Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Les temps changent et sentent mauvais

Les temps changent et sentent mauvais

Je viens de voir le « docu-fiction Les temps changent » sur la télé sans publicité. Je veux faire part de mon mépris, à chaud, pour ceux qui ont participé à cette insulte à l’humanité.

On y dépeint la vie dans un monde où l’augmentation des températures et l’épuisement des énergies fossiles ont profondément changé les modes de vie. La civilisation s’est adaptée et les avions ne volent plus, on prend les dirigeables à hydrogène ou les TGV intercontinentaux. L’on y organise des conférences sur la disparition des espèces où l’on se lamente beaucoup. Et la conclusion lénifiante c’est que si l’on ne modifie pas profondément nos « habitudes de consommation » ce qui vient de nous être décrit risque de devenir réalité.

Rien. Absolument rien. Rien à part la révolte d’un homme jeune rejeté par les procédures de sélection mises en place par l’union européenne à ses frontières, pour dénoncer l’inhumanité du traitement réservé par cette union européenne aux réfugiés climatiques africains. Rien. Faut voir ! Des tests réalisés par des machines selon des procédures bien précises, des critères purement esclavagistes, un rejet des « éléments » jugés non rentables ou pas assez soumis. Une sélection à la Mengele, la technologie en plus.

On suit le parcours d’un sélectionné qui se retrouve embauché pour 3 ans par une ex viticultrice, reconvertie dans les orangers, bien humaine sympathique et tout, qui est manifestement parfaitement au courant des réalités et du parcours de son jeune et sympathique employé nègre, et qui n’a pas un mot, même pas un geste pour ne serait-ce que manifester son désaccord avec tout cela.

L’émission qui suit est en cours. Tel que cela se présente, personne ne relèvera le scandale.

Je vis donc dans une civilisation où les bien pensants, même les bien pensants, se préoccupent de la disparition des espèces animales, de l’augmentation des températures, et considèrent comme une adaptation normale à des conditions extrêmes que de traiter son frère, non européen, en esclave.

Ah les Fumiers !

Ah les cons !

Ils se trompent s’ils pensent qu’ils pourront éviter les périls en restant incapables d’aimer, de s’aimer, et donc d’aimer autrui, bref, d’aimer le monde dont ils sont issus.

S’il ne s’agit que de « modifier nos habitudes de consommation », on ne parviendra qu’à s’inhumaniser.

Tapez « ethno diversité » sur Google, puis « biodiversité ». 292 contre 2 980 000 résultats. Vous en pensez quoi ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.03/5   (33 votes)



Réagissez à l'article

49 réactions à cet article


  • LE CHAT LE CHAT 5 février 2009 11:46

    je pense qu’il est temps de penser à la décroissance démographique !!!!!

    est ce bien raisonable que l’Afrique incapable de nourrir sa population actuelle la double d’ici 2050 ?
    Ce n’est pas a nous de subir l’incapacité de leurs dirigeants à maitriser leur démographie !


    • Vincent Frédéric Stéphane 5 février 2009 13:11

      Tout d’abord merci pour votre commentaire.

      Quant au fond, je ne me situe pas dans la problématique que vous soulevez.

      Et je me sens hors de votre "nous".

      Bien cordialement


    • LE CHAT LE CHAT 5 février 2009 13:49

      @l’auteur

       nous , c’est le contribuable français .

      Pour ceux qui veulent receuillir toute la misère du monde , qu’attendent ils pour le faire à leurs frais ?
      Pourquoi les donneurs de leçons et les bonnes conscience de gôche ne les receuillent t elles pas chez elles ? C’est trop facile de faire la morale depuis les apparts chics du 16eme , ceux sont les f’rançais les plus démunis qui eux subissent le flux d’immigration sauvage et en paient chèrement le prix , étant mis en conccurence tant pour les aides sociales , les logements , les emplois bons marché !!!
       


    • Emile Red Emile Red 5 février 2009 14:40

      Le Chat, tu te lâches, mais tu as tord sur deux points.

      D’une rien dit que l’Afrique doublera sa population, et même si cela arrivait elle est très loin des autres continents en matière d’occupation des sols.
      De deux, il y a moyen de limiter l’immigration venue du continent noir sans appliquer une politique coercitive, il suffit de l’aider à se moderniser en commençant par se comporter non comme des colons mais d’égal à égal avec chaque pays, en cessant de fomenter les pires rebellions et en arrétant de soutenir les gouvernants corrompus. C’est le premier pas vers une régulation démographique car tu n’es pas sans savoir que lorsque le niveau de vie augmente la natalité baisse.


    • LE CHAT LE CHAT 5 février 2009 15:15

      @emile

      on peut changer nos dirigeants bilderberger comme leurs tyrans sanguinaires , je suis bien d’accord !
      ils font la paire ! il suffit de vider les coffres en suisses et ceux des paradis off shore pour rembourser la dette de l’afrique , et bien sûr qu’on doit les aider sur place à améliorer leur quotidien au lieu de balancer des milliards sans aucun contrôle , dont la plus part finissent dans les poches de nos corrompus comme dans la poche des leurs ! malheureusement , de nombreuses zones ne peuvent pas être aidées , étant devenues zones de non droit , dont des pays entiers comme la Somalie .
      evidemment , les " élites africaines " voient cela d’un mauvais oeil , car ils se foutent du bien être de leurs populations et veulent garder le pognon pour eux et eux seuls !

      sur la surpopulation , il y a des territoires peu peuplés , mais desertiques comme le mali , la mauritanie , le niger , mais aussi des pays très peuplés comme le nigéria , le rwanda ou l’ouganda à forte densité de population . L’afrique n’est absolument pas uniforme .


    • beubeuh 11 février 2009 10:58

      @ Le Chat,

      Pourquoi les Africains devraient-ils subir les conséquences d’une desertification provoquée par les pays riches et leurs gaz à effet de serre ?


    • JL JL 5 février 2009 12:03

      Bonjour, bien vu. Vous écrivez "" le « docu-fiction Les temps changent » sur la télé sans publicité. Je veux faire part de mon mépris, à chaud, pour ceux qui ont participé à cette insulte à l’humanité"".

      J’ai moi-même regardé quelques minutes, et j’ai abandonné devant une telle sottise manifeste.

      Je constate à la lecture de votre article que je n’ai rien perdu.


      • Vincent Frédéric Stéphane 5 février 2009 13:13

        Effectievment, vous n’avez rien raté, moi non plus car je ne supporte ni le présentateur ni l’émission, j’ai donc zappé.


      • Ancalimon Ancalimon 5 février 2009 12:09

        Ce documentaire d’anticipation étant construit comme un reportage sur la vie en 2075, il ne fait que représenter une réalité en expliquant comment le monde en est arrivé là. Ce film n’a pas été tourné pour dénoncer directement des comportements. Pour une fois, le spectateur est laissé libre de réagir, comme vous le faite, devant l’abominable société qui nous est représenté.

        Auriez-vous préféré un discours moralisateur où l’on vous explique le bien et le mal dans un grand mouvement d’autoflagellation dont nos sociétés occidentales sont coutumières (sans que cela change quoique ce soit par ailleurs...) ?
        Je trouves, au contraire, que la force de ce documentaire vient justement de ce détachement, de ce recul... À nous de décider et, si nous refusons ce modèle de société qui pourrait devenir une réalité, de réagir dès aujourd’hui.


        • Vincent Frédéric Stéphane 5 février 2009 13:15

          Je vous comprends ceci étant, le "docu fiction" condamnait nettement "nos habitudes de consommation" mais je n’y ai pas senti de condamnation du traitement réservé aux réfugiés climatiques.


        • Flibustier 5 février 2009 12:29

          Merci à l’auteur. On se serait effectivement cru dans un mauvais remake de la case l’oncle Tom... J’ai toujours du mal à comprendre qu’on se projette dans l’avenir sans y projeter en même temps sa part d’humanité.

          C’était de toute façon un mauvais reportage de vulgarisation puisqu’il occulte grossièrement le pic pétrolier.


          • Vincent Frédéric Stéphane 5 février 2009 13:18

            Je crois que l’on ne sortira pas de si tôt de cet universalisme nombriliste qui nous handicape l’empathie.

            Cordialement


          • dom y loulou dom 5 février 2009 13:13

            oui auteur vous avez trop raison...

            c’est où les cerveaux d’occase que les sionistes distribuent gratos ? 

            c’est bien plus vivable décapité, au moins on baise... non ? et la vérité n’est qu’une gangrène aux médias...

            "du cul  ! du cul !! du cul !!!"

            elle est où sophie avec ses globes ? l’aspartame n’agit pas sur les nichons... on est sauvés !  smiley


            • Vincent Frédéric Stéphane 5 février 2009 13:20

              Je vous laisse trouver le cerveau d’occase qui vous manque, réussir à l’utiliser en bonne entente avec votre coeur, et revenir à nous ensuite ok ?


            • dom y loulou dom 6 février 2009 15:05

              mon cevreau est intact et n’a pas l’habitude de ne pas écouter son coeur, ce qui me vaut l’oprobre, alors ne comptez pas me voir revenir devant les paravents de propagande. Je sais trop bien maintenant pourquoi ce cirque babylonien parle de progrès à tout bout de champ quand absolument tout subit son squelette de fer et ses chenilles laboureuses.

              et je crois que vous avez pris mon commentaire comme une injure contre vous, ce n’était pas mon intention, je constate que l’industrie de consommation décérèbre par poisons neurologiques abrutissants, donc j’abondais dans votre sens et les fortunes Rothschild sont bien sionistes et pourraient éradiquer toute forme de pauvreté par simple intention. mais non, ils ne le font pas, ils entretiennent la guerre et les prisons leur semblent plus constructives que le bien-être des citoyens, cela me fait vomir. Voilà ce que j’adressais. 

              Mais si je ne peux exprimer quelque chose sans qu’on m’envoie chier ou qu’on me laisse dansle vide intersidéral ou qu’on m’insulte par voie détournée, qu’on occulte tout ce que je fais et toutes les impulsions qui naissent en moi pour vous, tout cela me dégoûte à un point difficilement concevable.

              alors continuez à entretenir les deux bords politiques que les démons ont inventé pour vous pour satisfaire votre besoin d’agression et l’attrait irrésistible que semble avoir le droit de juger les autres.


              Je vous laisserai donc piller dans ma tête directement plutôt que de faire l’effort de clarifier les notions comme je le fais depuis tant d’années et conscientiser pour ceux qui ont peut-être moins de capacités que vous pour démêler les torderies que nous vivons, tandis qu’on me traite en sous-merde. 


              A ne pas faire la différence entre ceux qui essaient de vous aider et ceux qui vous manipulent il n’y a donc plus aucune chance que babylone retrouve une marche saine et constructive sans être victime des identités que les démons ont créé pour nous tous et qui sont autant d’entités conflictuelles. Et les identités nationales n’en sont que le plan le plus grossier.

              ...

              Au moins m’ôtez-vous un doute que j’avais persistant, je pensais encore que ma contribution était souhaitée et que nombre la trouvaient utile, parce qu’il y a beaucoup de gens qui n’ont pas vos facultés d’expression ni de conscientisation.

              Même si je lavoue mon post était inutile et lubrique, ce qui m’aérait un peu l’esprit, mais bon.

              Ils s’adresseront dorénavant à vos savantes lumières et à votre coeur si généreux. Vous verrez dorénavant la difficulté que cela représente réellement de n’être rétribué en RIEN des efforts que vous faites pour les autres.

              A force de fermer mon coeur vous oseriez en plus prétendre en avoir une part ? Vous plaisantez, faut pas trop en demander non plus.


            • Vincent Frédéric Stéphane 6 février 2009 17:14

              En fait je n’avais pas compris votre premier commentaire, d’où le mien.

              Je vais faire l’effort de tenter de comprendre le second. Je ne garantis rien.


            • docdory docdory 5 février 2009 13:26

               @ Vincent Frederic Stephane

              J’ai regardé ce documentaire hier soir avec un mélange d’intérêt et d’agacement, en raison des acteurs de catégorie Z qui jouaient les protagonistes du film , et de la réalisation poussive .
              Néanmoins , je trouve que la procédure de sélection des migrants était présentée sans ambiguïté comme inhumaine par le film . je n’y vois donc , contrairement à vous , aucun insulte à l’humanité .
              Les événements futurs décrits par se film présentent un certain degré de vraisemblance , et avaient été clairement prévus dès 1972 par le rapport Meadows du club de Rome . La crise économique actuelle n’est que le tout début de cet effondrement inéluctable de la civilisation capitaliste telle qu’elle existe actuellement, qui laissera la place à un monde de pénuries et de pauvreté relative , par rapport aux standards occidentaux actuels .
               Reste , devant ces prévisions inéluctables , à savoir comment l’humanité réagira . Elle peut réagir dans la logique du " chacun pour soi et dieu contre tous " et du " laisser faire " , caractéristique de l’idéologie libérale. C’est un peu ce qui est illustré dans le film .
              Elle peut réagir avec prévoyance et organisation , afin que les temps futurs soient moins accablants pour les habitants de la planète .
              Je dois dire que les récentes initiatives de Barack Obama sur la limitation des revenus de certains dirigeants d’entreprises laissent augurer du fait que , contrairement à toute attente, une politique rationaliste de gestion de la pénurie sera peut-être adoptée .

              Comme l’a fort justement fait remarquer Le Chat dans un commentaire plus haut situé , la première nécessité est d’organiser la décroissance démographique , soit spontanément, comme en Europe , soit autoritairement , comme en Chine avec la politique d’enfant unique . 
              A défaut de politique démographique volontariste de la part des pays actuellement en pleine croissance démographique , ce problème démographique n’aura que deux issues : la multiplication d’innombrables conflits , comme c’est le cas actuellement en Afrique , ou la famine et son cortège d’épidémies .


              • LE CHAT LE CHAT 5 février 2009 13:51

                merci doc ,
                 on ne peut avoir autant de merde aux yeux impunément ! la bulle démographique va elle aussi exploser !
                amicalement


              • bernard29 bernard29 5 février 2009 13:34

                je n’ai pas regardé le docu fiction. En revanche j’ai écouté le débat sénile qui suivait. Borloo est en dessous de tout. Il vient de découvrir les gestes écocitoyens et ne se rendait pas compte de ce qu’était la biodiversité. Et pourtant il a été nommé ministre de l’environnement . Tout est permis., "en Sarkosie"


                • nephilim 5 février 2009 13:48

                  A l’auteur :
                  Je pense que vous n’avez pas saisi l’objectif de ce documentaire !!
                  je deteste delarue (quel connard) mais le docu FICTION présentait tout les aspects negatif, positif de notre futur.
                  vous avez été choqué de la place de l’afrique "moi aussi" qu’elle tristesses, mais ca sera cela la realité demain alors pourquoi voudriez vous qu’on en parle pas.vous avez reagi, c’est bien !! moi aussi.
                  Bref l’avenir decrit dans ce docu vous a choqué c’etait le but.
                  moi c’est l’autre merde de borloo j’aurais voulu emplafonner se menteur, ce politique de merde incapable de denoncer quoi que ce soit, vantant les actions de son gouvernement et ce public fadasse.
                  les invités ; interessant evidement mais pas une seule fois dans l’invective gouvernementale.
                  Bref le docu je lui donne un +1 ensuite je me suis forcé a tenir devant delarue mais peine perdu, la frustration de ces debats sans debats, de sa façon de couper en permanence l’interwievé alors qu’il a des choses forte à dire m’ont tué.
                  Donc une soirée qui commencais pas trop mal ruinée en partie par un abruti de présentateur et par un ministre à la con dont l’environnement est le cadet de ses soucies.


                  • Vincent Frédéric Stéphane 5 février 2009 14:52

                    J’ai hésité, car il se peut que vous ayez raison, mais j’ai décidé de lancer la charge dans le doute.

                    Quant au style et aux méthodes de l’individu en question, nous sommes en phase.


                  • LE CHAT LE CHAT 5 février 2009 14:38

                    bien dit mon ami , dans l’avenir proche , ils se battront en afrique pour les points d’eau et finirant d’exterminer les grands mammifères qui restent pour nourrir leur trop plein de population .


                  • Vincent Frédéric Stéphane 5 février 2009 14:47

                    Bonjour Actias, Je vous répondrai par ceci :

                    Aimer c’est aussi choisir de toujours mieux comprendre et mieux je comprends, mieux j’aime. Voila un bel exemple de cercle vertueux. La matrice des cercles vertueux c’est la prise de conscience que « faire le bien » c’est le plus efficace. Plus nombreux nous serons à avoir vraiment bien compris, à avoir pris conscience, à avoir expérimenté avec plus de succès que d’échec, que l’intelligence, la véritable intelligence, celle dont on n’a pas honte, c’est la capacité à être heureux et rien d’autre ; plus nombreux nous saurons que notre intérêt personnel c’est de favoriser l’intérêt de chacun plutôt que de s’en protéger, plus cela sera vrai.

                     

                    Il arrive à chacun d’entre nous de rêver d’un monde plus juste, plus harmonieux, plus paisible, d’un monde meilleur. Il arrive à chacun d’entre nous de cesser d’y croire. La tâche est bien trop énorme pour qu’un être raisonnable ne se résigne à simplement tenter de survivre au mieux. Et pourtant, il arrive à chacun d’entre nous de rêver. Et au moment où l’on rêve, on sent bien que si tous rêvaient au même moment, si tous étaient capables du même élan que soi-même en ce même instant, si l’on abandonnait l’armure en un même mouvement, cette armure qui nous coûtait tant, au nom de laquelle on s’était contraint si souvent, elle deviendrait parfaitement inutile, immédiatement.

                     

                    Mais c’est un rêve. Que tout puisse changer immédiatement, en mieux, c’est un rêve.

                     

                    Sauf si.

                     

                    Sauf si ça a été préparé de longue date, avec persévérance et pas forcément minutieusement. Mais cet immédiat hypothétique là n’est ni ici ni maintenant. Et pourtant. Si je sais que de ce monde ci peut émerger un monde que j’aime, j’aime déjà beaucoup mieux ce monde d’ici et de maintenant. Et j’y puise la force de l’intelligence, la puissance de l’amour, pour prendre conscience que faire au mieux des intérêts de chacun relève de l’efficacité et non seulement de l’altruisme.

                     

                    « Moi c’est moi et lui c’est lui », c’est vrai mais ce n’est pas la seule vérité possible. Une autre est beaucoup plus puissante désormais : « moi c’est lui et lui c’est moi ». Car, mais pas seulement loin de là, si donc moi c’est moi et lui c’est lui, ce ne sera bientôt plus que lui ou moi et moi ou lui.

                    Cela a toujours été plus ou moins vrai mais nous vivons une époque où tout porte à croire que si cela doit à jamais ne rester qu’un rêve, il ne sera très bientôt même plus possible de rêver. En l’espace de quelques générations, dans un temps que nos enfants pourront connaître, ou bien nous aurons radicalement changé de manière d’être ou bien nous serons contraints à renoncer à tout ce qui fondait notre humanité pour simplement éviter de mourir en tuant. Et d’ici au temps de notre inhumanitude, les chaos actuels iront grandissant. Si tu n’aimes pas ton prochain et qu’il n’y en a plus assez pour deux, vous ne trouverez pas d’autre fausse solution que de vous combattre, à mort, et férocement.

                     

                    Sauf si.

                     

                    Sauf si l’amour et l’intelligence se liguent de mieux en mieux en de plus en plus d’entre nous.

                    Si je suis heureux, je fais tout pour que les autres le soient aussi. Seul celui qui n’a jamais été heureux ne peut le comprendre. Et si donc je ne fais pas tout pour que les autres soient heureux, c’est que je ne suis pas heureux moi-même, et rien d’autre. En vertu de ce que si a implique b alors non b implique non a. C’est aussi con que cela ! Aussi simple à comprendre que cela.

                     

                    Si quelqu’un contribue sciemment à mon malheur, c’est qu’il n’est pas heureux lui-même.

                     

                    Un moyen pour qu’il cesse de contribuer sciemment à mon malheur est qu’il devienne heureux. Tous les autres moyens ont déjà été essayés avec les succès que l’on sait. Je fais le choix de tout faire pour que les autres soient heureux. Comme c’est plus facile quand je suis moi-même heureux, je fais aussi tout pour être plus souvent heureux plutôt que malheureux.

                     

                    Et même quand je suis malheureux, je m’abstiens d’en faire souffrir autrui. Car je sais que moins les autres sont heureux, plus faibles sont mes chances de ne plus être malheureux.

                     

                    Et aussi parce que je ne suis pas un rat ou mieux, parce que j’ai vu les rats à l’œuvre et que je suis apte à en tirer des conclusions. Voyez le film "Mon oncle d’Amérique" d’Alain Resnais. Voyez ces rats qui tentent d’échapper à leur sort de souffrance en se combattant, en ajoutant de la souffrance à leur propre souffrance le temps que dure la décharge électrique dans leur plancher métallique. Cela leur réussit plutôt bien, aux rats. Cela nous a réussi plutôt bien, à nous aussi. Car faire souffrir autrui procure un plaisir immédiat qui diminue, certes, mais qui ne diminue que provisoirement sa propre souffrance. En devenir conscient c’est déjà y renoncer. La proportion des inconscients a jusqu’à présent été trop importante pour que la logique s’inverse. Mais quand chacun a les moyens de faire souffrir autrui, la recette n’est tout simplement plus efficiente. Quand celui que tu fais souffrir te fais souffrir en retour, c’est l’intelligence qui dicte l’altruisme. Or le monde devient de plus en plus interactif et le temps se raccourcit, les effets sont de plus en plus immédiats. J’ai donc confiance. De plus en plus de mes congénères prendront conscience que faire souffrir autrui n’est pas une solution à leur propre souffrance. Non seulement parce qu’elle n’est que provisoire mais aussi parce que ce provisoire durera de moins en moins.

                     

                    Et pour tout dire, si l’être humain devait se révéler incapable d’en prendre collectivement conscience, je ne vois pas ce qui pourrait m’amener à regretter sa disparition. Mais je n’y crois pas.

                     

                    Je n’y crois pas car, notamment, je sais le caractère exponentiel de la contagion de la prise de conscience. Si tu prends conscience, tu restes conscient, quoi qu’il arrive. Et tu sais comment agir, humblement, pour donner aux autres avec lesquels tu interagis, de quelque manière que ce soit y compris en n’étant que vu agissant d’une certaine manière voire simplement en n’étant que lu, un germe de prise de conscience. Ce germe peut tomber sur un sol stérile. Il peut aussi être reçu au moment opportun et devenir un déclencheur. Il peut encore n’être que nécessaire à celui qui sera le déclencheur. Quoi qu’il en soit, celui qui a pris conscience contribue à ce que d’autres prennent conscience qui sauront eux-mêmes faire prendre conscience. On sent bien qu’en deçà d’un certain seuil, la descendance n’est pas assurée ou peine à le rester. Mais on sent tout aussi aisément qu’au delà, tout devient possible en un certain temps de plus en plus court.

                     

                    Donc je crois que notre aventure n’est pas une impasse. Je crois que des épreuves à venir, sur lesquelles il n’est pas nécessaire de s’étendre ici, nous sortirons grandis. J’aimerais contribuer à ce que l’on n’ait pas à tomber plus bas que nous ne sommes déjà avant que ne survienne le nouveau rebond salutaire, le prochain saut de civilisation.

                     

                    Une civilisation de la conscience est à venir. Elle sourd de partout. Les contradictions prennent des amplitudes inimaginées et leur résolution globale est proche. Nous ne sortirons des impasses actuelles qu’en inventant une nouvelle conception de la réalité.


                  • Emile Red Emile Red 5 février 2009 14:51

                    EUROPE :

                    Superficie 10 392 855 km² (7 %) Population 733 000 000 hab. Densité 71 hab./km²
                    AFRIQUE :

                    Superficie 30 206 704 km² (20,3 %) Population 944 000 000 hab. Densité 31 hab./km²
                    ASIE :

                    Superficie 43 810 582 km² (29,5 %) Population 3 902 404 193 hab. Densité 89 hab./km²

                  • docdory docdory 5 février 2009 15:02

                     @ Emile Red

                    Tu oublies les 9 millions de km 2 du Sahara , ce qui réduit la surface habitable de l’Afrique de presque un tiers . Il y a par ailleurs d’autres déserts plus petits , et d’immenses zones de savane et de forêt équatoriale inhabitables , sauf à achever sa destruction déjà malheureusement bien entamée .
                    Donc la densité de population dans l’Afrique " habitable " doit être la même que la nôtre !


                  • Emile Red Emile Red 6 février 2009 08:41

                    Si vous voulez être juste, alors considérez aussi les zones non habitées en Europe et en Asie, qui sont proportionnellement équivalentes, montagnes, surface lacustres ou déserts...
                    Et ne réduisez pas les populations des déserts Africains au niveau zéro, alors que de grandes proportions de surfaces désertiques sont habitées sans omettre les nomades qui représentent quelques millions de personnes.


                  • Vincent Frédéric Stéphane 6 février 2009 10:10

                    Bonjour Actias,

                    Je suis au taf. Je vous réponds ce soir.

                    Cordialement


                  • Vincent Frédéric Stéphane 6 février 2009 20:37

                    Je vous réponds Actias :

                    Vous vous méprenez dès le départ, j’explique mieux l’expérience avec les rats :

                    Première manip : on dérange le rat, via une tension électrique qui ne dure que le temps nécessaire au rat pour passer à travers une porte ouverte donnant sur une cage identique, on le laisse tranquille quelque temps puis on envoie la tension, même durée, le rat passe de l’autre côté et ainsi de suite. On le laisse dormir évidemment. Le but est de constater que dans ces conditions il ne dépérit pas.

                    Seconde manip : même expérience mais pas de porte permettant d’échapper à la tension électrique qui est exactement la même que dans la première manip. Le rat subit exactement le même désagrément que dans la première manip mais il n’a pas la sensation de pouvoir y échapper. Il déperit, peut même en mourir.

                    Troisième manip : même protocole que la deuxième mais avec deux rats dans la cage. Ils se mettent à se battre le temps que dure la tension. Puis vaquent à leurs occupations, puis se battent de nouveau, puis, ainsi de suite. Ils ne dépérissent pas. Forme identique à celui de la première manip. Ils utilisent la lutte en guise de stratégie d’échappement.

                    Mon interprétation de cette expérience :
                    Quand t’es emmerdé, tu fuis ou t’emmerdes les autres en pensant que ça te soulagera. Oh non de Dieu c’est ça qu’on fait ! Mais on est cons ! Parce qu’en fait si tout le monde emmerde le monde quand le monde l’emmerde, ça finira jamais. En plus, le mec à qui tu manifestes ton irritation quand il n’y est strictement pour rien, il ne l’a pas mérité. Bref, c’est con parce que c’est mal et que ça ne résoud pas le problème au contraire, ça l’agrave. Et si on inversait le cercle vicieux ? Et si on entrait dans un cercle vertueux très simple, évident, s’interdire de faire du mal à autrui sous prétexte que l’on soufre soi-même. Voire carrément interagir le plus fraternellement possible avec autrui. Tout simplement parce que tu sais, tu as pris conscience que faire autrement est con, tout simplement con. Je généralise : dès que tu ne te contentes pas de te prendre en compte toi et rien d’autre, dès que tu penses globalement, que tu essaies d’optimiser non pas ta situation personnelle immédiate mais le plus possible du reste, dès que tu cesses de ne pas voir plus loin que le bout de ton nez, tu réalises que l’intelligence et "faire le bien" c’est la même chose. tu réalises que si l’intelligence doit servir à autre chose qu’à être heureux alors c’est con, l’intelligence. Bref, tu "prends consciences" et tu entres dans un cercle vertueux dans lequel tu revisites tes croyances, en les raffinant sans cesse, ta représentation du monde est plus belle. Tu te mets à décliner un principe général et ça marche ! Tu commences à mener tes propres expériences et tu constates que plus tu aimes, plus tu comprends, plus tu donnes, plus tu reçois, quoi que tu donnes et quoi que tu reçoives, et chaque fois que tu remets en cause ou que tu oublies ce principe fondamental, il t’arrives des emmerdes, les autres te causent des désagrément. 


                  • foufouille foufouille 5 février 2009 14:50

                    encore un ingenieur plein de pognon
                    c’est fou le nombre d’inge qui surfent ici


                    • Vincent Frédéric Stéphane 5 février 2009 23:33

                      Riche :

                      Etre financièrement riche, c’est porter une lourde responsabilité. Ce n’est pas un mal en soi, tout au moins c’est loin d’être le pire. Pour autant que le riche n’utilise pas sa richesse pour asservir ou humilier le pauvre.

                      Devenir riche c’est bien. Devenir encore plus riche, c’est nul. Changer de vie en devenant riche, c’est nul, cela t’oblige à le rester ! Rester riche, c’est courir le risque d’avoir des gosses de riches. Naître riche, ce n’est pas une chance car tu ne peux plus le devenir.

                      Un riche a peur de devenir ou redevenir pauvre. Il faut le savoir pour le comprendre.

                      Il n’est pas méchant, il ne méprise pas a priori le pauvre, il a simplement peur de lui. Le pauvre lui renvoie l’image de ce qu’il n’a jamais été ou ne veut plus jamais être.

                      Comme cette image lui fait peur, il lui faut ignorer le pauvre ou le mépriser. Il lui faut penser un monde dans lequel il est normal que certains soient riches et d’autres pauvres, donc un monde dans lequel l’inégalité est justifiée moralement.

                      Une telle vision du monde est évidemment incompatible avec Dieu. Mais il ne faut pas se leurrer, cette vision est partagée par beaucoup de pauvres. Tous ceux qui ne rêvent que d’être riche pour le rester par exemple, mais aussi tous ceux qui croient en la vision que les riches leur renvoient d’eux-mêmes. Cela fait donc une grande majorité de nos congénères.

                      Mais en quoi donc consiste l’attrait de l’argent ?

                      L’argent sert à ne plus avoir peur de manquer de rien et aussi à dominer ceux qui lui vouent un culte.

                      Manquer de rien : le monde a atteint un niveau de développement tel que cette peur n’est plus justifiée que par l’inégalité de la répartition des richesses, donc l’égoïsme des hommes.

                      Dominer ceux qui vouent un culte à l’argent : quelque chose me dit que ce jeu n’est pas intéressant car trop simple. Dominer un con qui ne demande que cela ! Par contre, manipuler des personnes sur lesquelles rien n’a prise, ça c’est du sport qui se respecte ! Rien ne t’empêche de le pratiquer en étant riche, mais mieux vaut alors cacher cette caractéristique car elle peut fausser le résultat.

                      En conclusion, être riche doit être jouissif un certain temps, dégradant dès que cela n’est plus jouissif (cela le devient très rapidement). Pour ne pas se dégrader à être riche, il faut et il suffit que le riche consacre une part importante de sa richesse à faire en sorte que les pauvres ne soient plus pauvres, ni riches.

                      Le pauvre partage avec le riche ce possible idéal commun de disparaître ensemble pour que chaque créature de Dieu qui a conscience d’avoir conscience puisse se consacrer à se chercher elle-même, à découvrir les autres et à chercher Dieu sans que sa quête ne soit perturbée par la peur du pauvre ou l’envie d’être riche.

                       

                      Pauvre :

                      N’est jamais obligé de se prosterner devant le riche.

                      Cependant, le pauvre doit penser en pauvre sinon il ne le reste pas, il devient misérable, que ce soit en tombant dans la misère ou en devenant riche.

                      Le pauvre doit se convaincre que c’est mal de gaspiller quand on est pauvre et aussi quand on est riche alors que le riche sait que ce n’est pas grave de gaspiller quand on est riche mais que c’est con si on est pauvre.

                       

                      Argent :

                      Quand tu en as juste assez pour vivre, sa valeur est inestimable.

                      Dès que tu en as un peu plus que tes besoins (quels qu’ils soient pour autant qu’ils restent compatibles avec ta notion de Dieu), la valeur du surplus tend à s’annuler.

                      C’est pour cela qu’un riche qui n’utilise pas sa richesse pour soulager la peine des pauvres et les aider à ne plus l’être n’est qu’un fils de général de corps d’armée.



                      J’ai écrit cela un jour. Tu en conclus quoi ?


                    • foufouille foufouille 5 février 2009 15:00

                      je regarderait quand ca repassera
                      sur que ca doit etre un point de vue tres raciste
                      en cas de super secheresse, les bois machin pourait vraiment parler d’invasion


                      • ASINUS 5 février 2009 15:32

                        yep , j adore les grandes ames qui veulent partager Mon espace Mes services Ma ville Mon boulot
                        avec la misere du monde , rien n est plus facile comme le dit le chat de se payer de bienpensance d amour de l humanité quel luxe mais c est un luxe que nos partageux se paye sur notre dos a Nous " je suis bien aise que l auteur ne s y retrouve pas" à Nous disais je la majorité invisible sur son territoire , d aucun comme l auteur parle d aimer personnellement j ai choisis de m’armer pas de philosophie juste un souci d efficacité


                        • beubeuh 11 février 2009 11:01

                          Oui sauf que la "misère du monde" comme tu l’appelles, est bien moins miséreuse que ce que tu veux faire croire, et surtout personne n’a jamais prouvé qu’elle était coûteuse. Les Français se payent pas mal sur la bête de l’immigration, même si c’est embêtant à reconnaître


                        • TARTAR 5 février 2009 16:39

                          Bonjour à tous

                          Oui, moi aussi j’aimerais me ranger dans le camp des gentils qui aident tous les humains en partageant avec coeur.
                          Mais je peux pas.
                          Je dois être égoïste ?

                          Ceci dit je ne me sens pas seul ;ainsi J’aide du mieux que je peux et en temps réel les gens moins bien lotis que moi QUE JE RENCONTRE.
                          Mais je dois humblement le reconnaître je fais passer d’abord mes proches, ensuite il ne reste pas grand chose à distribuer.
                          Je veux dire en biens matériels ou en travail rémunérateur.

                          Je ne fais plus confiance aux grandes âmes qui prônent le partage de mes biens avec des inconnus lointains...

                          Euh ...trop de "je" ?


                          • bobbygre bobbygre 5 février 2009 18:54

                            Non, visiblement tu n’es pas égoïste. Chacun vit comme il l’entend. Tu pratiques le don et l’entraide à ta manière. Il n’y a pas de bonne ni de mauvaises manière d’essayer d’aider ou de donner. Chaque approche est complémentaire.
                            Ce qui compte c’est de le faire, sous peine de passer à coté de quelque chose de trés important.


                          • plancherDesVaches 5 février 2009 16:40

                            Hmm.. ça fuse dans tous les sens, sur ce sujet.
                            Je n’ai pas regardé la télé... mais ça ne change pas. En dehors d’Arte..

                            Bon, sinon. L’Afrique est LE continent en perdition. Pompé au max par le G8, l’espérance de vie est tombée à 36 ans.
                            Comme me le disait un pote de là-bas : on ne sait plus ce qu’est un veillard.
                            Les raisons sont assez simples, finalement.

                             pompage des ressources en ne laissant que des miettes aux dirigeants (qui seraient milliardaires s’ils récoltaient la totalité des bénéfs.

                             vaccination et soins payés au prix fort. Voire vaccinations imparfaites car ça rapporte plus de vendre les soins.

                             semences OGM ne se replantant pas. (ça commence à se savoir)

                             corruption développée car on essaie de sauver sa peau avant celle du voisin. (ce qui est idiot sur le principe, mais bon...en France, on fait pareil)
                            Et vous voudriez qu’ils s’en sortent.. ?
                            Nous sommes, vous et moi, en train de les tuer. Alors qu’ils pourraient largement mieux vivre sans ce que nous leur faisons subir.


                            • Marc Bruxman 5 février 2009 19:49

                              Mais bien sur, on est responsable de tout. Pourquoi alors les pays d’asie s’en sont sortis malgrès nous ? Pourquoi l’Inde également colonisée s’en est sortie une fois qu’elle a abandonnée le communisme ? 

                              Les dirigeants affricains je ne sais pas si ils sont milliardaires mais je ne les plains pas. Le président (pardon dictateur) affricain moyen a une vie plutot douce je crois si ce n’est le risque de putsch permanent. Mais bon comme il a souvent lui même putsché pour être au pouvoir, il faut qu’ils s’y attende. 

                              Pour les vaccins et les soins vous dites en gros : On devrait leur filer gratos et après qu’il vivraient mieux sans nous. Ah ben non, sans nous, pas de vaccins du tout. Et par ailleurs nombre d’ONG payent les doses de vaccins avec de la thune qui vient d’ici. Si le transfert de richesse d’europe vers l’affrique s’arrétait, ce serait une vrai cata. Et jusqu’à la preuve du contraire, ils ne savent pas produire leurs vaccins eux mêmes, ce n’est pas du tout une histoire de brevets ou autres. 

                              Et pour la corruption comme vous le savez, on est aussi corrompus en France et en Italie. Et il y a des pays comme la Chine ou la corruption bat des records et ou ils s’en sortent. 

                              Il y a surement de bonnes raisons pour lesquelles l’Affrique n’y arrive pas mais nous n’y sommes plus pour grand chose. La colonisation s’est terminée il y a 40 ans et c’est toujours l’échec. C’est même pire dans de nombreux pays qu’au temps de la colonisation. La ou l’Inde petit à petit se sort de sa merde. 


                            • Emile Red Emile Red 6 février 2009 08:48

                              Bruxman, encore dans le déni aveugle :

                              Sans l’Afrique vos copains les traders n’auraient pas mis l’économie à genou, vos portables téléphones ou PC ne fonctionnent que parceque les matières premières qui les composent sont spoliées à vil coup au continent Africain grace à des chantages sur un pseudo développement et une énorme corruption exercée par vos amis libéraux de la BCM et du FMI.


                            • herve33 5 février 2009 20:19

                              J’ai vu ce docu fiction sur France 2 , et il expose les catastrophes à laquelle nous pourrions etre soumis si la température globale augmentait de 4 C , soit 2075 dans les pires scénarios .

                              L’auteur est surpris par le traitement des immigrés africains dans ce docu fiction mais il s’agit sans aucun doute d’une version douce. L’arrivée de millions de réfugiés climatiques auraient des conséquences désastreuses sur l’équilibre politique de l’Europe.

                              Le problème est de savoir si ce scénario de 4 C est plausible , surtout que la crise qui nous vivons actuellement va faire baisser considérablement les émissions de GES . De plus les politiques qui vont etre mis en place sont largement en faveur de la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables . 

                              L’hypothèse , la plus réaliste est plutot de 2 C , dans ce cas , cela sera plus ou moins maitrisable

                               


                              • HELIOS HELIOS 5 février 2009 22:51

                                Moi aussi j’ai regardé ce documentaire... et comme beaucoup d’entre vous, j’ai abandonné devant la médiocrité du bébat qui l’a suivi.

                                Cela dit, le film n’etait pas un grand film, mais j’ai beaucoup apprécié la version "satcom" des téléphones portables, et des écrans de télévision.

                                Pour le reste, ce film mettait en musique des poncifs et completait l’intoxication permanente que la pensée unique climatique nous impose au quotidien.
                                En particulier, la disparition des automobiles individuelles, des avions etc... C’est le rève de tout bon ecolo, mais cela n’arrivera (heureusement) pas, car la societé occidentale n’y survivrait pas, pour une simple et bonne raison, c’est que la liberté n’y survivrait pas, puisque les baronnies locales redeviendraient le modèle politique dominant. Et, comme vous le devinez, la societé occidentale ne se sabordera pas comme ça sans se defendre... SAUF...

                                Sauf, et la je poursuis sur le thème de l’immigration, L’Europe, car il s’agit principalement de l’Europe, ne se sacrifiera pas sur l’autel du metissage, metissage culturel comme metissage physique.
                                A ceux qui sont déjà a me raconter la victoire d’Obama, je leur sortirai rapidement qu’Obama, tout metisse qu’il est est plus americain que pas mal de ses compatriotes blancs et c’est cet Obama là qui a été elu, ce n’est pas la couleur de sa peau ou son second prénom.

                                L’Europe se prépare a des jours difficiles lorsque les "hordes" dignes de l’emission de télé d’Yves Montant dans les années ’70, se présenteront sur nos côtes. Il y a deux façons de faire... discretement un par un, c’est la methode utilisée actuellement ou en masse. SI, les conditions se presentent, l’emmigration individuelle deviendra raopidement une emmigartion de masse, et là, que feront nous lorsque tous les matins des bateaux de milliers de personnes se presenterons face a nos ports.

                                Nos dirigeants en personnes responsables auront, je l’espère, pris les mesures nécessaires bien avant que cela arrive. J’en veux a tous ceux qui tentent de donner de faux espoirs a tous ceux qui veulent venir nous rejoindre sur le continent européen. Il ne faut pas leur donner l’espoir, car nous savons parfaitement que cela ne sera pas possible, les révoltes racistes reviendront et comme d’habitude la chasse aux bronzés, aux noirs, aux musulmans reviendra a grand pas d’une manière honteuse.

                                Raison de plus pour regarder ce film comme une fiction et devenir nous même responsables en ne propageant pas un humanisme débridé (eh, oui, cela existe) mais une fraternité bienveillante en leur apportant CHEZ EUX l’aide que nous pouvons leur fournir, a leur demande, mais également en accord avec nos possibilités.

                                Ajouter une réaction

                                Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                                Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                                FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès