Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Qui aura la peau de Jose Manuel Barroso ?

Qui aura la peau de Jose Manuel Barroso ?

Bientôt 2009 ! Année électorale pour l’UE, ce qui signifie un nouveau Parlement, mais aussi une nouvelle Commission. Celle-ci, dirigée depuis 4 ans par Jose Manuel Barroso, semble avoir fait son temps. Noël approche et j’en vois déjà quelques-uns du Mouvement Européen qui savent ce qu’ils demanderont au père Noël : la tête de Barroso !

Après le TSS (Tout sauf Sarkozy), aurons-nous droit au TSB (Tout sauf Barroso) ?

L’heure du bilan va bientôt sonner ! Quels sont les bons points à accorder à Jose Manuel et ses petits camarades ? Quelle impression gardera-t-on de cette Commission ?

Plutôt que de longs discours, je vais tenter de dresser une brève liste complètement subjective des succès et échecs de cette Commission.

Succès

  • Annonce du permis de conduire européen
  • Baisse des tarifs de roaming

Échecs

  • Acharnement à vouloir faire entrer la Turquie malgré des conditions manquantes
  • Manque d’action pour créer une véritable politique d’immigration
  • Politique de communication superficielle et insuffisante face à la crise d’identité de l’UE
  • Non-anticipation de la crise économique et financière
  • Échec du cycle de Doha pour rediscuter des échanges économiques mondiaux
  • Avortement du traité constitutionnel européen
  • Semi-avortement du traité de Lisbonne (après deux ans d’inactivité)

Si je dois définir ces quatre années en un mot, je parlerai de “déception”. Quatre ans à se regarder le nombril, à se dire que le monde européen est beau et fort. Quatre ans de gâchés ! Nous n’avons toujours pas de Constitution ou, du moins, de traité qui simplifierait les règles de fonctionnement de l’UE, toujours pas de nouvelles règles pour rééquilibrer le commerce mondial et les relations nord-sud, toujours pas de direction claire sur l’évolution politique et géographique de l’UE.

Pour seul lot de consolation, on remerciera Viviane Reding, la commissaire responsable de la société de l’information et des médias, qui a commencé à se saisir du problème du racket téléphonique en Europe. Une goutte d’eau dans l’océan européen.

Le bilan de cette Commission est mauvais. Mais le plus étonnant est que son président se représentera tout de même en 2009. Culotté le Jose Manuel ! Mais surtout chanceux car il pourra compter sur une concurrence inexistante et même sur le soutien sans faille d’Européens autoproclamés, Sarkozy en tête. Ce même Nicolas Sarkozy qui affirmait vouloir rétribuer ses fonctionnaires au mérite et qui maintenant fait la promotion du premier fonctionnaire d’Europe, déméritant au possible… Un comble !

Je me joins donc à mes petits camarades blogueurs européens Jean Quatremer, Vxl et Jon Worth pour dénoncer, à mon tour, ce laxisme qui n’a que trop duré. La suite se passe sur le groupe Facebook TSB et le nouveau site Anyonebutbarroso.eu. En espérant que cela provoque des discussions et du changement.

Il restera alors à trancher l’épineuse question de la succession : Virer Barroso, c’est bien, le remplacer par un Européen convaincu et compétent, c’est mieux. Qui a envie (visiblement peu de personnes) et qui est capable (encore moins de personnes) de diriger la Commission aujourd’hui ? L’époque Delors est révolue. Les Européens couillus ne courent pas les rues. Pour sortir de cette paralysie, c’est d’un électrochoc à la Cohn-Bendit dont l’UE aurait sûrement besoin…


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • katalizeur 25 novembre 2008 11:49

    @ l’auteur toi tu es bien un luxem bourgeois

    Succès ......lol......mdr ;futiliter pour occuper les moutons

    • Annonce du permis de conduire européen
    • Baisse des tarifs de roaming

    Échecs..........re lol re......mdr

    • Acharnement à vouloir faire entrer la Turquie malgré des conditions manquantes
    •  
    •   le nouvel ordre mortifaire en force mais cela ne passe pas
    •  
    • Manque d’action pour créer une véritable politique d’immigration
    •  
    •  la mondialisationqui appauvrie les peuples ;; ;; ;; ; on en veut pas
    •  
    • Politique de communication superficielle et insuffisante face à la crise d’identité de l’UE
    •  
    • il n’y a pas d’identité europeen ,il y a des peuples et des nations
    •  
    • Non-anticipation de la crise économique et financière
    • impossible il faudrait que vos hommes pourritiques changent de paradigme
    •  
    • Échec du cycle de Doha pour rediscuter des échanges économiques mondiaux
    •  
    • encore heureux qu’il y a eu echec........ le codex alimentarus cela te dit quelque chose ?
    •  
    • Avortement du traité constitutionnel européen
    •  
    • re heureusement les peuples souverains ont dit......non ,non et non
    •  
    • Semi-avortement du traité de Lisbonne (après deux ans d’inactivité)
    •  
    • non monsieur pas semi avortement , cela m’existe pas un semi avortement ,il y a avortement tout court avec enterrement en catimini ,la crise actuelle en est l’oraison funebre









    • Jean-Paul Doguet 25 novembre 2008 13:16

      katalizeur fait une "analyse" du destin du traité de Lisbonne qui jette plus qu’un doute sur ses capacités d’analyse justement. Les propos tenus montre un anti-européen résolu, mais un bon conseil : il ne faut pas prendre ses désirs pour des réalités.

      Loin de l’enterrer, l’actuelle crise économique est en réalité sans doute en train de sauver le traité de Lisbonne. La Suède l’a ratifié la semaine dernière, et il est vraisemblable que le gouvernement tchèque essaie d’en faire autant dans les semaines qui viennent. Klaus peut refuser la signature mais il réfléchira à deux fois. Par ailleurs un sondage récent indique que les Irlandais voteraient "oui" en 2009 si les réaménagements qu’ils demandent étaient acceptés.
      Enfin et surtout : la crise renforce clairement l’attractivité de l’euro et de la zone euro, elle crée une demande d’intervention européenne, et pas simplement de coordination intergouvernementale. Aujourd’hui le Danemark envisage de rejoindre l’euro dès que possible, la question est débattue en Suède et même en Grande-Bretagne, les Irlandais comprennent tous que sans l’euro leur monnaie nationale se serait effondrée, les Islandais veulent adhérer à l’UE dès que possible, et les Européens de l’Est se ruent pour adopter l’euro dès que possible.

      Donc n’écrivez pas n’importe quoi. 


    • stephanemot stephanemot 26 novembre 2008 03:54

      Ce que je reproche a Barroso, c’est la nature de son Atlantisme et ses atomes plus que crochus avec l’administration theocon/neocon Bush/Cheney.

      S’il venait a se faire ejecter en 2009, et pour peu que Berlusconi gicle dans la foulee, Sarkozy se retrouverait bien seul - ce grand opportuniste pourrait meme se resoudre a embrasser la vague Obama.

      On peut rever...


    • sisyphe sisyphe 25 novembre 2008 13:18

      Oui. 
      Barroso est un des responsables majeurs de cette catastrophe de mondialisation néolibérale, et il va pouvoir continuer son oeuvre de destruction, parce qu’il y a 90% de chances qu’il soit réélu. 


    • Jean-Paul Doguet 25 novembre 2008 13:28

      D’accord avec vous pour considérer que c’est quelqu’un de médiocre et d’incompétent, mais il ne faut quand même pas en faire le maître du monde. Vous lui faîtes beaucoup trop d’honneur en lui faisant porter la responsabilité de la "mondialisation" ! Il faut un nouveau commissaire et surtout une nouvelle commission moins libérale, plus en phase avec la situation de crise. La commission sortante a été incapable de répondre de façon rapide et efficace à la crise et elle continue de s’enferrer dans des orientations économiques criticables et dépassées. 


    • LE CHAT LE CHAT 25 novembre 2008 14:13

      avant d’avoir le poste qu’il occupe actuellement ,ce laquais de bush a collaboré avec les néocons  !
      http://french.peopledaily.com.cn/french/200303/19/fra20030319_60070.html

      à noter que comme les plus ultra libéraux , il est issu de l’extrême gauche !
      http://www.europe.bg/fr/htmls/page.php?id=543&category=223


      ça tombe , ceux qui vont voter pour le petit facteur ne savent pas que dans 30 ans , il sera un patron tout acquis au capitalisme ! smiley


      • sisyphe sisyphe 25 novembre 2008 22:34

        par LE CHAT 								 (IP:xxx.x28.247.148) le 25 novembre 2008 à 14H13 				 				
        				

        								
        				
        					avant d’avoir le poste qu’il occupe actuellement ,ce laquais de bush a collaboré avec les néocons !
        http://french.peopledaily.com....

        à noter que comme les plus ultra libéraux , il est issu de l’extrême gauche !

        C’est quoi, cette affirmation ? 

        Vous pouvez en citer beaucoup, ou vous dites ça, juste histoire de faire un effet ? 


      • katalizeur 25 novembre 2008 14:46

        @ jean paul doguet
        je n’ai pas les competence analytique que vous avec, cela je le reconnais.(je ne suis q’un maçon en batiment)

        mais je voudrai savoir de quelle europe il s’agit, ?
        je suis anti europe oui ; celle barroso et consort, pour laquelle je vous rappel a vous le democrate que le peuple Français a dit NON a une large majorité
        vous meprennez pour exemple :
         ANGLAIS SUEdois, islandais et tous les autres qui desirent se racrocher a l’euro, je suis entierement d’accord avec vous, et en faisant un peu d’ ampathie j’aurai fait comme font les elites qui gouvernent ces pays :ne sachant que faire,je m’accroche a ce qui me passe sous la main pour ne pas me noyer ; donc a l’euro J’ai un probleme de clavier, la suite plus tard


        • ouallonsnous 25 novembre 2008 23:12

          Ce n’est pas la peau de Barroso, mais celle de tous ces parasites se disant de l’Europe, agents de l’Empire néo-colonial hollando-anglais, qu’il faut avoir pour que l’Europe des peuples et des nations ai enfin une chance de voir le jour.


          • ouallonsnous 26 novembre 2008 00:11
            L’Europe fédérale et atlantiste est avant tout, un outil de l’hégémonie de l’impérialisme étasunien lui-même vassal de l’oligarchie financière monarchique et néo-colonialiste hollando-anglaise, sur le monde.

             Elle est complice de la mondialisation, de la vision unipolaire et des guerres, que celles-ci développent depuis des décennies. Cette domination agressive des USA aujourd’hui en déclin, et de ses vassaux, n’est plus une perspective tolérable par les peuples du monde dont la résistance contre leur ennemi commun, commence à converger dans une sorte de front anti-impérialiste, encore relativement informel.

            Aujourd’hui la donne politique internationale se modifie rapidement et en profondeur. La France doit se libérer de l’OTAN, cesser d’être la vassale des USA et rétablir son indépendance nationale. Il devient indispensable et urgent que l’ensemble des organisations, personnalités et militants, se réclamant de la République et de la souveraineté populaire, qui ont en commun pour objectif de changer la société en combattant pour le progrès social et la paix dans le monde, intègrent les nouvelles réalités de la situation mondiale dans leurs analyses.

             La volonté partagée au delà des différences de construire une nouvelle perspective de rassemblement populaire appelé à devenir majoritaire, en sera renforcée et les convergences clarifiées.

             Elle inspire sa démarche de rassemblement de l’exemple de la Résistance et de son esprit.Elle propose la réactualisation du programme du Conseil National de la Résistance qui, dans son essence, garde une grande modernité et une réelle capacité à répondre aux problèmes que connaît aujourd’hui la France républicaine.

            En conclusion, la peau de Barroso ou celle de la domesticité politico-médiatique du pouvoir des lobbys de l’oligarchie représentés à Bruxelles, nous n’en avons que faire, comme de ce qu’ils prétendent représenter qui a son essence au fin fond de la City, car la politique de la France doit être décidée par son peuple, à Paris et nulle part ailleurs !

            • beubeuh 5 décembre 2008 16:46

              C’est-à-dire par Sarko ? Super...


            • beubeuh 5 décembre 2008 17:10

              Je suis globalement d’accord avec le constat, mais je voudrais apporter quelques précisions. 

              "Échecs

              • Acharnement à vouloir faire entrer la Turquie malgré des conditions manquantes => Certes, mais il a un mandat pour cela, il y a des engagements diplomatiques décidés par les états à ce sujet.
              • Manque d’action pour créer une véritable politique d’immigration => la Commission n’a pratiquement aucune compétence en la matière. Il faut s’en prendre aux Etats. La seule initiative ayant un peu fonctionné (Frontex, coopération des garde-frontières) est coordonnée par le Commissaire Frattini.
              • Politique de communication superficielle et insuffisante face à la crise d’identité de l’UE. => Je dirais même communication désastreuse et nullissime. Aucun progrès dans la transparence.
              • Non-anticipation de la crise économique et financière => c’est vrai, mais il n’est pas le seul
              • Échec du cycle de Doha pour rediscuter des échanges économiques mondiaux => idem, il est arrivé sur la fin"
              Je voudrais ajouter :

              Succès :

              - application de plus en plus ferme de la législation anti-trust et lutte contre les abus de positions dominantes (Microsoft, fabricants de pièces auto). Protection des consommateurs avec les règlements REACH, EURO 5, etc.

              Bilan mitigé :

              - Maintient des aides structurelles "Convergence" (la France n’était pas assurée de les conserver) mais échec assez patent des stratégies de Lisbonne (rien à voir avec le traité) et surtout Göteborg. Cet échec remet en question l’avenir de ces aides après 2013.

              - ne s’est pas trop écrasé face à Sarkozy quand celui-ci a clairement outrepassé les règles (loi Hadopi, plan d’aide aux banques scandaleux). Aurait pu lui dire ces 4 vérités, cela ne lui aurait pas fait de mal. Mais Barroso pense surtout à rester en place, et fait aussi peu de politique que possible.

              Echecs

              - Adhésion de la Bulgarie dans des conditions catastrophiques. Pas très brillant avec la Roumanie non plus.

              - Absence totale de réaction sur les affaires des vols secrets de la CIA et des détentions illégales sur le sol européen.

              - Inaction complaisante et absence remarquable d’initiative sur des sujets sur lesquels il aurait pu agir plus efficacement comme les paradis fiscaux.

              - Absence de concertation et de transparence sur les politiques de voisinage et d’aide au développement. Aides aux pays africains attribuées sous conditions de réformes libérales (le responsable est Louis Michel).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès