Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les enjeux de l’allongement du congé de maternité

Les enjeux de l’allongement du congé de maternité

Les députés européens ont voté en première lecture mercredi dernier, le principe d’un congé de maternité de minimum 20 semaines dans tout l’UE. Si cela ne constitue pas un bouleversement en France dont les congés de maternité durent déjà 18 semaines, ils constituent une véritable révolution dans certains pays, notamment de l’est et du sud, très en retard sur la question. Cette nouvelle fut accueillie avec un enthousiasme diverse par les ministres concernés des différents Etats membres. Rien qu’en France, on observe des dissonances entre Nadine Morano plutôt contre, et sa ministre de tutelle Roselyne Bachelot, plutôt pour. De par la manière dont elle a été traitée par les médias, la question parait dérisoire, pourtant, les congés de « parentalité » sont cruciaux pour l’avenir de l’Europe.

On le sait l’Europe (France et Irlande excepté) possède un taux de fécondité extrêmement bas, il descend à 1,7 en Allemagne, jusqu’à 1,2 en Italie et à parfois moins de un dans les PECO. Ces taux de fécondité feraient perdre près d’un point de croissance par an à l’UE, de plus sur le long terme un taux de fécondité d’1,2 peut faire perdre à un pays plus de la moitié de sa population en trois quarts de siècle. Or la première richesse d’un pays c’est sa population, ce déclin démographique accompagnera un déclin économique et politique de l’Europe. Le seul moyen de maintenir à flot la population européenne serait alors le recours massif à l’immigration, mais les pays européen pourront-ils intégrer des flots de migrants bien plus conséquent qu’aujourd’hui ? Rien n’est moins sur.

Or l’allongement du congé de maternité aurait pour effet, et cela a été prouvé, d’augmenter le taux de fécondité, et ce pour plusieurs raisons. D’abord plus le congé de maternité est court, plus les femmes doivent faire un arbitrage entre travail et famille. En effet, quand le congé de maternité est trop court, beaucoup de femmes se sentent obligée de quitter leur emploi pour s’occuper de leur enfant en bas age. Or en supposant qu’une femme fasse une pause d’un an et demi, elle touchera en fin de carrière un salaire moindre de 18% par rapport à une carrière sans arrêt. Dans les pays ou le congé de maternité est court, les femmes font plus qu’ailleurs cet arbitrage et ont donc moins d’enfants. Par ailleurs un allongement du congé maternité, s’accompagne empiriquement d’un rattrapage des salaires féminins sur les salaires masculins : en effet une grande partie de la différence de salaires entre hommes et femmes représente la rémunération du risque pris par l’employeur d’embaucher une femme, risque qui est le départ pur et simple de l’entreprise pour cause de maternité. En allongeant le congé de maternité on laisse donc plus de temps au femmes pour s’occuper de leurs enfants en bas age, et on évite donc un arbitrage famille/carrière qui explique en partie le bas taux de fécondité des pays européens.
 
 
Quand bien même une femme se satisferait de congé de maternité court, il est important pour l’enfant, d’avoir avant un an et demi un de ses parents présent a ses cotés. Un congé de maternité plus long gommerait de fait certaines inégalités entre les femmes à bas revenu, obligée de travailler dès la fin du congé de maternité, et les femmes à haut revenu, qui peuvent se permettre de prendre du temps en plus, or on connait l’importance capitale de la présence d’un parent dans l’éducation des nourrissons. L’idéal serait donc un congé jusqu’à un an et demi, bien sur cela est trop long pour la femme seule, la solution serait alors de repartir équitablement des congés entre le père et la mère comme en Suède ou la mère prend les premiers 8 mois, et le père les derniers. 

Cependant certains pays, comme le Royaume Uni, l’Allemagne et dans une certaine mesure, la France, contestent cet allongement qui couterait trop cher. Il est vrai que sur le court terme, la France devrait par exemple débourser 1,7 milliards d’euros supplémentaires. Cependant à long terme ce calcul ne tient pas la route, en effet si le congé de maternité est allongé, moins de femmes quitteront leur emploi pour s’occuper de leurs bambins, par conséquent ces femmes toucheront un salaire plus élevé en fin de carrière, et cela signifie donc, à moyen terme, plus de rentrés fiscales pour l’Etat. Ces femmes rembourseraient donc à l’Etat l’allongement du congé de maternité, intérêts compris via l’impôt.

Si l’Europe ne veut pas perdre de sa splendeur, elle doit répondre a ce grand défi démographique qui s’impose à elle. Cela passe par l’allongement du congé de maternité mais aussi par l’amélioration et l’élargissement des structures de garde. C’est par un arsenal de petites mesures très concrètes que nous ferons remonter le taux de fécondité en Europe.

Article inspiré des travaux du sociologue danois Gosta Esping Andersen.
 
Plus d’info sur www.lapetiteboite.over-blog.fr&nbsp ;

Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • FRIDA FRIDA 2 novembre 2010 10:43

     

    « Or l’allongement du congé de maternité aurait pour effet, et cela a été prouvé, d’augmenter le taux de fécondité, et ce pour plusieurs raisons. D’abord plus le congé de maternité est court, plus les femmes doivent faire un arbitrage entre travail et famille. En effet, quand le congé de maternité est trop court, beaucoup de femmes se sentent obligée de quitter leur emploi pour s’occuper de leur enfant en bas age » rien n’est moins vrai, sous d’autres cieux, les femmes exploitées et mésirables font quand même des enfants, même si comparaison n’est pas raison, mais vos conclusions procèdent de postulats et rien d’autre. Il n’y a aucune étude sérieuse qui peut expliquer les décisions de procréer, même en temps de guerre et de trouble, la fécondité est parfois très élevée, comment peut-on l’expliquer,


    « Un congé de maternité plus long gommerait de fait certaines inégalités entre les femmes à bas revenu » un voeu pieu rien d’autre. En ce temps de « disette », trouver un travail est un luxe pour une femme, alors quand on parle de congé maternité, c’est comme dire « s’ils n’ont plus de pain qu’ils mangent de la brioche »


    « Si l’Europe ne veut pas perdre de sa splendeur » cette phrase, il faut bien la souligner et la mettre en gras s’il vous plaît, c’est qu’il y a encore ceux qui discourent toujours sur la splendeur de l’Europe !!!!!


    • FRIDA FRIDA 2 novembre 2010 11:03

      J’ai fait un petit tour sur le site lapetiteboite, et effectivement le contenu est de même type que l’article, un tas de pensées magiques que l’on voudrait sevir sous forme de package à la SFR, pour ces gens, la pensée est un produit de consommation comme le reste.


      • Julius Julius 2 novembre 2010 11:06

        C’est un autre exemple d’un règlement idiot. Alors que les bureaucrates européens sont incapables de résoudre de vrais problèmes économiques, ils dépenser notre argent dans la création de lois et directives absurdes. Ils veulent la même taille de chaussures pour tout le monde.

        Les pays ont choisi différentes façons de traiter le congé de maternité. Pour la bonne raison culturelle, historique, ...

        Juste un exemple :
        - En République tchèque, le congé de maternité est aujourd’hui de 28 semaines avec 70% du dernier salaire.
        - La nouvelle proposition européenne est de 20 semaines avec 100% du dernier salaire.
        (Le coût des deux variantes est le même.)
        Il n’y a aucune raison pour que l’un ou l’autre solution serait préférable. Ils ne sont que deux choix différents.


        • Julius Julius 2 novembre 2010 11:11

          > notamment de l’est et du sud, très en retard sur la question

          Vraiment ?

          Un des plus longs congés de maternité est en Bulgarie (58 semaines). Vous pouvez voir d’autres pays ici :

          http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/10/19/04016-20101019ARTFIG00647-les-eurodeputes-examinent-la-duree-du-conge-maternite.php


          • suumcuique suumcuique 2 novembre 2010 11:50

            Après avoir tout fait, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, pour faire baisser le taux de natalité des Français de souche et y être parvenu, les forces d’occupation - maintenant que la population européenne de souche est en passe d’être remplacée par des populations extra-européennes et que la majorité des enfants qui naissent actuellement en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, etc., sont issus de parents extra-européens - exigent un allongement de la durée des congés maternité...


            • Antoine 2 novembre 2010 23:04

              Beaucoup de bruit pour rien. La quasi totalité des salariées obtiennent de leur toubib, plombant la sécu comme à l’accoutumée, plusieurs semaines supplémentaires de congé de maternité, tandis que les patronnes ou celles à responsablités importantes, dont les organes reproducteurs sont sans doute plus résistants, travaillent jusqu’à la veille de leur accouchement. A moins qu’au lieu d’avoir 28 semaines, elles en auront 32 et plus.., histoire de faire baisser les cotisations sociales. Bon, les autres, au boulot....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Lapetiteboite


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès