Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Mort mystérieuse d’un détenu italien : l’appel de la mère à (...)

Mort mystérieuse d’un détenu italien : l’appel de la mère à Carla Bruni

« Prison assassin. Vous me l’avez tué deux fois » était écrit sur le drap que la mère de Daniele Franceschi avait amené pour protester contre l’attitude des autorités françaises. Une attitude de fermeté depuis le début du cas.

Daniele Franceschi est un Italien décédé le 26 août dans la prison de Grasse.
 
Très peu de medias français ont parlé du cas lorsque il s’est produit et encore moins en ont parlé quand le corps du jeune italien a été transporté en Italie. Et personne n’a parlé de ce qu’a subi sa mère, Cira Antignano, arrêtée vendredi pendant qu’elle était en train de protester au dehors de l’hôpital de Nice. Elle a eu trois côtes fracturées selon France Info.
 
 
Franceschi, accusé d’avoir utilisé frauduleusement une carte de crédit, depuis le début avait écrit que la détention se passait très mal. Dans des lettres à sa mère, Daniele décrivait des vexations et intimidations qu’il subissait de la part des gardiens et c’est pour ça que Cira ne croit pas à la version des autorités françaises. Elle a dû attendre un mois et demi pour, enfin, voir le corps de son fils à Viareggio, sa ville. De plus, elle a dénoncé l’absence des organes dans le corps et donc une deuxième autopsie en Italie sera très difficile à faire ; autopsie qu’elle avait demandée depuis le décès du fils (dont elle a été informée après trois jours et sans même pas pouvoir voir le corps !)
 
En Italie, dans cette dernière année, on s’est interrogé beaucoup sur les conditions de détention, surtout suite à des cas suspects de jeunes hommes morts en prison, comme Stefano Cucchi, et à la condamnation de certains officiers de police. La situation des prisons italiennes n’est pas des meilleures, on a des gros problèmes de surpopulation, une bombe prête à exploser surtout l’été selon une enquête de l’hebdomadaire Espresso ; une torture d’état selon Adriano Sofri.
 
Vendredi 15 octobre, Cira a envoyé une lettre à Mme Carla Bruni : « Je vous écris le jour après que le corps de mon fils est rentré en Italie, pour vous adresser un appel afin que vous interveniez pour faire toute la lumière sur sa mort ».
 
Après les explications du cas de son fils, la mère continue :
« Seulement une mère peut comprendre la douleur pour la mort d’un fils, mais encore plus grande est la douleur pour ne pouvoir pas donner à son propre fils une digne sépulture. Daniele est rentrée en Italie sans ses organes ; ils me seront rendus, peut-être à la fin de décembre. Je ne pourrai même pas lui donner le dernier adieu : son corps est en stade avancé de décomposition parce que, durant 51 jours, ils ne l’ont pas tenu à la température de -22 degrés. Il m’a plusieurs fois écrit qu’il subissait beaucoup de vexations  ».
 
 
Après la mort de Franceschi, donc, on a pu voir qu’en France les conditions de détention sont également catastrophiques et il y a eu aussi beaucoup des morts suspects. On a demandé plus d’infos à Ban Public, une association « qui a pour but de favoriser la communication sur les problématiques de l’incarcération et de la détention, et d’aider à la réinsertion des personnes détenues ».
 
 
Qu’est-ce que Ban Public ? Quel est son but ?
 
C’est une association, loi de 1901, areligieuse, adogmatique et apolitique, qui a pour but de favoriser la communication sur les problématiques de l’incarcération et de la détention, et d’aider à la réinsertion des personnes détenues. Par son nom, l’association se veut un lien symbolique entre le dedans, caché parce qu’infâme aux yeux du monde, et le dehors qui ne sait pas ou n’accepte pas son reflet, son échec. Nous voulons ouvrir les portes et les yeux, afin que la prison devienne l’affaire de tous.
 
Elle est composée d’ancien(e)s détenu(e)s, de journalistes, d’universitaires, d’artistes, d’associations, de juristes, de citoyens etc., tous bénévoles.
 
L’objectif du site internet est double :

1. Créer une plate-forme d’information et de réflexion accessible et pédagogique, le site ayant pour objet l’échange et la production d’information et, plus globalement, la mise en relation de celles et ceux qui travaillent sur les prisons et pour les détenu(e)s.
 
2. Accroître la visibilité du problème de la détention et sensibiliser le grand public à ces questions.
 
Quelle est la condition réelle des prisons françaises ?
 
Très vaste question car plusieurs éléments sont à prendre en compte :
- Les conditions matérielles de la prison ;
- Les obligations de l’administration pénitentiaire.
 
Très peu de rapports publics sont rendus par les autorités françaises concernant les prisons.
 
Dès qu’un évènement grave ou ayant un fort retentissement médiatique a lieu, les parlementaires mettent en place des commissions d’enquêtes, ce qui fut le cas en 1999-2000 suite à la révélation faite par le Médecin chef de la Prison de la Santé (Véronique VASSEUR) sur les conditions de détention.
 
Cependant, si quelques mesures sont prises, elles sont surtout des effets d’annonce.
 
N’oubliez pas que dans la conscience collective du citoyen libre, le prisonnier n’a que ce qu’il mérite…et peu de citoyens se préoccupent de cette société parallèle qu’est la prison, jusqu’à ce qu’il y soit confronté.
 
Concernant les conditions matérielles de détention : les prisons françaises ne sont pas adaptées à la population pénale dans la mesure où les places sont insuffisantes. On estime que le nombre de places en prison et de 55000 environ et que le nombre de prisonniers et de 62000. Cette surpopulation n’est pas sans conséquence sur le double objectif de la peine : la sanction d’une part, la réinsertion d’autre part. Etre à 4 ou plus dans une cellule de 9m², engendre tensions, manque d’hygiène et violence.
 
Cependant s’il y a surpopulation carcérale, c’est avant tout dans les Maisons d’arrêts et non dans les centres de détention ou les maisons centrales.
 
Sur le travail en prison : très peu de travail est disponible (on estime que seul 25% des prisonniers travaillent).
 
Sur la santé en prison : le suivi psychologique des prisonniers est souvent très mauvais, faute de moyen. Ce qui est paradoxale car le prisonnier doit, dès lors qu’il demande un aménagement de fin de peine, prouver son suivi psychologique.
On estime que près de 50% de la population pénale souffrent de troubles psychologiques.
 
Sur l’insalubrité : tout dépend des prisons. Certaines sont neuves et non encore dégradées. D’autres sont vétustes et sont contraires à la dignité humaine.
A titre d’exemple, l’Etat a d’ailleurs été condamné récemment en raison des conditions attentatoires à la dignité humaine au sein de la prison Bonne nouvelle de Rouen.
 
En Italie on a dépassé depuis quelques mois la capacité maximum des prisons et la situation est catastrophique, mais j’ai lu que en France la situation n’est pas meilleure…
 
La France est sans doute pire…
 
Souvent épinglée par le Conseil de l’Europe pour ses prisons, par la Cour européenne des droits de l’homme, la surpopulation carcérale atteint fréquent les 120% (ratio personnes incarcérées/places disponibles).
 
Mais ceci est avant tout vrai dans les maisons d’arrêts (établissement pénitentiaires où les prisonniers sont en attente de jugements ou condamnés à des peines inférieures ou égales à 2 ans).
 
 Est-ce que la législation française sur la détention a fait des progrès avec Sarkozy ?
 
Sous le gouvernement SARKOZY la loi dite « pénitentiaire » a été votée le 24 novembre 2009.
Elle avait pour but de redéfinir le cadre notamment en harmonisant les conditions de détention et les obligations de l’administration pénitentiaire.
 
Présentée comme LA loi qui allait résoudre les problèmes, elle n’a été en faite qu’une reprise (pour beaucoup de ses articles) de ce qu’il existait déjà dans le code de procédure pénale.
 
Au centre de cette loi se posait notamment la nécessité de répondre aux problèmes liés à la surpopulation carcérale en affirmant que l’encellulement individuel devait être la règle. Mais ceci était déjà prévu par le Code. Sauf que par cette loi, ce problème a été renvoyé à 5 ans.
 
Le point positif a été la réduction des peines de « mitard » ou quartier disciplinaire : lorsqu’un prisonnier contrevient aux dispositions du règlement intérieurs ou de la loi, il est « jugé » par le directeur de la prison. La peine maximale était de 45 jours de quartier disciplinaire. Elle est passée à 30 jours.
 
Il ne faut pas perdre de vue que cette loi répondait avant tout à la nécessité de la France se mettre en conformité avec la législation européenne, suite aux nombreuses condamnations prononcées par la Cour européenne des droits de l’homme.
 
J’ai vu que sur votre site vous comptabilisez les suicides et morts suspectes ? Comment est la tendance ? Quelle est l’attitude du Gouvernement ?
 
Il y a une grande différence entre les chiffres communiqués par le gouvernement sur les décès en prison et notre décompte car notamment, ne sont pas pris en compte, les décès qui surviennent suite à la tentative de suicide hors la prison : si un prisonnier décède de ses blessures à l’hôpital, il ne sera pas compté par le gouvernement comme étant un décès en prison.
 
La tendance est à la hausse.
 
L’attitude du gouvernement n’est pas de prévenir les suicides mais de les empêcher.
 
L’idée d’un « kit anti-suicide » a été mise en place : dès lors qu’un prisonnier présente des risques suicidaires, il lui est remis des draps en papier et un pyjama en papier. Ainsi il ne pourrait pas se pendre….
 
Nous dénonçons cette solution qui est une atteinte à la dignité humaine et qui ne résout nullement le problème du suicide.
 
Il y a quelques semaines, un détenu italien est mort dans la prison de Grasse. Sa mère a indiqué que son fils lui avait envoyé des lettres dans lesquelles il accusait ses gardiens de violation et abus. Qu’est-ce que vous en pensez ?
 
C’est tout à fait possible.
 
Le Ministre français Bernard Kouchner a dit que la France ferait tout son possible pour aider à résoudre le problème. Est-ce qu’on peut le croire ?
 
Ce serait une grand première….
 
Est-ce normal que la mère de Franceschi ait appris la mort de son fils après trois jours et que, lorsqu’elle est arrivée, elle n’ait pu voir son corps ?
 
Non. Elle aurait dû être prévenue sans délai.
Non, elle aurait du pouvoir voir le corps à la morgue au moins.
Elle aurait du être reçue par les autorités et aidée tant sur le plan juridique que psychologique mais aussi matériel et placée dans des conditions de confort maximum afin de la sécuriser et entreprendre toutes les démarches nécessaires, accompagnée par ces mêmes autorités, afin d’obtenir toutes les informations sur le décès de son fils.
 
Est-ce qu’il est compris dans votre compte ?
 
Oui bien sûr.
 
Et la presse ? Comme se positionne-t-elle face à cette question ? 
 
Il semble que la presse française face à cette question ne s’interroge pas sur le suicide ou la mort suspecte en tant que telle mais davantage sur les réactions du gouvernement italien et du gouvernement français.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 18 octobre 2010 12:50

    « De plus, elle a dénoncé l’absence des organes dans le corps »
    ils les ont vendus ..............


    • naudin 18 octobre 2010 15:03

      Ils sont sous scellés pour analyses anatomopathologiques.


    • Francesco Raiola Francesco Raiola 18 octobre 2010 15:28

      Oui c’est ça. Je l’avais écrit dans un commentaire plus à bas ! Merci


    • Png persona-nongrata 18 octobre 2010 13:05

       Oui ceci révéle bien une affaire de traffic d’organes aux plus haut sommet de l’état....cf : les derniers scandales en Israel sur les traffics d’organes , la maçonnerie , les rites bizarroides , la pédophilie étatique , le symbolisme satanique omniprésent dans la société etc etc etc.....

      Plus le temps passe et plus les théses conspirationistes se précises et se vérifies ...

      • BEBE 18 octobre 2010 16:52

        persona nongrata...RE : Ils sont sous scellés pour analyses anatomopathologiques.

        ça marche plus ta propagande. Plus c’est gros plus ça FONCTIONNAIT...c’est fini !


      • Png persona-nongrata 18 octobre 2010 19:18

        Oui mais miss Phuket ça ne répond pas à la question du pourquoi cette mére récupére un cadavre vidé de ses organes !!!

        Normal tout va bien selon vous ils sont sous scéllé , on peut dormir tranquille alors...



      • Ossian 18 octobre 2010 13:30

        Je viens de voir, par hasard, votre article et j’avoue que je suis vraiment choqué par tout ça.

        Comment peux t’on en arriver là, sans avoir la plus grande honte de notre pays ?

        J’ai la double nationalité Française & Italienne et j’ai entendu parler de cet histoire sur les médias italiens chez qui l’histoire fait grandement polémique, à défaut de la France où les médias corrompu refusent d’en parler (je ne peux pas croire qu’une histoire avec un tel échos médiatique de l’autre coté de la frontière soit totalement passée inparçue chez tous les médias dit « traditionnels » dans notre pays.)

        Choqué sur 3 points :

        - Le premier, bien évidemment, est le VOL des organes de Daniele dans une prison (publique, je le rappelle donc sous contrôle de l’état), je crois que là, on ne peu pas faire pire, c’est tout juste scandaleux, une enquête au plus haut sommet de l’état devrait être réclamé pour tirer au clair cette histoire et donner une vraie explication à cette mère qui ne cherche qu’à faire le deuil de son fils mort en prison ici.

        - Le second, est l’existence toujours présente de la peine de mort en France ... Certes nous avons aboli la guillotine mais elle est toujours présente dans nos prisons et est encore plus douloureuse car donnée sous le couvert de sa - soit disant - non existence, elle se fait à petit feu par l’administration pénitentiaire (comme par exemple mélangé un condamné pour meurtre avec un fraudeur de petite envergure pour lui « apprendre la vie » ou encore le sadisme de certains surveillants de prison poussant certains prisonniers au suicide).
        Après, Daniele était accusé « d’avoir utilisé frauduleusement une carte de crédit » ... Ceci nécessitait vraiment une peine de prison aussi longue ? Alors que dans le même temps, des hauts fonctionnaires et des élites de la « république » volent et détournent des millions d’Euro sans être inquiétés (je pense à J.Chirac, A.Juppé, L.Fabius - pour le sang contaminé - ou plus récemment E.Woerth pour n’en citer que quelques-uns).

        - Le troisième point est la façon dont a été traité Cira, comment se fait-il qu’une dame âgée, certes perdants ces moyens devant le refus de la France à lui fournir les organes de son fils, se retrouvent avec 3 côtes cassées par les forces de l’ordre ?

        Je trouve que cette histoire est révoltante et vraiment écoeurante !!
        Y’a t’il un comité de soutien pour cette dame ? Car si oui, j’aimerais y apporté ma - maigre - contribution ....

        • Yvance77 18 octobre 2010 13:49

          Salut,


          Bravo tout d’abord pour ce post.


          Cette affaire, j’en ai entendu parlé, vu que je suis du 06 quoi de plus normal. Enfin, il y a parlé et parlé. Il me semble que pour la première version, elle était traitée toute en pudeur dans la bonne feuille de chou de la droite réac « Nice-Matin ».

          Ce n’est pas ce canard qui élèvera trop fort la voix contre Sarkozye, Estrosi et toute cette clique, vous imaginez bien.


          Du reste en voici un résumé : « Daniele Franceschi, un italien de 31 ans, emprisonné à la prison de Grasse depuis le mois de mars, est décédé dans des conditions suspectes le 25 août dernier. Il serait mort d’un arrêt cardiaque. Ce charpentier originaire de Viareggio, avait été arrêté dans un casino de Cannes. Il était accusé d’avoir utilisé frauduleusement une carte bancaire lors d’une virée entre amis sur la Côte d’Azur. À plusieurs reprises il avait alerté par lettre sa mère, des mauvais traitements qu’il subissait à la prison de Grasse. “


          Puis il y a le traitement qui en est fait ici. Et cela fait froid dans le dos.


          Alors oui honte à ces médias régionaux, et nationaux et toutes les lopettes (genre Pujadas) qui font courbettes devant les édiles de la nation. Honte à ces pseudo vertueux de l’info de cacher des crimes de la sorte.


          Le pire est que quand on me tend ce torchon gratuitement, que je ne veux même pas prendre pour me torcher avec, on me regarde avec des yeux de merlans fris outragés.


          Tout un monde complice par bétise, c’est flippant


          A peluche


          • Francesco Raiola Francesco Raiola 18 octobre 2010 14:01

            Merci pour les commentaires.

            Sur les organes : Ils sont pas desparu mais ’ils sont conservée en Hopital en France.

            • foufouille foufouille 18 octobre 2010 14:07

              va falloir les compter et faire des tests genetique
              car c’est bizarre


            • Ossian 18 octobre 2010 14:38

              Merci à vous surtout pour cet article !!


              Bien sur, mais cela reste, quoiqu’il arrive complètement choquant !!

              J’espère, en tous cas, que votre article va être diffusé le plus possible !!

            • LE CHAT LE CHAT 18 octobre 2010 15:00

              la France s’aligne sur la Chine pour le régime pénitenciaire et les traffics d’organes .....


              • cmoy patou 18 octobre 2010 16:13

                Ce qui est dommage aussi c’est qu’il faut des cas aussi dramatiques pour que les gens s’interressent à ce genre de problème alors on peut dire que les médias tradi n’ont pas beaucoup réagit mais on peut en dire autant pour les internautes qui s’expriment sur certains forums mais restent cantonnés dans toujours les mêmes débats , je veux citer le billet de catherine Coste touchant un peu a ce genre de risque de dérives et qui n’a pas trouvé beaucoup d’interlocuteurs.


                • voxagora voxagora 18 octobre 2010 16:24

                  Francesco Raiola,

                  merci pour cet article courageux,
                  car le sujet des prisons n’est souvent abordé que :
                  - sur le plan moral : on a commis un délit on doit payer - mais en éloignant tout
                  le contexte, par exemple quelle faute pour quelle peine (dans ce cas, la mort
                  au bout de l’enfermement ? pour une carte de crédit volée ?),
                  - sur le plan des conditions de détention, et là c’est trop vague
                  (aussi vague que « mort par arrêt cardiaque » !!) : car lesconditionsdedétention
                  ça ne marche pas, ça ne parle pas. On ne pose jamais la question de savoir
                  ce qui se passe autour du détenu pour qu’il en meure.
                  .


                  • kitamissa kitamissa 18 octobre 2010 16:29

                    si jamais il y des usines d’alimentation pour chiens et chats ou des charcuteries industrielle à côté des prisons cherchez pas où passent les organes !


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 18 octobre 2010 17:34

                      Horreur et damnation,

                      le mur de la prison constitue à lui seul la barrière suffisante à préserver l’ordre public et la liberté des citoyens. Mais à l’intérieur même de ce murs certains payent une deuxième fois leur faute et parfois jusqu’à la mort. La Hollande à vaincu ce problème en légalisant le cannabis, ce qui a permis de vider littéralement ses prisons dont elle loue les places aux prisonniers belges. Ce serait bien plus intelligent que légaliser la torture et le vol d’organes... !

                      Horreur et Dame Nation française !


                      • slimo 18 octobre 2010 17:42

                        « mort par arret cardiaque »...

                        D’un autre côte on pourra pas les accuser de mentir.
                        A part les hopitaux ou on peu être mort cliniquement, 100% des mort sont par arrêt du cœur.


                        • tvargentine.com lerma 18 octobre 2010 18:57

                          Pourquoi devrions nous avoir de la compassion pour des voyous en prison ????

                          Les règles sont les mêmes pour tout le monde et tout le monde ne va pas en prison

                          La liberté guide vos pas et ce qui guide vos pas c’est votre cerveau

                          http://www.tvargentine.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès