Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Sarkozy ne séduit que 12% des inscrits

Sarkozy ne séduit que 12% des inscrits

Quel succès ?

"Tout indique le très bon résultat de la majorité présidentielle. C’est la première fois depuis 1984 qu’un parti de la majorité présidentielle arrive en tête à des élections européennes, se réjouit le Premier ministre François Fillon. Ce succès, c’est d’abord la reconnaissance du travail accompli par la présidence française sous l’autorité du président de la République", juge-t-il. 
 
"Pour notre famille politique, c’est un succès. c’est la première fois depuis 1979 que notre famille politique arrive en tête, le paraphrase Rachida Dati, numéro 2 de la liste UMP en Île de France. C’est le succès aussi du président de la République".
 
Dans la famille des perroquets, on demande le porte-parle du gouvernement, Luc Chatel : "C’est la première fois depuis trente ans que les Français placent la majorité présidentielle en tête dans des élections européennes. Contrairement à ce qui a été évoqué pendant toute la campagne, il n’y a pas eu de vote sanction. Le référendum anti-Sarkozy a échoué. Ce résultat nous engage à changer d’Europe et nous donne davantage de responsabilité face à la crise que nous traversons. Il traduit aussi, pour les Français, la reconnaissance du travail effectué par le gouvernement." Il fallait avoir le triomphe modeste, paraît-il, instruction donnée directement par l’Élysée. Au fait, que dit exactement le communiqué de la présidence de la République elle-même ? "La majorité présidentielle a remporté hier un succès. Les Français ont marqué leur reconnaissance pour le travail accompli pendant la présidence française de l’Union européenne et leur soutien aux efforts engagés par le gouvernement pour sortir d’une crise mondiale sans précédent. Mais le président de la République sait les attentes des Français. Ce succès aux élections européennes commande d’aller plus loin. L’Europe doit changer. Les réformes doivent continuer. Le président de la République prendra dans les jours qui viennent des initiatives ouvrant de nouveaux chantiers".
rk
 
La palme du pire triomphalisme revient au ministre des relations avec le parlement, Roger Karoutchi : "Les Français ont renouvelé leur confiance à Nicolas Sarkozy et au gouvernement. (...) Au final, les Français plébiscitent la politique de réforme de Nicolas Sarkozy et de François Fillon et la vision que le chef de l’Etat a porté lors de sa présidence de l’Union européenne en 2008".

Bon. L’UMP a obtenu le score de 28% et arrive en tête. Ses représentants se réjouissent donc unanimement de ce succès et s’engagent à persévérer. Mais dans quelle voie au juste ? Pour que l’Europe change, affirment-ils, la main sur le cœur. À savoir qu’elle soit plus tamponprotectrice, moins libérale. Et comment entendent-ils réussir ce prodige, interdit par le traité de Lisbonne que leur chef a fait passer en fourbe, camouflant sous un fatras illisible une resucée du Traité constitutionnel européen rejeté par le référendum de 2005 ? Comment faire une Europe moins libérale alors que ce texte grave dans le marbre la concurrence libre et non faussée, l’obligation de l’unanimité pour toute harmonisation fiscale - avec nécessairement le vote pour du Luxembourg par exemple ! -, la liberté de circulation des capitaux ? "L’Europe doit changer. Les réformes doivent continuer", ne craint pas de dire Sarkozy, affirmant le contraire dans la deuxième phrase que ce que signifie la première. Parce qu’en quoi consistent donc ces fameuses "réformes" qui doivent continuer ? En la dérégulation, la diminution de la dépense publique, le démantèlement du droit du travail, la politique des cadeaux aux riches : c’est ça, faire changer l’Europe pour qu’elle soit plus protectrice ? Les Français sont-ils donc si abrutis qu’ils puissent croire un discours aussi absurde et hypocrite, au point d’accorder leurs suffrages au parti qui cumule tous les mensonges, comme son secrétaire général Xavier Bertrand l’a pleinement illustré lors du débat de France 2 juste avant le vote ?

bandeauMais au fait, en se vantant de sa victoire avec 28% des voix, l’UMP (avec ses satellites du Nouveau centre) omet un léger détail : elle était la seule formation à soutenir le Pouvoir. Combien réalisent donc alors ses opposants ? C’est la réflexion menée par Jean-Luc Parodi, du Centre de recherches de Sciences Po (Cevipof), interviewé par 20 minutes, qui s’étonne de "la manière dont l’UMP a gagné la bataille de l’interprétation des résultats. Il est vrai que le parti de la majorité envoie le plus d’élus au Parlement (30). Mais en termes de suffrages, la gauche, toutes familles confondues, fait mieux que la droite. Tout comme l’anti-sarkozysme (la gauche, le MoDem et dans une certaine mesure le FN), qui totalise près de 60% quand le parti du Président ne recueille que 28% des suffrages. Un chiffre assez proche, d’ailleurs, de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy. Cette élection n’est pas un succès pour le Président."

60Elle l’est d’autant moins que ce scrutin est caractérisé par une abstention historique de 60% ! Si bien que lorsque Karoutchi ose affirmer que "les Français plébiscitent la politique de réforme de Nicolas Sarkozy et de François Fillon", il ne parle en fait que de 28% des 40% qui sont allés voter. Le Pouvoir n’a donc finalement séduit que 12% des inscrits. Quel indéniable succès !


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • CastoR 9 juin 2009 12:02

    Et que dire alors des autres formations ?

     smiley


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 13:12

      Par définition, aucune n’a mobilisé vraiment l’électeur en sa faveur !


    • CastoR 9 juin 2009 15:05

      Par définition, c’est l’europe qui est perdante !

      Seuls 40 % ont voulu se mobiliser pour ce scrutin.
      Et comme 28 % de ces courageux-optimistes ont voté UMP, oui, c’est une victoire pour cette formation.

      Mais bien entendu, vous préférez mettre dans les intentions des non-votants une volonté qu’ils n’ont pas tous eue.


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:17

      Il n’y a pas de vainqueur.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 15:09

      @ Leon : Sont allés voter pour que rien ne change, d’abord une fraction de ceux qui ont leur idée faite et ne voient même pas que tout a déjà changé : la clientèle UMP vieillissante. Sont allés voter pour les changement, sans trop réfléchir à ce que devrait être VRAIMENT ce changement, les écolos utopiques et nostalgiques confondus. Les autre sont resté chez eux. 


      D’abord les gauchistes, qui ont vu que la gauche n’était pas une et n’avait pas de programmes, faisant le constat qu’elle ne gagnerait pas et que même ses idées n’avait l’inédit qui mérite une lecture attentive. 

      Ensuite, et c’est le plus grave, tous ceux qui ne croient plus que ce qu’ils pensent puisse infléchir le cours des choses. À ce titre, comment mieux exacerber la désaffection envers notre mode de gouvernance, que par ces élections à l’assemblée impuissante d’un ensemble auquel on a voté majoritairement de ne pas appartenir ?

      Il faut définir un nouveau paradigme - en espérant qu’il soit de gauche, mais rien n’est certain - puis mettre en place une vraie démocratie ou ne plus en parler pour un temps...



      Pierre JC Allard




    • snoopy86 9 juin 2009 19:09

      En 2007 les moins de 25 ans avaient voté à 42 % pour sarko, et les 25-34 ans à 57 % pour le même sarko

      Je vous concéde néanmoins que :

      « si on n’est pas socialiste à 20 ans c’est que l’on n’a pas de coeur, si on l’est encore à 40 c’est que l’on n’a pas de tête »
       Winston Churchill 


    • stephanemot stephanemot 10 juin 2009 02:19

      Moi ce qui me frappe, c’est la relative stabilite d’une election sur l’autre si l’on considere les 2 principaux partis.

      Je me suis amuse a comptabiliser les votes UMP et PS en 2004 et 2009 :
      UMP 2004-2009 : de 2.856.368 a 4.798.921
      PS 2004-2009 : de 4.960.756 a 2.837.674
      UMP+PS 2004-2009 : de 7.817.124 a 7.636.595

      Bien sur, il y a une baisse de 2.31% alors que le nombre d’inscrits explosait (+6.65% - Inscrits 2004-2009 : de 41.518.595 a 44.282.679), mais on sait que cette explosion bien au-dela de la croissance demographique est liee au formidable effort de mobilisation pour 2007 en reaction a 2002.

      L’UMP a su limiter la casse depuis 2007 pendant que le PS s’effondrait. Et l’effondrement du PS a d’ailleurs renforce l’UMP : au moins, avec Sarko les electeurs savaient a quoi s’attendre. Du Sarko.

      Le nombre de votants a progresse (de 17.752.603 en 2004 a 18.000.454 en 2009), et les ecolos ont logiquement recupere ceux qui cherchaient un programme alternatif mais coherent et serieux.

      Le PS doit reellement tourner la page de 2005 : 
      http://blogules.blogspot.com/2008/11/dmocratie-et-conservatisme.html


    • Lucrezia 10 juin 2009 07:17

      Exact, l’UMP n’a que des « VIEUX » et surtout que des TRES TRES RICHES électeurs, soit 12% des inscrits !


    • Shaytan666 Shaytan666 10 juin 2009 08:28

      Une seule solution pour faire barrage à Sarkozy, revenons au vote censitaire mais à l’envers, ceux qui gagnent plus de 1200€/mois sont automatiquement exclus du scrutin et tant qu’on y est réservons le vote aux personnes entre 18 et 50 ans.
      Un article et plus de 100 commentaires pour essayer de nous faire croire que ce n’est pas l’UMP qui a fait le maximum de voix aux élections ;


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 12 juin 2009 07:29

      @ Shaytan : je n’ai jamais dit ça. Vous êtes de mauvaise foi ou vous ne savez pas lire. Ou les deux.


    • morice morice 9 juin 2009 12:43

      excellent chiffrage : il plait à 1/10 eme de la population ? A mon avis, ce ne doit pas être aux plus pauvres...


      • Bois-Guisbert 9 juin 2009 18:52

        il plait à 1/10 eme de la population ? A mon avis, ce ne doit pas être aux plus pauvres...

        Quant au Parti socialiste, il plaît lui, à 1/15e de la population. A mon avis, ce ne doit pas être aux plus riches.

        Encore qu’avec les snobinards du XVIe qui carburent au beluga, au Krug millésimé et à « La Jeune Garde »*, il faille s’attendre à tout...

        *
        C’est la lutte finale qui commence,
        C’est la revanch’ de tous les meurt de faim
        C’est la révolution qui s’avance,
        Et qui sera victorieuse demain.  smiley smiley


      • morice morice 9 juin 2009 12:45

        Karoutchi va être viré, il sort un dernier coup de brosse à cirage, au cas où.. comme Rachida d’ailleurs.. le brossage, un moyen de garder son poste, c’est bien connu... au fait cette notation des ministres, ça en est où ? Ils ont perdu le carnet de notes ou quoi ?? ou la page est trop petite pour mettre des chiffres négatifs ?


        • Paradisial Paradisial 9 juin 2009 12:59

          La Liste Antisioniste n’avait pas comme particularité d’être religieuse ou communautariste, mais d’être le symbole d’une solidarité nationale, voire transnationale, du bien contre les forces du mal.

          Ses membres n’étaient pas partis aux élections comme étant des individus défendant chacun ses particularismes propres, mais plutôt comme citoyens français témoins d’une injustice, voulant exprimer leur fronde et leur opposition contre la main mise du sionisme sur les arcanes politiques, médiatiques, économiques et juridiques de la nation française, et sur des pays et des populations bien au-delà.

          C’est un fabuleux syncrétisme qui vient désormais de naître.

          Un syncrétisme qui n’a nullement peur ni du sionisme ni des sionistes qui veulent faire plier la nation devant les forces du mal. C’est un front d’opposition, de résistance et de libération

          C’est un syncrétisme qui n’est pas voué en premier lieux aux palestiniens, mais au français, à l’européen, et à tous les citoyens du monde au delà.

          Un syncrétisme qui veut prouver que ces véreux de politiciens politicards ne représentent qu’eux-mêmes et pas les nations auxquelles ils ont spolié les richesses, la liberté et la parole.

          Le sionisme est nu. Et il est vraiment très moche.

          Le sionisme est une idéologie raciste et racialiste, basée sur la spoliation, la dénégation, le mensonge, l’usurpation, le chantage et l’attaque des intégrités humaines de base.

          Le sionisme sévissant en France et en Occident est certes différent de celui sévissant en Palestine.

          Certes, il n’occupe pas une terre, ni ne fait des veuves et des orphelins. Le contraste est largement différent, mais l’idéologie maléfique reste la même.

          Les consciences publiques sont spoliées par des médias qui ont été kidnappés par des mercenaires de la guerre. Les philosophes sont devenus des filousophes passés maîtres dans l’art de la guerre psychologique, nous susurrant à une oreille l’inéluctabalité d’une guerre civilisationnelle que leurs faucons cherchent eux-mêmes à fomenter, et dans la seconde oreille l’impératif d’accepter un Nouvel Ordre Mondial ; un ordre de désordre auquel les civilisations feraient mieux de s’aliéner ; un ordre de désordre où il fera beau de brader les forces et richesses des civilisations, pour les dissoudre et les concentrer entrer les mains du lobby internationaliste bancaire et politicard ; un ordre de désordre où l’armée ne protège plus son citoyen, mais devient un mercenaire semant la désolation sur terre au profit des marchands du temple. La force de travail est bradée aux multinationales. La monnaie est uniformisée désormais sans aucun soucis de l’ex-légendaire rationalité économique, afin que le voleur puisse sautiller d’une nation à une autre sans se soucier de frontières, et vampiriser chaque nation sans se soucier non plus de taux de change, puisqu’il souhaite faire de la planète son tiroir de caisse. Et à toute la presse de ces mêmes banquiers armuriers de nous jouer en chœur les louanges de la servilité et de l’asservissement.

          Il n’y a que des drogués pour ne pas oser voir la réalité en face, et que des fourbes pour oser leur faire croire que les vrais éveillés ce sont eux les drogués.

          Aujourd’hui il n’y a pas qu’une Palestine, mais des Palestines, et il est temps de toutes les libérer, car l’antisionisme est un et indivisible, tout comme le sionisme.

          Comme le Comte de Monté Christo, jamais nous n’abdiquerons.

          La quenelle c’est l’Europe qui l’a eue, avec la montée de la droite déclomplexée.

          Les marchands du temple sont fous de joie. Ils pourront continuer à faire leurs petits business.

          Aujourd’hui ils fêtent devant la porte de Ponce Pilate la libération du criminel Barrabas.

          Mais viendra un jour celui qui renversera à nouveau toutes leurs étales.

          La Chevalerie Antisioniste reviendra.

          Vive La France Libre


          • RilaX RilaX 9 juin 2009 14:22

            J’adore votre expression « les forces du mal ».
            Je suppose, que par définition, les forces du mal sont constitués des méchants et par extension le parti anti-sionniste qui les combats sont donc les gentils.

            Et les bisounours, eux, ils sont dans quel camp ?


          • Paradisial Paradisial 9 juin 2009 15:22

            Rilax,

            Je vous conseille de débrancher votre décodeur, mon texte fut plus que clair.

            Quant aux bisounours, quand vous dormirez vous pourrez les interviewer. Je ne suis pas là pour rentrer dans votre intimité.


          • le-Joker le-joker 9 juin 2009 15:34

            Débranche avec ton coran Paradisial, ça ne prend pas en France.
            Le PAS est symbolique du racisme contenu dans le coran on comprend pourquoi tu t’y vautres allègrement.


          • kall kall 9 juin 2009 15:36

            J’suis paumé, moi !

            Je croyais que « les forces du mal » c’était les terroristes Islamiques (cf G. W. Bush)

            Mettez-vous d’accord !


          • Paradisial Paradisial 9 juin 2009 15:54

            Au Triste Jocker,

            « Le PAS est symbolique du racisme contenu dans le coran on comprend pourquoi tu t’y vautres allègrement. »

            Propos faciles à dire, impossibles à prouver, tout l’art de la mauvaise translation.

            Allo, tata Caroline Fourset, vous devriez ouvrir une école des translateurs. Le marché est très porteur.


          • mrdawson 9 juin 2009 19:23

            « Lorsque l’on n’a qu’un marteau on a tendance à voir tous les problèmes comme des clous »


          • Vinrouge 9 juin 2009 14:04


            Quand comprendrez vous enfin que les gens ne vont pas voter quand seules de telles nullités tiennent lieu de message ?
            Quand comprendrez vous que ce type d’opposition idiote, digne de la cour d’école ne sert que ceux qui racontent quelque chose, aussi détestable que ce soit ?
            Quand comprendrez vous qu’il est inutile de critiquer ainsi quand c’est pour mieux masquer le vide intersidéral de votre pensée ?
            J’ai bien peur que vous ne comprendrez que trop tard, que votre participation infantile au « débat » public ne fasse que le jeu de la médiocrité dans laquelle somme toute, et je le comprends, vous vous sentez si bien !


            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 14:16

              J’imagine que c’est à moi que s’adresse votre message confus. "Quand comprendrez vous que ce type d’opposition idiote, digne de la cour d’école ne sert que ceux qui racontent quelque chose, aussi détestable que ce soit ?« De quelle opposition parlez-vous ? »Quand comprendrez vous qu’il est inutile de critiquer ainsi quand c’est pour mieux masquer le vide intersidéral de votre pensée ?« Je ne sais pas si votre pensée à vous est emplie d’un vide intersidéral, mais vous n’avez pas compris mon texte : preuves chiffrées à l’appui, un chercheur du Cevipof affirme que cette élection n’est pas une victoire pour Sarkozy. Or tous les médias disent l’inverse. Donc je rectifie et remets les fier-à-bras de l’UMP à leur place. Parce qu’affirmer qu’il s’agit pour eux d’un succès est faux, tout simplement ! »J’ai bien peur que vous ne comprendrez que trop tard, que votre participation infantile au « débat » public ne fasse que le jeu de la médiocrité dans laquelle somme toute, et je le comprends, vous vous sentez si bien !" Justement, quand le débat public fait résonner la grosse caisse de la propagande du Pouvoir, il est citoyen de le dénoncer. Et vos invectives n’y changent rien.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 15:40

              @ Olivier Bonnet : 


              N’est-il pas évident que le peuple ne se reconnaît plus dans la démocratie que nous avons et ne se donne même plus la peine de censurer le pouvoir, convaincu qu’aucune des alternatives proposées ne ferait mieux ? Nous sommes dans la phase de désengagement qui précède les fin de régime. Corruption en haut, assistanat en bas, cynisme partout. Du pain et des jeux. Qui aujourd’hui, s’il le pouvait pouvait, ne vendrait pas son vote pour 1 000 euros ? A défaut des Gracques - je parle des originaux - vivement Caesar !



              Pierre JC Allard

            • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 17:16

              D’accord avec vous pour le début de votre commentaire mais je n’aime pas du tout votre « assistanat en bas » : dénoncer l’assistanat est une spécialité de la droite libérale et revient à laisser crever les gens. Ce n’est pas ma conception d’une société humaine.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 18:31


              La droite libérale dénonce la correction qu’impose la justice distributive à une structure inepte de répartition du travail et du revenu ; c’est la structure que je dénonce. L’assistanat est un palliatif, mais il n’est pas un bien en soi.
               
              Le « pain et les jeux », qu’on donnait au légionnaire retour du front, était l’expression d’une société qui, les esclaves produisant assez pour les riches, ne se préoccupait pas de mettre à profit la capacité productive de l’oisif qui n’aurait produit que pour lui-même... Il suffisait de le tenir tranquille. 

              Nous avons un parallèle avec la situation actuelle où, les Chinois et les machines suffisant à satisfaire les besoins de la classe bourgeoise, on néglige de mettre au travail le quart environ des travailleurs dont l’apport permettrait d’enrichir justement les classes moins favorisées. On se contente de leur donner le revenu d’assistanat nécessaire pour maintenir la demande effective.  Nous sommes dans une société moribonde

              Je vous invite à lire l’article en lien et les trois suivants


              Pierre JC Allard



            • le-Joker le-joker 9 juin 2009 14:18

              C’est amusant quand on perd le pourcentage est sur les inscrits quand on gagne il est sur le votants.....


              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 14:23

                La question est : s’agit-il d’un succès pour Sarkozy, comme tous les médias le disent ? Quelle est votre réponse ?


              • Lapa Lapa 9 juin 2009 14:57

                la réponse est oui évidemment.
                il s’agit d’un succès pour Sarkozy :
                Bayrou OUT
                Aubry contestée (retour de Royal)
                et le sous marin DCB en guest star pour foutre la merde.
                OUI incontestablement c’est une succès pour Sarkozy. C’est la crise, les manifs, la grogne... a entendre ce site c’est bientôt la révolution et le parti au pouvoir reste (de très loin) la plus grosse force politique du pays. Vous appelez ça une défaite ??

                Le OUF de soulagement qu’il ont du pousser ! 28% dans cette situation, imaginez le jour où sa côte va remonter !!!


              • CastoR 9 juin 2009 15:00

                Il me semble que les français ont asséné massivement leur désintérêt pour le scrutin européen.

                Presque aucune formation ne leur a expliqué en quoi voter pourrait changer leur vie.
                Quand on voit le spectacle pitoyable auquel se sont livrés certains de nos politiques, ce n’est d’ailleurs pas surprenant.

                Le chiffre de l’abstention est à prendre avec des pincettes et il me paraît abusif de n’en faire qu’un chiffre montrant le désaveu de la politique gouvernementale : la vérité est que beaucoup n’ont pas perçu l’enjeu et n’ont pas voulu sacrifier quelque occupation dominicale, bien que convaincus politiquement.

                Cette défaite de l’abstention est la défaite de tous les partis et non celle d’un seul.
                Seuls les mauvais perdants voudront y mettre des interprétations qui les arrangent.


              • le-Joker le-joker 9 juin 2009 15:38

                Si cela peut vous faire plaisir Olivier Bonnet je suis près à vous dire ce que vous avez envie d’entendre.
                Si ce n’est pas un succès pour l’UMP et une victoire pour l’écologie c’est avec certitude la déconfiture du reste des autres partis du PS au Front de Gauche.
                Ça vous convient comme réponse ?


              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 16:01

                @ Lapa : La plus belle des victoires sera quand plus personne du tout ne votera !


              • CastoR 9 juin 2009 16:07

                Olivier Bonnet,

                la plus belle victoire de la démocratie n’est pas dans le fait que tous les citoyens se reconnaissent dans un seul homme mais dans celui que tous les citoyens reconnaissent celui qui a été élu démocratiquement.


              • Marianne Marianne 9 juin 2009 19:45

                Texte de la Révolution n°9 : 

                « Riches et égoïstes,
                vous n’arrêterez pas plus le cours de la raison humaine, que celui du soleil ».

                Maximilien Robespierre
                (2 décembre 1792)

                http://www.prs12.com/spip.php?article974


              • Stéphane Bouleaux 9 juin 2009 14:19

                En effet , l’« ecrasante victoire » ressemble plus à un petard mouillé.

                12 % des votants, c’est la honte. C’est loin d’etre un consensus national.
                Les autres ne sont pas mieux lotis.

                Vous remarquerez d’ailleurs qu’aucun media ne cherche à comprendre l’abstention...
                On suit les ordres !


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 juin 2009 15:52

                  @ S.B et tous ceux qui se plaignent des chiffres L’abstention est l’affirmation de la docilité et les peuples dociles font les gouvernements heureux. Pourquoi Sarko devrait-il sauter haut quand la barre est basse ? Si vous étiez insatisfaits, ça se saurait..


                  Pierre JC Allard


                • Julius Julius 9 juin 2009 14:22

                  L’affirmation selon laquelle l’UMP est soutenu par seulement 12% des électeurs, cette affirmation est fausse. Cette affirmation suppose que tous les abstentionnistes vote contre l’UMP. Ce qui n’est certainement pas vrai. Parce que vous n’avez pas d’autres données, la seule valable d’estimation est que les abstentionnistes vote de la même manière que les électeurs actifs.


                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 14:26

                    Il est impossible d’évaluer pour qui auraient voté les abstentionnistes s’ils s’étaient déplacés. Mais revendiquer un succès quand on réunit 12% des inscrits, c’est totalement hypocrite. C’est tout ce que je dis. C’est la démocratie et l’Europe les grands perdants dans l’affaire. Mais quand on voit ce qu’ils ont fait du vote Non au référendum de 2005, il y a de quoi se détourner des urnes. Même si, pour ma part, j’ai voté.


                  • Julius Julius 9 juin 2009 14:41

                    Dans l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a obtenu 31% au premier tour et 53% au deuxième tour. Aujourd’hui, 28% pour l’UMP ne sont pas si différents (dans la période de crise !). Cela permet d’estimer que l’UMP aurait eu environ 50% dans le vote pour/contre.

                    En tout cas, l’UMP a obtenu beaucoup plus que toute autre partie seul. UMP est capable d’obtenir environ 50% du total des voix. Ils n’ont pas besoin d’une coalition pour cela. Aucune autre partie n’est dans cette situation ! Toutes les autres parties doivent faire une coalition avec l’opposition destructrice (extrême gauche).


                  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 9 juin 2009 14:54

                    Ce n’est pas l’extrême gauche qui saccage le service public en ne remplaçant pas un fonctionnaire sur deux, ce n’est pas elle qui s’attaque au droit du travail selon les intérêts du patronat, au détriment des travailleurs, ce n’est pas elle qui restreint les libertés publiques comme le dénoncent par exemple Amnesty International et la Ligue des droits de l’Homme, pas plus qu’elle ne s’adonne à la chasse aux étrangers. Destructrice, l’extrême gauche ? C’est surtout l’UMP qui l’est !


                  • Julius Julius 9 juin 2009 16:10

                    > Calculons autrement : quel est le pourcentage de votants favorables à Sarkozy ? 28%. Quel est le pourcentage de votants est opposée à Sarkozy ? 72% si on y inclut le modem, un peu plus de 60% si on ne l’inclut pas.

                    Mais non ! Ne pas voter ne signifie pas être antisarkozist.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès