Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Serbie, un tchetnik premier ministre

Serbie, un tchetnik premier ministre

Il y a quelques jours, le 27 avril 2014, Aleksandar Vučić a été élu par l'Assemblée nationale de Serbie président du gouvernement (premier ministre). 

Lors des élections du 16 mars, la liste qu'il conduisait « Un avenir auquel nous croyons », constituée du Parti progressiste serbe et de quatre petits partis de centre gauche, avait remporté 48,3 % des suffrages et obtenu 158 députés sur 250. Il s'agit d'un événement de première importance dans l'histoire serbe. En effet, Vučić est l'héritier des patriotes Tchetniks de Mihailović qui combattirent à la fois les occupants nazis et les communistes de Tito entre 1941 et 1945. Et c'est à cet ultra-nationaliste, qui obtient un résultat électoral franc et massif, qu'il incombe de faire avancer son pays vers l'intégration à l 'Union européenne.

Alexandre Vučić devient membre, en 1993, du Parti radical serbe de Vojislav Šešelj et, en 1995 à 25 ans, il est déjà secrétaire général du parti. En 1998, il est nommé ministre de l'Information dans le gouvernement de Mirko Marjanović, auquel participent le Parti socialiste de Serbie (communiste) de Slobodan Milošević et le Parti radical serbe (tchetnik). Il reconnaîtra plus tard qu'il avait tort et qu'il avait changé, en affirmant : « Je n'ai pas honte de confesser mes erreurs politiques ». Il est vrai que Šešelj, tchetnik auto-proclamé et supplétif du communiste Milosevic, aurait été désavoué avec mépris par l'anti-communiste radical qu'était Mihailović. Il est à son poste de ministre lors de la guerre du Kosovo qui fait, selon la Commission internationale des disparus, 9260 morts albanais et 2488 morts serbes. Cette guerre voit la Serbie isolée sur le plan international, à l'exception du soutien de la Russie d'Eltsine et d'Israël. Ariel Sharon, parlant des bombardements de l'OTAN, dit qu'il s'agit d'un « interventionnisme brutal » et autorise la Télévision serbe à utiliser le satellite israëlien Amos-1. La fonction de ministre de Vučić cesse le 24 octobre 2000, à la suite de la « révolution des bulldozers » qui évince Milošević du pouvoir. Après les élections de 2008, le Parti radical serbe se divise notamment sur la question de l'entrée de la Serbie dans l'Union européenne. 

En septembre 2008, Aleksandar Vučić rejoint le Parti progressiste serbe, scission pro-européenne du Parti radical. Après les élections législatives du 6 mai 2012, il devient premier vice-président du gouvernement de coalition d'Ivica Dačić (Parti socialiste ayant rejeté Milosevic et le communisme) et ministre de la Défense. Le 29 septembre 2012, il est élu président du Parti progressiste serbe. S'agissant du Kosovo, Vučić joue un rôle central dans les négociations avec Catherine Ashton pour l'adhésion de la Serbie à l'Union européenne, acceptant l'idée d'un accord avec le Kosovo comme condition préalable à cette adhésion. Le 29 janvier 2014, le président, Tomislav Nikolić dissout l'Assemblée et convoque des élections législatives anticipées pour le 16 mars, qui propulseront Aleksandar Vučić au pouvoir.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • popov 10 mai 2014 13:48

    Que la Serbie entre dans l’EU. Cela fera une voix de plus contre l’entrée de la Turquie, de la Bosnie, du Kosovo et de l’Albanie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès