Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Europe > Ouverture d’un musée de l’espéranto en Tchéquie, dans la ville (...)

Ouverture d’un musée de l’espéranto en Tchéquie, dans la ville de Svitavy

Beau contraste avec l’attitude française envers cette langue construite !

1. Un peu de tourisme : en bon Européen, découvrons La ville de Svitavy
(page en français)

La liste (également en français) des sites ou activités touristiques recommandées en Tchéquie, par le site de L’Office National tchèque du tourisme

Présentation en français de ce nouveau musée de l’espéranto, par ce même site :
(page bilingue tchèque-espéranto)
La galerie photo.

Il ne se sont pas moqués du monde, le bâtiment est superbe (photo), et, comme ils disent « Jusqu’alors, il fallait se rendre en Pologne ou en Autriche pour visiter des musées similaires. Dans celui-ci, se trouve également une salle d´étude disposant d’un dictionnaire électronique et une bibliothèque fournie en livres écrits en espéranto. Vous y trouverez aussi toute l´histoire de la langue, de nombreux dictionnaires et un ordinateur où vous pourrez trouver toutes les informations sur l’espéranto. »

Comme tout musée actuel, outre les vitrines, il dispose aussi d’une salle d’étude, et vise à un peu d’interactivité, avec des écrans tactiles, la possibilité d’écouter des textes en Eo, ou des chansons. Selon la revue espérantophone Monato (article de Chrdle), le musée dispose aussi de trois chambres d’hôte payantes.

A noter que Svitavy est la ville de naissance d’Oskar Schindler, qui a sauvé des centaines de juifs de la déportation et de la mort, histoire popularisée par le magnifique film de Spielberg "La Liste de Schindler".
Le mémorial Schindler (fr.)

Un compte-rendu en français de l’exposition sur Schindler.

A noter que l’espéranto devient ainsi une des trois expositions permanentes de la ville de Svitavy. La ville permettra également des expositions temporaires, comme en octobre 2009, « Espéranto et jeunesse ».

2. Un rapide petit tour ailleurs qu’en Tchéquie

En Pologne, Ilona Koutny, Hongroise d’origine, a créé et dirige depuis dix ans le cours d’interlinguistique en espéranto à l’université Adam Mickiewicz (UAM) de Poznań ; elle enseigne également le hongrois et le programme de linguistique dans la spécialité "hongrois".

Il ne s’agit pas d’un cours d’espéranto à l’université, comme il en existe déjà dans divers pays, ni d’un cours sur l’espéranto en polonais, mais d’un module universitaire EN espéranto, probablement le premier du genre, fonctionnant depuis dix ans, ce qui justifie largement son élection comme espérantiste de l’année (cf. article de Libera folio, en Eo).

Citons également la Chine et son site polyglotte China.org, en dix langues dont l’Eo. Dans un tel régime, un tel site ne peut se concevoir sans l’aval et la surveillance des autorités. La Chine permet aussi l’enseignement de l’espéranto dans diverses classes primaires. Peut-être ce pays est-il tellement vaste qu’il peut se permettre d’avoir plusieurs fers aux feux.

3. Et en France ?


De nombreuses villes de France ont une rue Zamenhof (dont la mienne), ce qui est une reconnaissance de la nation assez facile à obtenir post-mortem pour un général, victorieux ou pas, mais exceptionnelle pour un ophtalmo linguiste autodidacte, qui confirme son statut de grand personnage historique, quoique méconnu.

Mais de là à promouvoir cette langue construite et à mettre à disposition de superbes locaux dans un bâtiment historique, puis l’inclure dans la liste des 133 sites touristiques et visites proposées...

On mesure le contraste entre l’attitude de la Tchéquie envers l’espéranto et celle qui prévaut en France, trop souvent faite de méfiance et de préjugés ; quoique les radios, médias en ligne et journaux régionaux aient progressivement changé, en se montrant maintenant plus ouverts.

Il est probable que se niche dans ce rejet un certain complexe de supériorité, une crainte que le rayonnement culturel de la France et du français ne s’accommodent pas du développement de l’espéranto.

Cette attitude finalement similaire à celle du British Council, mais à une échelle plus modeste, se voit bien dans la doctrine pédagogique qui tente d’infiltrer les cours de langues dans les autres matières : certains veulent en effet que les langues, l’anglais, soit utilisé pour enseigner l’histoire, la géo, les maths, etc.

Or, on retrouve souvent ce même raisonnement et ce thème de l’enseignement bilingue dans les disciplines non linguistiques, sous la plume de gens concernés par l’enseignement du français langue étrangère, par exemple dans la revue Le Français dans le monde.

Signe qu’il s’agit bien de territoire, de pouvoir, les articles optimistes sur l’étendue de la francophonie alternent avec les articles pessimistes, généralement adoucis par un titre au contenu rassurant : « pays de conquête ».

Le vocabulaire martial évoque en somme des nouvelles du front de la guerre des langues, celle qui selon certains n’existe pas...

Les apprenants du français ne sont pas seulement attirés par le rayonnement culturel de la France et du français, mais aussi par l’existence de structures, de fonds, de perspectives d’embauche et d’avenir, c’est bien rapporté dans l’article sur la Guinée équatoriale.

Nous avons tendance à ne voir que le rayonnement culturel, en négligeant ce que contient de violence toute lutte de territoire : nous la jouons grands Seigneurs !

N’est-ce pas cette petite tendance à la mégalomanie et à l’impérialisme linguistique qui nous rend si réticents envers le thème d’une langue véhiculaire commune ? Au point de refuser carrément le débat sur la politique linguistique de l’UE, de boycotter le sujet de la barrière des langues, pourtant essentiel à l’UE et au monde ?

Au fond, se disent bon nombre de nos dirigeants, la place de numéro deux linguistique de l’UE, derrière le dieu anglais, n’est pas si mauvaise que ça...

D’ailleurs, seuls sont encore réticents les 20 heures et grands journaux nationaux, comme par exemple Le Monde ou Le Nouvel Obs, dont j’apprécie les dossiers mais qui semble ignorer jusqu’à l’existence du mot espéranto ! Quant à rapporter des faits comme le soutien de quelques députées européennes, pour eux ce ne sont ni des faits ni de l’info ! Curieuse conception du journalisme...

Mais soyons justes : quelques femmes politiques ont su braver ces préjugés d’un autre âge, Hélène Mandroux, Mairesse de Montpellier, a permis le site officiel en huit langues dont l’Eo, et Mme Catherine Trautmann a soutenu la présence de l’Eo parmi les langues disponibles pour la visite de Strasbourg en bateaux-mouche,
dans les deux cas, grâce aux liens noués depuis des années entre les associations locales et la Mairie ; la démocratie locale n’est pas un vain mot.

Quoi qu’il en soit, le destin de l’espéranto n’est pas dans les musées, il est d’être parlé, lu, écouté à la radio, chanté - bref, de servir de langue-pont entre les autres langues, de langue véhiculaire simple (mais non simpliste) entre les peuples.
Que l’UE se saisisse de cette occasion ou la rejette au profit de l’anglais, l’espéranto poursuivra sa route et restera une porte ouverte sur le monde que chacun peut franchir, ne serait-ce que pour jeter un coup d’oeil !



Sur le même thème

Deux partis politiques français à découvrir
Qui combattra le tout-à-l'anglais aux élections européennes ?
La première semaine internationale sans anglicismes
L'événement du 2 août 1914, dont les médias français se gardent bien de parler
Reprenons langue(s) ! Par Georges Gastaud et Matthieu Varnier


Les réactions les plus appréciées

Réactions à cet article

  • Par Zalka (---.---.---.7) 19 mars 2009 12:58
    Zalka

    Super, je sais où j’irais passer mes vacances cet été. Quelle bonne idée de mettre l’esperanto à sa vrai place !

  • Par mcm (---.---.---.147) 19 mars 2009 13:09

    Espéranto, quel plaisanterie de mauvais goût de consacrer des budgets à l’onanisme intellectuel quand des gens meurent de faim.

    • Par Romain Desbois (---.---.---.226) 19 mars 2009 14:36

      Ce qui m’a toujours désolé avec les humains c’est qu’ils aiment pleurer sur leurs malheurs, mais pas pour qu’on les aident, non pour qu’on les plaignent et qu’ils puissent pleurer sur votre épaule.
      Lorsque l’on se risque à faire des propositions , plutôt que de les étudier , ils préfèrent souvent défendre le système dont ils sont victimes.
      C’est valable au sujet de l’espéranto, comme cela se vérifie au sujet des banques, des maladies, de l’écologie, etc.

      Mais l’espéranto a un énorme obstacle à franchir , celui du snobisme et de l’élitisme dont bénéficie le globish.
      Même ceux qui au bout de six ans d’études ne le baraguouine même pas, revendique la langue d’outre manche.

      Car ils rêvent un jour d’être du côté de ce manche, du côté de l’élite.

      Il n’y rien de pire que les victimes consentantes !

    • Par Trashon (---.---.---.119) 19 mars 2009 14:59
      Trashon

      @mcm

      A vous lire sur un autres article, il semble bien que vous vous investissiez pour traduire des langues mortes au détriment d’un engagement dans une ONG par exemple ,votre commentaire apparaît pour le coup fort déplacé.

    • Par Krokodilo (---.---.---.244) 19 mars 2009 15:45
      Krokodilo

      Mcm,
      On disait déjà ça quand les Etasuniens sont allés sur la lune. Ce raisonnement suppose que les gens meurent de faim parce qu’on investit ailleurs, ce qui est totalement faux. Même manifestement trop nombreux, nous avons pour l’instant la capacité de nourrir tout le monde. Ce sont entre autres les guerres et leurs conséquences, désorganisation sociale, déplacement de population, arrêt de l’éducation, enrôelment de senfants soldats, etc. sans oublier la sécheresse, les maladies, l’avidité de Monsanto and co qui veut vendre ses semences chaque année... , qui sont responsables.
      En outre, votre raisonnement pourrait s’applqiuer à n’importe quoi : pourquoi aller voir des ballons rentrer dans un rectangle (ça s’appelle le foot), pourquoi ne pas verser les énormes salaires des footballeurs à des ONG ? Et la F1, à quoi ça sert, sinon à polluer ? etc.

    • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 17:03
      Wlad

      Romain,

      Lorsque l’on se risque à faire des propositions , plutôt que de les étudier , ils préfèrent souvent défendre le système dont ils sont victimes.

      Tu m’expliques en quoi on est victimes de l’anglais ?

    • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 17:07
      Wlad

      Ce sont entre autres les guerres et leurs conséquences, [...] qui sont responsables.

      Mais malheureux, sans guerres il n’y aurait déjà plus de place sur la planète ! En revanche, je suis d’accord, l’accès à l’éducation est fondamental pour réduire la surnatalité.

      En outre, votre raisonnement pourrait s’applqiuer à n’importe quoi : pourquoi aller voir des ballons rentrer dans un rectangle (ça s’appelle le foot), pourquoi ne pas verser les énormes salaires des footballeurs à des ONG ? Et la F1, à quoi ça sert, sinon à polluer ? etc.

      Sur ce coup-là, je te soutiens.

    • Par Romain Desbois (---.---.---.233) 19 mars 2009 19:12

      @Wlad
      je vous invite à lire toute l’oeuvre de Krokodilo et de quelques spécialistes du rôle de la suprématie d’une langue nationale sur une autre.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 19:18
      Τυφῶν בעל Perkele

      Ah, quel blagueur vous faites, j’en ai mal aux cotes. Sans blague, en quoi le fait d’apprendre l’anglais fait-il de quelqu’un une victime ?

      Espéranto, quel plaisanterie de mauvais goût de consacrer des budgets à l’onanisme intellectuel quand des gens meurent de faim

      Heureusement, beaucoup de gens sont d’accord avec ce point de vue.

      Typhon

    • Par Krokodilo (---.---.---.190) 19 mars 2009 23:42
      Krokodilo

       Romain Desbois,

      merci, mais je reste réaliste, disons oeuvre de journaliste amateur, qui pallie quelques lacunes de cette noble profession. J’ai raté pas mal de tes articles, j’ai fait un tour sur ton site, c’est du féroce...
      J’aime bien ce passage :
      « J’accepte enfin de donner au Téléthon, Sidathon, Restothon, Sarkothon et autres michethons, l’Etat ayant tellement d’autres chats à nourrir. »
       
    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 23:45
      Τυφῶν בעל Perkele

      Vous admettez êtreplus mavais qu’un journaliste ? Mais vous saviez qu’en dessous de zero, c’est dangereux ?

    • Par jbagsb (---.---.---.89) 20 mars 2009 09:05
      jbagsb

      Est-ce que « mom » sait de quoi il parle ? je ne le pense pas !

      S’il se renseignait auprès de gens compétents (et non espérantistes !) il apprendrait qu’utiliser l’espéranto ferait économiser plusieurs milliards d’euro (voir le rapport Grin) à tous les pays d’europe (sauf à l’Angleterre).

      De plus, tout le monde pourrait apprendre cette langue géniale. Il n’est pas nécessaire d’être « doué » en langue. Il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’argent pour aller dans le pays. Et cela n’empècherait pas d’apprendre –en plus mais SI on aime- toutes les autres langues.

      Bref, je m’arrête là, mais je pourrai remplir des pages entières présentant les avantages de l’ESPERANTO. 

  • Par Muadib (---.---.---.132) 19 mars 2009 14:37

    Il coûte combien ce musée ?

    Vu que l’auteur est attentif aux coûts de France 24, cet investissement est-il rentable ?

  • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 16:53
    Wlad

    Comme tout musée actuel, outre les vitrines, il dispose aussi d’une salle d’étude, et vise à un peu d’interactivité, avec des écrans tactiles, la possibilité d’écouter des textes en Eo, ou des chansons. Selon la revue espérantophone Monato (article de Chrdle), le musée dispose aussi de trois chambres d’hôte payantes.

    A noter que Svitavy est la ville de naissance d’Oskar Schindler, qui a sauvé des centaines de juifs de la déportation et de la mort, histoire popularisée par le magnifique film de Spielberg "La Liste de Schindler".
    Le mémorial Schindler (fr.)

    Un compte-rendu en français de
    l’exposition sur Schindler.

    Le rapport avec la Sauerkraut ? Tu tentes une maladroite mise en parallèle de l’e-o et du sauvetage de centaines de Juifs ? Mais quelle malhonnêteté intellectuelle, c’est pas possible. En plus l’expo ne se trouve pas dans le musée de l’e-o.

    • Par Krokodilo (---.---.---.244) 19 mars 2009 17:21
      Krokodilo

      Du tout, il s’agit d’une sommaire présentation des principaux éléments touristiques de la ville, d’autant qu’il est maintenant connu de tous grâce au film ; c’est à la fois un remerciement pour leur soutien à l’Eo et un geste amical envers nos partenaires européens. Pour la définition d’amical, voir le dictionnaire.

    • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 17:25
      Wlad

      OK, alors dans ce cas je me permets de passer le bonjour à Asp Explorer, auteur des Aventures de Kalon, qu’il faut absolument avoir lues (en n’étant pas trop regardant sur les fautes, puisque la version en ligne n’est pas la version corrigée) si l’on aime l’heroic-fantasy.

      En effet, sans lui, je ne participerais pas à ce fil de discussion.

    • Par Krokodilo (---.---.---.40) 19 mars 2009 22:49
      Krokodilo

       Ce commentaire est un publireportage sans aucun rapport avec l’UE ! 

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 22:54
      Τυφῶν בעל Perkele

      Donc je confirme : des messages ne contenant aucun contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... peuvent être supprimés sans préavis ni justification par les nervis de la dictature Avocienne, qui se comportent en petites frappes arrogantes.

      Vive Agoravox, lieu ou un rédacteur publié peut être un menteur fieffé doublé d’un hypocrite, soutenir des thèses absurdes, mensongères et contradictoires, et être applaudi, mais ou, pour une raison mystérieuse, on ne peut pas parler de pingouins sans se faire censurer. déjà, les pudeurs de vierge effarouchées quant au supposé « contenu injurieux » de mes messages m’avaient l’air peu franches du collier. Là, c’est carrément surréaliste.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 22 mars 2009 13:48
      Τυφῶν בעל Perkele

      screencap it, dammit !

      Typhon

  • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 16:55
    Wlad

    En Pologne, Ilona Koutny, Hongroise d’origine, a créé et dirige depuis dix ans le cours d’interlinguistique en espéranto à l’université Adam Mickiewicz (UAM) de Poznań ; elle enseigne également le hongrois et le programme de linguistique dans la spécialité "hongrois".

    Il ne s’agit pas d’un cours d’espéranto à l’université, comme il en existe déjà dans divers pays, ni d’un cours sur l’espéranto en polonais, mais d’un module universitaire EN espéranto, probablement le premier du genre, fonctionnant depuis dix ans, ce qui justifie largement son élection comme espérantiste de l’année (cf.
    article de Libera folio, en Eo).

    Citons également la Chine et son
    site polyglotte China.org, en dix langues dont l’Eo. Dans un tel régime, un tel site ne peut se concevoir sans l’aval et la surveillance des autorités. La Chine permet aussi l’enseignement de l’espéranto dans diverses classes primaires. Peut-être ce pays est-il tellement vaste qu’il peut se permettre d’avoir plusieurs fers aux feux.

    Mais quel est, là encore, le rapport avec le titre de l’article ? Tu pouvais pas l’appeler, je sais pas moi, "Des nouvelles de l’espéranto" ou "Femmes sans frontières" ?

    • Par Krokodilo (---.---.---.244) 19 mars 2009 17:14
      Krokodilo

      Le titre spécifie qu’il s’agit d’espéranto (5e mot en partant de la gauche, celui qui commence par un "e"),
      et le sous-titre précise que le thème associé est la différence d’attitude envers l’Eo entre deux pays européens. C’est donc à la fois dans l’actualité et en Europe.

    • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 17:22
      Wlad

      Non, le titre spécifie que tu vas parler de l’ouverture du musée de l’e-o en Tchéquie. C’est tout. Et le sous-titre ne parle que de l’opposition France-Tchéquie.

    • Par Krokodilo (---.---.---.244) 19 mars 2009 17:32
      Krokodilo

      J’ai dérivé sur la Pologne, pays lui aussi européen et partenaire, soit dit en passant, pour renforcer le fait que la France est plus réfractaire à l’idée que d’autres pays européens ; il s’agit d’un argument supplémentaire, en somme.
      Et j’ai, Dieu me damne, fait un léger hors-sujet par quelques lignes sur la Chine, située hors-UE comme chacun sait, mais auprès de laquelle l’UE soutient exclusivement l’anglais, comme chacun ne sait pas. Les questions de l’UE, d’une langue véhiculaire et de l’attitude envers l’Eo sont liées, comme vous devriez le savoir depuis le temps que vopus suivez le sujet...
      En d’autres temps, pareil hors-sujet eût mérité le bûcher, surtout avec des procureurs comme vous.

    • Par Jovitourtiste (---.---.---.67) 19 mars 2009 21:05
      Jovitourtiste

      Krokodilo, à quoi vous servent ces articles ? Vous ne persuadez personne d’apprendre l’espéranto et votre conduite ridicule décrédibilise votre cause et décourage tout le monde de s’y intéresser. Pourquoi insister ?

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 21:20
      Τυφῶν בעל Perkele

      En d’autres temps, pareil hors-sujet eût mérité le bûcher, surtout avec des procureurs comme vous.

      Raffinement de mauvaise foi. Qui a invoqué de façon systématique le Hors Sujet pour éviter de répondre aux questions embarassantes de ses contradicteurs, bien qu’étant lui-même hors sujet la moitié du temps ?

      indice : ça commence par K et finit par Roccodilo

      Typhon

    • Par Arunah (---.---.---.110) 20 mars 2009 03:38
      Arunah

      @Jovitourtiste

      Je suis d’accord avec vous. A quoi servent ces articles ? Sûrement pas à donner envie d’apprendre l’espéranto ! 
      Il y a quelques années, j’avais passé une après-midi à m’informer sur l’espéranto, pour conclure qu’il était urgent de l’ignorer. Ce n’étaient après tout que de doux idéalistes qui ne faisaient de mal à personne. Mais depuis que j’ai lu les différents articles et leurs commentaires sur Agoravox, j’ai révisé mon jugement.
      Au minimum, les espérantistes sont des complexés qui ne supportent pas le succès des autres ( langues, pays, individus, etc.). Beaucoup viennent d’ailleurs de pays communistes où l’on ne tolère pas ceux qui sortent du lot. Ils proposent en fait de tout "rationaliser", de tout aplatir, d’éradiquer toute fantaisie, tout succès, toute excellence, comme au bon vieux temps du communisme. Certains sont de vrais teignes qui préconisent une monnaie mondiale unique entre autres joyeusetés. Nous sommes loin des doux rêveurs : ce sont de dangereux utopistes qui rêvent d’un monde totalitaire ( un seul parti, une seule langue... ça ne vous rappelle rien ? ).
      J’ose espérer que certains d’entre eux sont parfaitement innofensifs et me réjouis que l’espéranto ait enfin trouvé sa vraie place - au Musée - et qu’il y reste. 

      Merci à Krokodilo de m’avoir ouvert les yeux. 

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 06:57
      Τυφῶν בעל Perkele

      " La Yougoslavie a six Républiques, cinq nations, quatre langues, trois religions, deux alphabets et un seul parti."

      Josip Broz Tito

      Typhon

    • Par skirlet (---.---.---.7) 20 mars 2009 09:08

      Bon, Arunah, je vais vous répondre, bien que votre psychanalyse à deux balles n’est pas très sympa.

      Premièrement, montrez-moi dans ces articles quelque chose d’illégal, de subversif. S’il n’y en a pas, ils ont le droit d’exister. Couper la parole n’est-il un signe de dictature que vous fustigez ?

      Au minimum, les espérantistes sont des complexés qui ne supportent pas le succès des autres ( langues, pays, individus, etc.)

      Mouais, on peut faire plus nul comme remarque, mais celle-ci est déjà très méritoire.

      Beaucoup viennent d’ailleurs de pays communistes où l’on ne tolère pas ceux qui sortent du lot. Ils proposent en fait de tout "rationaliser", de tout aplatir, d’éradiquer toute fantaisie, tout succès, toute excellence, comme au bon vieux temps du communisme.

      Encore une connerie. Les gens qui viennent des pays "communistes" (c’est lesquels ?) ont tellement soupé du régime, que votre remarque relève davantage d’un cliché basé sur la totale ignorance des réalités que sur les faits. Ne brandissez pas l’horrible spectre de l’uniformisation mondiale apportée par les cocos, ce n’est plus la bonne époque, vous êtes en retard. Et je vous rappelle que sous les régimes "communistes" l’espéranto était sévèrement réprimé. J’ai eu de la chance qu’à mon époque on ne les envoyait plus dans les camps, en se contentant à pourrir le parcours professionnel.

      Certains sont de vrais teignes qui préconisent une monnaie mondiale unique entre autres joyeusetés.

      Pour ça, il faut voir plutôt du côté d’Olivier et d’Arlette que des espérantistes.

      Nous sommes loin des doux rêveurs : ce sont de dangereux utopistes qui rêvent d’un monde totalitaire ( un seul parti, une seule langue... ça ne vous rappelle rien ? ).

      Si. Moi, ça me rappelle un récit de Karel Čapek sur les procédés malhonnêtes dans le journalisme, où on attribue à l’adversaire des idées qu’il n’a pas exprimées. Si vous n’avez pas compris que les espérantistes ne souhaitent pas le monde totalitaire, alors soit vous vous êtes mal renseigné (e), soit vous êtes de très mauvaise foi. Préconiser le libre choix d’une (ou plusieurs) langues à apprendre, demander l’espéranto en option, est-ce un appel au monde totalitaire ? Imposer l’anglais comme unique "choix" est-ce un signe de démocratie ? Et montrez-moi, qui veut un seul parti, une seule langue etc. Sinon vos affirmations ne sont que des calomnies.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 09:19
      Τυφῶν בעל Perkele

      Oh, pauvre chose opprimée, vous allez me faire pleurer tiens.

      Typhon

    • Par Krokodilo (---.---.---.167) 20 mars 2009 11:13
      Krokodilo

      Arunah,
      Bel exemple de désinformation, un peu faible peut-être par rapport aux experts de la CIA, de l’ex-KGB, des multinationales de l’industrie pharmaceutique , ou des "spindoctors" de la politique, mais c’est bien essayé.

      Quelques mensonges "habilement glissés", comme une monnaie mondiale unique ou une langue mondiale unique qu’aucun espérantiste n’a jamais soutenue, d’une part parce que c’est impossible, d’autre part parce que c’est absurde. De plus, les polyglottes sont nombreux parmi nous - outre l’Eo je veux dire.

      Et un petit coup de diviser pour régner, c’est vieux mais c’est une méthode éprouvée par le temps : les gentils espérantistes d’un côté, genre hippies au coin du feu, qui laisseraient l’UE imposer l’anglais sans ouvrir leur gueule, polis et inoffensifs, limites bênets, et les méchants militants de l’autre. C’est une caricature qui irait à la rigueur pour un dessinateur humoristique un peu fatigué.

      Quant à la blague sur le musée, vous êtes un peu en retard, tout le monde y a pensé, moi le premier, relisez la conclusion !

      Elève Arunah : peut mieux faire comme vacherie.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 12:43
      Τυφῶν בעל Perkele

      C’est vrai qu’en temps qu’expert en hypocrisie et distillation de mensonge et de mauvaise foi, vous ête en position de juger celle des autres.

      Typhon, la vache rit ? Probablement qu’elle se fout de votre gueule.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 18:02
      Τυφῶν בעל Perkele

      Ah ouais, aussi, Skirlet, je sais que ton biais slave te fait considérer le subjonctif comme inutile mais tu sera gentille d’arrêter de coller des indicatifs après "bien que" pour te plier aux règles de la langue dans laquelle tu écrit tes indispensables commentaires.

      Typhon

    • Par skirlet (---.---.---.7) 20 mars 2009 19:22

      Aspeux, lernu la francan.

      Selon Grevisse :

      Après "bien que", "quoique", "encore que", "malgré que", "pour ... que", "si ... que", on emploie parfois, en dépit de la syntaxe rigide, l’indicatif pour marquer la réalité, ou le conditionnel pour marquer l’éventualité.

      Quand il s’agit d’un fait réel, certains estiment que le subjonctif n’a pas sa valeur ordinaire ; Brunot (Pensée, p. 866) parle de « servitude grammaticale ». H. Bonnard justifie le subjonctif en disant qu’il « semble exprimer ici l’attitude d’esprit qui rejette (fictivement) du réel un phénomène que l’effet dément » (dans le Grand Lar. langue, p. 854).

      Si le subjonctif est le mode régulier, on constate que l’indicatif (y compris le conditionnel) est fréquent dans la langue parlée. Il n’est pas si rare dans la langue écrite, surtout dans les concessives introduites par une véritable conjonction [comme bien que]. Certains auteurs peuvent subir l’influence de la langue parlée (cela est voulu dans les romans champêtres de George Sand), mais d’autres se réclameraient plutôt de l’usage classique et de la tradition.

      Historique — L’hésitation entre l’indic. et le subj. est très ancienne dans la langue. Elle était courante au XVIIe et au XVIIIe s. encore. Malherbe réservait le subj. aux choses douteuses, l’indic. aux choses certaines : cf. Brunot, Hist., t. III, p. 575.

    • Par Jovitourtiste (---.---.---.67) 20 mars 2009 20:27
      Jovitourtiste

      Je crois que je suis le plus dangereux des aspiques, car Krokodilo met un point d’honneur à faire censurer tous mes messages.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 22:29
      Τυφῶν בעל Perkele

      Grevisse était un blagueur belge de bas étage.

      Il était même partisan de la féminisation des noms de métier, ce qui est une hérésie pour plusieurs raisons (la principale étant que, faute de neutre, le masculin remplit le role du neutre).

      En français de France, que vous le vouliez ou non, il y a des règles, et ce n’est pas parce que de grands auteurs les transgressent qu’elles cessent d’être applicables. Ce n’est pas parce que le paraphrène pompeux Victor Hugo utilisait de disgracieux "malgré que" que ceux-ci sont soudainement devenus acceptables.

      De même, "bien que" régit toujours le subjonctif, temps indispensable en français, et ce en dépit de tous les auteurs qui ont fait les malins en le faisant suivre par des indicatif.

      Typhon

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 22:41
      Τυφῶν בעל Perkele

      Et estimez vous heureuse que la concordance des temps au subjonctif semble aujourd’hui démodée.

      Bien que vous fussiez une étrangère, vous auriez été obligée de l’appliquer dans toutesa dureté d’airain, si vous étiez née à la bonne époque.

      Typhon

    • Par skirlet (---.---.---.7) 21 mars 2009 13:12

      Merci Hermes smiley L’article est bien mais un peu sommaire. Et comme j’étudie le français et non le dialecte aspien, j’utilise les ouvrages de référence de la langue française smiley

  • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 17:00
    Wlad

    Il est probable que se niche dans ce rejet un certain complexe de supériorité, une crainte que le rayonnement culturel de la France et du français ne s’accommodent pas du développement de l’espéranto.

    MOUHOUHOUHAHAHAHAHAHAH ! Pardon, mais cette blague m’a véritablement filé des crampes aux abdos.

    si réticents envers le thème d’une langue véhiculaire commune

    Et l’anglais, alors ?


    • Par Krokodilo (---.---.---.244) 19 mars 2009 17:17
      Krokodilo

      J’ai proposé mon explication sur ces attitudes très différentes, y compris sur la différence entre les journaux régionaux, France 3 et les radios d’une part, les grands journaux et les JT de l’autre.
      On attend vos explications, mais sans impatience.

    • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 17:19
      Wlad

      Gné ?

    • Par Krokodilo (---.---.---.244) 19 mars 2009 17:22
      Krokodilo

      Je ne trouve pas votre analyse plus pertinente que la mienne !

    • Par Wlad (---.---.---.50) 19 mars 2009 17:25
      Wlad

      Moi si.

    • Par Jovitourtiste (---.---.---.67) 19 mars 2009 21:03
      Jovitourtiste

      Moi aussi.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 21:26
      Τυφῶν בעל Perkele

      HEIN ? QUOI ? JE VOTE NON !

      Typhon, qui ignore ce dont il est question, à tout les sens du verbe ignorer.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 07:12
      Τυφῶν בעל Perkele

      ça aussi. Il y avait ici deux messages qui expliquaient l’origine de la citation. Ils ont été supprimés par un modérateur inique et dictatorial. Il n’y avait rien de diffamatoire, injurieux, commercial, raciste ? Pas grave, les hommes de main de la modération l’ont supprimé quand même. Et pourquoi se donner la peine de se justifier, alors qu’il suffit, à la 1984, de faire comme si il ne s’était rien passé ?

      Je ne sais ce que les uranistes qui régissent ce forum croient inspirer, mais ce n’est pas le respect. Le mépris envers ces O’brien semble de mise.

      Typhon

    • Par hareng (---.---.---.237) 22 mars 2009 17:18
      hareng

      Utiliser une langue nationale comme langue internationale est un non-sens. Ce n’est pas à cause que ça se fait que c’est la meilleure solution. Quand certains prétendent que l’espéranto a échoué du fait que sa diffusion n’est pas plus grande après 120 ans d’existence, ils montrent les limites de leurs connaissances, de leurs capacités d’analyse, et démontrent qu’ils n’ont rien compris.
      Compte-tenu de la puissance financière, politique et militaire qui a propulsé l’anglais au niveau où il est aujourd’hui, et ceci depuis bien plus longtemps, son niveau de diffusion est tout simplement minable. Ça fait penser aux quantités astronomiques de bombes déversées sur le Vietnam par la plus puissante armée du monde, et, au bout du compte, c’est une population de petite taille qui a éjecté des colosses puissamment armés.

      La barrière des langues ne doit pas être sous-estimée, et l’espéranto est le moyen le plus économique et le plus accessible pour tous. Bien entendu, il n’exclut pas l’apprentissage d’autres langues pour ceux qui le désirent ou qui en ressentent la nécessité.
      C’est un tremplin dont l’efficacité a été démontrée pour leur apprentissage. Le besoin de parler de culture s’accroîtra naturellement au fur et à mesure que croîtra la communauté espérantophone dont la jeune génération découvre aujourd’hui la langue surtout par Internet. La priorité est de monter que l’espéranto fonctionne et donne satisfaction, y compris pour découvrir d’autres langues et les cultures qui y sont attachées.
      Pour moi, du fait que nul ne peut apprendre toutes les langues du monde, même seulement celles parlées par plus de 50 millions d’hommes, à un niveau suffisant pour en profiter réellement et en apprécier toutes les richesses, l’espéranto doit être un moyen neutre pour y accéder sans l’influence des langues dominantes qui constituent des filtres alors que, à cet égard, l’espéranto donne un maximume de transparence et de fidélité.,

      L’Espéranto est égalitaire. Il permet à de larges couches de la population des différents pays de communiquer sans intermédiaire au-delà des barrières linguistiques et politiques.

      L’anglais, considéré par beaucoup comme la langue mondiale de fait, ne parvient pas à remplir ce rôle même au sein du petit cercle des pays relativement riches possédant un système éducatif élaboré.

      Même si le pouvoir est, et restera provisoirement entre les mains des opposants à l’introduction générale de l’Espéranto, il s’avère en pratique que l’Espéranto est déjà à l’heure actuelle un moyen par lequel certains laissés-pour-compte linguistiques peuvent devenir bilingues et prendre part à une communication équitable au delà des barrières linguistiques.
      Dixit Maxime Rodinson (qui connaissait une trentaine de langues après avoir commencé par l’espéranto) à propos de son initiateur : "C’est vraiment très facile. Zamenhof était un génie."

      L’idée d’un génie ne peut être que... géniale. Les chiffres indo-arabes, qui avaient aussi un côté génial, il leur a bien fallu attendre plus de deux siècles avant d’être admis. Et le système métrique est encore boudé par la première puisssance mondiale (bien fait pour sa gueule : ça lui a coûté une sonde qui s’est écrasée sur Mars .

      De même, l’anglais nous coute des sommes inimaginables.



    • Par Jovitourtiste (---.---.---.156) 22 mars 2009 18:10
      Jovitourtiste

      Masson, nous t’avons reconnu.

  • Par Bigre (---.---.---.70) 19 mars 2009 17:32
    Bigre

    Ces articles "esperantophiles" et plus généralement sur les questions des langues en Europe, sur l’apprentissage des langues sont très intéressants. Et je commence à regarder l’esperanto, à le découvrir.

    Pour démarrer, il suffit d’aller sur fr.lernu.net/ .

    Cette langue a quand même plusieurs attraits. Suffit de quelques heures de curiosité pour en découvrir. Son seul inconvénient, à ce jour à mes yeux, est qu’elle fait rire, sourire et se bidonner les personnes trop peu curieuses.

    Irais-je plus loin que la découverte de cette langue ... peut être, ça va tellement vite !


  • Par docdory (---.---.---.121) 19 mars 2009 18:53
    docdory

     @ Krokodilo
     Dommage que tes liens soient en tchèque , bien qu’ignorant l’esperanto , je pense qu’il serait plus facile à comprendre pour nous que le tchècoslovaque ! ( NB : j’avais dans le passé , il y a une trentaine d’années, une édition du " petit livre rouge" de Mao Tsé Toung en esperanto mais j’ignore ce qu’elle est devenue ! Dommage , ça serait probablement un " collector " maintenant ! )
     Il existe effectivement une rue Zamenhof à Sotteville lès Rouen , à quelques centaines de mètres de chez moi .
    Cela dit , l’existence d’un musée de l’esperanto et de diverses rues Zamenhof doivent -elles être source de préoccupation ou d’espoir pour les espérantistes , je ne saurais le dire ! 
     Pour ce qui est de France 24 , orange-télécom en donne deux versions satellitaires , une en français et une autre en anglais ( il paraît qu’il y a aussi une version arabe ) . Ce que je déplore le plus , ce n’est pas la version anglaise , mais l’idéologie éditoriale sirupeuse politiquement correcte et multiculturaliste qui se dégage insidieusement de France 24 !
     Bon , pour l’espéranto , je finirais peut-être par l’apprendre , à force de lire tes arguments ( je ne suis plus à une langue près ) mais j’ai quelques difficultés actuellement avec l’apprentissage du mongol , je préfère ne pas courir deux lièvres linguistiques à la fois !

    • Par Krokodilo (---.---.---.124) 19 mars 2009 20:15
      Krokodilo

       Docdory,

      Je suis assez d’accord sur France 24, son côté fait du prince, la voix de son maître et des places toutes chaudes pour les potes, mais je me concentre sur l’aspect linguistique pour ne pas m’éparpiller.
       
      Il y a peut-être eu une erreur technique (imputable à l’ordi, comme toujours...), voici la présentation en français dont je parlais :
       
       
      Pour le détail, c’est effectivement en tchèque, mais ça consiste essentiellement en galeries photos, autant cliquer au pif ; la page d’accueil elle, est bilingue Eo-tchèque :
       
       
    • Par Zalka (---.---.---.7) 20 mars 2009 13:17
      Zalka

      "L’idéologie multiculturaliste insidieuse" ? Et ça défend l’espéranto...
      docodry, seriez vous de gauche tendance Doriot ?

      Pour le problème des liens en tchèque, il serait résolu avec une page en anglais !

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 13:29
      Τυφῶν בעל Perkele

      Le cosmopolitisme malsain de France 24, qui, rendez vous compte, ose diffuser ses programmes dans une autre langue que le français éternel de la France eternelle, autre langue qui se trouve être celle de la perfide Albion, est quelque chose que Docdory, digne successeur des ligues, dénonce comme il le faut.

      Typhon

  • Par civis1 (---.---.---.45) 19 mars 2009 19:14
    civis1

    Merci pour cet article.
    La langue fiancière c’est l’anglais
    la langue scientifique c’est l’anglais..

    Face à cet envahissement de la langue anglo saxonne (un comme les espèces qui envahissent un milieu en faisant périr les races autochtones) et si aux USA ils parlent tous le même langue en Europe ce serait le meilleur moyens de sauvegarder la richesse linguistique. Il suffirait de le mettre à l’ordre du jour et dans les programmes scolaires des différents pays européens . L’espéranto pourrait être enseigné en deuxième langue et pourrait servir de référence commune tout en conservant sa propre langue.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 21:53
      Τυφῶν בעל Perkele

      J’aimerais applaudir le courage de ce commentateur, parce qu’il va en avoir besoin :

      Merci pour cet article
      .

      Bon, en guise de propos liminaires, je ferai observer la grandiose concentration de ce commentaire en mStvy (millisteevy AKA millitaire-1...)

      La langue fiancière c’est l’anglais
      la langue scientifique c’est l’anglais.
      .

      Passons sur les impropriétés. Ce paragraphe insiste sur l’omniprésence de l’anglais dans les milieux financiers et scientifiques. Et alors ? Qu’en conclue t’on ? Moi, j’en conclue que l’anglais peut être utile pour comprendre ce qui se passe dans ces milieux, et indispensable pour en faire partie.

      Face à cet envahissement de la langue anglo saxonne (un comme les espèces qui envahissent un milieu en faisant périr les races autochtones)

      On dit invasion, pas « envahissement », sic. Ensuite, en admettant que l’anglo-klaxonnité ait une pertinence, elle rassemble plusieurs langues, donc c’est « une langue anglo-klaxonne » et non « la ».

      Ensuite, le fond : la progression statistique de l’anglais est décrite comme une « invasion », terme fortement connoté par sa tonalité guerrière et conquérante. On sent là une volonté d’impartialité émouvante. La comparaison qui suit est édifiante : l’auteur accuse sans preuve la langue anglaise de détruire les langues locales, par une analogie douteuse et sans pertinence.

      et si aux USA ils parlent tous le même langue

      Je coupe la phrase en deux, pour éviter d’incommoder l’oeil avec une faute de syntaxe qui crève les yeux.

      Aux Etats Unis d’Amérique, il n’y a pas de langue officielle au niveau fédéral. Certains états n’ont pas de langue officielle, mais la plupart a adopté l’anglais, et certains lui adjoignent l’espagnol. On pourrait donc dire que cette phrase mal écrite est largement fausse.

      en Europe ce serait le meilleur moyens de sauvegarder la richesse linguistique.

      Amusant,n’est-il pas ? L’avancée d’une langue, décrite voici trois lignes en des termes violents et caricaturaux est à présent une chose positive, qui « préserve » une richesse linguistique qu’elle détruisait voici trois lignes, comme une espèce invasive.

      Il suffirait de le mettre à l’ordre du jour et dans les programmes scolaires des différents pays européens .

      Ainsi, forcer toute une population à apprendre une langue permet de préserer la diversité linguistique. Passionant.

      L’espéranto pourrait être enseigné en deuxième langue et pourrait servir de référence commune tout en conservant sa propre langue.

      Et l’anglais est enseigné en deuxième langue, sert de références commune tout en conservant sa propre tongue, until more informéd.

      Bref, un esperantiste comme on les aime, délirant, autocontradictoire, etc... Encore bravo.

      Typhon

    • Par civis1 (---.---.---.45) 19 mars 2009 22:11
      civis1

      Quand on n’a rien a dire sur le fond autant pinailler sur la forme et quelque faute de frappe !

    • Par Jovitourtiste (---.---.---.67) 19 mars 2009 22:18
      Jovitourtiste

      Quand on n’a rien à dire sur le fond, autant se focaliser sur un détail et oublier le reste !

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 22:46
      Τυφῶν בעל Perkele

      Mais j’ai mis des trucs sur le fond de ton commentaire, et je l’ai même écrit explicitement pour que tu n’ait pas à chercher, par pur altruisme.

      Au passage, si on était sur un forum normal, je demandrait des comptes aux modos pour avoir enlevé des commentaires qui ne contrevenaient pas aux règles, mais je suppose que c’est juste parce qu’Agoravox a une interface mal fichue qui fait que lorsqu’on elève un commentaire, les réponses à ce commentaires partent avec, ce qui est vraiment une preuve de la mauvaise qualité de ce site.

      J’accorde donc à ces messieurs les timides visiblement incapables de se justifier le bénéfice du doute.

      Typhon

    • Par Krokodilo (---.---.---.53) 19 mars 2009 22:54
      Krokodilo

       Si on était sur un forum normal, Jovitouriste et quelques autres seraient depuis longtemps bloqués. 
      Par contre, je suis pas loin d’approuver un petit morceau d’une partie du message, la modération semble faire preuve de timidité sur le sujet de la politesse et refuser mon tout petit article à ce sujet, bien inoffensif. 

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 22:57
      Τυφῶν בעל Perkele

      								 Si on était sur un forum normal, Jovitouriste et quelques autres seraient depuis longtemps bloqués.

      ça sert à rien de bloquer une IP dynamique, pauvre pomme.

      Typhon

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 23:04
      Τυφῶν בעל Perkele

      AU passage, je ne suis pas bien renseiné sur les rouages de l’appareil du parti, mais il me semble que la modération des articles et celle des commentaires n’est pas assurée par les mêmes personnes.

      Typhon

    • Par jbagsb (---.---.---.89) 20 mars 2009 09:46
      jbagsb

      Réponse à winkiesman

      C’est vrai que l’anglais est présent et obligatoire dans la finance et la science (!). Mais il –hélas- aussi présents dans TOUS les incidents aéronautiques (non connus du public, sauf quand il y a des morts) plus fréquents que ce que l’on peut imaginer.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 09:53
      Τυφῶν בעל Perkele

      C’est faux. Les compagnies du tiers monde ou les lignes intérieures russes sont moins fiables que les américaines. Par exemple.

      Typhon

    • Par Wlad (---.---.---.50) 20 mars 2009 16:26
      Wlad

      Mais il -hélas- aussi présents dans TOUS les incidents aéronautiques

      Invocation de l’Illettré : "Prouve tes dires !"

    • Par Jovitourtiste (---.---.---.67) 21 mars 2009 16:43
      Jovitourtiste

      Pas d’accord.

    • Par hareng (---.---.---.237) 22 mars 2009 20:58
      hareng

       Il ressort d’une enquête publiée par le quotidien italien La Repubblica (5.7.1996) que 11% des accidents aériens (crashes) sont imputables à une communication linguistique défaillante dans la langue qui règne sans partage : l’anglais.
      En se simplifiant, l’anglais a laissé de nombreuses relations grammaticales inexprimées.
      Son intonation a une très grande importance mais demeure insaisissable pour beaucoup. Sa phonétique et son accent sont parmi les plus chaotiques qui soient. Rien d’étonnant donc que le problème susbiste aujourd’hui. Entre un chinois qui essaie parler l’anglais et sarko qui essaie de parler la même langue, il existe heureusement quelques chances d’échapper à la catastrophe :,

      L’évolution des idées et des comportements demande autrement plus de temps que celle de l’évolution des sciences, des techniques, des normes.

      Pourtant, même le système métrique, bien plus ancien, est encore chahuté par les mêmes qui veulent imposer, à leur avantage, leur langue totalement illogique au monde. C’est particulièrement significatif que le BC ait reçu, en 1971-72, avant l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché Commun (le 1er janvier 1973), 16% de crédits supplémentaires du gouvernement britannique et ceci alors que tout avait déjà été défini dans le rapport annuel du British Council , année 1968-69, page 12 : "Il y a un élément de commercialité dissimulé dans chaque professeur, livre, revue, film, programme télévisé, de langue anglaise envoyés au delà des mers ."

      Si alors nous sommes en train de tirer un avantage politique, commercial et culturel de l’usage mondial de l’anglais, que faisons-nous pour maintenir cette position ?

      Eh bien, non seulement ils la maintiennent, mais ils pratiquent la politique du coucou : les autres langues hors du nid ! 
      Ddémonstration est faite, une fois de plus, et brillamment, que 2 + 2, ça ne peut en aucune manière faire 4. 

      Faire comprendre l’intérêt de l’espéranto à nos autorités de l’éducation n’est pas chose facile car ce que constatait Albert Einstein reste toujours valide : "Triste époque que celle où il est plus difficile de briser un préjugé qu’un atome !".

      Mais nous sommes aujourd’hui à l’époque d’Internet. Il est déjà de moins en moins possible de cacher aux citoyens que l’image négative, dévalorisante, voire méprisante trop souvent donnée de l’espéranto ne correspond pas à la réalité.

      Les sacrifices que fera tout homme de notre monde européen, en consacrant quelque temps à son étude, sont tellement petits, et les résultats qui peuvent en découler tellement immenses, qu’on ne peut se refuser à faire cet essai


      Cette langue est en effet facile et équitable car elle contient ou implique de nombreux effets multiplicateurs du fait notamment de sa régularité et de sa clarté : phonétique, grammaire de base en 16 règles, formation des mots, internationalité, initiation facilitée à d’autres langues etc.. Ces effets accélèrent son étude et donc facilitent la communication internationale..

      De 1907 à 2007 l’espéranto est passé en effet d’une dizaine de milliers de locuteurs en 1907 à environ deux millions aujourd’hui. et a donc connu une progression très rapide avec un multiplicateur de 200. Et ceci après une progression foudroyante les 20 premières années de 10 à 10000 locuteurs, soit un multiplicateur de 1000.

      Depuis 1907 il a donc progressé 40 fois plus vite que par exemple l’anglais. Et pourtant il reste discriminé dans l’enseignement obligatoire et le plus souvent occulté par les média ! Son enseignement facultatif n’est pas reconnu sauf en Hongrie depuis quelques années où il fait déjà jeu égal avec les principales langues étrangères.
       

    • Par Wlad (---.---.---.151) 22 mars 2009 21:51
      Wlad

      Cher Henri (honnêtement, il est impossible de reprendre mot pour mot les expressions préférées de Vendredi à ce point là),

      11%, c’est très très loin de "la totalité" citée plus haut.

  • Par Hermes (---.---.---.21) 19 mars 2009 21:28
    Hermes

    Bo j’ai fait une recherche sur les musés. Il existe le musé national d’esperanto en rance à BRAY, bon je ne sais pas ce qu’il vaut ce musé puisque je n’y est jamais mis les pieds. Et sinon je crois (mais pas sûr) que la bibliotèque nationale conserve des livres originaux en esperanto. Faudrait aussi voir sur Grésillon, ce qu’ils ont en réserve de leur coté

  • Par winkiesman (---.---.---.237) 19 mars 2009 23:05
    Τυφῶν בעל Perkele

    THE MODS ARE ASLEEP ! POST CP !

     /b/

    Typhon

  • Par Krokodilo (---.---.---.234) 19 mars 2009 23:16
    Krokodilo

    A l’intention des samideanoj ou d’éventuels lecteurs intéressés, je remets ici le lien que j’ai raté, vers la présentation en français du musée en question, faite par l’office du tourisme :

     http://www.133premier.cz/fr/premier...

  • Par Bois-Guisbert (---.---.---.116) 19 mars 2009 23:33

    L’esperanto au musée, tout un symbole smiley

    Et c’est bien là qu’est sa vraie place...

    • Par Krokodilo (---.---.---.136) 19 mars 2009 23:45
      Krokodilo

       Ca serait drôle, dans le style humour vache que j’aime assez, si quelqu’un ne l’avait pas déjà dit sous une autre forme plus haut parmi le monceau de vacheries déversé par la bande à Asp, et si moi-même je n’y avais pas répondu par avance dans la conclusion ! 

  • Par Krokodilo (---.---.---.136) 19 mars 2009 23:49
    Krokodilo

     je constate que l’espéranto a pris place parmi les sujets les plus importants de l’actualité, car tout article sur l’Eo ou l’anglais dans l’UE donne autant de travail à la modération d’Agora vox qu’un papier sur le Moyen-Orient, l’antisémitisme, l’antiaméricanisme, le cul, et quelque sautres grands sujets contemporains ! 

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 07:03
      Τυφῶν בעל Perkele

      Vous rêvez mon ami. 
      Malgré tout mes efforts de gros troll, vos articles ont un nombre de commentaire piteusement bas, alors que ceux des sujets dont vous parlez sont très élevés.
      D’autre part, les théoriciens du complot ont des thèses aussi absurdes que celles des espérantistes, et le onze septembre 2001 n’est plus d’actualité depuis sept ans et demi.

      Alors...

      Typhon

    • Par Krokodilo (---.---.---.167) 20 mars 2009 10:59
      Krokodilo

      Je blaguais, effectivement si la bande à Asp nous lâchait les baskets, le nombre de commentaires descendrait vertigineusement, mais dans un deuxième temps, peut-être que des gens plus polis et plus sincèrement intéressés viendraient discuter, quand jusqu’à présent ils sont rebutés par l’agressivité que vous faites régner.
      PS : il se trouve que malgré vos "efforts de gros troll", cet article a été signalé par un site destiné aux professionnels des langues. Votre trollage a lamentablement échoué !

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 12:35
      Τυφῶν בעל Perkele

      Pourquoi dite vous cela ? Vous croyez connaitre mes objectifs ? Vous ne croyez pas que, précisément parce que c’est mon but, je chercherait à vous le cacher, si vous étiez en mesure de m’arrêter ?

      Heureusement, ça n’est pas le cas. Mon but n’est pas de diminuer la visibilité de l’espéranto, d’une part parce qu’il est déjà invisible, et d’autre part parce que je doute d’en avoir la capacité.

      Je fais tout ça pour les lulz. Et vous me pourvoyez avec une constance qui force mon admiration.

      Typhon

    • Par Nicolas (---.---.---.189) 20 mars 2009 12:49
      Nicolas

      La prochaine fois que vous ferez remarquer aux autres leurs fautes ou leurs impropriétés, j’espère qu’ils citeront ce que vous venez d’écrire, juste comme ça...
      Nicolas

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 12:53
      Τυφῶν בעל Perkele

      Explicitez votre pensée, mon ami.

      Typhon

    • Par civis1 (---.---.---.51) 20 mars 2009 13:38
      civis1

      Ils sont combien à écrire sous ce pseudo ? Leur prose est vraiment inégale !!!

    • Par skirlet (---.---.---.7) 20 mars 2009 14:12

      On s’en fout de leur prose. Il y a tant de choses intéressantes à lire, que les écrits d’un graphomane ne font pas le poids smiley

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 14:16
      Τυφῶν בעל Perkele

      Et bien skirlet, je suis tout à fait d’accord. Mais il me semble que vous auriez pu qualifier Krokodilo d’u autre terme que "graphomane" qui semble barbare à mes yeux.

      Typhon, smileyiss...

    • Par skirlet (---.---.---.7) 20 mars 2009 14:24

      Petite précision : il ne s’agit pas de l’auteur de l’article mais du malotru qui essaie de détourner le trafic vers les écrits d’un graphomane. Et comme je répondais à civis1 et non à l’aspeux, cette précision est même un peu superflue, c’est clair smiley

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 14:57
      Τυφῶν בעל Perkele

      Cette précision est superflue, mais ça ne vous empêche pas de la faire, comme si vous aviez peur que la confusion soit possible.

      Typhon

    • Par skirlet (---.---.---.7) 20 mars 2009 19:07

      Elle est utile pour aspeux qui a le français défaillant.

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 22:35
      Τυφῶν בעל Perkele

      Quant on emploie des mots commes graphomane sans en comprendre le sens, on évite de la ramener, et quand on ignore le subjonctif en français, on s’écrase.

      Typhon

    • Par winkiesman (---.---.---.237) 20 mars 2009 22:55
      Τυφῶν בעל Perkele

      According to Kundera, graphomania is the groundless claim, sometimes being large-scale, of being a writer :

      "The irresisitable proliferation of graphomania among politicians, taxi drivers, childbearers, lovers, murderers, thieves, prostitutes, officials, doctors, and patients shows me that everyone without exception bears a potential writer within him, so that the entire human species has good reason to go down the streets and shout : ’We are all writers !’"

      Milan Kundera, The Book of Laughter and Forgetting [6]
      Kundera’s feeling about graphomania may be explained by the fact that such pejorative meaning of graphomania is actually often used in Post-Soviet block to denote foolish, unprofessional and excessive writings (not only in the form of literature, but also science), while logorrhea as a noun (with its negative, pejorative meaning) is not as often used.

      Alors, on a du mal à se remettre de la chute du Mur ?

      Typhon
    • Par Wlad (---.---.---.151) 20 mars 2009 23:08
      Wlad

      Elle est utile pour aspeux qui a le français défaillant.

      T’as vraiment honte de rien...

    • Par J.F. Clet (---.---.---.143) 9 avril 2009 13:36

      ... et pour cela, un grand merci à Winkiesman, Jovitourtiste, Asp Explorer, Wlad, Lord_Mahuf, Gargamel, Zalka...qui, par leurs commentaires et leurs critiques acerbes, fournissent des occasions sans cesse renouvelées de combattre et rectifiér les lieux communs les plus rabachés contre l’Espéranto.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires