Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Quelle Europe des projets ?

Quelle Europe des projets ?

Dominique de Villepin consulte tous les partis « habilités », donc Front national inclus et extrême-gauche exclue. C’est bien. C’est même la moindre des choses. Il s’agit de tirer quelques « leçons du Non » et de voir quel corps le gouvernement français peut ou doit donner à cette « Europe des projets » esquissée par le premier ministre mardi dernier sur France 3 pour pallier la panne DU projet européen et pour compose avec ou s’opposer à « L’Europe de Tony Blair »...

Le premier ministre britannique joue sur du velours et dispose d’un vrai boulevard pour prendre ce leadership européen que Maggie Thatcher n’avait pas réussi à prendre en son temps. Il va prendre la Présidence de l’Union avec une légitimité démocratique, une crédibilité politique et l’énorme avantage de savoir où il veut aller...Le plan B, c’est lui.

Blair joue sur du velours, parce qu’il a le temps pour lui et parce que ses diagnostics ne sont pas irréalistes.
Oui, il faut réconcilier la construction européenne avec les citoyens.
Oui, la première Europe sociale, c’est celle qui ne compterait plus 20 millions de chômeurs. Oui, l’échec de la « stratégie de Lisbonne » sur la compétitivité, l’innovation et la recherche est scandaleux.
Oui, il faut « moderniser » les institutions et le fonctionnement de l’Union qui n’a pas le loisir « d’attendre dix ans ».
Oui, il ne servirait à rien de vouloir sauver, par tranche, par la bande, en recollant les morceaux, ce que des électeurs n’ont pas voulu ratifier...
Oui, il ne faut pas que la politique agricole commune soit aussi dévoreuse du budget européen. Oui, il faut une Europe de la sécurité, ou de la sûreté.

Les faiblesses de Blair

Le problème, avec Blair, c’est que ce « pro-européen passionné » (comme il se définit lui-même) représente un pays qui n’a pas adopté l’euro, qui n’est pas dans Schengen, qui s’est opposé dans le projet constitutionnel à toute politique fiscale commune et à toute norme sociale minimale, qui depuis 1950 se fait le porte-parole et l’incarnation d’une « Europe-espace », « zone de libre-échange ouverte sur le grand large », qui a toujours joué les freins de « l’intégration  » européenne et a toujours (sauf pendant la brève et illusoire période de Heath) tenté de saboter (« de l’extérieur » puis de « l’intérieur », comme le voyait et le le prévoyait De Gaulle) l’esprit, la méthode et la finalité communautaires.

Le Non français l’a soulagé : il n’avait accepté le principe même d’une Constitution européenne que contraint et forcé, par tactique plus que par conviction, et il savait que sa décision de faire une ratification par voie référendaire tenait du pari impossible.

Le Non français, surtout, l’a ravi : c’est Paris et non Londres qui joue le rôle du « mauvais » sur le « Vieux continent ».

Que ce Non soit polysémique, recouvre des aspirations antagonistes, soit la somme de visions, d’idées et de volontés opposées ou antagonistes l’arrange encore plus : comment le gouvernement français, si arrogant et incantatoire, en politique « étrangère » pourrait-il afficher une grande crédibilité donc un vrai pouvoir d’influence dans l’Union en représentant un pays où les nationalistes de droite et les internationalistes devenus alter-mondialistes de gauche bloquent tout dessein cohérent ?

Les tares françaises
En matière européenne, la France n’a plus de leçons à donner.

D’ailleurs en quoi peut-elle encore en donner. Son « modèle social » ? Chômage et déficits. Les impôts ne suffisent pas à payer les intérêts des dettes...Son dynamisme ? Regardez sa croissance...Heureusement qu’elle reste (pour combien de temps ?) une puissance ...touristique...Son modèle républicain ? Un sommet monarchique et une société éclatée. Sa défense  ? Aussi « indépendante » que sa « ligne Maginot » était efficace. Sa recherche ? Ses meilleurs cerveaux partent ailleurs. Sa démocratie ? Elle est le seul pays, par exemple, à ne pas avoir ratifié la charte pourtant souple sur « la démocratie locale ».

Le pire est d’ailleurs peut-être encore à venir...si l’Allemagne, bien malade elle aussi, se détachait de cette solidarité rhénane plus incantatoire que réelle, ou du moins, dans un état qui ne correspond pas aux attentes et aux promeses de l’ère Kohl-Mitterrand. La « gamine  », comme on la surnomme toujours affectueusement, qui va sans doute prendre le pouvoir à Berlin n’a guère la fibre adenauerienne : le seul fait que le PPE dominé par la CDU au Parlement européen, compte des conservateurs britanniques apparaît comme un signe avant-coureur. « A Waterloo, ce sont les renforts prussiens qui ont donné la victoire aux Anglais », sourit l’éditorialiste du Temps, le quotidien suisse...

Mais on ne se sort pas d’une telle situation en se complaisant dans une noirceur masochiste. Si l’on veut que Blair n’oublie pas l’esprit même de l’Union européenne, la France, en dépit de ses faiblesses, doit faire preuve d’audace et de courage. D’intelligence aussi. Et de cohérence. En renouant elle-même avec l’esprit et les méthodes des «  pères fondateur »

Pour l’heure, « l’Europe des projets » esquissée par de Villepin sent la panne d’inspiration. On ressort des dossiers poussiéreux dont certains (le service civil par exemple), auraient pu être concrétisés dès les années 70 ou 80...

L’impérative « Europe de la Justice »

Le premier ministre devrait relire le livre qu’il a écrit avec Jorge Semprun durant la campagne référendaire : il est riche de très bonnes idées...

Un exemple :l’Europe de la justice, si urgente et si importante. Dans «  L’Homme européen » (éd. Plon) insiste à juste titre sur « la primauté du droit et sur le corpus juridique sans précédent que l’Europe a su créer » et sur la nécessité de « trouver des réponses communes « aux défis du terrorisme » et à tout ce qui atténue les « flambeaux du droit, de la paix, de la liberté et de la démocratie ». Mais c’est Blair qui, à sa façon, met en relief, parmi ses priorités, l’urgence d’ affronter « le crime, la sécurité, l’immigration ».

Pourquoi ne pas reprendre ici et maintenant l’idée émise par Chantal Cutajar et l’association le Droit pour la justice d’Etats généraux sur l’Europe de la justice et d’une CIG exclusivement consacrée à l’Europe de la Justice , de la sécurité et de la Liberté ? Cette idée comme la pétion lancée lors de l’APPEL D’OFFENBOURG restent pleinement d’actualité petition-europe-justice.com

L’idée d’Etats généraux de l’Union européenne avait été émise bien avant le referendum du 29 avril. Mais elle a été repoussée par des porte-parole du Oui en permanence sur la défensive. Qu’elle soit reprise aujourd’hui, d’une façon sectorielle ou générale, permettrait ce débat de fond mobilisateur qui s’impose.

Le nerf de la paix :le budget

Ce débat est particulièrement vital en France où la victoire du Non a d’abord été le paiement politique d’une série de factures provoquées l’absence d’une véritable politique européenne cohérente française ces dernières années. La faute n’en incombe pas qu’aux exécutifs. Les prtis que de Villepin reçoit lundi et mari ont tous leur part de responsabilité. Seuls le FN et le PC sont cohérents :désolé, vraiment de devoir en faitre le constat. Le FN est contre l’union européenne :il veut un retrait pur et simple, de tout, y compris du système de valeurs qui fonde le Conseil de l’Europe. Le PC, plus ambigû, a un avantage ;il est le seul parti qui pendantla campagne des dernières européennes avait mis à son programme une augmentation du budget de l’Union. 3% au lieu du 1 et quelque pour cent du produit intérieur brut...

Sur ce point, il avait raison. Et ces arguments restent bons. Pour sortir de l’impasse budgétaire dans laquelle l’union européenne est il faut augmenter le gâteau au lieu de mesquinement se bagarrer sur son partage. L’Europe unie dans sa diversité ne peut pas être prise au sérieux et faire du travail sérieux dans la pingrerie, comme dit Bourlanges.

Aux Etats-Unis, le budget fédéral « mange « 23% du PIB. C’est ce qui fait de Washington un vrai centre de décisions et d’impulsions. C’est ce qui donnent aux américains les moyens de leurs ambitions et les outils pour s’adapter à ce que Monnet nommait « la nécessité ». Mais qui dans la conjoncture actuelle voudrait sortir de cette « Europe de Picsous » ?

C’est pourtant là que doit s’ancrer le débat-clef sur le futur européen...Pour éviter cette « loi du juste retour » strictement et mensongèrement comptables, pour sortir des raisonnements suicidaires sur les « contributions nettes », pour ne pas s’enfermer dans les choix ridicules entre le financement « des vaches ou des cerveaux », pour réduire les risques de ratage des derniers élargissement, pour pallier les insuffisances des plans Eramus ou Socratès, pour aider les pays du Sud à se développer, pour doter l’Union de vrais pouvoirs d’actions.

Mais ce volet budgétaire-là, ce nerf de la paix, ne figure au programme ni de Paris ni de Londres. Ce sont deux incohérences qui sont face-à-face. Ces incohérences que n’avait pas la CECA de Monnet et de Schuman...

Daniel RIOTest journaliste et vice-président de DpJ, droit pour la Justice


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • SS (---.---.47.98) 28 juin 2005 00:24

    L’enterrement de l’Europe par Villepin n’etonne pas. Apres l’echec de Villepin en Afrique(Cote d’Ivoire). Villepin c’est celui-ci qui finit meme avec La France.


    • (---.---.67.118) 28 juin 2005 17:17

      Je réagirai ici à un détail de votre article qui fait débat dans le petit landerneau politique. Tout le monde sait en effet que M. Villepin a reçu les représants du FN. Cela faisait depuis 1994 que cela n’était pas arrivé. Tout le monde sait que M. Hollande en a une occasion pour décliner l’offre de Matignon. Stratégiquement cela était certainement mal joué. En effet, la perception qu’ont les français de cette position consistant à laisser la place libre n’est certainement à la hauteur de ce qu’en attendait son auteur. Il aurait été plus pertinent pour le citoyen Hollande pour argumenter sur le fait que l’extrême gauche n’était pas reçue. Enfin, nous ne sommes pas à sa place ... Cependant, ma réaction principale concerne donc le fait pour ce gouvernement de droite d’exclure des auditions l’extrême gauche ? Qu’est-ce cela signifie ? L’extrême gauche est-elle aussi inquiétante que l’extrême droite ? Aux yeux du 1er Ministre, elle est même plus inquiétannte ... La démocratie a vraiment besoin de réfléchir sur elle-même si on ne veut pas un jour se retrouver avec au second tour d’une élection nationale l’extrême droite face à l’extrême gauche !!!


      • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 29 juin 2005 21:07

        Les Français ont massivement voté « non » à ce projet de constitution européenne défendu par le Gouvernement Raffarin... Mais, si, à l’U.M.P., au P.S., à l’U.D.F., au M.R.G., chez les Verts, il y avait consensus pour appeler à voter « oui », il y eut, dans tous ces partis politiques, des « rebelles » qui appelaient à voter « non »... Ces Nonistes évoluaient aux côtés de ces partis politiques traditionnellement anti-européens comme : l’Extrême Gauche, du F.N., du M.N.R., du M.P.F., du M.D.C., du R.P.F.

        Le Gouvernement Raffarin n’a pas su voir venir ce désastre phénoménal ! Mais, pourtant, cette campagne fut très mal « ficelée »... Ce qui permit aux Nonistes de s’engoufrer dans la brêche... Dès lors, comment faire voter tous les électeurs en leur posant une simple question, en leur demandant de répondre par « Oui » ou par « Non », alors que l’ensemble de la classe politique n’était même pas capable de leur expliquer les tenants et les aboutissants de ce projet de traîté constitutionnel ? Comment faire « avaler », à l’ensemble des Citoyens, une brochure comportant 448 articles d’une constitution, qu’il faut lire et digérer, alors qu’ils auront énormément de mal à la comprendre ? L’on s’aperçoit qu’il y a une véritable incompréhension : la classe politique ne sait pas dialoguer avec les Citoyens...

        Quoiqu’il en soit, les Français ont voté « non » :
        - parce qu’ils avaient peur des conséquences d’une possible entrée de la Turquie au sein de l’Union européenne,
        - parce qu’ils se sont sentis menacés, dans leurs acquis sociaux obtenus après de dures grèves, par l’entrée de 10 nouveaux états dans l’Union européenne,
        - parce qu’ils ont si été effrayés par les dispositions de la Directive Bockstein (pourtant supprimée), qu’ils ont diabolisé l’ouvrier polonais...

        Mais, beaucoup d’entre eux, qui ne comprenaient pas les enjeux de cette Europe-là, ont voté « non » en mettant en avant les problèmes franco-français...

        Ils ont eu Raffarin et ont provoqué sa chute et celle de son Gouvernement...

        Qu’en sera-t-il du Gouvernement Galuzeau de Villepin ? L’avenir nous le dira...

        Le Front national a été rçu par le Premier Ministre ! C’est tout à fait normal... C’est le jeu démocratique !

        A celles et ceux qui poussent des cris indignés, il convient de leur rappeler,
        - que le Front national a des élus au sein du Parlement européen, aux seins de divers Conseils généraux et aux seins de divers Conseils régionaux ;
        - que l’Extrème Gauche, qui a perdu tous ses sièges n’ a plus aucun élu, ni au Parlement européen, ni dans les Conseils généraux, ni dans les Conseils régionaux.


        • daniel (---.---.197.97) 29 juin 2005 23:23

          réponse n°I:pourquoi parler d’enterrement de l’Europe par de Villepin et comparer ce qui n’est pas comparable ? nous sommes dans une crise européenne:ce n’est pas la première. Ma solution personnelle est dans un retour à l’esprit des pères fondateurs dont on a top oublié les principes et les méthodes...A développer ultérieurement. réponse n° 2.Heureux ceux qui savent exactement analyser la significaton ds NON... réponse n°3. je ne suis pas d’accord avec Hollande sur sa bouderie de matignon pour cause de rédeption du FN.Le PS va-til boycotté le parlement européen parce quedes élus FN y siègent ? le débat européen mérite mieux. D’ailleurs, quelque 60% des électeurs du PS ont voté e la même façon que le Fn au référendum.ce n’est pas un reproche, c’est un constat... Pour l’heure, face à la panne de l’Europe, je ne vois rien venir de très réjouissant. ce n’est pas l’Europe qui est en crise , c’est la démocratie représentative.la france n’a pas mal à l’Europe, elle a mal à elle-même ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès