Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Obamania, soit ! A quand l’Euromania ou l’Europhilie (...)

Obamania, soit ! A quand l’Euromania ou l’Europhilie ?

« Au commencement était le verbe... » ou « Au commencement était l’émotion » ou encore « Au commencement était l’action ». Entre la Bible, L-F Céline et Goethe (Faust), ces citations invitent à une réflexion difficile mais c’est un beau sujet pour un concours du type ENA. C’est en effet les technocrates européens, politiques et administrateurs, que devraient toucher ces quelques réflexions et suggestions.

Dans cette Obamania planétaire à laquelle nous venons d’assister, immense vague née aux Etats-Unis et qui a déferlé sur le monde, comment quantifier la part de la raison, celle de l’émotion ou encore celle de l’action, les trois aspects n’étant évidemment pas incompatibles ?

Pour se convaincre que c’est l’émotion qui a été le vecteur principal, peut-être suffit-il de s’en remettre aux médias ou tout simplement à son entourage, voire à soi-même. Nul ne sait rationnellement ce qui changera profondément, surtout pour le reste du monde, avec ce nouveau président des Etats-Unis, séduisant et émouvant au point d’avoir fait naître un espoir, des perspectives, du rêve pour certains.

Allez, encore une petite citation des Pensées de Pascal pour soutenir la réflexion : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas ». On se souviendra que Pascal appose là, la foi et la raison et ce n’est pas loin du propos.

Tout cela afin de rétablir ou d’instiller dans la tête et le coeur de nos dirigeants, et particulièrement de ceux auxquels le bon peuple confie démocratiquement ( ?) la construction européenne, le constat que l’Europe est constituée de citoyens qui pensent raisonnablement lorsqu’ils sont éclairés et qui ont aussi des sentiments, parfois irraisonnés.

Il faut faire AIMER l’Europe.

Cette assertion, même dans les milieux, cercles divers ou mouvements qui militent pour la cause européenne, fige les regards étonnés, sceptiques parfois méprisants. « Quelle ringardise ! Pauvre rêveur puéril ou sénile... ». Et on repart pour une série de conférences ou de communications diverses pour expliquer à un public de sympathisants certains aspects techniques complexes qui requièrent encore des éclaircissements. C’est fort utile mais très insuffisant.

Le cœur encore, chez E. Renan qu’on ferait bien de relire et qui, en 1882, proclame : « Une communauté d’intérêts est un lien puissant entre les hommes ; elle fait des traités de commerce mais un ZOLLVEREIN (union douanière) n’est pas une patrie (...) qui est une âme et un corps à la fois » . Plus loin il ajoutait qu’une « grande agrégation d’hommes, saine d’esprit et chaude de cœur, crée une conscience morale ».

Une conscience et encore le cœur ! Diable, ce mot doit-il être rayé du vocabulaire politique et réservé aux organisations caritatives ? Le cœur, c’est les sentiments y compris celui d’appartenance à des groupes à des niveaux stratifiés en pyramide inversée. A priori on aime (ou du moins le devrait-on) sa famille, sa région, sa patrie et pourquoi pas cette entité nouvelle qui apparaît aujourd’hui comme indispensable, évidente, salvatrice, l’Europe.

Alors, comment faire battre les cœurs ?

L’euroscepticisme est en nette régression (en récession ?). La crise financière avec les graves conséquences économiques et donc sociales qu’elle induit a redonné du poids au « politique ». Notre président, en charge des affaires européennes, appuyé par ses collègues de façon parfois inattendue (Gordon Brown), recueille les fruits d’un travail sérieux, sous forme d’un gain de 8% dans les sondages : cœur ou raison seulement ? Il avait déjà montré sa détermination dans la crise géorgienne et voilà qu’au G20 de Washington, les Européens vont parler d’une seule voix malgré des réticences sourdes (le président tchèque).

Même l’éminent Philippe Herzog, l’ancien économiste du PCF reconverti dans une réflexion profonde sur l’Europe (il dirige Confrontations Europe), a des égards pour la gouvernance économique nouvellement imaginée et prodigue même, dans un article du Monde du 30-10-08, des conseils macroéconomiques au président Sarkozy. L’Europe est écoutée. On en oublierait presque les échecs des traités... L’Europe politique existe donc et elle ne le sait pas ou feint de l’ignorer.

Dans un livre paru au printemps dernier, Daniel Riot traite l’Europe comme une femme « emmerdeuse »( le titre en est : L’Europe, cette emmerdeuse). Dans les trois adjectifs de la classification de Paul Valéry, reprise par Brassens, l’auteur n’a pas choisi le pire, car il y a pire encore et la formule on la doit à un livre d’Elie Barnavi, c’est L’Europe frigide qui vient de paraître. Cet admirable historien qui « n’est pas européen mais se sent européen » y fustige l’Europe technocratique, celle en crise d’identité et donc de confiance, obérée par des nationalismes pusillanimes, alors qu’elle est un modèle inimitable fait de rationalité, de liberté, de laïcité et de solidarité. Merci Monsieur Barnavi de nous le rappeler.

Oui, notre belle Europe est frigide parce qu’on ne la rend pas excitante et même quand elle l’est, on ne le fait pas savoir... Ainsi, on devrait impérativement signaler la contribution de l’UE dans toutes les réalisations d’infrastructures, de formations et autres dont profitent les Européens. De plus, toute accusation injustifiée pratiquée trop souvent par les gouvernements pour se défausser, devrait être clairement dénoncée par les médias.

Les symboles et les prochaines élections.

Il a fallu attendre la session plénière du Parlement du 9 octobre dernier pour que cette institution « reconnaisse et fasse siens les symboles de l’Union ».

Ni le drapeau, ni l’hymne tiré de l’Ode à la Joie de la IX° Symphonie de Beethoven ne semblent poser de problèmes, pas plus que la devise « Unie dans la diversité ». Pourtant, on pourrait imaginer que les paroles de l’hymne soient traduites dans les différentes langues de l’Union, tous les pays disposant de poètes et de linguistes. Les anniversaires de la déclaration Schuman du 9 mai 1950 seront célébrés un peu partout, mais tout cela seulement dans le cadre du Parlement dans ses activités. Rien n’y astreint les Etats membres.

Ne peut-on imaginer que partout où on déploie le drapeau national, on y associe la bannière européenne ? On peut voir à Rome par exemple que, sur la place St Ignace, le poste de Gendarmerie (Carabinieri), logé dans un édifice aussi baroque que l’église qui lui fait face, associe haut et clair les deux pavois, comme tous les bâtiments publics d’ailleurs. Ce n’est même pas le cas à Strasbourg et pas davantage à Bruxelles ! Parfois, quelques petites localités dont les édiles sont des europhiles pratiquent ce double pavoisement car rien ne l’interdit.

Mais si drapeau, hymne et devise sont assez faciles à exploiter, il n’en est pas de même de la journée de l’Europe. Puisque le 11 novembre de cette année a été une fois de plus une occasion de disputer des commémorations « trop nombreuses » et puisqu’on ne peut imaginer une journée « globale » de la Mémoire où seraient célébrées toutes les victimes de l’Histoire, qu’au moins la journée de l’Europe, symbole d’une adhésion volontaire à un magnifique projet, soit maintenue dans toute l’Europe avec faste et joie.

D’ailleurs, après le 8 mai marquant la fin d’une ère, cette journée de l’Europe n’est-elle pas la commémoration du commencement de l’avenir meilleur ?

Ce projet ambitieux et passionnant, nous chargeons, en principe démocratiquement, nos gouvernements respectifs et surtout nos eurodéputés de le porter. C’est pourquoi dans toutes les élections et particulièrement dans les toutes proches élections européennes, il est primordial que les eurocitoyens soient convenablement informés et éclairés. Il appartient aux médias, comme aux hommes politiques de tous rangs, et aux organisations militantes comme aux partis, de s’atteler loyalement à cette tâche.

Et foin de ces eurodéputés désignés à l’élection pour cause d’échec électoral national ou autre privilège ! Foin de ces parachutes dorés, là aussi ! Le projet est trop beau pour être abandonné à des opportunistes peu convaincus et soucieux seulement de leur confort, comme le révèlent les arguties de certains d’entre eux quand il s’agit du siège du Parlement. Enfin - et c’est là une idée audacieuse qu’on pourra trouver saugrenue si on veut -, il serait bon que les bâtisseurs d’Europe soient distingués, reconnus et honorés. Pourquoi ne pas créer un ordre ?

L’ORDRE DES COMPAGNONS DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE

ou toute autre formulation, celle-ci s’inspirant de De Gaulle et de ses Compagnons de la Libération. De l’audace, de la raison et du cœur donneront à l’Europe sa vraie place civilisationnelle dans le monde. Si cette ambition ne peut pas se passer de la technocratie, celle-ci ne peut pas davantage se passer d’un peuple sensible et intelligent pour peu qu’on s’emploie à lui en donner les moyens.

Antoine Spohr


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • caramico 3 janvier 2009 14:23

    D’accord sur le fond, il faut garder un oeil critique, la présidence tchèque donnée à un Europhobe par exemple, les accords avec Israel en catimini, la soumission à l’Otan, la vision actuelle bien trop mercantile...
    Qu’on nous présente une Europe propre et ça se fera tout seul.


    • zelectron zelectron 4 janvier 2009 10:41

      Nous sommes trop peu à "être" européens, je vous le concède, mais combien de fois on a lu, entendu, écrit : c’est la faute à l’Europe pour expliquer, justifier, conspuer "tels ou telles" évènements, crises ou erreurs gouvernementales.
      Oui, aimer...mais peu de gens ont voyagé, parlé, habité en Europe, en dehors de ses propre frontières le citoyen de base n’est autre chose qu’un tourriste.
      J’appartiens probablement à une génération proche de la vôtre et j’espere que nous vivrons cependant la continuation de cette construction en suscitant auprès de nos proches l’adhésion à une conviction :
      Vive l’Europe !


      • dom y loulou dom 4 janvier 2009 12:19

        piste en brousse urbaine...


        http://www.youtube.com/watch?v=0bHEkNtPD4M


        • JONAS Virgule 8 janvier 2009 10:25

          Et l’Euroconnerie vous connaissez !

          Vous confondez les USA environ 300 ans d’existence et les pays Européens 2 milles ans !

          Les Américains étaient des pionniers et ils ont gardé l’esprit, de cette unité première.

          Nous sommes des sédentaires ou pantouflard et pas prêt de changer !

          Votre Europe est une association de " commersangs ", de marchands et les commerçants ne font qu’une politique, celle de leurs tiroirs caisses.

          Il faut vraiment être benêt pour croire à ce Machin, dont nous sommes les premiers cocus ! smiley


          • Floriangauthier 14 janvier 2009 12:21

            The Institute for Cultural Diplomacy (ICD) is pleased to announce four programs taking place in Berlin throughout February 2009. All programs are currently accepting applications…

            The ICD Academy for Cultural Diplomacy (2nd – 6th February, 2009)

            Europe Meets Latin America : A Forum for Young Leaders (9th – 13th February, 2009)

            Cultural Diplomacy in Europe : A Forum for Young Leaders (16th – 20th February, 2009)

            Cultural Diplomacy in Africa : A Forum for Young Leaders (23rd – 27th February, 2009)
            The ICD is an international, not-for-profit, non-governmental organization focused on the theoretical and practical promotion of cultural exchange as a tool for improving relations in all areas. To learn more about our activity, please visit http://www.culturaldiplomacy.org.

            The ICD programs bring together Young Leaders from across the world for an analysis of cultural diplomacy, an exploration of the relationship between their cultures, and to create a sustainable network between likeminded individuals. Participants are encouraged to use the networks they develop to organize their own leadership initiatives in the future.

            The ICD Academy for Cultural Diplomacy (2nd – 6th February 2009)
            The ICD offers the Academy for Cultural Diplomacy to allow individuals of all backgrounds to gain an introduction in, or deepen their knowledge of, the field of Cultural Diplomacy. A diverse, inter-disciplinary curriculum featuring leading figures from the public sector, private sector and civil society will stimulate discussions of the salient issues in the field of Cultural Diplomacy today.
            Further information : www.culturaldiplomacy.org/index.php ?en_icdacademy_introduction
            Enquiries :  academy@culturaldiplomacy.org


            Europe Meets Latin America : A Forum for Young Leaders (9th – 13th February 2009)
            Europe Meets Latin America : A Forum for Young Leaders will bring together young leaders for a consideration of the bi-regional relationship between Europe and Latin America, and an exploration of important issues. Areas of focus will include regional Vs. national identity, the influence of development criteria on economic relations, and a consideration of the importance of cultural exchange in strengthening ties.

            Further information : www.culturaldiplomacy.org/index.php ?en_program_emla_introduction
            Enquiries :  emla@culturaldiplomacy.org

            Cultural Diplomacy in Europe : A Forum for Young Leaders (16 – 20 February 2009)
            Cultural Diplomacy in Europe : A Forum for Young Leaders (CDE) has been designed to bring together young, influential people from Europe and across the world to explore the need for, and practice of, Cultural Diplomacy within Europe. Through carefully selected case studies and workshops, CDE will encourage the participants to explore the role cultural exchange can play in addressing regional, national, and local cultural divisions in Europe.
             
            Further information : www.culturaldiplomacy.org/index.php ?en_program_cdie_introduction
            Enquiries :  europe@culturaldiplomacy.org

            Cultural Diplomacy in Africa : A Forum for Young Leaders (23 – 27 February 2009)
            Cultural Diplomacy in Africa : A Forum for Young Leaders (CDA) was developed to address the urgent need for cultural diplomacy on the African continent. CDA will consider how Cultural Diplomacy can help to strengthen relations between different cultural groups within Africa, will highlight and look at examples of initiatives that currently exist in this area, and will encourage discussions on the role that external influences can, and should, place in the development of Africa.
            Further information : www.culturaldiplomacy.org/index.php ?en_program_cda_introduction
            Enquiries :  cda@culturaldiplomacy.org

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès