Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Lettre ouverte à Jacques Attali

Lettre ouverte à Jacques Attali

Monsieur Attali,

Permettez moi de à réagir à l’une de vos intervention datant d’il y a plus d’un an sur LCI.

Vous y faites, à mon sens, un rodéo parfois hasardeux avec trois concepts : le Fédéralisme Européen, la Souveraineté Nationale et l’endettement public. 

En effet, vous nous annoncez en préambule que : « s’il n’y a pas d’avancée vers une Europe Fédérale, l’euro va disparaître ». Sur ce point, je vous suis complètement, une monnaie unique avec plusieurs gouvernements économiques n’est pas viable à terme, il faut effectivement faire un choix, sinon on se livre à des compétitions fiscal et social qui ne sont pas contrebalancé par la fluctuation des monnaies.

Et puis, surprise, j’entends que : « L’Europe fédéral est la condition de la souveraineté nationale ».

Vous dites que nous l’avons déjà perdu (la souveraineté) au marché, là encore je suis d’accord avec vous (car nous somme trop dépanadant à lui), mais est-ce en perdant notre souveraineté a l’Europe qu’on la gagnera sur les marches ? 

J’en doute, et vos paroles confirment une de mes intimes conviction : l’intégration européenne n’a été acceptée par les peuples que par défaut, par peur : hier celle de l’URSS, aujourd’hui celle des marchés.

 Le traité de Maastricht fut certes accepté en 1992, mais à l’époque (et encore maintenant), nous étions, si vous me permettez l’expression, « le cul entre deux chaises » : en effet, nous voulions les avantages économiques que permettait l’euro, tout en gardant notre souveraineté nationale. C’est comme cela que nous sommes allés vers un désastre économique, prévisible, comme ce fut le cas au Etats-Unis avant la réforme fiscale fédératrice de Roosevelt pour empêcher les Etats de se faire une concurrence fiscale non contrebalancée par la monnaie.

Par ailleurs, vous y affirmiez que : « L’Europe entant qu’entité n’a pas de dettes ». Imaginez qu’un groupe de 17 entreprises surendettées se rassemblent en une seul entité, cette nouvelle entité, selon votre théorie n’aurait pas de dette. Je vous mets au défi de trouver un banquier raisonnable qui prêterait à cette entité à des taux « raisonnable » ….

Ah si, il y aurait …. Mario Draghi ! Prêt à acheter toutes les dettes pourries des pays européens, lesquels, pour les rembourser, devront contracter une nouvelle dette...

Mais, dans l’économie normale, celle qui n’est pas manipulée par les Banques Centrales, la nouvelle entité ne pourra pas trouver de financement.

Si l’Europe devait s’endetter à 5 000 milliards supplémentaire, ce serait donc à des taux d’intérêt insoutenable, ou bien grâce à l’aide de Mr Dragui. On prendra donc le chemin des Etats-Unis et du Japon, ou les banques centrales financent largement les déficits en créant de « l’argent » à partir de rien, via la « planche à billet ».

Cette création monétaire n’ayant aucune conséquence néfaste sur l’économie, pourquoi s’en priver ? Ne devrait t’on pas, dans la même logique, rembourser notre dette de cette façon si c’est vraiment le cas ?

Vous connaissez tout autant que moi les conséquences de ces pratiques, et qu’elles ne règlent en rien le problème, mais ne font que le reporter à plus tard.

Les politiciens ont cette vision court terme par intérêt électoral, ils veulent donner l’impression d’avoir « sauvé l’euro », pour crédibiliser leurs actions, alors qu’ils ne font que retarder le problème, lui donner un sursis le temps des élections, et éviter les sujets sensibles.

C’est reculer pour mieux sauter.

Eloi Liquette      


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Jean-Louis CHARPAL 11 février 2013 18:01

    Ce personnage n’est pour moi, absolument plus crédible.

    Je n’attache aucun intérêt ni aucune importance à ce qu’il peut raconter.

    Il a fait partie de la clique des ultra libéraux déjantés, camouflés en « penseurs de gôche », qui a fait basculer en 83, la France et Miterrand ( inculte en économie et malade) dans le camp du capitalisme sauvage et de la dictature des marchés.

    Alors qu’à l’époque, de nombreux économistes compétents en conviennent, d’autres choix étaient possibles.

    Mais la France aurit dû faire preuve de courage et affronter les ultra libéraux de Bruxelles.

    C’était parfaitement jouable.

    On voit maintenant les résultats de cette trahison.

    Attali ferait mieux de prendre sa retraite et de nous foutre la paix !

    Il a bien mérité du Veau d’ or et de TINA, mais certainement pas de la patrie, ni du peuple français ! 


    • BA 11 février 2013 19:13

      Les grands vainqueurs du sommet européen de vendredi sont les pays suivants : Autriche, Danemark, Allemagne, Finlande, Pays-Bas, Suède, Royaume-Uni.

       

      En septembre 2011, il y a eu une information importante :

       

      11 septembre 2011 :

       

      Budget de l’UE : neuf pays entament un bras de fer contre Bruxelles.

       

      Neuf pays européens, dont l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni vont faire savoir lundi à la Commission que sa proposition de futur budget de l’UE (2014-20) est trop élevée face au contexte de rigueur généralisée, selon des sources diplomatiques.

       

      "La proposition de la Commission européenne est trop élevée. Les hausses de dépenses du prochain cadre multiannuel sont nettement excessives par rapport à ce qui est requis pour une stabilisation du budget européen", indique un projet de déclaration conjointe obtenu l’AFP, qui doit être rendu public lundi.

       

      Les ministres des Affaires européennes d’Autriche, du Danemark, d’Allemagne, de Finlande, de France, d’Italie, des Pays-Bas, de Suède et du Royaume-Uni doivent approuver ce document lors d’une rencontre lundi à Bruxelles, avant une réunion avec leurs homologues de l’ensemble de l’UE.

       

      http://www.20minutes.fr/economie/784994-budget-ue-neuf-pays-entament-bras-fer-contre-bruxelles

       

      Mais ça, c’était en septembre 2011.

       

      Ensuite, il y a eu mai 2012, l’élection de François Hollande. Et la France a changé de camp. Après mai 2012, la France a rejoint le camp des Etats européens favorables à une augmentation du budget européen.

       

      Enfin, il y a eu le vendredi 8 février 2013 : les chefs d’Etats et de gouvernements d’Autriche, du Danemark, d’Allemagne, de Finlande, des Pays-Bas, de Suède et du Royaume-Uni ont gagné une bataille historique.

       

      Ils ont obtenu une baisse de 3 % du budget européen.

       

      Et la France se retrouve dans le camp des vaincus.

       

      Pour la période 2014-2020, le budget de l’Union Européenne sera au niveau minable de 1 % du PIB de l’Union Européenne.

       

      Et il reste des bisounours qui croient encore à "l’Europe fédérale«  ?


      Et Jacques Attali croit encore à »l’Europe fédérale" ?

       

      J’éclate de rire !


      • simplesanstete 11 février 2013 21:55

        Bonjour BA, serait ce l’expert de Paulo Jorion, les recycleurs de vent ? Remember.


      • Christoff_M Christoff_M 11 février 2013 23:23

        qu’il quitte la France ce parasite des hautes sphères qui a fait tellement de mal à notre pays avec ces théories à deux balles et sa propagande mondialiste...

        L’Europe actuelle est une preuve vivante et un désaveu de ses mensonges économiques, la Pythie de Mitterrand vieillit mal avec ses mensonges...


        • Extra Omnes Extra Omnes 11 février 2013 23:27

          Attali est une création et un vecteur actif du Bildeberg en France et en Europe..
          Une pourriture

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

unautre


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès