Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Qui réveille les vieux démons ?

Qui réveille les vieux démons ?

Il y a des mots qu’il ne faut plus laisser passer. Les propositions de Hollande concernant l’économie « vont à contre courant des tendances européennes » on entend dire à la télévision. La preuve ? Mario Monti qui projette de « libérer l’économie italienne des toute contrainte de l’Etat ». Comparer un candidat à l’élection présidentielle à un technocrate imposé par l’Allemagne, produit d’un chantage inadmissible envers un pays membre constitue une hubris à la démocratie et au concept même d’indépendance nationale. Et il ya pire : le gouvernement allemand « désire » l’installation en Grèce d’un commissaire chargé du budget national qui « aurait un droit de veto sur les décisions du gouvernement grec qui ne vont pas dans le sens des objectifs des bailleurs internationaux ». 

Ce commissaire « serait nommé par les ministres de l’économie des pays de la zone euro » et aurait la responsabilité de « superviser le secteur dépenses du gouvernement grec ». D’après le Financial Times qui publie une copie de cette proposition, la proposition allemande considère cette nomination « comme un préalable au versement du deuxième paquet de sauvetage » qui prévoit 130 milliards d’euro, essentiellement destinés à combler la « démarche volontaire » d’abandon des exigences des bailleurs financiers vis-à-vis de la Grèce. Le texte de la proposition allemande, distribué aux ministères économiques des pays de la zone euro, et discuté aujourd’hui (Vendredi 28/1/2012) souligne que la Grèce doit accepter de céder son autonomie budgétaire à l’Europe, pour un « certain » temps. 

Par ailleurs le même texte prévoit qu’Athènes doit « faire voter au plus vite une loi qui engage en priorité ses recettes pour le remboursement des bailleurs. C’est la condition, selon ce texte, pour que le « Marché soit apaisé et rassuré ». Le Financial Times indique pour sa part qu’en Grèce on déclare « ne rien savoir sur ce texte » et qu’en Allemagne « on se refuse à tout commentaire ». Normal : le premier ministre grec Papadimos, imposé par la Troïca à la manière Mario Monti, préfère jouer aux ignorants, et l’Allemagne se lance désormais dans une politique qu’elle voudrait imposer en toute discrétion, sachant pertinemment que les échéances électorales, en France et en Grèce sont en train de prendre une allure de sanctions envers ses thèses d’orthodoxie bornée, d’autant plus que les résultats sont loin d’être au rendez-vous. En Allemagne - même des voix s’élèvent pour dire qu’une « Europe allemande » n’aurait que des désavantages, même du point de vue de l’économie.

Si, aux dires de Joschka Fischer, Madame Europe s’est transformée en Frau Germania, l’aspect convergeant de cette transformation est de plus en plus ressenti comme une mécanique imposée et autoritaire, et l’Allemagne n’aurait aucun intérêt à faire étalage d’arrogance voire même d’un « mépris historique » vis-à-vis de ses partenaires et encore moins vis-à-vis de la Grèce à qui elles doit en dédommagements de guerre et autres emprunts obligatoires la quasi totalité du montant de la dette grecque. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • lambda 28 janvier 2012 12:04

     comment parler des rencontres au sommet sans jamais parler de la mise en place de la dictature Européenne qui sera effective le 1er juillet 2012 à travers le traité MES (Mécanisme Européen de Stabilité) - Juppé l’a évoqué avec Hollande jeudi dernier - personne n’a relevé

    Il faut que les « manants » que nous sommes s’opposent à la signature de ce traité le 1er juillet

    Pour ceux qui ne connaissent pas le scandale des articles le concernant, voir lers liens

    http://francesudouest.wordpress.com/2011/10/19/mes-le-nouveau-dictateur-europeen/

    http://www.haoui.net/newsletter/2011/octobre18/exclusivite/index.html



    • Ariane Walter Ariane Walter 28 janvier 2012 12:35

      Ces salauds ont un grand avantage : une presse aux ordres. Qui s’étend de plus en plus. Le malheureux « Post » où régnait un beau foutoir mais aussi une certaine liberté est la dernière victime du journalisme aux ordres.

      ils ont aussi beaucoup progressé en ce qui concerne la manipulations des élections. Le temps n’est plus des faux bulletins de vote, il suffit d’intoxiquer les esprits en leur donnant l’illusion d’une gauche qui, aux US , avec Obama , est pire que la droite...

      Hollande est le dernier paquet cadeau.
      L’arrivée des super mario goldman sachs au pouvoir est un coup d’Etat.

      Ce sera la guerre civile ou subir...
      Et pour l’instant le peuple subit en faisant les soldes...


      • surfin 28 janvier 2012 16:40

        d’où l’illusion du mouvement des « indignés »

        historiquement, aucune réforme systémique progressiste n’a été obtenue sans action plus énergique que l’ « indignation » ...

        Hessel, dont un aïeul était banquier, sert le système

        j’ai demandé à Etienne Chouard comment réformer, sans violence (sans être l’avocat de la violence)

        Etienne Chouard n’a aucune solution ... comme s’il se satisfaisait du rôle d’observateur limité à un cercle restreint


      • chacaldu06 chacaldu06 28 janvier 2012 17:40

        Bonsoir à tous,

        Mainmise des banksters sur les Etats ...
        +
        Soutien d’une presse achetée, donc aux ordres...
        +
        Lavage de cerveau intensif par fenestron interposé...

        = Troupeau de veaux exploitables à merci...

        Pour aller plus vite, on sort Maddox de cabane et on le cloque à l’Elysée...

        Demain 20h10 : le nain TF1 et A2

         «   » "  : Zorro FR3 : lui au moins tient la route....

        @+


      • zelectron zelectron 28 janvier 2012 18:18

        Chouard, c’est le nouveau gourou ?


      • arnulf arnulf 30 janvier 2012 00:20

        Arrêtez ! Arrêtez de laisser entendre que les médias sont aux ordres. ça se saurait et ça se sait pas ou pas beaucoup mais si vous continuez tous comme ça vous n’aurez plus qu’une seule solution RÉSISTER.
        Ils vous disent de voter pour un des Dalton : Le petit : NS, le 2e FH (avec E. Joly), le 3e FB ( à qui E. Joly fait les yeux doux), et le(la) plus grand(e) MLP. C’est tout. Na !
        Pas de reflexion sinon vous n’aurez plus qu’une seule solution RÉSISTER.
        Taisez-vous subissez ! A la TV regardez des stupidités. Abrutissez-vous sinon vous n’aurez plus qu’une seule solution RÉSISTER.
        Ne décortiquez pas les programmes des candidats mais regardez et notez plutôt la couleur des chaussettes, le regard vif ou terne, le sourire conquérant ou forcé. Ne ratez pas la phrase qui évite avec un talent fou de répondre à vos interrogations sur votre avenir, celui de vos enfants, de vos amis, de vos voisins de la France car sinon vous n’aurez plus qu’une seule solution RESISTER.


      • communauthic communathic 30 janvier 2012 23:39

        La guerre civile ne me parait pas être un passage obligé vers la Liberté. 

        Prendre le pouvoir oui, mais en douceur. Le fruit est mûr, il faut le cueillir avant les élections.
        Français de toutes tendances unissez vous, fraternisez, éteignez vos télés, communiquez sur le net.


      • Michel Koutouzis Michel Koutouzis 28 janvier 2012 12:42

        « Les Allemands doivent aux Grecs au moins 575 milliards d’euros au titre de la seconde guerre mondiale. Les Allemands doivent beaucoup plus à la Grèce que les Grecs ne doivent à l’Allemagne  ». Jacques Delpla, ITV aux Echos, 22 juin 2011.


        • Ariane Walter Ariane Walter 28 janvier 2012 15:35

          On dirait qu’il y a des dettes qui ne se paient pas...Curieux...Faisons de même !


        • Radix Radix 28 janvier 2012 15:41

          Bonjour Mr Koutouzis

          En effet les allemands doivent beaucoup à la Grèce, mais les Italiens lui doivent encore plus !

          Le premier responsable de l’occupation allemande en Grèce est Mussolini !

          C’est parfois con l’histoire !

          Radix


        • Aldous Aldous 28 janvier 2012 18:26

          Il serait aussi utile de rappeler le scandale de corruption de Siemens en Grèce.


        • le poulpe entartré 29 janvier 2012 17:42

          Intéressant ! Sur quelle opération ?


        • jean-jacques rousseau 29 janvier 2012 23:26
           Il est faux de dire que « le premier responsable de l’occupation allemande en Grèce est Mussolini » puisque au mois de novembre 1940 le territoire grec est totalement libéré des forces italiennes. L’agression germanique du 6 mai 1941 intervient prés de 6 mois plus tard. Il s’agit donc d’une opération complètement indépendante sur le plan diplomatique et militaire et sous l’unique responsabilité de l’Allemagne.


          La guerre italo - grecque débute le 28 octobre 1940 , lorsque l’ambassadeur d’Italie en Grèce , Emanuele Grazzi présente un ultimatum au premier ministre grec , Ioànnis Metaxàs. Mussolini exige le libre passage de ses troupes afin d’occuper des sites stratégiques non définis sur le territoire grec. Metaxàs rejette l’ultimatum , l’Italie envahit la Grèce depuis l’Albanie avant même la fin de l’ultimatum.

          Les Italiens traversent la rivière Kalamas et se dirigent vers Ionnina , mais sont très vite repoussés avant d’être taillés en pieces et poursuivit par l’armée grecque , d’abord en Grèce même , puis sur le territoire albanais. Après 3 semaines d’offensive , le territoire grec est libéré et la contre - attaque se poursuit en territoire albanais. Celle - ci est menée avec succès par les Grecs , les renforts italiens n’ayant que peu d’effet. Korçë , la plus grande ville d’Albanie est prise par les Grecs le 13 novembre , Pogradec et Argyrokastro ou les italiens subissent une véritable correction le 4 décembre puis , Himarë le 24 et Kelcyre le 10 janvier.

          5- Seconde offensive italienne :

          Après des semaines de luttes infructueuses au cours de l’hiver 1940 - 1941 , l’Italie lance une seconde offensive le 9 mars 1941. Malgré la supériorité numérique de l’armée italienne , l’offensive échoue «  » lamentablement «  » de nouveau et après seulement une semaine et 12.000 tués , Mussolini met fin à cette catastrophique seconde offensive. Il quitte l’Albanie 12 jours plus tard et laisse à l’Allemagnele soin d’intervenir. Après 6 mois de combats contre l’Italie , l’armée grecque , bien que victorieuse , est épuisée et incapable de se dresser contre une éventuelle invasion allemande. De plus , la majeur partie de l’armée est massée en Albanie et ne peut lutter de façon efficace contre une nouvelle invasion


          Stratégie des troupes allemandes 
          Le plan d’attaque allemand est influencé par l’expérience de la bataille de France. Il repose sur l’hypothèse qu’après le conflit italo - grec , les Grecs manquent d’hommes pour défendre leurs frontières avec la Yougoslavie et la Bulgarie. Engager les divisions blindées directement vers les points les plus faibles de la défense devrait apporter la liberté de manoeuvre nécessaire pour s’enfoncer loin dans le territoire ennemi , davantage qu’en envoyant d’abord l’infanterie pour forcer l’accès aux défilés. Après avoir percé le système défensif du sud de la Yougoslavie , la ligne Metaxas se retrouverait débordée par les troupes allemandes entrant en Grèce depuis la Yougoslavie. La prise de Monastir et de la vallée de l’Axios se révèle essentielle dans la réalisation d’une telle stratégie.

          Le coup d’Etat en Yougoslavie apporte des changements soudains dans les plans allemands. La directive no 25 , reçue par le quartier général le matin de 28 mars 1941 , ordonne à la 12e armée de se regrouper de telle manière qu’une force constituée presque uniquement d’unités mobiles soit disponible pour attaquer Belgrade via Nis. Au soir du 5 avril toutes les troupes prévues pour l’invasion de la Yougoslavie et de la Grèce sont prêtes à passer à l’action.

          Le 6 avril 1941 à 5h30 , l’ambassadeur allemand à Athènes , le prince Erbach , remet une note au Premier ministre Alexandros Korizis. L’Allemagne annonce que la Grèce a violé la neutralité à laquelle elle était tenue et que par conséquent , les troupes allemandes sont entrées en territoire grec. L’armée allemande envahit ainsi le nord de la Grèce et lance simultanément une offensive contre la Yougoslavie.

          « Nous ne dirons pas que les Grecs combattent tels des héros, mais que les héros combattent tels des Grecs » Winston Churchill

        • HELIOS HELIOS 28 janvier 2012 17:18

          ... RAISON DE PLUS POUR NE VOTER NI POUR HOLLANDE, NI POUR SARKOZY EVIDEMENT !!!

          Si vous chercher pour qui voter, il y a d’autres choix, suivez mon regard....


        • nicolas flamel 28 janvier 2012 21:28

          Faire sa campagne présidentielle en France dans les jupons de la chancelière allemande ? Mein Gott, quel courage ! 

           

           


        • le poulpe entartré 29 janvier 2012 17:46

          Bien vu, son bilan est une catastrophe alors on sort le Grosseu Joker : la mère Merkel.

          Elle même prend ses instructions .......aux Etats Unis. La cinquième colonne est déjà là.

          Ne parlez pas de courage mais de lucidité : et c’est assez bien joué comme stratégie car en réalité : Er scheißt in seiner Hose.


        • communauthic communathic 30 janvier 2012 23:43

          « Le petit nicolas a perdu sa maman. Elle est attendue pour l’accompagner à son premier meeting »

          C’est pathétique.

        • communauthic communathic 31 janvier 2012 00:28

          Mais que vient faire « Grosse Berta » dans ce combat de gladiateurs franco-français ?

          Surtout que Nicolas est mort, c’est DSK qui devait prendre sa place. Mais DSK s’est suicidé. Pour garantir l’alternance et faire vivre la Démocratie, Bilderberg a choisi Hollande.
          Hollande sera président, même si Mélenchon lui mordille les mollets.
          Quant au président en exercice, vous avez vue la prestation Dimanche, a vouloir justifier l’injustifiable :
          • 0,1 % sur les transactions financières, quel courage
          • augmentation de la TVA à 80 jours des élections alors qu’elle ne sera applicable qu’en Octobre, pourquoi une telle précipitation, il avait 5 ans pour le faire
          Sarkosy s’est sabordé, il a laissé le champ libre à Hollande ; c’est écrit.
          Que vient faire Merkel dans cette galère ?
          Eh bien, je crois qu’elle vient faire son marché.
           Un bon débouché pour les milliards de monnaie fiduciaire toxique qui ont transités de la France à l’Allemagne. Les banques allemandes regorgent de cette monnaie de singe.
          En achetant nos derniers trésors, Sarkosy fait plaisir à l’Allemagne qui le lui rendra bien, Merkel revient au pays les bras chargés de tout ce que les allemands ont perdus à la dernière guerre, le tout payé en monnaie de singe et il coupe l’herbe sous les pieds à Hollande qui de toute façon sera remplacé rapidement par un commissaire Goldmann Sachs.
          Mais nous pouvons mettre un terme à cette mascarade, cessons de donner de l’importance à ce cirque. Il faut prendre le pouvoir avant les élections. Le fruit est mur.
          Unissons nous.Soyons solidaires, acceptons notre interdépendance et retrouvons notre vraie liberté.Il est temps d’éteindre la télé.


        • lebreton 28 janvier 2012 16:05

          Et le nain qui va chercher du soutien pour ses discours chez la boche ,si les français qui acceptent ça ne sont pas des fils de pute de collabo !!!! les anciens vont apprécier


          • Marco07 28 janvier 2012 16:36

            Guten tag !

            (je me met à l’Allemand en avance, dès que ça sera la langue officielle de l’Europe je serais en avance).

            La souveraineté de l’ultra-libéralisme est en avance, en prenant un peu de recul, on dirait que tout a été millimétré, et que jamais la main invisible du libéralisme n’a autant progressé.
            L’esclavage est de retour, d’une manière nettement plus subtil et les peuples ne sont plus les décideurs...

            A y penser, tout ça est rigolo. Sauf que c’est pas un film, ou un documentaire arte, c’est notre quotidien.

            AA+

            • casp casp 29 janvier 2012 00:23

              Ne soyez pas trop simpliste,
              l’Allemagne est la digue qui s’appuie discrètement sur la Russie et qui permet à l’Europe de ne pas être encore complètement sous dictature.
              Alors certes les allemands n’ont pas les même notions de la politique et de l’économie que nous et Md Merkel est de droite etc etc...

              Mais sans eux, la BCE aurait déjà transformé l’Euro en PQ depuis longtemps, et le coup de grâce aurait pu être donné à l’Europe une bonne fois pour toute. Le piège est gros ; mais je crois que les pays latins serait tombé dedans facilement, simplement pour ne pas déplaire au peuple.

              Je ne suis sûr de rien ; mais je ressent réellement derrière cette crise un affrontement géopolitique larvé, dans lequel les positions ne sont pas clair.

              Cette crise de la dette est un piège mortelle ; auquel il n’y a pas de réel issue. On ne peux pas annuler les dettes car cela relève de la psycologie de masse. On ne peux pas non plus rembourser les dettes puisceque le système même veux simplement, qu’on continue de s’endetter éternellement de façon raisonnable dans un monde ou tout le monde à confiance.

              Il n’y a donc aucune solution, la seule est de tenter de tenir debout le plus longtemps possible et de subir sans broncher la tempête, jusqu’au point d’orgue qui sera la fin du dollar, sans pour autant saborder le navire et en cela je trouve que l’Allemagne prend un cap bien plus courageux que ne l’aurait fait la France seule.


            • Marco07 29 janvier 2012 01:01
              Ne soyez pas trop simpliste,
              Ne soyez pas trop hautain.

              Mais sans eux, la BCE aurait déjà transformé l’Euro en PQ depuis longtemps, et le coup de grâce aurait pu être donné à l’Europe une bonne fois pour toute. 
              Une question de temps... Faut vraiment arrêter de mystifier les Allemands, sont très loin d’être rose, et pas en excellente posture.

              Cette crise de la dette est un piège mortelle ; auquel il n’y a pas de réel issue 
              Si, il y a plusieurs issues. Pas toutes avantageuses. La solution « tutelle Allemande » pour les Grecs pour tous (une série de mots doux pour dire perte de pouvoir) presque en cours pour les Grecs. Rien (j’en doute, ça va bouger). Un révolte (possible). Des défauts.
              Ces issues peuvent-être couplés.

              Il n’y a donc aucune solution, la seule est de tenter de tenir debout le plus longtemps possible et de subir sans broncher la tempête, jusqu’au point d’orgue qui sera la fin du dollar, sans pour autant saborder le navire et en cela je trouve que l’Allemagne prend un cap bien plus courageux que ne l’aurait fait la France seule.

              Je ne partage pas ce point de vue.
              Des solutions existent sans pour autant attendre la fin du dollars, l’euro est au bord du gouffre...

            • Richard Schneider Richard Schneider 28 janvier 2012 17:02

              à l’auteur :

              Bravo pour votre article !
              Je ne vais pas redire ce que d’autres ont déjà écrit mieux moi quant à la position hégémonique de Mekel et des banques allemandes en Europe !
              Une question : pourquoi les Grecs ne sortent-ils pas de l’Euroland ? Les conditions qu’on leur impose pour rembourser leur dette sont impossibles à tenir ...
              à orion :
              Tata Angela ne peut pas laisser tomber son petit Nicolas : elle a toujours été une vieille tante au grand-cœur ...
              Toutefois, elle est en ce moment au centre d’un grand débat au Bundestag et dans la Presse ; même son propre parti (la CDU) est divisé sur la politique européenne de Merkozy.

              • nicolas flamel 28 janvier 2012 22:37

                @ Richard Schneider

                Une vieille tante au grand coeur ? Sans doute plutôt une montreuse de marionettes controversée qui voudrait pouvoir assurer sa réélection de 2013 en accompagnant le numéro qu’elle se propose de venir faire en France d’une version soft et réactualisée du DEUTSCHLAND ÜBER ALLES en contrepoint de la 9ème symphonie de Beethoven.

                Soyons sérieux, Que faut-il attendre d’autre de son soutien ?., 

                Est-ce vraiment son avenir politique en ALLEMAGNE qui, pour le moment, concerne au premier chef les électeurs Français ?

                Sinon, de quoi se mèle-t’elle en venant prendre parti publiquement dans nos affaires franco-françaises ?

                 

                 


              • communauthic communauthic 6 février 2012 09:55

                Oui, c’est vrai pourquoi donc la Grêce ne sort-elle pas de cette Europe qui lui fait vivre cet enfer ?


                Parce que le peuple ne peut pas le faire seul, il lui faut des représentants qui ont le pouvoir de signer en son nom. Et qui décide en Grêce ?

                Il nous arrivera la même chose avant longtemps et si nous n’avons pas pris les devants, il sera trop tard. Un représentant goldman sachs ou JP Morgan viendra remplacer la marionnette du moment et c’est fini. Il sera trop tard, on ne pourra plus sortir de cet enfer.

                Français, unissez vous.

              • restezgroupir44 restezgroupir44 28 janvier 2012 17:23
                L’économie Allemande n’est pas aussi bonne que l’on nous le fait croire ! En effet le chômage allemand est au plus bas depuis vingt ans mais seul un emploi sur deux est en CDI. L’économie résiste face à la crise mais les bas salaires se multiplient accentuant les grandes disparités sociales. Et si le dialogue social triomphe dans l’industrie, il reste inexistant dans les services.

                Le gouvernement allemand a revu à la baisse sa prévision de croissance pour 2012, tout en assurant qu’une récession n’était pas à l’ordre du jour. Berlin attend désormais une faible croissance de 0,7 %, contre 1 % auparavant. 2012 marquera donc un très net coup de frein, après deux années fastes : +3,7 % en 2010 et +3 % en 2011. Et encore, certains économistes allemands jugent le gouvernement bien optimiste : Jörg Krämer, chef économiste de Commerzbank, attend une stagnation totale du PIB allemand cette année, tandis que Ben May, de Capital Economics, prévoit même une récession de 0,5 %.
                Source:DNA

                Il faut entendre la propagande Allemande contre la Grèce c’est du niveau de « GOEBBELS » c’est tout à fait honteux !


                • Roubachoff 29 janvier 2012 23:21

                  Absolument ! Le mépris des Allemands, même ceux qui se croient de gauche, pour les Grecs (et plus généralement les pays du Sud) rappelle de bien sinistres moments de l’histoire. Malheureusement, les nouvelles générations, gavées de discours lénifiants sur la grande amitié franco-allemande (un nouveau trésor national à ne pas perdre, selon le Nabot, qui ne se renouvelle pas beaucoup) ne veulent rien savoir de ces réalités-là. Etrange surdité collective qui a pour résultat l’incessante célébration d’une nation responsable de la plus grande boucherie de l’histoire, puis récompensée (pour des raisons peu glorieuses) à grands coups de millions de dollars et de tapes affectueuses dans le dos. L’Europe bâtie sur un mensonge finira comme se terminent toutes les escroqueries : dans le bruit et la fureur.


                • Aldous Aldous 28 janvier 2012 18:25

                  Excellent article comme toujours Michel.

                  La BCE, l’UE et le FMI est en train de reprendre les vielles recette collaborationnistes du nouvel ordre européen d’Hitler.


                  • Mor Aucon Mor Aucon 29 janvier 2012 11:39

                    Je ne peux pas ne pas vous le dire : vous êtes malade, vraiment !


                  • Mor Aucon Mor Aucon 30 janvier 2012 10:49

                    Ôcatarinetabellatchixtchix, quelle joie de retrouver votre correctissime flouté ! Excusez ce gueux de vouloir fréquenter les mêmes hautes féeriques sphères, gonflées de spiritualité vaporeuse, que vous. Auriez-vous entraîné un numéro de cirque avec Aldous ? Lui, fait le point Godewin, vous, vous jouissez ?


                  • Mor Aucon Mor Aucon 30 janvier 2012 16:42

                    Oui, bien sûr que si... Mais n’empêche que dès que vous lisez des incantations du genre « nouvel ordre européen d’Hitler » vous prenez vos deux pieds.


                  • Argo Argo 28 janvier 2012 19:37

                    Monti : imposé par l’Allemagne, et plébiscité par Goldman Sachs, ainsi que Papademos d’ailleurs. Dormez tranquille, tout le petit linge se lavera en famille. 


                    • letuyauteur 28 janvier 2012 19:51

                      Le plus triste dans tout ca , c’est qu’il n’y a que des exemples a suivre , l’exemple Allemand,demain l’exemple Chinois , Apres demain l’exemple Nord Coreen ?

                      En fait nos dirigeants n’ont aucune idee , juste des exemples...

                      • Antoine Diederick 28 janvier 2012 20:22

                        Bonsoir,

                        Cher Monsieur Koutouzis,

                        Vous avez raison de vous énerver.

                        Un bémol tout de même. Monti est un « mange petit », il veut libéraliser les secteurs suivant : le métier de chauffeur de taxi, les activités de pizzerias, les métiers de cafetiers etc....

                        Bref, rien qui soit essentiel à la bonne marche de l’économie d’un pays florissant....

                        Comme vous l’écrivez, il est juste là pour s’assurer que les banques ne subiront aucun dol.

                        Monti se souvient qu’il fut commissaire européen à la concurrence , il ne peut donc un bon apparatchik faire autrement ....que de cacher sous une doxa ridicule une impuissance réelle sinon celle du service commandé.


                        • Antoine Diederick 28 janvier 2012 20:23

                          l’Italie vaut mieux que cela et vaut mieux que le précédent..... smiley


                        • Antoine Diederick 28 janvier 2012 20:30

                          l’Allemagne est tout autant dans la panade que le reste des pays européens sauf que l’échelle des valeurs des PIB respectifs à chaque pays donne à certains pays plus de force d’intervention que d’autres pays européens. La Grèce ferait mieux de s’interroger avant....vous avez joué avec les brindilles dans les pinèdes de Jupiter.

                          En revanche , comme s’interrogent des parlementaires belges :« Pourquoi refuser aux Etats ce que l’on accorde aux banques ? ».

                          Enfin, comment accepter cette Europe qui nous tue alors qu’elle fut conçue pour nous sauver ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès