• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les Français vont-ils laisser détruire l’agriculture française (...)

Les Français vont-ils laisser détruire l’agriculture française ?

Les agriculteurs français – mais aussi les pêcheurs – sont entrés dans une phase critique de leur histoire. C'est désormais leur existence même, en tant qu’exploitants individuels, qui est menacée de disparition pure et simple, comme cela n’a jamais été le cas au cours des deux millénaires qui les ont précédés.

L’extrême gravité de leur situation résulte de la « prise en tenailles » entre deux contraintes structurelles, qui sont en train de les broyer comme deux mâchoires.

La première mâchoire : l'Union Européenne

Comme l'actualité le démontre chaque jour, la production agricole française souffre énormément de la concurrence étrangère dans la plupart de ses filières comme la viande, les légumes, le vin, les fruits et le lait. Cette concurrence est imposée par les Traités de l'Union Européenne (*1). On peut d'ailleurs dire que la concurrence est l'essence même de la plupart des articles des traités et des directives européennes.

À titre d’illustration, on mentionnera par exemple, dans le Traité sur le Fonctionnement de l'Union Européenne (TFUE), les articles 26 (alinéa 2), 28 (alinéa 1 et 3), 30, 34 et 119 (alinéa 2). Sans que l’écrasante majorité des Français n’en aient conscience le moins du monde, ces articles imposent une ouverture totale du marché agricole et, dans le même temps, interdisent de protéger les productions locales et nationales du dumping social, salarial, sanitaire et environnemental que subissent nos agriculteurs depuis les 22 ans et demi qu’est entré en vigueur le Traité de Maastricht. Les textes européens traquent tout ce qui peut s’apparenter de près ou de loin à des quotas, des taxes, des aides publiques, une dépréciation compétitive de la monnaie, ou l’interdiction d'importation d'un produit.

La conséquence de cette chasse frénétique, obsessionnelle, à la moindre mesure de protection sectorielle est aussi simple qu’inéluctable : puisque les salaires agricoles sont plus élevés et que les réglementations sont plus sévères en France que dans le reste de l’UE – a fortiori que dans le reste du monde -, les charges d'exploitation y sont aussi nettement plus élevées. La mise en concurrence sans protection contraint donc les agriculteurs français, encore plus que les agriculteurs des autres pays de l’UE, à lutter pour leur survie en accroissant sans cesse leur productivité.

L’alternative dans laquelle ils sont placés ne souffre aucune discussion : soit ils parviennent à obtenir toujours plus de rendement, soit ils mettent la clé sous la porte.

Pendant de nombreuses années, cette course au rendement et à la survie s’est traduite par un agrandissement constant des surfaces d’exploitation, une intensification des cultures, la traque des pertes de production et un recours croissant aux engrais et pesticides.

Mais ces solutions palliatives n’ont qu’un temps. Après plusieurs décennies de mise en œuvre, ces remèdes sont en train d’épuiser leurs effets. La production agricole française, déjà très efficace, a atteint ses limites dans le cadre réglementaire et social qui est le nôtre. Elle en a même parfois déjà trop fait, en intensification et en recours aux engrais par exemple.

L’agriculture française est donc confrontée à un nouveau et implacable défi : faute d’obtenir la moindre mesure de protection, et faute de pouvoir accroître encore massivement sa compétitivité, elle est désormais dans l’impossibilité de s'aligner sur les autres pays du monde. Sauf si nous consentons à briser notre modèle social et réglementaire pour les harmoniser au niveau des autres.

Très concrètement, cela signifie que l’agriculture et la pêche artisanales françaises doivent, sous peine d’anéantissement, procéder désormais :

  • à la baisse des salaires. Il faut savoir que la charge salariale représente 75% des coûts de production dans les filières légumes, vins et fruits par exemple, ce qui représente un impact déterminant dans la course à la compétitivité.
  • à l’abaissement des normes d'hygiène et sanitaires nationales : elles sont nettement plus élevées en France, dans les filières viandes et lait notamment, mais aussi dans la pêche.
  • à la dégradation des normes environnementales : en règle générale, elles sont plus élevées en France, et dans toutes les filières, que dans les autres pays de l’UE et du monde.
  • à la poursuite effrénée de l'intensification, en augmentant encore et encore l’utilisation de produits chimiques en agriculture.

11252346_10153349166692612_7506399151924856101_nProduction industrielle de poulets aux États-Unis

22216_10153349166887612_1265665009877660496_n

 10980739_10153349167127612_3146928371302837454_n

La ferme-usine des 1000 vaches a été construite sur le territoire des communes de Buigny-Saint-Maclou et de Drucat, près de l'aérodrome d'Abbeville, dans la Somme. Elle est conçue pour gérer de façon industrielle environ 1 000 vaches laitières (à l'origine de son surnom) et une unité de méthanisation de 1,3 mégawatts.

On voit désormais clairement la perspective ainsi tracée par les contraintes européennes - que le projet de grand marché transatlantique TAFTA ne va faire qu'aggraver :

  • une industrialisation forcenée de l’agriculture et de la pêche, devenues de simples filiales de production des multinationales de l’agro-alimentaire et de la distribution,
  • la fin des terroirs (sauf dans les rares sanctuaires bénéficiant de « l’Appellation d’Origine Protégée » : AOP),
  • et la disparition à terme des agriculteurs et des pêcheurs artisanaux, dont les derniers spécimens seront ravalés au rang d’attractions touristiques, comme des Amérindiens parqués dans des réserves.

En bref, il s’agit de la destruction de l’identité bimillénaire de la France agricole.

Cette monstrueuse perspective est, bien entendu, rejetée sans hésitation par l'UPR. Ce rejet constitue d'ailleurs l’une des raisons pour lesquelles nous appelons les Français à se rassembler en urgence pour faire sortir la France des traités européens.

11180611_10153349183777612_7917546135088515636_n Jean-Pierre, 43 ans, habite à Riom-ès-Montagnes (Cantal). Éleveur célibataire, il vit seul avec sa mère dans l'exploitation familiale. « Les agriculteurs, on nous voit riches avec nos terres.... C'est peut-être "Le bonheur est dans le pré", mais les gens ne voient pas que derrière, il y a les banques, les emprunts... » confie Jean-Pierre, dont les dernières vacances ont été un séjour à l'hôpital. Source : article du Figaro du 29/11/2013 "Les oubliés de nos campagnes"

11061282_10153349167207612_2060686117966008675_n

Le suicide des agriculteurs qui n'arrivent plus à gagner suffisamment d'argent pour rembourser leurs emprunts a pris de telles proportions que les pouvoirs publics ont lancé une ligne téléphonique spéciale pour tenter de sauver les agriculteurs en détresse.

Le mythe de « l'harmonisation vers le haut »

Mais la gravité de la menace qui pèse sur l’agriculture française est cachée à la grande masse des Français. Les responsables des autres partis politiques et des syndicats professionnels préfèrent botter en touche et tenir les habituels propos ambigus et trompeurs du type : « il faut une harmonisation européenne »…

Ce qu’ils ne disent jamais, c'est que si les traités européens ont en effet pour conséquence de forcer à l’harmonisation, cette harmonisation n’a aucune chance de se faire « vers le haut » (c'est à dire vers le niveau français) puisque la sacro-sainte philosophie de la concurrence des euro-atlantistes ne cesse de pousser à l’alignement vers le bas, comme le prouvent à l’envi les décennies écoulées.

Le caractère inéluctable de cette harmonisation « vers le bas » découle de deux logiques concomitantes qui se renforcent l'une l'autre :

  • d'une part, les multinationales de la distribution et de l’agro-alimentaire, dont les lobbyistes sont omniprésents dans les couloirs de Bruxelles, ne sont pas précisément des sociétés philanthropiques. Ce sont des grands groupes qui doivent dégager des profits trimestriels colossaux pour satisfaire aux exigences de leur actionnariat et qui, de ce fait, exercent une pression constante à la baisse sur les prix payés aux producteurs à travers le monde.
  • d'autre part, les pays de l’Union européenne qui ont les conditions salariales et les normes sanitaires les moins contraignantes en matière agricole bénéficient d’un avantage compétitif considérable. C'est cet avantage qui leur a déjà permis de s’emparer de grosses parts de marché, aussi bien en France que dans le reste du monde. Leurs dirigeants n’accepteront jamais une « harmonisation vers le haut » qui ruinerait cet atout décisif, par exemple en alignant leurs salaires sur les nôtres. Rappelons ici que la France ne peut en aucun cas forcer ces pays à modifier les règles européennes à notre avantage et à leur détriment, puisque tout changement des traités européens ne peut se faire qu’à l’unanimité des États-membres (article 48 du traité sur l'Union européenne - TUE).

Les politiciens et les syndicalistes ayant table ouverte dans les grands médias peuvent bien réclamer une « harmonisation vers le haut », toutes leurs déclarations ne peuvent donc rester qu’au stade du vœu pieux et de l’incantation. C'est d'ailleurs exactement ce que l’on constate depuis des années.

La solution au problème est évidemment ailleurs : dans la sortie de ce système européen absurde qui entraîne notre agriculture à la ruine. Comme le dit le proverbe : « Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées ».

11350594_10153349195042612_4997068686624530191_n

Murielle, 54 ans, habite à Signy-L'Abbaye (Ardennes). Son mari était agriculteur. Il s'est suicidé 3 mois avant cette photo. Un autre suicide d'agriculteur a eu lieu quelques jours avant, à 12 km. Source : article du Figaro du 29/11/2013 "Les oubliés de nos campagnes"

11219086_10153349256542612_3527526365118924962_n

Loin, très loin du problème des agriculteurs français.... L'actuel Commissaire européen à l'Agriculture et au développement rural est l'Irlandais Phil Hogan, depuis le 1er novembre 2014. Auparavant ministre de l'Environnement, du Patrimoine et des gouvernements locaux de la République d'Irlande, il y a laissé une traînée de scandales : dépenses somptuaires et inutiles, grossièretés sexistes, etc.

Parmi ses derniers scandales, l'Irish Times a dénoncé le voyage d'agrément, tous frais payés par le contribuable, avec sa maîtresse - son attachée de presse - à Doha, capitale du Qatar. À l'évidence, cet homme préfère la vie luxueuse de l'émirat du Qatar à la vie précaire des agriculteurs français qu'il conduit à la ruine.

La deuxième mâchoire : la guerre des prix dans la grande distribution.

Le 4e Rapport au Parlement de l'Observatoire National de la Formation des Prix et des Marges (*2) qui vient d’être publié en avril 2015 a fait ressortir une baisse des prix à la production, en 2014, sur l'ensemble de la chaine agroalimentaire, de -5% par rapport à 2013.

Cette chute de -5% en un an est considérable. Elle a une conséquence catastrophique sur notre agriculture, car environ 70% des produits agricoles français sont vendus en grande distribution, les autres 30% étant écoulés par la vente directe et l'exportation. Toutes les filières sont concernées, à l'exception du blé dur qui est un produit de base, consommé dans les pays du monde en forte croissance démographique, donc avec une demande toujours croissante et des prix en hausse.

Certains observateurs tentent de se rassurer en montant ce dernier point en épingle et en affirmant que le marché du blé dur est porteur pour les producteurs français. Ce n’est certes pas faux. Mais se porter sur ce créneau impliquerait une spécialisation du métier vers le blé, ce qui est tout bonnement impossible pour environ la moitié de nos exploitations, à cause de facteurs naturels, en plaine ou en montagne. Cela poserait aussi le problème de l’abandon de notre autonomie alimentaire nationale, laquelle ne peut être assurée que par la diversification.

Ce même rapport montre que, dans la plupart des cas et en moyenne, les grandes surfaces de distribution ont récupéré de la valeur ajoutée en 2014 (point également souligné par la revue L'Information Agricole du Rhône, n°2326, page 9).

En d’autres termes, les entreprises de grande distribution profitent de la concurrence étrangère pour faire baisser les prix payés aux agriculteurs français, mais elles ne répercutent ces baisses, selon les produits, que très peu, voire pas du tout, dans le prix de vente aux consommateurs. Les marges de la distribution augmentent donc encore.

On constate ainsi, encore une fois, que les seuls vrais bénéficiaires de la Politique Agricole Commune sont désormais les grandes entreprises de distribution et leurs actionnaires.

Il faut insister sur le fait que cette guerre des prix est AUSSI une conséquence indirecte des traités européens. Car ce sont ces traités qui sont principalement responsables de la baisse du pouvoir d'achat des Français, laquelle résulte du chômage dû aux délocalisations tous azimuts autorisées par l'Union Européenne (article 63 du TFUE).

Les grandes enseignes cherchent à s'adapter à cette baisse globale du pouvoir d'achat en pesant sur les prix payés aux producteurs.

Conclusion

D'un coté les agriculteurs français ne peuvent pas diminuer leurs coûts de production, sauf dans le cadre d’un abaissement drastique des salaires et des normes sanitaires et environnementales.

De l’autre côté, leurs prix de vente sont orientés à la baisse, ce qui engendre une baisse de leurs revenus à court et moyen terme dans le cas général, à long terme dans le meilleur des cas.

L'avenir de l'agriculture française est donc très sérieusement mis en danger par cet effet de ciseaux, qui découle directement des contraintes européennes. Il en résulte que, si notre pays reste dans l’Union européenne, et quelles que soient les divagations sur une « harmonisation vers le haut » à la Saint-Glinglin :

  • le nombre d’agriculteurs et de pêcheurs en France va continuer à diminuer rapidement jusqu’à leur quasi-disparition, au profit d’une agriculture et d’une pêche industrielles de qualité médiocre, destructrice de l’environnement, de l’identité de nos terroirs et de la civilisation agricole de notre pays ;
  • les quelques dizaines de milliers d’agriculteurs français subsistants seront ceux qui ont la chance matérielle de se situer dans des marchés de niche (grâce aux AOP notamment), lesquels sont limités par le pouvoir d'achat des consommateurs.

Précisons que ces marchés de niche sont réservés aux plus riches et ont un impact environnemental très important, car ils contraignent les agriculteurs qui s'y livrent à devoir exporter leurs productions aux quatre coins du monde. Dans le même temps, vu que le pouvoir d'achat des Français baisse, nous devrons aussi importer de plus en plus des produits agricoles « bon marché » de moindre qualité.

Dans tous les cas, le résultat complémentaire de ces évolutions sera une augmentation en flèche de « l’empreinte carbone », du fait d'un recours massif aux exportations et aux importations de produits agricoles. Soit dit en passant, ce résultat nocif est totalement contradictoire avec les « objectifs carbone » proclamés par la Commission européenne en février 2014, qui s’est « engagée » à une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030… (*3)

Il est fondamental que les Français aient une conscience claire de ces sombres perspectives.

Si nous laissons faire, - c'est-à-dire si nous restons dans l'UE -, le pays que nous transmettrons à nos enfants et petits-enfants aura perdu ses agriculteurs, ses pêcheurs, ses paysages, sa douceur de vivre et son âme.

François ASSELINEAU
Site Internet : http://www.upr.fr
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr

Et

Christophe BLANC
Agriculteur
Responsable national de l’UPR chargé de l'agriculture.

 

NOTES

(*1) : http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:12012E/TXT&from=FR

(*2) : https://observatoire-prixmarges.franceagrimer.fr/Lists/Liste%20des%20etudes%20autres/Attachments/138/Rapport_2014_v17_.pdf

(*3) : http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-91772-empreinte-carbone-objectif-ambitieux-et-resolution-radicale-pour-leurope-1002504.php


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

123 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 27 mai 2015 09:05

    Le malheur des agriculteurs c’est surtout la « MSA » cette sécurité sociale OBLIGATOIRE qui fait qu’un agriculteur touchera 8 fois mois que Asselineau à la retraite, en cotisant 20 fois plus que lui dans toute sa carrière.


     Asselineau en « disponibilité » ou « détachement » qui passe son temps à vendre le directivisme d’état et la soumission à l’état préfère accuser l’Europe quand l’agriculteur ne peut lui pas prendre un congé.

    Asselineau voudrait pas aussi prendre le régime social de l’agriculteur pour voir si c’est vraiment l’europe ?

    Quand le cartel des intouchable de l’ENA phagocyte tous les partis, même les plus petits. 

    Asselieneau, Le Maire a donné sa « démission de la fonction publique pour entrer en politique, conscient du conflit d(intérêt de ne pas être sous »dépendance de l’état" qu’il est censé orienter au nom de la société. Il existe maintenant un précédent et une prise de conscience de l’incongruité d’être fonctionnaire et politicien.

    Si les uns en ont conscience, pourquoi les autres n’en ont pas conscience ?

    Je vais faire la réponse. Quand un Enarque a goutté aux avantages et privilèges de l’état. Le pouvoir, la gamelle, l’intouchabilité sans le risque, il ne peut plus s’en passer......

    Comment apprendre aux autres à nager si on sait pas le faire soi-même ?
    Groupuscule politique fouareux dès le départ.

    • Jasken 27 mai 2015 12:56

      @Spartacus

      Et hop, encore un procès d’intention contre Asselineau.
      Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer, je ne sais pas, une analyse sur le fond des articles.
      Et puis en passant, l’auteur de l’article est Christophe Blanc, agriculteur membre de l’UPR, pas F. Asselineau !


    • Tythan 27 mai 2015 14:44

      @Jasken

      F Asselineau signe également cette article, il en est également le coauteur.

      Après, je ne jette pas forcément la pierre à l’encontre de François Asselineau pour cela, mais il est tout de même problématique que cette personne, qui n’est pas élue, soit payée par l’Etat alors que son activité est au bas mot à 90 % dédiée au développement de l’UPR...

      On pense ce qu’on veut de Bruno Le Maire, mais son attitude est tout de même salutaire de ce point de vue.

    • Spartacus Spartacus 27 mai 2015 17:06

      @Jasken
      Allez sur le fond.....Je vous l’accorde !.


      Dans un article constater que «   la charge salariale représente 75% des coûts de production  » 
      Et en arriver à ne pas déduire que les charges salariales sont « la raison » de l’appauvrissement des agriculteurs.....

      L’europe n’est qu’un lieu de libre échange....Et le commerce et l’échange est le fondement de la prospérité. 

      Mais quand un agriculteur Français supporte la charge de 25 fonctionnaires (type Asselineau et privilégiés) qui payent moins que lui leur santé, moins que lui leur retraite alors que lui paye la leur en régime spéciaux......
      L’agriculteur Allemand lui paye pour 17 fonctionnaires à statut unique et payé moins cher et qui cotisent plus que lui....
      Et accuser l’europe alors qu’il faut accuser la gabegie d’un état remplis de profiteurs qui se gavent de régimes spéciaux et privilèges...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 19:37

      @Tythan
      Vous évitez soigneusement d’expliquer pourquoi Asselineau s’est retrouvé placardisé par Sarkozy...
      Parce qu’il avait rendu un rapport sur l’avenir de l’euro et de l’ UE qui n’a pas convenu à sa Majesté.
      Une sanction politique digne d’une dictature.


    • gorgonzola 27 mai 2015 21:47

      @Fifi Brind_acier : l’UPR doit gêner DLF pour que Tythan en arrive à la diffamation. Malheureusement pour lui c’est bien Dupont-Aignant qui utilise les enveloppe à entête du parlement pour envoyer ses courriers à ses adhérents DLF, et non F. Asselineau ;)


    • Spartacus Spartacus 27 mai 2015 23:29

      @Fifi Brind_acier


      Quand on est pas content on donne sa DÉMISSION
      On prend son libre arbitre.

      Mais quand on a goutté aux privilèges et fastes de la république. Impossible de s’en passer.

      « L’emploi à vie » la prison ou c’est enfermé Asselineau. Une vie en servitude de la facilité.....

      C’est pas demain avec un comique pareil que les régimes spéciaux et privilèges disparaîtrons. Un inutile qui se gave aux frais de l’état.



    • Ruoma Ruoma 27 mai 2015 23:40

      @Spartacus
      Des inutiles et des nuisibles qui se gavent, c’est pourtant pas ce qui manque, mais pour vous, c’est secondaire.
      Alors que celui-là, qui voudrait que les Français s’unissent pour faire sortir leur pays de « l’Union » €uropéenne, c’est insupportable ! smiley
      Il a donc le tort d’être sorti de son cabinet pour tenter quelque chose.
      Vous n’auriez rien trouvé à redire s’il était resté sagement à s’engraisser dans les couloirs dorés des ministères.
      Critique à géométrie variable... smiley


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 06:53

      @Spartacus
      « Les fastes de la République »..., vous devez confondre les fonctionnaires avec les élus de la République ! Le prix de revient d’un repas à l’ Elysée est de 3000 euros par personne.

      Quels que soient leurs postes, ils sont payés selon la grille indiciaire correspondant à leur recrutement, grille gelée jusqu’à la St Glinglin...


      Vous devriez comparer avec les salaires de nos députés européens, ou fonctionnaires européens : « L’Europe, c’est la PAIE ! » 
      Sans parler des Commissaires européens, non élus, mais grassement rémunérés par vos impôts. Mario Draghi touche 370 000 euros par an, non imposable, cela va de soi.
      Christine Lagarde, élue par personne : 380 000 euros par an, non imposable aussi.

      C’est curieux, vous critiquez tout le temps les fonctionnaires français, mais jamais ce que coûtent aux contribuables français, ceux qui font tourner l’usine à gaz européenne....

    • Spartacus Spartacus 28 mai 2015 08:33

      @Ruoma

      Sorti de son cabinet avec le statut en « détachement » ? ??? 
      Dans le déni de la réalité ?

      La gamelle sans l’approbation de son employeur ? 
      C’est une déontologie disqualifiée. On ne peut pas donner des leçons de morale républicaine quand on se comporte en incestueux de la gamelle d’état.

      Géométrie variable ? 
      Mais regardez donc mes articles, je n’ai pas votre culture de donner des leçons de morale sans légitimité pour le faire....
      Et j’ai la liberté pour le faire, ayant gagné mon propre libre arbitre sans être en soumission d’une gamelle d’un autre. 

      Le dernier était sur le scandale des « préfets sans préfectures ». 
      Ou celui ci sur l’iniquité sociale des régimes spéciaux et dérogatoires ?

      Merci, vous pouvez m’accuser de bien des choses mais pas cela.

    • Jimmy 28 mai 2015 08:51

      @Spartacus
      Spartacus, parasite inutile, payé avec l’argent de nos impôts pour défendre les oligarques de Bruxelles. Tu critiques les fonctionnaires ? mais pourtant ils servent à quelques chose, ils sont au service du public, regarde au service de qui tu t’es mis.


    • Tythan 28 mai 2015 13:52
      @ Fifi Brin d’Acier

      Une sanction digne d’une dictature... Comme vous y allez ! Je crois qu’il n’y a pas beaucoup de dictatures où un haut fonctionnaire serait payé par l’Etat pour en fait développer un parti d’opposition...

      @gorgonzola
      Je ne vois pas en quoi mon commentaire serait diffamatoire. Les éléments factuels que j’ai rapporté, à savoir que François Asselineau est dans un placard, sont avérés et attestés par l’intéressé lui-même...

      Quant au fait d’envoyer via la poste du parlement des courriers à ses adhérents, je vois mal en quoi cela pourrait être reproché à Nicolas Dupont-Aignan, qui fait bien ce qu’il veut des moyens mis à sa disposition par l’Assemblée Nationale.

      Contrairement à François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan bénéficie de la légitimité populaire : il est élu et d’ailleurs avec un très large soutien de ses administrés.

      Tythan

    • Spartacus Spartacus 28 mai 2015 18:11

      @Jimmy


      Au service du public des « détachés » ? Qui crachent dans la soupe de leur employeur....

      De toute façon Anselineau ne craint rien. Il fait partie des intouchables Enarques. Même voleurs(e) le mois suivant un poste de placard doré est prévu....

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 18:25

      @Spartacus
      Adressez vous à Sarkozy, c’est lui qui l’a placardisé et a supprimé son service à Bercy !
      Vous ne voudriez pas en plus d’une sanction politique, qu’il soit SDF ?
      Vous vous croyez en URSS ?


    • soi même 28 mai 2015 20:47

      A ce demandez si Asselineau, n’est pas des quatre chevaux de l’Apocalypse ... ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mai 2015 07:20

      @soi même
      Surtout ne vous fatiguez pas à démontrer vos jugements..., salissez, salissez, il en restera bien quelque chose !


    • COURTILLE COURTILLE 30 mai 2015 23:05

      @Spartacus
      Bien vu Spartacus, il fallait que ce soit dit au sujet d’ASSELINEAU ce francmac très ripoublicain énarque toujours payé par l’état français alors qu’il fait de la propagande anti gouvernementale depuis 2007, cherchez l’erreur....
      En plus , il a beau être énarque, il est plus couillon qu’un pauvre rat de laboratoire :
      Il tient absolument à la jouer légale en passant par les urnes pourries de la gueuse pour faire sortir la France de l’Europe et de l’Euro, ces mêmes urnes pourries d’où était sorti le NON à l’Europe en 2005 !
      Je crois qu’il est le pire de tous ces politicards français !


    • gorgonzola 9 septembre 2015 13:10

      @COURTILLE : vous avez oublié de préciser qu’il était aussi violeur de grand-mère et égorgeur de chihuahuas... dans votre « description »


    • Fergus Fergus 27 mai 2015 09:09

      Bonjour, François.

      « Pendant de nombreuses années, cette course au rendement et à la survie s’est traduite par un agrandissement constant des surfaces d’exploitation, une intensification des cultures, la traque des pertes de production et un recours croissant aux engrais et pesticides. »

      En écrivant ceci, vous montrez que vous pouvez énoncer des vérités. Hélas ! comme toujours dans les discours de l’UPR, elles ne visent qu’à servir de base à un anathème en direction de l’Union Européenne, le Grand Satan de votre propagande.

      Car cette dérive que vous dénoncez n’a pas été le fait de l’UE, comme j’ai souvent eu l’occasion de le dire à Fifi_Brin d’acier, votre porte-paroles attitré sur le site : elle est venue des agriculteurs français eux-mêmes, groupés dès 1946 au sein de la FNSEA. Ce sont ces agriculteurs français - notamment les céréaliers - qui ont voulu cette agriculture intensive et productiviste qui a ensuite assez largement essaimé hors de nos frontières et contribué, dans notre pays, à détruire les petites exploitations, malgré l’action utile et nécessaire de syndicats minoritaires comme la Confédération paysanne. Cela, toute le monde le sait dans ma propre famille, largement constituée de paysans dont certains sont encore en activité.

      D’accord en revanche avec vous sur la guerre imposée par la grande distribution. Mais là également, ce n’est pas l’Union Européenne qui porte la responsabilité des problèmes posés, mais le fait que cette UE-là soit actuellement régie par des textes libéraux qui facilitent cette forme d’oppression née d’une course aux profits sans limites.

      C’est pourquoi les textes qui régissent l’UE doivent être réformés, et ils le seront inéluctablement, ne serait-ce qu’en raison des menaces que font peser les problèmes environnementaux sur nos écosystèmes et l’économie qui en découle. Une réforme nécessaire qui se fera de l’intérieur, malgré le carcan actuel du Traité de Lisbonne qui est d’ores et déjà appelé à être fortement amendé dans les années à venir sous peine d’un risque d’éclatement de l’Union qui serait une catastrophe géopolitique majeure.


      • Jasken 27 mai 2015 12:59

        @Alex

        Donc, comme seul le réel compte et que l’UE est ce qu’elle est et restera ainsi, l’UE a une grand part de responsabilité, comme le montre l’article !
        Ce genre de remarque de Fergus me fait penser aux idéalistes communistes vis-à-vis de l’Union Soviétique....


      • Jasken 27 mai 2015 13:15

        @Fergus

        Pour rappel, l’auteur de l’article n’est pas F..Asselineau mais Christophe Blanc, agriculteur, hé hé.
        Vous parlez de propagande à propos de l’UPR.
        Facile, sauf que vous ne reprenez jamais les arguments et démonstrations de l’UPR qui sont sourcés et toujours irréfutés par les européistes.
        Par contre, le dogme européiste que vous défendez, lui, fonctionne sur de la propagande, puisqu’il cache non seulement ses origines, mais ses buts et qui dirige en sous-main cette usine à gaz inutile et bureaucratique.


      • Fergus Fergus 27 mai 2015 13:19

        Bonjour, Alex.

        Non, ni l’Europe rêvée ni l’Europe actuelle ne sont responsables du fait que les agriculteurs français groupés au sein de la FNSEA se sont lancés d’eux-mêmes dans la voie de l’agriculture productiviste intensive. L’UE n’a rien arrangé par la suite, certes !, mais elle n’a fait que prolonger et étendre le modèle français !


      • geronimo1859 27 mai 2015 14:19

        @Fergus Visiblement, vous tenez absolument à disculper les responsabilités de l’UE, il suffit pourtant d’aller sur le site de la FNSEA :

        « La Politique agricole commune, est l’une des plus anciennes et pour ne pas dire l’unique véritable politique intégrée. Du fait de cette totale intégration, elle est très étroitement liée à l’histoire de l’Union européenne, tant dans l’évolution de sa composition que dans celle de ses choix et priorités. A l’origine, la PAC, initiée par les 6 membres fondateurs en 1957, n’a qu’un seul double objectif, accroitre la productivité de l’agriculture et garantir la sécurité des approvisionnements à des prix raisonnables pour les consommateurs tout en permettant aux exploitants de dégager un revenu. [...] » (Source http://www.fnsea.fr/toutes-les-thematiques/europe-et-international/pac/articles/politique-agricole-commune-la-france-a-l-heure-des-choix- !/)

        Ça fait donc depuis plus de 50 ans que l’UE est impliquée dans cette politique agricole commune et comme vous pouvez le constater ce n’est pas l’UPR qui le dit. Je vous rappelle également qu’en matière de réglementation d’OGM, de pesticides, etc. c’est le droit communautaire européen qui fixe les orientations législatives et pas la FNSEA.


      • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 27 mai 2015 15:30

        @fergus

        Votre argument est malhonnête. La FNSEA est un syndicat. Je n’ai aucune sympathie pour Xavier Beulin, mais si un syndicat peut peser sur une politique, s’il peut tenter de s’opposer à telle ou telle mesure, un syndicat n’est pas en mesure d’imposer un cadre légal !!!

        Ce n’est pas la FNSEA qui a instauré l’union douanière, mais bien l’UE  :
        ’’L’Union comprend une union douanière qui s’étend à l’ensemble des échanges de marchandises et qui comporte l’interdiction, entre les États membres, des droits de douane à l’importation et à l’exportation et de toutes taxes d’effet équivalent, ainsi que l’adoption d’un tarif douanier commun dans leurs relations avec les pays tiers.’’ ( art. 28 du TFUE )

        Ce n’est pas non plus la FNSEA qui a imposé l’union économique et monétaire et son « principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre. » ( art119 du TFUE ). En plus, tu parles d’un marché concurrenciel ! L’UE est notoirement connue pour être le paradis des lobbyistes de tous poils, ce qui contrevient à l’évidence au principe de ’’concurrence parfaite’’ que Bruxelles impose par contre aux petits producteurs.


      • aimable 27 mai 2015 16:19

        @Fergus

        bonsoir Fergus

        je suis d’accord avec vous pour dire que la FNSEA aura été le fossoyeur de la paysannerie
        avec pour complices tous les gouvernements de droite successifs
        mais l’UE est tellement pratique et comme on dit chez moi elle a le dos large !!


      • aimable 27 mai 2015 16:30

        @aimable
        j’ai oublié , en plus du syndicat et des politiques , la fameuse banque soit disant agricole, qui elle c’est bien engraissée !


      • malitourne malitourne 27 mai 2015 16:55

        @Fergus
        « C’est pourquoi les textes qui régissent l’UE doivent être réformés, et ils le seront inéluctablement, ne serait-ce qu’en raison des menaces que font peser les problèmes environnementaux sur nos écosystèmes et l’économie qui en découle. Une réforme nécessaire qui se fera de l’intérieur, malgré le carcan actuel du Traité de Lisbonne qui est d’ores et déjà appelé à être fortement amendé dans les années à venir sous peine d’un risque d’éclatement de l’Union qui serait une catastrophe géopolitique majeure. »

        L’UE ne peut pas être réformée. Vous comptez attendre que tout soit détruit pour le comprendre ?


      • Fergus Fergus 27 mai 2015 17:45

        Bonjour, malitourne

        Je persiste à penser que l’UPR et vous êtes dans l’erreur : l’UE craque et ses dirigeants (le Conseil européen) devront en tenir compte, faute de quoi il n’y aura que des perdants sur le continent. 


      • Fergus Fergus 27 mai 2015 17:54

        @ Alex.

        Je ne rejette pas la faute sur « les agriculteurs », mais sur une partie d’entre eux : ceux qui, au sein de la FNSEA, ont été les artisans actifs des dérives de l’agriculture et de la mise en place des systèmes dont ils sont aujourd’hui victimes. J’ai trop de respect pour les paysans (j’en suis issu et plusieurs des membres de ma famille sont aujourd’hui encore exploitants agricoles en zone de montagne malgré les difficultés) pour mettre dans le même sac ceux qui, dès le début des années 60, avaient une vision lucide des risques pris, et ceux qui, en quête de profits juteux, ont joué les apprentis sorciers en soutenant les remembrements de manière irresponsable et en faisant toujours plus appel aux engrais chimiques et aux pesticides pour augmenter les rendements.

        Quant à la PAC évoquée par ailleurs, elle a été du pain béni pour les gros exploitants, comme par hasard là aussi des adhérents puissants de la FNSEA qui ont su imprimer aux décisions européennes un tour favorable à leurs intérêts. Et pendant ces années, les « petits » ont commencé à disparaître comme jamais auparavant. 


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 19:45

        @Fergus
        Quand les textes seront-ils révisés ? Quand les 28 pays, qui n’ont pas les mêmes intérêts, seront-ils d’accord ? Comment se fait-il que cela n’arrive jamais ?


        Pourquoi voulez-vous que l’ Espagne et l’ Allemagne, qui n’ont pas de SMIG agricole, ce qui leur donne un avantage compétitif, changent d’avis ?

        Et comme « un seul pays peut s’opposer à tout changement des Traités », vous avez la réponse à la question : « Pourquoi les Traités ne changent jamais ? »
        Parce que les 28 ne sont jamais d’accord sur rien.

      • eau-du-robinet eau-du-robinet 27 mai 2015 20:59

        Bonjour Fergus,
        .

        Voici mes sources, non UPR, qui confirment les analyses de l’UPR.
        .
        Salon de l’agriculture 2015
        François Hollande, Manuel Valls et Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture et au développement rural, se sont déplacés ce week-end à la 52ème édition du salon de l’agriculture à Paris. Les exposants français, inquiets de la situation en Europe et méfiants envers l’Union européenne, ont fait part de leurs doléances.
        http://www.touteleurope.eu/actualite/revue-de-presse-salon-de-l-agriculture-angoisses-et-mefiance-envers-l-union-europeenne.html
        .
        « Se disant conscient des difficultés du moment, avec notamment l’embargo russe sur les produits alimentaires, le président de la République a insisté : ’Nous devons être, l’Etat, auprès des agriculteurs’ » et d’ajouter que « l’Etat et l’Europe doivent ’sécuriser’ cette situation », rapporte BFM TV http://www.bfmtv.com/politique/francois-hollande-visiteur-matinal-du-salon-de-l-agriculture-865076.html
        .
        Doit je rappeler que ce sont les européens qui ont été le premier, sous la pression américaine davoir annonce l’embargo envers la Russie !
        C’est donc bien la politique européenne qui met en difficulté l’agriculture française !!!
        .
        Tous les deux jours, un paysan français se suicide dans l’indifférence générale. A l’heure du Salon de l’agriculture cette triste réalité doit être prise en compte. Notre agriculture, clé de voûte d’une industrie agroalimentaire qui constitue un atout majeur de notre pays, une marque de qualité reconnue est en train de disparaitre sous les effets conjugués d’une politique agricole commune défaillante, de l’instauration de réglementations tatillonnes et absurdes par Bruxelles et de décisions diplomatiques catastrophiques (embargo russe).
        http://france-renaissance.org/2015/attention-lagriculture-francaise-est-en-danger/
        .
        Selon l’INSEE La France compte 515 000 exploitations agricoles. En 20 ans, leur nombre a baissé de plus de la moitié. Les petites et moyennes structures sont les plus touchées alors que le nombre de grandes reste supérieur à celui de 1988.
        .
        L’échec de la politique agricole commune :
        Entrée en vigueur en 1962 à l’époque de l’Europe des 6, la politique agricole commune, intelligente, était efficace et la France en bénéficiait largement. Mais l’élargissement massif et à outrance de l’Union européenne a fait basculer la donne avec l’arrivée de nouveaux pays agricoles, notamment à l’est. Nos dirigeants « mis en minorité dans une Union européenne à 28 pays, ont laissé détruire la PAC, plaçant nos exploitations à la merci des fluctuations des prix mondiaux et de la concurrence déloyale intracommunautaire » selon Nicolas Dupont-Aignan. Si la France reste première bénéficiaire des aides de la PAC avec une enveloppe de 63 milliards d’euros pour les sept prochaines années (2014-2020), le député veut « tordre le cou à cette fausse idée que c’est l’UE qui finance l’agriculture française  ». En effet c’est la France qui finance l’agriculture française. Il s’appuie pour le démontrer sur les « 7 milliards d’euros » de contribution nette négative de la France au budget européen. La France abonde en effet plus pour le budget de l’UE qu’elle n’en reçoit de fonds.
        http://france-renaissance.org/2015/attention-lagriculture-francaise-est-en-danger/
        .
        La cerise sur le gâteaux !
        Fergus, imaginez que je vous donnée 500 euros et vous me rendez 300 euros tout en me dictant ce que je doit faire avec ses 300 euros !
        C’est exactement ce que ce passe pour la France avec l’UE !
        .
        L’agriculture française menacée par l’accord transatlantique
        Le traité de libre-échange transatlantique négocié en tout secret par la commission européenne comporte plusieurs dispositions qui menacent directement les exigences environnementales en vigueur dans l’Union européenne, et en France en particulier.
        Il prévoit entre autres la suppression des barrières non tarifaires, c’est-à-dire l’exigence pour des produits exportés de se conformer à la réglementation du pays d’importation. Cette harmonisation des réglementations se fera nécessairement vers le bas.
        http://www.fne.asso.fr/fr/l-agriculture-francaise-menacee-par-l-accord-transatlantique.html?cmp_id=33&news_id=14126
        .
        En discussion également, le mécanisme de règlement des différends investisseurs-Etats, qui permet aux investisseurs et aux multinationales d’attaquer directement, devant un tribunal international se plaçant au-dessus des réglementations nationales, un Etat dont les lois feraient « obstacle » à l’exercice de leur commerce et à la maximisation de leurs profits. Un déni de l’intérêt général et de la démocratie au profit des intérêts particuliers.
        Et la c’est encore la Commission européenne qui est mise en cause cher Fergus !
        .

        Le pire est que les aides de la PAC ne sont pas plafonnées, si bien que certaines exploitations reçoivent plusieurs millions d’euros par an (c’est le cas de toutes les grandes sociétés agroalimentaires françaises ou encore de la Reine d’Angleterre…). Ce n’est pas pour rien qu’en dépit des multiples réformes censées rendre la PAC plus juste, 80 % des aides vont toujours à 20 % des producteurs… La Cour des comptes européenne, qui a examiné à la loupe ce système en 2011 (pour l’Europe de l’Ouest) et en 2012 (pour l’Europe de l’Est), a aussi mis à jour une série de fraudes. Les agriculteurs ont ainsi déclaré des terres qui n’ont jamais été cultivées (100.000 hectares en Slovaquie, 150.000 hectares, dont une réserve naturelle, en Écosse par exemple).
        http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2013/02/07/les-cerealiers-gobent-la-pac-manne/
        .
        Le pire est que les aides de la PAC ne sont pas plafonnées, si bien que certaines exploitations reçoivent plusieurs millions d’euros par an (c’est le cas de toutes les grandes sociétés agroalimentaires françaises ou encore de la Reine d’Angleterre…). Ce n’est pas pour rien qu’en dépit des multiples réformes censées rendre la PAC plus juste, 80 % des aides vont toujours à 20 % des producteurs… La Cour des comptes européenne, qui a examiné à la loupe ce système en 2011 (pour l’Europe de l’Ouest) et en 2012 (pour l’Europe de l’Est), a aussi mis à jour une série de fraudes. Les agriculteurs ont ainsi déclaré des terres qui n’ont jamais été cultivées (100.000 hectares en Slovaquie, 150.000 hectares, dont une réserve naturelle, en Écosse par exemple).
        http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2013/02/07/les-cerealiers-gobent-la-pac-manne/

        La France, elle, souhaite redistribuer ce budget plus équitablement, par exemple en accordant une surprime aux 50 premiers hectares, ce qui bénéficierait aux petits paysans. Une position très minoritaire pour l’instant. Pas question de toucher au blé des riches paysans.
        http://bruxelles.blogs.liberation.fr/2013/02/07/les-cerealiers-gobent-la-pac-manne/
        .
        Et la cher Fergus c’est encore la France qui est pénalisé par la politique de l’UE !!!
        .
        Sortons de l’UE de l’Euro et de l’OTAN qui est une organisation criminelle.
        .
        http://www.upr.fr
        .
        .


      • Attilax Attilax 27 mai 2015 22:04

        @Fifi Brind_acier
        Ce n’est pas vrai : il y a un mois, la commission européenne a autorisé la vente d’OGM Monsanto sur le continent européen, alors que les 28 états membres étaient contre. Vous voyez qu’ils peuvent être d’accord ! Et que ça ne change rien smiley


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 07:12

        @Attilax
        J’aime bien votre humour, mais non ils ne sont pas d’accord.
        Même sur le maïs OGM 1507, 19 ont voté contre , les autres ont voté pour !


        Sur les sanctions contre la Russie, avec les dégâts collatéraux sur l’agriculture, 7 pays sont contre, les autres sont pour. Pour cette raison, l’ UE n’est pas réformable, les 28 ont des intérêts différents.

        Et de toute façon, quand la majorité des pays a voté contre le maïs 1507, la Commission européenne est passée outre ! Ce qui prouve bien ce que dit l’ UPR depuis longtemps, que la Commission européenne, constituée uniquement de gens non élus cernés par les lobbies, décide bien en dernier ressort.

      • Attilax Attilax 28 mai 2015 22:08

        @Fifi Brind_acier
        Hé oui, on est d’accord, Fifi : tout ce bidule est une gigantesque arnaque, et les pays n’ont plus voix au chapitre (je parle même pas des citoyens). Mais contrairement à vous, je ne pense pas qu’on puisse réformer le système de façon légale et pacifique, ils ont tout verrouillé. Tous ces gens, membres ou larbins des « 0.03% » ne lâcheront jamais leur os sans se battre, ils ne respecteront qu’une seule chose : une force plus grande que la leur. Je vous conseille « Le Talon de Fer » de Jack London si vous voulez comprendre notre situation... Le livre a beau avoir été écrit en 1905, ce bon vieux Jack avait tout compris et anticipé. Il fût d’ailleurs lâché par le PS américain juste après la publication du livre ! Ces gens ont toujours été des traîtres à leur propre cause.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mai 2015 07:25

        @Attilax
        L’UPR ne veut rien réformer dans cette usine à gaz !
        L’UE n’est pas réformable, elle ne peut qu’empirer avec TAFTA.


        L’UPR propose qu’on se tire de là, le plus vite possible, et définitivement.
        Comme ils ont été obligés de mettre une clause de sortie au Traité de Lisbonne, l’article50, autant l’utiliser !

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 mai 2015 17:32

        @Attilax
        Si Cameron envisage la sortie, on ne voit pas pourquoi la France n’en ferait pas autant ?
        Les Anglais savent très bien qu’il y a une clause de sortie à l’ UE, ce sont des juristes anglais qui l’ont faite ajouter...


      • Attilax Attilax 31 mai 2015 23:11

        @Fifi Brind_acier
        Je suis d’aqccord avec vous, Fifi, mais pour que cela ait une chance d’arriver, encore faudrait-il que l’UPR ait une chance d’être entendu. Et c’est là où le bât blesse : aucun media de grande écoute ne donnera la parole à un de vos représentants, c’est trop dangereux. Votre parti est donc condamné à l’anonymat de masse. Et s’ils vous sortaient du placard, ce serait pour vous pointer du doigt comme extrêmistes, populistes, complotistes ou que sais-je encore... Même si les intérêts des puissants les poussaient à vous mettre en avant, ils se serviraient de vous comme d’idiots utiles, ils en ont l’habitude. Pour changer les paradigmes, il faut décapiter les puissants, ou au moins les empêcher d’agir, et je ne vois aucune façon pacifique de le faire. Mais vous avez ma bénédiction, pour ce qu’elle vous servira...


      • Plus robert que Redford 27 mai 2015 09:54

         « les textes qui régissent l’UE doivent être réformés, et ils le seront inéluctablement »

        Vous rêvez !!

        La réforme que vous appelez de vos vœux est totalement contraire aux désidérata des groupes d’intérêt fortement structurés qui détiennent les rênes du marché, à savoir l ’industrie agro-alimentaire et la grande distribution, et par delà, la finance dénationalisée, voire désincarnée...

        Rien ne peut résister au pouvoir de feu de ces gens, adorateur du dieu Dollar.

        On voit se dessiner l’avenir, sombre pour nous, comme dans la fable de la grenouille et du scorpion : nous allons crever de leur rapacité, « parce que c’est dans leur nature !... »


        • jaja jaja 27 mai 2015 10:28

          @Plus robert que Redford

          Effectivement jamais les capitalistes et les banquiers qui gouvernent ne se laisseront déposséder de leur pouvoir sans réagir violemment contre ceux qui s’y opposeront. En ce sens la sortie de l’UE par la voie électorale ne se fera pas... ou plutôt ne se fera que lorsque la fraction « nationale » du Capital le souhaitera et sera en position de l’imposer. Alors, dans ces conditions, l’article 50 retrouverait toute son utilité pour les ploutocrates. Ce qui ne serait d’ailleurs qu’un simple repli nationaliste ne changeant rien à la situation de soumission des travailleurs à des capitalistes redevenus Bleus, blancs, rouges... et continuant de les exploiter tout comme auparavant...

          Mais cette sortie « pacifique » de l’UE, si elle gagne du terrain dans certains pays n’est encore pas d’actualité et Asselineau ou le FN devront encore attendre le feu vert des élites...

          La seule voie pour réellement changer la donne en système capitaliste c’est bien évidemment l’anticapitalisme et donc se battre pour abolir la propriété privée des moyens de production et d’échange, annuler la dette (ce qui est possible en s’assurant du contrôle des capitaux et du monopole du Crédit par la socialisation de toutes les banques, sans aucune exception).

          Et ce quelle que soit l’échelle où ce sera possible : un pays, un ensemble de pays, l’Europe entière, et au delà....

          Il est évident qu’après cette rupture avec le capitalisme les lois nationales, comme les Traités européens, ne seront plus que chiffons de papier...L’union des peuples ne peut se faire que contre le capitalisme qui doit être exproprié et ses représentants politiques qui doivent être destitués pour laisser la place aux nouvelles institutions où la démocratie ne s’arrêtera plus à la porte des entreprises....

          Rappelons qu’être anti-système, en système capitaliste, c’est d’être anticapitaliste ! Tout le reste n’est qu’enfumage de politiciens professionnels !


        • Robert GIL Robert GIL 27 mai 2015 11:20

          @jaja
          "Rappelons qu’être anti-système, en système capitaliste, c’est d’être anticapitaliste ! Tout le reste n’est qu’enfumage de politiciens professionnels  !", voila, tout est dit, mais il y a encore des BDB qui se laissent manipuler !


        • Jasken 27 mai 2015 13:07

          @Robert GIL

          Très simpliste comme raisonnement et donc faux.
          Il y a quand même quantité de « systèmes » et de déclinaison capitaliste.
          On peut être contre le système capitaliste euro-atlantiste prédateur et destructeur de norme et de qualité tout en adhérant au capitalisme !


        • Jasken 27 mai 2015 13:08

          @jaja

          Le FN ne veut pas sortir de l’UE et enfume tout le monde en disant tout et son contraire. Seul l’écrit reste et il n’en est pas question pour eux.


        • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 27 mai 2015 16:26

          @Robert GIL

          Dans un système mondialisé, être anti-système, c’est être pour la souveraineté de la nation !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 19:58

          @jaja
          "se battre pour abolir la propriété privée des moyens de production "

          Vous voulez enlever aux agriculteurs les terrains et les bâtiments qu’ils possèdent, et dont souvent ils ont hérité de leurs ancêtres ? Allez leur raconter ça, vous serez bien reçus...


          Quant aux usines, elles ont été délocalisées dans les pays à bas salaires.
          Vous allez nationaliser le Bangladesh ?

        • jaja jaja 27 mai 2015 20:19

          @Fifi Brind_acier

          Je sais déja comment la FNSEA se comporte en empoisonnant le pays avec ses saloperies et comment elle agit à Sivens ou à NDL avec les militants... Ceci dit les grosses propriétés doivent être collectivisées sans d’ailleurs rien raconter à ceux qui les possèdent.

          Quand aux usines il en reste encore beaucoup et effectivement les Bengalais devront socialiser les leurs même si ça vous défrise (comme tous les fachos d’ailleurs) qui se crispent en entendant que les capitalistes doivent être expropriés !!

          Pour vous cet article sur les exploiteurs de la Coordination rurale 47 qui veulent malgré leur racisme et leur proximité avec le FN« des Polonais et des Marocains et pas des bras cassés de Français » (autrement dit veulent pouvoir faire travailler des esclaves 70 heures et les mal payer 35) ...pourritures ! c’est ici :

          http://www.monde-diplomatique.fr/2014/09/BAQUE/50768


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 20:44

          @Robert GIL
          L’inde se passe fort bien de l’agriculture industrielle, mais c’est un pays souverain, elle décide ce qu’elle veut. De même le Venezuela qui lutte contre les multinationales en produisant ses graines autochtones. Les pays souverains n’ont pas à passer par les fourches caudines des non élus de Bruxelles et des lobbies. Ils peuvent décider en fonction de l’intérêt général.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 07:33

          @jaja
          L’ UPR a comme programme une copie du programme du CNR, un programme facho sûrement ?


          Le NPA ne propose rien d’autre qu’une Autre Europe à la St Glinglin« .
          Surtout évitez bien de dire que tout ce gâchis européen est piloté par la finance, les multinationales américaines et l’ OTAN... Le »capitalisme en général« a bon dos.

          L’article parle des agriculteurs familiaux, pas de la Reine d’ Angleterre, ni du Prince de Monaco, grands bénéficiaires de la PAC...

          Quant aux industries françaises, vous devriez vous intéresser à ce jeune français qui a décidé de vivre »made in France« . Il a constaté que chez lui, seulement 4,5 % de ce qui l’entourait était fabriqué en France. Une fois enlevé tout le reste, il lui reste un fauteuil ... et son chat.
           » L’extermination de l’industrie française", deux cartes 1968- 2008.



        • Robert GIL Robert GIL 28 mai 2015 08:27

          @Fifi Brind_acier
          on peut etre un pays souverain et capitaliste ... je crois que vous melanger tout , vous repondez a chaque fois a coté de la plaque en utilisant les arguments que vous repetez a chaque commentaires !
          vous dites :«  Ils peuvent décider en fonction de l’intérêt généra »l...vous croyez qu’avant l’UE , ceux qui dirigeaient la france appliquaitent ce principe ? Non, c’est des decennis de lutte qui ont amelioré le sort de la population et pas la bonne volonté des dirigeants !


        • Robert GIL Robert GIL 28 mai 2015 08:32

          @Fifi Brind_acier
          vous vivez dans un autre monde ou quoi ? Ce n’est pas l’europe qui oblige nos braves patrons français a delocaliser pour faire plus de benef, ce n’est pas l’europe qui impose des managements qui debouchent sur des« burn-out ». Sortir de l’europe ne me gene en rien, mais si c’est pour rester sous la coupe des capitalistes fussent-ils français, non merci ! L’europe n’est pas le probleme, le probleme c’est le capitalisme, la recherche de la plue value la plus importante a n’importe quel prix ... vous etes vraiment a coté de la plaque !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 18:27

          @Robert GIL
          A ma connaissance, le Venezuela n’est pas la Corée du nord.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 18:34

          @Robert GIL
          Bien sûr que si, c’est l’article 63 du TFUE qui a supprimé le contrôle des mouvements de capitaux.
          Avant Maastritch, sortir des capitaux pour aller investir ailleurs et délocaliser sa production, ou laisser acheter une entreprise par des fonds de pension ou par Mittal, était fortement régulé.


          Il fallait l’accord du Ministre des Finances et du Trésor Public.
          Avant l’article 63, Mittal n’aurait pas pu acheter Arcelor.

          Puisque vous ne connaissez pas les Traités européens, en voici quelques uns, parmi les plus toxiques :
           « Buvons à la santé de l’ Union européenne »

           et « Comment l’ Europe vous escroque ».

        • Attilax Attilax 28 mai 2015 22:10

          @Plus robert que Redford
          « Rien ne peut résister au pouvoir de feu de ces gens, adorateur du dieu Dollar. »

          Si, si. Quelques têtes sur des piques peuvent assez facilement remettre les idées en place aux autres, je vous assure... On est juste trop cons et trop gentils.


        • Le p’tit Charles 27 mai 2015 10:13

          Les agriculteurs s’auto-détruisent eux même...Ils veulent le beurre et l’argent du beurre...tout en polluant notre sol.. !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 19:59

            @Le p’tit Charles
            Rendements obligent. Vous avez lu l’article ?


          • Claude Simon Gandalf 27 mai 2015 10:28

            L’Europe est libéralement déficiente car si elle s’attaque aux quotas, elle ne reconnait pas qu’un marché est efficient si et seulement si l’atomicité entre les opérateurs de l’offre et la demande n’est pas sensiblement équivalente.

            Seul, le corporatisme (relations politiques et bancaires) ainsi que les syndicalismes (JA, UDSEA, FDSEA, etc) permet de corriger un peu l’asymétrie de taille.

            Pendant que Asselineau se propose de fondre le modèle français dans les rabais anglo-saxons, allemands, espagnols et alentour. Tout au contraire, il s’agit de réaffirmer notre excellence et de la favoriser par une éthique bancaire, politique et administrative accrue, en limitant les abus de ceux-çi faites de complaisance de réseaux et de connivence avec les puissances symboliques (multinationales, évasion fiscale, etc). Pour cela, il s’agit de mieux la promouvoir.



            • Jasken 27 mai 2015 13:01

              @Gandalf

              Ce que vous indiquez après « Tout au contraire » est justement le programme de l’UPR, et pas comme vous l’avez écrit juste avant : « de fondre le modèle français dans les rabais anglo-saxons, allemands, espagnols et alentour. »


            • Claude Simon Gandalf 27 mai 2015 10:47

              La ferme des mille vaches est une association de 5 agriculteurs afin d’avoir du temps libre, de dire d’agriculteur. Ce modèle n’est pas pire que la ferme française en faillite racheté par des multinationales ou la grande distribution.


              Et oui, un patron n’est pas censé être un esclave travaillant 70 heures par semaine.
              La réduction du temps de travail n’est pas le privilège de la loi Aubry, puisque l’économie répond à deux choses essentiellement : les besoins et le bien-être.

              • Fergus Fergus 27 mai 2015 11:13

                Bonjour, Gandalf

                « un patron n’est pas censé être un esclave travaillant 70 heures par semaine. »

                Sur ce point-là, vous avez raison. Et c’est pourquoi les plus avisés des exploitants ont mutualisé leurs biens et leurs coûts de matériel au sein de GAEC. Hors d’une GAEC, sauf à être un gros céréalier ou un gros viticulteur ou producteur d’agrumes, l’individualisme est une catastrophe qui, très souvent, vire au drame : abandon de l’activité ou suicide. Par chance, il y a des exceptions (cf. 3e §).

                Sur la responsabilité des paysans dans leurs difficultés, il convient également de souligner la mégalomanie qui a conduit le plus grand nombre à céder aux effets de mode en s’endettant massivement pour acquérir des matériels inadaptés, par exemple des tracteurs de 250 à 300 cv là ou un tracteur de 100 à 120 cv faisait parfaitement l’affaire autrefois.

                Le plus étonnant est que, de nos jours, la plupart des exploitants recherchent le salut dans la fuite en avant, en augmentant toujours plus leurs surfaces cultivées et en augmentant toujours plus la productivité de celles-ci en sachant que c’est une chimère : ceux qui s’en sortent le mieux sont le plus souvent ceux qui ont fait le choix, sur une exploitation de taille raisonnable, d’une agriculture saine de proximité s’appuyant sur la clientèle des marchés locaux.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 20:07

                @Fergus
                Ce n’est pas « une mode », ce sont les exigences de rentabilité qu’imposent la grande distribution et la concurrence organisée par les Traités européens.
                 « L’euro est dans le pré ».


                Les agriculteurs sont comme les salariés, mis en concurrence européenne et mondiale avec des pays aux salaires, 2, 3, 5, 10 ou 20 fois plus bas.

                Si les agriculteurs vivaient correctement de leur travail, au lieu d’engraisser les actionnaires de la grande distribution et de l’agro bizness, ils auraient les moyens de salarier des remplaçants pour prendre des vacances.

                Vous êtes de Gauche et vous défendez un système ultralibéral mondialisé, cherchez l’ erreur !

              • Fergus Fergus 28 mai 2015 10:04

                Bonjour, Fifi Brind_acier

                « Ce n’est pas « une mode », ce sont les exigences de rentabilité qu’imposent la grande distribution et la concurrence organisée par les Traités européens. »

                Faux. Dans la plupart des exploitations qui se sont dotées sans raison impérieuse d’engins surdimensionnés aux besoins, soit l’on a mis la clé sur la porte soit l’on en revient progressivement à des matériels plus adaptés et le plus souvent achetés d’occasion.


              • Fergus Fergus 28 mai 2015 13:55

                Erratum : ... la clé sous la porte...


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 18:41

                @Fergus
                La PAC est donnée sous des conditions qui correspondent à sa vocation productiviste :
                - Beaucoup de capital investi
                - Beaucoup de machines et d’intrants
                - Le plus possible de progrès techniques
                - Et le moins possible de salariés.


                Article 39 du TFUE :
                « Accroître la productivité de l’agriculture, en développant le progrès technique, en assurant le développement rationnel de la production agricole, ainsi que l’emploi optimum des facteurs de production, notamment de la main d’œuvre.’ »

              • soi même 27 mai 2015 11:41

                C’est visiblement le plus mauvais billet que vous avez écrit Mr Asselineau,, visiblement vous avez une total méconnaissance de l’histoire de l’agricultrice de ses 50 années .

                Cette agriculture est passé dans les années 70 à cette agriculture productiviste industriel par d’un coté l’emploi a outrance d’engrais chimique et de différent produit phytosanitaire problématique, par le remembrement qui a ue au final la mort de tous les petits paysans, les expériences réussirent de l’INRA pour l’augmentation céréalière des cultures à l’hectare, la captation des semence, les ogms, les délire de clonage animale l’augmentation par différent artifice capacité des vaches à faire des fleuves de lai ,qui fait que du jour au lendemain l’on fessait plus de beurre que en consonait la farine animal qui a transformé les ruminant en carnivore , sans parlé de grassouillet porc où poulet en batterie qui ont eu le privilégie de découvrit les stalags français des hangars paysans,

                Oui, l’agriculture est en train de nourrir avec ses monos cultures à perte de vue, ses nuages suaves de la pétrochimique , cette captation des brevets sur les semences, ses hangars sous licence pour de l’élevage intensif, ses grand groupes de l’argroalimentaire qui non pas trouver mieux que d’aligné les prix de la production agricole au cours mondiaux de cotation en bourse, où le simple agriculteur ne sait même pas au moment de la vente de sa production à sa coopérative à quel prix cela va être négocie si ce n’est qu’il sait déjà que dans 90 jours , il serra paye en dessous de sa marge bénéficiaire de rentabilité.

                Je sais vous avez le cœur gros par rapport à une époque où tout était encore possible, et il est probablement très gros au constat navrant de cette déinsagricultricasion du pays , qui n’est pas due à un excès de sagesse , mais bien à un excès de réforme économique donc vous avez aussi participé avec cette théorie , il y a que la civilisation de la croissance de la concurrence et de la consommation sont les mamelles du progrès humain.

                Il serait temps maintenant que vous arrêtez de jouer au pèlerin idéologique politique, et que vous vous ouvrez à ce par exemple à Pierre Rabbi a dire sur le sujet et tant d’autre sur ses sujets sociétales qui sont des ferments plus sur pour votre mouvement que de cherché à restauré un monde de valeur qui est perdue .

                   


                • Jasken 27 mai 2015 13:03

                  @soi même

                  Dès le début, vous avez tout faux car ce n’est pas un billet de F. Asselineau mais de Christophe Blanc, agriculteur de son état qui sait de quoi il parle.


                • soi même 27 mai 2015 13:30

                  @Jasken, non je ne suis pas dans le faux qui prend à son compte l’article ? , l’agriculteur qui sait de quoi , il parle et qui a fait comme tous les autres avant de s’apercevoir que le productivisme agricole n’est rien d’autre que la ruine programmé de l’agriculture, et bien comme personne éclairé, il y a mieux  !
                  En 1924 Rudolf Steiner et bien figurez vous dans ces conférences « Cours au agriculteur » ,qu’ il annonçait déjà ce désastre et ce n’est pas par un billet d’humeur cosigné par Asselineau que vous allez relevé le défit de se désastre, il faut faire appel à d’autre force que le simple constat de cette mort annoncé .

                   


                • soi même 27 mai 2015 14:20

                  @Jasken, au fait comment a été achetez l’agriculture française, ce n’est pas avec ses faneuses subventions tant convoités de la PACS ?
                  Qui au final atterrissait toujours chez les gros , c’est un hasard où une aberration délibéré  ?


                • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 27 mai 2015 16:14

                  @soi même
                  On s’en fout de Steiner et de 1924 ! Aujourd’hui tout le monde voit bien qu’on est dans l’impasse. Le problème c’est que les traités européens empêchent tout retour vers une agriculture plus saine, plus respectueuse de l’environnement et plus rémunératrice pour les agriculteurs.
                  L’UE a toujours promis un nivellement par le haut mais c’est dans tous les domaines un nivellement par le bas qui s’est produit.


                • soi même 27 mai 2015 19:41

                  @riff_r@ff.93, oui bien sur, ne vous inquiétiez pas si certain vous applaudisses , ils apprécient au plus haut point votre remarque ....


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 20:18

                  @soi même
                  L’agriculture bio actuellement, c’est 3% de l’ensemble alimentaire.
                  Pour que ce soit généralisé, il faut sortir de ces contraintes de concurrence mondiale et de la prédation de la grande distribution.


                  Comment faites-vous pour nous débarrasser de ces deux contraintes ?

                  Les produits bio en grande distribution, viennent soit de loin, de pays à bas salaires.
                  Soit le producteur local est pressuré sur ses marges, comme les autres agriculteurs.
                  De plus l’agriculture bio nécessite plus de main d’œuvre.
                  Ce qui serait une excellente chose pour l’emploi.

                  Sauf qu’avec les deux contraintes expliquées dans l’article, ce n’est pas possible, sauf à payer les salariés au prix chinois.

                • soi même 27 mai 2015 23:33

                  @Fifi Brind_acier, si il s’agissait que de l’agriculture bio, qui n’est un épiphénomène par rapport aux restes, et bien c’est tout le titanic de l’agriculture en France qui est en train de prendre la tasse ,et ce n’est pas avec un bon sentiment de dire que la maison brûle que vous allez endiguée le naufrage annoncer.

                  Car il est clair et prévisible, si vous ne voyez pas où vous pêcher, non seulement dans 3 ans vous ne serais plus là, et en même temps , on assistera au dépeçage en règle de notre agriculture qui à déjà été bien entamé avec la carotte des subventions européennes .

                  Votre raisonnement sur le bio, n’a pas plus de valeur que rebâtir le monde sur un petit pois !

                  Car tous est possible si l’on se donne de repensé globalement, d’une manière articulé et dynamique toute l’économie, il se faut faire au plus vite à l’idée l’économie de rentier c’est finie ....

                  l’agriculture bio a un sacré avantage, elle peut résoudre en grande partie le chômage de masse ...


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 07:35

                  @soi même
                  Et vous proposez quoi ?


                • soi même 28 mai 2015 12:13

                  @Fifi Brind_acier, ( Et vous proposez quoi ? ) et bien commencez par lire Antigone de Sophocle, je suis sur que vous trouvez la réponse dans ce drame .


                • Philippe Stephan Christian Deschamps 27 mai 2015 12:05


                  Il est fondamental que les Français aient une conscience claire de ces sombres perspectives.

                  Si nous laissons faire, - c’est-à-dire si nous restons dans l’UE -, le pays que nous transmettrons à nos enfants et petits-enfants aura perdu ses agriculteurs, ses pêcheurs, ses paysages, sa douceur de vivre et son âme.

                  .

                  les français ont une conscience assez claire des problèmes qui apparaissent

                  en se début de siècle, leurs faire peur est une méthode bien connue.

                  les solutions proposés par l’ UPR serait selon moi un retour en arrière très préjudiciable.

                  on ne fait pas face a des problèmes en reculant. smiley 

                  .

                  "sa douceur de vivre et son âme. "

                  la rigolade, debout a l’aube pour allez aux champs bosser sous

                  la pluie froide et glaçante jusqu’aux os


                  • soi même 27 mai 2015 12:34

                    @Christian Deschamps, ( sa douceur de vivre ) et bien en 70 , il était bien entamé cette douceur de ivre souvenez vous de la fausse crisse du pétrole en 76, la conséquence de cette mascarade financière , la danse de vahinés de la crise, l’époque où Raymond Barre nous annonçais nous allons sortir du tunnel !


                  • Philippe Stephan Christian Deschamps 27 mai 2015 12:59

                    @soi même
                     c’était mieux avant ....c’est connu surtout pour ceux qu l’on vécu.
                    non vraiment., il faut pas déconner .
                    la vie des-champs c’était dur, pas doux et le calva il était raide

                    .les fonderies, je t’en cause pas mon oncle
                    silicosé, mort lente ,14 mômes 2 services le midi et le soire
                    la lessive le cauchemar .c’était le bon temps. smiley


                  • soi même 27 mai 2015 13:34

                    @Christian Deschamps, j’ai jamais dit que c’était mieux avant, je souligne juste, qu’il avait une possibilité de faire autrement, mais j’ai compris votre sens du discourt, vous êtes un fondamentalisme du temps arrêté et de se faite vous vous privez de voir les choses au delà des apparences contradictions du moment .


                  • Philippe Stephan Christian Deschamps 27 mai 2015 14:03

                    @soi même
                    oui j’avais bien compris ton post ,je me suis mal exprimé
                     (je ne me met pas assez a la place des lecteurs, réflexion vers l’intérieur)

                    je faisait une nouvelle fois référence au texte de F.Asselineau et son idéalisme
                    romantique du passé ouvrier et paysan que je connait bien et don mon
                    est issus.

                    « vous êtes un fondamentalisme du temps arrêté »
                    c’est justement ce que j’essayai de souligner a propos de ce parti politique
                    et dont je ne partage pas les objectifs
                    je doit m’y prendre comme un manche.. smiley
                    .
                    merci de me reprendre en tout cas.
                    je suis meilleur pour la mise en boite les vannes et les conneries. smiley
                    .
                    tape Asselineau et essai de corriger avec le correcteur d’orthographe de avox.Lol
                    .
                    .pardonnez moi je suis né comme cela


                  • soi même 27 mai 2015 14:13

                    @Christian Deschamps, pardonnez moi je suis né comme cela, et moi donc avec la même avanie du en autre à l’obscurantisme de l’éducation national !


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 20:23

                    @Christian Deschamp
                    Maintenant, c’est le paradis que d’être agriculteur... ?
                    On se demande bien pourquoi un agriculteur français se suicide tous les 2 jours ?


                    Et puis rassurez-vous, avec le gaz de schiste à l’agenda européen, les terrains abandonnés près de chez vous, pourront toujours être rachetés par quelque compagnie pétrolière...

                  • Philippe Stephan Christian Deschamps 28 mai 2015 00:24

                    @Fifi Brind_acier
                    et oui fifi je suis un collabo
                    mais comment a tu fait pour savoir que ma maman est allemande
                    ma voiture une Volkswagen et tout mon électro ménagé Boch .. ?
                    .
                    jolie « placardage » sur tout le fil cela me rappelle les collages d’affiches
                    quand j"était jeune.
                    bonne nuit Fifi .
                     smiley


                  • Attilax Attilax 28 mai 2015 22:18

                    @Christian Deschamps
                    Je partage votre point de vue sur Asselineau : il veut revenir en arrière, et cela n’est ni suffisant, ni possible. Sa république à la Papa ne m’intéresse pas. En revanche, je trouve ses analyses très pertinentes et vraiment bienvenues. Ce sont les solutions qui ne me conviennent pas. Mais sur l’UE, il a clairement vu juste : faut se barrer de cette nasse à gogos le plus vite possible.


                  • rotule 27 mai 2015 12:51

                    Au sein de l’Europe, le poids de l’agriculture française est loin d’être nul. Et si l’Europe en est arrivé là, c’est aussi grâce ou à cause des Français.
                    Les agriculteurs ont un ministre, un syndicat (certains y cotisent sans le savoir :) ). Et tout ce petit monde approuve les OGM, les pesticides, (même si les ouvriers agricoles en sont les premières victimes), les subventions, ... regarde disparaitre la faune (abeilles, oiseaux) des campagnes.

                    Les petits agriculteurs subissent et crèvent ... oui. Sous le regard des Français, du ministre de l’Agriculture, de la FNSEA ... ça pourrait changer sans même s(attaquer à l’Europe.


                    • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 27 mai 2015 15:36

                      @rotule
                      Ah oui ? Et comment ?


                    • zygzornifle zygzornifle 27 mai 2015 13:28

                      c’est Bruxelles qui va la détruire avec le sourire niais de nos politiques UMPS , notre agriculture et élevage arrive a sa fin l’EU prépare son équarrissage avec la bénédiction de ce gouvernement de lâches et de corrompus ....


                      • Lucy Lucy 27 mai 2015 19:41

                        Le bon sens paysan n’a pas totalement disparu de notre pays. Selon un récent sondage BVA du 26 avril 2015 pour Terre-Net, 36% des agriculteurs loin du monde des bobos révolutionnaires et de la bien pensance UMPS seraient enclins à voter Marine Le Pen en 2017, un pourcentage en progression constante (bien qu’un autre les plaçait à 41% avant les départementales). Les dirigeants de la FNSEA s’affolent et les autres n’ont toujours pas connaissance des accords bilatéraux qui se signent en ce moment en catimini et dont aucun journaliste ne veux parler.
                         
                        Entre la république et le marché, les gouvernements de droite comme de gauche ont laissé crever les agriculteurs et les producteurs avec toutes les règles européennes, la PAC n’a pas facilité l’agriculture pour la majorité, elle a subventionné les mises en jachère, organisé la concentration pour atteindre la sacro-sainte « compétitivité » et perturbé l’économie française (gel des exportations vers la Russie avec les européistes accrochés aux basques des US).
                         
                        Il ne suffit pas de sortir des deux mâchoires ou de ré-allouer la PAC à la Politique Agricole Française, il s’agit aussi d’inciter le consommateur à redevenir citoyen en consommant local (les AMAP et réseaux fermiers de vente directe sont en plein développement en province) et obliger les administrations d’État, les administrations des collectivités territoriales ainsi que les cantines et restaurants d’entreprise à se fournir prioritairement en denrées alimentaires produites en France. Il en va de la survie de nos agriculteurs et producteurs, de notre santé, notre patrimoine et notre modèle social.
                         
                        Vous pouvez consulter nos propositions sur la politique agricole ou suivre les travaux de nos députés Philippe Loiseau et Édouard Ferrand au Parlement européen membres de la commission agriculture ainsi que de ceux à l’Assemblée


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mai 2015 20:35

                          @Lucy
                          Le FN a au moins 14 versions différentes sur l’ UE et l’euro.
                          Vous pouvez expliquer quelle est la bonne version ?


                        • Lucy Lucy 27 mai 2015 21:16

                          @Fifi Brind_acier
                           
                          Vous le faites exprès, l’autiste ? Vous avez posé 100 fois la question (comme tout le reste) et obtenu des réponses d’au moins 5 intervenants différents depuis que je suis sur le forum (Baasiste2, HELIOS, Beaurepaire, andromerde95, Azur Cérulé...).
                           
                          Soit vous êtes possédée, soit sous hypnose, soit les 2 à la fois.
                           
                          Game over


                        • Claude Simon Gandalf 27 mai 2015 21:38

                          Battez-vous, politicards.


                          Paris n’est pas mieux que Bruxelles. Ils étaient prêts à sacrifier les légumes français afin de vendre un TGV au Maroc en échange d’importations de légumes français.

                          Qui peut faire confiance à un politique alors qu’il n’y a pas plus traitre ?

                        • JC_Lavau JC_Lavau 28 mai 2015 02:19

                          @Lucy : « les AMAP et réseaux fermiers de vente directe sont en plein développement en province ». Pas négligeable, mais pas bien pratiques non plus.


                        • Claude Simon Gandalf 28 mai 2015 05:09

                          s’entend importations de légumes marocains.


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 07:47

                          @Lucy
                          Alors, la bonne version, c’est quoi ?

                          Vous êtes incapable de montrer un seul document électoral où le FN annonce la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, unilatéralement. Et encore moins par l’article 50, qui doit servir selon le FN, « à renégocier » et pas à sortir définitivement.

                          Cherchez bien, l’ UPR promet une caisse de champagne pour le 1er qui trouvera !


                        • GrandGuignol GrandGuignol 28 mai 2015 16:34

                          @Fifi Brind_acier

                          « Alors, la bonne version, c’est quoi ? »

                          La bonne version c’est la création d’un ministère de la souveraineté, écrit noir sur blanc dans leur programme au chapitre sur l’Europe je crois, par contre rien sur la sortie de l’UE, si ce n’est un referendum et encore moins rien sur la politique qui serait menée en cas de sortie de l’UE, rien de rien dans le programme, tout est conçu pour perdurer dans l’UE grâce au fameux ministère de la souveraineté (lol)...Purée c’est trop drôle ce Ministère de la souveraineté... smileyfaut vraiment être naïf pour accepter ce genre de démagogie, un ministère de la souveraineté n’a aucun sens, si ce n’est celui d’enfumer son électorat.

                          C’est dire à quel point ce parti veut sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN...


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 18:45

                          @GrandGuignol
                          Voici le texte officiel du FN sur l’ Europe.
                          C’est écrit à la fin du texte : « Renégocier les Traités ».


                        • GrandGuignol GrandGuignol 28 mai 2015 19:53

                          @Fifi Brind_acier

                          Oui Fifi, la renégociation des traités au sein d’un ministère des souverainetés :

                          Citation tirée de ton lien :

                          « Un ministère des Souverainetés coordonnera la renégociation des Traités et la restauration de notre souveraineté nationale dans l’ensemble des domaines où elle a disparu. »


                        • smilodon smilodon 27 mai 2015 20:45

                          @ l’auteur : Il en va des pêcheurs et agriculteurs « artisanaux » comme de tous les « artisans » en général, comme de toutes les « petites entreprises » !... La « mondialisation », « l’harmonisation » ne vont pas dans leurs sens !... Y’a pas si longtemps encore, je m’en souviens, il y avait une laiterie tous les 100 ou 150 kilomètres. Qui récupérait le lait des paysans-éleveurs pour en faire du lait, du beurre et du fromage. Sortez de chez vous, montez dans votre auto et partez au hasard. Dites-moi combien de kilomètres vous aurez fait quand vous trouverez la première « laiterie » sur votre route ??.. Quelqu’un aura-t-il fait un recensement « historique » , juste pour comparer les années 60 et aujourd’hui ???... Les agriculteurs et les pêcheurs sont victimes du même « mal » qui a tué et qui tue encore tout le monde !.... Un petit paysan ou un petit pêcheur dans les années « 60 », nourrissaient combien de gens ??... A son petit niveau. Sur son petit territoire. Combien ???... On est en 2015, et il faut nourrir 7 milliards de « gens » !... Faut des « usines à viandes », et des « usines à poissons » !.. Faut nourrir 7 milliards de bouches !... S’agit plus de savoir si le camembert « le vieux porche » est meilleur que le roquefort « papillon » !....Faut « produire » de la « bouffe » !.. A grande échelle !... Mon grand-père passait un temps fou à dresser ses boeufs. Ceux qui allaient tirer la charrue ou le tombereau pendant une dizaine d’années au mieux !... Je le sais, je m’en souviens. Il castrait certains taureaux pour en faire des bêtes de somme !... Lui-même. Ca faisait de boeufs que les autres lui enviaient. J’étais pas bien grand, mais je m’en souviens toujours. Son sang coule encore dans mes veines, même s’il n’en sait rien !... C’était vraiment d’autres « gens » à l’époque. C’était une autre « époque », tout simplement !... Et Merde, à force de vouloir le faire comprendre, ça me fatigue !... Mondialisons, vu que c’est la seule solution !.. Mais arrêtons de nous plaindre après !.... J’ai jamais vu mes grand-parents se plaindre de rien !.. JAMAIS !.. Ni même du côté de mon père !.. Mon Grand-père « paternel » était « ouvrier » !.. Je l’adore aussi.... J’ai vécu une « charnière » !.. Et si j’avais un « truc » à dire pour résumer ma propre vie, vous direz un jour tout pareil.....Avant, c’était mieux !... Les « gens » se parlaient !... Ils s’aidaient !... Puissiez-vous, un jour, vous souvenir de « gens qui s’aident » !.. Ce sera déjà pas si mal !... Allez, désolé pour la « longueur » !..... Ne me lisez pas, si ce n’est pas trop tard !..... Adishatz. (en « landais »).. Boune neu !... (en « charentais ») !... 


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 07:53

                            @smilodon
                            Ils ne se plaignent pas, ils se suicident. Un tous les 2 jours.


                          • Fergus Fergus 28 mai 2015 10:08

                            @ Fifi Brind_acier

                            Attention au suicide des paysans. Une large part des suicides est due non aux problèmes économiques, mais à l’insupportable solitude des paysans, notamment dans les zones d’accès difficiles éloignées des villes et de l’animation. L’impossibilité de trouver l’âme sœur, voilà la principale raison de ces suicides.


                          • GrandGuignol GrandGuignol 28 mai 2015 15:59

                            @Fergus

                            « L’impossibilité de trouver l’âme sœur, voilà la principale raison de ces suicides. »

                            Mais oui c’est surement ça ! d’ailleurs l’émission « le bonheur est dans le pré » le prouve bien...Vous devez être un fan non ? C’est pour cela qu’ils achètent des tracteurs immenses et hors de prix, pour compenser leur solitude....Il est pourtant de notoriété publique que les agriculteurs sont tous célibataires et il en a qui pense qu’ils se suicident pour des raisons économiques........

                            En plus l’UE favorise largement leur développement en transformant leur ferme en usine à gaz et ces idiots d’agriculteurs qui sont tombés dans le piège, se suicident pour faire croire qu’ils sont malheureux...

                            Y en a vraiment ils feraient n’importe quoi pour se faire remarquer d’une damoiselle.


                          • JC_Lavau JC_Lavau 28 mai 2015 02:41

                            Comme d’habitude hélas, Asselineau fait l’impasse sur la définition d’une politique intérieure. Désolé, mais celle-là aussi doit être définie.
                            Si le syndicalisme agricole est déficient et pervers, il faut redéfinir une politique syndicale. Qui le fera ? Comment ?

                            Si la banque agricole est défaillante et multiplie les effets pervers, vous allez faire comment pour remettre cela d’aplomb ?

                            Réduite, diverse et contrastée, la paysannerie française n’a aucune expression politique. Est-ce une bonne chose, ce baillon ?


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 07:51

                              @JC_Lavau
                              Vous pourriez commencer par lire le programme de l’ UPR...

                              Et ensuite « Le Jour d’après la sortie de l’ UE ».

                              Ensuite, les Français décideront, ça les changera de donner leur avis à des politiques qui font tout le contraire de ce qu’ils souhaitent, et de se voir imposer des politiques européennes qui ruinent l’économie du pays depuis 40 ans.


                            • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 28 mai 2015 12:15

                              @Fifi Brind_acier

                              Silence vils manants écoutez la voix du Maître.


                            • JC_Lavau JC_Lavau 28 mai 2015 16:47

                              @Fifi Brind_acier.

                              Ah non ! Ras le bol des vidéos !


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 18:22

                              @JC_Lavau
                              Regardez donc le tennis, c’est plus instructif.


                            • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 28 mai 2015 19:42

                              @Fifi Brind_acier

                              Si M. François Asselineau parvient à recruter des adhérents à l’UPR, c’est par ces conférences. Vous, vous obstinez à jeter l’anathème sur ceux qui ont le malheur de ne pas penser exactement comme vous croyez que M. François Asselineau pense. Vous leur bourrez le crâne. Enfin vous êtes plus néfaste à l’UPR que toutes les oppositions politiques. A vous lire, tout un chacun ne désire qu’échapper à cette secte que serait l’UPR dont vous êtes le gardien du temple fanatique. L’UPR s’adresse à l’intelligence des français. Je vous invite à regarder une nouvelle fois la conférence de M. Asselineau « Les partis politiques respectent-ils l’intelligence des français ? » et à vous poser la question suivante : Suis-je entrain de respecter l’intelligence de mes concitoyens lorsque je leur donne des ordres à longueur de texte, lorsque je les voue aux Gémonies quand malgré le lavage de cerveau que je leur inflige, ils rejettent encore l’UPR ? Peut-être leur faites vous tellement peur qu’ils pensent qu’à l’UPR, il n’y a que des fanatiques comme vous ?


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mai 2015 20:26

                              @Appolonius de Zante
                              Ce n’est pas la faute de l’ UPR, ni la mienne, si les Partis souverainistes critiquent beaucoup l’UE et ne veulent pas en sortir ...
                              Lisez la page du programme du FN sur l’ Europe, que lisez -vous en bas ?
                              « Il convient d’initier une renégociation des Traités ».
                              Il n’y a pas du tout écrit : « Sortir définitivement et unilatéralement de la construction européenne ».
                              Renégocier les Traités, c’est rester dans la construction européenne.


                              Et les Partis qui prônent « une Autre Europe à la St Glinglin » sont légion !
                              Vous devriez regarder une autre conférence :
                              « Recette pour neutraliser la colère des Français : la promesse d’une Autre Europe depuis 30 ans ».

                            • JC_Lavau JC_Lavau 28 mai 2015 23:42

                              @Fifi Brind_acier.

                              NON !
                              De l’écrit. Pour adultes.
                              De l’écrit.


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mai 2015 07:29

                              @JC_Lavau
                              Le site de l’ UPR ne contient pas que des vidéos ! Exemple.


                            • Laurent 47 28 mai 2015 18:23

                              Et comme si ça ne suffisait pas, ces ( !?!!!?! ) qui nous dirigent en ont rajouté une couche en tapant sur la Russie, à la demande de notre principal adversaire commercial, à savoir les Etats-Unis !
                              Le résultat, vous le connaissez : embargo total de la Russie sur tous les produits agricoles en provenance de la Communauté Européenne ! ( réponse du berger à la bergère ).
                              En contrepartie, toute la merde alimentaire américaine va pouvoir se déverser dans nos assiettes ! Si les USA étaient le pays de la gastronomie, ça se saurait depuis longtemps, et il n’y aurait pas autant d’obèses de 130 à 200 kg !
                              Mais bon ! La Russie nous a libéré du nazisme, et ça c’est intolérable pour notre gouvernement qui les soutient à bouts de bras à Kiev ! Mais Fabius a dit que c’étaient de gentils nazis, alors...


                              • soi même 28 mai 2015 20:45

                                Et bien à lire l’ensemble des commentaires et plus en particulier les propos de Fifi , et bien on peut être sur l’Agriculture Française a sombré dans le Maelstrom et elle n’est pas prêt pour se relevé si d’ailleurs on lui donne cette change ...


                                • Marko Pauleau Marc Aurèle 28 mai 2015 23:28

                                  Asselineau devrait rejoindre le parti de Dupont-Aignan... quel intérêt de faire cavalier seul et de prêcher dans le désert ?


                                  • berry 28 mai 2015 23:38

                                    @Marc Aurèle
                                    Son seul but est de prendre des voix au FN et de le faire perdre.


                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mai 2015 07:41

                                    @berry
                                    Gardez bien vos adhérents !
                                    Avec 50% d’abstentionnistes, soit 22 millions d’électeurs, il y a largement de quoi recruter, sans s’occuper du FN et de Dupont Aignan....
                                    Ce qui intéresse l’ UPR, ce sont les citoyens qui veulent sortir de l’ UE.


                                    Pas des gens qui veulent la « réformer », qui rêvent « d’une Autre Europe à la St Glinglin », d’une « Europe sociale », ou d’une « Europe des nations » ou d’une « Europe à la carte » ou d’une « renégociation des Traités », ou autres billevesées que nous servent tous les Partis depuis plus de 30 ans !

                                    Et puis comme l’ UPR ne représente rien, n’a aucun avenir, on se demande bien pourquoi vous vous en occupez... ? Allez donc voir le Parti de Mame Boutin...

                                  • smilodon smilodon 31 mai 2015 14:48

                                    @Fifi Brind_acier : Votre « France », celle de « maintenant », est issue en ligne directe de la « France » des « anciens » !... Même « l’Europe » actuelle s’est assise sur tous les piliers de tous les pays qu’elle veut « rassembler » !... Faudrait pas l’oublier !... Le « socle » de « l’Europe » actuelle, c’est le « béton » de tous les pays qui la forment !....Individuellement !... Juste pour dire !... Faudrait pas oublier...Adisahtz.


                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 mai 2015 17:46

                                    @Marc Aurèle
                                    Dupont Aignan, 29 mai 2015, explique sur France info :


                                    « Si on ne change pas le fonctionnement de l’ Europe..., les Français veulent une autre Europe »
                                    Question : Vous voulez sortir de l’Union européenne ?« 
                                    Réponse de Dupont Aignan : » NON !"

                                    Comment voulez-vous que l’ UPR, qui a été créée justement pour sortir de l’ UE, puisse s’allier avec des Partis politiques qui veulent rester dans la construction européenne ?

                                  • Appolonius de Zante Appolonius de Zante 31 mai 2015 17:50

                                    @Fifi Brind_acier

                                    Oyez Oyez. La voix de son maître vient de vous sommer d’adhérer au nouveau catéchisme unique et obligatoire. Ne pensez pas obéissez à la voix qui pense pour vous.


                                  • GrandGuignol GrandGuignol 1er juin 2015 00:10

                                    @Appolonius de Zante

                                    Encore le même message. ?

                                    Ben on vous à formaté en 16 bits vous et avec un minimum de mémoire vive.
                                    Juste les fonctions utiles du copier/coller et hop on se désactive.


                                  • Jack_Hilton Jack_Hilton 29 mai 2015 22:57

                                    Bonjour,

                                    Bruxelles, toujours Bruxelles. Cette entité formées de 751 Euro Députés des 28 pays membres de l’UE, on a pas encore parler de leurs émoluments à en couper le souffle, ni de leur retraite ultra précoce, ceci vaut mieux, parce que certains n’auraient plus envie d’aller voter quoi que ce soit.
                                    Ce colossale bâtiment remplie de têtes pensantes, dont certains n’ont jamais vu un poireau pousser dans un potager, et qui se demandent encore dans quel sens on va le repiquer en terre, ainsi que le petit pois à rames, pousse t-il dans l’eau ? Ou alors ! Faut-il un escabeau pour récolter le haricot grimpant
                                     ?
                                    Ce sont ces têtes pensantes Bruxelloises qui pilotent et rémunèrent nos agriculteurs par satellite, en déterminant en fonction de la couleur de leurs cultures, les salaires ou dédommagement avec des plus ou moins valus. Personne ne viendra arpenter leurs cultures et voir sur place le résultat des semis, c’est un satellite qui gère la France profonde. 

                                    Tirer les prix vers le bas c’est à dire abaisser le fruit de leur travail, ce qui en résulte de diminuer les salaires de ces agriculteurs, voici ce que Bruxelles a en tête. En deux mots, nos agriculteurs sont devenu l’esclave d’un satellite. A quand un champ pulvérisé avec un produit colorant pour avoir simplement la prime supérieure d’une réelle culture de maïs. Bien entendu ! Je plaisante en disant ceci, mais Bruxelles ne se déplacera jamais à l’intérieur de la France profonde pour contrôler si c’est réellement du maïs.

                                    Nos pêcheurs aussi, en sont réduit à la dictatüre de Bruxelles. Nos Élus de France sont devenus l’entité et travaillent dans l’ombre de Bruxelles, ils sont rattachés à des ficelles et pour ne pas changer c’est Bruxelles qui tirent sur les ficelles, comme par enchantement notre politique est bien celle de Bruxelles.  


                                    • smilodon smilodon 31 mai 2015 14:33

                                      @ l’auteur :... Pour être en âge d’avoir vu et de me souvenir de mon grand-père dressant ses boeufs de labour et de trait, si je peut me permettre, les « paysans » sont morts depuis belle-lurette !... L’an dernier, mon oncle est mort.... A 74 ans. Il était le dernier « maillon » d’une chaine qui me relie au monde « paysan » d’une « France » qui n’est plus !...Je ne suis pas « paysan » moi-même.. J’ai taillé les « bois », ramassé les bottes de foin à la fourche, j’ai vu une paire de boeufs labourer, avec mon grand-père debout derrière la charrue, bref, en moins de 50 ans, j’ai vu comment tout a « évolué » !..... Y’avait combien de gens à nourrir en 60 ??.. Et combien aujourd’hui ??... Pas besoin d’être devin !... Faut des « usines » à bouffe !... Pas des petites fermes disséminées !.... Restent les « souvenirs », pour les rares qui en ont encore !....Adishatz.


                                      • smilodon smilodon 31 mai 2015 14:39

                                        A moi il reste cette « personnalité » « charentaise » et « paysanne » !...... C’est tout !... J’suis un « gros con », qui se laisse jamais dominer par personne !.... Autour de moi j’entends dire « Laisse !.. C’est un »charentais«  » !.... C’est une insulte venant d’eux !... Pour moi c’est un compliment !...Adishatz.


                                        • smilodon smilodon 31 mai 2015 14:42

                                          « Adishatz » c’est du « landais » !... Je le traduirais en « charentais » par ’boune neue" !...Ciao.. Va dormir. Au revoir !...


                                          • soi même 31 mai 2015 18:17

                                            Trente ans de hautes administration pour aujourd’hui craché dans la soupe, c’est de la naïveté ou c’est l’art de se foutre de la gueule d’une manière raffine ?


                                            • GrandGuignol GrandGuignol 31 mai 2015 23:49

                                              @soi même
                                              Mais non, c’est la grâce divine qui est venu l’effleurer et qui lui a promis une place de choix dans l’histoire de France en échange de vérité et de sincérité envers le peuple. smiley


                                            • elpepe elpepe 1er juin 2015 03:57

                                              @Auteur
                                              Merci pour cette article et tous les chiffres et explication s y afferant,
                                              Qu elles seraient les consequences sur l economie de la France, d imposer des regles sanitaires, et environnementales, car il me parait impossible d imposer des regles sociales, les politiques fiscales etant incompatibles ?
                                              Combien rapporte a l etat les taxes sur les alcools et exportation de la production viticole par exemple ?
                                              Aujourd hui il n existe aucun quota, il me semblait que l Europe avait mis des quotas de production (passe) ?
                                              Doit on imposer des quotas pour assurer la diversite ? est ce possible dans une economie libre ?
                                              Quels sont les impacts sur les nappes freatiques de ces productions intensives versus une production bio ? c est chiffrable ?
                                              La penurie d eau potable risque bien de se reveler dans le futur beaucoup plus critique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès