Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Pour une Europe qui protège ... Les industriels

Pour une Europe qui protège ... Les industriels

Pour une Europe qui protège et plus modestement « Quand l’Europe peut, l’Europe veut » ce sont les deux « remarquables » slogans que l’UMP a fait créer par des créatifs de comm. en petite forme (mais à quel prix ?)

Le ton est à la hauteur de l’engagement de l’UMP, puisque, même François Fillon a été obligé de reconnaître "que la constitution des listes UMP pour les élections européennes était "naturellement compliquée" en ajoutant : "Ce n’est pas simple parce que, dans nos partis politiques, il y a toujours une tentation à choisir ceux qui sont tous pareils, c’est assez naturel parce qu’un parti politique, ce n’est pas une représentation très complète de la société française"

Et pourtant de temps en temps, nous avons des fulgurances comme celle du "gentil" Xavier Bertrand dans une interview à 20Minutes

.. / ... On a trop longtemps souffert d’une Europe de technocrates, déconnectés de la réalité ... / ...

Etonnant non, comme propos lorsqu’on connaît la proximité entre le Président de la République avec José Manuel Barroso (le patron desdits technocrates que l’UMP soutien pour un deuxième mandat) et l’absence de jugement de cet ordre jusqu’à présent de la part de l’UMP. Par contre un emprunt à Philippe Le Jolis de Villiers de Saintignon fondateur du MPF et grand pourfendeur de la technocratie bruxelloise ne fait jamais de mal lorsqu’il faut aller à la pêche aux voix.

Pendant longtemps, dès qu’il y avait un problème, on disait que c’était à cause de l’Europe. Il faut apprendre à dire « grâce à l’Europe ». On a évité la catastrophe financière grâce à l’Europe ... / ...

Alors là, c’est nouveau et ça amuse. Lorsqu’on sait que TOUS les pays de l’Union Européenne ont lancé leurs propres plans de sauvetage des banques et de relance alors que la commission européenne se contentait de menacer de représailles financières les pays qui apporteraient une aide directe à leurs entreprises, on croit rêver. Mais le "gentil" Xavier a certainement oublié

La Commission européenne veillera à ce que le plan français d’aide à l’automobile ne "puisse pas avoir d’effets collatéraux négatifs" pour d’autres pays de l’UE, a averti jeudi 12 février son président José Manuel Barroso en recevant à Bruxelles le Premier ministre français François Fillon .. / ... le Commissaire européen aux Affaires économiques, Joaquin Almunia avait déclaré que la Commission européenne bloquera toute mesure protectionniste de la part des pays membres de l’Union. "Il faut refuser toute mesure protectionniste dans le domaine économique, social, financier"

Mais aussi : "Le président de la Commission européenne affirme qu’il ne faut pas introduire « des distorsions dans la concurrence » dans le marché européen. En cause : les 10,5 milliards d’euros que Paris veut octroyer à six banques" Source Libération

Mais c’est vrai que depuis que Frédéric Lefebvre à déclaré que "Le journal Libération a perdu beaucoup de lecteurs. C’est devenu parfois une forme de tract" Xavier ne doit pas le lire, ou alors très vite pour ne pas être surpris par le porte parole et commissaire politique de son mouvement, ce qui explique cette méconnaissance des faits ....

Néanmoins, merci l’Europe .... pour sa participation active à la résorption de la catastrophe financière !

D’ailleurs, heureusement que nous avons des élections proches, qui nous permettent d’apprendre que : "L’Europe doit davantage protéger l’emploi. Il existe un fond d’ajustement à la mondialisation avec un plafond de dépenses de 500 millions d’euros par an. Seulement 67 millions ont déjà été utilisés, le reste dort dans un tiroir alors qu’on en a besoin ... / ...

Vraiment Xavier Bertrand a raison de dire : "Il faut apprendre à dire « grâce à l’Europe »" !!!!!

Et bien, fort de ces déclarations, celui dirige l’UMP a décidé de faire un geste important pour nous faire mieux aimer l’Europe "qui protège et qui peut quand elle veut"

"L’Europe qui protège » façon UMP se déclinera cette année sur 10 000 tee-shirts, 20 000 préservatifs et autant d’éthylotests" comme l’indique Le Figaro.

Bravo les mecs, provoquer le Pape et les alcooliers, ça c’est courageux !!! Mais en ce qui concerne la protection des consommateurs, il semble que l’UMP ait des "pudeurs de jeune fille" puisqu’on ne trouve pas trace de déclaration outragée sur la nouvelle directive des "technocrates" de Bruxelles la "directive de dérèglementation"

Rappel sur le site de Novethic

Un projet de directive européenne portant sur une déreglementation des formats et des volumes d’emballages est entre les mains du parlement européen. Abrogeant toute norme existante, cette directive pourrait tout autant favoriser la diminution des emballages que leur multiplication.

Les directives qui norment les formats d’emballages datent du milieu des années 70. A l’époque, la grande diversité nationale des formats d’emballages est apparue comme un frein à la libre circulation des marchandises entre les membres de la communauté européenne et c’est pourquoi des règles communes ont été mises en place notamment pour les produits destinés à l’exportation. Depuis, de nombreux amendements ont modifié ces directives et, en 2000, un arrêt de la Cour européenne de justice concernant le "cassis de Dijon", faisant jurisprudence, a permis de légaliser la commercialisation de tous les formats nationaux dans un autre état membre de l’Union.
 
C’est donc dans un souci à la fois de conformité avec les pratiques du marché et de prise en compte des évolutions des consommateurs, que la Commission Européenne propose une nouvelle directive abrogeant les deux précédentes "pour permettre une plus grande souplesse au bénéfice du consommateur et de l’industrie des produits de consommation." Cela inclut les produits alimentaires mais aussi tout autre type de produits emballés comme les détergents, la laine, les peintures, etc… à l’exception du vin, des spiritueux, du café soluble et du sucre blanc pour lesquels les formes obligatoires resteront valables encore vingt ans.

Or comme l’écrit Jean Quatremer pour Libé : Il faut dire que, coïncidence heureuse, cette directive a été proposée par… le Néerlandais Fritz Bolkestein, (et oui, encore lui) le commissaire chargé du marché intérieur, pour qui « régulation » était un gros mot. « C’est la même logique que la directive service, celle de l’abandon de toute harmonisation"

Et voila qu’au moment où les gouvernants et politiques des pays de l’Union appellent à la régulation dans beaucoup de domaines la commission certainement "travaillée au corps " par les lobbies qui ont pignon sur rue et en réalité font la très grande majorité des directives "consommation" nous sort sa directive dérèglementation

Officiellement, cette réforme est mise en œuvre dans l’intérêt bien compris du consommateur. C’est pour son bien qu’elle le prive de repères, pour ainsi dire à sa demande. Il s’agit de « répondre à ses goûts » avant même qu’il les formule ; de « mieux l’informer », de « stimuler la concurrence », de « favoriser la transparence » Jusqu’à présent, le consommateur européen savait qu’il achetait son beurre en plaquette d’une demi-livre, son riz en paquets de 500 grammes et sa peinture en pots d’un kilo. Désormais, les fabricants peuvent présenter leurs produits pré-emballés dans les quantités qu’ils décident eux-mêmes. Par exemple 480 grammes de riz, 85 centilitres de peinture. Et même, à partir d’octobre 2012, des plaquettes de beurre de 240 grammes, voire 230 – il faudra bien regarder - Le blog Déchiffrages

Pour bien comprendre cette directive conçue dans ’l’intérêt" des consommateurs, revenons en au blog de Quatremer

Faire ses courses va devenir un vrai casse-tête. Les plaquettes de beurre de 230 ou de 126,5 grammes, les conserves de petits pois de 320 ou 624 g, les tubes de dentifrice de 84 ou 135 millilitres, c’est pour bientôt. ... / .. Il paraît que c’est pour « satisfaire les consommateurs qui demandent des paquets plus adaptés à leurs besoins », comme le martèle Ton Van Lierop, le porte-parole du commissaire européen à l’Industrie, Günter Verheugen. On peut avoir un gros doute : ne s’agit-il pas plutôt de rendre plus difficile toute comparaison de prix entre les produits, voire de permettre aux industriels de diminuer subrepticement la quantité par emballage sans baisser les prix ? Quinze grammes par ci, cinq centilitres par là, cela finit par faire de gros bénéfices ... / ...

Les Etats membres se sont donc entendus, en accord avec le Parlement, pour que la libéralisation n’intervienne que le 11 avril. Elle ne s’appliquera au lait, au beurre, aux pâtes et au café qu’à partir du 11 octobre 2012 et au sucre blanc à partir du 11 octobre 2013. Et le consommateur dans tout ça ? La Commission compte sur les Etats pour appliquer correctement une directive de 1998 prévoyant un affichage du prix au kilo ou au litre des produits, ce qui permettra de comparer les prix. Mais, pour l’instant, seules la France et la Finlande ont rendu cet affichage obligatoire pour les petits commerces. Et dans les supermarchés, il faut vraiment avoir de bons yeux pour lire les étiquettes en très petits caractères - Source Libération et Bruxelles blog

Du coup les industriels sont contents, le gouvernement va parler de pouvoir d’achat et les consommateurs, comme d’habitude se faire avoir ...

Tout compte fait, le slogan de l’UMP n’est pas si mauvais puisque : "Quand l’Europe peut, l’Europe veut" .... mais, dans un souci de "populisme" ils auraient pu le faire suivre de "l’Europe qui protège mon c.."

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Marianne Marianne 30 avril 2009 15:36

    Contre les directives européennes, type Bolkestein (libéralisation des services publics) et autres, changeons d’Europe :

    Des services publics aux ... services d’intérêt général (SIEG) :

    http://www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=354:des-services-publics-aux-sieg—la-revolution-conservatrice-en-marche&catid=100:argumentaires&Itemid=121

    Carte des licenciements en France (Rue 89) :

    http://eco.rue89.com/2009/04/29/carte-de-la-crise-2-448-200-chomeurs-et-ca-continue


    • Marsupilami Marsupilami 30 avril 2009 15:43

      @ L’auteur

      Bon article et très grand scandale. Pendant la crise les conneries dérégulatrices de la Commission européenne continuent comme si de rien n’était, c’est vraiment ahurissant. Une vraie Europe sociale ne pourra se bâtir que quand on aura viré à coups de pompes dans le cul ces non-élus à la solde des lobbies ultralibéraux et industriels.


      • Internaute Internaute 30 avril 2009 17:01

        Cet article fait suite à des dizaines d’autres qui chaque fois montrent que l’Europe supranationale s’organise contre l’intérêt des citoyens européens. Mais peu importe, à chaque élection les gens continuent à gober n’importe quoi. Nous finirons tous esclaves par je m’enfoutisme, tout simplement.

        La technique utilisée pour faire passer la pilule est quand même pernicieuse. On ne nous impose jamais rien. Il s’agit toujours de quelque chose qui s’appliquera dans 5 ou 10 ans. Ainsi il est facile d’endormir le peuple. Rien ne presse, ne nous préoccupons pas, le danger est bien loin.

        Ensuite, quand vient la date on nous dit que les décisions ont été prises depuis longtemps, que la France ne peut pas être le mouton noir de l’Europe, et qu’on ne peut plus faire marche arrière. Autrement dit, ceux qui imposent la décision ne sont jamais les mêmes que ceux qui la décident. Ce n’est pas moi, c’est l’autre. C’est comme cela que fonctionne l’Europe dans l’irresponsabilité la plus totale. On se fait couilloner à chaque fois.

        Quand au titre, il ne correspond pas au contenu. Je suis effectivement convaincu qu’il faut une Europe qui protège les industriels, ce qui n’est absolument pas le cas actuellement. La mondialisation promue par l’UMP, le PS et Bayrou conduit au désert industriel, au chômage, à l’endettement, à l’aculturation et à la misère du plus grand nombre en Europe.

        Il y a un consensus entre les députés, les syndicats et la presse qui veut qu’on discute de comment répartir le nombre toujours plus petits d’emplois en Europe mais qui considère comme tabou toute discussion sur la création d’emploi. On s’en fout de mettre les vieux plus tôt à la retraite pour laisser la place au jeunes, ou de diminuer la journée de travail en espérant que les heures perdues seront données à des chômeurs. Toutes ces discussions sont à côté du seul vrai problème, la faillite de nos entreprises qui ne peuvent plus être rentable avec la concurrence que nous impose l’UE avec le tiers-monde. Il faut défendre nos industriels, protéger leur marché traditionnel, s’arranger pour qu’ils fassent des bénéfices et que les usines restent chez nous. Le protectionnisme est une nécessité. Il peut être fait au niveau européen, mais refuser à tout prix de parler de la création d’emploi dans notre pays c’est se moquer du monde.


        • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 30 avril 2009 17:23

          @ Internaute

          Vous écrivez : "Quand au titre, il ne correspond pas au contenu. Je suis effectivement convaincu qu’il faut une Europe qui protège les industriels, ce qui n’est absolument pas le cas actuellement.« 

          Sincèrement, s’il n’y en avait qu’un pour écrire un truc pareil, nous l’avons trouvé !!!

          Ignorez-vous qu’il y a »871 structures de lobbying enregistrées au 23 janvier 2009 , parmi lesquelles 458 seulement ont des bureaux à Bruxelles. Autrement dit, moins de 20% des structures de lobbying basées à Bruxelles se sont enregistrées jusqu’à présent, sur la base de l’estimation du Parlement européen de 2 600 groupes de lobbying disposant d’un bureau à Bruxelles" Source Adequation

          Connaissez-vous Business Europe le lobby patronal dirigé par Ernest Antoine Sellieres ?

          Ces lobbies défendent leurs intérêts qui sont bien souvent transnationaux et leur puissance leur permet de gruger les consommateurs au profit d’actionnaires satisfaits.

          Maintenant, si vous avez déjà lu des dizaines de fois la même chose ....


          • Internaute Internaute 30 avril 2009 17:41

            Tout à fait, mais vous avez l’air de croire que les industriels se limitent aux grands groupes qui effectivement font du lobbying à Bruxelles Moi, je parle du tissus économique des dizaines de milliers de PME qui sont celles qui font 70% des emplois en France.

            Même ces grands groupes sont au courant du désastre de la mondialisation.

            Je vous renvoie à un article de François Ruffin du Monde diplomatique (j’ai pas la ref) où il interroge Bernard Arnaud, patron de LVHM lequel dit en substance. « Je ne peux pas justifier que Givenchy fabrique ses vêtements au double du prix des concurrents donc je délocalise en Europe de l’Est. Le problème est systémique et dû à l’eu-ro-pé-a-ni-sa-tion » en séparant les syllabes. Il avoue clairement que les députés obligent aux délocalisations.

            Si on en vient aux petits, toutes les petites boîtes délocalisent. Prenez les Ski Rossignols, un exemple parmis 1000. Les députés permettent aux concurrents de fabriquer en tchéquie et de vendre sur le marché français à moitié prix de Rossignol. Que voulez-vous que fasse Rossignol ? Dans ce cas d’école, que proposez vous ? Quelle est selon vous la méthode à appliquer ? Il est normal qu’ils aient des usines à l’étranger pour alimenter les autres marchés mais est-il normal que les députés les obligent à supprimer des emplois en France et importer des skis de tchéquie pour les revendre ici ? Bien sûr qu’il a des patrons voyous mais la grande majorité n’ont aucune envie de délocaliser et ne le font que parceque c’est cela ou bien crever.

            Les théories politique c’est bien gentil mais il faut un peu ouvir les yeux. Que proposez-vous pour Rossignol, les biscuits LU, les cristals d’Arques, les chaussettes Kindi etc ? Il faut se débarrasser des députés le plus vite possible. Les industriels, que cela plaise ou non, sont ceux qui créent de la richesse et desquels toute la société vit, y compris les fonctionnaires. Il faut au contraire les chérir, les protéger et les multiplier.


          • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 30 avril 2009 18:02

            @Internaute

            J’ai travaillé toute ma vie dans des entreprises de moins de 20 personnes et j’ai la prétention de bien les connaître. Et elles ne sont pas non plus exemplaires.

            Les gouvernements ont depuis quelques années décidé au nom de la mondialisation que les lieux de production se trouveraient en Asie et que nos pays développés ne fourniraient plus que des services.

            La BCE au nom du contrôle de l’inflation ayant décidé que les salaires ne devaient plus augmenter, il a fallut vendre de moins en moins cher d’où l’idée de génie d’utiliser les nouveaux entrants dans l’UE. On faisait d’un pierre deux coups : Des prix bas et pas besoin de leur donner les moyens financiers de se développer (comme l’Espagne et le Portugal)

            Les services financiers ayant pris l’eau et les services à la personne étant la source d’un nouveau prolériat domestique, l’édifice s’écroule et nous avec.

            Il est donc à mon sens urgent que les pouvoirs publics reprennent pied dans la politique industrielle en participant à des opérations d’économie mixte et en injectant les fonds nécessaires au développement d’entreprises dans les régions.

            Produire en France est possible, à condition qu’on arrête de considérer que nos seules industries exportatrices sont le nucléaire et la construction d’avions. Enfin pas ceux de Monsieur Dassault qui bien que financé par le contribuable n’ont toujours pas trouvé d’acheteur.

            En attendant, rien n’empêche l’ancien président de l’union européenne de considérer que les TPE et PME ont plus besoin d’argent que les grands groupe. Mais, rien n’empêche non plus les TPE et PME d’essayer de travailler entre elles plutôt que de se ruer sur des fournisseurs hors de l’Hexagone ...


            • georges 30 avril 2009 19:04

              ils sont grave les francais , toujours les seuls a vouloir etre « protegés » , de qui de quoi ..

              la France a peur

              vos hommes politiques vous ont jamais expliqué le fonctionnement de l europe , tout ce dont a profité la france , tous les bienfaits ? ils l ont fait pour des raisons bien precises ..

              et la PAC -dont beneficie surtout la france - absorbe toujours un tiers du budget européen ...

              sacré francais !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès