Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Non irlandais et présidence française du Conseil de l’Union (...)

Non irlandais et présidence française du Conseil de l’Union européenne

Le « non » irlandais ne doit pas plonger l’Europe dans une nouvelle crise, elle souffre déjà de trop de désamour de la part de nombreux citoyens européens. Ce « non » est évidemment un choc pour les défenseurs du Traité, choc qui suscite beaucoup de déception, de tristesse et d’incompréhension à travers l’Europe.

En effet, depuis son adhésion en 1973, l’Irlande est un des pays ayant reçu le plus de subventions de l’Union européenne. On estime en effet à près de 58 milliards d’euros la somme reçue, soit près de 800 euros par Irlandais. Cependant, comme l’a très justement fait remarquer Jean-Perre Jouyet « il faut prendre acte de la décision du peuple irlandais et la respecter tout en la regrettant ».

C’est un coup dur pour l’Europe politique car le Traité de Lisbonne a été pensé pour créer un cadre institutionnel adapté à une Europe à 27 et ainsi faciliter la prise de décision pour les sujets qui nous concernent tous. C’est un traité équilibré entre les États membres et totalement égalitaire entre petites et grandes nations. Il vise à rendre l’Europe plus efficace, mais aujourd’hui l’unanimité nous stoppe et impose un moment de réflexion à l’Europe. Malgré cela, nous pouvons continuer à avancer et cela est même indispensable car nous ne pouvons pas nous permettre de baisser les bras alors que le reste du monde avance à grands pas.

Comment expliquer ce rejet ?

Il semble que plusieurs facteurs aient joué.

Tout d’abord, comme cela avait été le cas en France, le référendum n’a pas porté que sur la nature du traité, mais plutôt sur des questions de politique intérieure. Ce fut un vote sanction à l’égard du gouvernement de Brian Cowen. Les Irlandais connaissent en effet un certain ralentissement après quelques années de croissance extraordinaire et de quasi plein-emploi. Les Irlandais n’ont pas vu les bienfaits que leur avaient apportés l’UE et n’ont retenu que l’image d’une administration européenne jugée distante et bureaucratique.

De plus, dans un pays qui n’a acquis sa pleine souveraineté qu’au début du XXe siècle, l’argument d’une perte de souveraineté porté par les « nonistes » a eu un effet dévastateur. Il y a eu des dérives et surenchères nationalistes autour des questions de défense, de politique agricole, de fiscalité et d’avortement notamment.

Quelles leçons en tirer ?

La critique d’une Europe trop éloignée des citoyens et de leurs préoccupations doit amener les responsables européens à faire un effort considérable de communication. L’information sur les bienfaits de l’Europe, sur ses impacts concrets dans notre vie de tous les jours, doit être accessible et démultipliée. Jacques Barrot affirme ainsi « qu’il faut montrer sans cesse et sans relâche les bienfaits européens ». L’Europe doit être expliquée, des efforts doivent être faits en termes de pédagogie, de lisibilité et de communication.

Il faut casser le préjugé d’une Europe technocrate qui ne s’occupe pas des citoyens et qui serait « business as usual ». Les responsables politiques nationaux doivent prendre leurs responsabilités, cesser de communautariser les problèmes internes et faire la promotion du projet européen et de ses grands acquis tels que la PAC, le marché commun, la libre circulation ou la résolution des crises internationales.

Ce « non » ne doit pas stopper le projet européen, mais il doit au contraire aider à s’attaquer aux préoccupations majeures de notre temps à savoir la croissance, le chômage, l’inflation, l’environnement, la sécurité énergétique, l’immigration ? Les Européens ne représenteront bientôt que 5 % de la population mondiale, il est urgent qu’ils s’unissent pour faire face aux défis futurs car les nations sont trop petites pour y répondre seules. Le projet européen doit être plus visible pour les citoyens qui doivent comprendre que l’Europe est une chance dans la mondialisation et peut nous aider à faire valoir nos idées et valeurs dans le monde.

Que faire ?

Différents cas de figure ont été envisagés, mais l’abandon définitif du Traité de Lisbonne (et le retour au Traité de Nice) ou la renégociation générale du Traité semblent des options irréalistes et inadaptées aujourd’hui. Nous nous dirigeons plus vers l’octroi de clauses dérogatoires aux Irlandais (opting out) comme cela avait été le cas pour le Traité de Nice en 2002 pour les questions de défense.

Les responsables européens veulent accélérer la ratification dans les autres pays en espérant qu’une fois que les 26 autres auront accepté le Traité, les Irlandais, qui ne représentent que 4,4 millions d’habitants, ne voudront pas s’exclure de l’Europe et accepteront de revoter moyennant quelques dérogations.

Un blocage de la présidence française du Conseil de l’UE ?

Sur le plan institutionnel, il y aura évidemment une perte de plusieurs mois pour les renégociations et la mise en oeuvre du nouveau traité ne pourra sans doute pas se faire d’ici janvier 2009. Cependant, ce rejet ne remet pas en cause de manière drastique les ambitions de la présidence française car ses priorités sont assez indépendantes de la date d’application du traité. De plus, le programme français est plus que jamais pertinent car il répond aux préoccupations des citoyens en cherchant à répondre aux défis globaux qui nous préoccupent tous comme la hausse des prix alimentaires, les flux migratoires, le réchauffement climatique, l’approvisionnement énergétique ?

Si l’on regarde plus en détails, les quatre priorités de la présidence française devraient souffrir différemment du retard dans l’entrée en vigueur du Traité.

En ce qui concerne le changement climatique et la réforme de la PAC, cela ne nécessite pas de nouvelles bases juridiques donc nous pouvons espérer des avancées. Pour le pacte sur l’immigration, la France va tenter de faire adopter le plan Hortefeux sur l’immigration avant que ce domaine ne soit communautarisé (et démocratisé) par le Traité de Lisbonne. En effet, la France va tenter d’imposer sa vision de l’immigration en activant son réseau diplomatique avant que cela ne soit rendu plus difficile par la fin de l’intergouvernementalisme et la communautarisation de ces questions. Quant à la défense, les ambitions risquent d’être revues à la baisse car l’Irlande est très attachée à sa neutralité et est très réticente sur les questions d’intégration au niveau militaire.

Le climat de la présidence française sera donc quelque peu alourdi par ces questions institutionnelles, mais elle ne sera pas pour autant bloquée. Les ambitions de la présidence française portent sur des sujets aussi concrets que la hausse du prix des matières premières, l’agriculture ou l’immigration. Or, la meilleure réponse à donner au « non » irlandais, c’est de montrer que l’Europe répond aux attentes des citoyens dans des domaines concrets. La présidence française doit donc être citoyenne et chercher à répondre aux besoins des Européens.

Mais les citoyens doivent également prendre leurs responsabilités et s’impliquer dans les débats européens. L’opportunité de faire entendre leurs voix et de peser sur les décisions européennes se présentera lors des élections du parlement en 2009, ils doivent impérativement saisir cette chance pour montrer aux dirigeants que l’Europe ne peut pas se faire sans eux. Les responsables nationaux doivent, eux, proposer de vraies élections européennes sur des sujets européens et non des scrutins séparés nation par nation avec des débats sur des questions de politique intérieure.

Illustration : visuel de l’article issu d’une photographie du site de la Commission européenne et du logo de la PFUE. 


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Redj Redj 29 juillet 2008 12:22

    Mais les citoyens doivent également prendre leurs responsabilités et s’impliquer dans les débats européens. L’opportunité de faire entendre leurs voix et de peser sur les décisions européennes se présentera lors des élections du parlement en 2009, ils doivent impérativement saisir cette chance pour montrer aux dirigeants que l’Europe ne peut pas se faire sans eux.

    C’est une blague d’écrire ça : la France, les Pays-Bas, l’Irlande ont dit non par referendum. En France, ils ont choisi du coup de passer outre la décision du peuple, et fait voter le traté par voie parlementaire.
    Donc si j’ai bien compris, on peut s’impliquer, mais on est écouté que si on va dans le bon sens !!

    C’est beau la démocratie en Europe !!


    • beubeuh 29 juillet 2008 16:35

      On est écouté si on est capable de constituer une alternative politique, que l’on crée un rapport de force ! La démocratie, ce n’est pas non plus le pays des bisounours.
      Or en fait d’alternative politique, les leaders du camp du Non, ceux qui juraient en 2005 "qu’une autre Europe est possible" et que rejet du TCE était le point de départ d’un mouvement citoyen, se sont présentés en ordre dispersé à toutes les élections et vont encore faire de même l’année prochaine pour les élections européennes. Certains, au PS, ont complètement deserté le combat pour plus de démocratie en Europe et ont rallié les ouiouistes afin de ne pas compromettre leur petite position et leurs petits avantages et de se consacrer aux luttes mesquines et vaines pour le contrôle du parti. Les électeurs de gauche ont été trahis par leur leadership, qui prend des allures d’armée mexicaine et se fiche éperdument des espoirs suscités par la qualité du débat citoyen en 2005. Ce déni de démocratie n’est pas moins grave que la trahison du corps électoral orchestrée par Sarkozy. Lui au moins avait annoncé la couleur !


    • Alpo47 Alpo47 29 juillet 2008 13:30

      L’auteur pratique  volontiers le mensonge par omission .. Sarkozy est le premier à reconnaitre que si les peuples étaient consultés, ils répondraient à  peu près partout NON à cette constitution/traité.
      La réponse est connue de tous :  On ne les consulte pas.

      Devant ce vol de souveraineté, on peut se demander jusqu’où ira la soumission des peuples ?

      A mon avis, les gouvernants devraient se méfier, car si le peuple est spolié de ses droits, il pourrait, un jour, décider de les reconquérir.


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 29 juillet 2008 14:52

        Je résume : 

        Les Irlandais on voté non, parce que :

        - ils ne savent pas encore bien ce que c’est que d’être indépendant, c’est trop récent chez eux, alors, faire la politique, voter, tout ça... faut dire qu’ils sont franchement péquenots, pas encore insérés dans l’Histoire, vous savez, avec le retour immuable des saisons et des marées...

        - ils ont été la proie de gens mal intentionnés qui leur ont instillé le poison sauvage et pernicieux du nationalisme, à coup de "dérives" et de "surenchères" (on ne parle jamais de "recentrage" nationaliste, ni de "dégrèvements" nationalistes, c’est curieux)

        - ils ne savent pas remercier l’Europe qui leur a donné tant de "bienfaits", d’ailleurs, hu hu hu, soyons juste, peut-être que l’Europe, bonne fille mais un peu naïve, n’ait pas fait assez de propagande sur lesdits bienfaits, mais flûte, ils pourraient être plus obéissants, avec tout le pognon qu’on leur a filé. Regardez Obama, quand il est venu en France, tout le monde l’a trouvé génial, et pourtant, il a bien su rappeler tous ce que les contribuables américains avaient donné à l’Europe (et à la France, cette nation ingrate), alors, hein, zut les irlandais !

        - va peut-être falloir isoler ces irréductibles rebelles quelque temps, on va bouder, et se mettre d’accord entre nous, histoire de leur faire honte, peut-être même couper quelques crédits ici et là, pourquoi pas, et ils vont voter spontanément oui, ça ne saurait tarder..

        Deuxième sujet : la Présidence Française du Conseil (merci de ne pas avoir dit comme tout le monde "présidence de l’Europe") :


        - heureusement, la France et Son Glorieux Conducator ne devraient pas trop souffrir dans le baratin qu’ils nous balance à longueur de journée, on va continuer à nous faire croire qu’il a du pouvoir sur l’Europe (alors que Président du Conseil de l’Europe, c’est un peu comme secrétaire de réunion)

        - pendant cette pseudo-présidence, on ne va parler que de choses "concrètes", pas des banalités creuses comme d’habitude, hein, que-du-con-cret, ça devrait plaire aux les Irlandais, ces têtes de bois aux esprits simplets

        - autre solution, les élections européennes de 2009 : (je cite) "les responsables nationaux doivent, eux, proposer de vraies élections européennes sur des sujets européens et non des scrutins séparés nation par nation avec des débats sur des questions de politique intérieure". Ah ben oui évidemment, je suis cruche, j’y avais pas pensé.


        • Bois-Guisbert 29 juillet 2008 15:52

          faire valoir nos idées et valeurs dans le monde.

          Tu parles d’un objectif exaltant pour mobiliser les peuples  

          Si on veut compacter les peuples européens, il faut leur dire : "On est les meilleurs. Les autres sont tous des pourris, des foireux et des salauds qui nous jalousent et nous veulent du mal. On ne s’en sortira que si on se serre les coudes contre le reste du monde !"

          Voilà avec quoi on crée un mouvement uni et fort, qui va de l’avant !


          • Yvance77 29 juillet 2008 16:04

            Tiens vu que je vis en Irlande, demain quand je reprends mon taf je vais poser la question à mes camarades locaux : "que pensez vous d’un président qui vous traite de cons (en off) à l’issu du votre démocratique et referendaire"

            Suis sûr que cela va les exalter cette idée d’Europe des peuples !

            Article alaKon rine de plus a en dire. Trois peuples on voté NON et si on consulte des autres c’est idem => Italie, Espagne, Rep. Tchèque et Pologne ca passe pas ... on fait quoi ? Ben on applique Lisbonne bien sûr.

            Que vous soyez pro Europe soit, mais cessez votre propagande idiote qui va contre la démocratie.

            A peluche 


            • beubeuh 29 juillet 2008 16:41

              Ces citoyens sont minoritaires. Si vous faites un réferendum sur la question "voulez-vous sortir définitivement de l’UE", la réponse sera Non également.
              Je connais même des électeurs de Le Pen qui ont voté blanc au 2e tour en 2002 quand ils ont réalisé que le borgne voulait revenir au Franc. Par ailleurs, même dans la frange la plus réac de l’électorat, plein de gens sont prêt à s’accomoder de l’UE pourvu que la Turquie n’en fasse pas partie, il n’y a qu’à voir comment ils ont rallié Sarko quand celui-ci a affirmé qu’il était contre l’entrée de ce pays.


            • beubeuh 31 juillet 2008 14:15

              Pas de TCE, c’est vrai. Par contre si on avait le choix je connais peu de gens qui refuseraient la mention "Union Européenne" sur les passeports, que nous envie le reste du monde ( à part les Suisses et les Canadiens).


            • xray 29 juillet 2008 16:44

              De cette Europe du fric, des banquiers et des ânes, on n’en veut pas ! 

              Dès l’instant où l’on a parlé de construire l’Europe, on pouvait observer que les plus acharnés à « construire l’Europe » étaient les plus incompétents en tous domaines. On aurait dû se méfier. 

              ÉCHO-EUROPE (L’EURO-INJUSTICE) 
              Anéantir toute forme de responsabilité que le pouvoir ne peut contrôler. 
               

              Elle est belle ! L’EUROPE ! 
              http://echo-europe.blogspace.fr/ 

              Il fallait voter NON ! 
              http://mondehypocrite.midiblogs.com/files/Il_fallait_voter_NON_.doc 



              • bobbygre bobbygre 29 juillet 2008 17:12

                Trois lettres : N-O-N


                • beubeuh 29 juillet 2008 17:49

                  Ah mais voilà qui est solide et argumenté ! Ou bien c’est une tentative pour être selectionné aux chiffres et aux lettres ?


                • Forest Ent Forest Ent 29 juillet 2008 18:26

                  Les citoyens doivent également prendre leurs responsabilités et s’impliquer dans les débats européens.

                  Tout à fait. Affirmons clairement que l’UE est un échec et qu’il faut en sortir.

                  L’opportunité de faire entendre leurs voix et de peser sur les décisions européennes se présentera lors des élections du parlement en 2009, ils doivent impérativement saisir cette chance pour montrer aux dirigeants que l’Europe ne peut pas se faire sans eux.


                  Tout à fait. Profitons de l’occasion pour, en ne votant que pour des candidats opposés au TCE, et en évitant soigneusement UMP, PS et Modem, que l’UE est bien elle-même l’objet de notre ressentiment.



                  • Asp Explorer Asp Explorer 29 juillet 2008 22:54

                    Une petite réponse en plusieurs bouts :

                    ***Le « non » irlandais ne doit pas plonger l’Europe dans une nouvelle crise, elle souffre déjà de trop de désamour de la part de nombreux citoyens européens. Ce « non » est évidemment un choc pour les défenseurs du Traité, choc qui suscite beaucoup de déception, de tristesse et d’incompréhension à travers l’Europe. En effet, depuis son adhésion en 1973, l’Irlande est un des pays ayant reçu le plus de subventions de l’Union Européenne.***

                    En vertu de quoi, vu qu’on leur a donné plein d’argent, n’ont-ils pas le droit d’avoir un avis critique sur la question institutionnelle ? Dont acte. Avaient-ils conscience qu’avec cet argent, on achetait leur silence ?

                    ***On estime en effet à près de 58 milliards d’euros la somme reçue, soit près de 800 euros par irlandais. Cependant, comme l’a très justement fait remarquer Jean-Perre Jouyet « il faut prendre acte de la décision du peuple irlandais et la respecter tout en la regrettant ».***

                    58 milliars divisé par 800, ça fait 72 millions d’Irlandais. Je sais que ce pays a le record d’Europe de la fertilité, mais j’ignorais que c’était à ce point.

                    ***C’est un coup dur pour l’Europe politique car le traité de Lisbonne a été pensé pour créer un cadre institutionnel adapté à une Europe à 27 et ainsi faciliter la prise de décision pour les sujets qui nous concernent tous. C’est un traité équilibré entre les États membres et totalement égalitaire entre petites et grandes nations.***

                    Ça ne coûte rien de l’écrire, mais force nous est de constater qu’au cours des campagnes référendaires successives, les partisans du TCE/Lisbonne ont échoué à en convaincre leurs peuples. Peut-être, tout simplement, faute d’argument valable...

                    ***Il vise à rendre l’Europe plus efficace mais aujourd’hui l’unanimité nous stoppe et impose un moment de réflexion à l’Europe. Malgré cela, nous pouvons continuer à avancer et cela est même indispensable car nous ne pouvons pas nous permettre de baisser les bras alors que le reste du monde avance à grands pas.***

                    Et revoici la tarte à la crême classique : des milliards de Chinois vont déferler sur nos campagnes et nous forcer à bouffer le cassoulet avec des baguettes ! Seule l’Europe peut nous protéger contre ces hordes barbares... Mais tout cela n’est qu’un fantasme légèrement xénophobe brandi commodément par tous les démagogues pour justifier tout et n’importe quoi. Un fantasme qui restera longtemps à l’état de fantasme, car la Chine, quoi qu’en pense la presse parisienne, reste dans son ensemble un pays du tiers-monde, misérable, attardé, et confrontée à des défis économiques, politiques, sociaux et environnementaux qui feraient se dresser les cheveux sur la tête aux plus courageux des énarques.


                  • Asp Explorer Asp Explorer 29 juillet 2008 22:58

                    Ah, bordel d’interface de merde... Je reprends...

                    ***Le « non » irlandais ne doit pas plonger l’Europe dans une nouvelle crise, elle souffre déjà de trop de désamour de la part de nombreux citoyens européens. Ce « non » est évidemment un choc pour les défenseurs du Traité, choc qui suscite beaucoup de déception, de tristesse et d’incompréhension à travers l’Europe. En effet, depuis son adhésion en 1973, l’Irlande est un des pays ayant reçu le plus de subventions de l’Union Européenne.***


                    En vertu de quoi, vu qu’on leur a donné plein d’argent, n’ont-ils pas le droit d’avoir un avis critique sur la question institutionnelle ? Dont acte. Avaient-ils conscience qu’avec cet argent, on achetait leur silence ?

                    ***On estime en effet à près de 58 milliards d’euros la somme reçue, soit près de 800 euros par irlandais. Cependant, comme l’a très justement fait remarquer Jean-Perre Jouyet « il faut prendre acte de la décision du peuple irlandais et la respecter tout en la regrettant ».***

                    58 milliars divisé par 800, ça fait 72 millions d’Irlandais. Je sais que ce pays a le record d’Europe de la fertilité, mais j’ignorais que c’était à ce point.

                    ***C’est un coup dur pour l’Europe politique car le traité de Lisbonne a été pensé pour créer un cadre institutionnel adapté à une Europe à 27 et ainsi faciliter la prise de décision pour les sujets qui nous concernent tous. C’est un traité équilibré entre les États membres et totalement égalitaire entre petites et grandes nations.***

                    Ça ne coûte rien de l’écrire, mais force nous est de constater qu’au cours des campagnes référendaires successives, les partisans du TCE/Lisbonne ont échoué à en convaincre leurs peuples. Peut-être, tout simplement, faute d’argument valable...

                    ***Il vise à rendre l’Europe plus efficace mais aujourd’hui l’unanimité nous stoppe et impose un moment de réflexion à l’Europe. Malgré cela, nous pouvons continuer à avancer et cela est même indispensable car nous ne pouvons pas nous permettre de baisser les bras alors que le reste du monde avance à grands pas.***

                    Et revoici la tarte à la crême classique : des milliards de Chinois vont déferler sur nos campagnes et nous forcer à bouffer le cassoulet avec des baguettes ! Seule l’Europe peut nous protéger contre ces hordes barbares... Mais tout cela n’est qu’un fantasme légèrement xénophobe brandi commodément par tous les démagogues pour justifier tout et n’importe quoi. Un fantasme qui restera longtemps à l’état de fantasme, car la Chine, quoi qu’en pense la presse parisienne, reste dans son ensemble un pays du tiers-monde, misérable, attardé, et confrontée à des défis économiques, politiques, sociaux et environnementaux qui feraient se dresser les cheveux sur la tête aux plus courageux des énarques.


                    • Asp Explorer Asp Explorer 29 juillet 2008 22:59

                      ***Comment expliquer ce rejet ?

                      Il semble que plusieurs facteurs aient joué.

                      Tout d’abord, comme cela avait été le cas en France, le référendum n’a pas porté que sur la nature du traité mais plutôt sur des questions de politique intérieure.***


                      Et rebelote... C’est pas qu’on l’attendait un peu celle-là... Et quels éléments probants avez-vous à apporter à l’appui de cette thèse cent fois rebattue ? Vous rendez-vous compte qu’en colportant ces bavardages de café du commerce sur "les gens qui ne répondent pas à la question posée", vous déniez toute légitimité à la pratique du vote - et pas seulement à celle du référendum ? Car après tout, aux élections régionale, on vote beaucoup en fonction d’éléments de politique nationale, est-ce que les conseils régionaux sont pour autant illégitimes ?

                      ***Ce fut un vote sanction à l’égard du gouvernement de Brian Cowen. Les Irlandais connaissent en effet un certain ralentissement après quelques années de croissance extraordinaire et de quasi plein-emploi. Les Irlandais n’ont pas vu les bienfaits que leur avaient apportés l’UE et n’ont retenu que l’image d’une administration européenne jugée distante et bureaucratique.***

                      Source ? A part de vagues sondages, bien sûr, dont la provenance et la pertinence sont sujettes à caution. En outre, vous vous emmêlez les pinceaux dans votre argumentaire : si les électeurs n’ont "retenu que l’image d’une administration européenne jugée distante et bureaucratique", c’est bien qu’ils ont voté à propos de l’Europe, et non de petites affaires irlandaises !

                      ***De plus, dans un pays qui n’a acquis sa pleine souveraineté qu’au début du XXe siècle, l’argument d’une perte de souveraineté porté par les « nonistes » a eu un effet dévastateur. Il y a eu des dérives et surenchères nationalistes autour des questions de défense, de politique agricole, de fiscalité et d’avortement notamment.***

                      Oserez-vous contester que le TCE/Lisbonne institutionnalise des pertes de souveraineté nationale ? Et accessoirement, vous noterez que là encore, les électeurs qui n’ont voté que "sur des questions de politique intérieure" ont en fait, selon vos propres dires, bien répondu à la question qui leur était posée !


                      • Asp Explorer Asp Explorer 29 juillet 2008 23:00

                        ***Quelles leçons en tirer ?***

                        Qu’il faut changer l’Europe ? Non, ce serait trop simple :

                        ***La critique d’une Europe trop éloignée des citoyens et de leurs préoccupations doit amener les responsables européens à faire un effort considérable de communication.***


                        Car le problème, ce n’est pas l’Europe, ce sont les citoyens, qui sont bêtes et qui ne comprennent rien à rien. Il faut les éduquer. C’est un problème de pédagogie. Et SURTOUT ne pas remettre en cause les institutions de l’UE qui comme chacun sait, sont un pays merveilleux de douceur et d’harmonie, où justice et abondance coulent comme le miel...

                        ***L’information sur les bienfaits de l’Europe, sur ses impacts concrets dans notre vie de tous les jours, doit être accessible et démultipliée. Jacques Barrot affirme ainsi « qu’il faut montrer sans cesse et sans relâche les bienfaits européens ». L’Europe doit être expliquée, des efforts doivent être faits en termes de pédagogie, de lisibilité et de communication.***

                        Qui a dit "propagande" ? Qui a cité Goebbles ? Oh, les mauvais esprits !

                        ***Il faut casser le préjugé d’une Europe technocrate qui ne s’occupe pas des citoyens et qui serait « business as usual ». Les responsables politiques nationaux doivent prendre leurs responsabilités, cesser de communautariser les problèmes internes et faire la promotion du projet européen et de ses grands acquis tels que la PAC, le marché commun, la libre circulation ou la résolution des crises internationales.***

                        Parlons-en de la PAC, qui est en voie de démantèlement pour cause d’OMC. Parlons-en de la résolution des crises internationales, qui consiste surtout à bavasser, à jacasser, à émettre des protestations... et à appeler l’oncle Sam aux secours quand il faut vraiment faire quelque chose.

                        ***Ce « non » ne doit pas stopper le projet européen mais il doit au contraire aider à s’attaquer aux préoccupations majeurs de notre temps à savoir la croissance, le chômage, l’inflation, l’environnement, la sécurité énergétique, l’immigration ? Les européens ne représenteront bientôt que 5% de la population mondiale, il est urgent qu’ils s’unissent pour faire face aux défis futurs car les nations sont trop petites pour y répondre seules. Le projet européen doit être plus visible pour les citoyens qui doivent comprendre que l’Europe est une chance dans la mondialisation et peut nous aider à faire valoir nos idées et valeurs dans le monde.***


                        De grandes idées bien belles et bien simples. Et probablement bien fausses. S’il y a une "taille critique" à partir de laquelle une nation est viable, j’aimerais que vous m’expliquiez en quoi elle est proche de 450 millions, et pas de 800 millions, ou de 65 millions, ou de 10 millions ? Après tout, la planète est pleine de pays qui d’ont pas le considérable privilège d’être membres de l’UE, et qui ont l’air d’y survivre.


                      • Asp Explorer Asp Explorer 29 juillet 2008 23:02

                        Non, sérieux, le type qui a inventé l’interface d’agoravox, c’est comme celui qui a inventé les élastiques à paupiettes et les boîtiers de CD, il faudrait rétablir la peine de mort rien que pour les malfaisants de cette sorte

                        ***Que faire ?

                        Différents cas de figure ont été envisagés mais l’abandon définitif du traité de Lisbonne (et le retour au Traité de Nice) ou la renégociation générale du Traité semblent des options irréalistes et inadaptés aujourd’hui.***


                        Le TCE/Lisbonne a été rejeté par référendum dans trois des 27 pays de l’union, ce qui est suffisant pour qu’on ne rejette pas d’un simple revers de main l’application de la simple décence démocratique.

                        ***Nous nous dirigeons plus vers l’octroi de clauses dérogatoires aux Irlandais (opting out) comme cela avait été le cas pour le Traité de Nice en 2002 pour les questions de défense.***

                        Et pourquoi pas l’opting-out pour les Français et les Néerlandais ? Ah oui, j’oublie, ce n’est pas du TCE que nous parlons, mais du traîté de Lisbonne qui a été tout à fait démocratiquement ratifié, par une nuit froide et sombre, dans une assemblée de godillots que le respect des libertés publiques n’étouffe visiblement pas.

                        ***Les responsables européens veulent accélérer la ratification dans les autres pays en espérant qu’une fois que les 26 autres auront accepté le Traité, les Irlandais, qui ne représentent que 4,4 millions d’habitants, ne voudront pas s’exclure de l’Europe et accepteront de revoter moyennant quelques dérogations.***

                        Est-ce que j’ai rêvé ? Ce traité ne devait-il pas être adopté à l’unanimité  ?

                        ***Un blocage de la Présidence Française du Conseil de l’UE ?

                        Sur le plan institutionnel, il y aura évidemment une perte de plusieurs mois pour les renégociations et la mise en ?uvre du nouveau traité ne pourra sans doute pas se faire d’ici à janvier 2009. Cependant, ce rejet ne remet pas en cause de manière drastique les ambitions de la Présidence française car ses priorités sont assez indépendantes de la date d’application du traité. De plus, le programme français est plus que jamais pertinent car il répond aux préoccupations des citoyens en cherchant à répondre aux défis globaux qui nous préoccupent tous comme la hausse des prix alimentaires, les flux migratoires, le réchauffement climatique, l’approvisionnement énergétique ?***

                        Compte-tenu de la qualité intellectuelle et morale du personnel politique Français à l’heure actuelle, on ne peut que déplorer qu’il puisse travailler en paix.

                        ***Si l’on regarde plus en détails, les quatre priorités de la présidence française devraient souffrir différemment du retard dans l’entrée en vigueur du Traité.

                        En ce qui concerne le changement climatique et la réforme de la PAC, cela ne nécessite pas de nouvelles bases juridiques donc nous pouvons espérer des avancées. Pour le pacte sur l’immigration, la France va tenter de faire adopter le plan Hortefeux sur l’immigration avant que ce domaine ne soit communautarisé (et démocratisé) par le Traité de Lisbonne. En effet, la France va tenter d’imposer sa vision de l’immigration en activant son réseau diplomatique avant que cela ne soit rendu plus difficile par la fin de l’intergouvernementalisme et la communautarisation de ces questions.***


                        La question de l’immigration est emblématique des problèmes de l’Europe. La plupart de nos voisins considèrent que l’immigration est une excellente chose, qui dynamise l’économie, stimule la croissance et permettra à terme de payer les retraites des vieux. En France, c’est différent : suite à la vague massive des années 60-70 et de problèmes d’intégration dont on n’est toujours pas sortis, on ne peut plus voir les immigrés en peinture pour diverses raisons, légitimes ou non, et en outre, la bonne natalité française permet de relativiser les problèmes de retraite. Alors, on fait quoi ? On tente d’imposer notre vision des choses à nos voisins, en fermant les frontières, en expulsant massivement les clandestins, en faisant la chasse aux patrons indélicats et aux marchands de sommeil ? Ou bien on accepte une ouverture des frontières que la population vomit ? D’autant plus que, lors du référendum de Maastricht, on avait vendu aux Français le fait que l’espace Shengen serait une citadelle inviolable, en omettant de leur signaler que nos partenaires européens n’en avaient peut-être pas tout à fait la même vision des choses.


                        • Asp Explorer Asp Explorer 29 juillet 2008 23:03

                          ***Quant à la défense, les ambitions risquent d’être revues à la baisse car l’Irlande est très attachée à sa neutralité et est très réticente sur les questions d’intégration au niveau militaire.***

                          Là aussi, l’Europe a manqué - sans doute volontairement - l’occasion d’expliquer clairement les enjeux de ses grands chantiers. Car si on demande aux Français s’ils sont "pour une défense Européenne", tous ou presque approuveront. En revanche, si on leur demande "souhaitez-vous que la France devienne incapable d’assurer seule sa défense, et que l’on doive demander la permission aux Lettons et aux Slovènes pour envoyer le Charles-de-Gaulle en opération", la réponse risque de changer. Alors que c’est bel et bien la même question. La "défense Européenne", ça consiste à spécialiser les armées des différents pays d’Europe, chacune dans un domaine bien particulier, ce qui condamne donc à terme leurs autonomies respectives.

                          ***Le climat de la présidence française sera donc quelque peu alourdi par ces questions institutionnelles mais elle ne sera pas pour autant bloquée. Les ambitions de la Présidence française portent sur des sujets aussi concrets que la hausse du prix des matières premières, l’agriculture ou l’immigration. Or, la meilleure réponse à donner au « non » irlandais, c’est de montrer que l’Europe répond aux attentes des citoyens dans des domaines concrets. La Présidence française doit donc être citoyenne et chercher à répondre aux besoins des européens.***

                          Quelle que soit l’estime que l’on porte à Nicolas Sarkozy, je doute qu’il ai grand pouvoir sur la hausse des prix des matières premières.

                          ***Mais les citoyens doivent également prendre leurs responsabilités et s’impliquer dans les débats européens. L’opportunité de faire entendre leurs voix et de peser sur les décisions européennes se présentera lors des élections du parlement en 2009, ils doivent impérativement saisir cette chance pour montrer aux dirigeants que l’Europe ne peut pas se faire sans eux. Les responsables nationaux doivent, eux, proposer de vraies élections européennes sur des sujets européens et non des scrutins séparés nation par nation avec des débats sur des questions de politique intérieure.***


                          Le problème n’est pas que l’Europe se fasse sans les citoyens. Le problème est qu’elle se fait MALGRE, voire CONTRE les citoyens, contre leur avis, contre leurs envies, contre leurs intérêts. La construction européenne se fait sur des mensonges, des non-dits et sur une inconcevable masse de mépris. Revenons un peu à Maastricht, histoire de se remettre en tête des faits sur lesquels on a un peu de recul. A l’époque, lors de la campagne référendaire, on nous avait vendu le traité de Maastricht comme étant "protecteur". Protecteur du modèle social européen, protecteur de l’industrie européenne, protecteur des salariés contre la concurrence sauvage d’ouvriers à 1$ la journée. On l’avait tellement vendu aux Européens que d’autres y avaient cru. Par exemple, les patrons de Toyota, qui avaient implanté une usine dans le Nord, histoire de contourner les barrières douanières que l’UE ne tarderait pas à mettre en place. Eh oui, figurez-vous, jeunes gens, qu’il n’y a pas si longtemps de ça, des entreprises asiatiques venaient implanter des usines en Europe !

                          Aujourd’hui, ça semble un peu être de la science-fiction... Parce que, une fois le référendum voté "comme il faut", on s’est dépêché d’oublier les promesses électorales. Quelques années plus tard, on a inventé "la stratégie de Lisbonne", sensée faire de l’Europe l’économie "la plus compétitive du monde", en mettant l’accent sur "l’économie de la connaissance", et toutes ces fadaises fantasmatique qui ont disparu avec la bulle internet. Il n’en est resté que l’essentiel : le dogme de la concurrence (libre et non-faussée, bien sûr) qui régit tout, qui peut tout, qui règle par magie tous les problèmes du monde. Il n’en est resté que le dogme de l’ouverture des frontières à tous les vents, à toutes les importations. Mais quand on permet à un patron d’importer à 1€ ce qui coûte 2€ à produire dans son usine, on ne peut pas s’offusquer qu’il le fasse, ni s’étonner que nos concitoyens se retrouvent au chômage.

                          Et quel fut le brillant résultat de cette politique "de Lisbonne" ? Entre 2001 et 2007, la croissance mondiale a été gigantesque, du jamais vu dans l’histoire humaine : 4,5% de croissance annuelle en moyenne. Toutes les régions du monde en ont profité : la Chine et l’Inde évidemment, le sud-est asiatique, mais aussi le moyen-Orient, l’Amérique latine, les USA, qui bien que déjà gavés de richesses ont eu une croissance soutenue, et même l’Afrique, l’éternelle sinistrée. Tout le monde en a bien profité... à part les Européens, qui pendant toutes ces années magiques, ont dû entendre leurs gouvernements se réjouir à grand renforts d’exclamations extatiques quand on avait 2,2% de croissance ! Et pourquoi ? Parce que nous avons été les seuls, durant cette période, à jouer le jeu du libre-échangisme ! Nous avons été les seuls, par dogmatisme stupide, par naïveté, à importer à tour de bras et en devise forte, sans aucune contrepartie de la part de fournisseurs qui, plus pragmatiques, avaient tous gardé précieusement des tracasseries douanières et autres lois protectionnistes.

                          Plus d’Europe ? Merci bien. Je préfère ma vieille France, avec ses frontières étriquées, ses indigènes râleurs et ses coutumes bizarres. Car la France, avec ses défauts archaïques, a fait la preuve, au cours des siècles, de sa faculté à survivre aux tourments de l’histoire, tandis que l’Europe a surtout fait la preuve de son impuissance, voire de sa nocivité.


                          • Vilain petit canard Vilain petit canard 30 juillet 2008 11:02

                            Deux choses :

                            - vous demandiez : qui a parlé de propagande ? eh bien c’est moi qui en ai parlé plus haut, et c’est en effet du mauvais esprit, mais j’assume

                            - c’est un peu le b... dans vos interventions à cause du spip Agoravox, mais bon, je plusse celle-ci, à défaut de tout passer en revue,

                            Non seulement je suis d’acord avevc vous (ce qui n’est pas suffisant pour plusser), mais vos interventions sont argumentées clairement, ce qui n’est pas si courant. J’en ai un peu marre de toute cette logorrhée dite pro-européenne, très infantilisante, qui nous dit de faire confiance, qu’on s’occupe de tout là-haut, et que tout ça c’est bon pour nous. J’en avais un peu marre pendant Maastricht, un peu plus à l’élargissement décidé en 2003 (en voilà une belle occation ratée de référendum !), et aujourd’hui ça déborde, ras-le-bol.


                          • Boscaca 29 juillet 2008 23:33

                            Ton Europe de merde tu te la mets ou je pense ! NON c’est NON !


                            • beubeuh 30 juillet 2008 10:55

                              Et tu proposes quoi en remplacement ?


                            • dup 31 juillet 2008 10:27

                              OUI j’en ai une de proposition :

                              revenir aux nations souveraines , leur culture leur monnaie , leurs frontières , leur juridiction . Bref , le billet de 20 Francs avec la tête de Debussy et pas des ponts sur le néant et des fenêtres sur un avenir vide.
                              Les nations collaborent librement et concluent des traités LIBREMENT consentis et approuvés par leur peuples . Les taux de change peuvent flotter sanctionnant ainsi leurs erreurs de gestion ou récompensant leur prouesses d’innovations . Une petite europe peut être faite ,mais sur des point purement techniques . Personne ne dit qu’il y inconveniant à ce que partout l’écart de voies de chemin de fer soient à 1435 mm ou les prises sur 230 volts . Cette europe recoit un cahier des charges et ne le redige pas elle même . Tout le reste dépend des nation souveraines comme après 1945 . C’est un fait établi que mettre 27 cuisiniers autour d’un casserole donne une chose immangeable . C’est pourtant clair , même pour des jeunes


                            • beubeuh 31 juillet 2008 14:27

                              Très joli, mais tout cela ne démontre pas en quoi nous serons plus heureux, plus riches et nos régimes plus démocratiques.
                              La tronche de Debussy sur les billets, les numéros de département sur les plaques d’immatriculation, c’est vrai que c’est des combats fondamentaux, mais bon ça ne nourrit pas son homme.
                              Et puis tu crois peut-être que si la France sort de l’Europe, le gouvernement va soudain s’arrêter de mettre des caméras partout, de remplir les prisons et de fliquer l’ensemble de la population ? Que les patrons vont s’arrêter de s’assoir sur le droit du travail et de vendre le pays à la découpe ? Que les investisseurs vont se mettre à parier sur des projets risqués à long terme et non sur l’ultra-rentabilité à très court terme ?
                              La stabilité monétaire imposée par l’Europe est sans doute contraignante, mais les politiques monétaires à la petite semaine peuvent avoir des conséquences autrement plus graves. Demandez aux Argentins et aux Turcs ce qu’ils en pensent : la tutelle du FMI, c’est une autre chanson que celle de la BCE.


                            • djib 31 juillet 2008 15:43

                              Plus heureux = plus riches ?
                              Eh bien voilà un raccourci qu’il serait sympathique d’explorer tant sa méconnaissance de la nature humaine est édifiante.
                              Finalement c’est quoi le but de l’europe ? brasser plus de pognon ? quand on voit comment notre grand frère Outre-Atlantique claque son pognon à sauver des institutions bancales et qu’on sait que nos chers politicards érigent les USA en exemple, ca me donne pas envie de leur donner plus de pognon à claquer.

                              Parce que le projet Européen il est où ? On nous dit que l’europe est uni ... moi je vois pas d’europe uni ... à des bourgeois important qui veulent des plus grosses caisses que leurs voisins d’en face il y en a. Des mecs qui vont te faire croire que pognon=bonheur ... Quand on parle argent c’est sûr il n’y a plus de problème de langage. Mais les idéaux ? les projets communs ? rien niet...


                            • beubeuh 31 juillet 2008 17:43

                              Relisez ma phrase, il s’agissait d’une énumération, je n’ai jamais dit que "plus heureux = plus riche". Loin de moi cette idée d’ailleurs, mais je mentionne l’argument financier car il est souvent utilisé par les eurosceptiques.

                              Vous vous posez la question "quel est le but de l’Europe". Cette question n’a pas de sens. Jamais il ne vous vient à l’esprit de vous demander "quel est le but de la France ?", pourquoi le faites vous pour l’Europe.

                              Le but de l’Europe est déterminé par les gens qui ont le pouvoir en son sein. Hors depuis 20 ans les citoyens européens ont reconduit une majorité de droite au Parlement, et ils votent pour des gouvernements libéraux qui ont nommé une Commission ultra-libérale. Alors oui, actuellement le but de l’Europe est de permettre au gens qui ont du fric d’en avoir encore plus, mais c’est aussi le but de la France, de l’Italie, de la Grande-Bretagne, de la Pologne, de l’Allemagne, etc. Si vous voulez être cohérent, il vous faut aussi remettre en cause l’existence de ces Etats.


                            • dup 31 juillet 2008 18:06

                              merci dijb . j’en peux plus de supporter ces euroconnards. J’ai même lu sur une statistique de l’avancement d’un pays y était porté le nombre de téléphones mobiles. Eh oui vous avez 10 % de télephones mobiles en plus par habitant , donc vous êtes heureux. Tout cela vient de intellos et des hautes écoles où sont formés les spin-doctors et crétins diplomés . imperceptiblement on vous lave le cerveau et on prive du bon sens le plus élémentaire . On ruine votre intinct de conservation en vous disant qu’aimer votre pays avec la sale tronche de Debussy sur les billets est mal . 

                              mais bon ça ne nourrit pas son homme. 

                              Bougre d’ânes !! ce sont les frontières qui vous permettent de bouffer ! n’avez vous pas lu l’article à scandale fait par une firme Française : offre d’emploi pour 110 euros en Roumanie ??? NON ` ?
                              comment répondre à une sotise pareille sans user de gros mots ? sachez taureau ignorant qu’il y a 70 millions de pauvres dans cette europe

                              Et puis tu crois peut-être que si la France sort de l’Europe, le gouvernement va soudain s’arrêter de mettre des caméras partout, de remplir les prisons et de fliquer l’ensemble de la population ?

                              mais si mais !! par comparaison de mouvements citoyens peuvent enraiyer l’avance du nouvel ordre mondial . Je sais pas si vous avez deja entendu ces termes  : illuminati , nouvel ordre mondial . ?

                              Que les patrons vont s’arrêter de s’assoir sur le droit du travail et de vendre le pays à la découpe ? Que les investisseurs vont se mettre à parier sur des projets risqués à long terme et non sur l’ultra-rentabilité à très court terme ?

                              OUI il vont le faire . Pour le moment ils effrayent leur peits moutons comme vous , mais ce sont d’IMMENSES SALOPARDS . il ne le feront pas . regardez toutes lkes videos de ce type , c’est un envoyé du ciel . il a pas la langue dans sa poche

                              http://www.dailymotion.com/relevance/search/lelibrepenseur%25C2%25A8/video/x65guk_danger-imminent-dassault-en-vrai_news

                              Demandez aux Argentins et aux Turcs ce qu’ils en pensent : la tutelle du FMI, c’est une autre chanson que celle de la BCE.

                              vous faites bien d’en parler , regardez ces vidéos

                              http://www.dailymotion.com/relevance/search/lelibrepenseur%2Bargentine/video/x5e3fl_largent-partie-14_news

                              http://www.dailymotion.com/relevance/search/lelibrepenseur%2Bargentine/video/x434dp_largent-chute-de-largentine-2-sur-4_politics

                              http://www.dailymotion.com/relevance/search/lelibrepenseur%2Bargentine/video/x434ss_largent-chute-de-largentine-3-sur-4_politics

                              http://www.dailymotion.com/relevance/search/lelibrepenseur%2Bargentine/video/x434sa_largent-chute-de-largentine-4-sur-4_politics

                              vous êtes jeune et un jour vous me remercierez de vous avoir foutu un sceau d’eau froide sur la tête



                            • dup 31 juillet 2008 18:10

                              j’ai encore oublié

                              http://www.youtube.com/watch?v=q8dcr03d8SY&feature=related

                              soyez patient jusqu’à la fin . L’europe est projet HORRIBLE . ce n’est pas ce qu’on vous racconte
                              Si le toreau était pas stupide ,il y aurait pas de corrida
                              rejoingnez nous


                            • beubeuh 31 juillet 2008 18:28

                              Alors d’une on dit Monsieur Connard, tu dois au moins le respect à quelqu’un qui évite de tomber dans l’injure gratuite, stp.

                              "ce sont les frontières qui vous permettent de bouffer" parles-en aux zimbabwéens. Désolé, mais depuis 40 ans c’est la PAC qui nous a donné à manger.

                              Sinon le terme Ilumaniti, oui j’ai déjà entendu, c’est un truc débile qui sert à vendre de la mauvaise littérature type Da Vinci Code. Si tu commences à faire entrer les petits hommes verts et le monstre du Loch Ness dans tes argumentations on va pas s’en sortir.

                              Je sais qu’il y a des pauvres en Europe, je ne me fais aucune illusion sur les gens qui la gouvernent, mais je ne vois pas comment cela pourrait être mieux si la France sortait de l’Europe. Je te rappelle que la France est de droite et qu’elle vote pour Sarkozy...alors les mouvements citoyens capable de renverser l’ordre économique, moi je veux bien mais ils n’existent que dans ton imagination pour l’instant. Quand à Serge Dassault, c’est un pur produit de l’Etat français.


                            • HELIOS HELIOS 30 juillet 2008 00:30

                              Domage, parceque quand je suis hors d’Europe, je me sens bien européen, avec mon passeport marron-caca et mes euros dont les billets sont toujours neufs

                              Je l’aime bien mon Europe, chaque fois que je fais rever mes amis d’afrique ou d’amerique du sud ...

                              Quand je leur dit qu’on a "oublié" ce qu’est une frontière, alors que chez eux le douanier compte tes tablettes de chocolat et fouille ta voiture avant que les militaires recommencent...
                              Quand je leur dis que si tu es malade on te soigne d’abord et on t’envoie la facture a la maison alors que chez eux on exige uen carte bleue avant d’ouvrir la porte...
                              Quand je leur dit que pour aller a la fac, le bac suffit et que c’est un droit, alors que chez eux l’ecole n’est même pas obligatoire et quand elle l’est personne n’applique la loi...
                              Quand ils voient que sur les emballages c’est ecrit en plusieurs langues pour que tous le monde comprenne alors que chez eux seule la langue du fabriquant, souvent differente de la leur est indiquée...
                              Quand je leur dit qu’on peut boire l’eau du robinet (oui, oui, on peut la boire, même si son gout est parfois un peu parfumé a l’ozone ou le chlore)...
                              Quand il comprennent que je peux reserver mon voyage sur internet et payer en ligne, eux qui ne peuvent pas faire sortir une piecette de leur monnaie sans valeur...
                              Quand j’appelle sur mon portable chez moi, en France et que ça marche alors que 9 fois sur dix leurs portable n’accedent même pas au reseau (et oui, y’a des priorités sur les reseaux...)
                              Quand ils constatent que les américains ne font pas peur et que les americains eux-même sont un peu plus "respectueux" avec moi...

                              ... bref quand ils constatent que l’Europe a travers la France ou l’Allemagne ou l’Espagne etc ont décidé de s’interresser a ses citoyens alors que chez eux, la personne n’a pratiquement pas de valeur...

                              Alors vous allez me dire que tout ça ce n’est pas l’Europe, c’est la France etc... oui, mais, pas exactement... car chez eux, je suis un Europeen et pour eux, vu de leur pays, la haut dans le nord c’est l’Europe.


                              J’ai voté NON, je continuerais parce que mon Europe a moi, ce n’est pas celle de Sarkozy, pas plus que celle de Baroso et dans tous les cas pas celle du TCE ni du traité de Lisbonne. Si le seul choix d’Europe se résume a Nice ou Lisbonne, ce sera Nice car apres tout cela peut encore marcher longtemps.

                              Nous avons en France révisé notre constitution pour l’accorder aux divers traités... parfait, que les pays qui n’ont pas de referendum inscrivent dans leurs constitution que pour l’Europe il faut un référendum synchrone. Reecrivons le traité qui nous convienne et votons le. Ce sera une nouvelle Europe, une vraie Europe des peuples, pas l’Europe de Bolorré (par exemple)...


                              • dup 30 juillet 2008 07:22

                                En effet, depuis son adhésion en 1973, l’Irlande est un des pays ayant reçu le plus de subventions de l’Union européenne.

                                on deshabille Paul pour habiller Pierre , au passage , on perçoit sa dìme . Un socialisme parfait , la où au moins le capitalisme fait mieux son travail

                                . C’est un traité équilibré

                                vous les avez lu le 400 pages avec renvois , vous les avez compris . répondez seulement par oui ou non . Tout autre réponse est prise pour un non

                                Malgré cela, nous pouvons continuer à avancer et cela est même indispensable car nous ne pouvons pas nous permettre de baisser les bras alors que le reste du monde avance à grands pas.

                                QUI vous oblige à avancer dans ce piège mortel . SVP des noms , des faits , des arguments

                                Les Irlandais n’ont pas vu les bienfaits que leur avaient apportés l’UE et n’ont retenu que l’image d’une administration européenne jugée distante et bureaucratique

                                et si c’était vrai ?

                                De plus, dans un pays qui n’a acquis sa pleine souveraineté qu’au début du XXe siècle, l’argument d’une perte de souveraineté porté par les « nonistes » a eu un effet dévastateur

                                vous n’aimez pas être maître de votre destinée . La libérté vous fait peur ? oui ou non ?

                                « qu’il faut montrer sans cesse et sans relâche les bienfaits européens ».

                                bande d’hypocrites . Citez en un seul de ces bienfaits , à part l’alibi de la paix qui est un total mensonge

                                il faut casser le préjugé d’une Europe technocrate qui ne s’occupe pas des citoyens et qui serait « business as usual ».

                                mais c’est business as usual Bolkenstein , vous l’avez oublié ?

                                mais il doit au contraire aider à s’attaquer aux préoccupations majeures de notre temps à savoir la croissance, le chômage,

                                absolument , en cassant les acquis sociaux et libralisant , ouvrant les frontières à tout vent et corruption .Vous êtes sérieux

                                Les Européens ne représenteront bientôt que 5 % de la population mondiale

                                ce n’est pas parce que l’écureuil est plus petit que le lion qu’il est l’esclave du lion

                                l’octroi de clauses dérogatoires

                                vous la trouvez pas déja assez compliquée cette usine à gaz du TCE ,car c’est bien lui

                                l’Irlande est très attachée à sa neutralité et est très réticente sur les questions d’intégration au niveau militaire

                                se laisser entrainer dans la merde à bush et a blair . c’est ça votre projet ?

                                c’est de montrer que l’Europe répond aux attentes des citoyens dans des domaines concrets.

                                ok , allez y . ça fait 20 ans déjà , fait nous le tour du propriétaire

                                Mais les citoyens doivent également prendre leurs responsabilités et s’impliquer dans les débats européens

                                les réfrendums et autres , on s’asseille dessus . C’est quoi ce mensonge ?

                                de vraies élections européennes sur des sujets européens et non des scrutins séparés nation par nation avec des débats sur des questions de politique intérieure.

                                vous êtes un plaisantin , mais diffusez des contre vérités . LUI il dit comment votre rêve est un cauchemar. vous nous envoyez en enfer par votre ignorance

                                http://www.dailymotion.com/relevance/search/bukovsky/video/x50nqj_vladimir-boukovsky-europe-
                                urss_news


                                http://www.dailymotion.com/Stockshot-One/video/x69gsp_haut-les-coeurs-irish-people_news

                                http://www.dailymotion.com/relevance/search/lelibrepenseur/video/x45s9g_rev olte-au-parlement-de-lue-incroya_politics

                                on est pas loin de la guerre civile avec vos conneries


                                • dup 30 juillet 2008 08:21

                                  a mourir de rire , Le traité simplifié est en fait un taité complexifié ,mais on l’a appelé simplifié pour ne pas effrayer ceux qui les trouvaient compliqué . On a pas assez expliqué que si c’était simple , c’est parce qu’en réalité c’est compliqué . On a pas assez expliqué que si c’était compliqué ,c’est pour faire simple . Si les refendums échouent c’est par manque de leadership . (entendez fomateur des esprits) . S’ils ont voté non , c’est pour renégocier , enfait c’est un oui différé .

                                  http://www.dailymotion.com/related/x45s9g/video/x5w6j4_valery-giscard-destaing_news


                                  • Francis Francis 30 juillet 2008 12:23

                                    Ces articles nauséabonds de taurillon.org ont au moins le mérite de faire apparaître les agents de propagande de la Commission pour ce qu’ils sont. Continuez comme ça à déformer l’information, et à caricaturer vos opposants, vous produisez de superbes résultats.


                                    • Gzorg 30 juillet 2008 17:54

                                      Laissons les Eurofascistes mondialiste continuer à "torillonner" tant qu’ils veulent, leur Europe de merde on va avoir plein d’occasion de la faire sauter...la premiere c’est en 2009 !

                                      A bientot donc , les traites dictatorials européistes , on va vous montrer qu’on a pas oublié....en 5 ans vous m’avez appris à hair ce que j’aimais, l’europe je lui chie dessus et vos principes je me torche avec , bref je fais comme vous avez fait avec notre vote !

                                      On va bien se marrer je sent dans les années à venir !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès