Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Marianne Mikko : nouvelle bête noire des blogueurs européens

Marianne Mikko : nouvelle bête noire des blogueurs européens

Mardi 3 juin, la commission Culture du Parlement européen a adopté un projet de rapport sur la concentration et le pluralisme dans les médias dans l’Union européenne. Le rapporteur du dossier est l’eurodéputée estonienne Marianne Mikko (photo), membre du Parti socialiste européen (PSE). Ce rapport d’initiative n’a pas encore été adopté en plénière et n’exprime donc pas encore une opinion formelle du Parlement européen (PE). Ce vote en commission n’est pas pour autant passé inaperçu sur la toile, où il a suscité ces dernières semaines de vives réactions de la part de blogueurs qui ont dénoncé une tentative de régulation de leur activité.

Selon le site du Parlement européen, un blog est un "outil d’expression libre et interactive", sur lequel les internautes peuvent laisser des commentaires. L’article explique qu’un blog peut poser des problèmes légaux, liés à la propriété intellectuelle ou à la vie privée. En outre, ce moyen d’expression peut être utilisé dans certains cas comme "un instrument puissant de lobbying", selon le Parlement. Marianne Mikko propose donc d’agir pour rendre la blogosphère plus "transparente". L’objectif est de répondre notamment aux problèmes que peut poser l’utilisation de vidéos et de photos personnelles des utilisateurs pour le respect de la vie privée des citoyens et des personnalités publiques. Pour le PE, une surveillance est indispensable pour que le public "garde confiance dans les blogs".

Marianne Mikko indique que "nous avons besoin d’une marque de qualité, de révéler qui écrit réellement et pourquoi". Elle a ainsi encouragé la labellisation volontaire des blogs. Mais cette dernière proposition a été rejetée lors du vote en commission et ne figure plus dans le rapport adopté.

Le blog Internet & Opinion évoque à propos de ce rapport une tentative de "normalisation du web". Selon Emmanuel Bruant, la proposition de résolution est très claire : le succès des blogs a débouché sur des incertitudes quant à l’impartialité, la fiabilité, la protection des sources, etc. Le PE suggère donc "de clarifier le statut des blogs", mais les motivations de ces propositions sont controversées.

Le blogueur Jon Worth remet en cause les connaissances de Marianne Mikko en matière de blogs. Mais il minimise l’impact de ce rapport : il n’a pas de valeur juridique et certains amendements sont juste en faveur d’un peu plus de clarté. Jon Worth termine son billet sur une note ironique : il semble plus facile pour les eurodéputés de proposer et d’amender des résolutions sur les blogs que d’animer les leurs…

Quant à DJ Nozem, il affirme que les blogs ne sont pas une question paneuropéenne. La plupart des blogs sont surtout alimentés et lus au niveau national : le principe de subsidiarité s’applique aussi en matière de blogs ! Et DJ Nozem de rappeler que le rapport ne signifie absolument rien, juridiquement. Malgré tout, il aimerait que le PE abandonne cette idée.

Pour Cédric Puisney, les blogs sont l’une "des dernières lubies du Parlement européen". Marianne Mikko est même qualifiée d’"instigatrice de cette lubie". Il reprend, moqueur, des mots de la députée européenne : les blogueurs ne sont pas une "menace", mais ils peuvent "polluer considérablement le cyberespace".

Sandrine Szabo, sur son blog profession-web.ch, s’indigne : "en ce moment la tendance est à légiférer sur tout et à tout interdire". Pour elle, le fait que les blogs soient considérés comme des menaces pour la démocratie constitue "la dernière version de la paranoïa ambiante". Le pire pour cette blogueuse est qu’on "ne dénote aucune rébellion".

"Vers un ’bloque-blog’ ?" : c’est le titre d’un billet de Geneviève Koubi. Elle s’interroge sur la pertinence d’un cadre unique pour les blogs étant donné la diversité de leurs auteurs, de leurs formes et de leurs contenus. Elle se demande s’il est "dès lors possible d’envisager une réglementation qui les alignerait sur un seul et même modèle". Ces tentatives de régulation révèlent selon elle "une orientation des travaux parlementaires vers le contrôle des opinions, expressions, communications".


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 3 juillet 2008 14:43

    Existe t-il un lien vers un site qui permette de dialoguer directement avec cerre dame ?


    • jcm jcm 3 juillet 2008 15:37

      Voir à ce sujet : "Des eurodéputés veulent torpiller l’internet libre le 7 juillet" (Les internautes européens pourraient se voir interdire des activités licites par des mouchards obligatoires, au nom de leur sécurité. Le droit d’utiliser un logiciel libre pour accéder à internet ne serait ainsi plus garanti. La neutralité du net, elle est aussi directement attaquée, tout comme le principe qui veut que les intermédiaires techniques n’ont pas d’obligation de surveillance a priori des contenus.).

      On pourra également lire l’"Analyse des rapports Mavrommatis (PE 404.747) et Guardans (PE 404.775)" (pdf) et trouver plus de documentation sur le wiki de "La quadrature du Net".



      • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 3 juillet 2008 21:17

        La liberté d’avoir des opinions quelles qu’elles soient, de les exprimer et de les propager est une condition de la démocratie.

        L’anonymat est nécessaire pour garantir la liberté d’expression. Sans quoi il serait facile de museler les opinions qui ne conviennent pas en exerçant des rétorsions sur les individus "désagréables".

        Au Parlement européen il est en effet question d’introduire des mesures qui de fait introduiraient encore plus de censure sur les forums qui actuellemnt sur internet permettent aux citoyens de s’exprimer et de propager leurs idées en dehors des circuits des médias traditionnels.

        Par exemple il ne serait plus possible de s’exprimer si on n’a pas donné les preuves de son identité et si on n’a pas justifié des raisons pour lesquelles on s’exprime.

        Si chacun n’est autorisé à s’exprimer sur internet qu’en donnant obligatoirement son identité alors la liberté d’expression n’est pas garantie.

        Car par exemple qui osera encore écrire un article critique contre la propagation de l’islam en Europe ? Si l’anonymat n’est pas garanti alors lui et sa famille seront en danger d’être assassinés par les islamistes.

        De même par exemple qui osera dénoncer les agissements illégaux d’un groupe politique ou d’une entreprise etc. s’il a appris les faits de l’intérieur ?

        Pour l’instant des ballons sondes sont lancés sous la forme de rapports rédigés par les membres du Parlement européen.

        Dès que la Commission européenne décide d’en faire des directives, les Européens n’auront plus qu’à se souvenir avec nostalgie de la liberté d’expression sur l’internet européen.

        Signalons que les récentes lois françaises vont également dans le sens des menaces sur la liberté d’expression dans l’anonymat (les fournisseurs d’accès doivent tracer et conserver les informations sur toutes les connexions, sur les sites accédés et sur les messages échangés).

        Sous couvert de chasse aux terroristes ou aux pédophiles l’espace de liberté qui subsiste va se restreindre...
         


        • Boscaca 3 juillet 2008 22:00

          REVOLUTION !


          • Internaute Internaute 4 juillet 2008 09:34

            Cette manie qu’ont les députés de tout vouloir légiférer est insupportable. Les blogs sont déjà largement couverts par le code Napoléon qui traite de la diffamation, du respect de la vie privée etc. Il n’est absolument pas besoin de faire des lois supplémentaires.

            Ce parlement européen ne sert qu’à nous priver de liberté. Virons-les.


            • beubeuh 4 juillet 2008 16:04

              Il y a pas mal de réactions soit naïves soit hypocrites... Que Marianne Mikko ne connaisse pas grand chose à la blogosphère est une chose, en revanche elle a entièrement raison quand elle dit qu’il sagit d’un "un instrument puissant de lobbying". La liberté d’expression si activement défendue sur AV est aujourd’hui largement détournée par les as de la communication. N’importe quelle personne travaillant dans le marketing vous expliquera comment le blog est devenu un outil majeur de la communication d’entreprise et de la publicité, sur lequel il n’existe aucun outil de transparence.
              La réaction de Marianne Mikko est certainement très maladroite, elle a néanmoins le mérite de mettre le doigt sur un problème important.


              • david 8 juillet 2008 10:15

                Marianne Mikko commet une première erreur en assimilant les blogs au autre médias.
                D’autre part, elle confond, lectorat, influence et lobbying qui sont trois choses différentes.
                Pour plus d’info, je vous conseille de lire notre billet co-écrit avec enikao "Mikko jette un froid sur les blogs"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès