Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les plaques d’immatriculation, paraboles de cette mauvaise (...)

Les plaques d’immatriculation, paraboles de cette mauvaise Europe

Pendant les vacances, beaucoup d’entre nous faisons des kilomètres sur la route. L’occasion d’observer les plaques d’immatriculation de nos véhicules, actuelles, mais aussi anciennes. Une des meilleures illustrations de ce qui ne va pas dans cette construction européenne.
 
 


Petit rappel historique
 
Bien sûr, les eurobéats trouveront que les plaques d’immatriculation ne sont qu’un détail insignifiant de nos vies. Cependant, il n’est pas inintéressant de constater l’évolution d’un de ces symboles de notre vie en société. Il y a quelques décennies, les plaques françaises étaient noires, avec l’immatriculation indiquée en blanc. Déjà, il y a environ 20 ans, au nom de l’Europe, une première standardisation fut instaurée, avec des plaques blanches devant, et l’immatriculation en noir, avec un petit bandeau bleu comprenant en haut les étoiles européennes et en dessous la lettre du pays. On peut déjà voir dans cette première évolution un double sens. Le premier, qui place l’Europe au-dessus du pays, semble instaurer une hiérarchie entre les deux. Ensuite, le pays est ravalé à une simple lettre quand l’UE est représentée par son drapeau, comme si le seul pays d’attachement des citoyens de l’UE était l’Europe.
 
 
Déjà, quand j’ai eu ma première voiture, la première chose que j’ai faite a été de cacher ce drapeau dont je ne voulais pas. Puis, est venue la nouvelle plaque d’immatriculation européenne, avec la standardisation de l’immatriculation des véhicules dans l’UE. Dans un premier temps, elle devait supprimer toute référence au numéro du département et ne comporter que le bandeau bleu de gauche, où les étoiles européennes trônent au-dessus de l’Etat, ravalé à une simple lettre. Après d’intenses polémiques, la France a décidé d’ajouter un second bandeau bleu, à droite, avec la mention de la région mais aussi le numéro du département. Cette dernière trône au dessus du second, un autre symbole qui montre bien les préférences des concepteurs de cette nouvelle plaque d’immatriculation, d’inspiration euro-régionaliste.
 
 


Ce que cela dit de cette Europe

Ce petit rappel historique permet de saisir beaucoup de choses au sujet de l’Union Européenne. D’abord, il faut quand même rappeler que le processus d’uniformisation des plaques d’immatriculation n’apporte sans doute strictement rien aux européens, si ce n’est peut-être aux entreprises dominantes qui les fabriquent. Car qu’est ce que cela apporte aux citoyens des pays européens d’avoir la même plaque d’immatriculation de Naples à Hambourg, en passant par Bayonne ? D’abord, cela apporte le désagrément de devoir changer de référence et de plaque. Ensuite, cela fait perdre cette diversité qui nous permettait de reconnaître d’un coup d’œil le pays d’origine à sa plaque il y a vingt ans. Et en France, cela nous a fait perdre la référence historique aux départements, qui nous a occupé pendant des décennies. Autant certaines uniformisations semblent apporter quelques bénéfices, autant ici, non.

Pire, comment ne pas y voir une allégorie de cette mauvaise Europe  ? En effet, on y voit une volonté maladive d’uniformiser tout ce qui existe, même si cela revient à effacer les cultures et créer des désagréments, uniquement pour uniformiser sous le drapeau étoilé. Comment ne pas y voir une forme de volonté de créer un nouvel homme européen derrière cette plaque d’immatriculation unique, sans aspérité, sans personnalité ? Cette plaque met également l’Europe au premier plan, devant la nation et en France, elle submerge les citoyens de quatre allégeances. Il s’agit sans doute d’un moyen de plus, aussi insignifiant soit-il, pour essayer de distendre le lien si fort qu’il y a avec la première d’entre elle, celle à la nation ? Bref, il est difficile de ne pas y voir un agenda politique précis.
 
Voilà pourquoi, même si cela est un détail, outre le fait de remiser tous les drapeaux européens des bâtiments officiels de notre pays, comme l’avait proposé NDA, il faudra définir de nouvelles plaques d’immatriculation, qui pourront alors incorporer à nouveau le numéro du département à la fin.

Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Peyo 19 juillet 2014 17:38

    Mais peu m’importe d’avoir un bout de nationalisme sur mon cul de bagnole. Je me fiche complètement de cet « amour propre » bien sale car pas loin de la sortie du tuyau d’échappement (avec ou sans catalyseur) Les préoccupations des français ne seraient elles plus que ce bout de tôle peinturlurée ? Pas étonnant de leur choix électoral en 2012.
    Quand les départements auront (enfin) disparu à quoi se rallieront-ils ?


    • barrere 20 juillet 2014 00:35

      dans ce cas pourquoi avez vous un nom pour vous différencier, votre numéro de sécu suffit....


    • hunter hunter 19 juillet 2014 18:06

      sur mes plaques avant et arrière, j’ai masqué la bannière étoilée sur fond bleu, avec un bout de gros scotch !

      Merde à l’ UE, voilà ce que ça veut dire !

      Pour l’instant, jamais une remarque des keufs, mais s’ils me font enlever les scotchs, j’ai un rouleau dans la bagnole, et je les remettrai 2 kilomètres plus loin !

      Sortie de l’UE  !

      Adishatz

      H/


      • acetrip 20 juillet 2014 08:45

        bravo, je l’ai fait aussi.

         theoriquement seules les plaques avec no definitif devraient poser probleme vis à vis de la loi si modifiées

      • ppazer ppazer 21 juillet 2014 12:18

        Pour ma part, j’ai recouvert la bannière étoilée par un drapeau Français.
        Ma nationalité, c’est français, pas européen.
        Sinon pourquoi ne pas y mettre aussi le symbole de l’ONU ou de l’OTAN, pendant qu’on y est ?

        Que je sache, la plaque d’immatriculation doit permettre d’identifier un véhicule de façon unique. C’est là le seul but, et le reste n’est que fioriture sans aucune autre utilité que de servir des intérêts qui ne sont pas les miens. Il me paraît quand même normal de pouvoir « décorer » mon propre véhicule de la façon dont je l’entends, et ne pas en faire un instrument de propagande publique pour de prétendues valeurs que je ne reconnais pas, et donc auxquelles je n’adhère pas.


      • barrere 20 juillet 2014 00:32

        surtout qu’en espagne ils n’ont pas les mêmes plaques il me semble.......


        • diogène diogène 20 juillet 2014 17:26

          Au Danemark non plus : elles sont toujours entourées d’un liseré rouge.


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 20 juillet 2014 01:03

          C’est fou comme la haine viscérale pour quelqu’un ou quelque chose peut conduire certains à devenir aussi con.


          Sincèrement, dire que les plaques d’immatriculations sont «  une volonté maladive d’uniformiser tout ce qui existe » relève de la psychiatrie selon moi.

          Après tout, les ampoules électriques sont standardisées aussi sur le continent et je ne vois personne hurler à l’effacement culturel dans ce cas !

          Si les plaques avant sont toutes ( sauf celles dévolues au corps diplomatique ) blanches avec un lettrage noir, peut-être parce que cela en facilite la lisibilité de jour comme de nuit, au contraire de l’ancien système blanc sur fond noir ?

          Après tout, la France était le seul pays européen à imposer les phares jaunes entre 1936 et 1992. Depuis qu’on est passés aux phares blancs, personne ne s’en est plaint. Même au niveau « exception culturelle ! »

          D’ailleurs, si vous y regardez de plus près, les pays ont souvent encore un système particulier. Impossible de confondre une plaque allemande d’une belge, ou de prendre un irlandais pour un suédois. A condition d’en connaître bien entendu les caractéristiques par avance.

          • Michel DROUET Michel DROUET 21 juillet 2014 11:07

            Bonjour Mmarvinbear

            Je vous livre ce bel anachronisme de l’auteur :

            « Et en France, cela nous a fait perdre la référence historique aux départements, qui nous a occupé pendant des décennies »

            C’est vrai que lors de la création des départements au moment de la révolution de 1789, il y avait des bagnoles partout et que c’est là que les révolutionnaires ont créé les plaques avec la taxe sur les cartes grises...Pas cons, les mecs !

            Où va se nicher la bêtise ! 


          • HELIOS HELIOS 20 juillet 2014 02:03

            Objectivement a quoi servent les plaques ? a identifier un vehicule qui roule sur la route, point barre.


            Alors que faire pour que ce soit possible partout ? tout simplement il faut qu’elles soient lisible, donc une certaine couleur, une certaine taille et cela devrait être suffisant comme contrainte.

            Pour éviter les doublons avec les pays qui ont le même format, il faut effectivement introduire une caractéristique qui aujourd’hui se traduit en bleu sur le coté de la plaque... même les anglais s’y sont mis.

            L’apposition de la région ou du département relevé de la même procédure : il faut rattacher le véhicule a son espace de circulation primaire, mais ce n’est pas une obligation ni technique, ni administrative et devrait rester a la discrétion du propriétaire.

            Par contre, ce qui est profondément anormal, c’est l’association du numéro au véhicule et uniquement au véhicule plutôt qu’au couple véhicule/propriétaire
            L’excuse de dire que cela permet une parfaite identification du véhicule est faux car la seule vraie identification provient de son « VIN » qui lui est gravé sur la partie principale, en général d’un endroit qui ne se détruit pas. L’accès a ce numéro est possible partout ou il est nécessaire de le consulter... garage, police etc... l’immatriculation sert elle a identifier le propriétaire et donc devrait changer a chaque vente du véhicule.

            Avoir voulu que tous les véhicules aient un numéro unique permanent, c’est une volonté commerciale qui permet aux réseaux commerciaux de suivre un véhicule et de proposer des services que le consommateur n’a pas sollicité.

            ... chercher dans le fonctionnement de l’Europe une culpabilité quelconque est inutile... mais, il faut bien comprendre l’auteur, c’est a coup de petites touches, telle que celle ci que se déracinent les peuples. Nous connaissons tous l’histoire de la grenouille dans la casserole....

            • Le printemps arrive Le printemps arrive 21 juillet 2014 14:42

              Et à quoi cela sert d’identifier les véhicules sur la route ?

              Si vous répondez « c’est pour la sécurité ! », c’est que vous êtes restés bien naïfs...


            • Plovdiv Plovdiv 20 juillet 2014 09:03

              Pour faire le lien avec un autre article d’Agoravox, il me semble plus important de chanter son hymen national que d’avoir une plaque d’immatriculation nationaliste. Enfin, chacun ses priorités.


              • Plovdiv Plovdiv 20 juillet 2014 09:04

                ...hymne... smiley


              • Luc le Raz Luc le Raz 20 juillet 2014 13:27

                très drôle ! Evitez, toutefois de freiner trop brusquement, vous pourriez vous le faire défoncer ! smiley


              • diogène diogène 20 juillet 2014 17:33

                Jamais hymen formé sous le plus noir auspice

                De l’hymen que je crains n’égala le supplice.

                 

                (Jean Racine, Mithr. I, 2.)


              • Plovdiv Plovdiv 20 juillet 2014 09:05

                Pour faire le lien avec un autre article d’Agoravox, il me semble plus important de chanter son hymne national que d’avoir une plaque d’immatriculation nationaliste. Enfin, chacun ses priorités.


                • Montet Montet 20 juillet 2014 09:40

                  Trop tard c’est écrit. Lapsus révélateur ?
                  Bon d’accord je sors...


                • Rincevent Rincevent 20 juillet 2014 13:19

                  Ça va servir surtout à mieux faire suivre les PV récoltés dans d’autres pays de l’UE…


                  • diogène diogène 20 juillet 2014 17:28

                    Bingo, t’as gagné !


                  • dominominus dominominus 20 juillet 2014 18:01

                    Après avoir malmené dans le temps les identités locales, la Bête immonde (pas le rêve européen de Victor Hugo), dite Union européenne, va éradiquer les Etats, dits endettés alors qu’ils auront été pillés, leurs citoyens les plus modestes avec !


                    • Croa Croa 21 juillet 2014 22:10

                      Pas « citoyens » mais sujets, privés d’emploi mais autorisés encore à consommer et fichés avec ça !


                    • 65beve 20 juillet 2014 23:35

                      Y’a quand même un truc qui est bien avec cette nouvelle plaque.

                      T’as pas besoin de la changer quand t’achètes une voiture d’occasion.
                      cdlt


                      • sophie 21 juillet 2014 11:58

                        Oui mais il faut changer la carte grise


                      • asap 21 juillet 2014 12:34

                        Cette polémique est d’un ridicule digne du Guiness book. 

                        On croirait lire la prose postillonnante d’un hargneux de Famille Française qui a enfilé son bonnet rouge.
                        Roule donc en vélo man, ça va te calmer.


                        • Le printemps arrive Le printemps arrive 21 juillet 2014 14:47

                          Vous n’avez pas encore compris que c’est un moyen de contrôle du troupeau.
                          Quand le troupeau utilisait massivement des vélos, il y avait des plaques.


                        • ppazer ppazer 21 juillet 2014 16:09

                          Encore aujourd’hui, il est possible de faire marquer (cad immatriculer) son vélo et l’enregistrer dans une base nationale, consultable uniquement par les forces de l’ordre en cas de déclaration de vol du vélo :
                          http://www.bicycode.org/

                          Le marquage se fait à la demande du propriétaire, et les infos sont saisies et modifiables librement par le propriétaire du vélo. Aucun souci donc en cas de revente du vélo : on peut modifier soi-même en ligne les informations, il suffit de remettre au nouveau propriétaire le « passeport Bycicode », c’est-à-dire la carte qui contient les identifiants d’accès au site internet. Si vous ne souhaitez pas y donner votre identité, rien ne vous y oblige.
                          Personnellement j’ai fait marquer mon vélo, et je ne regrette pas. C’est aussi à des fins de dissuasion : un voleur préfèrera piquer un vélo neutre qu’un vélo marqué.

                          De plus, la plaque vélo d’antan dont vous parlez n’avait de sens que parce qu’il existait une taxe sur les vélo, et il fallait montrer qu’on s’en était acquitté.


                        • Citoyen85 26 juillet 2014 15:18

                          Vu le nombre croissant de véhicules il fallait changer l’ancien système chiffres-lettres-département. Comme il n’y avait plus d’utilité de garder le numéro de département (anciens motifs fiscaux) ils sont passés au lettres-chiffres-lettres parce qu’il y a toujours plus de lettres que de chiffres tout simplement.
                          Uniformisation européenne ? Elle n’existe pas ! Chaque pays fait encore comme il l’entend. Les belges ont toujours des caractères rouges sur fond blanc, les britanniques*, les néerlandais et les luxembourgeois des caractères noirs sur fond jaune, les autrichiens et les danois une bordure rouge, ...
                          * chez les britanniques même les petites lettres GB sont en jaune.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès