Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Suisse : larme à gauche

Suisse : larme à gauche

Il n’y a pas que les Américains qui sont des cow-boys… Plus de 56% des Suisses refusent l’État de droit et préfèrent l’autodéfense.

Lorsque j’ai été convoqué pour effectuer mon service militaire, ma plus grande crainte fut l’utilisation d’une arme à feu. Une crainte très forte.

Je ne craignais pas de m’en servir contre d’improbables ennemis, mais peut-être contre moi-même, un jour de découragement. Car ce serait si facile d’attenter à sa vie avec une arme à feu, et comme je n’avais pas l’habitude de ces choses-là, je restais dans une inquiétude a priori.

Je craignais tout autant qu’un camarade à côté de moi fît ce même genre de bêtise. Je me souvenais avoir discuté du service militaire, quelques mois avant cette convocation, avec mon principal professeur d’université (je devais l’avoir au moins deux heures chaque matin) et il me racontait que son fils, qui était sorti d’une très bonne école (je crois que c’était Mines), s’était suicidé durant son service militaire, ne supportant pas la vie collectiviste du militaire.

Heureusement, non seulement je n’ai pas eu la tentation de me suicider, mais en plus, j’étais très performant dans le montage, démontage, nettoyage du fusil mitrailleur (famas et pm). Précisément, j’étais surtout rassuré par les procédures hautement sécurisantes sur la sortie d’armes et surtout de munitions de l’armurerie. Des procédures qui ont cependant eu des loupés il y a quelques années à Carcassonne (le 29 juin 2008, un accident a fait dix-sept blessés graves).

J’ai dû en tout faire trois ou quatre exercices de tirs à balles réelles, et les autres exercices étaient beaucoup moins risqués.

Une information que j’avais recueillie en octobre 2010, c’est qu’en Suisse, où la sécurité est une obsession nationale, chaque bidasse, après son service militaire obligatoire, doit garder son fusil mitrailleur chez lui. Ainsi, en cas d’attaque ennemie, la population pourrait se défendre partout où se trouveraient des habitants.

C’est simple : la Suisse fait partie, avec les États-Unis et le Yémen, des trois pays où il y a le plus fort taux de possession d’armes dans la population civile. Et là, ce sont des fusils mitrailleurs de guerre, capable de balancer une centaine de balles à la minute. Selon des estimations, deux millions trois cent mille armes seraient stockées au sein de la population dont près d’un million et demi d’armes anciennes. Un ménage sur trois posséderait une arme. Cette "tradition" date de 1874.

Hélas, la conséquence directe de cette réglementation, c’est que plusieurs centaines de jeunes se suicident chaque année en Suisse avec ces armes à feu. En 2008, deux cent cinquante-neuf décès provenaient d’armes à feu dont deux cent trente-neuf suicides. Si bien que des personnes engagées dans des associations ont commencé à réagir en 2009. Avec l’argument que l’ennemi qui envahirait la Suisse est très hypothétique : même Hitler y avait renoncé.

Du coup, avec la possibilité de faire des vrais référendums d’initiative populaire, certains ont fait signer une pétition pour la fin du stockage de ces armes chez l’habitant même. L’initiative avait reçu les cent mille signataires nécessaires pour contraindre le Conseil fédéral à organiser une "votation". C’était donc (selon moi) une bonne nouvelle et le référendum devait avoir lieu avant février 2011 : il a eu lieu justement ce dimanche 13 février 2011.

Des partis nationalistes (comme l’UDC) reconnaissent que l’ennemi est aujourd’hui indéterminé mais ils estiment que la possession d’armes dans chaque foyer est un signal à donner à cet ennemi invisible et refusent la modification de la procédure. Leur campagne a été même très primaire mais redoutablement efficace en martelant : « Désarmer les Suisses, c’est créer un monopole des armes pour les criminels et les étrangers. L’initiative menace la sécurité de la Suisse et de tous ses habitants honnêtes. ».

Même si les étrangers d’Europe sont victimes, eux, de trois fois moins de suicides dus aux armes à feu que les Helvètes. Les partisans de l'initiative ont par ailleurs rétorqué qu'il est très rare qu'on se défende avec son arme à feu contre un cambrioleur mais leur argumentation sur la supposée baisse des suicides n'a pas convaincu.

Parmi les plus opposants à l'initiative, il y a aussi les sociétés de tirs qui prennent en charge l'entraînement des tirs obligatoires des cent soixante-dix mille soldats suisses pour un marché annuel de huit millions sept cent mille francs suisses et qui craignent la fermeture de leur centaine de stands, en particulier dans les villages ruraux.

En octobre 2010, au moment où le référendum devenait inéluctable, les sondages indiquaient que 65% des Suisses souhaiteraient en effet supprimer les armes dans les habitations. La mesure avait donc de grandes chances d’être prise en compte par le vote populaire de dimanche dernier. Mais durant la campagne, l'écart n'a cessé de décroître dans les sondages jusqu'au 2 février 2011 où les intentions donnaient 47% en faveur de l'initiative et 45% contre avec 8% d'indécis.

Hélas, finalement, 56,3% de électeurs suisses ont rejeté l’initiative « pour la protection face à la violence des armes » considérant généralement que cette détention d’armes était un élément constitutif de l’identité suisse. Dix-sept cantons ont voté contre (en particulier Fribourg, le Valais et Lucerne) et seulement cinq pour (dont Neuchâtel, Vaud, Zurich et Bâle).

49,2% ont participé à cette consultation, ce qui correspond à une participation très élevée pour ce genre de référendum, notamment dans les cantons où il n'était organisé aucun autre scrutin. Les milieux urbains et les cantons francophones, en particulier Genève à 61%, ont approuvé cette mesure (interdiction de stocker les armes de service chez soi) mais les zones rurales ont massivement apporté une réponse négative (à plus des deux tiers des suffrages exprimés) sauf le Jura traditionnellement antimilitariste.

Le gouvernement fédéral avait appelé à voter non en estimant que des améliorations étaient en cours : les munitions doivent désormais être déposées à l’arsenal et un registre national des armes à feu va être mis en place.

Le juriste et criminologue de Lausanne Martin Killias conclut avec une note encourageante : « Il y a vingt ans, cette initiative aurait été balayée et c’est loin d’être le cas aujourd’hui. La gauche a mobilisé près de 45% de l’électorat en parlant de sécurité, un thème qui était l’apanage de la droite. Ce n’est pas si mal. ».

C’est aussi ce que pense Ueli Leuenberger, président des Verts suisses, qui ne se désarme pas : « Malgré cet échec, l’initiative a provoqué des petites évolutions. Il faut notamment encourager les citoyens à rendre volontairement les armes de leurs aïeuls. ».

La Suisse a quand même du mal à se moderniser, et c’est très dommage pour un pays qui m’est cher.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 février 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Carcassonne : où jouer avec les armes est dangereux.
Site officiel.

Documents joints à cet article

Suisse : larme à gauche

Moyenne des avis sur cet article :  1.45/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • Cocasse cocasse 14 février 2011 09:59

    Mettez les armes hors la loi, et seuls les hors la loi auront des armes.


    • pierrarnard 14 février 2011 10:56

      En France ou les armes sont interdites, la chasse tue 200 personnes bon an mal an et personne ne trouve rien à redire.

      Des types en arme dans les bois de la région parisienne le mercredi après midi au milieu des mômes en vélo, c’est la tradition...du moment qu’ils ont un permis tout va bien...


    • Triodus Triodus 14 février 2011 11:08

      ..plus le pastis-pinard du ’casse-croûte’ ça commence à faire un peu peur quand on en croise certains armés et visiblement très bourrés.

      Mais bon, chacun ses traditions..

       


    • pingveno 14 février 2011 11:15

      En France ou les armes sont interdites,

      Ou comment se laisser intoxiquer par les médias qui ne ratent pas une occasion de nous rappeler que les armes, cé pas bien.
      En France les armes ne sont pas interdites mais réglementées  :
      - contrairement à ce qu’on pourrait croire, certaines armes à feu sont en vente libre. Pourtant, arrêtez-moi si je me trompe, mais un pistolet à poudre noire est finalement bien plus dangereux pour son propriétaire que pour son adversaire éventuel.
      - autre exemple, la télé nous bassine sans cesse avec des flics qui tirent un peu trop facilement du flashball ; ce qu’elle oublie de dire c’est qu’acheter un flashball est légal, il faut juste un certificat médical - le problème étant que ce certificat concerne votre santé mentale, mais après, aucune obligation d’apprendre à s’en servir !

      Je suis assez d’accord avec la phrase de Cocasse.
      Mais j’ajouterais qu’au lieu de sur-réglementer la détention on ferait mieux de l’assortir d’obligations de formation. C’est quand même fort qu’on puisse acheter par internet un pistolet à poudre noire, le recevoir sans aucune notice, et que le centre de tir du coin estime qu’il n’a même pas la structure nécessaire pour vous apprendre à l’utiliser.
      Une arme n’est pas dangereuse en soi, c’est le type armé qui l’est, s’il a de mauvaises intentions... ou s’il ne sait pas s’en servir !


    • Cocasse cocasse 14 février 2011 11:28

      Pingveno, je suis globalement d’accord.
      L’accès à la possession d’armes devrait être plus accessible, avec une contrepartie, une sorte d’’équivalent du permis de conduire, en moins long et moins cher.
      Un permis de possession d’arme accessible à tout le monde, au cours duquel on apprend le maniement, la législation et les règles de sécurité.


    • pierrarnard 14 février 2011 12:02

      cela s’appelle le permis de chasse....


    • pingveno 14 février 2011 12:07

      Je pointais surtout l’incohérence entre la possibilité d’acheter librement des répliques d’armes anciennes, dont le maniement est particulièrement délicat (et qui donc ont plus de chances de vous sauter à la figure qu’à celle de votre agresseur), et le parcours du combattant pour acheter une arme récente, bien sécurisée, même quand on sait s’en servir.
      Globalement, je serais pour une diminution du nombre de catégories (pas facile de savoir si telle arme est en 1ere ou en 4e même pour un spécialiste) et au final, un minimum de formation pour les armes actuellement en vente libre en contrepartie d’un assouplissement pour les armes considérées comme les plus dangereuses.


    • pingveno 14 février 2011 12:12

      @pierranard : le permis de chasse n’autorise à acheter que des armes de chasse.
      Par contre, petite subtilité de la loi, on peut les conserver après expiration du permis mais plus acheter des munitions...
      Cela dit encore une fois rien ne t’empêche d’acheter un fusil à poudre noire sans permis, par contre sauf à l’utiliser non chargé pour effrayer un cambrioleur, mieux vaut savoir t’en servir et tu risques de trouver difficilement quelqu’un pour t’apprendre...


    • pierrarnard 14 février 2011 12:19

      Nous abordions le sujet via le fusil d’assaut suisse a domicile,et les suicides ou meurtres potentiels.
      les carabines de chasse sont largement aussi efficaces pour ces usages et on trouve dans les 1,5 M de foyers de chasseurs.


    • pingveno 14 février 2011 13:20

      Nous abordions le sujet via le fusil d’assaut suisse a domicile,

      Oui et ceux-ci ne sont pas accessibles avec un permis de chasse.

      et les suicides ou meurtres potentiels.
      les carabines de chasse sont largement aussi efficaces pour ces usages

      Mouais, à un détail près quand même. Un fusil de chasse ce n’est pas spécialement discret donc plus dur de commettre un meurtre avec qu’avec un pistolet bien caché. Et pour se suicider avec je me demande bien comment une personne seule peut arriver à le tenir sur la tempe.


    • zelectron zelectron 20 février 2011 17:53

      Et que faire quand l’armée et la police tirent sur une population désarmée de l’autre coté de la méditerranée ?


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 14 février 2011 10:05

      Anecdote : dans la campagne des opposants à l’initiative, un jeune Genevois s’est fait photographier dans le plus simple appareil. Il a eu visiblement du succès.


      • Fergus Fergus 14 février 2011 10:06

        Bonjour, Sylvain.

        Je regrette le résultat de cette « votation », mais de là à amalgamer les Suisses à ces cow-boys et prétendre que les habitants de ce pays préfèrent l’autodéfense, il y a un océan.

        Un océan qui montre que vous ne connaissez absolument pas la Suisse, ce qui vous permet d’en parler avec une telle désinvolture. Jusqu’à comparer la confédération avec le Yémen, on croît rêver !

        Allez donc faire un tour en Suisse, et vous constaterez que les fondements de cette tradition sont avant tout patriotiques et citoyens. Rien à voir avec les délires américains !


        • geo63 14 février 2011 10:36

          Bonjour Fergus,
          Je suis absolument d’accord avec votre remarque. Le fait de conserver et d’entretenir les armes à la maison est une véritable tradition historique, ceci est illustré en particulier par le vote des cantons ruraux en opposition avec les plus fortement urbanisés comme Zurich, Neuchâtel par exemple. Rien à voir avec cette « religion » des armes U.S.


        • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 14 février 2011 12:51

          Bonjour Fergus,

          D’accord avec votre commentaire, sans ressentir pour autant l’amalgame entre la Suisse et le Yemen ...

          Toutefois détrompez-vous, l’auteur Sylvain Rakotoarison est censé connaître la Suisse et pour cause : l’un de ses grands-pères Henri Benz était Suisse. Voir ici le très bel hommage que Sylvain avait rendu à son aïeul.

          Etant de nationalité suisse, j’ai voté en faveur de cette « initiative fédérale » et fais donc partie des perdants. Tout comme vous, je regrette également le résultat de cette votation, mais respecte cette décision démocratique dans laquelle le poids des traditions a joué un rôle très important et probablement sous-estimé à l’étranger.
          Les Suisses sont très attachés à la notion de « citoyen-soldat » et à la confiance que la Confédération leur témoigne en les rendant responsables de l’arme militaire qui leur a été confiée.

          Cordialement !


        • Fergus Fergus 14 février 2011 16:15

          Bonjour, Jean.

          Va pour les liens helvétiques de Sylvain, mais soit il n’a pas compris la mentalité et la culture profonde des Suisses, soit il a voulu faire de la provocation inutile.
           
          Cordiales salutations.


        • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 14 février 2011 17:25

          Petit rappel :

          La France et le Japon sont les champions du monde en terme de suicide. Et en France, ce sont les agriculteurs qui se suicident le plus. Les policiers ne sont pas très loin derrière.

          Ce n’est donc pas la détention d’arme qui incite au suicide. Mais il est vrai que cela facilite les choses.


        • Strawman Strawman 14 février 2011 10:10

          Qu’un individu suicidaire choisisse une arme à feu pour passer à l’acte, rien d’étonnant puisque la mort est plus rapide et moins douloureuse qu’avec la pendaison, l’intoxication au gaz, l’overdose de médicaments... Que les autres peuples aient trois fois moins de suicides par arme à feu, rien de surprenant non plus puisque faute d’arme à la maison, ils choisissent une autre méthode...
          En revanche, il n’y a aucune preuve à ce jour que la possession d’une arme à feu augmente la probabilité de suicide. Le taux de suicide en Suisse est même inférieur à celui de la France...


          • Talion Talion 14 février 2011 10:14

            Le fait que la population puisse détenir des armes (y compris des armes de guerre) est une assurance contre toute dérive totalitaire de leur gouvernement car ce dernier sait qu’en cas de migration vers l’autoritarisme il sera immédiatement renversé par les armes et que ses membres seront ensuite passés par le fil de l’épée.

            Lorsqu’un gouvernement cherche a désarmer la population, les signaux d’alarme passent tous au rouge !


            • Fergus Fergus 14 février 2011 11:10

              Bonjour, Talion.

              D’accord avec le début de votre commentaire. Dommage qu’il soit gâché par sa conclusion.


            • dom y loulou dom y loulou 14 février 2011 13:21

              exact talion


            • PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP PAS GLOP 14 février 2011 14:03

              je n’aurais pas dit mieux


            • Fergus Fergus 14 février 2011 16:21

              Les signaux d’alarme auraient par conséquent dû passer au rouge en Irlande lorsqu’il a été demandé aux combattants de tous bords de rendre leurs armes en Irlande du Nord !

              Et sans doute aussi ces les signaux d’alarme passeraient-ils tous au rouge si un président américain, passant outre l’influence de la NRA (National Rifle Association), débarrassait enfin les Etats-Unis de son délirant parc d’armement privé !

              Les mots ont un sens, de même que les idées qu’ils véhiculent !


            • MarcDS MarcDS 14 février 2011 10:22

              @l’auteur

              Vous écrivez «  les étrangers d’Europe (? ?) sont victimes, eux, de trois fois moins de suicides dus aux armes à feu que les Helvètes », mais avez-vous comparé les chiffres des suicides commis par d’autres moyens que les armes à feu ? Ou avez-vous comparé le taux de suicide en Suisse à celui d’autres pays européens ? Strawman renseigne le fait que ce taux est plus élevé en France qu’en Suisse.

              Plutôt que d’incriminer les armes à feu (auxquelles je suis pourtant opposé), il faudrait peut-être se demander quelles sont les causes sociologiques qui poussent de plus en plus de jeunes à se suicider dans des pays qui assurent pourtant un confort de vie incomparable par rapport à ce que connaît la toute grande majorité de l’humanité.


              • bakounine 14 février 2011 10:30

                Qu’il est doux pour un bourgeois, un maffieu, un voleur en col blanc de se rendre en Suisse !!
                C’est un peu l’Israel des juifs la Suisse, la différence c’est qu’elle n’accueil pas du religieux mais du riche, du tres riche tant qu’il a du pognon il est le bienvenue !!
                les suisses ne sont pas racistes, à partir du moment ou l’on repond à certains critères.........par contre rien à faire si vous ne correspondez pas.
                A la limite, il faudra d’ailleurs faire preuve de discretion si vous ne voulez pas finir plombé par une partie de sa population qui a su garder une certaine ideologie des années 30-40. 
                 


                • Nho 14 février 2011 10:59

                  En somme, si je vous comprend bien, un pays de juifs antisémites...


                • bakounine 14 février 2011 12:04

                  dommage vous m’avez mal compris !!

                  c’est un pays pour et seulement pour les riches, avec en toile de fond un racisme primaire profond........


                • dom y loulou dom y loulou 14 février 2011 13:20

                  voyez le raciste là où il est svp, qui aime bien mettree les gens en boîtes identitaires pour se rassurer lui-même, car il n’y a pas de suisses que vous puissiez ici désigner comme un seul aom, cela n’existe pas.


                • COVADONGA722 COVADONGA722 14 février 2011 10:35

                  yep , peut etre avons affaire à l’une des rares démocratie qui considere le peuple comme suffisement adulte pour etre armé , je vous rappele qu « en france seul les truands et les forces de l ordre sont armés le peuple citoyen est seul et nu contre toute forme de violence .Cerise sur le gateau les liberaux par orthodoxie capitaliste alliés au bobos de gauche par confort ont supprimé le service nationnal qui instruisait le peuple dans l
                  apprentissage des armes donc lui fournissait une capacité à resister .Dans cette société
                  de confort ou pour quelques droits » sans cesse rognés« on ne vous demande plus aucun devoir seule la »racaille" est en armes quand aux forces armées fautes d’avoir des citoyens sous les armes tot ou tard vous aurez des mercenaires commandés par des prétoriens.Dans ce Monde ou regne la griffe et le croc si notre auteur a vocation d’herbivore votre serviteur à repris le chemin du stand de tir.


                  • ZEN ZEN 14 février 2011 10:41

                    Ce que je crains, c’est que les Suisses sortent leurs couteaux(suisses)...pour défendre leurs chères banques


                    • Triodus Triodus 14 février 2011 10:51

                      Avant nos « chères » banques, nous avons une chère patrie et une chère liberté à défendre.

                      Cdt


                    • Nho 14 février 2011 10:56

                      Des fusils d’assault sans munitions. Une initiative bien étrange en réalité....


                      • pingveno 14 février 2011 11:22

                        Pourquoi ? Si je te pointe un fusil d’assaut sur la tempe, tu crois que tu sauras déterminer s’il est chargé ?
                        C’est là tout l’intérêt des armes d’alarme (tirant des balles à blanc), parfaitement légales en France. On ne les distingue des vraies que de près et en pleine lumière. Interdisez ces armes et comme en Angleterre, les cambrioleurs passeront directement au couteau (et probablement pas suisse), bien plus dangereux.

                        D’ailleurs en France on peut conserver certains fusils de chasse même après expiration du permis (ou suite à un héritage) mais on ne peut plus acheter de nouvelles balles. C’est me semble-t-il dans le même état d’esprit.


                      • Nho 14 février 2011 11:30

                        Là n’est pas la question. Pourquoi vouloir interdire des armes qui ne sont pas chargée, car les munitions restent à l’arsenal depuis quelques années. Quand au fusil d’assaut sur la tempe, n’oublie pas qu’on parle de la Suisse.


                      • pingveno 14 février 2011 12:02

                        Sur le premier point nous disons donc finalement la même chose : garder chez soi une arme neutralisée ou déchargée est une sécurité et en rien un danger.
                        Le deuxième point par contre j’avoue ne pas comprendre le sens de cette phrase...


                      • foufouille foufouille 14 février 2011 11:05

                        il faut preciser que les suisses doivent faire leur service militaire tous les ans


                        • ZEN ZEN 14 février 2011 11:07

                          Triodus helveticus
                          J’ai de la famille là-bas :
                          Delémont : c’est presque la France... smiley
                          Cdt


                          • Triodus Triodus 14 février 2011 11:18

                            Salut Zen,

                            Genève aussi c’est presque la France !

                            Attention tout de même pour nos amis qui ne connaissent pas bien la Suisse : les mentalités sont très différentes d’un canton à l’autre. Il y a 23 petites suisses en Suisse

                            Cdt


                          • joletaxi 14 février 2011 11:48

                            C’est fou ce que le peuple est bête !


                            Chaque fois qu’il vote,dans le seul pays européen où on lui demande son avis(à part certains coins d’Italie sur des domaines très limités),il décide exactement le contraire de ce que nos intellectuels,de gauche(on ne peut être intellectuel que de gauche) pensent (c’est la caractéristique d’un intellectuel de gauche) être la seule solution intelligente.

                            Ces racistes de suisses ont voté contre les minarets !Pourtant, quoi de plus sympa qu’un chalet surmonté d’un minaret.
                            Ces truands de suisses ont voté pour le maintien du secret bancaire.Ils ont même voté pour le maintien de leur armée.
                            Ces vampires de suisses accueillent les gens nantis.Allez donc comprendre comment les gens riches décident de quitter leur petit paradis pour un pays pareil.
                            Nous, au moins, on est des vrais démocrates.Nos dirigeants, phares de la pensée ne se commettent pas avec des dictateurs.On ne verra pas un honnête citoyen comme B.Tapie, se faire indemniser sur fonds publics,impensable chez les suisses.
                            Vraiment, que l’on en finisse avec ces mauvais élèves, ils finiraient par corrompre le troupeau bêlant .

                            • pingveno 14 février 2011 13:13

                              Ben, bientôt on pourra  : suffira de s’inscrire au service de police volontaire (aux dernières nouvelles ils pourront être armés)
                              Ou plutôt : on devra. Ayant été braqué par de faux policiers, sachant que le signe distinctif de cette future milice risque fort d’être peu visible, je risque de n’avoir d’autre choix que de braquer une arme pour identifier un vrai flic.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès