Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Mali, Centrafrique : l’Allemagne paiera ?

Mali, Centrafrique : l’Allemagne paiera ?

Par le Parisien libéral.

Tandis que les médias sont focalisés sur « l’affaire Dieudonné », il y a une nouvelle qui aurait dû faire la une de la presse française. C’est l’interview de Thomas de Maizière (CDU), ex ministre de la Défense et désormais ministre de l’Intérieur, en Allemagne.

Qu’a-t-il dit ? À l’occasion d’une cérémonie de passation, Thomas de Maiziere a affirmé :« L’Allemagne n’a de leçons à recevoir de personne en Europe sur la manière d’organiser ses interventions militaires. Même pas de la France ou de la Grande-Bretagne. » Pour retrouver l’interview, voir L’Opinion, le Financial Times, le Spiegel ou le Handelsblatt.

Pourquoi cela devrait-il faire la une de la presse française ?

D’une part, parce que notre pays est engagé dans toute une série de guerres, par la seule volonté du Président de la République (et de quelques-uns de ses conseillers), le même président qui, autrefois simple député-maire de Tulle, interpellait son prédécesseur pour faire approuver par le parlement sa politique de défense.

imgscan contrepoints 2013-2569 centrafrique

D’autre part, la France a décidé seule de son engagement militaire en Centrafrique, sans attendre le feu vert budgétaire de nos 26 partenaires européens, puis a mis le sujet sur la table en sommet européen à Bruxelles, arguant d’une opération bénéficiant à l’ensemble de l’Europe. Merkel a alors répondu qu’il fallait discuter du sujet. Est-ce que, depuis décembre 2013, les grands médias français, TF1, France 2 etc., ont invité des élus allemands à discuter de la Centrafrique ? Apparemment, non.

Cette sortie de Maiziere tombe donc à point nommé. Déjà, elle souligne en creux à quel point certains points de la politique française font l’objet d’un consensus trans-partisan entre les politiciens et les journalistes français. D’autre part, elle met en valeur l’incompréhension apparente que nous avons de nos partenaires, la plupart des démocraties parlementaires, qu’elles soient des monarchies (Royaume Uni, Espagne, Danemark, Suède…) ou des Républiques (Allemagne, Italie, Pologne…), dans lesquelles les élus approuvent ou non les décisions de l’exécutif, comme ce fut le cas pour la tentative d’imposer une guerre en Syrie.

La France doit choisir. Soit nous sommes une république indépendante, et dans ce cas nous prenons nos décisions militaires tous seuls et ne demandons rien à l’Allemagne. Soit nous sommes un des 27 membres de l’UE, et dans ce cas nous cherchons à obtenir un consensus avant d’agir. Imagine-t-on que la Californie lance une guerre contre le Pérou, seule, sans l’aval de Washington ?

Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne.

Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne.

Soit nous sommes dans une Europe fédérale, et dans ce cas nous devrions cesser d’entendre Laurent Fabius donner son avis pour écouter ce que dit Catherine Ashton, soit, option nationaliste, nous agissons seuls.

Enfin, la France doit expliquer si, depuis que Hollande est président et fait intervenir l’armée française aux quatre coins de la planète, notre sécurité est vraiment plus élevée. Il ne semble pas que ce soit le cas.

En tout cas, l’interview de Maizière est une bonne nouvelle. L’Allemagne paiera-t-elle pour le Mali ou la Centrafrique ? Pas sûr, et c’est réjouissant. Cela nous forcera, la prochaine fois, à peser le pour et le contre budgétaire, puisque Bruxelles seule n’a pas le pouvoir physique à restreindre nos dépenses budgétaires, quand bien même un traité appelé Maastricht existe.

 

Source : LPL - Le Parisien Libéral 

http://leparisienliberal.blogspot.fr/2014/01/mali-centrafrique-lallemagne-paiera.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 2014 11:09

    « l’Allemagne n’a pas de leçon à recevoir de la France »

    Heureusement car vu ce qu’il se passe en France ça serait une bonne leçon de ce qu’il ne faut surtout pas faire....

    • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 2014 11:10

      Le gouvernement va bombarder la « centre à fric » avec des cartes vitales, de CMU, des inscriptions au pole-emploi et aux caisses de retraite .... 


      • bourrico6 15 janvier 2014 11:57

        C’est de l’humour frontiste ?

        Dieudonné est infiniment plus drôle.


      • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 2014 16:54

        « On paie les gars qui nous tirent dessus », Christophe Guilloteau, député UMP, en révélant que l’armée française a mis la main sur des documents de Pôle Emploi dans les caches des islamistes au nord du Mali.




      • bourrico6 15 janvier 2014 12:07

        L’Allemagne.... le pays hein, pas les gens qui bossent pour 1 euro de l’heure... même si les neuneus font l’amalgame, ça n’a rien à voir. Encore que, si l’on peut dire que le pays va bien, c’est sans doute parce que les gens ne vont pas bien...
        L’Allemagne donc, qui vend à des gens non solvable en toute connaissance de cause, qui pratique un pillage industriel sans nom (EADS ? smiley) ce pays merveilleux qui vous encule sans même dire bonjour ?
        Un pays modèle donc, mais qui sans pouilleux à dépouiller, ne vaudrait pas tripette, sans les autres pays pour acheter ses produits à crédit, l’Allemagne et son modèle « un pour tous, et tous pour moi » serait réduit au PIB du Portugal.

        Expliquer moi comment tout le monde peut faire comme eux ?

        Vous raisonnez... en fait non, vous ne raisonnez pas.
        C’est pareil pour tout, tout le monde ne peut suivre le modèle présenté comme idéal, car il se fait toujours sur le dos d’un autre, donc il faut maintenir cet autre.
        Ici, l’autre, ce sont les pauvres, les chômeurs, les caissières, la Grèce, l’Espagne, la France, etc, etc.

        C’est un non sens dans toute sa splendeur, et il est évident que puisque ça ne peut être un projet de société, alors ce n’est que du vent.

        L’Allemagne n’a de leçons à recevoir de personne en Europe sur la manière d’organiser ses interventions militaires

        Ah, ça, c’est comme chez nous, un ministre à part de la raconter de la merde, ça ne sait rien dire.
        Vu le nombre d’intervention extérieur de l’Allemagne, effectivement.... smiley


        • « Vu le nombre d’intervention extérieur de l’Allemagne, effectivement.... »


          comme quoi, les clichés ...

          La Bundeswehr est présente : 

          - en Afghanistan (elle n’a pas encore levé le camp, comme Hollande a ordonné à l’armée française de le faire)
          - au sein de la KFOR du Kosovo
          - dans la mission anti pirate au large de la Somalie
          - au Liban, dans la meme mission FINUL que la France 



        • Si vous cliquez sur les liens, vous verrez que, PRECISEMMENT, notre départ d’Afghanistan, unilatéral, décidé sans concertation, agace nos partenaires. 

          Meme le Luxembourg (600 000 habitants) a une centaine de militaires en Afghanistan. 


        • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 15 janvier 2014 14:17

          @ bourrico6 :


          A lire votre diatribe contre l’Allemagne, je vous pose la question :

          - Que savez-vous de l’Allemagne Monsieur le polémiste, à part ce qu’en disent vos médias français qui répètent en boucle toujours les mêmes litanies ?
          Les Allemands ne vont pas bien dites-vous. Ils vous l’ont dit ? Avez-vous parlé avec des Allemands récemment ?
          Lisez-vous les journaux allemands ? Regardez-vous les chaînes de TV allemandes ?

          Si l’Allemagne est très réservée sur l’engagement de son armée à l’étranger, c’est en raison de son passé et de sa politique intérieure. Les Allemands ne le comprendraient, ni ne l’admettraient.
          Si Hollande a envoyé ses troupes au Mali et en Centrafrique, c’est avant tout en raison d’intérêts franco-français à défendre. Cela s’appelle faire de la géopolitique !

          C’est à Hollande d’assumer les conséquences de décisions qu’il a prises souverainement !

        • je souscris à vos remarques, Jean d’Hôtaux !


        • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 15 janvier 2014 22:44

          @ Eleusis Bastiat :


          Merci de vos encouragements. Il ne fait pas bon sortir des sentiers battus sur ce site... ;o)

        • lionel 16 janvier 2014 08:08

          Les sentiers battus ???!!! Vous dans les sentiers battus ??

          Qui a construit les premières autoroutes sur le sol européens, celles sur lesquels vous vous déplacez pour nous inviter à accepter la psychopathie de la mère « acide » et de ses camarades issus du Nazisme ?


        • jako jako 15 janvier 2014 12:13

          Bonjour, avec Eurosecure , même si la décision est validée après coup faudra payer et pas que eux, fallait pas signer un traité de lisbonne sans le lire....


          • claude-michel claude-michel 15 janvier 2014 12:50

            La prestation d’hier par l’obsédé sexuel de l’élysée...n’était que la continuation de ses mensonges depuis sa campagne électorale...Il fait comme DSK...il pense avec sa braguette.. !


            • Alexis Toulet Alexis Toulet 17 janvier 2014 16:27

              Le fond de l’affaire, c’est que l’Allemagne, étant membre de l’OTAN mais dépourvue de dissuasion autonome, se considère protégée par les Etats-Unis, donc politiquement « obligée » de contribuer à au moins certaines de leurs guerres. D’où la participation allemande à la guerre en Afghanistan, par exemple.


              L’Allemagne en revanche ne se considère pas protégée par la France, si bien que nous n’avons pas les moyens politiques de faire pression pour obtenir un support allemand à nos interventions militaires, à la différence des Américains.

              Par ailleurs, tout le monde sait que la « défense européenne » est une fumisterie (même si les gouvernements européens se gardent bien de le dire), cet argument ne sert donc à rien pour obtenir un support.

              Il était inutile de demander le soutien de l’Allemagne comme celui de la Grande-Bretagne, les chances de l’obtenir étant trop minces. 

              Maintenant, il faut parler de la manière ! Le refus de l’Allemagne de contribuer est naturellement son droit souverain. Cela dit, le sieur de Maizière a choisi une manière fausse et presque insultante de le faire :
              - Fausse en ce qui concerne l’engagement allemand à l’extérieur (le direct à Hollande). Même en Afghanistan l’Allemagne a été moins engagée que la France, a pris moins de responsabilités, a moins payé le prix du sang
              - Fausse et insultante en ce qui concerne la Grande-Bretagne alors que Maizière disait « Aucun gouvernement allemand n’a subi une défaite lors d’un vote d’approbation d’une intervention militaire » : un direct à Cameron pour sa défaite aux Communes sur une opération en Syrie. Il est vrai que le parlement allemand n’a pas eu à refuser une intervention... mais c’est parce que le gouvernement allemand ne le lui a jamais demandé !

              Maizière était évidemment en service commandé : il n’a pu faire une telle sortie sans s’entendre d’abord avec Merkel. C’est dire si les relations franco-allemandes sont au beau fixe...


              • Merci pour ces compléments d’analyse


              • philouie 18 janvier 2014 07:47

                Il me semble qu’il y a 100 ans, nous avons participé à une guerre qui a permis d’exclure l’allemagne de la colonisation africaine.
                et il faudrait qu’ils nous aident à y maintenir notre présence ?
                vaste rigolade.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès