Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Merci à nos Pères

Merci à nos Pères

A nous, désormais de faire vivre « l’Europe des Citoyens » ! 

Par définition, on désigne par fédéralisme européen le courant politique visant la construction d’une Europe fédérale. Aussi, nos organisations ont énormément influé entre 1945 et la création des Communautés européennes. Ensuite l’influence fut moindre. Pourquoi ? Avons nous encore l’esprit « pionnier » ? Comment voulons nous construire l’Europe de demain ? Quels seront nos besoins dans une génération ? Quelles réponses devrons nous apporter ?

Tout d’abord, je remercie nos Pères.

Churchill en 1946 déclara : « nous devons créer un genre d’Etats-Unis d’Europe ». Selon les études du Mouvement Européen, l’idée fédérale a innervé depuis ses origines la construction européenne. L’idée fédérale en 1948 à La Haye fut promue et elle déboucha sur la Convention européenne des Droits de l’Homme et de la Cour européenne des Droits de l’Homme. Schuman et Monnet institueront la mise en commun des productions de base et une construction européenne avec des idées fondamentalement fortes : la solidarité de fait, le schéma « supranational », l’entité juridique « unique » et « le marché commun ». Puis on fonda l’unité politique de l’UE. Les deux grands artisans furent d’une part Spinelli avec le renforcement du pouvoir du Parlement et de la Commission, d’autre part Delors avec la mise en oeuvre de l’ « Acte Unique » et de son implication dans l’instauration de la « monnaie unique ».

Soyons lucides et acceptons l’idée que nous ne sommes plus influents comme auparavant.

D’une part, je l’explique par la lenteur de la construction, et d’autre part, j’observe la faible adhésion des gouvernements à nos thèses. De plus je jette la pierre à nos ennemis, qui malheureusement ont convaincu une partie grandissante de l’opinion publique, je dénonce les nationalistes, les eurosceptiques et les souverainistes. C’est avec ironie que je salue le businessman irlandais Ganley et l’élu vendéen de Villiers sous la bannière du mouvement Libertas avec un « SUPER » parrain : Walesa !!!! A cause uniquement d’eux, l’Europe souffre d’un déficit de fierté, d’un déficit de rêve, d’un déficit d’incarnation.

Nous devons relancer le projet européen pour démontrer que l’Europe fédérale n’est pas morte et qu’au contraire, l’Europe doit faire la différence pour le mieux dans la vie des Européens.

Et demain, quelle sera notre volonté ? Un axe est à développer : « l’Europe des Citoyens ».

Concernant le fédéralisme européen et le mondialisme, il est parfois évoqué dans les écrits fédéralistes, et je ne crois pas que cela est une priorité stratégique. Nous devons davantage nous demander de quelles reformes avons nous besoin ? Quelle politique extérieure et de la sécurité commune ? Sans aucun doute, l’avenir passera par le développement de l’axe « l’Europe des Citoyens ». Si l’Europe des peuples n’existe pas, qui va porter la voix de la France pour que nous soyons entendu au Parlement Européen. Toutes les crises sont et seront planétaires : crise économique, crise financière, crise environnementale, crise sociale etc. Elles ne sont solubles qu’à l’échelle planétaire. Nous ne voulons pas de l’Europe des experts, mais de l’Europe des citoyens. C’est pour cela que nous avons des Députés européens. L’Europe, c’est nous, l’Europe des citoyens.

 

Pierre-Franck Herbinet, Modem 39, JEF France.


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 30 septembre 2009 08:50

    @ auteur
    explique ton candidat unique : barroso


    • citoyen 30 septembre 2009 14:19

      l’europe c’est peut -etre toi , mais pas « nous » . Cette europe la , tu peux te la garder 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès