Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les forbans se disputent la banque !

Les forbans se disputent la banque !

La situation en Hongrie est au centre des préoccupations européennes. On ne compte plus depuis quelque temps les prises de position sur le comportement antidémocratique de Viktor Orban. Ce qui est parfaitement justifié. Et qui rappelle les prises de position au niveau européen contre la participation du FPÖ au gouvernement autrichien, il y a quelques années. Puis le silence a tout recouvert.

En Grèce, l'Union européenne ne s'est guère émue quand deux ministères ont été attribués à des membres du Laos parti d'extrême droite grec. Elle aurait pu, en fonction de ses options démocratiques, soutenir soit le référendum proposé par Papandréou, soit une demande d'élections générales pour clarifier la situation. Elle a préféré mettre en place le gouvernement Papademos, « technique », avec la participation de ministres d'extrême droite, appliquant la politique de l'UE. C' est plus sûr, évidemment.

En Hongrie, il est légitime de se demander ce qui vaut un regain d'esprit démocratique aux instances de l'UE, esprit démocratique qui touche même le FMI, ces deux organisations s'étant retirées des négociations avec le gouvernement hongrois.

Viktor Orbàn est au pouvoir à la suite d'une élection démocratique. La réforme constitutionnelle a été adoptée le 14 avril 2011, par 262 voix contre 44 et 1 abstention alors que la Hongrie présidait l'UE ! C'était le moment d'affirmer solennellement l'axe démocratique de l'Union. Il n'en a rien été.

Car pour l'UE et le FMI, la question fondamentale est économique et financière, surtout à travers l’indépendance de la Banque centrale hongroise. Libération le dit clairement : « L'Europe s'est jusqu'ici accommodée des atteintes à la démocratie hongroise, en revanche, elle ne peut tolérer que l'outil monétaire tombe entre les seules mains de M. Orbán. » (03.01.2012).

Et la solution coule de source : faire appel à la démocratie n'est, bien sûr, pas la solution : « Seul un gouvernement d'experts sauvera le pays. Seule une démission du gouvernement du Premier ministre, Viktor Orbán, pourra sauver la Hongrie de la faillite… Le gouvernement Orbán tente de sauver les meubles au moyen de méthodes non conventionnelles. Il prélève de l'argent sur les fonds de retraite privés, restreint l'indépendance de la Banque centrale et détermine un taux de change fixe entre le forint et le franc suisse. Mais en procédant ainsi, il perd au final la confiance des marchés et des organisations internationales. .. La Hongrie est au bord de la catastrophe. Celle-ci ne pourra être évitée que si le gouvernement Orbán démissionne et qu'on forme un gouvernement d'union nationale. Celui-ci aurait alors la possibilité de regagner la confiance des marchés, du FMI et de la CE. » (Gazeta Wyborcza Online – Pologne 06.01.2012).

La leçon est claire : « pour la Commission, l'indépendance de la banque centrale est plus importante que le droit des sans-papiers, la liberté de la presse, le droit de l'opposition à s'exprimer ou le droit de la minorité rom… » (http://www.touteleurope.eu/)

Ici comme ailleurs, la défense de la démocratie est l'habillage de l'intervention extérieure qui voile d'autres motivations plus « sérieuses ». Il n'est pas sûr que cela satisfasse les démocrates et renforce l'attachement des peuples à l'UE.

Et dans le cadre de l'élection présidentielle, cela pose la question du « comment faire avec l'UE » pour toute politique un peu différente.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 16 janvier 2012 12:53

    « L’Europe s’est jusqu’ici accommodée des atteintes à la démocratie hongroise, en revanche, elle ne peut tolérer que l’outil monétaire tombe entre les seules mains de M. Orbán. » (03.01.2012)

    Au moins ça a le mérite d’être clair.


    • non667 16 janvier 2012 13:44

      un épisode de plus de la guerre que mène le N.O.M. contre les nations fussent -elles démocratiques comme la Hongrie ou dictatoriales comme la Libye  !
      à juger et à pendre sans oublier les valets complices ,à commencer par l’umpseelvmodem en 2012


      • Fred59 16 janvier 2012 20:43

        La comparaison entre le cas grec et le cas hongrois est décisive.
        Merci de l’avoir mis en évidence en aussi peu de mots et autant de clarté.


        • Magnon 16 janvier 2012 23:50

          L’ Europe sait que la Hongrie n’est pas dans la zone Euro et qu’une dévaluation de cheval est toujours possible, c’est ce qui va arriver.
          Les relations commerciales de la Hongrie sont toutes libellées en Euros ou Dollar et la purge sera automatique, sans passer par les contorsions à la grecque.
          La question est plutôt de savoir si les Hongrois pourront voter pour quelqu’un d’autres qu’Orban !
          Les Hongrois ont été le premier pays de l’Est démocratisé, Internet existe, et l’autoritarisme ne peut pas exonérer Orban de ses responsabilités.
          L’avenir dira...


          • rastapopulo rastapopulo 17 janvier 2012 03:11

            Orban a hérité d’une dette adossé au franc suisse qui plombe la Hongrie. En retour, il n’hésita pas à menacer le libéralisme financier. 
             
            Du coup, c’est depuis 1 an minimum que le WSJ tire sur lui dans ses articles. J’imagine que le FT c’est pareil.


            • robin 17 janvier 2012 10:17

              L’Europe est vent debout contre Orban, par contre c’est silence radio total sur la loi NDAA signée par OBAMA qui fait désormais des USA une dictature fasciste : 2 poids 2 mesures comme d’habitude !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès