Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les élections législatives du 9 mars en Espagne : l’art et la (...)

Les élections législatives du 9 mars en Espagne : l’art et la bannière

Les élections législatives, qui auront lieu ce 9 mars prochain, ont répandu dans les villes d’Espagne un type d’affiche inconnu en France. Les réverbères dans les rues servent de mât pour y pendre de part et d’autre deux bannières symétriques aux couleurs des partis. Celle de gauche arbore le visage du candidat, celle de droite, le slogan avec le logo du parti.

Les rues semblent avoir été réparties entre les candidats. Seules, les grandes avenues, comme le Paseo du Prado à Madrid, ont été partagées en deux sur toute leur longueur : les deux grands partis qui s’affrontent, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et le Parti populaire (PP), y coexistent mais chacun de son côté de l’avenue.

La mémorisation par une répétition intensive

Ce choix de publicité surprend car ces bannières n’offrent tout au plus que deux variantes alternées de photos et de slogans qui n’en finissent pas de se répéter : une mémorisation est manifestement attendue d’une répétition intensive. À Madrid, de la place de Cibeles à la gare d’Atocha, on passe ainsi d’un réverbère à l’autre devant le même visage et les deux slogans. Sans doute finit-on à la longue par ne plus y prêter attention, mais, le regard, à la première occasion, revient sans cesse buter malgré lui sur ces taches rouges ou bleues qui, contrastant avec le décor urbain d’arbres et de maisons, leur donnent un air de fête.

Les couleurs

Les deux partis principaux en lice s’opposent, en effet, d’abord par leurs couleurs et la charge culturelle qu’elles conservent malgré tout. Le rouge du PSOE rappelle ses racines historiques de luttes sociales, du temps où le drapeau rouge symbolisait la révolution sociale à venir par la prise du pouvoir qu’elle impliquait. Il est aussi la couleur du sang, du feu, de l’amour et de la passion. De son côté, le bleu du Parti populaire le rattache à la tradition conservatrice, royale et aristocratique dont il était, jusqu’au sang, la couleur dominante, du moins en Espagne et en France. Mais il est en même temps la couleur de l’azur et de la mer, comme de la fraîcheur, de la pureté, voire du bonheur qui s’y associent. Au surplus, par contraste, il avive et embellit la carnation des visages, ce qui ne gâte rien.

Les slogans

Les slogans tendent, en revanche, à rapprocher singulièrement les deux partis. Ils sont d’abord tous écrits en lettres blanches : sans doute est-ce pour éviter les interférences culturelles indésirables que le noir provoquerait. Ensuite, sous la contrainte de l’exiguïté de l’espace disponible dans une bannière, les deux partis ont été contraints de limiter à quelques mots l’expression de leur différence. Or, ils ont éliminé l’un et l’autre toute référence à leurs objectifs pour ne retenir que la méthode qui leur est propre. C’est par elle seule qu’ils entendent se différencier.

- « Las ideas claras », les idées claires (et évidentes), dit le Parti populaire, ou encore « Con cabeza y corazón  », avec la tête et le cœur. On le voit, aucune relation personnelle n’est recherchée avec l’électeur. Par l’énoncé de devises générales, celui-ci est seulement invité anonymement à ne pas se laisser submerger par son affectivité et son irrationalité, c’est-à-dire une générosité incontrôlée : les idées claires et évidentes doivent s’imposer et l’exigence de rationalité l’emporter sur la confusion et les bons sentiments.

- Le PSOE, lui, adopte la démarche contraire : «  Vota con todas tus fuerzas », vote avec toutes tes forces, commande-t-il, « Somos más  », nous sommes les meilleurs, ou encore, en Catalogne, « Si tu vas, somos más », si tu viens, nous sommes les meilleurs. C’est l’exigence d’irrationalité qui est ici manifestement sollicitée. L’électeur est appelé à mettre dans son vote « toutes ses forces » : or qu’est-ce qu’une force sinon une énergie qui met en mouvement, comme un moteur et une émotion, selon leur étymologie commune ? Le tutoiement d’office bouscule d’ailleurs les convenances en imposant une relation familière, celle de la camaraderie socialiste et de la solidarité qu’elle suppose. Le groupe est évoqué par le verbe à la première personne du pluriel, « nous » : « toi », « moi » et d’autres camarades fusionnons dans une communauté d’intérêts, d’idées et de goûts. Enfin, les leurres de la flatterie et de la pression du groupe poussent au besoin l’électeur à rejoindre « le groupe des meilleurs » autoproclamé pour, par sa présence, le rendre encore meilleur.

Les photos

Les photos retenues confirment la démarche de chacun des partis.

1- L’image d’un conservateur modernisé
Le leader du Parti populaire s’affiche dans une sorte de photo d’identité de face, un peu figé. Sans doute, selon le procédé de l’image mise en abyme, plante-t-il ses yeux dans ceux du passant, mais c’est moins pour l’interroger, dans une relation interpersonnelle simulée, que pour simplement se présenter tel qu’il est, en costume cravate traditionnels. Son visage étant moins connu que celui de son rival, il est obligé d’inscrire en incrustation ses nom et prénom, au bas de l’affiche.

Toutefois, la seconde photo corrige cette première présentation guindée. La mise en scène fait croire à un instantané, comme extorqué à son insu, pour rendre l’information plus fiable. Elle montre, dans une mise hors-contexte, M. Rajoy en train de regarder de côté vers le hors-champ. Cet effet d’une première métonymie suppose, faute de contexte, une cause qui l’aurait fait se retourner, amusé par un appel ou un spectacle. Ce faisant, M. Rajoy veut donner de lui l’image d’un personnage souriant, jovial et donc humain.

Une seconde métonymie le présente même comme capable de prendre des libertés avec la tradition : son col de chemise est ouvert : il a tombé la cravate. Une curiosité intrigue toutefois et confirme la « modernité » de ce conservateur. Le gros plan rapproche, en effet, le lecteur de ses lunettes et de sa barbe poivre et sel qui lui mange le visage : or, ce sont deux stéréotypes de l’intellectuel anticonformiste, qui paraissent jouer ici à contre-emploi. On est moins habitué, en effet, à les associer à un politicien conservateur. Grossière erreur ! Les nouveaux conservateurs ont fait peau neuve ! Faut-il aller chercher dans Le Guépard de Giuseppe Tomasi, le mode d’emploi de ce changement ? On se souvient du célèbre mot du prince de Salina ? « Se vogliamo che tutto rimanga come è, bisogna che tutto cambi ! » Si nous voulons que tout demeure en l’état, il faut bien que tout change.

2- L’image d’un gouvernant qui écoute
Paradoxalement, c’est José Luis Zapatero, le leader socialiste et président du gouvernement sortant, qui se présente fraîchement rasé. Toutefois, il alterne comme son rival le col de chemise ouvert et la cravate. L’habit, décidément, ne fait plus le moine, ni la barbe, le philosophe dissident. De même, une photo le montre aussi souriant dans une posture comparable à celle de M. Rajoy : tout juste le gros plan resserre-t-il davantage le visage pour le rendre plus proche et plus accessible et l’effet de la métonymie laisse-t-il croire, par une égale mise hors-contexte, à un échange amical surpris à son insu pour accroître la fiabilité de l’information. En revanche, très connu, il n’a pas besoin de se nommer.

Mais c’est la seconde photo qui le différencie de son rival : elle le montre en gros plan, magnifié par l’angle de contre-plongée, surgissant de la gauche vers la droite, le regard tourné de trois quarts vers le hors-champ pour éviter le figé d’un profil d’effigie. L’instantané fait croire, là encore, à une image prise sur le vif à son insu pour rendre l’information plus crédible : le personnage feint de ne pas poser. La meilleure mise en scène n’est-ce pas celle qui se fait oublier ?

La métonymie, elle, présente un effet essentiel et un seul : J. L. Zapatero prend une posture d’écoute attentive ; il est grave, le cou tendu hors du col de chemise, les lèvres closes, le sourcil relevé sur un regard rendu pénétrant par deux points lumineux dans les yeux qui agrandissent par contraste la rondelle obscure des pupilles, preuve tangible de l’intérêt manifesté. La cause d’une telle attitude que le lecteur est invité à déduire, coule de source : un électeur est en train de s’adresser au président du gouvernement et celui-ci lui réserve une attention exclusive. Ainsi, J. L. Zapatero entend-il donner de lui l’image de quelqu’un à l’écoute de ses concitoyens.

C’est un vrai tour de force que d’offrir à un électorat en deux photos et deux slogans de quelques mots les arguments qu’on juge décisifs pour tenter d’attirer les suffrages. On peut juger vain de développer ce type d’affiche et douter de son efficacité. La répétition reste pourtant le plus sûr moyen de l’apprentissage et de l’inculcation des idées dans les esprits. Car combien d’électeurs lisent les programmes électoraux ? Où glanent-ils l’information pour se faire une opinion ? On s’accorde à penser qu’un nombre non négligeable d’entre eux entrent dans l’isoloir sans même savoir pour qui voter.

L’imprégnation quotidienne est donc recherchée auprès de ces électeurs volatils dont dépend en fait l’issue du scrutin : il faut coûte que coûte les faire pencher par pulsion du bon côté au moment de mettre le bulletin dans l’enveloppe. C’est sans doute ce qui explique que les deux campagnes se ressemblent à ce point : elles ne s’adressent pas aux militants ni aux électeurs réfléchis, mais à la masse d’indécis « sans opinion fixe » qu’il ne faut surtout pas rebuter par des choix trop tranchés. Mais elles ne s’en opposent pas moins comme l’exigence de rationalité et l’exigence d’irrationalité qui sont les deux centres de la cible humaine.

Paul Villach

Documents joints à cet article

Les élections législatives du 9 mars en Espagne : l'art et la bannière Les élections législatives du 9 mars en Espagne : l'art et la bannière Les élections législatives du 9 mars en Espagne : l'art et la bannière Les élections législatives du 9 mars en Espagne : l'art et la bannière Les élections législatives du 9 mars en Espagne : l'art et la bannière

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Splendide analyse ..impartiale et purement technique du spécialiste éminent qu’est l’auteur, tant ses connaissances et ses commentaires en matière de médias sont pertinents au point d’ignorer les clivages... et même les sectarismes auxquels nous sommes tant habitués...pour ne pas dire "assommés".

    Moi j’aime ..et vous ?


    • arretsurlesmots arretsurlesmots 4 mars 2008 14:11

      Moi aussi j’aime, et j’aime que l’on parle de ces élections en Espagne, je voulais demander à l’auteur ce qu’il pensait du clip de Zapatero pour encourager à la participation, mais je ne retrouve pas le lien...


    • MonG 4 mars 2008 16:52

      Un petit addendum, si je puis me le permettre ; le tutoiement en Espagne est chose très courante, votre medecin, sa secrétaire, votre dentiste, votre boss, sa femme vous tutoient et ce, très naturellement . mais il est vrai que l’image de proximité du parti socialiste espagnol est plus proéminente que celle du PP. 


      • Paul Villach Paul Villach 4 mars 2008 18:21

        @ Mong

        J’en suis d’accord. PV


      • docdory docdory 4 mars 2008 18:27

         Cher Paul Villach

        Je vois un symptôme vaguement inquiétant dans la ressemblance de ces deux campagnes électorales , malgré ces petites différences de style :

        - D’une part , cela traduit une dépolitisation de plus en plus importante des populations européennes , en particulier chez les jeunes . Quand j’étais au lycée , les discussions politiques enflammées représentaient 50% du temps de conversation des lycéens . Actuellement la plupart des lycéens et étudiants s’en désintéressent totalement , et qualifient la politique de " prise de tête " . Les partis en sont donc réduits à trouver quelques slogans accrocheurs " faisant jeune " pour trouver de la clientèle électorale .

        -D’autre part , la plupart des citoyens européens se rendent bien compte que leur vote n’est plus suivi d’effet . En effet , le rôle des parlements nationaux est à 80 % d’entériner dans la législation locale des décisions européennes sur lesquelles les citoyens savent bien qu’il n’ont aucune influence . Par ailleurs , toute politique nationale non strictement conforme à l’idéologie Bruxellienne sera immédiatement frappée d’anathème par les instances non élues européennes . On voit bien qu’à Chypre , ou le parti communiste vient de gagner les élections , il n’y a aucune chance qu’une politique communiste soit entreprise , puisque de toutes façon elle serait immédiatement en contradiction avec des milliers de règlements européens , qui , selon les traités en cours , sont supérieurs aux législations nationales !

        Au fond , la vacuité de cette campagne électorale espagnole traduit bien le fait que dans l’UE , le vote des citoyens est devenu purement formel , le véritable pouvoir étant aux mains d’instances européennes non élues ( on voit avec quelle facilité le vote négatif des français concernant le TCE a été " effacé " avec le plus grand mépris par une manoeuvre antidémocratique dont s’est félicité tout le gratin européen ! )

        Aux citoyens , obéissant à des lois qu’ils se sont librement choisies , se sont substitués des consommateurs tout juste bons à obéir aux directives d’eurocrates non élus . Au fond , pourquoi voteraient-ils dans ces conditions ?


        • Paul Villach Paul Villach 4 mars 2008 19:06

          Cher Docdory,

          Il est bien difficile de vous contredire. Il est sûr que ce type de publicité politique vise une masse croissante de gens SOF - "sans opinion fixe" - , comme il existe des SDF. Paul Villach


        • Patricia Tutoy 4 mars 2008 19:56

          Paul,

          Merci beaucoup pour cet article bien argumenté et agréable à lire.

          Merci surtout d’aller voir ailleurs ce qu’il se passe et de nous informer ici sur Agoravox. Malheureusement, les articles les plus commentés (donc les plus lus ?) sur Agoravox concernent, en général, les affaires de la France.

          Au plaisir de vous lire bientôt, Paul,

          Patricia.


          • G.BORDES 7 mars 2008 00:26

            Les politiques n’ont pour ainsi dire jamais été élus sur leurs programmes respectifs mais sur l’image qu’avaient d’eux les incultes politiques (qui représentent la majorité de l’électorat). L’’élection de Louis Napoléon en 1848, élu pour son seul nom en est un exemple historique, puisque fort de conséquences…

            En ce qui concerne le fait que sur l’affiche de M.Zapatero, il n’apparaisse pas son nom en raison de sa notoriété, peut on considérer qu’il s’agisse d’un argument d’autorité ?

             


            • MonG 7 mars 2008 03:48

              Zapatero ? Autoritaire  ?

              J’ai vécu en Espagne 14 ans, sous Aznar, là vous avez un dirigeant autoritaire, au point ou même les journaux télévisés dans lesquels il avait placé des sympatisants remaniaient les bandes sons des apparitions de Aznar quand il se faisait huer.... Zapatero dont le premier geste fût de garantir l’indépendance politique totale des chaines nationales n’est pas le modèle autoritaire, dirais-je. il faut noter, que pour sa première campagne, sur ses affiches, son nom était abrégé par un simple ZP. je crois qu’il y a là des innovations en communication bien intéressantes dans un pays très réceptif à ce genre de nouveautés.


              • MonG 7 mars 2008 04:06

                @docdory

                En fait, oui, les campagnes se ressemblent mais pour une raison bien simple. Le PP un peu à bout de souffle, dirigé par un leader peu charismatique (Rajoy était porte parole d’Aznar, accumulant toutes les bourdes imaginables dans ce poste..) et taché de manipulations quant aux attentats du 11M. Le PP voulant s’aligner au sillage d’un parti socialiste en état de grâce, appuyé implicitement par Juan Carlos. Le débat diffusé il y a quelques jours en est la preuve éclatante, on pouvait y voir un Rajoy au programme flou tenter de se raccrocher aux propositions de ZP.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès