Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les idéologues de l’euro perdent du terrain face à la réalité (...)

Les idéologues de l’euro perdent du terrain face à la réalité !

Le discours médiatique dominant voudrait nous présenter la monnaie unique comme un rempart face à la crise.
Heureusement que nous avons l’euro, répétent-ils tous sur les ondes ! Heureusement, parce qu’il nous protège. Regardez l’Islande messieurs dames...La malheureuse n’a pas eu l’intelligence d’adopter l’euro. Elle le paie aujourd’hui très durement.

Tout ceci n’est qu’une mascarade.
Ces commentateurs, idéologues, et manipulateurs, trompent le peuple. Il suffit de consulter les chiffres d’Eurostat, l’INSEE européen, pour le comprendre.
Ils nous apprennent en effet que c’est la zone euro, avant même les Etats-Unis, qui est entrée la première en récession ! Qu’elle connaît aujourd’hui la plus forte récession du monde, juste après le Japon, et qu’elle sort de 10 ans de croissance moribonde.
Quant à l’Islande, ce pays minuscule...Qui aura l’honnêteté de dire que ses difficultés n’ont pas grand chose à voir avec l’absence de l’euro, mais plutôt avec son modèle de développement, tout entier fondé sur la finance internationale et la spéculation ? La Suède n’a pas l’euro, et elle se porte pourtant mieux que nous. Les pays européens hors euro sont entrés plus tardivement en récession, et ont mieux réussi que la zone euro depuis la création de la monnaie européenne. Mais cela, personne ne le dit dans les milieux autorisés.

Plus intéressant encore, on assiste dans les coulisses de la pensée économique à un glissement idéologique contre la monnaie unique.
Sous la pression de la réalité, des faits si têtus, l’idéologie euromaniaque cède chaque jour un peu plus de terrain. C’est une excellente nouvelle qui annonce une possibilité de sortie de crise par le haut si le peuple français parvient à modifier le paysage politique en profondeur.

Prenons l’exemple de Christian Saint-Etienne, qui récemment lors d’une table ronde organisée par l’excellente fondation Respublica, a exposé ses vues sur la monnaie européenne, son bilan et son avenir. Christian Saint-Etienne vient de publier un livre intitulé "la fin de l’euro" (Editions Bourin). Il est pourtant un économiste tout ce qu’il y a de plus classique à la base, membre du conseil d’analyse économique, professeur à l’université Paris Dauphine. Il a même été économiste au FMI et à l’OCDE.

Son livre est sans pitié pour l’euro, projet que lui-même soutenait lors de son lancement il y a une dizaine d’années. Etudiant la réalité des faits, il a modifié son jugement, ce qui est remarquable dans un milieu où l’idéologie et le dogmatisme règnent en maîtres. Bravant les critiques acerbes de collègues plus conformistes que lui, ceux-là même qui furent incapables de prévoir la crise, il a osé écrire ce livre-vérité et exposer ses thèses au grand jour.

Que dit-il exactement ? Que l’avenir de l’euro est largement compromis. N’ayant jamais vraiment réussi à détrôner le dollar, la monnaie unique est aujourd’hui face à ses contradictions, celles que nous dénonçons sur ce blog depuis des années déjà avec d’autres.
La zone euro est composée de pays très disparates, qui n’ont pas convergé depuis la mise en place de la monnaie unique, bien au contraire.
Le livre de Christian Saint-Etienne nous explique pourquoi il n’est pas possible, et pas sain, de mener une même politique monétaire pour des pays aux évolutions économiques et démographiques si radicalement différentes.
Il nous explique pourquoi la France doit cesser de s’accrocher au rêve d’une coopération-soumission avec une Allemagne qui depuis déjà longtemps n’en veut plus, ayant choisi le monde plutôt que l’Europe.

Pour éviter que la crise ne s’aggrave, et que l’euro ne vienne encore nous plomber un peu plus, il fait de la sortie de l’euro une hypothèse que nous ne devons pas craindre. "ça n’est pas la fin du monde si on sort maintenant de l’euro" expliquait-il lors de la table ronde de Respublica.

Anticipant la restauration des souverainetés monétaires et des monnaies nationales,
un nombre croissant d’industriels allemands exigent d’ailleurs déjà de leurs clients d’être payés en euros allemands, fabriqués en Allemagne (ils sont identifiables par un code de lettres).

Aujourd’hui, l’Espagne, le Portugal (qui en est déjà à sa 4ème année de récession en 10 ans), l’Italie, l’Irlande et la Grèce sont étouffés par la monnaie unique. N’ayant pas la possibilité d’utiliser le levier monétaire, ces pays sont condamnés à voir leurs taux de chômage grimper en flêche.
Demain, la France et d’autres pays souffriront eux-aussi de l’euro de façon plus insupportable encore.

Il est donc grand temps de retrouver la voie de la sagesse et de l’efficacité, en mettant fin à l’aventure désastreuse de l’euro. Comme nous le dit Christian Saint-Etienne, ayons en tête les atouts de la France, puisés dans une histoire millénaire. Ayons confiance en nous, ne croyons pas que notre salut passe forcément par les autres.

On voit avec l’euro le résultat de cette politique, de cette renonciation alliée à un européisme délirant.
Dès le 7 juin, à l’occasion des élections européennes, lançons un signal fort de rupture, de vraie rupture. Même chez les économistes, l’idéologie perd du terrain face à la réalité. A nous citoyens d’accompagner le mouvement, et de le pousser plus loin encore !

Le Vrai Débat


Moyenne des avis sur cet article :  2.47/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • FR-ank FR-ank 11 mai 2009 10:24

    Je ne suis pas tout a fait d’accord avec vous.
    certes, tous n’est pas bien avec l’euro mais ce n’est surement pas a cause de l’euro que nous sommes en crise. Imaginez justement avec cette crise financiere mondiale, ou les actifs toxiques (ou plutot pourris) se sont infiltres sournoisement dans chaque instrument financier, imaginez si nous etions reste avec notre franc ( et sa politique tres inflationniste ) !!!
    2eme point : que l’euro n’est pas detrone le dollar, d’accord mais ce n’etait pas le but mais plus un marche unique au sein de l’Europe. Il est vrai qu’avec de tels economies si differentes, il peut-etre malsain d’avoir la meme monnaie.
    et l’allemagne est quand meme le 1er partenaire commercial de la France.
    et pensez vous que si le portugal avait sa monnaie, cela lui servirait de levier monetaire ? j’en doute.
    Par contre je suis tout a fait d’accord qu’il y a un probleme avec la cretion monetaire (art.104 Maast ) laisse totalement au controle de la BCE. et privant les etats de leur droit regalien.


    • impertinent3 impertinent3 11 mai 2009 14:28

      Comme vous, je ne suis pas d’accord du tout avec l’auteur.

      Imaginons ce qui se serait passé si la France en était restée au franc avec, pour le gouvernement, le droit de battre monnaie.
      Pour combler le déficit abyssal qu’il est en train de creuser, Sarko aurait fait marcher la planche à billet à fond. Avec pour conséquence une dévalorisation rapide du franc, une hausse des prix, des salariés s’appauvrissant tout aussi rapidement (les salaires ne suivent qu’avec du retard, quand ils suivent), des petits retraités (le suivi des retraites, c’est encore pire que les salaires).
      Et ne rêvons pas, ce n’est pas ces dévaluations rampantes qui aurait favorisé les exportations françaises.

      La France exporte mal (c’est un domaine que je connais assez bien) pour des raisons très différentes du prix, j’en citerais au moins deux. Tout d’abord si, souvent, le produit est bien, voire brillament, conçu, sa réalisation pratique laisse souvent à désirer et il est de piètre qualité face à des produits allemands, peut-être moins futés, mais robustes. Deuxième raison, un non respect quasi systématique des délais de livraison, avec la plupart du temps des excuses bidons données par des interlocuteurs différents qui se renvoient la patate chaude.

      Pour en revenir à l’euro, c’est une excellente chose que la BCE soit indépendante et que la création monétaire ne soit pas conditionnée par telle ou telle idéologie politique. Par contre on ne peut que regretter que les instances dirigeantes de la BCE face l’objet d’un marchandage entre pays et ne puissent être choisies de façon démocratique.


    • Croa Croa 11 mai 2009 18:14

      « c’est une excellente chose que la BCE soit indépendante » ???

      Encore un slogan... Si encore c’était vrai ! La BCE n’est « indépendante » que de la volontés des peuples mais pas de de l’oligarchie qui gouverne l’Europe. Sa mission est claire, en façade « lutter contre l’inflation » et en coulisse mettre les finances des collectivités en coupes réglées.

      Le problème n’est d’ailleurs pas l’Euro par lui même mais bien le système bancaire institué par successifs traités scélérats. Un Euro juste aurait été possible, permettant aux « pays très disparates » (citation de l’auteur) une solidarité constructive. Ce n’est pas ce qui a été voulu ! 


    • Belen 11 mai 2009 10:30

      J’ai bien peur que vous preniez vos désirs pour des réalités.

      L’euro est tellement en fin de course que l’Islande veut à tout prix entrer dans l’UE et la zone euro car EUX font l’expérience de la crise beaucoup plus durement que nous. Ils savent donc, je pense, ce qu’il en est réellement de la protection par la monnaie unique. Et les autres pays de l’UE (sauf le RU) font des préparatifs accélérés pour entrer dans la zone euro.

      A vous lire, il faudrait en conlure qu’ils sont tous masos et surtout beaucoup moins clairvoyants que vous et un économiste supposé plus émérite que les autres que vous citez pour tout argumentaire.

      Personnellement, il m’en faut plus pour me convaincre.


      • plancherDesVaches 11 mai 2009 10:35

        Aïe aïe aïe... vrai débat....

        Dans une guerre économique, comme dans une guerre sur le terrain, tout le monde sait qu’au plus on a d’alliés, au mieux on s’en sort.

        Et je remarque que vous ne prenez pas la situation globale, afin de fausser le VRAI débat.
        Vous allez me dire que l’Islande fait une erreur... ???
        http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/05/11/l-islande-veut-entrer-dans-l-ue_1191293_3214.html
        M’étonnerait qu’ils n’aient pas réfléchi avant....

        Autre cas intéressant : suivez ce qui se passe au Royaume-Uni. Ca n’a pas l’air d’être la fête, chez eux.
        Des voix s’étaient d’ailleurs élevées au pays de sa Majesté pour exprimer clairement le regret de ne pas être passé à l’Euro.

        Vrai débat....


        • manusan 11 mai 2009 11:05

          pour informer l’auteur de l’article :

          la couronne islandaise n’est plus convertible. c’est à dire concrètement que les islandais vivant à l’étranger, ne peuvent plus utiliser leur carte bancaire, ne peuvent plus faire de virement à partir d’une banque islandaise.

          Quand on a plus de monnaie on reviens au troc, qu’avez vous à troquer ?


          • zelectron zelectron 11 mai 2009 11:36

            @l’auteur, Sebastien Ticavet
            Vous êtes un dénigreur patenté.
            Vous ne savez qu’instruire à charge et en cela perdez toute crédibilité.
            Heureusement que l’€uro ne vous attend pas et qu’il poursuit son bonhomme de chemin
            Allez je vais vous mettre au parfum parce que c’est vous et qu’il me pardonne à l’avance :
            Jean Claude Tichet est une « putedeluxedelafinance » et je préfère que ce soit lui qui se coltine la FED plutôt qu’un jeune crétin niais.


            • Mmarvinbear mmarvin 11 mai 2009 12:34

              « Anticipant la restauration des souverainetés monétaires et des monnaies nationales, un nombre croissant d’industriels allemands exigent d’ailleurs déjà de leurs clients d’être payés en euros allemands, fabriqués en Allemagne (ils sont identifiables par un code de lettres). » : Tu as des références pour vérifier ce fait ?

              Non parce que s’il est vrai que chaque billet a comme première lettre le code du pays émetteur (X pour l’Allemagne par exemple), je vois mal des industriels se faire payer en liquide par des clients étrangers. A mon avis, le chèque ou le virement bancaire est plus indiqué pour les échanges internationaux pour des sommes importantes.

              A moins qu’il ne s’agisse d’ « industriels » particuliers vendant des « produits » particuliers... Et pas très légaux...


              • Philippe95 11 mai 2009 14:11

                Je suis surpris du nombre de réactions avant que quelqu’un ne soulève ce DETAIL si insignifiant : Les créances dans l’industrie ou le grand commerce ne se règlent guère en liquide en effet.
                Par ailleurs, les Euros, imprimés en Allemagne ou en France ou à Tataouïne sont émis par la BCE et donc indiscriminés. Dans l’hypothèse ou on aurait une sortie l’Euro, je ne vois pas comment la BCE pourrait invalider les billets d’un pays donné en reiant au passage sa signature qui figure dessus : Il faudrait créer de nouveaux signes monétaires pour le pays sortant


              • Mmarvinbear mmarvin 12 mai 2009 01:32

                Comme l’a dit je ne sais plus qui, le diable se cache dans les détails...

                En voulant a tout prix trouver des exemples pour consolider sa thèse, l’auteur nous sort une grosse annerie.

                Et du coup, ça dévalorise sa thèse...


              • R.L. 11 mai 2009 13:16

                Pourquoi jeter le bébé avec l’eau du bain ?
                Le problème est encore plus vaste. Revenons à la démocratie :
                - Droit régalien de l’État de battre (et seul) monnaie ;
                - Retour -après de très graves sanctions des responsables de la situation- du monde de la finance à l’ordre, aux contrôles et à sa fonction : financer l’économie réelle et de manière transparente.

                Mais ceci ne sera pas possible tant qu’il n’aura pas été compris que les premiers responsables sont les politiques qui ont laissé faire le monde de la finance depuis plus de 25 ans et que faire table rase parmis 95 % des élus est une nécessité cardinale...
                Alors, on peut toujours rêver...
                Seul, un terrible choc -leçons de l’histoire- économique... qui vient, pourra le permettre. En cas d’échec, les techniques, la technologie, et la situation générale contemporaine permettront une dictature du NOM pour un vrai millénaire cette fois...


                • tmd 11 mai 2009 13:43

                  Le fait que la zone euro ait été la première à entrer en récession est une bonne chose. Cela montre que l’euro est une meilleure monnaie, qui n’est pas manipulée par le politique. La récession est un mal nécessaire des cycles économiques. Elles assainissent l’économie des mauvais investissements. Je ne souhaite pas qu’un état puisse jouer avec la monnaie (utiliser le levier monétaire, comme vous dites) pour améliorer les chiffres du chômage, sans penser au long terme. La monnaie doit être en premier lieu stable, et nous servir à chacun pour vendre notre travail et acheter ce dont nous avons besoin. Ce n’est pas un jouet pour les États.


                  • Philippe95 11 mai 2009 14:15

                    Absolument : Je ne souhaite absolument à aucun prix revenir à notre Franc, que je considérais comme une monnaie de singe sujette à dévaluations à répétition. La qualité de la gestion de la monnaie par les politiques français était trop médiocre pour leur laisser ce pouvoir.


                  • Plus robert que Redford 11 mai 2009 15:11

                    Article basé sur des « ressentis » alors que la démonstration de l’auteur appellerait nécessairement une montagne de chiffres et de graphiques comparatifs...
                    Si l’€uro n’est certes pas la panacée, qu’en serait-il en son absence ?? 
                    Le seul secteur où l’europe puisse se targuer de quelque succès, c’est bien celui de l’économie et du commerce, en quoi la monnaie unique constitue la condition indispensable à sa réussite

                    « La Suède n’a pas l’euro, et elle se porte pourtant mieux que nous. »
                    Qu’en savez-vous ??
                    Sur quels critères basez-vous cette affirmation ??

                    Et pour déborder du cadre, j’aimerais bien qu’un spécialiste me tienne informé sur les performances des fameux et vertueux « hedge funds » Norvégiens (La Norvège n’a ni l’euro, ni ne fait partie de l’europe, Merci le dieu Pétrole !!) dont on nous a rebattu les oreilles en des temps financièrement plus cléments...


                    • Sébastien Sébastien 11 mai 2009 15:14

                      C’est un debat du siecle dernier...

                      Pour le moral des menages, on n’a qu’a revenir a l’ancien franc. Comme ca avec 100 balles en poche, t’auras l’impression d’en avoir 10,000...


                      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 11 mai 2009 15:37

                        Vous êtes pris en flagrant délit de désinformation :

                        St Etienne dans son bouquin dit que parce qu’il y a l’Euro qui nous a préserver à court terme de la débâcle, il nous faudra un gouvernement économique européen et donc une Europe politique intégrée pour sauver l’euro à moyen et long terme. (St Etienne a reconnu à France-Culture que le titre de son bouquin prétait à confusion et était trop raccoleur dans le but d’accélerer l’intégration politique européenne),

                        Mais je vous accorde que vous avez le droit de dire n’importe quoi, y compris au contre-sens : c’est le prix à payer de la liberté d’expression.

                        Mais c’est aussi un devoir citoyen de dénoncer un mensonge aussi grossier


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 11 mai 2009 15:43

                          qui nous a préservé, avec mes excuses : mon indignation devant un tel mensonge m’a « enduit d’erreur » !


                        • Croa Croa 11 mai 2009 19:02

                          Je ne comprends pas les réactions mitigés que soulève cet article, au fond pas mal.

                          Il est tout à fait vrais que le discourt médiatique nous prends pour des cons en encensant l’euro. Seul le paragraphe à propos d’exigences allemandes est critiquable car techniquement stupide. Mais qui ne se trompe jamais ? De plus l’article ne va pas au fond du problème et derrière l’euro sont les règles qui le régissent et non pas l’idée d’une communauté monétaire, celle-ci n’ayant au fond aucune importance.

                          Un débat sur l’euro était de toute façon nécessaire et c’est bien de l’avoir lancé.

                          Par ailleurs le problème n’est pas la monnaie mais la manière dont elle est gérée et de plus en plus de pays hors de la zone euro ont également renoncés à leurs devoirs au profit des banques privées. Ces pays ont les mêmes problèmes que nous, notamment d’endettements et de gonflements irrationnels des valeurs. smiley

                          ___________________________________

                          Cette politique monétaire mérite aussi d’entrer dans le débat européen actuel

                          Le système qui a été mis en place doit être dénoncé. Les oligarques qui en profitent ne veulent surtout rien changer et même approfondir ce racket quoique nous fassions. Mais les élections du mois prochain seront tout de même une occasion pour désavouer leurs valets, à savoir les fantoches qu’ils nous font élire. Pour ce faire nous ne devrons surtout pas nous abstenir !

                          Je vous en prie VOTEZ ! Votez n’importe quoi SAUF pour les partis historiques et leurs alliés complices du système en place. Votez pour d’autres que ceux qui ont soutenu les divers traités scélérats organisant la mise sous tutelle des états et leur endettement, ce même lorsque des peuples ont dit non !

                          Le choix ne manque pas, des anti-capitalistes aux anti-sionistes en passant par les décroissants !

                          Sans vous obliger,
                           je conseille pour ma part les écologiste indépendant ; Voir au besoin cette vidéo avec Francis.

                          Mais déjà,
                          Par nos votes hétéroclites nous pouvons les désavouer ! Ils ont très peur de cela même si, comme le non à la fausse constitution de Giscard, cela ne générerait pas de révolution !

                          Cela ferait du bien tout de même ! smiley


                          • Sébastien Ticavet 11 mai 2009 19:30

                            Ou la la ça sent la pensée unique à plein nez ici, dans les commentaires, étonnant sur agoravox où on est normalement habitué à réfléchir.

                            Aérez-vous l’esprit, cessez de lire Libé, le figaro, d’écouter RTL, Europe1, de regarder TF1, F2, Arte, etc. Lisez un peu les économistes, français, anglais, américains. Lisez Saint Etienne, qui n’est pas un plouc, sortez de vos certitudes européistes dépassées.


                            • Belen 13 mai 2009 16:21

                              « Ou la la ça sent la pensée unique à plein nez ici... » etc...

                              Quelle arrogance. Vous ne supportez visiblement pas les critiques et n’avez poujours pas d’arguments. Ca fait pitié de voir où en est le débat avec des gens comme vous.


                            • fg 11 mai 2009 23:05

                              ce qui me fait rire (jaune) dans les discours des partisans de l’europe actuelle : elle a cassé les digues, nous a mis de l’eau jusqu’au cou et maintenant ils nous disent : regardez avec l’euro vous avez un parapluie pour éviter d’être mouillés.


                              • Sébastien Ticavet 11 mai 2009 23:39

                                Très bien dit fg !...Quand je vois que certains osent écrire ici que c’est une excellente chose que la zone euro soit la première entrée en récession, parce que ça démontre que la politique n’a pas le pouvoir en Europe et que la récession est un mal nécessaire, j’ai tout compris.

                                Tous les vieillards qui interviennent dans leurs commentaires, S. Reboul et autres, sont ceux qui nous ont menés là où nous sommes aujourd’hui. D’après les études post-électorales, leur génération a été la seule à voter OUI à la Constitution Giscard en 2005 alors que la jeunesse de France a massivement dit NON, à 60%. Les classes ouvrières aussi, comme les petits employés et tous ceux qui n’en peuvent plus de ce Système arrogant, antidémocratique, ultralibéral, antinational, pourri jusqu’à l’os.

                                Il sent la mort votre cadavre européiste messieurs les vieillards. Allez vous enterrer avec lui si vous le souhaitez, mais cessez de bloquer la France et d’empoisonner la vie de tous ceux qui meurent à petit feu des excès de votre folle idéologie.


                                • HELIOS HELIOS 12 mai 2009 00:52

                                  Ah, Sébastien... on comprends tres bien ce qui vous anime, que ce soit consciement ou inconsciement.

                                  Objectivement, en réponse a un de vos arguments, où avez vous vu, lu ou entendu que l’Euro veuille devenir une monnaie de référence ? C’est même exactement le contraire car cela nous evite de rembourser des PetroEuros, SinoEuros etc....et donc de financer le développement de la planete, comme le fait le Dollar. Cela evidement ne nous permet pas de jouer facilement sur la planche a billet et d’exporter notre deficit.

                                  Cela nous oblige a une orthodoxie que vous semblez dénoncer en imaginant les « effets de levier » des monnaies locales indépendantes.

                                  L’avenir, s’il est maitrise, sera a la constitution d’une unité de compte de réserve, basée sur un panier de monnaies, dont l’Euro sera une des composantes. Nous assumerons ainsi notre part dans le concert mondial...

                                  Poui le reste, evidement on comprend egalement vers quel coté vous penchez et cela n’est pas du coté de ceux qui ont dit NON au TCE comme vous pensez le demontrer, au contraire. Ceux qui ont exprimé leur NON, ne l’ont pas fait contre l’Euro, a quelques irreductibles pres,, toujours opposés a tout, il l’ont fait au nom d’une autre Europe, justement forte d’une vision commune ancrée sur quelques valeurs fortes comme la monnaie unique, le reste etant a developper par tous et non pas par les marchands, les multinationales ou autres lobbies dans un cadre démocratique.

                                  L’Europe eclatée, comme vous la voyez, ce n’est que le terreau (je ne dirais pas le fumier) sur lequel la puissance américaine va faire croitre ses nouvelles roses.

                                  L’Europe avec l’Euro, mais aussi avec une defense indépendante et surtout ses spécificités sociales, c’est un vrai contrepoid aux effets pervers du systeme américain tout en restant une bonne base pour assumer au moins la moitié des valeurs occidentales.

                                  Une sule concession, je puis faire, a votre perception, c’est effectivement de donner a choisir au plus tôt aux Suedois accessoirement mais surtout aux Anglais. entre son cauchemar européen qu’elle n’assume pas et sa perversion anglo-saxonne qui la rattache aux USA. Elle doit choisir, c’est l’europe ou pas, avec l’Euro et toutes les contraintes qui vont avec ou, apres tout, son autonomie qu’elle gerera comme elle le souhaite. Pour nous, ce serait un avantage immediat qu’elle se détache.


                                • Christoff_M Christoff_M 12 mai 2009 06:38

                                  L’euro est un projet de financiers d’énarques et d’inspecteurs des finances, pas le droit de critiquer que des lumières qui constitue la base des eurodéputés qui sont ce qu’est l’euro par rapport au franc...

                                  Pas un journaliste pour nous dire qu’au début cela nous couterait beaucoup et que cela risquait de doubler le chômage chez nous, monsieur Strauss Kahn était bien au courant de tout cela et sa grande contribution à l’Europe libérale s’en trouve grandement récompensée... mr Delors est député européen, quand à Giscard...

                                  monsieur Trichet est prsésident psychorigide de la BE... son nom est tout un symbole, déja mis en examen en France, son statut lui permet d’échapper à la loi... l’auteur a raison ce sont toujours les memes vieux cons qui tiennent l’Europe des débuts sous leur coupe, de bons agents du Bilderberg qui nous vantent la démocratie, le progrès ou je ne vois que regression et baisse de salaire...

                                  l’euro stable ?? qui calcule le prix de la baguette, de l’essence, des produits frais...
                                  visiblement les énarques et financiers n’ont pas la meme calculette que nous... leur inflation bidon leur permet de faire baisser les salaires et les livrets des pauvres !! à quand une inflation négative, avec une madame Lagarde qui nous expliquera avec un béret sutr la tète qu’il faut faire baisser les salaires que c’est normal, c’est l’inflation euro !!

                                  Enfin si j’avais su tout cela il y a des années, je n’aurais pas imaginé qu’on propose 1500e par mois à des gens diplomés et qualifiés dans une Europe résolument moderne et génératrice de progrès et d’avancées sociale...

                                  Rien de plus simple que de faire des beaux discours dans le vide, beau parleur et sur de sa connerie !! les faits sont autres et les chiffres sont la !! encore nous ne connaissons surement pas l’ampleur du désastre !! heureusement il y a la CRISE, cest un peu comme la grippe, c’est le terme utilisé par nos « élites » pour justifier tout et n’importe quoi...

                                  Chez eux aussi il faudrait apprendre le terme con et nul, c’est sur on ne leur apprend pas leurs « limites » dans les grandes écoles tellement fières de leurs produits !!
                                  Par contre le produit en question peut tres bien s’adresser à son personnel en lui disant qu’il est con et incompétent, la faute vient toujours d’en bas !!

                                  Alors l’Euro bien comme toutes les inventions de grosses tetes, il faut aller dans le mur, chercher un Kerviel de service piur se défausser, mais surtout ne jamais remettre en cause l’intelligence déficiente de nos shaddocks européens...

                                  Et ils pompaient, ils pompaient pour défendre l’euro !! ils voyaient bien que quelque chose n’allait pas mais on leur avait juste appris à pomper pour l’euro, alors ne sachant que faire d’autre, ils pompèrent jusqu’à l’épuisement... cela était le destin des shaddocks aux ordres d’euros shaddocks européens, qui eux memes ne sachant que faire imploraient les astres et les gourous de la communication.... nous en sommes la !!


                                • Christoff_M Christoff_M 12 mai 2009 06:45

                                   ce qui est cetain c’est que cette crise permet de faire pression sur les pays qui ont dit non, et donc je ne crois en rien en la spontanéité de cette crise, juste avant le vote incertain sur l’Europe !!
                                  Ceux qui refusent l’Europe n’auront pas le bonus, quand aux nouveaux pays ils auront le bonus en milliards s’ils votent oui à Bruxelles et s’ils laissent les « agents » transformer leur pays en vache à lait et usines à bas cout, pour le bonheur des dirigeants occidentaux qui recherchent pays de placements pas trop regardants et main d’oeuvre à bas prix corvéables à merci, et la plus de lois sociales et de prud’hommes...

                                  Notre cher président et sa encore plus chère ministre de la justice ne s’emploient ils pas déja à faire disparaitre les conventions et les tribunaux de prud’hommes sans doue jugés peu « rentables et efficaces » !!


                                  • phyrezo phyrezo 27 mai 2009 18:31

                                    Voilà que l’on déterre les anciens débats, déjà perdu. Plutôt que de refaire l’histoire, je vous invite à construire l’avenir.

                                    Bien sûr qu’une monnaie transnationae pour l’Europe est une évolution naturelle et positive pour l’économie et la stabilité, il n’y a pas débat

                                    Le statut et fonctionnement de la BCE peut bien sur être questionné, comme toute création monétaire centralisée.

                                    Mais l’avenir, c’est Bernard Lietaer qui l’annonce : la création de monnaies régionales voire locales, parallèles à l’€uro. Car si l’euro pemet d’améliorer l’économie globale du continent, ceci se fait au détriment des entreprises locales.

                                    Et on ne peut avoir une économie globale durable sans renforcer et donner de l’autonomie aux économies locales.

                                    Si l’€uro a été une évolution naturelle et saine, les monnaies régionales sont la prochaine étape.

                                    PS : je me suis amusé aussi en lisant l’auteur, emporté par son idéologie,s’égarer avec les « euros allemands ». Comme quoi on peut trouvé du grand n’importe quoi sur internet, et AgoraVox n’en est pas protégé !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès