• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Nouvelle humiliation pour la Grèce

Nouvelle humiliation pour la Grèce

Mais quand cela cessera-t-il donc ? Voilà bientôt 7 ans qu’Athènes est devenue le vassal trop obéissant de ses créanciers tortionnaires, parce qu’une majorité des Grecs préfère ne pas couper le lien monétaire, mais aussi institutionnel avec une Union Européenne qui les maltraite pourtant depuis trop longtemps, avec des conséquences humaines effarantes. Nouvel exemple ce mois-ci.

 

Une tutelle démocratique toujours plus violente
 
C’est une nouvelle crise qui aura duré pendant 15 jours. Romaric Godin nous contait comment « Alexis Tsipras tente de redresser sa popularité  ». Le point de départ est l’excédent primaire de la Grèce, qui atteint 6,5 milliards fin octobre, 3 milliards de plus que prévu avec les créanciers. Selon le mémorandum signé avec les créanciers du pays, 40% de la « surperformance  » (sic) était à la discrétion du gouvernement (30% pour réduire la dette et 30% pour réduire les impayés). Alexis Tsipras voulait en utiliser la moitié (617 millions) pour une prime pour les 70% de retraités qui touchent moins de 850 euros par an ainsi que pour un report dans la hausse de la TVA prévue pour les îles du nord de mer Egée.
 
Malheureusement, cela a irrité les tortionnaires du pays, non informés, qui ont décidé de suspendre les dérisoires mesures d’allègement de la dette, comme le rapportait l’intéressant blog Le vent se lève. Sur son blog, Sapir avait dénoncé « la honte et la colère  », rappelant le lourd tribut que le pays paye aux plans européens, avec un investissement divisé par trois et revenu au niveau de 1996. Mais finalement, le 24 décembre, l’Eurogroupe a annoncé avoir repris le dialogue à la réception d’une lettre d’Athènes répondant aux inquiétudes des créanciers. Les mesures sont dérisoires, proposant de réduire de 20 points (à peine plus de 10%) le poids de la dette d’ici à 2060 (et pourquoi pas 2100 ?).
 
Romaric Godin n’a pas épargné le gouvernement Tsipras en soulignant qu’il avait été une nouvelle fois humilié par les créanciers. En effet, Athènes a accepté de dire que ces mesures étaient temporaires, que la prochaine fois, et que l’utilisation des 40% de cette « surperformance » serait soumise à accord des créanciers. Déjà, il est assez incroyable que la Grèce ait accepté des règles aussi contraignantes sur l’usage des excédents. Mais il est particulièrement humiliant pour le pays d’avoir été contraint de céder à nouveau pour avoir oser redistribuer 20% de l’excès d’excédent… Cela démontre à quel point Athènes accepte d’être le vassal de créanciers au caractère particulièrement détestable.
 

 

Je suis curieux de connaître le jugement que l’histoire portera sur le traitement de la crise Grecque, provoquée par une intégration monétaire profondément dysfonctionnelle et une bulle financière privée. Mais ce qui est effarant, c’est de constater à quel point un peuple peut se convaincre majoritairement, pour le moment, de suivre ces politiques aussi humiliantes qu’inhumaines.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 3 janvier 09:39

    Pourquoi la Grèce ne veut-elle pas couper ce lien à votre avis ?


    Parce que les banquiers grecs et les grecs très riches (armateurs, groupes hoteliers etc...) savent que l’alternative à la situation actuelle est la solution adoptée par l’Islande : ils perdraient tout et certains iraient en prison.

    Ils préfèrent que leurs dettes soient remboursées par les contribuables, même si les intérêtes eux-mêmes représentent plus que les ressources fiscales.

    Cette situation ubuesque a au moins permis de démasquer Tsipras et Syriza : des manipulateurs d’opinion servant d’écran entre les puissants et la populace.

    • alinea alinea 3 janvier 17:28

      @Jeussey de Sourcesûre
      Je ne crois pas ça ! il n’y avait aucune manipulation de la part de Tsipras, simplement l’idée illusoire de pouvoir peser. Ce désir est à mettre sur le compte de l’entourloupe pour leur vendre l’UE, mais peut-être surtout, l’Histoire de la Grèce qui rêvait d’être européenne.
      Européens, une civilisation qui a forgé la nôtre et qui a été au cours des siècles assujettie à l’Orient !
      Il leur faudra du temps pour abandonner ce que,peut-être, ils prenaient pour un dû.
      Lisez l’article de Éric Toussaint.


    • jaja jaja 3 janvier 17:46

      @alinea, J’ai du mal à croire que vous lisiez Éric Toussaint, ce membre d’Attac et de la LCR belge, figure de gauche et qui écrit à propos d’une Conférence sur la Syrie interdite par les autorités belges :

      « La conférence organisée par l’asbl Formation Léon Lesoil avait pour but de discuter de la barbarie du régime syrien et de Daesh, du soulèvement populaire en Syrie et de la solidarité à construire avec les courants démocratiques et anticapitalistes d’ici et de là-bas.

      Les intervenant.e.s prévu.e.s à la conférence étaient : Joseph Daher, docteur en développement de l’université School of Oriental African Studies (SOAS – Londres), et assistant à l’université de Lausanne, membre de solidaritéS et du Courant de la Gauche Révolutionnaire en Syrie. Sophie Aujean, spécialiste du Moyen Orient à Amnesty International et membre du collectif citoyen « Action Syrie ». Pascal Fenaux, journaliste au Courrier International et membre du comité de rédaction de La Revue Nouvelle. Ainsi que Rhodi Mellek, du comité pour le Rojava (Kurdistan syrien), représentante à Bruxelles du PYD (Parti de l’union démocratique). »


    • jaja jaja 3 janvier 17:49

      @Alinéa

      Ce même Éric Toussaint qui ne se cache pas derrière son petit doigt pour parler de la capitulation de Tsipras :

      http://www.cadtm.org/Eric-Toussaint-temoigne-sur-la


    • alinea alinea 3 janvier 18:12

      @jaja
      Personne ne doute de la capitulation de Tsipras ! je dis juste qu’elle n’était pas préméditée, qu’il était sincère !
      L’article de Toussaint que je donne plus bas fait un historique très claire de « la chose » !!


    • Attilax Attilax 3 janvier 23:45

      @alinea
      Sincère ? Il a baissé son froc au bout de deux mois et demi ! Waaah, quelle dure lutte ! Qu’est-ce que ça aurait été s’il n’avait pas été sincère, dis-donc ! Tout dans les urnes, rien dans les burnes. Quand je pense au déluge médiatique qui a accompagné son élection, aux éloges de Mélenchon (tiens, c’est marrant, il n’en parle plus du tout), à la soit-disant grand-peur de l’UE. Mouarf ! Quelle mauvaise blague... Il leur reste quoi comme choix aujourd’hui ? Aube Dorée ? Merci Tsipras pour ce bon boulot  !
      Fallait sortir de l’UE, mais ça il ne l’a jamais voulu, pépère, et les grecs non plus. Et ben voilà,ils sont maintenant plus que fixés sur l’amour que leur portent leurs seigneurs et maîtres. Il n’y avait qu’une solution pour eux : se barrer de l’UE, planter les créanciers et repartir à zéro. Ils en auraient chié, certes, mais ils auraient pu reconstruire. Au lieu de ça, ils se sont condamnés à rembourser pour l’éternité une dette qui ne peut mathématiquement pas être remboursée. Ils ont absolument voulu rester dans cette belle UE, où règne la paix, la croissance et la civilisation ? ils en payent aujourd’hui le prix... Ça fait cher la sodomie nationale. Et Tsipras, le « sincère », en oblitérant la dernière chance de ce pays de sortir de ce bourbier infâme, aura été une parfaite mère maquerelle, il le prouve encore aujourd’hui... Je ne crois pas une minute à sa sincérité, désolé.


    • alinea alinea 4 janvier 10:24

      @Attilax
      Si, il en a parlé ; il a dit qu’à sa place il aurait décrété la banqueroute.
      Écoutez la vidéo de Toussaint que donne jaja, à défaut de lire l’article que je donne plus bas, avant de dire des conneries !
      Élu en janvier, il a capitulé en juillet. deux mois quoi !


    • Attilax Attilax 4 janvier 21:22

      @alinea
      Pourquoi, 4 mois de plus, ça change grand-chose ? Une sincérité de 2 ou de 6 mois, c’est différent ?
      Il a essayé de faire les gros bras, comme Mélenchon voudrait le faire, mais il n’a pas osé franchir le cap de tout plaquer. Et je suis sûr qu’il savait dès le début qu’il n’irait pas au bout... Sans ça il l’aurait fait, non ?


    • alinea alinea 5 janvier 21:29

      @Attilax
      Au bout de quoi ? Il n’a jamais été question pour Syriza de quitter l’UE !! il a été élu en connaissance de cause !
      Je ne dis pas que je l"approuve, mais cracher sur les gens à terre m’a toujours dégoûtée !


    • oncle archibald 3 janvier 10:19

      Pourquoi ne reproche-t-on jamais aux grecs eux mêmes d’avoir accepté des lois qui faisaient la part belle aux grecs très riches, des lois de finance complètement mensongères qui envoyaient le pays dans le mur, etc etc .... Est-ce que les grecs, comme les autres pays démocratiques, ne choisissent pas eux mêmes leurs dirigeants à partir d’un programme de gouvernement soumis à leur appréciation avant l’élection ?

      Le problème de la Grèce est le même que celui des autres pays occidentaux qui établissent depuis plusieurs décennies sans désemparer des budgets en déficit tout en sachant très bien que ces déficits ne pourront jamais être comblés, mais il est plus facile pour un gouvernement de dire dormez brave gens tout va bien que d’avouer que le pays est en faillite et que ça va saigner !

      C’est de la démagogie pure et simple que de faire croire au peuple que tout va bien alors qu’on emprunte sans limites et donc qu’on reporte sciemment sur les générations futures le soin de régler l’addition. Je n’exonère pas de responsabilité les préteurs qui n’hésitent pas à prêter et prêter encore à des pays qu’ils savent insolvables, mais au bas d’un contrat il y a deux signatures !


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 3 janvier 10:25

        @oncle archibald


         « Est-ce que les grecs, comme les autres pays démocratiques, ne choisissent pas eux mêmes leurs dirigeants à partir d’un programme de gouvernement soumis à leur appréciation avant l’élection ? »

        Est-ce que les dirigeants des autres pays, comme ceux des Grecs mettent en oeuvre les programmes de gouvernement qu’ils ont affichés pour être élus ?

      • oncle archibald 3 janvier 10:39

        @Jeussey de Sourcesûre : si demain une manif s’organise pour modifier les lois fiscales dans le sens d’un rééquilibrage au profit de ceux qui ont de petits revenus je serai dans la rue. Hollande voit ce qu’il en coute de ne « combattre la finance » qu’avec des mots. Mais depuis 1981 les gouvernements de gauche se sont contentés de faire croire au « peuple » qu’ils allaient s’attaquer au problème du financement des dépenses publiques, et que pour résorber les dettes abyssales du pays on allait « faire payer les riches ». Sur ce point je suis d’accord avec vous.


      • oncle archibald 3 janvier 10:52

        @Jeussey de Sourcesûre

        "Est-ce que les dirigeants des autres pays, comme ceux des Grecs, mettent en oeuvre les programmes de gouvernement qu’ils ont affichés pour être élus ?« 

        Franchement, vous estimiez crédible que l’Europe raye d’un trait de plume la dette de la Grèce ? Que les grecs puissent se passer des banquiers alors qu’il n’y a pas un pélo dans les caisses pour payer les fonctionnaires ? Qui pouvait penser crédible le programme de Monsieur Tsipras ?

        Je ne vais pas pleurer sur l’impopularité d’un menteur qui savait parfaitement qu’il ne pourrait pas réaliser ce qu’il proposait aux électeurs, ni sur l’hypocrisie des Grecs qui ont feint de le croire et feignent maintenant de s’offusquer de son »revirement".


      • Attilax Attilax 3 janvier 23:57

        @oncle archibald
        « Franchement, vous estimiez crédible que l’Europe raye d’un trait de plume la dette de la Grèce ? »

        Bien sûr que non. En revanche, la Grèce aurait pu les envoyer péter, l’histoire est jonchée de dettes impayées, demandez aux templiers ou aux révolutionnaires français ce qu’ils en pensent. Mais ça voulait dire sortir de l’UE, sortir de l’euro, créer une nouvelle monnaie dans l’urgence et bouffer de la merde pendant dix ans. Au lieu de ça, ils en ont maintenant (en théorie) pour 100 ans, minimum. C’est ce qui s’appelle manquer de discernement. Cela dit, je doute que le système financier dure aussi longtemps.


      • oncle archibald 3 janvier 10:45

        En politique comme dans la façon de traiter bien des problèmes de société c’est le mensonge l’égoïsme et l’hypocrisie qui ont prévalu pendant plusieurs décennies. Rien d’étonnant dans le merdier constaté à ce jour, en Grèce mais aussi ailleurs et probablement demain en France quel que soit l’heureux Zélu du mois de Mai qui ferait bien de réfléchir au fait que le « peuple » n’est plus ce qu’il était, il sait que le plus souvent on lui ment pour l’amener à voter.


        • alinea alinea 3 janvier 11:20

          C’est bien que vous en parliez, cela m’évitera de le faire !
          Je conseille à tous cet excellent article de Éric Toussaint ; il nous rappelle entre autres d’où vient notre si faramineuse dette qui nous apporte de si merveilleux programmes chez tous les candidats de droite, complexée ou pas !
          On y trouve quelques schémas très parlant !!
          http://www.les-crises.fr/grece-les-banques-sont-a-lorigine-de-la-crise-par-eric-toussaint/


          • oncle archibald 3 janvier 12:17

            @alinea

            Je ne sais pas si vous avez pu lire et surtout comprendre la totalité des exposés contenus dans l’étude à laquelle renvoie votre lien. J’ai essayé de le faire mais il faudrait être beaucoup plus compétent en matières bancaires et fiscales pour en apprécier le bien fondé ou au contraire les erreurs. 

            Ce que je retiens c’est que c’est quand même le gouvernement grec qui a accepté de reporter sur les banques privées le soin de prêter tant à l’état qu’aux entreprises et aux particuliers et que lesdites banques privées grecques se sont tellement gavées de bénéfices sur ces prêts que les autres banques privées européennes sont venues participer au festin. 

            Pour autant je ne vois toujours pas comment quelqu’un ou quelque organisme que ce soit peut emprunter sans avaliser un contrat qu’il a lui même sollicité. Les banques se sont gavées certes, 
            mais en Grèce comme ailleurs en vertu de contrats acceptés par les emprunteurs ....

          • alinea alinea 3 janvier 12:41

            @oncle archibald
            Qui était au pouvoir à l’époque ?
            Cet article est compréhensible, même si on ne saurait l’annoter ou le commenter quand on n’est pas économiste ! On en retient ce qu’on peut, mais ce qu’on en retient est très clair !


          • oncle archibald 3 janvier 13:39

            @alinea

            Compréhensible au sens stric oui, mais de là à avaler sans mâcher .... on en retient ce qu’on peut et surtout ce que l’on veut, mais pourquoi serait-il inacceptable de penser que la responsabilité de l’emprunteur est engagée lorsqu’il contracté ? Que cet emprunteur soit un particulier, une entreprise ou un état, sa responsabilité existe, il sait ce qu’il fait et s’engage à rembourser dans les conditions prévues par écrit dans le contrat. Pourquoi devrait-on zapper cette étape ?

          • alinea alinea 3 janvier 16:23

            @oncle archibald
            À peu près tous les peuples d’occident ont cédé à cette « obligation » d’emprunter pour garder ou améliorer leur niveau de vie ; ça a mal fini pour tout le monde ! Les Français sont restés épargnants, sauf quelques surendettés, ce n’est pas une raison pour les regarder de haut !


          • baldis30 3 janvier 11:49

            Et pendant ce temps....

            a) l’Allemagne n’a toujours pas remboursé à la Grèce sa dette de guerre parfaitement prouvée, constituée pour une grosse part de factures impayées ... 180 milliards d’euro au minimum ....

            b) la Deutsche Bank devrait se retrouver en faillite compte tenue de ses dettes et de l’amende américaine Ah oui ... to big to fail ..... Quand aux grecs, ils ont un nez si particulier et des cheveux si noirs qu’ils ne sont pas si purs aryens que ça ... Et en plus ils sont pauvres ....


            • leypanou 4 janvier 10:53

              @baldis30
              Quand aux grecs, ils ont un nez si particulier et des cheveux si noirs qu’ils ne sont pas si purs aryens que ça ... Et en plus ils sont pauvres .... : si, si, ils sont de bons à rien.


            • zygzornifle zygzornifle 3 janvier 16:04

              Se faire Merkelliser jusqu’à la moelle est une fin atroce pour le peuple grec .....


              • Doume65 3 janvier 17:15

                « Mais quand cela cessera-t-il donc »

                Tant que la totalité des actifs (infrastructures et autres) du pays n’appartiendra pas à des privés de l’UE.


                • damocles damocles 4 janvier 09:36


                  J’ai lu dernierement un sondage (je ne sais plus où ) sur les peuples qui serait prêts a sortir de l’UE , et les grecs seraient 46% à vouloir la quitter....

                  ....allez encore un petit effort ... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès