Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Parlement Européen : Sus aux ennemis du siège français !

Parlement Européen : Sus aux ennemis du siège français !

« Gauche, droite, gauche droite… », des élus de tout rang, de Strasbourg, d’Alsace, de France et d’Europe, marchent au pas sur le sentier de la riposte à l’offensive indigne des profanateurs des traités européens, lancée par une maigre mais redoutable escouade de députés, commandée par des représentants du Royaume-Uni, avec pour commandant le conservateur britannique Ashley Fox et des voisins du nord, résolument eurosceptiques de surcroît.

Dans le rôle du général en chef, Laurent Wauquiez, ministre chargé des Affaires Européennes, flanqué d’un autre ministre, Philippe Richert, régional de l’étape, a pris la contre-offensive en charge. Il en réfère pour commencer à la Cour Européenne de Justice de Luxembourg, dès le 18 mai. 2011.

 

Mauvaise foi ou saine préoccupation ? Un conflit dérisoire.

 Ne parlons pas de guerre, mais de bataille récurrente parce que jamais décisive.

D’un côté des députés prétendus technocrates et eurosceptiques notoires, qui dénoncent les dépenses jugées excessives occasionnées par les transferts de Bruxelles à Strasbourg, avec des comptes d’apothicaires, difficiles à vérifier. Prêts à tout, ils organisent des études fallacieuses et des votes secrets. En faveur de Bruxelles évidemment.

Ainsi, dans une première opération surprise, ont-ils obtenu un vote de confort par lequel deux sessions auraient lieu dans la même semaine. Les douze sessions ordinaires prévues, sont ramenées à onze dont une « rallongée »comptant pour deux. Est-ce bien sérieux ?

 De leur côté, les Français se prévalent de leur qualité de cofondateurs de l’institution européenne avec les pères fondateurs Robert Schumann et Jean Monnet et du fait incontestable que, dès l’origine, Strasbourg a été choisie comme capitale européenne du Conseil de l’Europe puis du Parlement Européen par une décision du Conseil Européen d’Edinbourg de 1992, confirmée par une annexe au traité d’Amsterdam de 1997.

 Il s’agissait alors de choisir une ville qui ne serait pas capitale nationale et riche de symboles européens. Strasbourg apparaissait donc comme la quintessence de ce modèle décrit judicieusement par le spécialiste reconnu des questions européennes, Daniel Riot. Dans « L’Europe, cette emmerdeuse », ce journaliste-écrivain a osé d’audacieux néologismes en situant Strasbourg au cœur de « l’Eurosphère », un espace plus « géophilosophique », civilisationnel en somme, par opposition à l’idée plus matérialiste d’un espace seulement économique ou même d’une aire géopolitique aux limites encore floues.

A la clef, une appellation revendiquée de capitale de l’Europe des peuples, idée dont le sénateur-maire socialiste de la ville se fait inlassablement l’écho, relayant en parfaite entente en cela, son ancien collègue du sénat, Philippe Richert (UMP), devenu ministre et président de la région Alsace. Union sacrée pour une cause qui dépasse les enjeux politiciens ! En Alsace les socialistes ne sont pas très doctrinaires, pas plus que les tenants de la droite souvent très modérée, les deux laissant le champ ouvert aux extrêmes qui l’exploitent allègrement. De plus , la capitale alsacienne bénéficie invariablement de l’aide de l’Etat français et d’une grande majorité des parlementaires.

 Là aussi réside un argument pour la pérennité de Strasbourg qui ne connaît pas les affres d’un avenir politique aussi incertain que Bruxelles en proie aux remous et tourments des conflits intra-belges.

 

 Et la culture, le vivre ensemble, l’âme, dans ce chahut technocratique ?

 Les défenseurs du droit, c’est à dire le statu quo ante réfutent les arguments des coûts de 200 millions d ‘euros avancés en pure fantaisie par les détracteurs qui invoquent la crise pour réaliser des économies. Curieusement celle-ci n’affecte pas leurs revenus qui ont même été augmentés, pour les fonctionnaires en tout cas.

« Le coût annuel découlant de la dispersion géographique du Parlement est estimé à 160 millions d’euros, soit 9% du budget total du Parlement. » voilà ce qui est révélé dans un rapport soumis au vote ces jours-ci. Mais il s’agit là globalement des activités des commissions à Bruxelles et du Secrétariat Général à Luxembourg et des sessions plénières à Strasbourg .

 

Par ailleurs, où a-t-on vu des élus et pire, des hauts-fonctionnaires choisir le lieu de l’activité pour laquelle ils ont fait acte de candidature, librement imagine-t-on, et en connaissance de cause. Eh oui, pour certains « recalés »d’autres élections, le parachute doré ne se pose pas forcément où ils le souhaitent.

Quant à la haute-administration notoirement « pro-Bruxelles », sait elle que « servir » passe avant la recherche du confort ? Comme ces hauts fonctionnaires et ces élus (pour n/ mandats seulement), les « communicants » sont-ils en droit de privilégier les commodités personnelles au détriment d’une dimension symbolique, nourrie d’une chaire historique et culturelle que Bruxelles ne peut qu’envier à Strasbourg ?

 Qu’ils se rappellent que Jean Monnet, considérant avec recul l’état de son œuvre , déclarait, soucieux  :« Si c’était à refaire, je commencerais par la culture ». C’est précisément cet aspect que l’on veut rendre plus visible encore à Strasbourg en créant un lieu d’Europe, une sorte d’Agora dotée de structures d’accueil pour des expositions, des concerts, des conférences, des fêtes, des restaurants et même une discothèque, le tout ouvert tous les jours, le samedi comme le dimanche, à tous les peuples d’Europe, en plein cœur des institutions européennes des 27 de l’UE comme des 47 du Conseil de l’Europe. Les travaux ont démarré.

Autre projet original à l’étude et en bonne voie pour 2012 sinon 2013 : un Festival des Orchestres Nationaux de Jeunes de tous les pays de l’UE pour commencer. Chaque orchestre n’aura qu’une obligation : présenter au moins une œuvre du patrimoine de son pays et une œuvre de création. On imagine la fête et on oublie les contraintes, pour conforter l’Europe des peuples.

La capitale belge est certes belle, accueillante et les Belges sont chaleureux, mais la dimension européenne n’y vit pas, n’y palpite pas en dépit bien entendu d’autres atouts, ceux d’une grande ville historique. Et puis, elle héberge l’exécutif avec la Commission.

 

Une Europe polycentrique.

Dans le rapport concernant le PE, soumis aux voix lors de la session qui vient de s’achever, baptisé « Lieux de travail » le paragraphe 132 stipule que pour des raisons de rigueur budgétaire, le parlement ne devrait disposer que « d’un seul et unique siège ». Mais un sale coup ne passa pas loin : le texte initial prévoyait qu’on ne parlât que d’« un seul lieu de travail dans la même localité que les autres institutions de l’Union » donc Bruxelles. On doit sans doute au député français Joseph Daul, président du PPE (parti populaire européen) un vote de 352 voix contre 281 approuvant la mouture du siège unique, comme le prescrivent les traités, donc Strasbourg.

Enfin, retirer à Strasbourg le siège du PE reviendrait à remettre en cause le polycentrisme de l’UE donc du même coup la BCE ( banque centrale européenne) de Francfort, la Cour Européenne de Justice(CEJ) et le Secrétariat Général à Luxembourg et d’autres annexes…

On se réjouit à Strasbourg du soutien indéfectible et de poids du premier ministre luxembourgeois J.C Juncker.

 Mais la bataille n’est certainement pas terminée et nécessitera encore beaucoup de vigilance et d’efforts. A suivre, à commencer par la décision de la Cour de Luxembourg.

 

Antoine Spohr.( article paru également sur Médiapart)
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • AFFAIRE KARACHI POUR...SARKOZY

    AFFAIRE SOFITEL POUR.... DSK

    IL FAUT NE PLUS AUTORISER LES FINANCIERS SOIEN T ILS DU FMI...OU AVOCATS D AFFAIRES...A SE PRESENTER AUX ELECTIONS

    idem pour les profs de médecine qui cumulent dans les labos pharmas

    PAS DE MELANGE PUBLIC PRIVE C EST L UN OU L AUTRE..plus de conflits d’interets

    TOUSENSEMBLE


    • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 16 mai 2011 16:21


      Un peu de bon sens s’il vous plait !

      L’organisation actuelle – éclatée entre plusieurs sites, distants de centaines de kilomètres, et alternant les sessions dans deux villes, obligeant à perdre du temps et des ressources en voyages incessants – est-elle rationnelle, est-elle la plus efficace pour le travail des parlementaires, et effectivement est-elle économe des deniers publics ?

      Euro-technocratie : Parlement européen éclaté entre Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles
      ================================================================

      En 2006, une pétition eurocitoyenne a été lancée par l’eurodéputée Cecilia Malmström dans l’esprit de l’article 47 du traité établissant une Constitution pour l’Europe – mais sans valeur légale – pour que les travaux du Parlement européen soient regroupés dans la capitale belge et non plus éclatés entre Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles. Cette demande est le bon sens même. On chiffre en effet à entre 160 millions et 200 millions d’euros par an le coût des transports bi-mensuels du Parlement européen et à cela il faut rajouter le coût des locaux dédoublés du Parlement européen et le coût de logement des députés et de millier de gens qui accompagnent les députés. La pétition eurocitoyenne a recueilli 1 000 000 de signatures en 4 mois. Mais les politiques ont décidé d’ignorer ce signal envoyé par les citoyens … le gaspillage de l’argent des contribuables européens continue et la perte d’efficacité des députés européens continue également.

      Qui doit décider de l’endroit où il faut réunir le Parlement européen ?

      Tous les citoyens européens ensemble doivent décider.

      On peut effectivement préférer Bruxelles pour y regrouper le Parlement européen au lieu de faire sans cesse voyager le Parlement européen entre Bruxelles et Strasbourg avec en plus ses services administratifs situés à Luxembourg.

      La raison principale en faveur de Bruxelles est que la France a déjà trop d’influence sur l’UE, et décider que le Parlement européen devrait être entièrement à Strasbourg renforcera cette influence qui est de moins en moins acceptée dans d’autres plus petits États membres de l’UE. En fait l’influence des États membres (gouvernements nationaux) dans l’UE devrait être réduite car elle n’a pas de garantie démocratique, car ces milieux politiques sont trop sous l’influence des lobbies divers et n’écoute pas la voix démocratique exprimée par la majorité des citoyens qui se sentent concernés par les décisions politiques. C’est à l’ensemble des citoyens qu’il appartient de décider directement concernant les questions fondamentales de l’UE, sans que des politiques nationaux interfèrent dans les décisions, le plus souvent en déformant la volonté des citoyens. Ainsi par exemple la population de l’UE devrait directement voter pour ses représentants dans l’UE. De grands États membres pourraient même à terme être démontés en régions. La Belgique est un petit pays comparé à la France, et pour cette raison installer le Parlement européen entièrement à Bruxelles, ensemble avec d’autres institutions de l’UE qui y sont déjà, ne devrait pas rencontrer d’opposition d’autres États membres. Par ailleurs la proximité avec d’autres institutions européennes permettrait de faciliter le contrôle du Parlement sur les organes exécutifs de l’Union lorsque (on peut espérer !) un jour ils auront ce pouvoir de contrôle. Bruxelles est la solution rationnelle pour l’organisation du travail et aussi la solution la plus économe financièrement. Les infrastructures de l’UE y sont déjà.
       
      Et j’insiste sur le fait que concernant les questions de l’Union européenne, nous devons penser et décider en tant que citoyens européens : il faut raisonner selon ce qui est bon pour les Européens dans leur ensemble (car ce sont les Européens dans leur ensemble qui financent ces institutions) et ne pas agir en lobbyiste d’une région (Alsace en l’occurrence...).

      Concernant le Parlement, certains signalent que « la plupart des Membres du Parlement européen ont précisé qu’ils préfèreraient être basés seulement à Strasbourg ».

      Soit, pourquoi pas, les Membres du Parlement européen ont le droit d’avoir leurs préférences .... mais c’est aux citoyens européens de décider quelle solution ils veulent pour arrêter ce gaspillage d’argent de contribuables et de l’efficacité du Parlement qui se promène entre deux villes et dont les services administratifs sont dans la troisième ville. De même, et en vérité c’est la même question, si un jour l’UE doit avoir une capitale officiellement désignée, c’est aux citoyens européens de décider quelle doit être la capitale de l’UE.

      Ce n’est pas aux Membres du Parlement européen de décider où ils vivront. Les Membres du Parlement européen doivent servir les citoyens européens et doivent faire ce que les citoyens européens décident. Et l’État français n’a pas à créer des entraves en insistant que Strasbourg soit maintenu simplement parce que cela procure des revenus à Strasbourg. Ces revenus-là sont un gaspillage de l’argent des contribuables européens. Concernant le Parlement européen, ce n’est pas le gouvernement français qui doit décider et aucune compensation n’a à être donné à la France pour qu’elle ne bloque pas la seule solution qui serait rationnelle – car il ne s’agit pas de Parlement de la France, il s’agit de Parlement européen.

      Puisque il s’agit du Parlement européen, et puisque il y a le problème au sujet de son endroit, et puisque ce problème concerne l’argent des citoyens européens et que ce problème nuit à l’efficacité des institutions européennes, il est certain que la seule solution démocratique, est de laisser décider tous les citoyens européens ensemble. Les citoyens européens doivent décider ensemble par référendum. C’est la seule garantie de prise de décision démocratique.

      Les cercles au pouvoir ont depuis longtemps dénaturé, dévié, dégradé, falsifié la notion de « démocratie ». En vérité il n’y a aucune ambigüité sur ce que signifie « démocratie ». Car la démocratie a une définition historique, très ancienne.

      Ceux qui veulent en savoir plus peuvent lire l’article « Où est la démocratie ».


      • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 16 mai 2011 23:49

        Martin, je vous approuve sans réserve !

        jf.


      • ffi ffi 16 mai 2011 16:28

        Tant qu’à s’épargner des dépenses nocives :
        - dissoudre la commission de l’UE et sa kyrielle de fonctionnaire.
        - dissoudre la cours de justice Européenne, et toutes les institutions de l’UE.
        - cesser d’emprunter sur les marchés boursiers (50 milliards d’Euro d’intérêts par an) et permettre à l’état d’émettre lui-même la monnaie (à 0% d’intérêt) : L’Etat n’a pas pour vocation de collecter sur tous les citoyens une somme équivalente à l’impôt sur le revenu pour soigner le profit des rentiers.

        Puis pour augmenter les recettes :
        - instaurer des douanes de douane.
        - instaurer un droit de circulation pour les camions en transit (Et oui, la France, ça lui coûte cher d’entretenir son réseau routier quand il est abimé par les camions de toute l’Europe).


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 mai 2011 17:12

          les autoroutes françaises étant à péage, les francais sont nets beneficiaires alors que leurs camions ne payent rien quand ils traversent la Belgique, les Pays Bas, le Luxembourg ou l’Allemagne, pays à autoroutes gratuites.


        • ffi ffi 16 mai 2011 20:55

          Euh, avez-vous vu le prix des autoroutes ? Êtes-vous sûr que les français sont bénéficiaires ? Du prix démentiels des autoroutes, à mon avis.


        • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 16 mai 2011 17:17

          sur cette question du one seat http://www.oneseat.eu/ le mieux serait d’interroger directement, par un suffrage direct, organisé le même jour, les 500 millions de citoyens de l’UE sur la question suivante : « etes vous pour ou contre le regroupement du siege du parlement à Bruxelles ? »


          • A. Spohr A. Spohr 16 mai 2011 18:33

            Où est la démocratie ? En effet, quand elle est clairement obnubilée par des partis pris ici strictement matériels, elle s’obscurcit. Une démocratie éclairée, la seule qui ne porte pas la malédiction d’une minorité, fût-elle à un doigt de le majorité, implique une autre approche philosophique et si vous permettez, plus téléologique que la vôtre.

            Un scrutin « finaliste » européen significatif sur un tel sujet n’est pas pour demain.Il serait même prématuré , au sens propre.
            Mais relisez l’article avec plus d’attention, comme j’ai lu le vôtre.
            Amicalement.

            • xray 16 mai 2011 18:56


              Les élus européens sont des carpettes sur lesquelles les Américains s’essuient les pieds. 


              Les
              Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
              Ils sont soumis à : 

              - Une monnaie d’occupation ; 

              - Des journalistes d’occupation ; 

              - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

              - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les Américains, ou le Vatican ? 

              Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

              - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
              Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

              L’Europe est soumise au dictat de l’axe CIA-Vatican. 
              Seule la géographie distingue la CIA du Vatican. Pour le reste, c’est pareil. 

              - Les mêmes intérêts, les mêmes méthodes, les mêmes moyens, les mêmes personnes ! 

              - Les curés manipulent. Ils contrôlent le premier et le plus grand réseau de renseignement. Ils vivent de la misère qu’ils produisent. Ils gagnent à pourrir la vie du plus grand nombre. 

              - Les américains manipulent. Ils imposent aux pays européens tout ce qu’ils ne veulent pas chez eux. Etc.  

              Le bourbier européen 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com  

              Commentaires interdits 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2011/05/07/le-post-commentaires-interdits.html 

              Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
              http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 

              Axe CIA-VATICAN 
              http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/29/axe-cia-vatican.html 

              Le piège internet (GOOGLE, Blog-spot,  Dailymotion, Le Post) 
              http://echofrance.monblogue.branchez-vous.com/2009/11/21#215760 



              • brieli67 16 mai 2011 19:08

                ben oui Alfredddel...... 

                sTROSSSBOURRY sous la prune Pflimlin

                savait recevoir

                SOFITEL ..... là ou retourne ton étalon favori

                un petit mot sur les Kopfekessle... LES OREILLERS .....

                ça c’était encore du Temps


                • HELIOS HELIOS 17 mai 2011 11:36

                  Le vers est dans le fruit !

                  Stasbourg ne gagnera jamais, parceque ceux qui doivent la defendre sont ceux la même qui l’attaque !

                  PARIS ne veut pas de concurrence, PARIS, ne veut pas se deplacer a Starsbourg, Bruxelles c’est plus pres et enfin PARIS a peur.

                  Rappelons nous du canal Rhin-Rhone, seul axe ECOLOGIQUE qui aurait tant diminué les nuisances... mais qui aurait tant renforcé l’axe Marseille/Lyon/Strasbourg en continuation de la riche region allemande desservie.

                  Le pire ennemi du Siege de l’Europe a Strasbourg n’est pas en Angleterre ou ailleurs, mais ici, chez nous, a PARIS !

                  Question complementaire : qu’est devenu l’annexe de l’ENA a Strasbourg, juste pour voir ?


                  • Hussein Hussein 19 mai 2011 11:39

                    @ M. MARTIN :

                    J’ai lu attentivement votre contribution. A priori, vous êtes un Pro-Bruxellois car vos arguments favorables ne vont qu’en faveur de cette ville.

                    A aucun moment, vous n’avez intégré ceux de M. SPOHR qui donnent à Strasbourg certains avantages notables.

                    Lorsque vous parlez de l’influence néfaste des lobbies, je vous signale que ceux-ci sont implantés à Bruxelles et qu’en éloignant définitivement le pouvoir législatif à Strasbourg, on évite aux parlementaires européens de subir cette mauvaise influence.

                    Là où vous faites très fort, c’est quand vous vous faites l’avocat des 500 Millions de citoyens européens (cités 10 fois dans votre texte). Sous couvert de « démocratie participative », vous prônez un référendum (forcément coûteux à organiser) pour désigner Bruxelles comme capitale du Parlement européen !!!

                    Ces citoyens ont-ils ou auraient-ils tous la capacité de faire un choix judicieux ?

                    Ont-ils déjà été dans les différentes villes-capitales pour s’en imprégner (Strasbourg, Bruxelles, Luxembourg, Francfort, La Haye, ...) ??

                    Vous parlez de contribuables européens. Mais dans l’immédiat, ce sont les Etats qui contribuent directement au financement de l’Union. La France (que vous décriez tant) et l’Allemagne en sont les plus gros pourvoyeurs. Le jour où l’ensemble de nos concitoyens européens paieront directement un impôt européen, là vous repasserez, M. MARTIN, avec votre référendum. Cela signifiera que le peuple européen sera suffisamment impliqué et averti pour prendre des décisions en toute connaissance de cause.Avant, ils ne pourront qu’être soumis à des manipulations faussement démocrates telles que la vôtre.

                    Par contre, que Strasbourg prévoit d’organiser un Festival d’orchestres européens de jeunes est une très bonne idée. Voila qui doit permettre aux citoyens européens de venir à Strasbourg et de se faire une idée sur cette ville et sur son Europtimisme. D’ailleurs, M. SPOHR devrait nous en dire plus à ce sujet.

                    Et vous même M. MARTIN, qu’avez vous à proposer pour attirer à Bruxelles d’autres populations que des lobbystes et des politiques ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès