Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Qu’est-ce qu’être européen ?

Qu’est-ce qu’être européen ?

En parallèle du débat sur l’identité nationale, Sauvons l’Europe a choisi d’apporter son grain de sel avec une contribution au débat sur... l’identité européenne. Alors, qu’est-ce qu’être européen ?

L’Europe aujourd’hui est une communauté de valeurs démocratiques, un état de droit et un espace économique intégré comportant une union économique et monétaire, fondés sur une histoire largement commune.

C’est aussi une société avec des catégories sociales propres tenant en partie leur identité de l’Europe : en sont des exemples les opérateurs du marché européen, les participants aux politiques communes, les étudiants Erasmus, le personnel expatrié des entreprises européennes, les migrants et personnes immigrées, les fonctionnaires, tant européens que des Etats membres, et bien d’autres, tous associés de fait à la construction européenne. Par ailleurs, les habitants de l’Union sont unis par certaines réalisations concrètes comme l’euro.

Il y a ainsi une sociologie européenne, comme il y a une économie et une politique européennes. Ces groupes sociaux constituent les éléments fondateurs de l’existence de l’Europe aujourd’hui et un facteur dynamique d’intégration. C’est par eux que l’Europe est une « union étroite » de peuples et non une simple superstructure de réseaux d’intérêts divers.

Dans ce contexte d’une construction européenne entrant dans la maturité, il serait dangereux de laisser perdurer, voire s’aggraver le fossé qui sépare les populations des autorités européennes, tout comme il sépare ces mêmes populations de leurs autorités nationales. Il est tout aussi essentiel de clarifier certains points relatifs à la question de notre identité.

1. L’identité européenne s’appuie sur des valeurs communes, exprimées (tant bien que mal) par les conventions du Conseil de l’Europe et la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne : droits de l’Homme, respect de la vie des autres, état de droit, respect des minorités, respect de la diversité culturelle et linguistique, respect des croyances, liberté d’information, droit à la protection sociale, solidarité organisée par les Etats.

2. L’identité européenne existe de fait : elle est un résultat plutôt qu’une essence ou une trace génétique. Elle résulte de la croyance profonde qu’après des siècles de jeux d’équilibres et de conquêtes, la guerre n’a plus sa place dans le monde, et les relations entre nations doivent être basées sur le droit international ou le droit que les nations européennes développent entre elles sous forme de droit commun européen.

3. L’identité européenne est une invitation à construire une union toujours plus étroite, ambitionnant une croissance équilibrée, des échanges profitables à tous et une solidarité entre tous.

4. Elle est ce supplément dont nous jouissons dans le monde quand nous voyageons avec l’euro en poche, en tant qu’étudiants portés par l’immense popularité du programme Erasmus et l’immense aspiration à la mobilité et à l’apprentissage qui est celle des jeunes (trop peu nombreux), en tant qu’agriculteurs désormais identifiés comme groupe économique protégé par des mécanismes de marché et un budget commun à 27, …


5. L’identité européenne nous porte vers le monde tout autant qu’elle nous protège dans nos racines. Elle est la garantie que nous ne sommes pas à la périphérie du monde mais que le consensus issu des années quarante sur les équilibres économiques et sociaux, la juste répartition des richesses, la complexité de la réalité (humaine, culturelle, sociale et non seulement économique) permet de faire entendre notre contre-voix, quoiqu’insuffisamment.

6. L’identité européenne est ouverte : ouverte aux immigrants d’autres pays, source d’émigration vers le reste du monde. On ne peut que trop souligner que la politique de fermeture hermétique des frontières est contraire à l’esprit de la construction européenne.

7. L’identité européenne n’est pas, sur la grande scène du monde, la somme orgueilleuse de souverainetés théâtrales et défensives qui ne mène à rien. Rien, sauf un théâtre d’ombres. Ce n’est qu’en renonçant à la gestion jalouse de nos territoires et en partageant avec intelligence nos intérêts communs que nous continuerons d’exister.

8. L’identité européenne est la croyance profonde, dans un monde qui se rétrécit sous l’effet de la globalisation des échanges et l’uniformisation de la pensée dans le concert international, que la seule chance de survie de l’humanité est une concertation entre tous les acteurs, une solidarité accrue au niveau mondial. Elle est notre seule chance de contester les poncifs qui conduisent à la catastrophe (économique, environnementale, sociale) et faire entendre d’autres références que le profit, la compétitivité, la concurrence, la baisse des coûts. Notre originalité principale dans le monde reste un équilibre relatif entre préoccupations économiques, sociales et environnementales, mieux réalisé que sur d’autres continents. C’est une condition aujourd’hui à la survie du globe.

9. L’identité européenne, inachevée, incertaine, est donc un défi à l’heure de mutations majeures où nous pourrons de moins en moins : dépendre de la protection militaire américaine, faire des économies à courte vue grâce à la main d’œuvre chinoise pour augmenter artificiellement notre compétitivité, nous reposer sur les lauriers des industries du passé (l’automobile par exemple, le nucléaire plus tard car nous avons tardé gravement à engager les mutations énergétiques) et se contenter d’inégalités sociales majeures qui gangrènent nos sociétés.

10. L’identité européenne est une voie incontournable car nous voyons aujourd’hui le prix de notre inaction et de notre suivisme sur les grandes orientations du monde. Il n’est pas d’alternative à la volonté de forger notre avenir sur des bases plus saines, en coopération plutôt qu’en concurrence.

11. « La langue de l’Europe, c’est la traduction », disait Umberto Eco récemment. Pour l’identité européenne, l’affirmation a son importance. La langue nous inscrit dans le rapport à l’héritage, la langue stratifiée dans laquelle nous sommes nés et dans le rapport à l’autre vers qui nous écrivons ou nous parlons. Nous sommes donc loin d’une essence introuvable mais d’un travail, intérieur autant qu’extérieur, pour exprimer ce qui nous est le plus intime mais qui nous échappe tant que nous n’avons pas quelqu’un à qui le dire. L’identité européenne admet une multitude d’expressions linguistiques, tant au niveau des nations la composant qu’au niveau régional (y compris dans les langues d’expression des migrants ; elle est fondée, essentiellement, sur une pluralité de cultures).

12. L’identité européenne ne s’arrête pas aux frontières dessinées par les aléas de l’histoire et par les hauts signataires de quelques traités. Elle est ouverte à tous ceux qui souhaitent se joindre, et en particulier à ceux qui partagent ses valeurs. Elle ambitionne de créer la paix chez ses voisins, de leur servir de modèle ainsi qu’au reste du monde pour organiser leurs intégrations régionales.

13. L’identité européenne est l’affirmation d’une confiance dans la construction d’un futur ensemble, impliquant la mise en commun de moyens mais aussi d’une éducation à la conscience de ce que nous avons en commun ; un travail patient et laborieux dans le dialogue entre nous, Européens, et avec les autres, non Européens, qui ont tant de choses à nous apprendre sur nous mêmes. Elle découle de la dure leçon de l’interdépendance.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Martin D 1er février 2010 11:44

    article ininterressant si vous ne nous dites pas qui gouverne l’europe ? qui a créé l’europe ?
    donnez-nous les CV de javier solana et d’autres fonctionnaires européens qui sont les vrais décideurs et qui prennent les decisions contre l’intérêt des nations européennes !

    le seul objectif de ces fonctionnaires et d’aservir les differentes nations européennes en leur donnant une illusion de PAIX, mais en réalité tout appartient aux usa et aux financiers internationnaux !!!


    • Terran 1er février 2010 13:09

      Merci Martin

      J’exprime exactement le même sentiment.
      Etre Européen c’est être soumis à l’empire financier de la city et de wall street.

      Et je me sent vraiment proche des autres Européens en cela, sauf que ce sont des moutons qui aiment se laisser tondre, pas tous, et heureusement !

      Nous devons décapiter les banques privées.


      • Terran 1er février 2010 14:10

        @ Chantecler, t’as pas le droit d’aller à la poste ?

        Quand on veut pas trouver de solutions on en trouve pas...


      • Terran 1er février 2010 14:17

        Tiens Chanteclerc, regardes comment on se bat !!! Regardes ce que c’est le courage politique.

        http://www.dailymotion.com/video/x98e2r_nigel-farage-denonce-un-parlement-e_news?from=rss

        ...


      • Jean-paul 1er février 2010 14:02

        L’Europe en 2 mots : un vrai bordel !


        • Martin D 1er février 2010 14:02

          à Terran,

          lis le livre « la face cachée des banques » de Eric LAURENT
          c’est hallucinant, tu as quelques extraits de son livre sur internet : tu vas dans dailymotion, et tu tapes le titre de son livre ou son nom

          incroyable ce qu’il dit ! on n’est rien pour les financiers !
          on n’a jamais quitté le moyen-âge ou l’époque des pharaons, c’est toujours d’actualité, ceux qui détiennent le pouvoir se gavent sur le dos du peuple...notre sueur les enrichit !


          • Terran 1er février 2010 14:14

            Merci Martin.

            Si je suis tendance Larouchiste c’est pas pour rien. Je me rends bien comtpe de ce qui se passe sans lire ce livre, je vais m’informer là :
            http://www.solidariteetprogres.org/

            Les conclusions sont les mêmes.
            Mais grâce a des chantecler « on y peut rien, on peut pas refaire le monde, blablabla »
            C’est ça le courage Européen aussi...


          • colza 1er février 2010 14:02

            "L’Europe aujourd’hui est une communauté de valeurs démocratiques, un état de droit et un espace économique intégré comportant une union économique et monétaire, fondés sur une histoire largement commune."
            Je n’ai pas été plus loin que ça... Vous croyez vraiment ce que vous écrivez ?
            Ou c’est juste de la provocation...


            • Blé 1er février 2010 14:17

              L’Europe c’est un bel espace avec des peuples de langues et de cultures différentes mêmes si ces cultures ont des points en communs.

              Mais ce bel espace doit devenir rentable et pour obtenir cette rentabilité rien ne vaut la concurrence, le rendement, la compétition.

              La banque européenne commande, les chefs d’état exécutent, les peuples n’ont pas droit de regard sur cette construction européenne.

              Le capitalisme s’impose et balaye tout ce qu’il y avait d’originale et tout ce qui tissait le lien social entre les gens dans chaque pays : Mac do, djean, sex chope, fromage pasteurisé, musique anglo saxonne, propagande, mensonges, casse des services publiques, casse des acquis sociaux, etc...., etc... , etc..., et ce n’est pas fini.


              • Terran 1er février 2010 14:51

                Ce ne sont pas les fait du capitalisme, il faut prendre le problème à la racine.
                Les états souverains n’impriment plus leurs monnaie.
                L’€ est la monnaie du système financier et pas du système capitaliste.


              • Triodus Triodus 1er février 2010 15:14

                @Terran,

                Tiens, deux monnaies en europe : L’euro et le zero ?

                Cdt,
                T.


                • Terran 1er février 2010 15:36

                   smiley

                  En quelques sortes, l’€ pour la city, 0 pour le reste...

                  Cela résume bien les ambitions de la CEE


                • citoyen 1er février 2010 15:47

                  Quel galimatias insipide ! Sur la majorité des points évoqués plus haut , l’individu lambda que l’on rencontre autour de soi , a bien des choses à redire . J’en déduis donc ( raisonnement par l’absurde , vieux reflexe de matheux ) que cet individu lambda ne présente pas les caractéristiques de l’identité européenne et n’est donc pas européen ( ceci d’ailleurs même su ses ancêtres ont été aux cotés de vercingetorix , charlemagne , etc...) Il est quoi , alors , cet individu lambda d’aprés l’auteur ? Papou ? Yanomami ? Ou bien serait il tombé de la lune ? A moins que l’auteur ne s’arroge le droit d’excommunier de leur « identité européenne » ceux qui ne partagent pas les sophismes mielleux de la bureaucratie bruxelloise ?
                  Soyons sérieux un instant . Heureusement qu’agoravox est un site online , parce que si c’était sur papier ... Gâcher du papier pour un tel gloubiboulga , non alors


                  • french_car 1er février 2010 18:05

                    D’après l’auteur : L’identité européenne existe de fait : elle est un résultat plutôt qu’une essence ou une trace génétique. Elle résulte de la croyance profonde qu’après des siècles de jeux d’équilibres et de conquêtes, la guerre n’a plus sa place dans le monde, et les relations entre nations doivent être basées sur le droit international ou le droit que les nations européennes développent entre elles sous forme de droit commun européen.

                    Par conséquent oui Citoyen : il peut être papou ou micronésien naturalisé slovène tant qu’il adhère aux valeurs de l’Europe.

                    Je vous rappelle que l’Europe - et même commençons par la France - est le résultat de quelques milliers d’années d’invasions diverses, intra et extra-européennes. Vous avez du sang mongol, maure, arabe, ottoman ... et des traces de ces invasions dans toutes les cultures voire langues ou écritures.


                  • Internaute Internaute 1er février 2010 21:31

                    Comme vous dites, des traces. Le coeur du peuplement européen est trés homogène, de race blanche et d’origine celte, romaine, germaine puis slave. Qu’une gourgandine ait couché avec son esclave javanais ne fait pas des européens des javanais ni l’inverse.


                  • Internaute Internaute 1er février 2010 21:28

                    « 12. L’identité européenne ne s’arrête pas aux frontières dessinées par les aléas de l’histoire et par les hauts signataires de quelques traités. Elle est ouverte à tous ceux qui souhaitent se joindre, et en particulier à ceux qui partagent ses valeurs. »

                    Quelle trouvaille ! L’Europe poubelle, la nouvelle ONU.

                    Comme la plupart des japonais partagent nos valeurs, je suppose que selon vous le Japon fait partie de l’Europe. Si l’Europe c’est tout alors l’Europe n’est rien. Vous confondez les peuples, la morale et la bonne soupe bruxelloise. Il est quand-même triste que vous considériez comme archétype de l’européen les fonctionnaires bruxellois. Sachez que l’Europe a existé bien avant que ces imbéciles de Schuman et Monnet mettent en route leur machine infernale supranationale. Elle existait déjà du temps des rois. Quand aux peuples européens ils n’ont pas attendu vos définitions ridicules pour avoir une identité et vous ne leur rendez pas service en niant leur existence.


                    • Terran 1er février 2010 22:50

                      +1

                      C’est vrai que l’auteur a oublié un détail, le France a dit « Non »
                      Il nous en remet une sauce, c’est abrutissant à la longue.


                    • johnford johnford 1er février 2010 22:56

                      Oui à l’europe .. des 6 que voulait De Gaulle ; et non à l’amas de pays qui s’entravent les uns les autres devant les Etats Unis, amusés d’avoir réussi à nous neutraliser.


                      • curieux curieux 2 février 2010 02:44

                        Cette Europe, il faut la faire crever. Il faut repartir à ZERO. Cette Europe, c’est de la Merde


                        • vinvin 2 février 2010 03:19

                          Je suis entièrement d’ accord avec TERRAN, JOHNFORD ET CURIEUX.


                          Pour ce qui me concerne, je ne me revendique pas comme européen, mais comme Français UNIQUEMENT !

                          Je conseille vivement a tous ceux qui ont votés NON au traité de l’ Europe en 2005, de penser comme moi !

                          Je chie sur « Mastrich », et je chie sur le traité de Lisbonne, ainsi que l’ enculerie bruxelloise !


                          JE SUIS UNIQUEMENT FRANÇAIS, POINT BARRE .







                          VINVIN.

                          • beubeuh 3 février 2010 13:57

                            On dirait une question à la Julien Lepers...

                            Réponse...tu es François le Français ? J’ai bon ?


                          • dup 2 février 2010 08:21

                            Qu’est-ce qu’être européen ? RIEN 

                            propagande as usual regardez ces videos et voyez ce qu’on fait de vos nations et cultures millenaires : de la bouillie mondialiste pour le chat

                            http://www.dailymotion.com/video/xb84qw_francois-asselineau-lhistoire-de-fr_webcam

                            http://www.dailymotion.com/video/xbqfip_francois-asselineau-qui-gouverne-re_news


                            enfumage malhônnete,mais de plus en plus de gens s’informent


                            • Dolores 2 février 2010 13:50


                              L’Europe, c’est l’entente du pouvoir financier et du pouvoir politique pour tondre plus commodément les peuples.
                              C’est la mise en servage économique de tous les citoyens.
                              C’est une dictature, ceux qui nous gouvernent ne sont pas élus, uniquement au profit des plus riches. Et seuls ceux qui en profite se revendiquent européens.

                              Il faut vivre sur la lune pour croire un seul instant ce que raconte l’article. Simple propagande
                              à laquelle personne ne croit plus.

                              Être européen, c’est être apatride et profiteur...et aveugle.


                              • dup 2 février 2010 17:42

                                1.http://www.dailymotion.com/tommeight/video/x44tc1_pierre-hillard-europe-et-nouvel-ord_politics
                                2.http://www.dailymotion.com/tommeight/video/x44to4_pierre-hillard-europe-et-nouvel-ord_politics
                                3.http://www.dailymotion.com/tommeight/video/x44txk_pierre-hillard-europe-et-nouvel-ord_politics
                                4.http://www.dailymotion.com/tommeight/video/x44ua9_pierre-hillard-europe-et-nouvel-ord_politics
                                5.http://www.dailymotion.com/tommeight/video/x44uji_pierre-hillard-europe-et-nouvel-ord_politics
                                6.http://www.dailymotion.com/tommeight/video/x44utj_pierre-hillard-europe-et-nouvel-ord_politics

                                La marche irresistible du Nouvel Ordre Mondial

                                Toutes les époques ont leur idéologie. En ce début du XXIe siècle, le seul débris qui surnage après un siècle chaotique et tragique, c’est le mondialisme.
                                Comme le dit Guy Sorman : Le monde est ma tribu.

                                L’aboutissement des ambitions d’un nouvel ordre mondial devra passer par des étapes bouleversant les structures politico-économiques des sociétés. Dans ces événements, la vie humaine comptera peu.
                                D’ores et déjà, avec la mort probable de la Belgique, les réveils régionalistes en Espagne et en Italie, l’Europe de Bruxelles qui a programmé depuis longtemps la mise sous tutelle, sinon la destruction des nations, risque d’être exaucée dans ses entreprises au-delà de ses espérances. De leur côté, à travers le sanglant bourbier irakien, les Etats-Unis préparent activement la recomposition du Moyen-Orient..

                                La tour de Babel tiendra-t-elle ? 


                                • rastapopulo rastapopulo 3 février 2010 23:38

                                  L’europe ce n’est plus que ça :

                                  http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE60S20A20100129

                                  Comme les States quoi ! La FED elle aussi n’est pas obligé de rendre publique ce qu’elle ne veut pas.

                                  Quel aveuglement ! la larme à l’oeil et en plus, l’emotion de sauvez l’Europe ? Sauvez vos cerveaux de la pensée unique et revenez à des souveraintés différentes.

                                  C’est la variété des cultures la vrai richesse pas le nivellement (par le bas en plus !).

                                  Mais bon c’est grand donc c’est beau, il ne peut en être autrement à babel. Les petites souverainté (sans dettes) c’est d’un ringuard. Tellement mieux d’être esclave de la finance anglosaxonne. Allez aux états unis (pauvres américains dépossédé par Rockfeller) si vous n’aimez pas le continent. Ah oui c’est juste vous aimez bien l’Europe mais celle de Rotschild= les grands mots et les belle paroles pour nous asservir par la dette.


                                  • rastapopulo rastapopulo 3 février 2010 23:45

                                    C’est être nue comme un verre soumit à la brise financière.

                                    En plus, c’est tenir le mot protection et contrôle démocratique pour des grossierté :

                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_transatlantique

                                    http://www.observatoiredeleurope.com/Contre-le-tabou-protectionniste,-par-Maurice-Allais_a1323.html

                                    elle pas belle ?




                                    • DRAGOR 4 février 2010 20:00

                                      l’europe des moutons où tout le monde se laisse aisément manipuler , si cela continue cela frôle les minis dictatures !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès