Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Que fait l’UE pour les femmes ?

Que fait l’UE pour les femmes ?

Le Parlement européen a inauguré l’année 2010 en approuvant, en plénière ce lundi 8 février, le rapport d’initiative du député européen belge Marc Tabarella sur l’égalité des hommes et des femmes dans l’UE, qui enjoint la Commission à proposer une directive afin de lutter contre la violence de genre, d’instaurer un congé paternité dans toute l’Europe, ou encore une révision en matière d’égalité salariale et d’accès aux postes à responsabilité. Alors que l’un des grands chantiers de la nouvelle législature porte sur le congé maternité et une meilleure articulation entre vie professionnelle et vie familiale, l’heure serait-elle venue de considérer la parité comme un élément essentiel de la politique européenne ?

L’Europe compte plus de 250 millions de femmes mais, si elles représentent 52, 6 % de la population, très peu osent cependant ambitionner un poste au sommet de l’Union européenne. L’année 2010 doit être un tournant pour les institutions européennes : en effet, le Parlement et la Commission viennent d’être renouvelés pour un nouveau mandat, et le traité de Lisbonne doit commencer à s’appliquer. 

Entre autres changements, la « Charte européenne des droits fondamentaux » devient juridiquement contraignante pour tous les États membres. Or, celle-ci stipule que l’égalité des hommes et des femmes doit être respectée « dans tous les domaines, y compris en matière d’emploi, de travail et de rémunération » (article 23), et autorise la mise en œuvre de mesures positives afin d’atteindre cette égalité. Malheureusement, plusieurs éléments nous font penser que cette égalité formelle est bien loin d’être atteinte. Quelques exemples :
 
La parité au sein des institutions
 
Il est tout d’abord possible de regretter que la nouvelle Commission ne compte que neufs femmes dans ses rangs, ce qui est une régression par rapport à la composition de la Commission de 2004, et reste évidemment loin d’une parité réelle, qui serait d’au moins 13 femmes commissaires !

Le Parlement européen, pour sa part, ne comptait, durant le mandat 2004-2009, que 31 % de femmes pour 69 % d’hommes, chiffre qui s’élève désormais à 35 % pour la nouvelle législature. Cette répartition est malgré tout plus égalitaire qu’au niveau national, où, en France par exemple, l’Assemblée nationale ne compte que 107 femmes sur un total de 577 députés. Si le nombre de femmes élues en France au Parlement européen reste relativement stable – et élevé – avec un nombre de 32 élues sur 72 députés (soit 45, 5 %), deux pays européens ont élu pour ce nouveau mandat, plus de femmes que d’hommes !

En effet, pour la première fois, la Finlande a élu 61, 5 % d’eurodéputées, et la Suède 61 % d’élues. Les pays nordiques restent ceux qui envoient le plus de femmes dans l’hémicycle européen tandis que les pays qui placent le moins de femmes en position éligible sont le Royaume-Uni (32 %), la Belgique (32 % également), la Grèce (32 %), Chypre (33 %) et la Lituanie (33 %).
 
Des inégalités tenaces
 
L’Europe avait pourtant offert, dès la ratification du Traité de Rome en 1957, un cadre juridique permettant de lutter contre les discriminations faites aux femmes en posant le principe d’égalité de rémunération. Malgré le corpus législatif de l’UE, les femmes restent les premières victimes de la crise économique, du fait d’une proportion élevée d’entre eux elles qui travaillent en contrat précaires, ou en mi-temps, voire tiers temps, ce qui est en partir dû au rôle traditionnel de la femme vis-à-vis de l’éducation des enfants, et le manque de structures d’accueil.

Le rapport d’initiative approuvé au Parlement européen ce lundi, souligne en premier lieu que près d’une femme sur quatre dans l’UE souffre de violence physique et plus de 10% de violence sexuelle. De plus, l’assemblée a rappelé que les femmes doivent disposer du contrôle total de leurs droits sexuels et reproductifs, et propose de mettre en œuvre des mesures pour faciliter l’accès gratuit des femmes à la contraception et l’avortement. Le député belge a également appelé la commission à favoriser l’accès des postes à responsabilités pour les femmes, à l’instar de la Suède.

En effet, la situation des femmes en Europe est loin d’être la même d’un pays à l’autre de l’Europe, certains pays disposant d’un cadre législatif national permettant de lutter contre les discriminations sur la base du genre, comme l’Espagne, championne dans le domaine, ou encore la Suède, reconnue par l’ONU en 1995 comme pays « le plus égalitaire du monde », qui a remplacé les congés de maternité par des congés parentaux rémunérés. Par contre, d’autre États membres, comme la Pologne, l’Irlande, Chypre et Malte, maintiennent la criminalisation de l’avortement. Ces pays ne tolèrent en effet l’avortement qu’en cas de risque pour la vie de la mère ou encore suite à un viol. Pratiquée légalement en Pologne pendant plus de quarante ans, l’IVG a été de nouveau interdite en 1997 notamment sous l’influence de l’église catholique, au travers d’une loi très restrictive.

La clause de l’européenne la plus favorisée
 
Face à ces disparités, l’association Choisir la cause des femmes, fondée par Simone de Beauvoir et Gisèle Halimi, a proposé un nouveau concept clés pour les politiques européennes de parité, la clause de l’européenne la plus favorisée. Il s’agit d’appliquer pour un certains nombre de points, dans l’ensemble de l’UE, les dispositions réglementaires de l’État membre de l’UE les plus avantageuses pour les femmes, afin de définir un socle juridique minimum pour toutes les européennes. Les thèmes fondamentaux sur lesquels portent leurs revendications sont : le choix de donner la vie (droit à l’avortement et à la contraception, par ex.), le droit de la famille (partage des tâches), la lutte contre les violences faites aux femmes, l’accès au travail dans l’UE, et le monde la politique.

Cette clause a l’avantage, quelque soit le domaine de législation, de concevoir les garanties et droits sociaux de l’Union européenne en fonction des réglementations les plus avancées et les plus protectrices existant dans chaque État membre. En effet, cette clause va à l’encontre d’une pratique aujourd’hui plus que répandue dans les processus décisionnels communautaires : elle propose de prendre ce qu’il y a de meilleur dans chaque législation, plutôt que d’établir des réglementations a minima, qui, pour obtenir un consensus, aboutissent à un nivellement par le bas, et à minimiser les réglementations dans tous les domaines. 
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • dup 13 février 2010 09:47

    que fait l’UE pour les femmes ? mais que fait elle pour les cul-de-jatte, pour les montreurs d’ours , pour les trapèzistes, les cracheurs de feu ?.
    Si on inversait une fois la question : que font les femmes pour l’ UE ?


    • Reinette Reinette 13 février 2010 11:00



      Les femmes se trouvent souvent en butte au dénigrement, à l’injure, à l’agression discriminatoire, voire à la haine. En tant que femmes. Depuis des siècles.
      Elles représentent, d’autre part, une cible privilégiée pour les annonceurs de publicité. À 80% reconnaissent-ils eux-mêmes.

      Tout peut commencer par une blague au café du coin, par le « mot d’esprit » lors d’une réunion publique, puis se répandre sur l’affiche pour un film ou un produit. Et se terminer quelquefois par une provocation au viol ou au meurtre.

      Est-il nécessaire de rappeler, par exemple, la hargne, l’injure, l’obscénité des propos subis par les femmes politiques qui osaient l’être, politiques ? Qui ne se souvient des propos et interpellations déshonorantes adressés à Simone Veil, Yvette Roudy, Edith Cresson, Nicole Notat, Dominique Voynet ou Roselyne Bachelot ?
      Dans ce domaine, nous faisons toujours figure d’intruses.

      http://www.choisirlacausedesfemmes.org/numero90.htm#notes1


    • Lucien Denfer Lucien Denfer 13 février 2010 14:57

      stand by your man....


    • dup 13 février 2010 18:20

      ce n’est pas parce que c’était des femmes , mais peut être parce qu’elles ont dit ou fait des conneries. Discrimination ?? qui écarte les femmes à part l’église et la franc maconnerie ?
      D’ailleurs ce feminisme est pas innocent ,il fait partie du plan mondial : faire éclater la famille , faire croire à la femme que c’est déshonorant si elle est pas l’egal de l’homme . Alors soit conduisez des engins de chantier , grutière , ramoneuse , soldate , ajusteuse woaaa la joie , on se croirait chez les soviet des années 40


    • anty 13 février 2010 09:54

      Encore un texte idéologique féministe où toute réflexion intelligente est absente.

      Un copier coller des absurdités habituelles des féministes .

      Un texte ?
      Non !
      Un borborygme féministe.


      • anty 13 février 2010 11:35

        Les femmes se trouvent souvent en butte au dénigrement, à l’injure, à l’agression discriminatoire, voire à la haine.

        Toujours non
        encore une interprétation abusive de ton idéologie globalisante

        Les hommes subissent politiques subissent aussi ces genres de désagréments....


        • anty 13 février 2010 11:36

          Les hommes politiques subissent aussi ces genres de désagréments....


        • ELCHETORIX 13 février 2010 14:09

          Mais je m’en tape de cette entité qu’est cette EUROPE sans âme , ce n’est qu’un ramassis de « planqué » de la politique qui pour la plupart ne sont même pas élu par les peuples qui la composent .
          Les femmes , les majeures sont assez grandes pour se faire respecter soit par leur intelligence , soit par le respect mutuel entre homme et femme !
          Les prétentieuses , les allumeuses , les sans-tête et sans coeur , moi je ne les respecte pas et cela depuis mon adolesçanse , il y a plus de quarante ans .
          Quant à l’EUROPE oui , mais pas celle des banquiers et des oilgarques économiques et politiques , une EUROPE où l’humanisme féminin et masculin règne !
          Cordialement .
          RA .


          • sheeldon 13 février 2010 17:02

            bonjour

            que fait l’union européenne pour les pauvres ? et qu’ils soient noirs , blancs , jaunes , verts , homosexuels , vieux , jeunes , handicapés ?

            la diversité contre l’égalité !

            http://www.homme-moderne.org/raisonsdagir-editions/catalog/wbmichaels/diversite.html

            que des bourgeoises remplacent des bourgeois , quel progrès !

            cordialement


            • Antoine Diederick 13 février 2010 20:11

              a l’auteur,

              a Charlotte,

              « Seriez vous pour l’imposition de la parité obligatoire sur les listes électorales ? »

              Et question plus sournoise de ma part : « Faut-il des cv anonymes pour les femmes ? » smiley


              • Antoine Diederick 13 février 2010 20:14

                Rappel tout de même, l’ Europe n’a en principe pas vocation de dire la politique à suivre dans chaque pays qui composent l’Union, enfin, en principe....corrigez-moi si je me trompe ?


              • ELCHETORIX 13 février 2010 20:30

                bonsoir , si , il me semble que 80% des lois votées dans chaque état de l’entité EUROPEENNE proviennent de la COMMISSION EUROPEENNE, dont les membres ne sont pas élus par les peuples des 27 pays de cette ENTITE qui n’est donc pas DEMOCRATIQUE !
                A vérifier mais je crois que c’est le cas , demandez confirmation dans votre entourage qui connait la législation Européenne !
                RA .


              • ddacoudre ddacoudre 13 février 2010 23:08

                bonjour charlotte

                l’égalité des sexes n’existe pas a mon avis ils seraient complémentaires, maintenant il est normal que la femme occupe toute sa place dans la société, et la discrimination naturelle de son sexe ne peut l’éloigner que des tâches qu’elles ne pourrait pas accomplir à égalité de l’homme seulement. je ne vois bien l’utilité deander aux hommes de donner le sein à égalité, je crois bien qu’il y aurait là une discrimination naturelle.

                par contre en ce qui concerne l’éducation de ses enfants, je comprend mal que le fait de faire des centres d’accueil soit de nature à être une référence d’égalité. confier à d’autres le soin d’élever les enfants que l’on met au monde pour poursuivre son activité est à mon sens tout sauf une référence d’égalité, surtout pour refiler les contraintes de la maternité et de l’éducation à d’autres qui doivent accepter ce travail car elle ont besoin d’un revenu.. il vaut mieux revendiquer le maintient d’un revenu durant cette période, a moins que certaines préfèrent sacrifier leur rôle de mère a leur carrière,
                si procréer devient une inégalité, il est possible d’entrevoir des sortes de couveuses pour les féministes qui considèrent qu’enfanter est une charge. moi j’y vois la une discrimination du sexe, mais bon avec les progrès de la génétique cela peut être revu.

                sinon je suis pour une incitation à l’égalité dans les diverse instances, il es t des postes et des fonctions qui s’obtiennent par le désir d’y prétendre et la capacité de les occuper. dire ceci n’est pas nier la réalité d’une ségrégation sexiste.

                élire ou désigner par obligation de parité ne me parait pas sain. c’est vouloir aller plus vite que la modification des us qui se font d’une génération a l’autre.

                ou alors il faut commencer la formation de citoyen là ou elle devrait trouver sa place pour toucher tout le monde l’école.

                cordialement.


                • Charlotte Trillaud 15 février 2010 17:24

                  Bonjour,

                  Non je ne suis pas favorable à des « quotas » de femmes comme pour le thon, par exemple. Je regrette plutôt que les partis politiques n’encouragent pas davantage les femmes à se présenter afin de représenter correctement la population française (le pb ne touche pas que les femmes !).

                  Je n’ai pas d’avis particulier sur les CV, mis à part qu’il me semble que cette mesure a bien marché pour lutter contre d’autres types de discriminations. Je n’ai pas traité la question de la discrimination des femmes à l’embauche, mais au niveau du salaire. (je ne suis pas entrée dans le détail, mais il existe des inégalités salariales de différentes sortes, réduction des primes à cause des congés maternité, absence de promotion, etc.)

                  Charlotte


                  • Charlotte Trillaud 15 février 2010 17:30

                    @Antoine Diederick

                    Je ne sais pas très bien quelle est la vocation réelle de l’Europe, et je pense que plus on la connait, moins on a la réponse à cette question !

                    En tout cas, le rôle de l’Europe est de formuler et voter des lois et réglements qui seront appliqués obligatoirement (sous peine de sanctions) dans tous les pays membres, et donc bien de définir les « politiques » à suivre dans chaque pays.

                    Cependant, tous les secteurs de la politique ne relèvent pas de la compétence de l’UE.
                    Par exemple, l’UE ne peut rien décider ou imposer dans le secteur des politiques sociales, par contre, une de ses compétences est de lutter contre les discriminations et les inégalités.
                    C’est dans ce cadre précis que l’UE peut agir pour l’égalité des genre.

                    Charlotte


                    • Sybille 27 février 2010 16:27

                      Ce que j’ai retenu de l’action de cette Europe pour les femmes ? Entre autre, les victoires contre les scandaleuses mesures discriminatoires de certains états contre .... Les HOMMES

                      - Ouf , à présent, de jour comme de nuit, les femmes sont au boulot comme les hommes : Vives les 3 huit pour tous dans les usines.
                      - Re Ouf, bientôt la fin des avantages « de genre » : En France et en sursis, la prise en compte des enfants pour le calcul des droits à la retraite.

                      Devinette :
                      Après l’application des mesures anti-discriminatoires (Homme/Femme) de l’europe, à combien s’élévera le différentiel de retraite entre les hommes et les femmes, qui s’élève déjà en France, actuellement à 40%.
                      Sans parler des autres pays Européens, pour lesquels la femme doit chosir entre faire des enfants ou Travailler.

                      Que conclure : Génial et de mieux en mieux cette Europe néolibérale qui a cassé définitivement le rêve Européen , lire encore http://www.geopolintel.fr/article226.html ,
                      la casse continue... avec d’autres préoccupations plus ou moins secrètes ACTA, OGM qui vont accoucher de mesures qui avec le traité, vont être imposés aux états membres au nez et à la barbe de leurs citoyens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès