts ailleurs ...


          • Heru Heru 10 octobre 2011 08:14

            Vous n’avez absolument pas saisi le sens de l’article. M. Asselineau expose des faits. Et les évènements actuels lui donnent raison. Je rappelle tout de même que ses conclusions sont les mêmes que celles qu’il a avancé en 2004, lorsqu’il était Délégué à l’intelligence économique à Bercy.


          • Croa Croa 3 octobre 2011 11:33

            Cette industrie a longtemps été de prestige, d’où l’implication des états. La dérive libérale a entrainé la situation ici décrite laquelle n’est effectivement plus la même qu’autrefois.

            Reste une constante : Cette industrie s’est développée et se développe encore grâce aux bas prix pour le moment garanti sur les carburants, totalement détaxés sur fond de voyages touristiques complètement inutiles mais rémunérateurs. Cela ne durera pas éternellement...
            « L’avion de rêve », moins gros, sera le premier touché mais le tour de l’autre viendra aussi.

            La sagesse voudrait que l’on revienne aux hélices et aux voyages utiles et plus lents. Seuls les états pourrait l’imposer mais ils ne s’occupent plus d’aviation.

            Dure sera la chute ! smiley


            • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 3 octobre 2011 11:39

              Un article clair et argumenté, comme toujours de la part de l’auteur.


              Si les grands médias ne truquaient pas la partie, les politicards menteurs auraient du souci à se faire en face de personnalités telles que François Asselineau, dont la pensée est intellectuellement rigoureuse et l’intégrité peu discutable. On peut être en désaccord avec quelques-unes de ses positions, mais l’homme est respectable. 

              • Filipe Silva Filipe Silva 3 octobre 2011 13:08

                Sacré Kerjean ... lol

                Si vous vous intéressiez et connaissiez vraiment l’UPR, vous sauriez, qu’il est composé d’une majorité de gens de gauche et pas de Droite.
                Si çà se trouve l’UPR est plutôt alors financé par le KGB, non ?
                lol

              • Anaxarete Amaurea Anaxarete Amaurea 3 octobre 2011 13:21

                est ce que tu as lu le site UPR, as tu assisté a une ou plusieurs conférences de François Asselineau, tu lui as parlé ? suis tu la page de l’UPR sur Facebook ? non ? c’est quoi la source de tes accusations/affirmations alors ? vos mieux fermer sa gueule et passer pour un con que l’ouvrir et laissez aucun doute a ce sujet on te l’a jamais apprise celle la ? ^^


              • Jaco 3 octobre 2011 13:40

                Bonjour kerjean,

                Alors que cet article démontre intelligemment - avec arguments rationnels et exemples - en quoi le mythe européiste « Airbus = Avion européen donc UE = Compétitivité et réussite économique » est faux, votre commentaire ne contient aucun contre-argument à ce sujet. De plus, on y ressent une sorte de condescendance assez insultante. Ex : « pour bien rester dans la main de son maître » ???

                Cependant, faisons tout de même l’effort de discuter sereinement, si vous l’acceptez...

                « comment catalyser le mouvement anti-européen pour bien rester dans la main de son maître »
                 ??? Soyez plus précis, de quel maître parlez-vous ? Sarkozy ? L’UMP ? La CIA ? Les américains ?
                De plus, si M. Asselineau était du genre à « rester dans la main de son maître », il aurait probablement accepté un poste dans une grande banque - avec salaire plus que confortable - au lieu d’aller donner des conférences dans des petits bleds de la campagne profonde.

                « les adversaires de l’UMP, les vrais »
                Pourrait-on savoir qui sont les -vrais- adversaires de l’UMP ??? Le FN ? Les lecteurs d’Agoravox apprécieraient (je pense) que vous nommiez franchement les -vrais- adversaires de l’UMP. Ecrivez clairement quelles idées ou quel parti vous soutenez, ça permet de monter le niveau du débat. Personnellement, je soutiens l’UPR.

                « Attention, je ne dis pas que l’UPR est financé par la CIA »
                Si vous n’avez pas d’argument sourcé à proposé, n’amalgamez pas l’UPR et les « trotskystes et maoistes des années 60 dont on a finalement appris qu’ils étaient payés par la CIA ». Ce n’est pas correct et pourrait même être considéré à la limite comme de la délation.

                « De toute manière, quelle est la crédibilité d’un type qui a bossé avec Longuet, Charette, Balladur, Sarkozy, Pasqua »
                Encore une fois, votre attaque est remplie d’amalgame et n’est pas justifiée.
                Concernant Pasqua, la critique est juste mais je vous propose le contre-argument de M. Asselineau  :
                http://www.u-p-r.fr/vos-questions-nos-reponses/questions_diverses/quels-ont-ete-les-liens-de-m-asselineau-avec-m-pasqua
                A vous de répondre.

                Pour Longuet, Charette, Balladur et Sarkozy, reprochez-vous à M. Asselineau d’être haut-fonctionnaire ??? Reprochez-vous à un enseignant de collège de travailler pour le ministre de l’Education Nationale ? Reprochez-vous à un garde-forestier de travailler pour le -forcément pourri puisque c’est un ministre- ministre de l’écologie ? Votre argument est même fallacieux puisque c’est Sarkozy qui, quand il était ministre de l’économie, a mis au placard M. Asselineau qui mettait en garde les hommes politiques français de l’imminence d’une crise financière majeure et de l’effondrement de l’euro à terme.

                J’attends vos réponses,
                Cordialement.


              • gorgonzola 3 octobre 2011 14:27

                "En plus, un mec qui est exactement dans le même plan com que les enfoirés de Canal Beauf, Apathie et sa bande pour dégommer Melenchon, laissez moi rire."

                C’est donc ça... Vous n’avez toujours pas digéré l’article sur Mélenchon alors vous venez troller sur celui-ci...


              • gorgonzola 3 octobre 2011 14:36

                François Asselineau a été directeur de cabinet de Pasqua quand celui-ci était président d’une collectivité locale. Pasqua n’était plus ministre depuis déjà 6 ans. FA n’a donc jamais été, ni directeur, ni même simplement membre du cabinet de Pasqua lorsque celui-ci fut ministre de l’Intérieur. Il n’a jamais travaillé non plus pour celui-ci d’une quelconque façon, ni à ce titre ni à aucun autre, avant 1999. Cela signifie en particulier que FA n’a jamais travaillé au ministère de l’Intérieur et qu’il n’a jamais été, ni de près ni de loin, mêlé aux « affaires politico-judiciaires » de Pasqua qui ont émaillé la chronique ces dernières années. À la différence de hautes personnalités travaillant actuellement à l’Élysée ou dans l’opposition et qui ont été convoqués devant les juges, FA n’a jamais été entendu par la justice. Son nom n’a jamais été mêlé, ni de près ni de loin, à ces affaires Pasqua, ni d’ailleurs à aucune autre...

                D’autres part si on va dans le sens des accusations du style de « il a travaillé pour... alors c’est un pourri », on peut rappeler que c’est le Maréchal Pétain qui a fait la carrière du Général De Gaulle, l’instigateur de la France libre... A ce petit jeu on pourrait aussi décrédibiliser n’importe quel homme politique contemporain de gauche comme de droite.

                Je rappelle aussi à toutes fins utiles, que le mouvement de l’UPR ne reçoit que les seuls dons et adhésions de ses adhérents et sympathisants, à L’EXCLUSION DE TOUTE AUTRE RECETTE.
                L’UPR ne bénéficie donc pas :
                - ni de fonds publics versés aux grands partis politiques,
                - ni de fonds publics discrètement reversés par l’UMP ou le PS,
                - ni de fonds versés par des États étrangers ou leurs services d’influence,
                - ni de « valises » aimablement remises par telle ou telle officine,
                - ni des services d’une municipalité gracieusement mais illégalement mis à sa disposition,
                - ni de « rétrocommissions » sur des contrats d’armement,
                - ni de « rétrocommissions » sur des contrats pétroliers ou gaziers,
                - ni de détournement de fonds organisés par des « bureaux d’études » pour des collectivités locales amies,
                - ni de largesses de Mme Bétencourt ou autres milliardaires,
                - ni de captation d’héritage sur l’héritier d’une entreprise de ciments,
                - etc.


              • Liior 6 octobre 2011 19:41

                A chaque fois que quelqu’un explique que François Asselineau tape plus sur le FN/DLR/FG que sur ses adversaires, je répond pas l’étude qu’on avait fait à l’époque où nous avions comptabilisé le temps de parole de François Asselineau en Conférence ou à l’Ecrit, et avions comparé le temps/nombre de mots passé sur le FN (nous n’avions pas fait sur Mélenchon ou NDA) et avons conclu à quelque chose de tout de même étonnant.


                Bien que beaucoup expliquent à tout va qu’Asselineau ne sait rien faire d’autre que taper sur le FN ou ses « concurrents » avec qui il devrait « s’allier », le temps passé à leur sujet est globalement de 3% à 5% de ce dont il parle, tout média confondu.

                Ce temps a du encore considérablement baisser, puisque depuis que nous avions fait cette étude, il a fait beaucoup de passages médias etc. Cela date de genre 4 ou 5 mois.

                Cordialement,

              • babadjinew babadjinew 3 octobre 2011 12:29

                1 airbus par semaine rapide que les slaves........

                Transfert de technologies imposés par la Chine aussi me semble t’il. Pas de transfert pas de marché !

                Pourquoi pas, faisons tout construire la bas et devenons tous des agents du tourisme histoire de faire visiter aux 1% chinois la douce Europe.

                Iles Grecques bientôt à vendre, grands crus déjà vendu, et même PSG made in Cathare..... C’est assez comique.....

                Mais bon pas encore suffisant apparemment il faut sortir de l’Europe et de l’Euro histoire que les coûts baisses pour nos futurs acquéreurs. Combien déjà l’arme économique de destruction massive de la seule Chine ? 2,3 trillons de US$ ?

                Vous espérez certainement un bakchich conséquent si vos idées absurdes passent. Toujours plus n’est il pas ? 

                M’enfin comme la lobotomie opère vous aurez peut être gain de cause et pourrez ainsi finir de sabrer le peu qui reste d’un monde un peu humain. Vive le néo libéralisme à outrance bien entendu souverain et national. Mais sous tutelle du bon vouloir du Partie Communiste Chinois.

                Jolie pirouette faut reconnaitre !    

                • Filipe Silva Filipe Silva 3 octobre 2011 13:13

                  @babadjinew c’est bizarre, mais ce que vous dénoncez là c’est ce que dénonce L’UPR, êtes-vous sûr d’avoir bien pris le temps de voir les conférences d’Asselineau ?

                  ou faites-vous votre opinion, en survolant les articles, en restant accroché à vos dogmes ?

                • babadjinew babadjinew 3 octobre 2011 13:29

                  Je n’ai que faire de votre programme d’arrière garde venu tout droit du défunt 20eim siècle. D’ailleurs je n’ai que faire d’aucun des programmes politique actuel car ils sont tous basés sur les même pipo. Crises, dettes, gestion de la dettes patati patata.


                  RIEN DE NEUF DEPUIS BIEN 40 ANS

                  Pondez moi une politique basée sur une économie de ressources et non pas de profit et la je prendrais la peine de lire.

                  En attendant, vous ne ferez jamais croire à une seule personne qui réfléchi un tout petit peu qu’une politique basée sur le profit puisse être bénéfique à l’ensemble des petits Quidams humains voir même dans votre cas d’arrière garde aux petits Quidams de la region France !  

                • Heru Heru 3 octobre 2011 14:35

                  @babasjinew

                  « Pondez moi une politique basée sur une économie de ressources et non pas de profit et la je prendrais la peine de lire. »

                  Et pourquoi vous ne le faites pas vous-même ? 

                  Vous êtes de ceux qui critiquent, sans rien proposer. Bref, vous ne servez à rien.


                • babadjinew babadjinew 3 octobre 2011 19:14

                  Il est parfois, même souvent, plus utile de ne servir à rien plutôt que de continuer mordicus sur un chemin qui n’entraîne QUE CHAOS !


                  40 ANNÉES DE CETTE POLITIQUE DÉBILE POUR EN ARRIVER A QUOI ? 

                  A déposséder l’ensemble des petits Quidams du peu qu’ils avaient, ce par le biais des laquais politique de droite comme de gauche, au profit d’une infime minorité.

                  Au moins même si a rien je ne sers, j’ai toujours la conscience suffisamment claire pour savoir que mes actes et mes mots jamais n’auront été dans le sens de l’asservissement de mon prochain. 

                  Votre politique basé sur LE PROFIT au bilan de ces 40 dernières années SI ! Et ne venez pas nous chantez la messe aujourd’hui, car apparemment en des temps moins pénible déjà en position de responsabilités certain d’entre vous ce trouvaient !

                  Alors pourquoi feriez vous aujourd’hui ce que hier vous n’avez pas été foutu de faire. Si le sentiment d’utilité peut passer sans problème outre une forme de résultat dans les sphères de l’illusion politique, dans mon univers d’inutilité, le maître mots est de ne pas faire aux autres ce que point je n’aimerais qu’on me fasse. 

                  Certainement très naïf comme principe, mais que voulez vous un petit quidam je suis et pire encore fier de l’être !
                   

                     

                • kane85 kane85 3 octobre 2011 12:50

                  Monsieur Asselineau.

                  En admettant que nous sortions de l’Europe.... Est ce que cela changerait quelque chose à cette histoire ?

                  Est-ce que notre industrie aéronautique ne sous traiterait plus rien à l’étranger ?

                  Est-ce qu’un miracle nous rendrait plus concurrentiels que la chine ?

                  ARRETEZ DE NOUS ENFUMER

                  Vous savez très bien qu’il n’en est rien et que le système ultra libéraliste d’aujourd’hui est la cause première de ces délocalisation et sous traitances avec l’étranger.

                  vous ne parlez jamais de ce système bancaire pourri qui affame les peuples et appauvri les pays Européens et la France en particulier...

                  Ne pas en parler mais désigner d’autres fautifs, des boucs émissaires , c’est être complice de cet état de choses...

                  Et vous voulez qu’on vote pour votre parti qui, en dehors de nous faire sortir de l’Europe, ne changerait rien à la dette et aux restrictions sans précédent qui nous attendent ?

                  Pipo tout cela !

                  Monsieur Asselineau, j’ai des questions majeures à vous poser :

                  Si vous remportez ces élections, que ferez vous concrètement pour régler le problème de la dette et de la misère qui nous attendent ?

                  Allez vous permettre à l’état Français de battre monnaie comme cela était le cas avant 1973 sachant que c’est depuis cette période que notre dette s’accumule car nous avons laissé les banques privées prêter à l’état avec intérêt ?

                  Allez vous déclarer cette dette « dette odieuse » car non voulue par le peuple puisque relevant de décisions prises en dehors de lui par des personnes issues du milieu bancaire ?

                  Allez vous laisser « la loi du marché » et l’ultra libéralisme actuels continuer à détruire notre industrie obligeant à toujours plus de délocalisation ? Sachant que ce système pousse les salaires vers le bas et augmente le taux de chômage et de pauvreté ?

                  J’attends de vous des réponses claires, nette, courtes, sans langue de bois et non de nouvelles questions ou des manoeuvres dilatoires.

                  Merci !


                  • François Asselineau François Asselineau 3 octobre 2011 12:57

                    Si vous aviez cherché un petit peu sur le site de l’UPR, vous auriez trouvé ceci :

                    L’UPR n’est pas un parti girouette qui change sans arrêt ses propositions selon la dernière actualité.

                    Nos 7 remèdes prioritaires constituent à eux seuls le changement politique le plus puissant qui ait été présenté aux Français depuis 1958.

                    Les voici :

                    1. la sortie urgente de l’euro, dont les effets sont désastreux dans tous les domaines et dont la désintégration est inéluctable,

                    2. la réattribution à la Banque de France de son rôle normal de financement de l’État et des collectivités locales, sans quoi tout contrôle de l’endettement public est voué à l’échec (abrogation de l’article 25 de la loi n°73-7 du 3 janvier 1973),

                    3. la réappropriation par la France de son droit inaliénable à défendre elle-même ses propres intérêts à l’Organisation Mondiale du Commerce(OMC), sans laisser cette tâche, cruciale pour contrer les délocalisations, à la Commission européenne qui piétine nos intérêts vitaux,

                    4. le rétablissement effectif du contrôle des flux de capitaux, de marchandises, de services et de personnes, seule mesure de sauvegarde permettant de donner un coup d’arrêt à la débâcle économique et sociale en cours,

                    5. la renationalisation de notre politique étrangère, accompagnée d’une sortie de l’OTAN et du retrait de nos troupes engagées dans des guerres juridiquement illégales, moralement honteuses, et très meurtrières(comme en Afghanistan par exemple),

                    6. la sortie au plus vite de l’Union européenne car toutes les mesures précédentes, vitales pour redresser la France, sont toutes contraires aux traités européens. Cette sortie est parfaitement possible : l’article 50 du traité sur l’UE l’a prévue,

                    7. le lancement d’un grand programme de logements sociaux. Il sera financé par notre sortie de l’UE, qui nous fera économiser au moins 10 milliards d’euros par an, estimation minimale du coût net de l’Union européenne pour la France. Nous résoudrons ainsi les problèmes de logement des Français tout en procédant à une relance économique créatrice d’emplois.

                    Rappelons ici qu’un programme plus détaillé, comportant notamment d’autres mesures structurelles, sera présenté par l’UPR le moment venu pour les échéances de 2012.


                  • Anaxarete Amaurea Anaxarete Amaurea 3 octobre 2011 13:05

                    ça c’est vraiment insupportable quelqu’un qui attaque, crache questionne sans même avoir pris la peine de se renseigner par lui même avant pour voir si ses questions n’avait pas déjà une réponse >_<


                  • Louis Matisse Louis Matisse 3 octobre 2011 14:12

                    Quand on pose des questions de fond, il faut avoir la décence intellectuelle de ne pas y mélanger des remarques sans fondement et hors sujet, et de ne pas conclure avant celles-ci. Les conclusions avant les réponses, c’est déjà fort, mais les conclusions avant les questions, c’est tout de même formidable. Quant à la forme, je crois qu’il faut veiller à rester dans la politesse la plus élémentaire. Toutes ces choses-là que j’affirme me semblent selon le bon sens des préalables nécessaires à un débat ou à une discussion de bonne foi.

                    Autrement, vos conclusions ou remarques, faites sans même que vous ne sembliez connaître la position générale de l’UPR (je vois en contrebas des questions qui en relèvent), c’est pour le coup me semble-t-il de l’enfumage. A ce sujet, contrairement à ce que vous affirmez, je ne crois pas que cet article qui présente des faits, c’est-à-dire des vérités indiscutables, enfume les lecteurs ou même le tente d’une quelconque manière. Je pense qu’ils sauront l’apprécier à juste titre.

                    Pour revenir sur ce que je l’espère vous intéresse réellement, c’est-à-dire les questions de fond, je vous suggère de lire le programme de l’UPR qui est justement un programme clair et concret, et donc sans embûche : http://www.u-p-r.fr/le-programme-de-l-upr. Dans ce parti, vous savez exactement pour quoi vous vous engagez et sous quelles conditions (http://www.u-p-r.fr/charte-fondatrice). Au regard de vos questions, qui semblent aller dans le sens d’actions positives, je pense que vous ne pourrez qu’être séduit par le programme de l’UPR.

                    Bien à vous,
                    Louis Matisse. 


                  • kane85 kane85 3 octobre 2011 14:15

                    Monsieur Asselineau

                    Merci pour votre réponse même si j’aurais préféré qu’elle soit personnalisée et simple plutôt qu’un copié collé de programme.

                    Les programmes, je m’en balance ! Je n’aime rien tant qu’une discussion entre deux personnes et non des morceaux de ce qui a déjà été dit à d’autres et en d’autres lieux.

                    Je juge aussi un homme politique à sa capacité à répondre directement à des questions sans en référer à des textes déjà écrits. En faisant cela la personne en question montre un manque de naturel et d’à propos... ça me gêne énormément car cela me fait penser à quelqu’un aux ordres qui suit un programme donné et s’y accroche de peur de faire ou dire des bêtises...

                    Vous m’avez servi le discours officiel mais pas le fond de votre pensée.

                    L’authenticité est vraiment quelque chose qui se perd ! Dommage ! Vous ne m’avez pas convaincue de votre sincérité !

                    Je réponds ici à ceux qui me reprochent de ne pas être allé lire et voir les documents sur le site proposé... trop long, trop touffu, trop langue de bois, trop compliqué, trop politique !!

                    Et surtout, pour ceux qui suivraient les débats dont ceux du fil « après les casse toi pauvre con .... », j’avais bien prévenu que je n’irais rien voir car la première chose qu’a faite Monsieur Asselineau sur ce fil est de menacer Ariane Walter de porter plainte contre elle en diffamation au lieu de répondre à une de ses accusations (qu’elle ait été vraie ou fausse).

                    Je lui avais bien expliqué qu’un tel comportement politicard m’était insupportable ! (voir mes posts vers la fin du fil en question)


                  • kane85 kane85 3 octobre 2011 14:34

                    @ Louis Matisse

                    Un programme est par définition de l’enfumage !

                    Un texte bien poli, bien peaufiné pour plaire aux plus de gens possible.

                    Un programme, cela s’est déjà vu pas mal de fois, c’est fait pour ne pas être suivi....

                    Ce qui m’intéresse c’est ce que la personne qui se présente a dans les tripes et donc sera vraiment capable de faire.

                    Pour le moment Monsieur Asselineau a fait des copiés/collé pour me répondre, me proposant d’aller ingurgiter la prose qui a été faite pour que la bouillie passe bien, et a proféré des menaces sur une personne qui a dit des choses sur lui au lieu de répondre clairement à ses accusation...

                    Deux mauvais points : je n’aime pas les perroquets et les procéduriers !

                    Il faut commencer à comprendre que pour de plus en plus de gens il y en a marre de tout ce baratin qui ne donne rien à l’arrivée !

                    Il serait peut être temps de remettre tout à plat et de passer à une nouvelle république en faisant le ménage de toutes ces vieilles barbes au passage pour laisser la place à des gens assez jeunes pour avoir vraiment une vue du futur pour la France.

                    Quant on a 30 ans on et trop impulsif
                    Quant on a 40 ans on s’assagit et commence à gérer avec discernement
                    Quant on a 50 ans on voit encore un futur pour soit même et pour les autres
                    Quant on a 60 ans l’horizon se rétréci et on commence à penser plus particulièrement à soit
                    Quant on a 70 ans et plus on n’a presque plus de futur... comment peut on penser à celui des autres ?

                    La France n’a pas besoin de vieux machins qui ne pensent qu’au pouvoir et à engranger le plus possible pour eux afin de profiter le plus possible des quelques années de vie qui leur reste...

                    Est ce que Monsieur Asselineau propose que le vote soit obligatoire en France et que le bulletin blanc soit reconnu en tant que tel c’est à dire comme le fait que la personne qui vote ne trouve pas son bonheur parmi les candidats proposés ?

                    Cela serait l’occasion de sacrés surprises aux prochaines élections !!


                  • politzer politzer 3 octobre 2011 14:42

                    je comprends parfaitement ces critiques, moins celles adressées à la réponse de François Asselineau. Moi je suis marxiste léniniste et pas de la tendance Groucho. La classe ouvrière et la vache enragée je connais. Mais je suis convaincu qu on ne peut brûler les étapes et qu’il y a urgence à sortir ce ce merdier l EU si on veut avancer dans notre lutte contre l’impérialisme dans sa phase de pourrissement. Il n y a AUCUN candidat ( sérieux , intègre ) qui propose de s opposer à la dictature de l’EU à part lui. Cette nouvelle situation aura l avantage de clarifier les luttes de classe : nous serons confrontés à notre bourgeoisie nationale sans l excuse du pouvoir européen et de ses règlementations . J ajoute quand même que le programme de l upr s apparente à celui du CNR qui a produit la sécurité sociale en France considérée à juste titre comme un modèle indépassable. La sécu qu est ce que c est ? eh bien c est la réalisation de l’idéal communiste résumé comme ceci par les fondateurs du marxisme :« de chacun selon ses capacités, à chacun SELON SES BESOINS » ! On comprend pourquoi la bourgeoise américaine traite la France de communiste ! On a reculé d un pas sous la pression UMPS , il faut avancer de deux maintenant !


                  • gorgonzola 3 octobre 2011 14:44

                    F. Asselineau se déplace de régions en régions et s’il passe par la votre ne ratez surtout pas cette occasion pour échanger avec lui en direct, comme vous le dites dans votre réponse. Je crois qu’il n’y a pas meilleure occasion pour quelqu’un qui veuille vraiment échanger smiley

                    Cordialement


                  • Louis Matisse Louis Matisse 3 octobre 2011 14:45

                    Pourtant monsieur, les programmes sont bel et bien ce qui importent puisque ce sont eux qui sont les garants du « pacte politique » entre les représentants d’un parti et ses membres. S’il n’y a pas de respect des programmes et des chartes, le « pacte politique » est brisé, et il faut quitter ce parti. Si vous ne vous y intéressez pas, pourquoi posez-vous des questions de fond qui vous navrent lorsque vous en recevez des réponses d’autant plus claires qu’elles sont inscrites dans la charte et dans le programme du parti en question ?

                    Je ne crois pas que tout ce que l’on vous répond soit du moindre intérêt pour vous. Au devant de votre discours, et de vos commentaires, j’ai la tristesse de penser que vous n’êtes pas de bonne foi ni honnête dans votre position, et que vous n’essayiez pas de disputer quelques idées. J’ai au moins la consolation de me dire que les réponses que l’on vous apporte comme l’on jette au vent auront pour les personnes qui seraient amenées à vous lire ici quelques utilités. Au cas où je me tromperais, je n’en serais que davantage consolé.


                  • gorgonzola 3 octobre 2011 14:55

                    @Kerjean : les gens sont assez grands pour faire ce qu’ils veulent, s’ils veulent voter pour NDA ou le FN ils le font. François Asselineau apporte juste une grille de lecture originale sur le système de clivage, sur les partis dits « d’opposition » et sur les promesses des européistes... Simplement le public que l’UPR rencontre lui apporte la preuve que les gens apprécient les analyses de fond.


                  • kane85 kane85 3 octobre 2011 15:37

                    @ Louis Matisse

                    Intervenant depuis peu et seulement sur les fils de Monsieur Asselineau...

                    Je n’ai pas plus de raison de croire dans le discours officiel ou le programme de votre parti que dans celui de n’importe quel autre parti.

                    J’espère que vous vous êtes aperçu que les autres partis tiennent les mêmes propos quand vous leur posez une question : nous vous disons la vérité, nous sommes vos sauveurs, notre programme est le seul valable, fiable et exécutable...

                    Un programme n’engage que la personne qui adhère à un parti politique. Je ne fait parti d’aucun ce qui me permet de garder une grande liberté d’action par rapport à tout ce qui nous est dit tout au long des campagnes électorales. C’est d’ailleurs aussi pourquoi je vais me renseigner et poser des questions un peu partout pour « tester » à quelle sauce chacun a décidé de nous manger ! Et je voterais en fonction de tout cela.

                    Je juge les gens sur ce qu’ils me disent et font et non sur des discours qu’ils n’ont pour la plupart du temps pas écrit eux même.

                    Je lis et décortique très attentivement tout ce que Monsieur Asselineau a écrit sur les deux fils où je suis intervenue et, comme je vous l’ai dis plus haut, il a eu deux mauvais points pour le moment.

                    Rassurez vous, il est loin d’être le seul sur qui je pratique ce petit sport et n’a pas les plus mauvaises notes actuellement.

                    Je ne pense pas que je me déplacerais pour voir Monsieur Asselineau, pas que je ne veuille pas le rencontrer et discuter honnêtement avec lui mais parce que je serais dans l’obligation de me « fader » un discours politique qui n’aurait d’autre conséquence que de me mettre de mauvaise humeur si je n’attrape pas des boutons pour cause d’extrême allergie à ce genre de chose... Après, je deviens très désagréable !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès