Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les cocus de la démocratie

Les cocus de la démocratie

La règle démocratique veut que les pays qui ont choisi cette voie soient gouvernés par ceux qu’ils ont élus.

S’il est vrai que c’est souvent le cas, ça ne l’est pas toujours, à preuve le gravissime accord en train de se tramer en douce dans les instances européennes.

On sait que les ministres ne sont pas élus, ils sont nommés par le président de la république, mais aussi qu’ils sont entourés d’un bataillon de conseillers, non élus non plus, simplement là parce qu’on a choisi en haut lieu qu’ils étaient nécessaires, voire indispensables, pour donner des conseils, établir des stratégies, et au besoin être à l’origine des décisions prises.

Mais ce n’est pas tout.

Les députés s’entourent eux aussi de conseillers, non élus pour la plupart, qui sont souvent les éminences grises qui gouvernent en sous-main posant ainsi la question de la légitimité du pouvoir.

Mais ce qui se trame au niveau européen est beaucoup plus préoccupant.

Le 18 janvier, dans l’émission « Terre à Terre », de Ruth Stégassy, sur l’antenne de France Culture, on pouvait écouter Raoul-Marc Jennar, docteur en sciences politiques, s’exprimer sur la décision prise, en catimini, par l’Europe, laquelle à confié à la Commission Européenne, le mandat pour négocier avec les USA le TAFTA (Transatlantic Free Trade Area) appelé aussi le « grand marché transatlantique », qui pourrait permettre aux grandes multinationales de passer outre les décisions des états. lien

Ce projet contestable s’écrit en 4 lettres : PTCI (partenariat transatlantique de commerce et d’investissement).

extrait : « ce qui est largement tenu sous silence par les médias, c’est le 14 juin 2013, que le conseil des ministres des 28 états européens a donné un mandat à la commission européenne pour négocier avec les Etats Unis un partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (…) c’est surtout une amplification des accords de l’OMC. (…) quand on lit les 46 articles du mandat donné à la commission européenne, (…) on y retrouve l’accès au marché, l’accord général sur le commerce des services, les droits de propriété intellectuels (…) ainsi que l’AMI, cet accord multilatéral pour l’investissement, refusé par Jospin en 1998, et de retour dans la négociation menée actuellement ».

Or comme le dit l’interviewé, les accords de l’OMC ne touchent pas que les produits de consommation, il ne s’agit pas seulement de vendre ou d’acheter des biens de consommation, mais aussi de toutes les activités de service : transport, distribution d’eau, etc.…

Elles seraient donc soumises à la concurrence.

A terme ça signifie la possibilité qu’à aujourd’hui cette commission de « non élus » à autoriser la production de lait et de viande avec usage d’hormones, la volaille chlorée, les semences OGM, etc…balayant ainsi toutes les règles décidées par les états.

Raoul-Marc Jennar poursuit : « ce grand marché que l’on veut construire, s’inscrit dans cette philosophie néolibérale (…) qui nie que la société soit légitime quand elle élabore des normes. (…) nous sommes avec ce projet en face d’un énorme conflit de valeurs ».

Or comme l’explique le scientifique, nous n’avons pas les mêmes valeurs sociales que celles pratiquées aux Etats Unis.

Ajoutons qu’il n’est pas prévu que la France ratifie cet accord, il devrait seulement l’être par le parlement européen, alors que l’article 53 de la constitution de la 5ème république dit que les traités de commerce se doivent d’être ratifiés.

Le problème posé est donc que la commission européenne a le monopole de l’initiative : elle propose, le conseil des ministres européens décide, et la commission applique.

Comme cette commission adhère avec enthousiasme au contenu des accords de l’OMC, on devine sans peine qu’elle va plébiciter, sans la moindre hésitation, les accords en question.

L’exemple de la libéralisation, de la mise en concurrence, porte ouverte à la privatisation, du transport des passagers et des marchandises est la preuve de la volonté néolibérale de cette commission.

Mais les services ne se limitent pas au transport, on y trouve aussi l’éducation, la santé, la finance, les assurances, etc... tous les services de tous les secteurs.

Raoul-Marc Jenna considère donc que «  ce qui se trame est de mettre un grand coup d’accélérateur aux précédents accords de l’OMC, afin d’aller au-delà de ce qui a déjà été acté (…) on voit déjà les tentatives de marchandiser l’eau, l’énergie, les ressources naturelles…(…) il s’agit de mettre en œuvre ce qui était l’espérance formulée par David Rockefeller le 1er février 1998 dans Newsweek : transférer le gouvernement des peuples au secteur privé (…) et transférer la définition de la norme au secteur privé ».

Or la définition de la norme appartient depuis 1789 à la représentation nationale et à des institutions issues d’un processus démocratique, à l’assemblée nationale, sous le contrôle des autorités juridiques du pays et ce n’est pas pour l’essentiel dans des structures d’arbitrage privées.

Dans le projet d’accord il est dit qu’en cas de conflit sur une norme, sur un règlement, sur une loi, entre une firme privée et un gouvernement, on aura recours à « un mécanisme de règlement des différends », c'est-à-dire une structure d’arbitrage privée, qui délibère en secret, et dont les décisions seront sans appel, sans avoir recours à nos institutions, à nos juridictions. lien

On imagine sans peine les conséquences qui découleraient de cet accord s’il était décidé : par exemple, si une entreprise décide d’explorer les gaz de schiste, contre l’avis d’un état, la structure d’arbitrage privée pourrait donner raison à l’entreprise, condamnant l’état à de lourdes sanctions s’il ne se soumettait pas aux décisions prises. lien

Cette structure existe déjà dans le cadre de l’OMC et s’appelle « l’organe de règlement des différends » et Raoul-Marc Jennar donne l’exemple d’un conflit qui a opposé les USA et l’Europe lors de l’interdiction de l’importation de bœuf traité aux hormones de croissance, et qui a obligé l’Europe à payer des centaines de millions de dollars d'amende car les critères de santé publique ne sont pas dans le cahier des charges de cet organe.

Voilà à quoi nous risquons d’être bientôt confrontés en plus grave, car « l’organe de règlement des différents  » possède une instance d’appel.

Cette situation, aux antipodes d’une démocratie souhaitée, pourrait avoir une origine troublante.

Qui se souvient de cette mise en garde proférée par Nicolas Sarközi qui évoquait déjà en 2009 l’impossibilité d’échapper à une gouvernance mondiale ? lien

C’est Bush qui le premier, le 11 septembre 1990, prononça ce « NOM  » (nouvel ordre mondial). lien

Ils sont nombreux a le contester : « les peuples ne seront pas consultés et les criminels au pouvoir nous l’imposeront…cette idéologie a peut-être déjà commencé et les politiciens n’ont jamais œuvré pour les intérêts des peuples »

John Kerry affirme « ensemble ils ont réussi à créer ce que les principaux leaders n’avaient pas créé, un nouvel ordre mondial… » ce que confirme Paul Wolfowitz évoquant certains des « sages » qui ont aidé à donner forme au nouvel ordre mondial…tous, de Steny Hoyer à Tony Blair en passant par Wesley Clarck, Georges Bush, tous défendent ce NOM, dont H.G. Wells disait dans son livre (le nouvel ordre mondial) : « d’innombrables personnes détesteront le nouvel ordre mondial, et mourront en protestant contre lui ». lien

Il y eut d’abord les accords du Gatt, a suivi l’OMC, voici donc venu le temps du NOM qui veut que la valeur de l’argent surpasse celle de l’être humain, les droits de l’homme et le respect de l’environnement devant être subordonnés aux échanges commerciaux, avec comme résultat un exode rural massif, la privatisation de l’eau, des hôpitaux et d’autres services publics.

Christophe Deloire, journaliste et auteur de : « circus politicus  » (éditeur Albin Michel/2012) a découvert l’existence d’un groupe d’anciens commissaires européens, qui se coopte dans la commission trilatérale, dont le fondateur est David Rockefeller, (dont le but déclaré était de « remplacer les gouvernements par le business ») et qui appartiennent aussi au comité de direction Bilderberg, qui sont aussi présents dans la banque Goldman Sachs, ajoutant que l’homme le plus puissant d’Europe, Von Rompuy, (tout comme Barroso), n’a pas fait acte de candidature auprès des peuples, il a été nommé à huis clos par les chefs d’états et les gouvernements, après s’être fait adoubé, une semaine auparavant par la conférence Bildelberg, mais qui connait le club Bildelberg ?

Cet innocent « groupe de réflexion » (liste des membres) crée en 1954, dans l’hôtel du même nom, aux Pays-Bas, comporte 130 membres qui œuvrent très discrètement pour influer, voire plus, sur la gouvernance mondiale. vidéo

Les démocraties seraient donc sous influence et bientôt confisquées par ce groupe ? Le PTCI sera-t-il validé ? Nous le saurons bientôt, et comme dit mon vieil ami africain : « dites à quelqu’un qu’il y a 300 milliards d’étoiles dans l’univers, il vous croira. Dites-lui que la peinture n’est pas sèche, et il voudra toucher pour en être sur  ».

L’image illustrant l’article provient de « http://www.chaos-controle.com/ »

Merci aux internautes de leur aide précieuse.

Olivier Cabanel


Moyenne des avis sur cet article :  4.96/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

143 réactions à cet article    


  • JL JL 20 janvier 2014 09:44

    Bonjour Olivier,

    bravo pour la qualité de cet article très utile et pour ce travail.

    Raoul Marc Jennar dit dans l’émission, qu’il préfère appeler ce traité TAFTA, d’abord parce que c’est plus facile que PTCI mais aussi, ou surtout, parce que ses promoteurs n’aiment pas ça. Est-il taquin !

    Ce traité sera au plan des règles de protection des consommateurs, ce que le TCE et ses avatars ont été au plan des règles sociales : un nivellement par le bas. Finis les tracas de traçabilité : l’industrie agro-alimentaire pourra nous empoisonner en toute tranquillité.

    Bien sûr, les gaz de schistes seront prétexte à éventrer nos paysages et à saloper définitivement l’eau des nappes phréatiques, ce qui permettra aux industries de l’eau de nous vendre de la flotte potable - mais eau morte - à prix d’or.

    Et il leurs suffira à tous, pour éviter d’éventuels procès, d’écrire sur leurs boîtes de pâtés : ’’manger tue’’.

    Elle est pas belle la vie en Libéralie ?!


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 10:21

      JL

      merci de l’avoir apprécié.
      mais tout le mérite en revient à Jennar que j’ai trouvé particulièrement clair, et pédagogique.
      dans l’émission de France Culture, il se répète parfois, mais ce n’est que pour mieux nous faire comprendre l’importance, la gravité, de ce qui est en train de se négocier dans notre dos.
      à+
      et merci pour le lien !

    • appoline appoline 22 janvier 2014 11:31

      En parlant de cocus de la république ; qu’en est il des 3 millions de casse que Valérie T. a occasionné à l’Elysée dans une scène apocalyptique en détruisant les objets d’art qui se trouvaient sur son passage, à tel point d’ailleurs que les gardes du corps d’Hollande sont intervenus. Qui va payer encore pour ces débordements ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 2014 11:41

      appoline

      si vous aviez un lien pour confirmer cette info ?
      ceci dit, faut se mettre à sa place, c’est déjà humiliant d’être trompé, mais quand c’est dévoilé devant la France entière, il y a en effet de quoi piquer une belle colère...
      ceci dit, les assurances payeront... donc vous et moi...
       smiley

    • appoline appoline 23 janvier 2014 11:15

      Olivier,

      Dans la matinée du 10 janvier, le Mobilier National en charge de l’aménagement des palais nationaux et autres résidences de l’état (ministères et ambassades) est appelé en urgence à l’Elysée pour procéder à une intervention sur site.
      Des dégâts importants ont été constatés :: mobiliers et objets précieux tels vases de Sèvres renversés voir brisés comme pour les garnitures de cheminée gisant en morceaux épars parmi des papiers et le matériel de bureau, le dessus de la table de travail a été balayé avec violence (vases la manufacture de Sèvres en porcelaine et monture en bronze doré.
      La crise de Madame est estimée à 3 millions d’euros de merveilles. Voilà Olivier

    • olivier cabanel olivier cabanel 23 janvier 2014 11:30

      appoline,

      j’ai eu cette info... mais il parait que ce n’est pas vrai... en tout cas l’elysée dément.
      dément (c’est le bon mot !)
       smiley

    • zygzornifle zygzornifle 20 janvier 2014 10:00

      Hollande s’est fait élire grâce à une campagne de publicité mensongère qui devrait être punie par la loi....


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 10:50

        zygzornifle

        punissons plutôt celui qui s’est servi de cette campagne mensongère, puisqu’il en est à l’origine.
        non ?
         smiley

      • asterix asterix 21 janvier 2014 14:07

        C’est peut-être le moment de rappeler qui est exactement Herman Van Rompuy, éminence grise de la banque Argenta dont sa famille possède quasi tous les leviers de direction, membre de Bildenberg, Président non élu de l’Union européenne, ex Premier Ministre belge, professeur de philosophie thomiste à l’Université de Leuven, démocrate de façade de jour et flamingant notoire de nuit...
        Candidate à la Mairie de Rhode Saint Genèse ( bourg de Bruxelles à 70% francophone mais unilingue flamand ) son épouse présentait en seconde position sur sa liste un extrémiste notoire d’extrême-droite...
        Vraiment ce qu’il nous faut à la tête de l’Europe, cette nouvelle Nation ratée au nom de l’union des peuples et, hélas, au dessus de toutes les lois nationales.
        Souvenez-vous en lors des élections européennes en apportant vos voix aux candidats démocratiques opposés à cette lamentable oligarchie supra-nationale.
        Bien à toi, Olivier
        S. Asterix, un européen convaincu mais déçu, déçu...


      • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2014 14:23

        astérix

        pas mieux...
        je partage, et je te remercie pour les infos sur l’épouse de rompuy...ce qui ne fait que confirmer dans quelle m...e nous sommes !
        ce n’est pas de cette Europe que nous voulons.

      • asterix asterix 21 janvier 2014 19:09

        Cette même dame a dit, et j’étais présent : la Turquie ne rentrera jamais en Europe pour garder le caractère chrétien de celle-ci...
        On ne peut lui donner tort sur le fond.
        Mais quant aux motivations...


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 22 janvier 2014 09:44

        et si on se référait aux très très mauvais résultats de chirac et sarko en 19ans de règne
        qui ont surtout « menti » et aider le medef pendant 19ans..................


      • claude-michel claude-michel 20 janvier 2014 10:42

        La France est une république Africaine..et encore...Un dictateur (obéissant a Merkel et Bruxelles) et des intrus mafieux pour liquider notre pays... !

        VIVE les urnes...(Pour l’instant nous avone les BURNES).

        • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 10:51

          claude-michel

          il y a surement une bonne idée de titre à creuser : les burnes, les urnes ? je cherche
          le premier qui trouve à gagné
           smiley

        • claude-michel claude-michel 20 janvier 2014 11:12

          Par olivier cabanel....La marseillaise....Aux burnes citoyens... !


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 11:47

          claude michel...

          oui... pas mal, mais on devrait trouver mieux ?
          avec l’idée des urnes pleines ?...
           smiley

        • claude-michel claude-michel 20 janvier 2014 12:28

          Par olivier cabanel....Aux élections ont rempli les urnes....aux érections ont vident les burnes.. !


        • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2014 14:24

          claude michel

          je pensais aussi à ça... mais faudrait creuser afin de trouver une formule plus subtile...
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 21 janvier 2014 14:27

          claude michel

          que dirais tu de 
          « ces élections qui vident les urnes » ?

        • FYI FYI 20 janvier 2014 10:48

          Les principales sectes de la « noblesse » noire valant encore la peine d’être remarquées sont Farnèse, Orsini, Aldobrandini et Chigi.

          La secte Farnèse est le principal architecte de la Cabale, comme ils ont créé les Jésuites avec un peu d’aide de la famille Borja dans les années 1540. Immédiatement après, ils ont construit leur premier Pentagone à Caprarola près de Rome. Dans leur « salle de carte du monde » à l’intérieur de ce bâtiment, ils ont façonné le destin du monde au cours du 16e et 17e siècles.

          Il est intéressant de noter que la carte du monde du 16ème siècle montre l’Antarctique, qui a été officiellement « découvert » dans les années 1770. Vers cette époque, les Farnese ont décidé d’utiliser le Jésuite Adam Weishaupt pour créer les Illuminati (les mal nommés), élever les Rothschilds au pouvoir et déplacer le siège du pouvoir des Farnese à Washington, DC. Ils ont construit leur deuxième Pentagone là-bas. Il est également intéressant de voir que Larry Farnese, un membre de la famille, est un sénateur.

          La secte Orsini a un lien très fort avec le pacte qui a créé l’Eglise Catholique Romaine et imposé la Lex Romana basé sur la Loi Maritime au détriment de la Loi Commune. Il y a longtemps, ils sont à l’origine des tunnels souterrains sous Pitigliano. Ce système de tunnels allait jusqu’à Orvieto et dans des chambres souterraines sous Orvieto où ils avaient stocké l’or du Vatican. La secte Orsini a perdu beaucoup de leur pouvoir en mai 2010.

          La secte Aldobrandini contient des membres du groupe original qui vont surprendre beaucoup de gens.

          La secte Chigi sont les banquiers pour les Jésuites et ils contrôlent la Banca Monte dei Paschi de Sienne. Comme je l’ai dit il y a environ un mois, l’Alliance de l’Est perturbe leurs machinations financières.

          Tous ces prédateurs perdent du pouvoir rapidement et la Cabale est en train de perdre le soutien qui couvrait leurs arrières pendant des siècles. Aussi, la Cabale est maintenant inquiète à ce sujet.

          C’est la raison pour laquelle beaucoup de gens, au sein de la structure de la Cabale, se préparent pour la fin de la civilisation actuelle et se construisent des abris dont nombre d’entre eux sont détruits ou confisqués.

          L’Alliance de l’Est fait de grands progrès, en particulier en Chine, en supprimant les sbires de la Cabale des postes de pouvoir et reformatant le système (cela représente déjà 182 000 fonctionnaires) depuis l’arrivée du nouveau leader du parti communiste chinois en novembre 2012.

          Les Bidelbergs sont beaucoup trop exposés, aussi désormais ils vont progressivement se nommer Google-Berg.


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 10:53

            FYE

            merci d’avoir ouvert cette page d’histoire que je connaissais très mal !
            j’ai bien aimé la fin...
             smiley

          • appoline appoline 20 janvier 2014 18:17

            Elle est appelée la « noblesse noire » par son côté sombre. On peut être surpris justement de ce qu’elle arrive à tramer.


            Penchez vous sur les pouvoirs de l’esprit et vous comprendrez comment ils fonctionnent

          • howahkan Buddha Marcel. 20 janvier 2014 10:49

            Salut Olivier....pour moi le but est clair il n’y a pas de nouvel ordre mondial mais un ancien ordre royal.......façon Louis XIV, ou autre dégénéré et peuple affamé et guerres , cela dit....il est clair pour moi en tous les cas, serais je le seul ? non bien sur smiley que le seul choix des humains est : compétition qui est toujours truquée et sournoise donc guerres et misère soit arrêt de la compétition donc changement radical dans notre psyché .....

            pour moi le dilemme est très très simple et d’abord personnel avant d’être global , car le socle de notre vieux monde qui crève est bien la compétition qui est toujours truquée par nature....car quand le but est de gagner tous les moyens sont bon, tous les coups sont permis....

            De ce que je vois la compétition n’a strictement aucune origine pseudo animale contrairement à la propagande superficielle bien rependue,mais elle a un lien avec notre cerveau qui a un bug et dont la partie Universelle, collective, globale , non divisive donc non compétitive ne marche plus, laissant le champs libre à ce que j’appelle l’analyste , ou cerveau analytique ou « moi je » qui est un outil mécanique, automatique aléatoire et très limité de par sa programmation au champs pratiques de survie..en l’absence de la partie du cerveau universelle qui n’est pas une théorie mais que comme certains je connais parce que elle se réveille, reste pour nous la partie outil qui st vide de sens....ce qui fait que au lieu de naturellement aimer sa vie donc aimer les gens et se servir des outils, nous vénérons les outils, les moyens et utilisons les humains, les animaux et les objets pour y arriver...

            les humains marchent sur la tète et les élites financières encore plus....on comprens mie pourquoi ils inversent tout....et comme la majorité n’ont aucune idée que ce« je » n’existe pas en tant qu’être-individu séparé des autres qui vaut mieux que le reste de l’humanité,mais qu’il n’est en réalité que la partie machine pure du cerveau.....

            nous ne sommes pas dans la dimension ou la vie se trouve, nous sommes juste dans la partie machine de nous même et elle ne sait pas qu’elle est machine car étant conceptuelle ce qu’elle dit n’a pas a être vrai...

            le problème des humains avant d’être global est en chacun....or nous allons toujours vers l’extérieur pour se fuir en fait, je pense avoir des objectifs mais je ne fait que fuir , me fuir ,fuir ma souffrance de vivre, là démarre le bouddhisme , mais aussi krishnamurti et d’autres ,enfin ce qu’il en reste car le bouddha n’a jamais rien écrit ...... de ce fait nous ne solutionnons aucun problèmes mais en rajoutons continuellement avec un semblant de paix pour reconstruire quand tout est détruit , notre monde actuel est compétition donc guerre, il a besoin de cela pour durer..car il est un aspect de la compétition, qui est division en fait et c’est que ça élimine....pour aboutir au mythe du vainqueur , mythe totalement faux qui si vrai indiquerais que compétition étant la règle, tous les massacres ,tortures et destruction étaient nécessairement au moment ou elles se sont produite la meilleure option...seul un menteur professionnel peut affirmer que ceci est bon....

            L’ordre naturel des choses pour les humains est coopération volontaire ,amicale pour survivre ensemble, on s’aide tous car sans collectif l’humanité aurait disparu des son début....ceci est un monde ou tout est connu, à la lumière..ce monde actuel qui est notre création collective que nous vivons se cache constamment il est dans le mensonge permanent , dans la violence ordurière nécessaire,dans le dine de ses vrais buts, il a besoin d’avancer cacher....la nuit et le jours ne peuvent vivre ensemble.....pour l’instant l’histoire connue et sans doute pas mal trafiquée des humains est la nuit, quand à l’histoire non connue , dans un passé qui n’aurait pas laissé de traces car celui qui vit n’a pas besoin de marquer ni territoire , ni passage , je sais pour des raisons étranges que l’humain fut un être éveillé...nous sommes en régression, tout en pensant évoluer parce que nos outils sont plus performants, or si vivre est le miracle.....être de + en + performant uniquement par principe n’a pas de sens profond..

            Le sens de vivre nous est devenu étranger...

            mort à la compétition qui élimine toujours et tue souvent dirais je en conclusion smiley

            amicalement


            • howahkan Buddha Marcel. 20 janvier 2014 11:06

              il serait temps que agoravox permette de corriger les(mes) fautes, même dans un espace temps de 30 minutes ce serait suffisant....et si on me demande pourquoi ne pas corriger avant de poster voici ma réponse : parce que smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 11:16

              Buddha Marcel

              j’aime bien cette réflexion, que j’approuve globalement, et comme toi, je n’aime pas la compétition, 
              on voit dans notre pseudo démocratie les dégâts qu’elle provoque...
              j’ai même écrit une chanson sur ce thême...
              elle s’appelle « arriver le premier »
              en voila le texte...

              Voici le grand spectacle C’est celui de ta vie

              C’est parfois la débacle Parfois le paradis

              Parfois la débandade le grand n’importe quoi

              Pour pas rester en rade, fatalement on se bat

               

              Arriver le premier Le premier dans l’ovule

              Pour bien le féconder Tant pis si çà se bouscule

              Un seul but dans la tete Arriver le premier

              Eviter la défaite Tant pis pour le dernier

               

              Arriver le premier Le premier à l’école

              La tete bien rangée tu vises la coupole

              Etre champion des maths Et génial en francais

              Faut que çà les épates Tant pis pour le dernier

               

              Arriver le premier Le premier au boulot

              Estimé du patron Gravir les échelons

              Enfoncer tous les autres Trahir, et balancer

              Il faut franchir les portes Tant pis pour le dernier

               

              Le dernier est au fond, tout au fond de la classe

              Parfois il se morfond, mais donnerait pas sa place

              Contre tout l’or du monde, et un prix d’excellence

              Ou l’amour d’une blonde, qui ferait vœux de silence

               

              Pres du radiateur, il voit pousser les fleurs

              Et voler les oiseaux, il écoute son cœur

              Il regarde passer la vie qui se prélasse,

              Qu’il rejoindra bientôt, des la fin de la classe

              ,

              Moi j’aime les derniers Tout ceux que l’on dépasse

              Qui prennent le temps de réver Se promenent sans godasses

              Les pieds en éventails, a marcher dans le sable

              Et croquent dans la vie, comme des morts de faim

               

              Moi j’aime les derniers Pour qui le temps qui passe

              Passe plus lentement, passe plus tendrement

              Qui prenent tout leur temps, vivent chaque printemps

              et le premier qui court Arrive en meme temps,

               

              mais lui n’a rien compris,au vrai sens de sa vie

              il a juste couru pour etre le meilleur

              il s’est juste battu, il était dans l’erreur

              le dernier dans la vie, car il n’a rien compris

               

              et quand le rideau tombe, le rideau de sa vie

              il emporte dans sa tombe, ses succès de nanti

              ses complots ses magouilles, et ses prix d’excellence

              son magot ses embrouilles, dans le monde du silence


            • appoline appoline 20 janvier 2014 18:20

              La masse devient pesante, pesante. Ceux qui leur font peur, ce sont les francs tireurs, la masse a juste le nombre pour elle, mais elle est tellement manipunable


            • epicure 20 janvier 2014 18:24

              "De ce que je vois la compétition n’a strictement aucune origine pseudo animale contrairement à la propagande superficielle bien rependue,mais elle a un lien avec notre cerveau qui a un bug et dont la partie Universelle, collective, globale , non divisive donc non compétitive ne marche plus, laissant le champs libre à ce que j’appelle l’analyste , ou cerveau analytique ou « moi je » qui est un outil mécanique, automatique aléatoire et très limité de par sa programmation au champs pratiques de survie..en l’absence de la partie du cerveau universelle qui n’est pas une théorie mais que comme certains je connais parce que elle se réveille, reste pour nous la partie outil qui st vide de sens....ce qui fait que au lieu de naturellement aimer sa vie donc aimer les gens et se servir des outils, nous vénérons les outils, les moyens et utilisons les humains, les animaux et les objets pour y arriver...« 

              C’est quelle aire la partie universelle du cerveau ?
              C’est un peu plus compliqué que ça.
              La pensée universaliste ou particulariste cela met en jeu de nombreuses choses dans le cerveau, qui ne sont pas réductibles à une zone spécifique du cerveau.
              Des fois il y a des sentiments, des émotions qui sont mis en jeu, ainsi que des réflexions, des processus conscients et inconscients, et donc tout ça c’est réparti dans le cerveau.

              En tout cas tu es dans l’erreur pour ce que tu appelles le cerveau analytique, car les idéologies de compétition, de confrontation sont tout sauf analytique, bien au contraire elles ont une approche superficielle.
              Si on analyse tous les individus on voit qu’ils sont tous globalement différents, mais que dans le détail ils ont des points communs avec des personnes de groupes différents, voire très éloignés.
              Par exemple des gens »honnêtes« , humains de peuples différents s’ils se connaissent se trouveront plus de points communs entre eux qu’avec des gens agressifs, manipulateurs, haineux de leur propre peuple respectif par exemple.
              Et dans al pratique ce dernier aspect est beaucoup important que tout ce que mettent en avant les diviseurs de l’humanité (race, religion, sexe, richesse etc... ).
              Ce qui nous sépare de l’un nous rapproche de l’autre, multiplié par tout ce qui peut nous caractériser on se trouver reliés au sein de l’humanité par un réseau de liens de points communs. Donc au final l’analyse abouti à ce qu’on ne puisse définir qu’une humanité commune.

              Donc que ce soit par des caractéristiques physique, le caractère, la personnalité, les goûts etc.. on peut retrouver des points communs avec des personnes de n’importe où au sein de l’humanité. Aucune aprticulartié ne mérite donc d’être stigmatisée pour caractériser une personne et considérer qu’elle la sépare des autres, puisqu d’autres la rapproche.

              Au contraire en l’absence d’analyse, avec une approche superficielle on se fixe sur certaines différences, certaines particularités, on les exagère, on réduit les autres à cette différence , l’autre devient strictement différent de nous , et surtout il faut qu’il n’y ait pas d’intermédiaire, si c’est le cas ils sont niés, rejetés. On simplifie les chose, en définissant un ensemble de caractéristiques liées à cette différence pour mieux marquer encore la différence, pour accentuer le fossé entre les particularités.
              On stigmatise les différences pour mieux les rejeter, et on valorise les siennes par rapport à celle des autres pour mieux se proclamer supérieur, et exiger des droits supérieurs aux autres ( on s’autorise ce qu’on dénie à l’autre ).
               Si l’autre n’a pas de lien avec nous alors c’est un pur étranger, une menace, une concurrence, et bien sûr son destin, son sort nous indiffère.

              Actuellement la particularité qui importe vraiment, mise en avant, dans le système actuel, c’est la possession, la richesse.
              Il suffit de voir la différence de traitement entre un arabe musulman barbu des banlieues, et un riche saoudien en visite dans notre pays, aussi sexiste, intolérant religieusement, qui voile intégralement ses nombreuses épouses .
              la »bonne« bourgeoisie méprisera, sera choquée et trouvera à redire au premier, mais par contre dévoilera se tapis rouge au second, en restant aveugle aux pratiques de celui ci , qui horripilent quand elles sont le fait du premier.
              Chez les riches il n’y a pas de race, pas de religion, uniquement la possession comme seul critère, »au pire" il y a une distinction culturelle entre les biens éduqués et les parvenus sans gêne.

              Et donc c’est sur cette particularité , que les protestants lient à la providence divine, que des gens veulent imposer leur loi au reste du monde qui n’a pas la chance de posséder autant qu’eux. Mieux, ils font en sorte que les différences s’accentuent, en concentrant le plus gros des richesses produites vers eux, au détriment des autres. (pour un milliardaire qui s’enrichit, combien de millions de gens s’appauvrissent actuellement ?)


            • howahkan Buddha Marcel. 20 janvier 2014 19:25

              Merci Olivier, bon texte je trouve, je ne sais pas comment ni pourquoi mais de suite ce texte a fait resurgir le fameux petites boites de Graeme Alwright...... smiley


            • howahkan Buddha Marcel. 20 janvier 2014 19:28

              salut Épicure, je ne théorise pas du tout, ce que je dis est du vécu ,revécu et évolue et correspond a des faits , je n’ai lu cela nulle part , il n’y a aucune référence à quoi ou qui que ce soit ...........je n’insiste pas car je ne veux rien prouver mais juste dire...


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 19:38

              merci Buddha

              ça me touche d’autant que j’ai eu le privilège de partager une scène avec ce grand artiste, il y a plusieurs années...
               smiley

            • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 22 janvier 2014 09:47


              LES COUILLES MOLLES ELUES font le plein des urnes ( bouteille a moitié vide ou a moitié pleins)


            • Muslim 20 janvier 2014 10:58

              « Comment pouvons-nous ne pas pratiquer le tirage au sort, nous qui nous déclarons démocrates ? »

              Principe du gouvernement représentatif. » Avec un titre pareil, ce livre ne figurera sans doute pas parmi le top des ventes de la Fnac. Malgré sa couverture jaune pétante et la mention « postface inédite », il a peu de chance d’être l’objet d’un achat impulsif.

              Pourtant, je plaide pour que cet ouvrage soit distribué à toute personne en âge de voter, voire même remboursé par la sécurité sociale. En effet, ce livre pourrait bien bouleverser votre vision de la démocratie, du moins telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui.

              Car Bernard Manin, direteur d’études à l’EHESS et professeur à la New York University, s’attaque ici aux fondements mêmes de notre système politique. Dès la première phrase, le ton est donné :

              « Les démocraties contemporaines sont issues d’une forme de gouvernement que ses fondateurs opposaient à la démocratie. »

              On a tendance à penser aujourd’hui que la délégation de la souveraineté populaire à des représentants était motivée par des contraintes techniques. C’est la taille et la population des Etats modernes qui auraient rendu impossible la démocratie directe, entend-on souvent. Manin démontre qu’il n’en est rien, et que, si aujourd’hui le peuple doit passer par le truchement de représentants pour faire entendre sa volonté, c’est pour des raisons beaucoup plus politiques que pratiques.

              Il insiste sur le fait que les révolutionnaires anglais, français et américains ne se targuaient pas d’être des démocrates. Pour les instigateurs du gouvernement représentatif, il n’a jamais été question de fonder un gouvernement du peuple par le peuple, mais bien un système aristocratique, composé d’élites jugées mieux à même d’exercer le pouvoir en lieu et place des citoyens.

              Les théoriciens de l’époque considéraient la représentation non pas « comme une approximation du gouvernement par le peuple » mais comme « un système politique substantiellement différent et supérieur » à la démocratie. Il cite Madison, un des pères fondateurs américains et 4e président des Etats-Unis, pour qui le but du système représentatif est « d’épurer et d’élargir l’esprit public en le faisant passer par un corps choisi de citoyens dont la sagesse est le mieux à même de discerner le véritable intérêt du pays ».

              En d’autres termes, le bas peuple n’étant pas assez compétent pour se gouverner lui-même, il est préférable de confier la conduite du pays à des élites éclairées. Nous sommes ici bien loin de l’idéal démocratique.

              La disparition du tirage au sort

              Mais alors, comment se fait-il que nous appelions démocratie ce système historiquement aristocratique ? C’est une des questions auxquelles tente de répondre Bernard Manin dans cet ouvrage. Pour cela, il nous invite à remonter aux sources de la démocratie athénienne.

              Selon lui, deux choses séparent les « gouvernements représentatifs » des démocraties antiques. D’abord le fait que le « gouvernement représentatif n’accorde aucun rôle institutionnel au peuple assemblé » alors qu’à Athènes, chaque citoyen pouvait siéger à l’Ecclésia (assemblée), participer aux débats et voter les lois. Il fait ensuite remarquer que la plupart des charges publiques y étaient pourvues non pas par élection, mais par tirage au sort (nous en parlions ici).

              Cette méthode de désignation des représentants utilisée quotidiennement à Athènes, mais également dans nombre de République italiennes à la Renaissance (Florence, Venise...), était alors intimement liée à la démocratie.

              Montesquieu ne s’y était d’ailleurs pas trompé quand il écrivait que « le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie. Le suffrage par le choix est de celle de l’aristocratie ». Pourtant, « aucun des régimes représentatifs établis depuis deux siècles n’a attribué par le sort la moindre parcelle de pouvoir politique », fait remarquer Manin. Il note d’ailleurs que le tirage au sort est aujourd’hui considéré comme absurde et anachronique. Ce qui a le don d’irriter l’auteur et de le faire sortir de la réserve qui caractérise généralement les universitaires pour interpeller le lecteur :

              « Comment pouvons-nous ne pas pratiquer le tirage au sort, nous qui nous déclarons démocrates ? »

              Il montre que ce procédé a été sciemment occulté par « les élites cultivées qui établirent le gouvernement représentatif » au profit d’une méthode de sélection aristocratique : l’élection.

              Aristote, Harrington, Montesquieu ou encore Rousseau avaient déjà mis en avant le caractère aristocratique de l’élection. Ici l’auteur vient valider cette intuition. Il démontre que « l’élection, ne peut, par sa nature même, aboutir à la sélection de représentants semblables à leurs électeurs ».

              Bernard Manin explique pourquoi, malgré son caractère inégalitaire, l’élection s’est imposée dans les démocraties représentatives au détriment du tirage au sort. Pour lui, l’émergence de l’école du droit naturel, portée par Locke et Hobbes, a joué un rôle important dans ce basculement en fondant la légitimité de la représentation sur le consentement du peuple, consentement moins évident à obtenir avec le tirage au sort.

              « Il n’importait plus que les fonctions publiques soient distribuées de façon plus ou moins égale entre les citoyens. La seule chose qui comptait vraiment était que leurs titulaires soient désignés par le consentement des autres », analyse Manin. Et non contents de choisir un mode de désignation aristocratique, les tenants du gouvernement représentatif ont également fait en sorte que « les élus soient issus d’un rang social plus élevé que ceux de leurs électeurs, qu’ils se situent plus haut », ce que l’auteur appelle « le principe de distinction ».

              http://www.slate.fr/story/63113/dem...


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 11:10

                Muslim

                ce bouquin m’a l’air particulièrement intéressant.
                puisque manifestement vous l’avez, vous devriez nous en faire un article ?
                en tout cas, je signe des deux mains l’idée du vote par hasard,
                ce principe démocratique donnerait à l’élu beaucoup moins d’importance, l’appelant a beaucoup de modestie, et à s’en tenir à appliquer seulement les vœux du peuple...

              • millesime 20 janvier 2014 17:54

                tous les spécialistes de Madison s’accordent à dire que la « Constitution était, un document aristocratique destiné à contrer les tendances démocratiques de la période, livrant le pouvoir »aux meilleurs« et empêchant ceux qui n’étaient ni riches, ni bien nés, ni connus, de l’exercer.
                Madison déclara ainsi que la première responsabilité de l’Etat était :
                 »de protéger la minorité opulente contre la majorité".. !
                http://millesime.over-blog.com


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 18:01

                millesime

                c’est votre blog ?
                d’ou tenez vous ces infos ?
                si vous pouviez en dire un peu plus ?...


              • trevize trevize 20 janvier 2014 18:30

                Le problème c’est cette incroyable capacité qu’a l’être humain de toujours croire qu’il a tout compris, et de vouloir figer le monde pour toujours sous une forme précise, alors que tout évolue constamment.
                Je pense qu’en 1789, ça aurait été une drôle d’idée de vouloir instaurer un système de gouvernance à base de tirage au sort, sachant que la quasi-totalité de la population ne savait même pas lire... Les monarchies voisines auraient eu tôt fait de profiter du chaos ambiant pour se partager le territoire, et c’en était fini de la révolution française, et dans le même temps, ça aurait bien calmé les esprits de tous les gueux des autres royaumes, retardant énormément la venue d’une autre tentative de libération. Je ne vois pas comment il était possible, à l’époque de faire autrement que laisser le pouvoir à la bourgeoisie... Mais il eût fallu qu’elle mette le paquet très tôt sur l’éducation pour passer progressivement vers un véritable système démocratique, à base de tirage au sort pourquoi pas. Malheureusement, entre la prise de la bastille et l’instauration d’un véritable état stable, il s’est passé pas mal de temps, alors l’idée originale ne pouvait que se perdre. Et il était trop tentant pour la nouvelle génération de bourgeois qui s’est retrouvée alors aux commandes de garder les rênes du pouvoir pour son usage exclusif. L’auto-conservation, garder les meilleures conditions d’existence possible, est dans la nature de toute chose, c’est valable pour les êtres vivants comme pour toute organisation, et la période que nous vivons nous le prouve chaque jour un peu plus.


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 19:40

                millesime

                c’est votre blog ?
                d’ou tenez vous ces infos ?
                si vous pouviez en dire un peu plus ?...


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 janvier 2014 19:43

                trevise

                1789 a été vite dévoyé... la vrai révolution s’est passée 2 ans apres...

                celle de 89, avait été une manipulation des bourgeois qui voulaient enlever au roi le pouvoir qu’il avait, et pour le punir d’avoir viré Necker... ils ont donc armé la population, et des que la bastille a été prise, se sont empressés de récupérer les armes...

                Henri Guillemin raconte ça très bien....



              • trevize trevize 20 janvier 2014 20:35

                89 ou 91, ne jouons pas sur les dates, dans tous les cas je vois mal des paysans illettrés et à moitié morts de faim gouverner un pays. Mais je ne crois pas non plus à l’idée de l’élite éclairée qui guide pour toujours un troupeau de brebis aveugles. L’idéal, ça serait une meute d’humains suffisamment lucides pour savoir qu’ils ne sont que borgnes...

                J’espère que mes propos ne sont pas trop obscurs smiley

                Bonne soirée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès