Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Portraits de campagne : Nord-Ouest

Portraits de campagne : Nord-Ouest

Début d’une série de rencontres avec des candidats, tête de listes dans la circonscription Nord-Ouest. Commençons avec Corinne Lepage, candidate du Modem. Puis Jean-Paul Gauzès, n°3 de la liste UMP, Estelle grelier, n°2 de la liste PS, Jacky Hénin, n°1 de la liste Front de Gauche, Hélène Flautre, n°1 de la liste Europe Ecologie. Deux conférences de presse : Marine Le Pen, n°1 de la liste FN, Bernard Frau, n°1 de la liste Alliance Ecologiste Indépendante.

Les femmes sont-elles toujours des hommes politiques comme les autres ?

« Cela a été sportif ! ». Exclamation de Corinne Lepage au sortir de cette rencontre avec mes camarades du collectif Européennes 2009. Deux heures de questions ininterrompues posées par des blogueurs, qui, le moins que l’on puisse dire, est qu’ils avaient travaillé le sujet et affûté leurs questions… Et qui tous, au regard de leur propre parcours, ne sont pas des perdreaux de l’année en matière de politique !

Dominique (PS) et Edgar (UMP) ont déjà dégainé leurs papiers. Amusant de lire leurs réactions assez similaires pour deux adversaires politiques. L’un comme l’autre s’accordent à reconnaître chez Corinne Lepage une sincérité, une force de conviction et une maîtrise des sujets européens abordés. Mais l’un et l’autre lui reprochent une forme d’ambiguïté. Pourquoi ? Au motif que le groupe où siègeront les élus Modem pourra être soit l’ADLE, soit le PDE. Euh, késaco ? S’interroge le lecteur, à juste titre à des années lumière de ces préoccupations culinaires.

Arrêtons-nous un instant sur ces considérations. Que ce soit à l’UMP comme au PS, on raisonne politiquement de manière manichéenne et alternative, un coup à toi, un coup à moi le pouvoir. Et de fait, c’est ainsi que fonctionne notre Assemblée nationale, où la majorité, quelle qu’elle soit, est constituée principalement de députés godillots qui votent sans états d’âme là où on leur dit de faire. Considérons maintenant la composition du parlement européen.

Pas besoin d’avoir une maîtrise de maths pour constater qu’aucun parti n’est majoritaire. Ce qui implique donc que tout texte, pour être approuvé, doit faire l’objet d’un consensus, d’une discussion, d’un compromis avéré entre plusieurs groupes.

Ce que revendique Corinne Lepage, est qu’elle votera toujours en son âme et conscience et que personne ne lui dictera ce qu’elle doit faire. Elle affirme des positions claires sur l’économie, la politique étrangère, l’écologie, le social et ce sont ces positions qu’elle défendra. Moi, ça me va, une candidate qui s’engage ainsi, dont la parole est libre au sein d’un parti qui défend le principe même du débat démocratique.

Il y a beaucoup d’autres éléments du discours de Corinne Lepage qui m’ont convaincue, s’il en était encore nécessaire, que cette femme-là est taillée pour le mandat auquel elle aspire.

Elle sera la femme d’un seul mandat, elle ne cherchera pas à le cumuler avec une autre fonction élective. Elle affirme d’ailleurs clairement, haut et fort, que c’est un mandat européen qu’elle souhaite et pas un autre. Contrairement à d’autres, elle ne cherche pas à passer d’un mandat à l’autre, abandonnant au passage, si besoin, une autre charge élective.

Elle s’engage à afficher une véritable transparence en informant, bien en amont, des futures décisions dont le parlement européen aura à se saisir. A ce jour, seul les lobbys ont connaissance de tout cela dans les couloirs de Bruxelles. Comment associer les citoyens qui souvent reprochent à l’Europe une absence de transparence quand ils apprennent au dernier moment que telle ou telle directive va être débattue ? En organisant et relayant l’information avec les élus locaux, les associations bien en amont des décisions. Comment modérer l’impact des lobbys ? Corinne Lepage s’engage à la transparence en rendant publiques toutes les rencontres qu’elle fera, faisant ainsi état du nom de l’organisme rencontré et de l’objet de la rencontre.

Mais ce qui m’a particulièrement séduite, au-delà de la communauté de pensée que je partage avec la candidate, c’est son approche toute féminine de la question politique. Elle s’inscrit dans un pragmatisme qui, au lieu de fixer des buts inatteignables qui se cantonnent le plus souvent aux déclarations de principes et aux concepts imbitables, privilégie l’avance à petit pas, une pierre après l’autre. En pratique, si l’on a une idée de ce qu’il faudrait faire mais que le chemin s’avère compliqué, à tout le moins, évitons de faire le contraire de ce qu’il faudrait faire. Tiens, c’est marrant, ça me rappelle la présidence d’Angela Merkel qui est arrivée pour retricoter une Europe en vrac après le non cinglant au TCE, et cela me paraît assez éloigné des rodomontades françaises.

Une chose est certaine, sur laquelle mes petits camarades ne me contrediront pas. En démarrant avec nous cette série d’entretiens, Corinne Lepage a placé la barre très, très haute pour les futurs candidats qui viendront nous rencontrer. Au-delà des idéologies que les uns ou les autres pourront défendre, il leur faudra nous convaincre de leur sincérité, de leur pertinence et de la force de leur engagement personnel. On y reviendra, mais je pense que la performance établie par Corinne, sera difficilement égalable par d’autres concurrents. D’avance je les préviens, bien que courtois, notre « jury » est implacable !

****
 
Deuxième rencontre avec un candidat de la circonscription Nord-Ouest. Après Corinne Lepage pour le Modem, entretien avec Jean-Paul Gauzès, 3e de la liste UMP.
 
C’est au tour d’Edgar d’être un peu anxieux car c’est « son » candidat qui passait sur le grill. Et comme le rapport de force est au mieux de deux sympathisants pour sept opposants, autant dire que les débatteurs ont été aussi coriaces que lors du précédent entretien.

Face à nous, Jean-Paul Gauzès, euro député UMP sortant, conseiller régional de Haute-Normandie et maire de Sainte Agathe d’Aliermont. Commençons par les fleurs. Ce fut un plaisir d’échanger avec un parlementaire qui s’est véritablement investi dans son mandat, honnête dans ses propos privilégiant le pragmatisme à l’idéologie.

Après le miel, passons au vinaigre. Je soulignerai quelques points abordés qui pour moi, rendent impossibles l’adhésion aux promesses de la liste du président.

Tiens d’ailleurs, du président mais de quel président parle-t-on ? Du président de la République française en appelant à voter UMP pour le soutenir ? Du président du Conseil européen de juillet à décembre 2008 en arguant que sa présidence fut une réussite ? Ce que Claude conteste… Mais attendez une minute, le 7 juin, ce sont bien des députés que l’on élit… Alors pourquoi maintenir une confusion des genres, le Parlement européen ne sera pas présidé par Nicolas Sarkozy ? Vous lecteurs, je ne sais pas, mais moi je n’aime pas trop que l’on m’enfume…

Restons deux minutes encore sur cette histoire de présidence, mais cette fois-ci celle de la Commission européenne. -Avertissement pour tous ceux qui ne connaissent pas bien les mécanismes de décision de l’Europe, allez vous instruire sur ce billet du professore qui a le mérite d’être concis et clair. – Donc, aujourd’hui, ce machin le moins démocratique de la co-décision européenne est présidé par José Manuel Barroso. Beaucoup s’accordent à dire qu’il a été l’un des plus mauvais présidents de Commission européenne. Dominique réclame sa peau. Jean-Paul Gauzès a convenu qu’il a manqué de dynamisme et d’idées, tout en se constituant une majorité avec les commissaires des nouveaux pays entrants au détriment des grands partenaires historiques comme la France ou l’Allemagne, privilégiant ainsi la libéralisation et la déréglementation à outrance. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat n’a pas été brillant ! Malgré tout, le candidat de l’UMP considère qu’il n’y a pas d’alternative ce qui implique que le PPE (groupe dans lequel siègent les euro-députés UMP) reconduira Monsieur Barroso dans ses fonctions. Il existe pourtant d’autres solutions. Le PPE n’étant pas majoritaire au Parlement, il est bien possible qu’une coalition anti-Barroso voit le jour quand il sera question de sa reconduction. A suivre donc...

En conclusion, j’ai apprécié la franchise de Jean-Paul Gauzès. A la question : que ferez-vous pour la région Haute-Normandie ? Il a eu l’honnêteté de répondre « Rien, car ce n’est pas dans les compétences d’un parlementaire européen  ». Corinne Lepage avait fait la même réponse à Edgar Menguy qui avait feint de s’étonner. Je ne voterai pas pour la liste UMP parce ce qu’ils défendent est très éloigné de mes valeurs. Pour citer quelques exemples, j’ai en travers de la gorge la politique du tout nucléaire, la traque des sans-papiers qui met les bébés en centre de rétention ou le flicage d’internet, vous pouvez compléter la liste… Je reconnais toutefois avoir rencontré hier un candidat compétent. Maintenant, pour paraphraser le chef de l’Etat, si y’en a que ça les intéresse

****

Troisième candidate à affronter le feu roulant des questions de notre collectif de blogueurs : Estelle Grelier, deuxième de la liste PS dans la circonscription Nord-Ouest

La contradiction décomplexée

Lundi après-midi, troisième rencontre de notre collectif, cette fois-ci avec Estelle Grelier, numéro deux de la liste PS. Même si ces jours-cil les sondages sont en berne pour les socialistes, la candidate a peu de souci à se faire, son fauteuil pour Bruxelles est assuré.

Une femme jeune, sympathique et dynamique, voilà de quoi rendre notre échange ouvert et sans langue de bois, teinté de cordialité malgré la malice de certains de mes camarades… Retenu par ses activités professionnelles, Denis avait publié le matin même toute une batterie de questions que notre interlocutrice avait potassées pour y apporter ses réponses. Mais comme nous sommes tous un peu taquins, et que les absents ont toujours tort, nous avons inventé d’autres questions. Après tout, Estelle Grelier pourra y répondre sur son blog puisqu’elle est une des rares candidates - avec Corinne Lepage - à en tenir un écrit de sa main. A condition qu’elle ne le ferme pas au lendemain de la campagne, ce qu’elle fit après sa défaite aux législatives de 2007.

Quand on conduit un parcours politique aussi brillant et rapide que notre candidate au sein du parti socialiste en Haute-Normandie, il faut faire allégeance à Laurent Fabius. Ce qu’Estelle Grelier fera en soutenant le non au traité constitutionnel européen puis la candidature du maître des lieux aux primaires socialistes de 2007. Premier malaise et première incompréhension de ma part. J’ai beau savoir que je parle ici dans une terre fortement euro-sceptique, je ne percute toujours pas en quoi, le non de 2005 a apporté une amélioration au fonctionnement de l’Union européenne. Et je persiste à y voir du côté de certains socialistes, un calcul politicien qui nous a bien plombé l’Europe. Estelle Grelier s’affirme sans regrets par rapport au non, n’aurait pas voté le traité de Lisbonne, solution bricolée j’en conviens faute de mieux, mais s’apprête à siéger sur les bancs du PSE avec les socialistes espagnols et les travaillistes anglais, partis au pouvoir dans leur pays qui ont ratifié ce fameux traité.

Lorsque j’évoque avec Estelle Grelier le cumul des mandats, un sujet qui me tient à cœur car je suis persuadée qu’il vérole la classe politique française, la réponse qui m’est faite est loin de me satisfaire. Elle abandonnera son mandat de vice-présidente à la région au lendemain du 7 juin et estime qu’elle sera en capacité d’assumer pleinement ses fonctions de première adjointe à Fécamp, de présidente de la communauté de communes et de députée européenne. Lors d’un débat samedi dernier, Jean-Paul Gauzès avait affirmé consacrer quatre jours par semaine à son activité d’euro-député. Cela ne laisse pas beaucoup de temps pour le local. Lorsque je lui rappelle gentiment que le non-cumul des mandats faisait partie du programme de la candidate socialiste à l’Elysée en 2007, son sourire me laisse comprendre que les programmes n’engagent que les imbéciles qui veulent y croire. Arnaud a déjà évoqué dans son billet le fait qu’Estelle Grelier entend se représente aux législatives de 2012. Législatives qu’elle avait perdu en 2007 face à Daniel Fidelin qui l’avait battu avec 53,16% des suffrages. Mauvaise perdante, la candidate n’avait pas hésité à saisir le Conseil constitutionnel pour demander l’annulation du vote. Sa requête fut rejetée. Une éventuelle victoire en 2012, l’obligerait à laisser le mandat qu’elle brigue actuellement. Est-ce bien sérieux ? Et surtout, quel respect témoigne-t-on aux électeurs ?

La réunion s’achève et la candidate part pour Vernon où l’attend un meeting de campagne. En en lisant le compte-rendu qu’en fait José Alcala, j’ai la surprise de lire : La candidate socialiste est arrivée avec quarante minutes de retard par rapport à l’horaire prévu. Embrassades sur l’estrade avant de lancer "Excusez-moi, mais j’étais à Rouen avec des blogueurs de droite, qui ne m’ont pas lâché".

Sans complexes, je vous dis !

****

Nouvelle rencontrer avec un candidat aux européennes dans la circonscription Nord-Ouest : Jacky Hénin, tête de liste Front de Gauche.

Jacky Hénin, jamais deux sans trois ?

 Cet ancien maire de Calais, battu aux dernières municipales de 2008, est également un euro-député sortant. L’allure, le franc-parler, la gouaille de cet ancien trois-quart rugby mettent tout de suite notre assistance à l’aise et le débat s’installe dans une ambiance détendue.

Dominique a parfaitement résumé le début de notre entretien et je partage son étonnement sur cette affirmation du candidat considérant que le Parlement européen a suffisamment de pouvoirs.

J’ai un doute la possibilité de réussite des aspirations de Jacky Hénin en matière sociale. Il souhaite voir imposer dans toute l’Union européenne un Smic à 1 600 Euros. Avec beaucoup d’humour, Hélène Flautre, candidate d’Europe Ecologie que nous rencontrions le lendemain et dont je vous reparlerai dans un billet ultérieur, s’est exclamée : « 1 600 Euros ! Cela doit correspondre au salaire du premier ministre letton !  » Tout cela pour dire qu’il peut y avoir des vœux pieux mais qu’il y a encore loin de la coupe aux lèvres tant il existe de disparités au sein de l’Union. Je constate que ce souhait faisait déjà partie du programme de campagne des communistes en 2004. Toujours sur le métier remettez votre ouvrage…

Ancien maire de Calais, Jacky Hénin est bien placé pour déplorer le sort réservé aux migrants en partance vers l’Angleterre. Pour lui, l’Angleterre ne joue pas le jeu de l’Europe et porte la responsabilité de cette situation précaire déplorable en co-responsabilité avec le gouvernement français qui traque les réfugiés, les rafle pour les relâcher ensuite.

En 2004, le PCF n’avait pu envoyer que 3 députés à Bruxelles. Ils ont siégé dans le Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique. Le score de Jacky Hénin dans la circonscription Nord-Ouest avait été de 6, 80 % pour un score national de 5, 88 % soit un petit point supplémentaire. Le Front de gauche est actuellement crédité dans les sondages d’intentions de vote qui tournent autour des 6, 7 %. Cela suffira-t-il à Jacky Hénin pour retrouver son fauteuil à Bruxelles sachant que la barre sera forcément plus haute d’au moins deux points cette fois-ci ? Après avoir perdu son fauteuil de maire et dans la foulée celui de conseiller général, rien n’est acquis d’avance pour le candidat…

****

Ultime entretien des blogueurs normands, rencontre avec Hélène Flautre, tête de liste Europe Ecologie dans le Nord-Ouest.

Tombés sous le charme

 Deux heures d’échange avec une femme spirituelle et parfaitement au fait du mandat de députée européenne pour lequel elle se représente pour la seconde fois. Dotée de l’un des meilleurs bilans parmi les députés sortants, Hélène Flautre a répondu avec intelligence et compétence à nos interrogations. Les sujets furent nombreux :

  • Sur le traité de Lisbonne qu’elle considère comme utile pour renforcer les pouvoirs du parlement. Sur la nécessité de doter l’Europe d’une véritable constitution qui permettrait de faire sauter le verrou de l’unanimité, système absurde qui confine les décisions européennes au plus petit dénominateur commun.
  • Sur la politique agricole qui sera revue en co-décision en 2013. La candidate constate que la PAC, fixée dans les années 60, n’a plus d’objectif. Elle plaide pour une conversion écologique.
  • Tout comme Corinne Lepage, Hélène Flautre lie les problématiques économiques à celles de l’environnement. Selon elle, le chemin est étroit, qui nécessite d’accompagner la décroissance des entreprises en favorisant leur reconversion. Elle cite ainsi une entreprise d’équipementier automobile reconvertie dans la production de pales d’éoliennes. Elle soutient également l’idée d’une fiscalité européenne, d’une taxe énergie-climat. Elle ne parle pas de protectionnisme mais de l’Union européenne comme effet de levier, prenant en exemple la directive REACH, qui oblige à un accès qualifié au marché européen.
  • Sur les droits de l’Homme (et des femmes !), sujet qu’elle connaît bien pour assurer la présidence de la sous-commission, j’apprends que sur certains pays, Cuba (qui me tient à cœur) ou la Chine, communistes et socialistes s’abstiennent de dénoncer.
  • Sur la directive de la honte, rejetée seulement par les communistes et les Verts et soutenue par la droite, les socialistes et les démocrates. Pas de quoi pavoiser pour les trois principaux partis français ! Les changements climatiques, les guerres poussent de plus en plus de réfugiés vers notre continent, au péril de leurs vies, ainsi on comptabilise plus de 12 000 migrants ayant péri en Méditerranée. De plus en plus de femmes et de mineurs aussi. Notre seule réponse serait-elle la prison ?
  • Peu de sujets de désaccord dans ce que j’ai entendu, à part la position vis-à-vis de la Turquie. J’entends bien l’argument d’Hélène Flautre qui fait valoir que c’est la perspective d’adhésion qui aide les démocrates turcs. Mais je fais partie de ceux qui considèrent que l’élargissement de l’Europe s’est accompli de manière trop rapide, empressé de construire un espace économique entièrement offert au libre-échange, négligeant de renforcer l’Europe politique.
Tout comme Dominique, je suis tombée sous le charme de cette femme qui répond à l’idéal que l’on peut avoir d’un responsable politique. Je lui souhaite sincèrement d’obtenir les suffrages nécessaires à sa reconduction.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • jps jps 4 juin 2009 12:44

    on commence par le Modem pour finir par europe ecologie : la présentation n’est pas anodine..... à peine !


    • Laure Leforestier Laure Leforestier 4 juin 2009 14:02

      En fait l’ordre de présentation des candidats correspond au calendrier dans lequel nous les avons rencontrés. Nous nous sommes inscrits dans leur agenda de campagne et les avons rencontrés lors de leurs déplacements sur Rouen. Aucune malice là-dedans,


      • Paul Cosquer 4 juin 2009 14:11

        J’accorde toute ma confiance à Corinne Lepage dont le sérieux, la compétence et la combativité ne sont plus à prouver. Dommage que des guignols du genre Dany le rouge (devenu vert, de rage surtout) font du bazard pour lui piquer des voix. Ces chahuteurs pourraient bien parvenir à écarter une candidate de grande valeur pour aller faire le cirque au Parlement européen. Et ce serait dommage. Aux électeurs de la circo Nord-Ouest d’être vigilants et de bien peser leur bulletin de vote dimanche.


        • ASINUS 4 juin 2009 21:37

          participer a cette election suivant le deni de democratie umps sur le vote des nonnistes c est valider indirectement leurs futures elections moins nous seront nombreux a voter moins seront legitimes les ordures umps , je conçoit le nécéssité d exister pour les autres listes fussent elles des listes que je pourrait approuver , mais le vrai combat
          la vraie baffe dans la gueule à nos elite c est l abstention ils tiennent certes les médias mais le vrais chiffre courra sur le net le vrais chiffre serra connu de tous le vrai chiffre les decrédibilisera definitivement 
          LE VERITABLE GESTE REVOLUTIONNAIRE LE VERITABLE ACTE DE RESISTANCE
          LE VRAI CRACHAT A LA GUEULE DE CETTE CASTE CORROMPUE UMPS
          C EST L ABSTENTION !!!!!!

          RAPPELEZ VOUS NOUS LEUR AVONS DIT NON

          les peuples meritent ce qu ils veulent bien endurer de leurs dirigeants

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès