Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > To work or not to work ?

To work or not to work ?

« La sociale démocratie est un ensemble distinctif d’institutions et de politiques mutuellement cohérentes qui ont fonctionné de façon relativement efficace pour réduire à la fois l’insécurité et l’inégalité des revenus sans grands sacrifices en termes de croissance économique ou d’instabilité macro-économique. » Définition de Karl Ove Moene et Michael Wallerstein, cité par Christian ARNSPERGER, Ethique de l’existence post-capitaliste, p 268.(1)

Les récents événements en Grèce et la fermeture de magasins Carrefour en Belgique ne corroborent-ils pas cette définition avec éclat ? Les défenseurs de la social-démocratie ne devraient-ils pas en tirer des enseignements salutaires ? Le capitalisme ne sera jamais humain ou « éco-friendly ». L’essence du capitalisme c’est la rentabilité sur capital (return on capital), rien d’autre. C’est cet objectif qui prévaut sur tous les autres. Peu importe qu’on pollue, que des enfants crèvent ou que des gens perdent des emplois auxquels ils tiennent. C’est cet objectif aussi abject que conventionnel qui tient l’humanité en haleine. Le capitalisme, reflet de nos angoisses les plus profondes(2), ne fait de concessions que lorsqu’il se sent menacé. Maintient d’une classe laborieuse en état de produire et de consommer. N’était-ce pas la crainte de Bush fils peu après les événements du 11 septembre lorsqu’il exhortait le peuple américain à la consommation ? Maintient d’un salaire minimum aux nobles vertus « libératrices par la consommation ». N’est-ce pas une des raisons d’être de la lutte des classes et du mouvement syndical ? Maintient d’un système de sécurité sociale pour éviter le trop plein d’invalides et d’insatisfaits. N’était-ce pas la crainte majeure de la campagne de vaccination A/H1N1 ? La crainte de trouver trop de bureaux vides en même temps ? Ni trop, ni trop peu. Ni trop de chômage (NAIRU), ni trop de malades, ni trop de mécontents... juste le bon équilibre pour permettre au système de se maintenir et de maintenir l’ensemble de la force de production et de consommation dans l’illusion qu’elle est aux commandes. Notez par ailleurs que même les moyens de correction des dérives capitalistes, tels les hôpitaux, les pompiers, les prisons ou les vaccins, contribuent eux aussi à la maximisation du capital. Toutes les « externalités » capitalistes ont un coût qui gonfle le PIB et qui font tourner l’économie. Tout se paye, tout s’achète, tout se monnaie, c’est ça la social-démocratie capitaliste. Ce ne sont pas les velléités de protections publiques ou gouvernementales qui changeront quoi que ce soit à la règle d’or qui surplombe tout le modèle capitaliste : rentabilité du capital avant tout ! On n’agence pas le capitalisme, le capitalisme est tel qu’il est. Capitalisme et social-démocratie sont les deux faces d’une seule et même pièce de monnaie. Ils ne savent pas se blairer. Ils ne se comprennent pas. Et pourtant, ils ont besoin l’un de l’autre. Quand on dit que l’amour est proche de la haine.

Ces événements en Grèce ne sont-ils pas d’autant plus révoltants quand, au flash info suivant, on nous annonce fièrement que le secteur bancaire semble maintenant hors de danger (grâce à qui ?) et que les bonus des traders sont en hausse !? La Grèce, berceau des civilisations, mise à genou par ceux-là même que Socrate, Aristote et Platon dénonçaient déjà 400 ans avant J.-C. et qui ont causé la chute de l’empire !(3). Tyrannie des hommes de loi, des hommes de foi ou des hommes « moi je », peu importe, l’humanité semble n’avoir pas évolué d’un iota depuis plus de deux millénaires. C’est en connaissance de cause que Platon idéalisait le gestion de la cité par des rois philosophes.

Mais plus écœurant encore est cette manière qu’ont les eurocrates de récupérer à leur compte les déboires Grecs auxquels ils ont eux même contribué en fermant les yeux aux attaques sanglantes des spéculateurs(4). Sans scrupules et sans honte ils osent accuser la Grèce pour son manque de professionnalisme dans la gestion de son déficit public et la gestion de la crise. Ils décident donc de mettre la Grèce sous tutelle, grande première pour la zone Euro. Voilà donc la Grèce soumise aux pervers et barbares plans d’ajustement structurel du FMI(5) assaisonnés à la sauce Europe. Et, cerise sur le gâteau, sans consulter qui que se soit, on « profite de la crise » pour gentiment déplacer le dernier bastion de souveraineté nationale (domaine fiscal et budgétaire) de l’échelon national à l’échelon européen (4). Exit le principe de subsidiarité. Comme quoi l’analyse platonicienne des accointances et hypocrisies des hommes de pouvoir vaut toujours aujourd’hui.

Pas de capitalisme ne veut pas dire pas de production ou de consommation. Ca ne veut pas dire non plus, pas de marché ou pas d’argent. Pas de capitalisme veut simplement dire pas de rentabilité sur capital, pas d’intérêts, pas de rentes. Pas d’argent qui travaille ou qui fait des petits tout seul. Certains avancent la nécessité d’un mix idéal entre marché et Etat. Ils avancent souvent la nécessité impérieuse de replacer l’humain au centre de nos préoccupations ! Très bien mais quel humain ? Comme Platon l’a fait remarquer, les dérives sont de tout ordre. L’humain, c’est aussi Hiroshima, le massacre des indiens d’Amérique ou celui de la Saint-Barthélémy, le génocide Rwandais, Pol-Pot, Mao, Pinochet, Staline, Hitler, etc. Avant de vouloir changer la société et tout ce qui y participe, il faudrait aussi procéder à une sérieuse introspection ! Nous avons tous un petit assassin et un petit capitaliste qui sommeille en nous. Nous avons également tous un petit Gandhi ou un petit Bouddha qui sommeille en nous. Qui va gagner ? « Tout dépend de celui que tu nourris » pour reprendre la conclusion de la parabole du vieux Cherokee.

Dans tous ces milieux syndicalistes, vous pouvez être certain que si vous remplacez les patrons par les leaders syndicaux, le même cas de figure d’exploitation se reproduira. Concernant les grands critiques marxistes, il ne faut jamais oublier qu’ils émanent du même moule que la pensée économique actuelle. A l’image de Ricardo, Malthus ou Smith, Marx voit dans l’effort collectif de la « race humaine » contre la faim et la mort le facteur le plus fondamental expliquant la vie économique(6). Cette pensée économique classique a également été largement influencée par la pensée protestante évoquant le travail comme accomplissement divin. Luther voyait dans le travail le meilleur moyen de rendre grâce à Dieu. Les Calvinistes allaient même jusqu’à parler de salut par le travail(7). Il y a eu inversion, alors que le travail était initialement vu comme quelque chose d’avilissant et de dégradant, il a trouvé « ses titres de noblesse » depuis la révolution bourgeoise et cette fameuse pensée protestante du 18ème siècle.

Le monde qu’il est convenu d’appeler moderne à commencé par la levée de l’anathème sur le travail. La société industrielle toute entière vouée à la productivité à hissé le travail au rang de religion.(8) Pour Marx, c’est le travail qui distingue l’homme de l’animal. C’est faire bien peu de cas des modes d’organisation de sociétés telles celles des abeilles ou des fourmis, de l’acharnement du castor à construire ses barrages ou de celui de l’oiseau à fabriquer son nid à partir de branches et brindilles éparses. Marx est d’autant plus un fervent défenseur du travail que toute sa théorie économique repose sur la notion de valeur travail. Cette théorie lui cause d’ailleurs beaucoup de soucis pour tenter de justifier la valeur des ressources naturelles, celle des stocks ou celle des machines. Pour les ressources naturelles, Marx prétend qu’elle n’acquièrent une valeur que lorsque la main de l’homme y a touché. Marx pense aussi que l’accumulation de stock aboutit d’office à des crises de surproduction. Or les stocks existent depuis toujours et n’ont jamais constitué une menace pour le capitalisme(9). Enfin, pour tenter d’expliquer la valeur travail des machines, il dit que celle-ci est décomposable en valeur de travail humain. Or, ce n’est pas parce qu’il y a progrès technique et que l’on produit plus, que la demande est comprimée et qu’il y a baisse tendancielle du taux de profit. Au contraire, les progrès techniques peuvent apporter de nouveaux produits à la vente et booster la demande. Pour se justifier, Marx s’en sort par une pirouette tautologique qui affirme que c’est parce qu’il y a baisse de profit qu’il y a mécanisation, pour permettre aux entreprises de réduire leur coût salariaux. Entre les deux mon coeur balance... Tous les enseignements de Marx s’inscrivent dans le paradigme capitaliste qui sacralise le travail et la consommation (10). « On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré » (Albert EINSTEIN).

Selon de nouvelles estimations de l’OCDE le chômage continuera d’augmenter pendant une bonne partie de l’année 2010, avec un taux de chômage moyen proche de 10%, ce même taux était à 6,9% en mars. Selon Marc HALEVY dans son livre l’âge de la connaissance, 73% de la population active travaille exclusivement sur des informations et 80% de la valeur des produits marchands vient de la matière grise. C’est dire combien le paradigme d’analyse économique issu de la révolution industrielle et du travail mécanique est obsolète !

Il est urgent de revoir nos copies. Urgent de revoir notre conception de la richesse et de la valeur, notre rapport au travail et au sens de la vie, notre rapport au monde et aux autres.

 

Notes :

(1) Christian ARNSPERGER, Ethique de l’existence post-capitaliste, Paris, Editions du Cerf, 2009, p. 268.

(2) Christian ARNSPERGER, Critique de l’existence capitaliste, Paris, Editions du Cerf, 2005.

(3) Junon MONETA, Le néolibéralisme ? Un très vieux système... Pourquoi (faut-il) le combattre ?, France, Alter-Europa, 2008

(4) Gabriel COLLETIS, En Grèce comme ailleurs, l’alibi de la dette ?

(5) Quand le FMI fabrique la misère

(6) Christian ARNSPERGER, Ethique de l’existence post-capitaliste, Paris, Editions du Cerf, 2009, p 63.

(7) Didier LACAPELLE, manuel d’anti-économie, p. 19-20

(8) Courrier International N°968, du 20 au 27 mai 2009, Aimez-vous travailler, p. 38 à 43.

(9) Didier LACAPELLE, manuel d’anti-économie, p. 58 à 66

(10) Pour aller plus loin dans la critique Marxiste, lire Mathilde NIEL, Psychanalyse du Marxisme, Paris, Courrier du livre, 1967. Et aussi Didier LACAPELLE, manuel d’anti-économie, p. 58 à 66


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès