Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le retour de l’Armée : la seule solution pour la Grèce (...)

Le retour de l’Armée : la seule solution pour la Grèce ?

A la grande joie de tous les euro-sceptiques de la planète entière, le peuple grec a voté massivement, lors des dernières élections législatives, pour des partis politiques rejetant la politique de rigueur mis en place par un gouvernement d'union national. Conséquence de ce choix, une majorité parlementaire impossible à trouver et l'organisation de nouvelles élections le 17 juin. D’après les derniers sondages publiés, les Grecs ont l'intention d’amplifier ce vote de rejet de la classe politique traditionnelle.

La colère de Grecs est compréhensible, voir salutaire, psychologiquement cela fait du bien de pouvoir se soulager quand la pression et le stress sont trop forts, mais un scrutin si important à un moment si crucial pour le pays est-il le lieu idéal pour exprimer des choix irrationnels ?
 
Les grecs votent mal
 
"Mal voter", ce n'est pas voter pour un parti dont les dirigeants ne partagent pas les idées de la Troïka (UE-BCE-FMI), de Wall street ou celles de l'auteur de ces lignes. Ce n'est pas non plus avoir des votes si dispersés sur l'échiquier politique (aucun parti ne dépasse un cinquième des suffrages exprimés) et si excessif (presqu'un électeur sur deux donnant sa voix à un parti d’extrême droite ou d’extrême gauche), que cela conduit à l'impossibilité de dégager une majorité parlementaire assez large pour soutenir un gouvernement stable.
"Mal voter" c'est donner sa voix à des personnes qui non seulement ne représentent pas ses idées mais qui même en sont à l'opposés. La Grèce est un cas d'école ; les trois-quarts des Grecs (75,9%, sondage réalisé entre le 15 et 17 février et publié par le quotidien Ethnos) se prononcent en faveur "de la perceptive européenne" de leur pays et ne souhaitent pas "la sortie de l'euro" alors qu'ils accordent deux tiers de leurs voix à des partis politiques qui rejette de fait (même si leurs discours sont différents) l'appartenance à l'Union européenne et à l'euro. Pourtant la Grèce est le pays qui reçoit le plus d'aide de toute l'Union européen va comprendre Charles. 
 
Les Grecs commettent un suicide collectif. Voter Alexis Tsipras - le leader de la gauche radicale un Mélanchon sauce tzatziki en plus jeune et plus beau - ou pour l'Aube dorée, abusivement étiqueté de parti néo-nazi (le parti propose "seulement" de renvoyer dans leur pays d'origine les immigrés illégaux, c'est de l'eau tiède pour les "vrais" Nazis), ce n'est pas la même chose que donner sa voix à Le Pen ou au NPA. Non pas à cause de leurs positionnements politiques, plus radicaux que leurs équivalents français, mais à cause du mode de scrutin en Grèce. Les législatives grecques se font à la proportionnelle avec une prime de cinquante élus au premier arrivé et un seul tour. Un one shot qui ne permet pas de corriger le tire du premier tour contrairement à la législative française.
 
On sait bien que de nombreux électeurs qui votent pour l'extrêmes gauche ou pour l’extrême droite ne désirent pas voir arriver Mélanchon, Poutou ou Le Pen au pouvoir, leur seule intention est de gauchiser le PS ou de droitiser l'UMP. En Grèce le vote est définitif puisqu'il n'y a pas de deuxième tour, et comme le parti d'extrême gauche - Siryza - est arrivé devant le parti socialiste grec (Pasok) il n'est pas étonnant qu'un effet de "vote utile" leur bénéficie (en France on a plus l'habitude que ce phénomène bénéfice aux deux poids lourd modérés que sont le PS et l'UMP).
Et pourtant les Grecs ont accordé plus de 65% de leurs suffrages à des partis qui refuseraient, si ils étaient au pouvoir, d'appliquer les engagements pris par l'ancienne majorité d'union nationale et stipulés par le mémorandum signé entre la Grèce et la troïka. Rappelons que cet accord permet à la Grèce de ne pas faire faillite ; les trois créanciers apportent un soutient financier et technique à la Grèce qui en retour s'engage à effectuer un certain nombre de réformes structurelles. Sans ces réformes, qui sont bien sûr des sacrifices, la Grèce ne touchera pas les aides promises, sans ces aides la Grèce fera faillite et se mettra au ban de l'UE avec à terme une sortie inévitable de l'Union puisque les textes européens ne prévoient pas de sortie de l'euro sans quitter l'UE.

Le peuple grec ne peut plus faire chanter les autres peuples européens
On pourrait me rétorquer que je n'ai rien compris à la stratégie - trop subtile - menée par le peuple grec et que l'objectif est de toucher les aides de l'Union et du FMi ad vitam æternam, de continuer à vivre au dessus de ses moyens et à ne faire aucune réforme de structurelle. En claire à prendre les Européens et le reste du monde pour des gogos. Malheureusement cette stratégie ne marchera pas. Non seulement les dirigeants des pays partenaires (si on peut les appeler comme cela) sont à bout de nerf, mais un mécontentement des populations se fait sentir à l'endroit des Grecs. Ce mécontentement se traduit, par exemple, par la progression des partis populistes d'Europe du Nord qui prend souvent comme cible "l'Europe des transferts". Même le "très généreux et solidaire" peuple de France perd patience (68% des français interrogés dans un sondage IFOP pour dimanche Ouest-France étaient en désaccord avec le coup de pouce donné à la Grèce en septembre 2011). Les actionnaires du FMI constitués en majorité de pays non-européens s'agacent de devoir financer un pays plus riche que le leur. Le pire est que les pays riches et moins riches de l'UE, même avec la meilleure volonté du monde, n'ont plus les moyens d'entretenir une danseuse. Comment Hollande pourrait-il embaucher 60.000 fonctionnaires si dans le même temps la France devait assurer les fins de mois des fonctionnaires grecs ? Plus globalement l'Europe sait que la centaine de milliards d'euros prêtée à la Grèce ne sera jamais remboursée ; le chantage du non-remboursement est donc inopérant.
 
 
Bien sûr, le retour des militaires n'est pas la solution. Ce serait même un problème supplémentaire ; d'abord les traités européens interdisent la présence dans l'Union d'un pays sous dictature, ensuite l'armée grecque est à l'image du reste de la société, clientélisme, corruption et mauvaise gestion sont le lot commun et surtout le budget de l'armé étant le plus important au monde rapporté au PIB, les militaires ne vont pas scier la branche sur laquelle il sont assis. 
Les militaires eux-mêmes ne désirent surement pas sortir des casernes, les mentalités ont évoluées et les équilibres géo-stratégiques ont été ; les USA ne financeront pas un plan Marshall pour sauver le pays du péril communiste.
 
Le titre racoleur que j'ai choisis me sert de chiffon rouge pour dire que la démocratie en Grèce est en danger. Pour une fois ce danger ne vient pas des casernes ou de l'autre côté de la mer Egée mais de l'intérieur même de la société. Le peuple se met en danger lui-même. Les Grecs en ont-ils conscience ? Le jour du vote j'espère que les mains trembleront en mettant le bulletin de vote dans la petite enveloppe et qu'ils prendront conscience qu'il vaut mieux choisir des menteurs (Pasok et Nouvelle démocratie) sous curatelle de la troïka que de dangereux illuminés (Siryza, Grecs indépendants, les Staliens du KKE et les Néo-nazis de l'Aube Dorée) qui de toute les manières n'arriveront jamais à former une coalition pour gouverner - si tant est qu'ils le désirent -.

Le deuxième enseignement qu'on peut tirer des prévisions données par les sondeurs est que Syriza, même avec plus de 40% des parlementaires, est incapable de former un gouvernement puis qu'il ne peut trouver aucun parti compatible avec son programme pour lui apporter les 30 députés nécessaire pour atteindre la majorité de la chambre.

 Elections législatives grecques : résultats et prévisions
Sept plus importants


Résultats de mai 2012 


Projection pour juin 2012(*)
Partis politiques


Voix
 

Sièges

Voix

Sièges
€ = acceptant le mémorandum de la troïka   * : selon le dernier sondage (19 mai)        @advocatus-diaboli-capitalis
Nouvelle démocratie (droite) € 18,85 % 108 20,65 % 60
Syriza (Gauche radicale) 16,78 % 52 23,91 % 121
Pasok (parti socialiste) € 13,18 % 41 17,72 % 44
Grecs indépendants (droite) 10,60 % 33 8,15 % 24
KKE (parti communiste) 8,48 % 26 5,98 % 17
Aube dorée (extrême droite) 6,97 % 21 5,98 % 17
Dimar (gauche) 6,11 % 19 5,98 % 17
Partis pro-mémorandum 32,03 % 149 38,37 % 104
Partis anti-mémorandum 67,97 % 151 61,63 % 196
Total des partis représentés 80,97 % 300 88,37 % 300

Si les Grecs s'entêtent dans des choix électoraux irréalistes et extrémistes, ils seront face à un dilemme, la valise ou le cercueil ; émigrer ou mourir à petit feu. Des milliers de Grecs ont repris la route de leurs ancêtres vers les USA, l'Australie ou l'Allemagne. Une tragédie et un déchirement pour ceux qui partent mais aussi un appauvrissement pour la Grèce qui en se privant de citoyens jeunes, motivés et souvent bien formé hypothèque encore plus son avenir.

Moyenne des avis sur cet article :  1.33/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • chapoutier 19 mai 2012 08:05

    quand le vote va droite tout va bien

    mais quand le peuple n’en peut plus il vous faut l’armée au pouvoir ou l’extrême droite

    il n’y a aucun doute, le capitalisme et l’union européenne veulent nous broyer sous le talon de fer de la dictature financière.


    • amiaplacidus amiaplacidus 19 mai 2012 08:20

      Si l’armée, de quelque pays que se soit, savait gérer les affaires, cela se saurait.

      Les dictatures militaires se sont toujours terminées dans une catastrophe économique, y compris la dictature militaire grecque des années 1967-1974.


      • Le taulier Le taulier 19 mai 2012 09:11

        Au Chili ils n’ont pas été maladroit. Quand l’armée a rendu le pouvoir aux civils le pib par habitants du pays était le plus élevé d’Amérique du sud.


      • chantecler chantecler 19 mai 2012 09:28

        Magnifique !
        Vite un Pinochet pour appliquer votre libéralisme .


      • Walid Haïdar 19 mai 2012 19:29

        Le PIB par habitant ? J’adore ce chiffre ! Donc en fait j’étais pas au courant, mais dans la vraie vie, on partage les richesses à égalité entre tous les habitants du pays. C’est génial comme concept, vous êtes d’accord puisque vous le faites valoir, n’est-ce pas ?


        (Je ne parlerai pas bien entendu du fait que le Chili était le copain de son grand frère, ni des mains dans lesquelles se trouvait le reste de l’Amérique du sud, histoire de pas trop ruiner votre « exemple »)

      • Albar Albar 19 mai 2012 10:23

        Cette armée là, serait certainement à la botte de l’armée US, bras séculier du sionisme !
        Ce que les grecques ne veulent plus, d’être menés en barque comme des agnaux.


        • Le taulier Le taulier 19 mai 2012 10:26

          Lit l’article au moins avant de poster un message. je sais bien que l’armée de va pas prendre le pouvoir.


        • Vipère Vipère 19 mai 2012 10:31

          Bonjour à tous

          Quoi qu’il en soit c’est aux Grecs d’écrire leur histoire future !!!


          • Le taulier Le taulier 19 mai 2012 10:37

            je ne dis pas le contraire. Le problème que que le reste des pays européens est impliqué dans « leur hisoire future ».


          • amipb amipb 19 mai 2012 12:21

            @ Le taulier : les grecs sont également impliqués dans notre histoire future, car leurs solutions seront peut-être les nôtres.

            Peut-être vous faudra-t-il un jour mieux comprendre ce qu’est l’interdépendance.

            Sinon, bravo pour cet article qui montre clairement votre position : celle est financiers contre les peuples, celle de l’école de Friedman. Lire la « Stratégie du choc » vous ferait sans doute le plus grand bien.


          • Cigogne67 19 mai 2012 11:06

            l’armée n’est en rien une solution. Son rôle n’est pas politique. Seule la démocratie peut trouver la voie de la sortie de cette situation.

            Les fascismes sont une fausse bonne réponse à nos échecs. 


            • Lubie 19 mai 2012 11:23

              Là où il peut publier ses inepties, le taulier les publie. Ainsi, le même « article » est disponible ce matin, tout chaud comme un croissant, sur Boursorama ! Bon exemple de caquetage d’une idéologie libérale, décomplexée, avançant tel un rouleau compresseur, jusque dans les sphères de la pensée. Bon exemple de servilité à l’égard de l’idéologie dominante, affranchie de la morale, qui n’hésite plus – à grands coups de propagandes - à balayer d’un revers de mains la démocratie où elle s’exprime encore !

              Le Taulier est un boursicoteur sans aucun doute, croyant ainsi partager, ce petit zélé, le secret des Dieux !

              Je ne reviendrai pas sur le mépris affiché à l’égard du peuple grec qui, par son histoire, aurait beaucoup à vous apprendre, sur ce qui est rationnel et ce qui ne l’est pas.

              Je ne reviendrai pas non plus sur le titre infâme de cet article, ayant de l’humour mais jusqu’à un certain point !

              Les grecs votent mal ? Non, les grecs votent. Un point c’est tout ! Et ce qu’ils expriment c’est quelque chose qui semble échapper à notre prodigieux rédacteur : Le refus de payer la facture pour des erreurs dont le peuple n’est pas responsable ! Le ras le bol face à une politique d’austérité insoutenable, extraordinairement violente, dont personne à leur place ne voudrait non plus ! Leur rejet d’une Europe gérée de manière incompétente et injuste !

              Il faut être bien inconséquent, d’ailleurs, ou avoir la pensée étroite pour s’imaginer une seule seconde que les grecs profitent des plans de sauvetage ! Cet argent va directement dans la sphère financière ! De l’argent public que nous versons pour des intérêts privés et certainement pas au peuple grec ! Car c’est ça le libéralisme dans ses principes antidémocratiques : la finance libérée de la contrainte des Etats. Et des Etats soumis au dictat de la finance !

              Ce que les grecs disent, par leur vote et leurs révoltes, il faudrait l’entendre une bonne fois pour toute, et le comprendre une bonne fois pour toute, avant que l’Europe ne devienne le terrain de jeux tantôt des ultra-libéraux, tantôt des ultra-nationaux qui l’un et l’autre se rejoignent dans leur aptitude à broyer du peuple ! (D’ailleurs que vous le vouliez ou non, l’aube dorée est bien un parti néo-nazi !)

              L’entendre et le comprendre donc ! D’aucuns diraient faire preuve de solidarité ! Modestement, j’en appelle juste à votre raison Le Taulier (pour laquelle on devrait d’ailleurs vous forcer à leur payer des droits d’auteur, aux grecs ! Ca vous obligerait peut-être à l’utiliser à bon escient ! Allez savoir, Charles !)


              • lloreen 19 mai 2012 15:51

                lubie
                Il n’y a pas que les grecs qui « votent mal »....Nous même avons très mal voté en 2005 (56% de NOn à l’adoption du traité dictatorial de Lisbonne).

                Que se passe t-il en France pour « corriger » le vote des français ?
                Le président dispose de l’article 49-3 de la constitution française (1958), qui lui permet de faire revoter le Parlement , nos fameux « représentants »...
                C’est exactement ce qui s’est passé en 2005 où après notre « mauvais » vote, Sarkozy s’est empressé de faire revoter le Parlement qui a voté...OUI.

                Ceci est la preuve qu’union européenne ou non, nous n’avons encore jamais été souverains !
                C’est tout l’enjeu des prochaines années.
                Voici déjà des réflexions intéressantes en vue de nous extirper des griffes de tyrans et de dictateurs psychopathes...

                http://www.youtube.com/watch?v=vmdI8ZQqH5A

                Alors la « solution » de Chapoutier me fait bien rire...Aujourd’hui le temps est pluvieux, ça tombe bien....
                La solution serait de nous débarrasser des « chapoutier » en les envoyant au vert pour quelque temps, de façon à ce qu’ils reprennent leurs esprits...si malmenés par l’influence néfaste d’individus dérangés.


              • Le taulier Le taulier 19 mai 2012 18:39

                Disons que sur Bourso, je Suis mieux acceuilli. Mais comme je n ais pas peur de la contradiction j aime aussi agoravox.



              • Scual 19 mai 2012 12:03

                Un article contre la démocratie...

                Non vous ne rêvez pas vous venez vraiment de lire un article contre la démocratie et pour la dictature.


                • amipb amipb 19 mai 2012 12:23

                  Effectivement, mais la liberté d’expression lui donne ce droit.

                  L’avantage est que, désormais, nous connaissons le fond de la pensée de ce monsieur, pour qui l’argent a plus de valeur que la démocratie et la vie humaine.


                • Le taulier Le taulier 19 mai 2012 18:40

                  Tu m a mal lu alors.


                • Scual 20 mai 2012 09:35

                  Non j’ai très bien lu.


                • foufouille foufouille 19 mai 2012 12:25

                  meme si leur smic baisse a 300€, ca servira a rien
                  les autres pays doivent faire pareil pour le FMI, personne ne pourra donc acheter la production
                  par contre, tout pourra etre privatise pas cher


                  • lloreen 19 mai 2012 15:41

                    Le FMI n’a AUCUN fondement légal.

                    C’est une structure tout aussi illégitime que l’est l’union européenne reposant sur la base illégitime d’un traité refusé par la France à 56% (referendum de 2005...).

                    Ces gens sont des imposteurs, leurs « lois » sont illégitimes.


                  • Lorelei Lorelei 19 mai 2012 13:49

                    Les armées ont pour place les casernes et pas ailleurs


                    • calimero 19 mai 2012 14:18

                      "les trois créanciers apportent un soutient financier et technique à la Grèce qui en retour s’engage à effectuer un certain nombre de réformes structurelles"

                      Doux euphémisme. Appelons un chat un chat. Le pays se fait totalement dépouiller et essorer par ceux là même qui sont responsables de son délitement. Les prêteurs ne soutiennent pas la Grèce, ils soutiennent les banques engagées sur le terrain de jeu grec.
                      Ils jouent un poker sans perdant : s’il y a bien une certitude dans tout ca c’est que les banques seront sauvées, on a des précédents. Qu’elles se goinfrent au passage sur la dépouille n’est qu’un épiphénomène. Ce qui compte vraiment au final c’est de maintenir la dépendance globale à l’argent-dette.


                      • toor toor 19 mai 2012 14:22

                        Je ne suis pas d’accord lorsque vous dites leur seule intention est de gauchiser le PS ou de droitiser l’UMP étant donné que ces deux partis sont considérés par le peuple comme les plus grands bandits que la France n’est jamais connue.A la base n’oublions pas que les états unis et Israël sont occupés par des brigands.Alors non à la soumission,oui à la sortie de l’euro,oui à la sortie de l’OTAN.


                        • lloreen 19 mai 2012 15:37

                          N’oublions pas non plus que l’association SOS JUSTICE & DROITS DE L’HOMME a porté plainte contre Nicolas Sarközy de Nagy Bocsa, alias Sarkozy devant le tribunal de grande instance de Nice le 9 février 2012.

                          Chaque français qui le souhaite peut saisir le tribunal de sa propre juridiction et porter plainte également.

                          Dossier de la plainte et vidéo.

                          http://www.dailymotion.com/video/xq6a74_plainte-nicolas-sarkozy-interview-du-31l03l2012-partie-1_news

                          Les actions citoyennes

                          http://www.dossiers-sos-justice.com/archive/2012/05/04/quand-matthieu-bonduelle-president-du-syndicat-de-la-magistr.html

                          http://www.dossiers-sos-justice.com/


                        • lloreen 19 mai 2012 15:29

                          LA SOLUTION : LA REVOLUTION PACIFIQUE ISLANDAISE.

                          A quand cette solution appliquée à la Grèce et à tous les états de l’union européenne dictatoriale ?

                          Les islandais se débarrassent de leurs politiciens.

                          http://www.dailymotion.com/video/xqfqlr_la-revolution-islandaise_news

                          Les islandais élaborent une nouvelle constitution par internet.

                          http://www.wikistrike.com/article-revolution-loin-des-medias-l-islande-reecrit-entierement-sa-constitution-99142021.html

                          L’Islande annule la dette hypothécaire de ses habitants.

                          http://www.eva-anarion.com/article-l-islande-annule-la-dette-hypothecaire-de-sa-popuilation-103368967.html

                          Les islandais traduisent les responsables du désastre en justice : un procès qui en fait trembler plus d’un..

                          http://www.wikistrike.com/article-islande-le-proces-qui-en-fait-trembler-plus-d-un-104163567.html

                          Les escrocs à la tête d’ institutions illégitimes hors la loi ont leur place derrière les barreaux.
                          Et le temps est proche où cela se réalisera.

                          L’ Islande a ouvert la voie à tous les autres.
                          Les lois européennes sont illégitimes, les apparatchiks de l’union européenne le sont tout autant.
                          Leurs lois et leurs décisions sont nulles et non avenues, le peuple français ayant voté NON à 56% lors du referendum pour ou contre l’adoption du traité de Lisbonne.


                          • Switcher 19 mai 2012 15:40

                            Il n’y a pas de mauvais vote. Jamais.


                            • lloreen 19 mai 2012 16:04

                              Je ne connais pas de grecs, mais si quelqu’un a des relations là-bas, informez-les de la révolution pacifique islandaise.

                              Surtout ,avertissez-les que l’eurogendfor, milice des imposteurs est sur place dans leur pays et que TOUT sera fait pour que la situation dégénère.

                              La Grèce est le champ expérimental grandeur nature de ces psychopathes.

                              Concernant l’eurogendfor, créée par la sinistre Alliot-Marie, qu’elle avait prévu d’envoyer pour apporter son soutien au clan mafieux de Ben Ali en Tunisie...

                              http://www.dailymotion.com/video/xp1hnx_nouvel-ordre-mondial-4-eurogendfor-la-police-militaire_news

                              C’est l’équivalent des SS de l’époque hitlérienne.Il n’y a que le temps et la couleur de l’ uniforme qui change...les intentions elles, n’ont pas changé et la sinistre idéologie est plus vivante que jamais.

                              Les troupes de l’eurogendfor ont débarqué en Grèce.Sûrement pas pour admirer la beauté des paysages grecs.

                              http://echelledejacob.blogspot.com/2012/02/leurogendfor-debarque-discretement-en.html

                              Le traité de Lisbonne a tout prévu dans les moindres détails.
                              Couvre-feu, lois d’exception.....peine de mort.Tout y est.
                              Renseignez-vous, c’est écrit !


                            • Alison 19 mai 2012 17:36

                              Bonjour lloreen,

                              Bah je suis sur place et personne ne semble avoir vu concrètement cette armée, tout comme les retraits massifs d`argent liquide de ces derniers jours.

                              Les Grecs manipulés médiatiquement ? Oui comme tous les citoyens du monde mais désormais se greffe « la pensée exterieure », ceux qui jugent, conseillent, estiment que, bref monsieur ou madame tout le monde.

                              Essayez d`imaginer une autre culture, un autre peuple comme les Marocains, les Américains ou les Chinois vous dire ce que vous devez faire ou voter ? Vous expliquez votre pays ? C`est ce qui se passe actuellement, marrant comme un petit pays peu faire la une du monde et s`inviter jusqu`au G8, sans cravate mais en costume folklorique grec.


                            • lloreen 19 mai 2012 18:47

                              alison

                              Ce n’est pas à proprement parler une armée d’occupation ! C’est une milice.Et n’importe qui peut se glisser sous un uniforme...où il est écrit « police » dessus ...

                              Je ne pense pas que certains aient déjà eu la curiosité de demander les papiers d’identité aux individus qui font face à des manifestants...pour voir s’ils sont de la police ou s’ils appartiennent à un autre corps.
                              Ce serait certainement très instructif.... !


                            • wesson wesson 19 mai 2012 17:42

                              bonjour l’auteur, 


                              Au delà du fait que votre article énonce que la dictature est préférable à une démocratie ou l’on aurait mal voté (c’est à dire ou l’on aurait voté pour une vrai Gauche), vous essayez de faire un mix entre aube dorée et Syriza pour en arriver à la conclusion que c’est in fine la même chose. En fait, c’est encore une fois ce même argumentaire qui ne cesse de vouloir relier le communisme au nazisme.

                              Mais là ou effectivement on s’aperçoit de la supercherie de votre propos, c’est que à aucun moment vous n’évoquez le programme de Syriza. Et pour cause : Syriza propose aux Grecs de rester dans l’Europe et conserver l’Euro, mais il entends juste faire un audit sur la dette afin de savoir d’une part si elle est bien légitime, et d’autre part savoir qui la détient et ou va l’argent que l’Europe a prêté à la Grèce, soit-disant pour son sauvetage.

                              Et effectivement, c’est un programme propre à donner des sueurs froides à des entreprises comme Siemens par exemple, qui a été un des acteur principal de la corruption en Grèce, ou aux politiques qui ont été les récipiendaires principaux de cette corruption. 

                              Ce qui fait actuellement peur à l’Europe, ce n’est pas le poids de la dette de la Grèce, dont l’activité économique n’a jamais dépassé les 2% du PIB Européen, mais c’est l’exemple que Syriza pourrait donner aux pays qui eux aussi se débattent dans des situations similaires. Examiner le bien fondé des dettes, c’est quelque chose dont l’Europe et le monde libéral ne veut pas entendre parler, et à n’importe quel prix, y compris celui de la dictature.

                              C’est avant tout une question de soumission dont il s’agit en Grèce. 

                              • Le taulier Le taulier 19 mai 2012 18:50

                                Bonjour et merci pour votre politesse.


                                Contrairement a ce que vous dites je je dis pas que l Aube doree et Syriza c est la meme chose. Seulement que ces deux partis sont incapable de diriger le pays.

                                Le programme de Syriza c est de rester dans l Union, l euro , de continuer a vivre au crochet de l Allemagne ou de la France et de ne faire auncun effort. En resume c est le beurre, largent du beurre, le sourire de la cremiere et son cul !

                                C est vrai que Syriza pourrait donner le mauvais exemple au reste de l Europe en faisant croire aux citoyens du vieux continent qu ils peuvent continuer a vivre au dessus de leurs moyens et que les Chinois ou les Indiens vont trimer pour eux et leur faire credit pour 1.000 ans.

                              • Mycroft 24 mai 2012 11:32

                                La chine et l’Inde ne va pas rester ad-vitam dans la situation actuelle. Les peuples vont réclamer plus. C’est d’ailleurs vers eux qu’il faudrait communiquer, plutôt que vers les grecques.

                                Leur préciser : vous vous faites enfumer par des gens qui ont, grâce à un concours de circonstance, piqué les technos de leur scientifique, pour vous les faire produire, en s’enrichissant au passage. Alors qu’en travaillant directement de mano à mano avec les véritables travailleurs occidentaux (ie tous sauf les hautes directions et les services financier) vous gagneriez plus, en travaillant moins (suppression de parasite gourmand oblige).

                                Le programme de Spiza est réaliste, tout simplement parce qu’il n’interdit pas, en fin de compte, aux autre habitants de les suivre. Et qu’une europe unifié dans une politique de gauche, ça aura n autre poid que la simple petite Grèce toute seul.

                                On a espéré que le message vienne de France, finalement, il va peut être venir d’ailleurs. A moins, en effet, que les chars ne débarquent.


                              • lloreen 19 mai 2012 18:58

                                « Ce qui fait actuellement peur à l’Europe »...

                                Les seuls à avoir peur sont les banksters et leurs larbins, qui tremblent de perdre leurs avantages acquis grâce à une arnaque « légalisée » appelée l’argent-dette.
                                Ce sont les apparatchicks de l’union européenne qui ont peur, pas l’Europe, qui est un territoire.

                                Tous ces banksters doivent faire faillite et tout leur système avec.
                                Les islandais sont en train de faire le ménage chez eux.

                                Les grecs auraient déjà la très grande opportunité d ’attaquer Mario Draghi en justice pour escroquerie et tous ses complices pour recel, association de malfaiteurs, détournement de fonds, escroqueries en bandes organisées...Ce serait déjà un bon début ....


                                • toor toor 19 mai 2012 19:02

                                  La Grèce est le berceau de la démocratie ce serait donc un symbole pour la finance que de détruire cette nation avant les autres.


                                  • lloreen 19 mai 2012 19:05

                                    Oui, c’est le message en filigrane.


                                  • Le taulier Le taulier 19 mai 2012 19:09

                                    La rue tourne. C etrage de voire tous les « berceaux » de la civilsation (Grece, Egypte, Mesopotamie etc.) etre a la traine alors que les pays « barbares » (Suede, Norvege, Japon ) ont pris leur revanche.


                                  • La mouche du coche La mouche du coche 19 mai 2012 19:35

                                    « Suede, Norvege, Japon » Il est intéressant de voir que notre auteur ultra-libéral ne cite comme exemples que des pays qui ont des monnaies nationales et sont même sortis de l’euro comme la Suède. C’est le problème quand on essaie à tout prix de faire plaisir à l’empire qui nous paye et nous dicte ce qu’on doit penser : on pense nimporte quoi, on écrit nimporte quoi. smiley


                                  • Yvance77 19 mai 2012 19:10

                                    Comment cette merde est en ligne ? D’autant plus que les votes sont à 90 % contre cette daube !

                                    Agoravox on se réveille et on ne meuble pas avec les conneries de quelques crétins en mal de fachoteries !!!


                                    • Le taulier Le taulier 19 mai 2012 19:19

                                      90 por cent des lecteurs ne sont pas d accord avec moi cela ne veux pas dire qu ils trouvent que le texte est mauvais.


                                      Moi je le trouve pas trop mal et surtout bien arguentes.

                                    • Serge LAURENT Serge LAURENT 19 mai 2012 20:14

                                      Les électeurs grecs ont tort ou c’est les sondages qui ont tort ? Je crois que les grecs savent ce qu’ils font. Les argentins et les russes ont su aussi ce qu’ils faisait en chassant ceux qui avaient mené leurs pays à l’abime. La dictature militaire n’est pas une solution et pas seulement à cause de son inefficacité, parce qu’elle serait refusée par les grecs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès