Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Pourquoi il faut être contre cette Europe là !

Pourquoi il faut être contre cette Europe là !

L’Europe des marchés, défendue par Hollande et son gouvernement, est à 1 000 lieues de celle que nous défendons  : une Europe des peuples, débarrassée de la mise en concurrence des pays européens les uns contre les autres.

En quelques jours, grâce aux voix de la droite dans le cas du Sénat, mais surtout sans aucun débat public, le gouvernement Hollande impose la ratification par la France du traité d’austérité durable négocié par Sarkozy. Le jour même, le Prix Nobel de la paix décerné à l’Union européenne ravive la légende de l’«   Europe-qui-met-fin-aux-guerres-et-défend-la-démocratie-et-les-droits-humains   ». La paix, les puissances européennes ne l’ont préservée ni pendant la guerre qui a ravagé l’ancienne Yougoslavie, ni en Irak, ni aujourd’hui en Afghanistan ou en Afrique. Où sont les droits humains quand toutes les décisions européennes construisent une forteresse contre les peuples du Sud et organisent la chasse aux immigrés et aux gens du voyage. Quant à la démocratie, il suffit de voir comment la Troïka impose ses diktats en Grèce pour comprendre le sens qu’elle donne à ce mot  !

De Maastricht à l’actuel TSCG en passant par Lisbonne, au nom des fameux critères de convergence (déficit inférieur à 3 % du PIB, dette inférieure à 60 % du PIB ), tous les traités n’ont fait qu’accentuer le caractère de plus en plus antidémocratique de la construction européenne.

La brutalité, les injustices, les diktats de l’UE vont-ils permettre aux courants les plus réactionnaires, racistes et xénophobes de triompher  ? Ou bien la puissance et la convergence européenne des mobilisations permettront-elles aux peuples d’imposer une autre Europe solidaire, sociale et démocratique  ?

Aujourd’hui, dans toute l’Europe, les grèves générales, les démonstrations de force dans la rue, les occupations se multiplient pour refuser les politiques d’austérité. Elles dessinent en pointillé un programme d’urgence.

Partout la réduction des déficits et le remboursement de la dette servent d’argument pour la destruction des services publics, les coupes dans les budgets sociaux, partout la mobilisation doit imposer un droit d’enquête publique sur la dette pour son annulation.

Partout la mise en concurrence des salariés tire vers le bas les salaires, les conditions de travail et tous les acquis sociaux, nous avons toutes et tous à gagner à l’harmonisation des droits sociaux par le haut, à l’alignement sur les meilleurs acquis des législations sociales de chaque pays, à la réduction massive du temps de travail.

Partout le secteur bancaire et financier, et en premier lieu la Banque centrale européenne, dictent leur loi. Il faut en finir avec l’indépendance de la BCE et l’ensemble du secteur doit être réquisitionné et unifié dans un service public bancaire sous contrôle populaire.

Dans les transports, l’énergie, les communications… l’Europe est la bonne échelle pour réorganiser la production, réquisitionner les groupes capitalistes et satisfaire les besoins sociaux dans le respect des impératifs écologiques, dans le cadre de services publics européens.

Notre Europe ne peut pas s’accommoder des traités et des institutions qui ont fait cette Europe des capitalistes, des banquiers, des spéculateurs, elle ne naîtra que d’une rupture avec eux.

D’aprés un article de C. POUPIN 

http://2ccr.unblog.fr/2012/10/29/pour-une-autre-europe/

A lire également : L’EUROPE, SES DETTES ET SON AVENIR

« A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »…J.F.KENNEDY


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • JL JL 31 octobre 2012 09:13

    Cette Europe là est celle des lobbies.

    Comment comprendre que l’UE puisse s’opposer à la réunification de RFF et de la SNCF.

    Sur Israël et ses colonies, à lire : Comment l’Union européenne renforce les colonies israéliennes

    Extrait : " Nous avons assisté, durant cette dernière décennie, à une capitulation de l’Union européenne (UE) — et aussi de la France — devant la politique israélienne de colonisation et d’annexion de facto. Le temps est loin, où l’Europe ouvrait une voie courageuse en se prononçant pour le droit à l’autodétermination des Palestiniens et pour l’ouverture de négociations avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP)"

    L’UE qui est complice de la colonisation israélienne cependant qu’Israël est la voix de l’Amérique en Europe, je suis enclin à conclure que l’UE est une machine folle.


    • walden walden 31 octobre 2012 09:44

      la compétitivité est l’autre nom de la guerre des classes : les pays font du dumping fiscal, ce qui amoindrit les services publiques, ce qui diminue les salaires des fonctionnaires (des infirmières, des professeurs, par exemple). Les pays font du dumping social, ce qui diminue les salaires (directs ou socialisés) au détriment des chômeurs, des travailleurs, des mères célibataires, des ouvriers non qualifiés, des précaires, des retraités, des malades, etc. Une politique qui augmente les bénéfices du capital au détriment des salaires.
      Cette Europe est l’autre nom de la lutte des classes, de la lutte des riches contre les pauvres. Courage à tous, à toutes.


      • BA 31 octobre 2012 09:56
        LE JOUR OÙ FRANÇOIS BAROIN A ENVISAGÉ LA SORTIE DE LA FRANCE DE LA ZONE EURO.

        En novembre 2011, la crise de la zone euro est à son paroxysme. 

        « L’Union européenne est dans le cyclone », écrit dans son livre Journal de crise, François Baroin, qui raconte comment il a organisé une réunion de travail pour envisager les pires scénarios. Une réunion qu’il a baptisé « Black Swan » :
         
        « C’est le nom que j’ai choisi de donner à une réunion dont il n’y a aucune trace.(…) Il s’agissait d’imaginer l’hypothèse la plus sombre de notre histoire économique moderne. A savoir un éclatement de la zone euro. » Pour cette réunion secrète, François Baroin convie trois personnes « de confiance » dans son bureau « au sixième étage à Bercy ». Une réunion « sans document ».
         
        Chacun sait que l’objet seul de la réunion, s’il était connu, pourrait avoir des conséquences désastreuses.
         
        Et l’ancien protégé de Jacques Chirac d’expliquer sa démarche :
         
        « Ce rendez-vous non-officiel ne porte pourtant que sur des hypothèses de travail. Ce serait de l’inconscience de ne pas les envisager. Et de la folie d’en parler. »
         
        Imaginant « le pire », à savoir « la sortie de la Grèce de l’euro, un effet de contamination, une théorie des dominos qui entraînerait de facto la sortie de la France », François Baroin et ses équipes se préparent alors à deux hypothèses :
         
        Le coût de la sortie de la Grèce de la zone euro pour la France.
         
        Et deux types de pertes : celles du secteur banques-assurances, et celles de l’éclatement de la zone tout entière.


        Dettes publiques en zone euro : chiffres du deuxième trimestre 2012 :

        1- Médaille d’or : dette publique de la Grèce : 300,807 milliards d’euros, soit 150,3 % du PIB.

        2- Médaille d’argent : dette publique de l’Italie : 1982,239 milliards d’euros, soit 126,1 % du PIB.

        3- Médaille de bronze : dette publique du Portugal : 198,136 milliards d’euros, soit 117,5 % du PIB.

        4- Dette publique de l’Irlande : 179,718 milliards d’euros, soit 111,5 % du PIB.

        5- Dette publique de la Belgique : 382,922 milliards d’euros, soit 102,5 % du PIB.

        6- Dette publique de la France : 1832,599 milliards d’euros, soit 91 % du PIB.

        7- Dette publique de Chypre : 14,939 milliards d’euros, soit 83,3 % du PIB.

        8- Dette publique de l’Allemagne : 2169,354 milliards d’euros, soit 82,8 % du PIB.

        • julius 1ER 9 novembre 2012 13:13

          tu mets la Grèce médaille d’or, je pense que ce n’est pas juste, c’est l’allemagne qui devrait être médaille d’or contrairement à ce qui est dit ce pays ne va pas si bien que celà, car passé le cap des 2000 milliards d’euros de dette public nest pas un signe de bonne santé, qu’on le veuille ou non, j’ajouterai que contrairement à ce que disent certains internautes ce n’est pas l’euro qui a créé la dette et ce n’est pas l’euro qui nous sortira de cette dette, si mes souvenirs sont exacts avant le passage à l’euro , pour ce qui est de la France nous étions déjà à près de 1000 milliards d’euros, donc résultat des courses il faut bien voir que les solutions et les problèmes sont ailleurs , ce qui infirme bien la théorie que c’est l’euro qui provoque la dette !


        • taktak 31 octobre 2012 12:01

          Et donc la conclusion ne s’impose t elle donc pas ?

          quand est ce qu’on en sort pour rendre le pouvoir au peuple ?

          L’UE c’est l’outil de l’oligarchie pour écraser, essorer les peuples.
          Bien sur, il faut en sortir pour rendre la souveraineté au peuple et qu’il se libère de l’exploitation. Il faut une sortie de gauche à l’UE.

          Petite précision : le FN n’est pas pour la sortie de l’UE, ni de l’euro d’ailleurs, puisqu’il est pour renforcer l’axe franco allemand, et une monnaie commune.


          • Michèle 31 octobre 2012 17:43

            ...« Il faut une sortie de gauche à l’UE. »

            Je suis d’accord avec vous sur le fait de sortir de l’UE et de l’euro, grands responsables de la situation catastrophique actuelle, mais quand vous parlez d’une sortie de gauche, alors là je ne suis pas du tout d’accord ! Gauche=Droite, faut pas se voiler la face ! Et il y en a marre de ce clivage gauche/droite droite/gauche, tout cela ne veut plus rien dire avec les hommes politiques que l’on a aujourd’hui, tout le monde est d’accord qu’ils appliquent la même politique. Et encore, je dirais même que les gouvernements de gauche sont allés plus loin et plus vite pour imposer des mesures anti-sociales qui ne seraient pas passées avec un gouvernement de droite.
            Non, ce qu’il nous faut aujourd’hui c’est un gouvernement qui mettrait un grand coup de pied dans la fourmilière, des réformes justes, mettre dehors tous ces élus parasites qui nous coutent si chers, appliquant une politique respectueuse du citoyen, et surtout un gouvernement qui remette a flot le navire afin que tout un chacun puisse travailler et retrouver sa dignité. Car tout cela ce sont des mots, mais il y a une réalité qui se vit tous les jours et la clochardisation du peuple français est là, il suffit simplement de regarder autour de soi.


          • julius 1ER 9 novembre 2012 13:29

            @ taktak
            en quoi la sortie de l’UE réglera les problèmes franco-français qui ne sont pas seulement français d’ailleurs, pendant plus de 100 ans les théoriciens de la classe ouvrière ont essayé de trouver un concept qui mette fin à l’exploitation, et la solution à l’exploitation serait la sortie de L’UE mais c’est totalement infantile comme vision, comme si sortir de l’UE renforcera la démocratie dans notre pays, la démocratie est à l’image de ce que les gens sont et veulent, si les gens veulent aller faire leurs courses le dimanche et bien les magasins ouvriront le dimanche et j’ajouterai que souvent ce sont les prolos qui vont faire leurs courses le dimanche comme s’ils n’étaient pas assez exploités la semaine, ils en rajoutent un peu plus à l’exploitation de leurs semblables dans le commerce et la distribution !


          • foufouille foufouille 31 octobre 2012 12:07

            tant que le smic roumain sera pas le meme que chez nous, ton europe sera liberale


            • walden walden 31 octobre 2012 15:42

              tout à fait d’accord,
              la lutte aujourd’hui, c’est de mettre le smic roumain à la hauteur du smic français. Ou alors, nous serons condamnés à s’isoler et à continuer la guerre commerciale que nous menons maintenant, guerre qui condamne les travailleurs à la misère, au chômage.


            • Loatse Loatse 31 octobre 2012 14:51

              « Où sont les droits humains quand toutes les décisions européennes construisent une forteresse contre les peuples du Sud et organisent la chasse aux immigrés et aux gens du voyage. »

              Ou sont les droits humains des peuples que l’on met justement en concurrence avec de pauvres gens qui viennent chercher une vie meilleure sur notre sol (ce que l’on peut cmprendre) mais qui, inévitablement (pour une partie d’en eux) viendront grossir les listes des demandeurs d’emploi et de logements sociaux déjà en constante augmentation ... ? à l’heure ou justement de plus en plus de grosses industries et entreprises déposent leur bilan...

              Cela georges marchais l’avait prévu il y a vingt ans de cela ... LUI pensait aux générations futures ! pas comme ces néo communistes bisounours en plein déni de la réalité (qui est celle du terrain et non des statistiques bidonnées)...et qui ne savent que pleurer sur les conséquences (amorales mais logiques) de cette politique qu’ils approuvent...

              On a beau leur dire qu’on vient de filer des milliards à la roumanie pour qu’elle prenne soin de ses minorités, s’en foutent les professionnels de la larmouille, c’est la france et les francais qu’ils montrent du doigt ! comme si nous avions vocation à nous tous seuls à réparer tous les malheurs et injustices du monde...

              Vu hier soir au JT un mini reportage sur les etats unis... des sans domiciles fixe dont certains afro -américains dans des cabanes faites de bric et de broc, souvent démantelés par les forces de l’ordre (comme chez nous en sommes pour nos sdf), fichés dans ces pauvres abris.. de grands drapeaux de leur nation....

              Imaginez sur notre sol, la même chose !

              Cela participe pourtant d’une pression psychologique pour la construire cette europe là... (quitte à l’amener au bord de la guerre civile), visant à éradiquer tout sentiment de fierté, d’appartenance à un pays, une culture et assimiler le patriotisme à une manifestation d’appartenance à l’extrême droite... incompatible avec l’universalisme (à la sauce goldman sachs)...

              Le but ? sur le vide ainsi obtenu, nous amener à accepter une gouvernance étrangère... à plus ou moins longue échéance, substituer une autre culture à la notre (leur notion de la paix étant : les majorités et les plus maléables l’emportent) et broyer dans l’oeuf toute aspiration à préserver notre souveraineté...

              C’est bien une guerre qui est déclarée à l’Europe...


              • JL JL 31 octobre 2012 15:24

                Loatse,

                vous dites : « C’est bien une guerre qui est déclarée à l’Europe... »

                Je crois que c’est une guerre qui est déclarée aux peuples d’Europe.

                Je me rappelle que pendant les années de guerre froide, quand on construisait partout en Europe des abris antiatomiques, les jeunes Allemands avaient inventé un slogan : « Plutôt rouges que morts ».

                Les peuples ont la mémoire courte, mais l’oligarchie n’oublie rien, elle insiste. Ce à quoi nous assistons, c’est à la montée en puissance de leur gouvernement (semi) mondial pouvant nous conduire au bord de l’abîme, et aux dispositifs mis en place progressivement pour parer à toutes éventuelles oppositions des peuples.


              • Michèle 31 octobre 2012 18:18

                @ Lao Tseu : "vu hier soir au JT un mini reportage sur les etats unis... des sans domiciles fixe dont certains afro -américains dans des cabanes faites de bric et de broc, souvent démantelés par les forces de l’ordre (comme chez nous en sommes pour nos sdf), fichés dans ces pauvres abris.. de grands drapeaux de leur nation....
                Imaginez sur notre sol, la même chose !

                Prenant tous les jours le train (banlieue nord de Paris) je peux vous dire que des baraquements de tôle, c’est à dire des bidonvilles, j’en vois le long des rails ! Des jeunes qui dorment dans de vieilles voitures, dans des tentes récupérées, ça aussi j’en vois. Tous les jours ! Pas besoin d’aller chercher aux US. Suffit de regarder autour de soi. La misère est là et elle gagne du terrain tous les jours. Il suffit de peu pour être marginalisé. Précarité, ça veut tout dire...  smiley


              • Loatse Loatse 31 octobre 2012 18:54

                @JL

                Je ne connaissais pas ce slogan, m’enfin sous mao et staline le choix ne s’est pas posé pour des millions de personnes, ce fut rouge et mort... (les grandes famines)


              • BA 31 octobre 2012 15:36

                Mercredi 31 octobre 2012 :

                 

                La Grèce enregistrera en 2013 un déficit budgétaire, une récession et une dette plus lourds que ce qui était prévu il y a seulement un mois, illustrant les difficultés de redémarrage du pays contraint à de lourdes économies, selon le projet de budget présenté mercredi au parlement.

                 

                En 2013, la dette du pays devrait exploser, selon le texte, à 189,1% du PIB, soit 346,2 milliards d’euros, contre 175,6% attendu en 2012.

                 

                http://www.romandie.com/news/n/_Budget_2013_la_Grece_prevoit_une_reprise_pl us_lente_que_prevu88311020121230.asp

                 

                Dette publique de la Grèce :


                2007 : dette publique de 107,4 % du PIB.
                2008 : dette publique de 112,6 % du PIB.
                2009 : dette publique de 129 % du PIB.
                2010 : dette publique de 144,5 % du PIB.
                2011 : dette publique de 170,6 % du PIB.

                2012 : dette publique de 175,6 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec. La dette augmente, augmente encore, augmente toujours, alors que le premier défaut de paiement de la Grèce a effacé 107 milliards d’euros de dettes.

                 

                2013 : dette publique de 189,1 % du PIB, selon la prévision du gouvernement grec.

                 

                La question n’est plus de savoir si le deuxième défaut de paiement de la Grèce va avoir lieu.

                 

                La question est de savoir quand le deuxième défaut de paiement de la Grèce aura lieu.


                • walden walden 31 octobre 2012 15:47

                  et le japon, 200% du pib de dette,
                  et l’RU, http://www.hervekabla.com/wordpress/la-crise-economique-marquera-t-elle-la-fin-des-clubs-anglais-en-champions-league/, 160%,
                  le jour où ils font défaut - jour proche -
                  nous aurons notre crise systémique,
                  alors, on continue à nourrir les bénéfices, ou on commence à valoriser les salaires ?


                  • thierry3468 31 octobre 2012 16:53

                    Tout est planifié et organisé pour créer le chaos en EUROPE .Le but est de détruire toutes les protections que les pays européens ont mis en place pour protéger leur population .L’objectif est de créer le fameux marché regroupant la CEE et les États Unis en 2015 (tout le monde doit donc s’aligner sur le modèle américain avec disparition des avantages sociaux ,la protection sociale ,des services publics......)L’Euro et le dollar ,à bout de souffle, laisseront la place à une monnaie unique ....La démocratie est un handicap pour ce projet et il faudra donc créer le chaos pour diriger la population vers cette « solution miracle ».....Tout doucement ,le Nouvel Ordre Mondial se met en place ...A chacun de décider entre la résistance et la soumission .Seuls ,Asselineau ,Le Pen et Dupont Aignant ont le courage de dénoncer, de s’opposer à ce dessein .Les autres guignols politiques ne sont que des bouffons vendus aux élites financières .A tous ,écouter Marie france Garraud chez Taddei et vous comprendrez que Hollande et Sarkozy nous envoie tout droit à l’abattoir


                    • Jean-Louis CHARPAL 31 octobre 2012 18:25

                      Ce n’est pas l’Europe en elle même qui est en cause, mais le fait qu’elle et l’euro sont aux mains d’ultra libéraux qui sont de véritables brutes esclavagistes qui ne rêvent que de clochardiser tous les pays d’Europe comme la Grèce. 

                      Qu’on mette l’ Europe et l’euro entre les mains de démocrates progressistes et les choses iront vraiment mieux.

                      A bas l’ Europe du fric !

                      A bas l’Europe des droites dures et des gauches molles, main dans la main !

                      Vive l’ Europe des peuples et de la justice sociale !


                      • Hervé Hum Hervé Hum 31 octobre 2012 23:15

                        La guerre est là, entre une Europe des élites et une Europe des citoyens. Est ce une guerre civile ?

                        Non, c’est une guerre civique pour le rétablissement de la démocratie.

                        Et pour cela, il faut l’union d’une majorité de citoyens. Cette élite dispose des grands médias ? Le citoyen dispose du nombre. Ce qu’il lui manque c’est un agenda commun.C’est ce dernier qui divise les citoyens alors que cette élite est très bien organisé et uni derrière son agenda. Or, sans union pas de force.

                        Mais surtout et c’est le plus important, c’est bien de dire qu’il ne s’agit pas d’être contre l’Europe et la mondialisation mais d’en prendre possession comme citoyen. Il faut donc définir ce qu’est la citoyenneté aujourd’hui dans une démocratie mondiale, européenne, nationale, régionale et finalement, locale. C’est cela la Nouvelle Organisation Mondiale. Il ne faut plus lutter contre eux, mais les manger. Il ne faut plus s’opposer mais contourner, c’est à dire, parler de citoyen à citoyen. Il ne faut plus penser lutte des classes pour le pouvoir d’achat, mais union des classes pour la démocratie. Il ne faut pas faire peur, mais rassurer.

                        Je dis cela pour d’abord me le dire à moi même, parce que je suis trop sur les nerf !


                        • julius 1ER 9 novembre 2012 13:42

                          ce que tu dis est juste mais pour arriverà cela il faut créer des passerelles entre les mouvements ,ce que tu appelles un « agenda » moi j’appellerai cela « les etats généraux de la gauche » qui serait plus un mouvement de refondation qui donne des objectifs communs ,aux partis et aux citoyens, une fois donné les objectifs déterminer les moyens à mettre en oeuvre pour les atteindre, c’est aussi simple que cela mais dans les conditions actuelles c’est un everest qu’il faut monter !!!


                        • julius 1ER 9 novembre 2012 12:23

                          il faut toujours regarder le chiffres et les interpréter en les mettant en rapport avec certaines réalités et la réalité c’est « BA » qui l’annonce dans ces chiffres de l’endettement des pays de l’UE

                          Un exemple :
                          7- Dette publique de Chypre : 14,939 milliards d’euros, soit 83,3 % du PIB
                          la question est si l’on regarde les chiffres de Wikipédia, Chypre 1,120 459 habitants dont 260000 au nord plus ou moins laissé à l’abandon ,comment arrive -t-on à créer pareil endettement et avec quelles complicités pour un si petit pays sans que celà ne paraisse trop choquant ????
                          si l’on répond à la question on a la solution et à qui profites le crime ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès