Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Samaras : la Grèce gouvernée enfin démocratiquement

Samaras : la Grèce gouvernée enfin démocratiquement

Soutenu par une coalition historique (Nouvelle démocratie et Pasok), Antonis Samaras devient le 185e Premier Ministre de la Grèce à la suite d’une succession de gouvernements instables et peu démocratiques. L’avenir du pays n’est certes pas tout rose… mais il est moins noir que ce que l’Union Européenne craignait. Petit retour sur l’histoire politique récente de la Grèce.

L’un des événements clefs de ce mois, entre autres, ce sont les élections législatives en Grèce. Elles se sont déroulées le 17 juin 2012. En fait, les Grecs n’en finissent pas de voter. Il faut reprendre à il y a au moins trois ans. Ou un peu plus.

Le gouvernement grec était alors dirigé par Kostas Caramanlis, du centre droit (le parti "Nouvelle démocratie"), depuis le 10 mars 2004, après sa victoire aux élections législatives. Il avait gagné sur le Premier Ministre sortant, Kostas Simitis, socialiste du Pasok, au pouvoir depuis le 22 janvier 1996 (son parti au pouvoir depuis le 13 octobre 1993 avec le retour d’Andréas Papandréou, vieux et malade, qui a démissionné cinq mois avant de mourir).

Kostas Simitis était en particulier contesté au sein de son parti car son rival, Giorgios Papandréou (le fils d’Andréas et petit-fils d’un grand homme d’État de la Grèce moderne), qui a pris la tête du Pasok le 7 janvier 2004, mais a perdu les élections législatives deux mois plus tard. Giorgios Papandréou avait proposé un référendum pour ratifier le Traité de Lisbonne en juin 2008.

Neveu d’un autre acteur historique de l’après-guerre, Konstantin Caramanlis (qui fut Premier Ministre et Président de la République plusieurs fois), Kostas Caramanlis fut aussi le plus jeune à diriger un gouvernement grec, à 47 ans (en France, il y a eu Laurent Fabius, 37ans).

Kostas Caramanlis arriva au pouvoir juste avant les jeux olympiques d’Athènes dans un contexte économique déplorable (chômage à plus de 11%). Il fut réélu le 16 septembre 2007 à la suite d’élections anticipées (il a dissout le parlement le 16 août 2007 à la suite d’une série d’incendies meurtriers qui a profondément touché la population).

Malgré un retour à la croissance et une réduction des déficits publics, son gouvernement ne réforma pas suffisamment l’État. Le 6 décembre 2008, des émeutes se sont déclenchées après la mort d’un adolescent de 15 ans par un policier.

Le climat politique devenant très difficile avec un chômage des jeunes très élevé, et pour avoir les mains libres pour réformer le pays, Kostas Caramanlis anticipa de nouvelles élections législatives qui ont eu lieu le 4 octobre 2009. Ce fut l’échec pour Nouvelle démocratie avec seulement 33,5% des voix. Le nombre de sièges acquis par son parti s’effondra à 91 (-60).

Avec 43,9% des voix, le Pasok en sortit largement gagnant avec 160 sièges (+58) sur 300 et son nouveau leader Giorgios Papandréou prit la tête du gouvernement le 6 octobre 2009. Il avait déjà été ministre dès l’âge de 36 ans dans un gouvernement de son père.

Sa décision la plus marquante fut de rendre les comptes publics moins opaques en présentant les vrais résultats, masqués par les gouvernements précédents, et ils étaient catastrophiques : le déficit public a atteint 13% du PIB pour 2009. Ces nouvelles informations furent vérifiées et confirmées par la Commission européenne.

Giorgios Papandréou a donc dû renoncer au programme socialiste sur lequel il a été élu pour appliquer une politique très dure d’austérité et réduire le déficit abyssal : réduction de la rémunération des fonctionnaires, allongement de l’âge de la retraite à 65 ans, augmentation de la TVA, création de nouveaux impôts etc. avec pour but de ramener le déficit en dessous de 3% du PIB en 2014.

La crise de la dette souveraine a commencé en début mai 2010 et n’est toujours pas résolue. Pays de la zone euro, la Grèce, par son déficit et sa nécessité d’emprunter, mettait alors en péril la monnaie unique. C’est sous le gouvernement socialo-communiste de Lionel Jospin en France et social-démocrate de Gerhard Schröder en Allemagne que l’Union Européenne avait souhaité intégrer la Grèce dans la zone euro, pour des raisons plus politiques que financières. Aujourd’hui, la situation est ce qu’elle est, ce fut une erreur mais revenir en arrière ne résoudra rien.

Des centaines de milliards furent trouvés avec les partenaires européens au fils des sommets européens "de la dernière chance" pendant ces deux dernières années. Le 15 juin 2011, la population grecque manifesta en masse contre les mesures d’austérité et contre ce qu’elle appellait le diktat de la Commission européenne et du FMI.

Pourtant, au contraire, ce fut grâce à l’Europe et au FMI que la Grèce a évité (plusieurs fois) la cessation de paiement. Les responsables de ce désastre financier sont d’abord les gouvernements grecs successifs qui ont toujours refusé de voir la réalité et ont continué à recruter des fonctionnaires et à pratiquer à la fuite en avant des finances publiques par un surendettement excessif.

Giorgios Papandréou souhaita alors former un gouvernement de coalition en incluant aussi le centre droit de Nouvelle démocratie, mais ce dernier refusa de s’impliquer dans une politique très impopulaire. Le 17 juin 2011, Giorgios Papandréou lâcha le Ministre des Finances très contesté, Giorgos Papakonstantinou, et le remplaça par son principal et imposant rival, Evangelos Venizelos (qui lui avait disputé la direction du Pasok quelques années auparavant).

Mais tous les efforts de l’Eurogroupe qui était parvenu à un accord d’aide à la Grèce le 26 octobre 2011 furent consumés lorsque Giorgios Papandréou, sans avertir ses partenaires européens, décida d’organiser un référendum le 31 octobre 2011. Le principe d’aller aux urnes était noble et démocratique mais très risqué d’un point de vue financier.

Giorgios Papandréou était dans une situation intenable : à la fois dépositaire d’un programme socialiste qui l’avait porté au pouvoir deux ans avant, comprenant les aspirations du peuple, et lucide sur la situation financière désastreuse et prenant ses responsabilités pour ne pas mettre son pays en faillite. Un grand écart dans l’impuissance.

Sous la pression de l’Union européenne, il renonça au référendum, obtint la confiance des parlementaires le 4 novembre 2011 et démissionna le 10 novembre 2011 au profit d’un gouvernement technique avec l’accord de l’opposition (dirigée par Antonis Samaras) et dirigé par l’universitaire Loukas Papadémos qui fut le gouverneur de la Banque de Grèce (1994-2002) puis le vice-président de la Banque centrale européenne (2002-2010).

Non seulement ce gouvernement fut composé de membres du Pasok et de Nouvelle démocratie, mais aussi d’autres partis du Parlement, notamment un d’extrême droite, l’Alliance populaire orthodoxe (15 sièges), ce qui fut sans précédent depuis la fin du régime des colonels.

Entre le 10 novembre 2011 et ce 20 juin 2012, le gouvernement grec n’a eu aucune légitimité démocratique. Ce changement aussi important de direction dans les affaires nationales s’est réalisé sans l’aval populaire. Ce fut le cas aussi quelques jours plus tard avec la nomination de l’universitaire et ancien commissaire européen Mario Monti à la tête du gouvernement italien le 16 novembre 2011 pour succéder à Silvio Berlusconi qui a dû démissionner à la suite d’une perte de confiance d’une partie de sa majorité.

Ce fut donc logique que le peuple grec se sentît à la fois frustré et trahi par les "gouvernants" devenus plus des "administrateurs" que des politiques pour leurs administrés.

Evangelos Venizelos quitta le Ministère des Finances trois jours après s’être emparé du leadership du Pasok le 18 mars 2012, afin de mener son parti à des élections législatives une nouvelle fois anticipées, mais pour cette fois, ces élections étaient absolument nécessaires en raison du grand écart pris avec la majorité socialiste.

Les élections du 6 mai 2012 furent un désastre électoral pour les deux partis de gouvernement. Le Pasok perdit 109 sièges avec 52 élus seulement (13,7% des voix) et se retrouva en troisième place. Si Nouvelle démocratie est parvenue à gagner 17 sièges avec 108 élus et s’est placée au premier rang électoral avec 36,0%, il lui fut impossible de constituer une majorité même en coalition avec le Pasok car celle-ci ne regrouperait que 149 députés sur 300.

Le vrai gagnant de ces élections fut le parti de la gauche radicale (Syriza) du jeune Alexis Tsipras (il aura bientôt 38 ans), le "Mélenchon grec", qui s’est hissé à la deuxième place avec 17,3% des voix et 52 sièges (soit un gain de 39 par rapport à 2009 où il avait recueilli 4,6% des voix).

yartiSamaras02

Le Pasok fut donc lourdement sanctionné mais l’Alliance populaire orthodoxe également qui a perdu tous ses sièges pour avoir participé au gouvernement Papadémos. Un parti ouvertement néo-nazi (son logo ne laisse aucun doute), Aube dorée, a même fait son entrée au Parlement avec 21 sièges et 7,0% des voix. Son président Nikolaos Michaloliakos n’a pas hésité à menacer : « L’heure de la peur a sonné pour les traîtres à la patrie. ».

Evangelos Venizelos, le leader du Pasok, fut d’abord chargé par le Président grec Karolos Papoulias de former un nouveau gouvernement. Après son échec, Alexis Tsipras fut lui aussi chargé de cette mission. En raison de l’émiettement des contestataires au sein du Parlement, il échoua également dans cette tentative et la dissolution fut prononcée.

En attendant, le président du Conseil d’État, Panagiotis Pikramménos, fut nommé Premier Ministre le 16 mai 2012 pour assurer les affaires courantes.

Les nouvelles élections législatives se sont déroulées le 17 juin 2012, le même jour que les élections législatives françaises et l’élection présidentielle égyptienne.

Pour le Pasok, ce fut la confirmation qu’il n’est plus le parti principal de la gauche en Grèce, perdant encore 8 sièges avec seulement 33 députés élus et 12,3% des voix. Le principal mouvement de gauche est désormais la coalition de la gauche radicale dirigée par Alexis Tsipras (Syriza) qui a progressé encore de 19 sièges avec 71 députés élus et surtout 26,9% des voix (il est passé ainsi en deux ans et demi de 4,6% à 26,9% et a laminé le parti communiste de Grèce qui s’est effondré de 8,5% à 4,5% en un mois !).

Aube dorée (parti néonazi) a confirmé son ancrage dans le paysage électoral grec avec 6,9% des voix et 18 sièges (il est le cinquième parti de Grèce).

Le véritable gagnant est Nouvelle démocratie qui a regagné petit à petit le terrain avec 29,7% des voix et 129 sièges (soit 21 de plus qu’en mai). Les 3% de différence avec Syriza lui a permis d'empocher la prime majoritaire (50 sièges). Ce fut donc très logique que le nouveau gouvernement soit maintenant dirigé par le centre droit.

yartiSamaras03

Le choix fut assez clair de privilégier la politique de rigueur et de maintien dans la zone euro par la mise en place d’une coalition composée de Nouvelle démocratie et du Pasok qui, à eux deux, détiennent 162 sièges, soit plus que la majorité absolue (151).

À 61 ans, Antonis Samaras, président de Nouvelle démocratie depuis le 30 novembre 2009, à la suite de l’échec électoral de Kostas Caramanlis et de sa victoire interne contre Dora Bakoyanni, a donc été nommé Premier Ministre ce 20 juin 2012 et a prêté serment devant le Président de la République.

La formation de son gouvernement, plus problématique qu’en France (Ayrault II a été nommé le 21 juin 2012), achève une période d’incertitude politique grave non seulement pour la Grèce mais pour toute l’Union Européenne.

Elle termine aussi une violation manifeste de la conception démocratique d’un gouvernement qui n’avait pas fait ce pour quoi le Parlement avait été élu.

Partisan des eurobonds, Antonis Samaras avait été Ministre des Finances en 1989, puis des Affaires étrangères de 1990 à 1992 avant de revenir dans le gouvernement de Kostas Caramanlis en 2009 à la Culture. Entre temps, en dissension avec Nouvelle démocratie, il avait quitté ce parti, créé un autre et finalement, était revenu au bercail.

Interviewé par "Paris Match" le 21 juin 2012, Antonis Samaras, qui était paradoxalement plus ou moins soutenu par le Président François Hollande (« Sur les mesures sociales et économiques, je pense que mon programme et celui de M. Hollande sont assez proches. »), n’a pas hésité à exprimer sa confiance en la France : « La Grèce sait qu’elle peut compter sur le soutien de la France, notamment pour discuter de politique européenne. ».

Le nouveau Premier Ministre grec n’a pas caché non plus sa grande joie d’avoir été compris de ses concitoyens : « Ce vote historique marque une étape cruciale : le peuple grec a montré qu’il choisissait l’Europe, qu’il acceptait les efforts pour rester dans l’euro. C’est un acte d’adhésion à l’unité européenne et à la stabilité. C’est aussi le signe que les Grecs, malgré les problèmes, font face à leurs responsabilités. Le peuple souffre dans des proportions inimaginables. Notre élection montre aussi qu’il va y avoir une lumière au bout du tunnel. ».

À noter que le nouveau Ministre grec des Finances, nommé le 21 juin 2012, est un banquier proche du Pasok et s’appelle …Vassilis Rapanos.

L’épreuve du feu sera pour le prochain sommet européen, dans quelques jours.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 juin 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Mauvaise Grèce ?
La construction européenne.
La croissance selon la BCE.
Les eurobonds.
Les premières émeutes à Athènes, en décembre 2008.
La victoire du Pasok le 4 octobre 2009.
Chronologie de la crise grecque (mai 2010).
La nomination de Papadémos (10 novembre 2011).

(Schémas provenant de Wikipédia).

 
yartiSamaras06

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.32/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • CHIMERE 23 juin 2012 09:08

    Combien vous paye GOLDMAN SACHS pour ce torchon ?


    • Pyrathome Pyrathome 23 juin 2012 15:18

      Même pas !! il fait ça gratuitement......c’est dire le niveau de lobotomisation de l’auteur !! smiley..
      Irrécupérable le guss !!...je compatis ! !..


    • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 23 juin 2012 12:05


      Honte !!!

      L’esclavage pour dette a besoin de nombreux capos...


      • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 23 juin 2012 12:27

        Pourquoi perdre votre temps à écrire ces articles touffus, inintéressants, que personne ne lit...


        Vous pourriez écrire des poèmes, des romans, des chansons... mais là quel gâchis...

        Et puis en l’espèce, c’est quoi un gouvernement peu démocratique par rapport à un gouvernement démocratique (il n’y a pas eu de changement de régime en Grèce ?)

        • Nums Nums 23 juin 2012 18:02

          Depuis belle lurette :


          - Je lis le titre.
          - Je regarde le score.
          - Je vais direct aux commentaires.
          - Eventuellement, je commente.

        • Nums Nums 23 juin 2012 18:06

          Suite :


          Là, Rako a vu que Samaras appartient au parti Nouvelle Démocratie et s’est dit : 

          Alors « Nouvelle », puis « Démocratie ». Mais oui mais c’est bien sûr :

          « La Grèce gouvernée enfin démocratiquement »

          D’où l’article et l’intérêt de l’écrire.

        • wesson wesson 23 juin 2012 14:35

          bonjour l’auteur, 

          c’est marrant que vous appeliez gouvernement démocratique une coalition hétéroclite qui n’existe que par la grâce de la campagne de terreur que les Grecs viennent de subir, et qui au passage ne représente pas 50% des votes exprimés.

          Le vrai point de clivage étant maintenant entre ceux qui sont pour l’austérité à la sauce commission Européenne, et ceux qui veulent en sortir. Les gouvernements Grecs ont rarement tenu pendant toute une législature, celui ci semble condamné à l’échec de manière encore plus rapide. Dès la rentrée et lorsque les nouvelles mesures d’austérité déjà décidé mais non encore appliquées vont rentrer en vigueur, ça va finir de laminer la ND, exactement de la même manière que ça a détruit le PASOK.

          Dans 6 mois - 1 an on revote en Grèce, et ce coup çi ce sera Syriza avec une majorité absolue à eux tout seul.

          • Pyrathome Pyrathome 23 juin 2012 15:15

            Dans 6 mois - 1 an on revote en Grèce, et ce coup çi ce sera Syriza avec une majorité absolue à eux tout seul.

            Salut wesson,

            On se demande combien de temps cet énergumène et ses acolytes vont t-ils tenir, allez, je dirais moins de 6 mois.....
            En tout cas, voilà un mec qui n’a pas peur de se faire passer la corde au coup dans peu de temps....


          • Pyrathome Pyrathome 23 juin 2012 15:39

            Le nouveau Premier Ministre grec n’a pas caché non plus sa grande joie d’avoir été compris de ses concitoyens ....
            Je serais curieux de savoir ce qu’en pense les Grecs......la gauche y est ultra majoritaire, et nul doute qu’ils doivent se sentir trahis à un tel point !!
            Remettre les mêmes ordures qui ont magouillé les chiffres pendant plus de 10 ans, qui ont pillé le peuple, menti comme des arracheurs de dent, et mis le pays à genou.....
            Le docteur Guillotin va ressusciter spécialement pour les Grecs, moi, je prédis un bain de sang....hélas !!


            • ALasverne ALasverne 24 juin 2012 12:29

              Cet article s’articule autour des tragiques dilemmes des grands hommes grecs, tous, par l’effet de leur immense talent, sortis des deux mêmes familles depuis des décennies.
              On peut penser que le temps de Lagarde et Michard est révolu, on peut aussi se reconnaître dans la souffrance d’un peuple qui nous ressemble, lui.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès