Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Populiste, c’est ça le hic !

Populiste, c’est ça le hic !

Quand dire "Non" n'est pas acceptable ...

Le grand Air des outragés …

Nos amis italiens auraient perdu le sens de la mesure, ils se sont égarés massivement dans l'impasse de ce qu'on nomme « Populisme » dans les milieux autorisés, les partis respectables, intelligentsia forcément brillante et éclairé. Ainsi, les peuples, à travers l'Europe, se trompent massivement en écoutant ce que nos élites appellent des sirènes illusoires.

Il n'y a que leurs doctrines qui peuvent nous sortir de l'impasse dans laquelle ces braves gens qui ont toujours raison nous ont mis. Rigueur, Libéralisme, Privatisation, Économie, Recul de l'âge de la retraite, Mobilité, Flexibilité … La liste est longue des remèdes issus d'une trousse à outils imposée par la pensée unique. L'échec est toujours au bout du traitement dont seuls les peuples sont les victimes.

Mais que les dindons de la farce libérale viennent à élever la voix et c'est le grand concert unanime des médias, des intellectuels, des décideurs et des gouvernants de tous horizons. Les humbles ne peuvent que se tromper ! Ils se fourvoient dans les idées simplistes de tout ce que ces gens si biens désignent du doux vocable de Populisme.

D'ailleurs, il ne faut pas confondre. Quand, dans les partis respectables, certains tutoient des limites fangeuses, eux ne se trompent pas de voie. Ils sont sur des terres « Populaires », la nuance est de taille. La distinction s'impose à tous. Il n'y a pas de remise en cause du dogme officiel, de la religion libérale et du saint office européen.

Le Populisme c'est la maladie incurable de ceux qui disent « Non » à cette Europe, non à l'hypocrisie des banques, non à la fraude et à l'évasion fiscale, non à la mondialisation sans éthique, non à l'inégalité, non à l'exploitation des plus nombreux par une minorité toujours plus riche et plus égoïste.

Penser l'économie autrement, penser la répartition des richesses différemment, penser les échanges mondiaux d'une autre manière, penser le temps de travail, les droits, les rapports de pouvoir loin du cadre imposé par ce modèle obligé, c'est se fourvoyer dans l'erreur et la facilité. C'est même, la faute est plus grave encore, refuser de penser, tourner le dos au pragmatisme, à la réalité immuable et intangible des lois du marché.

Voilà, tout est dit. Il existe une liturgie économique en dehors de laquelle vous êtes hérétique, schismatique, populiste. Les Indignés, les décroissants, les anti-capitalistes, les alter-mondialistes, les souverainistes sont tous de dangereux idéologues du désastre économique, de l'anarchie planétaire, de l'utopie démagogique. Circulez, il n'y à rien à faire de toutes ces idées irréalistes, subversives, exaltées.

Car, voyez-vous, le peuple a beau observer depuis bientôt vingt ans l'échec du seul modèle autorisé, il n'est pas en mesure de comprendre ou simplement d'admettre (la seule pensée qu'on lui concède en fait) qu'il n'y a pas d'autre solution. Les humbles ne comprennent rien, c'est bien connu. On leur demande de toujours faire plus d'efforts, de toujours plus se serrer la ceinture, de toujours plus voir reculer leurs droits et ils ne comprennent pas pourquoi ça va de plus en plus mal pour eux seuls !

Ils ne sont pas raisonnables ! Pourquoi faudrait-il changer ce qui, au fond, réussit si bien à maintenir la domination d'une toute petite minorité échappant aux lois nationales, aux obligations fiscales et à la récession ? Le peuple n'a plus qu'à se taire et quand ridicule, on lui demande son avis et qu'il dit « Non » à cette farce, des fêlons, des traitres rayent d'un trait de plume le suffrage universel qu'on pensait souverain.

Les élites ont aboli le peuple et pour bien le lui faire comprendre, tout ce qui vient de lui est désormais frappé de l'anathème suprême, du sceau de l'infamie, de la bêtise et de la stupidité la plus crasse. Tout ce qui ne vient pas de la seule pensée libérale, tout ce qui affirme qu'une autre voie est possible, est désormais marqué au fer rouge de la plus terrible insulte qui soit désormais en ce monde : Populisme !

Peuple, à la clarté des soirs sans espoir, préférons des idées nouvelles et généreuses. Alors, en route les gars, jetons nos vieux oripeaux. Marchons, marchons, dans des sillons plus larges et plus beaux. Prenons en main notre destin et repoussons à jamais tous ces vilains. Faisons la guerre au Capital et qu'importe qu'on nous taxe de Populistes, l'étiquette est sans importance quand elle porte ce vent nouveau qui souffle dans toute l'Europe qui souffre.

Populistement leur

vidéo ici 


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Yvance77 2 mars 2013 06:39

    Salut,

    Quand j’entends nos hommes politiques traiter certaines personnes de populistes... fatalement je tends l’oreille et je note « populaire ».

    Si être populiste façon Grillo ou en son temps Coluche chez nous c"est être enraciné au peuple... alors j’en suis fier.

    Et vu comment ils se sont débroullés pour nous mettre en état de servitude je me dis que le populisme citoyen est la clef de leur échec, et de nos réussites


    • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 08:28

      Yvance77


      Nous sommes entièrement d’accord !

    • Raphael Monard 2 mars 2013 08:44

      Etre « populiste », c’est avoir un peu de Robespierre en soi. C’est à dire croire en une vraie forme de démocratie, refuser les privilèges pour les élites. C’est tout simplement croire au peuple et avoir envie de le soutenir et faire une politique dans son intérêt.

      Malheureusement, il suffit de voir le traitement infligé à ceux qui défendent leur peuple plutôt que nos élites exploitantes pour comprendre dans quel monde nous vivions.

      Mais les choses peuvent changer... et changerons un jour ou l’autre.


      • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 09:23

        Raphael


        J’aime votre formule !

        Nous avons tous un peu de Maximilien en nous ...

        Le changement viendra bientôt, il faut d’abord résister !

      • Alpo47 Alpo47 2 mars 2013 08:56

        Populiste... conspirationniste... antisémite... des mots choc d’abord destinés à clore immédiatement la discussion en clouant l’autre au pilori. Juste un artifice de communication pour éviter tout débat de fond.
        C’est la « nov-langue », tout comme qualifier les plans sociaux de « plan de maintien de l’emploi », nos soldats qui occupent l’Afghanistan de « force de paix »... etc. Triomphe de la communication, avec le choix de mots destinés à provoquer l’émotion et la réaction désirée.

        Utilisons donc notre cortex et non plus notre « cerveau reptilien »f pour évaluer nous même la situation et faire nos propres choix.


        • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 09:25

          Alpo


          Tout ce qui leur déplait est grimé du suffixe «  iste » et eux se donnent du « al » ou bien du «  air » pour parraître mieux que les autres

          Réagissons à cette dictature médiatiste !

        • JL JL 2 mars 2013 09:50

          Bonjour C’est Nabum,

          bel article que vous publiez là. Bravo.

          Comme vous le dites si bien, on est aujourd’hui populiste vis-à-vis du dogme officiel, de la religion libérale et du saint office européen, comme on était hier dans l’ancien Régime, mécréant sinon hérétique vis-à-vis de la sainte mère l’église.

          Heureusement que l’inquisition et le supplice du Pal ont été abolis.

          Pour moi, le véritable populisme, celui qui ne dit pas son nom, c’est d’amalgamer sous le vocable populiste les revendications extrémistes de la droite nationaliste avec les lubies mondialistes et bisounoursiennes de l’extrême gauche.

          Pour une définition du populisme : L’empathiste est celui qui, sous couvert d’une empathie affective qu’il n’éprouve pas, impose unilatéralement son action. Le populisme c’est de l’empathisme.

          L’empathisme c’est le ton sur lequel nous parlent quotidiennement les officiants des grandes chaines télévisées.

          Le libéralisme est une non pensée intégrale, où Le compassionnel a remplacé l’analyse politique.


          • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 14:15

            JL


            Il faut se garder de juger l’autre versant du populisme, celui qui n’esy pas le vôtre.
            Ce qui compte c’est notre capacité de leur dire NON !

          • subliminette subliminette 2 mars 2013 10:31

            Avez-vous remarqué ce ton méprisant lorsque les « grands » journalistes prononcent ce mot « populiste » ? On dirait une fiente qui tombe du cul d’une poule.

            Le « peuple », le « populo », la « populace »...... c’est sale, c’est scato, ça pue !

            « Grands » homme politiques, « Grands » serviteurs zélés du grand exploiteur, sortez vos mouchoirs de fine baptiste et bouchez vos augustes nez.
            Vous en aurez besoin le jour où nous ouvrirons enfin les barils de goudron, où nous carderons le chanvre pour en tresser des cordes, le jour où nous en aurons assez de travailler pour payer vos ors et vos palais, avec pour seule récompense votre mépris pour ce que nous sommes : le peuple !


            • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 14:16

              subliminette


              Qu’ils se rassurent ! Pigeons et dindons fientent aussi ... et sur leur têtes distingués nous nous laisserons aller à nous soulager !

            • epicure 2 mars 2013 17:54

              La noblesse et la haute bourgeoisie n’ont toujours eu que du méris, du rejet vis à vis d e la populace, de la plèble ,

              EN fait en parlant de démocratie pour désigner leur système élitiste, ne sont ce pas eux les vrais populistes, enflattant les désirs populaires pour des objectifs qui n’ont rien à voir avec les besoins du peuple.


            • foufouille foufouille 2 mars 2013 12:22

              on attend le notre, de populiste


              • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 14:16

                foufouille


                J’arrive !

                Votez pour moi ...

              • BA 2 mars 2013 14:06

                Samedi 2 mars 2013 :

                 

                Beppe Grillo veut renégocier la dette italienne.

                 

                Beppe Grillo, leader du mouvement Cinq Etoiles (M5S), qui a réuni 25,5% des suffrages lors des législatives en Italie, veut renégocier la dette de son pays, a-t-il indiqué à « Focus ».

                 

                "Si la situation financière de l’Italie ne change pas, elle quittera l’euro", estime l’ancien comique.

                 

                "Nous sommes écrasés, non pas par l’euro mais par notre endettement. Quand les intérêts atteignent 100 milliards d’euros par an, on est mort. Il n’y a pas d’alternative" à une renégociation de la dette, a déclaré M. Grillo dans l’hebdomadaire allemand Focus.

                 

                Il a comparé les obligations d’états avec des actions d’entreprises : "quand j’achète une action d’une société, et qu’elle fait faillite, ce n’est pas de chance. J’ai pris un risque et j’ai perdu", a-t-il ajouté.

                 

                Il affirme également que la situation est si précaire en Italie que "dans six mois, on ne pourra plus payer les retraites et les salaires du service public".

                 

                En Allemagne, des voix se sont déjà fait entendre dans la frange euro-sceptique de la coalition gouvernementale de la chancelière Angela Merkel, pour réclamer une sortie de l’Italie de la zone euro si un gouvernement prêt à continuer les réformes structurelles n’est pas mis en place.

                 

                Rappel :

                 

                La dette italienne franchit les 2.000 milliards d’euros.

                 

                La dette de l’Italie a franchi en octobre pour la première fois le cap symbolique des 2.000 milliards d’euros, selon un document publié vendredi par la banque centrale italienne.

                 

                La dette de l’Italie s’est établie à 2.014,693 milliards d’euros en octobre 2012, contre 1.995,143 milliards en septembre 2012, selon un supplément au bulletin mensuel statistique de la Banca d’Italia.

                 

                http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-dette-italienne-franchit-les-2-000-milliards-d-euros_365178.html


                • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 14:18

                  BA


                  Combien d’emprunts toxiques ?
                  Combien de taux d’usure scandaleux ?

                  Quand la dette ne sert qu’à enrigir des emprunteurs peu scrupuleux, refusons de rembourser les voleurs 

                • BA 2 mars 2013 14:27

                  Nous sommes d’accord.


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 2 mars 2013 14:35

                  Avec BA y a pas de bla-bla ,et j’en profite ici pour le remercier de ses infos éclairantes sur divers sujets ....
                  Merci !


                • Gauche Normale Gauche Normale 2 mars 2013 16:56

                  Dette italienne, dette française, même solution : ne remboursons pas ! Par contre il ne serait pas injuste de la faire rembourser par ceux qui ont creusé la dette, à savoir les politiques, les fortunes, les grosses sociétés...


                • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 19:30

                  Aita Pea Pea 


                  Pour le blabla vous pouvez compter sur moi ! 

                • thierry3468 2 mars 2013 15:11

                  Je n’ai plus du tout envie de me défendre de l’accusation de populisme. C’est le dégoût des élites - méritent-elles mieux ? Ces propos de Mélenchon (que je n’apprécie pas ) résument parfaitement ce qui se passe partout .Les élites ont vendu leur âme au diable et veulent donner des leçons de probité et honnêteté .Elles méprisent le peuple qui n’a pas le droit de penser ,seulement d’agir à leur convenance .Elles craignent le peuple car elles savent que le pouvoir est en train de leur échapper .Une nouvelle révolution est en marche ....


                  • C'est Nabum C’est Nabum 2 mars 2013 19:33

                    Thierry


                    Renversons la critique et disons leur que gouverner sans se soucier du peuple est chose plus grave encore que ce mot 

                  • foufouille foufouille 2 mars 2013 22:10

                    @jaja
                    je regardes ca demain
                    je sais pas tout comme nabum
                    suis pas communiste non plus
                    a moins que tu comptes virer la CAF et la MDPH


                    • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 mars 2013 18:36

                      Le populisme est la maladie qui frappe les peuples affaiblis et aveuglés qui se cherchent un responsable de leurs malheurs autre qu’eux-mêmes.


                      Dans ces périodes troublées, des personnages plus ou moins charismatiques arrivent à user de cette colère pour la retourner contre ceux qui sont présentés comme responsables au lieu d’user de cette énergie à essayer de trouver des solutions pour améliorer leurs vies propres.

                      Cela ne marche jamais car leurs « solutions » ne profitent qu’à une petite partie de la population alors qu’ils la présentent comme étant un remède miracle. Or, personne n’a la même vie ni les mêmes besoins. Leur échec est inscrit dans leur démarche même.

                      Le mécontentement populaire s’exprime dans les urnes, mais dès les élections suivantes, la crise s’estompe.

                      Soit le leader populiste s’est tenu à l’écart des décisions et on lui reproche de n’avoir rien fait concrètement, soit il a fait alliance et il devient dès lors assimilé à la situation qui ne s’ améliore pas. 
                      Il peut aussi faire montre d’incompétence pure et simple et dès lors le Peuple refuse de lui laisser les commandes, préférant revenir en arrière et renvoyer les néo-Poujade à l’oubli médiatique.



                      • C'est Nabum C’est Nabum 3 mars 2013 20:11

                        Mmarvinbear


                        Il est facile de dire que c’est la faute du peuple

                        les élites ne sont plus là pour le servir
                        De ce constat nait une colère nécessaire

                        Les solutions viendront bientôt, rassurez-vous 

                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 4 mars 2013 01:15

                          Le Peuple est responsable car c’est de lui que procède le Pouvoir.


                          Il est responsable quand par apathie ou stupidité il porte au pouvoir ceux qui feront entrer le loup dans la bergerie en croyant benoitement bénéficier d’avantages supplémentaires.

                        • C'est Nabum C’est Nabum 4 mars 2013 06:12

                          Mmarvinbear


                          Le peuple est responsable car il laisse faire ...
                          Je vous l’accorde

                          Il est berné, trompé, trahi, manipulé
                          Alors il a des circonstances atténuantes !

                        • maturin.j 4 mars 2013 09:00

                          Quoi ? le quatre Mars, et pas de billet quotidien smiley
                          Je vote pour vous Nab,
                          Ce Beppo popu-illustre m’est sympathique !...
                          C’est un semeur, il ne peut pas être mauvais.


                          • maturin.j 4 mars 2013 09:12

                            s’cuse ,Nabum,

                             pas lu le billet sur votre site ce jour,
                            j’ y retourne immédiatement.


                            • C'est Nabum C’est Nabum 4 mars 2013 09:56

                              maturin.j


                              Il m’arrive moi aussi d’essuyer des refus
                              Venez donc me lire chez moi si le cœur vous en dit
                              c’est ici :


                            • null 4 mars 2013 18:12

                              Le « populisme », c’est le mot employé par la bourgeoisie et tout ceux qui croquent à l’escoquerie social-demago. Bartolone l’emploie souvent ce mot, par exemple. 


                              • C'est Nabum C’est Nabum 4 mars 2013 19:14

                                Null


                                Je crois que c’est ce que j’explique non ?

                              • null 4 mars 2013 19:45

                                Tout à fait @ Nabum, je pense qu’on tire dans le même camp. 


                                • C'est Nabum C’est Nabum 4 mars 2013 19:57

                                  null


                                  Allons dans le sens de la démocratie réelle !

                                • null 4 mars 2013 20:05

                                  Mais je suis convaincu ... frère. smiley


                                • C'est Nabum C’est Nabum 4 mars 2013 20:07

                                  null


                                  Alors mettons les dehors ...

                                • null 4 mars 2013 20:13

                                  Je n’attends que le grand ménage. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires