Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Le temps de l’inventaire pour réinventer l’Europe

Le temps de l’inventaire pour réinventer l’Europe

- De la modernité de la conception initiale du Général de Gaulle qui nous invitait à ne plus invoquer sans cesse l’Europe en sautant comme un cabri...sans ses pattes ?
- De la prétention illusoire à une « civilisation » dans l’évitement coupable du passé
- De la redécouverte de la notion de Nation (Langue, Histoire, héritage, spécificité...) ou la « psycho généalogie » collective pour l’ouverture à l’autre, par l’enrichissement mutuel de chaque pays « membre »
- Reconstituer le « corps » de l’Europe, dans la richesse de tous ses membres
- L’Europe, par la « psycho généalogie » historique individuelle puis collective ?
- L’Europe, du mythe d’une civilisation à la réalité d’États-Unis.

D’aucuns songeraient presque à dire « Le Pen n’est plus, vive le noble attachement à ses racines, à son pays, à sa langue ». La formule peut sembler abrupte après toutes ses années de confusion entre ce sentiment naturel de fidélité presque charnelle à sa terre de naissance, et le rejet de l’autre, le racisme. La victoire totale sur l’intolérance et fermeture passées ne serait-elle pas en partie dans la redécouverte (ouverte) de tout ce que cet attachement à son pays, sa culture, son Histoire, peut avoir de beau.

La rencontre entre deux, ou plus, suppose que chacun existe dans sa spécificité, afin d’enrichir l’autre de tout ce que l’on est, de tout ce que l’on porte de son patrimoine. Au niveau individuel, l’heure est aujourd’hui à la mode et modernité de la psycho-généalogie. Reconstruire son Arbre familial ancestral devient presque un gage d’intelligence et de savoir vivre. Cette pacification préalable avec son héritage, le réintégrer et le comprendre, assurerait une meilleure rencontre de l’Autre. Pourquoi cette attitude ne recouvrerait-elle pas la même véracité au niveau collectif ?

L’individuel serait donc à dissocier absolument de la Communauté ? La famille Europe, dont les membres constitutifs seraient un ensemble de pays naturellement et historiquement liés sur l’essentiel, cette famille ne peut reposer sur la négation de la particularité de chacun. Avoir sa spécificité n’est en rien source de fermeture à l’Autre. Alors pourquoi cette Europe « par le minima » et dans le nivellement de tout et de tous ? Vive l’union dans la diversité et l’échange !

La disparition progressive (une seule langue etc.) de certains pour un bien hypothétique commun futur ? Cela n’a pas de sens, les peuples ne comprennent pas cette Europe uniformisée, ils n’en veulent pas. Le sentiment d’appartenir à un pays (même constitué initialement de plusieurs) relève aussi du rapport quasi charnel à la terre.

Une Europe « sur le papier », théorique, conçue comme un théorème, ne peut recouvrir une réalité suffisante pour permettre l’émergence de réels citoyens. Le Cosmopolitisme de Kant (qui mènerait selon lui à une « Paix perpétuelle) exige que chacun existe suffisamment. L’union de rien, ou de peu, celle du minimum, ressemble à un mariage arrangé ou de convenance. Les Espagnols, les Anglais, les Allemands, les Français, pour ne citer qu’eux, tous aiment quasi charnellement leur Langue.

Pourquoi promouvoir l’Europe dans le préalable de la réduction langagière ? Pourquoi imposer peu à peu une gestion partout absolument identique de la société, les droits et devoirs, les systèmes sociaux... ? Chacun admet des particularités socioculturelles, des spécificités dans le rapport au temps et à la vie, dans les relations entre les générations, alors pourquoi vouloir tout uniformiser tout en prétendant à se rassembler ? Quel bonheur lors de passages en Espagne de constater dans certains endroits que l’on garde un rythme de vie quotidienne propre, prenant les repas plus tard, travaillant dans des horaires variant d’autant.

Outre l’aspect anecdotique, réfléchissons. La France a essayé « ses 35 Heures », la Suède et son « modèle » pratiquait un fort taux d’imposition, la Grande-Bretagne (quel joli nom !) aurait une culture plus libérale, l’Allemagne son modèle Rhénan, l’Italie sa fragmentation territoriale... et pourquoi pas ?! Peut-être embarrassée d’une partie de son Histoire passée (l’Europe berceau de la shoah etc.), cette Europe théorique semble parfois s’apparenter à une fuite en avant, vers une Europe idéalisée et déresponsabilisée du passif éventuel de chacun, au travers d’une sorte d’union « table rase ».

Cette Europe idéalisée pourrait-elle disposer d’un socle réel suffisant pour perdurer et s’inscrire dans l’Histoire en tant que telle ? Une personne niant ou refoulant son histoire passée au travers d’un mariage dure peu en général. L’Europe doit être une famille qui s’enrichit de chacun, quitte à parler plusieurs langues ! Sauf à rester ou devenir un Mythe, le grand et beau projet Européen se doit de retrouver le chemin du réel. Il n’est pas exclu que cela exige préalablement que chacun sache se réapproprier tout ce qui le fonde.

Le nationalisme est facteur de guerre. Aimer son pays ouvre à comprendre qu’il en soit de même pour les autres, la rencontre dans l’union sera d’autant plus solide ! L’Europe semble souhaiter être une « Civilisation » par le dépassement ou la négation de sa diversité intrinsèque (des langues, des Histoires,...). Il y a eu les Lumières en France, le Romantisme Allemand... .que de choses à partager ! L’Europe du grand Marché, des prouesses spécifiques de chacun (Ariane etc.) paraissait porteuse d’avenir. L’Europe « théorique » de fusion accélérée prétendant à devenir une « civilisation idéale » avant même que d’exister et en se coupant de ses racines diverses, cette Europe-là ne peut exister.

Pas plus qu’une famille qui exigerait de tout nouvel arrivant par mariage, de se nier ou réduire, certains pays dits fondateurs doivent cesser de se comporter comme missionnaires d’une sorte de peuple élu donneur de leçons de Droits de l’Homme au monde entier. Certains tentent de créer « le terrorisme » ou « le monde Musulman », l’Europe ne doit pas ainsi se définir comme entité mythique et future. Il y a en Orient des pays de religions différentes ou pratiquées de façon spécifique (le Liban est Chrétien sans être Européen !).

De même, cette Europe que nous voulons faire exister recouvrira bien des différences. Ne créons pas une Europe artificielle, permettons lui seulement de se faire naturellement, peu à peu, dans l’enrichissement mutuel de tous. Il y avait jadis le Latin, cela ne fonde aucunement à imposer aujourd’hui l’Anglais comme langue unique (et non pas unifiante). Paul Valéry osait résumer l’Europe comme un carrefour Gréco-romain, ajoutant parfois Jérusalem à Rome et Athènes comme multi-Capitale.

Gardons que notre Europe est et restera diverse ! L’Europe a souffert jadis et hier de ses nationalismes, elle doit se réconcilier avec ses nations diverses et belles, pour les réunir dans le partage. Le désamour de la France pour elle-même, confondant l’intolérance raciste avec le bel attachement à son pays (sa Langue, son Histoire...) illustre un rapport trouble au Passé, marquant l’Europe dans la globalité de ses pays « fondateurs ».

Cette culpabilité doit être dépassée (Pétain, Hitler, Mussolini, les guerres, les camps de la Shoah...) par un langage de vérité, que chaque pays doit se tenir d’abord à lui-même. L’Europe ne doit plus rester une fuite idéale en avant, elle est un beau projet. Chaque pays doit faire son propre « inventaire » pour inventer cette Union d’États en gestation sans cesse prolongée.

Que la France s’aime joliment, ouvertement, charnellement, culturellement, historiquement... pour enfin s’ouvrir vraiment au champ des possibles de l’Europe... du Monde entier... et au-delà !. Outre l’économisme contractuel froid comme une monnaie unique (certes bien utile en temps de crise), outre les multiples traités ou colloques voyant chacun « sauter comme un cabri » en invoquant le Prince Europe imaginaire de la Montagne... repartons des racines diverses faisant chacun notre inventaire ou « psycho généalogie » collective...

Puis, inventons et formons enfin ensemble, en « Famille », le plus bel Arche de Nations !

Guillaume Boucard

Biographie :
Georges Corme « L’Europe et le mythe de l’Occident » Ed La Découverte
Philippe Némo « Civilisation Occidentale et Européenne » Ed Lattes
Divers Documents de la Commission Europé


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • xray 14 novembre 2009 17:55


    Le piège européen :

    Le piège est fermé définitivement. Il ne s’ouvrira plus. 

    Dès l’instant où l’on a parlé de construire l’Europe, on pouvait observer que les plus acharnés à « construire cette Europe » étaient les plus incompétents en tous domaines. On aurait dû se méfier. 

    Par sa disparité d’intérêts nationaux, l’Europe est ingérable. 
    On peut même affirmer inconstructible. 
    Les hauts fonctionnaires le savent parfaitement mais ils gagnent à se taire. 
    Pour ceux qui détiennent le pouvoir, la seule échappatoire est de pourrir la vie du plus grand nombre
    On peut compter sur les élus européens pour s’y employer. 

    L’EUROPE 

    Les
    Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
    Ils sont soumis à : 

    - Une monnaie d’occupation ; 

    - Des journalistes d’occupation ; 

    - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

    - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe, les Américains, ou le Vatican ? 

    Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

    - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice, la misère, les maladies, les épidémies, les conflits, les guerres, les famines, etc. » 
    Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

    L’EUROPE des curés
    http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/22/l-europe.html 



    • zelectron zelectron 14 novembre 2009 19:58

      @xray
      on le voit à votre réaction, vous êtes un tendre, un brave homme, un généreux contributeur que dis-je sans vos commentaires tout serait obscurcit et désespérant. Heureusement que votre opinion nous amène une fraîcheur, un angle de vue serein, une idéalisation rassembleuse...
      et que c’est chouette que vous ayez franchit tout seul sans que personne ne vous pousse le point Godwin qui comme chacun sait vous permet d’avoir la médaille de....


      • Axel de Saint Mauxe Nico 14 novembre 2009 22:21

        Joli article... mais de grace, abandonnons ce constructivisme européen.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès