Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le Salon du livre de Barcelone ne convainc pas encore

Le Salon du livre de Barcelone ne convainc pas encore

Barcelone veut son propre salon du livre comme Paris ou Turin mais les professionnels espagnols du secteur se retrouvent empêtrés dans les sempiternelles querelles qui opposent les velléités catalanes aux frustrations castillanes.


Le salon du livre de Barcelone vient de refermer ses portes sur un bilan très positif pour les organisateurs : 72 000 personnes ont visité le salon du 21 au 26 novembre (soit 20% de plus que l’an passé) dont 8000 scolaires. En tout, ce sont 350 maisons d’édition qui ont présenté leurs fonds durant le salon.

Mais dans l’ensemble, le salon tarde à prendre sa place et n’est pas encore totalement justifié aux yeux des professionnels de la culture de Barcelone et d’Espagne plus généralement. Malgré le travail des organisateurs, les divergences entre éditeurs catalans persistent à quelques mois de la Foire de Francfort dont la Catalogne est l’invitée d’honneur. Les pouvoirs publics catalans laisseront-ils le temps à ce salon de conquérir les plus réticents ?

A remarquer, une belle présence des Français.

Faïza Guène a été l’une des principales étoiles de ce salon aux côtés de Wole Soyinka, Russell Banks, Chenjeray Hové et Eduardo Mendoza. Chargée d’inaugurer officiellement cette deuxième édition, elle s’est dite fière d’inciter les jeunes à lire dans son discours. La presse s’est largement faite l’écho des propos de la « Françoise Sagan des banlieues » en insistant tout particulièrement sur les thèmes sociaux qui ont agité la France en 2005. La jeune auteure pétillante a mainte fois rappelé sa position d’écrivaine et non de sociologue ou d’analyste.

Le salon était également l’occasion pour les libraires catalans de remettre leur prix annuel : le llibreter. Le prix est revenu cette année à El quinto en discordia du Canadien Robertson Davies publié aux Editions libros del asteroïde. Le français Patrick Lapeyre, avec L’homme sœur, publié en Espagne par Funambulista, faisait partie des six finalistes.

Jonathan Littell est sorti pendant quelques heures de son mutisme médiatique afin d’assister à une rencontre en hommage à Anna Politkovskaia organisée par le Pen catalan, en compagnie de Chenjerai Hove et de Carles Torner. Il s’agissait du premier acte officiel de Littell depuis le Goncourt, et il n’a pas souhaité s’exprimer sur la remise du prestigieux prix. Littell a abondamment décrit ses différents séjours auprès d’ONG dans le Causase et a appuyé la proposition de Chenjerai Hove qui voit en Gorbatchev la personnalité la plus indiquée pour mener une enquête politique sur l’assassinat de la journaliste russe.

Les activités de promotion à la lecture comme axe principal du salon.

Les poids lourds de cette édition étaient sans conteste les partenaires institutionnels comme le réseau des bibliothèques publiques de Barcelone qui proposait à chaque visiteur de s’inscrire gratuitement et de repartir avec sa carte de prêt en poche.

Deuxième édition discrète du MIDA (marché ibéroaméricain des droits audiovisuels) pour la vente des droits d’adaptation au cinéma.

Les 21 et 22 novembre. Cette édition faisait suite au succès rencontré l’an dernier, où les professionnels avaient accueilli très positivement cette initiative. Cette année, une vingtaine d’ouvrages ont été mis en avant par le comité du MIDA comme Juego de niños, de Carmen Posadas, El médico de Infi, de Javier Reverte, Contra natura, de Álvaro Pombo, ou encore La velocidad de la luz, de Javier Cercas. Les agents et maisons d’édition étaient libres de participer et de présenter leur catalogue aux producteurs audiovisuels venus spécialement pour l’occasion.

Un salon par et pour les Catalans

C’était l’occasion de promouvoir les éditions catalanes avant Francfort .

Le centre Ramón Llul, opérateur culturel de la politique de rayonnement de la Catalogne, dressait déjà la liste des festivités prévues en Allemagne à l’occasion de la prochaine foire de Francfort : 250 maisons d’édition catalanes exposeront leurs fonds, plus de 180 professionnels et 200 auteurs feront le voyage, pour une centaine de rencontres et 80 spectacles organisés d’ici à octobre 2007 dans toute l’Allemagne.

Près du tiers des maisons d’éditions espagnoles sont situées en Catalogne, soit un total de 244. Sur les 156 millions d’exemplaires publiés chaque année en Espagne, 24 millions le sont en catalan, et près de 1700 titres sont traduits du catalan chaque année (essentiellement vers l’espagnol).

Malgré la participation de près de 350 maisons d’édition, les éditeurs se sont présentés en ordre dispersé.

Avec le décès d’Enrique Folch, directeur des Editions Paidós ibérica, le Salon a perdu l’un de ses plus fervents défenseurs. En effet, alors que cette maison spécialisée en sciences humaines présentait l’intégralité de son fonds sur un magnifique stand de soixante mètres carrés en 2005, elle s’est vue reléguée à deux petits rayons du géant Planeta cette année. Par ailleurs, si Gedisa et Blume ont présenté leur fonds sur des stands spacieux et modernes, d’autres maisons catalanes n’ont pas répondu à l’appel. Les grands éditeurs catalans de fiction, comme Anagrama, Tusquets ou Acantilado, ont préféré présenter quelques-unes de leurs dernières nouveautés sur le stand d’un des libraires de la ville, sans investir dans un espace plus ambitieux.

Alfredo Landman, directeur des Editions Gedisa, a insisté sur l’importance de ce format, malgré l’incompréhension de certains professionnels. A ses yeux, ni la San Jordi, grande fête annuelle du livre en Catalogne, ni la foire professionnelle Liber ne permettent aux éditeurs de présenter l’intégralité de leur fonds comme le propose ce Salon.

En 2007, la foire professionnelle LIBER revient à Barcelone, l’occasion peut-être de fusionner ce salon, qui cherche encore son souffle, et cette foire, qui a vu sa fréquentation diminuer très rapidement depuis huit ans.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • marc sabatés i laporta (---.---.77.169) 24 décembre 2006 17:59

    BARCELONA , CATALUNYA//// ,le succès viendra , nous sommes catalans pas espanyols.La independencia no és un privilegi , la independencia és un dret . SI per les seleccions catalanes al mon com ESCOCES ; www.marc-sabates.com BARCELONA NACIO CATALANA.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires