Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le réchauffement climatique suspecté de favoriser l’expansion de la (...)

Le réchauffement climatique suspecté de favoriser l’expansion de la maladie de la langue bleue

En août 2006, des cas de fièvre catarrhale concernant des bovins et des moutons ont été observés aux Pays-Bas, puis en Belgique et en Allemagne. Le nombre total des foyers où cette fièvre a été identifiée est désormais de dix-sept. Cette affection, communément appelée maladie de la langue bleue, était jusqu’alors limitée au Bassin méditerranéen.

La fièvre catarrhale est une maladie virale non contagieuse transmise par un moucheron qui touche les ruminants, principalement les moutons. Aucun cas de transmission à l’homme n’est connu. A l’origine, cet insecte avait été observé en Afrique du Sud, mais, avec le temps, la maladie de la langue bleue n’a cessé de progresser vers le nord. Les derniers foyers européens étaient la Sardaigne, la Corse et les Baléares. Compte tenu du mode de transmission, il n’est pas exclu que le réchauffement climatique global soit à l’origine de la présence de celui-ci dans des latitudes où il était jusqu’alors inconnu.

La période d’incubation de cette maladie varie de 5 à 20 jours. Les symptômes sont multiples mais essentiellement de la fièvre, des muqueuses enflammées, des problèmes respiratoires et une langue enflée et colorée en bleu. Le décès des animaux est fréquent et survient dans les 8 à 10 jours. Ceux qui guérissent enregistrent d’importants retards de croissance et sont souvent devenus stériles. L’inscription de cette épidémie dans la durée aurait pour la filière ovine des pays concernés de lourdes conséquences financières.

Les autorités sanitaires belges n’ont cessé d’étendre le rayon du cordon sanitaire autour des cas décelés pour finalement décider que tout le pays était concerné. Les transports de ruminants à l’intérieur de la Belgique ne sont pas interdits mais réglementés. En revanche, à l’heure actuelle, les exportations sont interdites. Des mesures sanitaires ont également été prises aux Pays-Bas.


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • JS (---.---.136.71) 29 août 2006 13:16

    Eh oui ! ce n’est qu’un petit avant-goût de ce qui nous attend si on ne renverse pas la vapeur en matière de gestion (actuellement non durable) de « la » Planète.


    • Cool Mel (---.---.125.5) 29 août 2006 18:26

      «  ! ce n’est qu’un petit avant-goût de ce qui nous attend si on ne renverse pas la vapeur en matière de gestion (actuellement non durable) de »la« Planète. »

      Et ben, renverse, mon pote, renverse, personne ne t’en empêche.

      Quant à la langue bleue, avec le réchauffement, elle devrait plutôt passer en catégorie « saignante », non ?


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 août 2006 14:06

      Salut Henry

      Un site intéressant à voir :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9chauffement_de_la_plan%C3%A8te

      ,... ensuite dans Google , tapez : réchauffement climatique et risques de paludisme à Londres

      @+ P@py


      • Henry Moreigne Henry Moreigne 29 août 2006 14:16

        merci p@apy les bons tuyaux smiley


      • (---.---.22.3) 29 août 2006 22:14

        Ben, oui, et alors ?

        ça n’est probablement pas la seule modification de notre environnement à laquelle il faut s’attendre...

        Soyons en éveil, et ne considérons plus benoîtement que certains phénomènes, certaines maladies sont réservés aux pays « en voie de développement »

        Si le climat se réchauffe, c’est une très grosse machine, très lente à faire tourner, et tous nos petits poings rageurs n’y suffiront pas.

        Il faut donc s’adapter ou périr. Merci Mr Darwin...


        • bourriquette (---.---.7.106) 30 août 2006 11:49

          c’est certes un pb de santé publique mais je pense qu’il n’est pas nécessaire de s’alarmer outre mesure car cette maladie est bien connue des professionnels (exploitants, vétérinaires...) et je fais confiance au bon sang paysan pour réagir et enrayer le pb avant qu’il n’en devienne un majeur ... mais à suivre, pour résumer pas d’affolement mais prudence est mère de sûreté !


          • Pierre-Yves Guignard (---.---.237.27) 6 septembre 2006 10:17

            Je vous conseil la lecture de cet article de Paul Reiter qui va vous rassurer. Reiter dirige l’unité des insectes et des maladies infectieuses à l’Institut Pasteur.

            http://www.revuefusion.com/images/Art_998_17.pdf

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès