Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Tragédie grecque et comédie européenne

Tragédie grecque et comédie européenne

La monstrueuse parade du G20 vient donc de s'achever sur une dernière pantalonade, Berlusconi venant comme à Canossa demander la mise sous tutelle de l'Italie.

De toute évidence, ces gens ne sont pas seulement odieux, ils sont grotesques, le costume de Sarkozy définitivement trop grand pour lui est comme la métaphore de cette Europe trop grande pour eux et qu'ils voudraient abaisser et soumettre.

Dans l'introduction au I8 Brumaire de Louis Napoléon Bonaparte, Marx reprend et corrige la formule de Hegel : L' Histoire se répete toujours deux fois, d'abord comme une tragédie, puis comme une farce.

L'un des signes de l'abaissement de nôtre Temps est sans doute que nous n'ayons plus qu'un BHL comme témoin et faux témoin de surcroit pour tenir la chronique et chanter les exploits de ces misérables.

Par la ruine d'Athènes et la chute de Rome, ils voudraient préparer l'avénement des Royaumes barbares, ces gens ne sont que des Huns et des Vandales, ils n'apportent avec eux que la rapine et le pillage.

Les journalistes de la Tribune n'ont qu'un rapport très lointain avec le bolchévisme, voici pourtant comment l'un d'entre eux analyse le sort fait à la Grèce par l'Union européenne :

« Il est indéniable que la façon dont l'Union européenne et le FMI ont travaillé avec le gouvernement grec a donné l'impression qu'une partie de l'Europe voulait "punir" la Grèce en lui imposant un plan d'une austérité telle qu'aucune autre nation européenne n'aurait acceptée. Il est non moins clair que la troïka a oeuvré au moins autant pour envoyer des signes positifs aux marchés et aux agences de notation que pour calibrer au plus juste les sacrifices imposés aux Grecs.

Même si la décision de Papandréou est le fruit d'un calcul politique, elle est aussi dictée par l'immense désarroi de la nation grecque, qui se sent atteinte dans son indépendance et son honneur. » On ne saurait mieux dire si ce n'est que l'abaissement et l'humiliation de la Grèce préfigure ce qui attend tous les peuples d'Europe.

La « punition » infligée à la Grèce vient d'être promise à l'Italie, un plan d'une austérité telle qu'aucune autre nation européenne n'aurait acceptée....

Tout le problème étant que précisément les Grecs n'acceptent pas, que non seulement ils n'acceptent pas, mais vivent depuis un mois dans un état d'insurrection permanente contre laquelle tous les gouvernements sont condamnés à se fracasser.

Que Sarkozy et Lagarde aient aboyé leurs ordres et que Papandréou se soit couché devant ses maîtres ne change rien à la question de fond, le refus du peuple de se soumettre.

Les députés qui viennent de voter la confiance au Parlement grec sont désormais des paris dans leur pays, ils n'auront nulle part où aller pour échapper à la vindicte et à la colère d'un peuple humilié.

Le gouvernement qui vient d'ête constitué porte bien mal son nom de gouvernement d'unité nationale, c'est contre lui que l'unité nationale va se réaliser, celle de tout un peuple dressé contre l'Union européenne et le FMI.

C'est un gouvernement d'usurpation de la souveraineté populaire, un gouvernement de collaboration avec l'occupation étrangère, un gouvernement qui n'est plus un gouvernement mais un conseil d'administration du paiement de la Dette qui devra rendre compte de chacun de ses actes à cette Troika abbhorée par tout un peuple qui s'est toujours dressé quand il le fallait contre l'occupation étrangère.

Voici la manière dont Stathis Kouvelakis, spécialiste de la Grèce, rend compte de la situation tragique où est plongé le peuple grec

« Des seuils symboliques de protestation ont été franchis. Ce qu'il faut comprendre c'est que 80 % des Grecs ne savent pas comment ils vont boucler leur budget de novembre. Les taxes ont été multipliées par 10 ! Les élèves n'ont toujours pas de manuels scolaires depuis la rentrée. Cela n'est pas arrivé depuis la libération. Dans les hôpitaux, on demande aux patients d'aller chercher eux-mêmes les pansements et les aspirines dans les pharmacies. La population est complètement à bout. » Quelque soit les habiletés politiciennes, ca reste des tempêtes dans un verre d'eau. Il n'y a pas de stabilité, ni de stabilisation possible quand le minimum d'une vie normale est interrompue.(...)

Il n'y a pas de fatigue qui compte quand on n'a pas de quoi faire ses courses. La colère est énorme et peut prendre une forme aveugle. Il ne faut pas oublier que la population grecque n'est pas docile. C'est un chaudron. Une étape supplémentaire dans son explosion va inévitablement être franchie. Je ne sais pas sous quelle forme, je ne suis pas devin. »

En conclusion, je souhaiterais citer un extrait de la Déclaration des secrétaires nationaux du POI datée du 3 Novembre

« Personne n’est dupe. Quand Sarkozy (et avec lui Merkel, Obama et les dirigeants du capital financier international) exige du peuple grec qu’il renonce à toute souveraineté, tous les peuples d’Europe et du monde sont menacés. La brutalité de la mise en garde de Sarkozy vise, à travers le peuple grec, le peuple français lui-même puisqu’elle intervient la veille de l’annonce par Fillon d’un plan d’austérité renforcée.

Voila pourquoi le Parti ouvrier indépendant estime urgent que s’organise en France la mobilisation des travailleurs, des jeunes et de toute la population aux côtés des travailleurs grecs contre les représentants du capital financier et contre notre propre gouvernement de banqueroutiers et de spéculateurs.

Les travailleurs et le peuple grec ont le droit de dire non à un plan dicté par la troïka (FMI-Union européenne-BCE) qui ampute les salaires et les pensions (jusqu’à 40 % !), liquide des pans entiers de la fonction publique (30 000 licenciements immédiats), liquide toutes les conventions collectives dans le secteur privé, et veut réduire un peuple libre et souverain à un statut de peuple assujetti et misérable !

Le peuple grec, comme tous les peuples d’Europe, veut vivre libre. Il veut décider lui-même de son propre sort. Il refuse de se voir « sacrifier » sur l’autel des profiteurs, spéculateurs, banquiers et capitalistes du monde entier. Le peuple grec parle pour tous les peuples d’Europe en disant : « Cette dette n’est pas celle des travailleurs et des peuples. Que les capitalistes payent leur propre dette ! Que les banquiers et les spéculateurs payent l’addition de leurs opérations hasardeuses ! Nous ne reconnaissons à aucun gouvernement le droit de nous imposer leurs plans ! »

Documents joints à cet article

Tragédie grecque et comédie européenne

Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 5 novembre 2011 10:11

    merci rakosky de l’avoir écrit et superbement écrit. je n’ai pas eu le temps de le faire. Mais je suis comme vous dans une grande inquiétude et un grand désespoir.

    A la défense, les flics ont été plus intraitables qu’à Londres et new York.
    Il est vrai que nous sommes sous la dictature de ce petit mec qui discutait hier soir avec un autre guignol qui s’appelle obama.

    ka propagande éhontée de la presse est un scandale. Alors, là, plus d’illusion à avoir sur tous les grands titres en particulier « le nouvel obs de l’atlantique » et « le monde de Rothschild. »

    Nous sommes dans un état de défaite effroyable. Aussi Libyens que les Libyens de Syrte, auss Palestiniens que les malheureux à qui « on ne veut plus donner d’argent », aussi grecs que ce peuple Grec qui est vendu avant nous à une dictature libérale et politique.

    ,waterloo, waterloo, morne plaine,
    comme une onde qui bout dans une urne trop pleine...

    Oui, c’est vraiment Waterloo...
    Il pleuvait, il pleuvait.

    Sur quel media peut-on entendre la voix du peuple Grec ?
    Les Thénardier ont violé Cosette.


    • Brazouzen Brazouzen 5 novembre 2011 10:32

      Pareil !
      A t-on des exemples dans l’histoire de ce genre de situation ou tout ne finit pas dans le sang et la violence ???


    • rakosky rakosky 5 novembre 2011 12:07

      @Ariane Walter
      Cest le monde dans lequel nous entrons,la LIBYE rayée de la carte ,la Palestine qui n’en finit plus d’être humiliée avec des milliers de plants d’olivier arrachés,de nouvelles terres offertes à la colonisation,la démocratie selon BHL.
      Il y aussi la résistance,hier soir le Parlement grec était encore cerné par une foule innombrable venue en pleine nuit,nous verrons bien comment tout cela finira...


    • rakosky rakosky 5 novembre 2011 12:13

      @Braouzen
      Tout cela va très mal finir,Sarkozy et les autres ont fait le choix de la guerre civile,c’est d’eux que viendront les premières violences,il n’est qu’à voir la Libye ,ils sont prêts à tout pour mener jusqu’au bot leur plan d’asservissement .


    • Brazouzen Brazouzen 5 novembre 2011 12:44

      « c’est d’eux que viendront les premières violences.... »

      Ca me rappelle un film ou un vagabond « pepere » s’est fait emmerder par un sherif....la ville et son sherif finissent a feu et a sang...et le vagabond qui a tout pété fini par cette phrase :« c’est pas moi qui ai versé le premier sang,colonel.... »


    • bigglop bigglop 5 novembre 2011 18:00

      Bonjour à tous,

      Merci Rakowzki et Ariane vos analyses et notre Grand Timonier n’est pas à une contradiction près, car il affirmé, le 28 octobre, me semble-t-il, que "l’entrée de la Grèce dans l’Union Européenne a été une erreur" et aujourd’hui avec Merkel il hurle "il faut que la Grèce reste dans la zone euro, donc dans l’Union" et ils imposent la question d’un référendum grec qui, à mon avis, n’aura jamais lieu, vu la tournure des évènements.

      Mais qui dirige ce grand orchestre du G20 ?
      Certainement pas les Thénardiers (dixit Ariane) européens, Merkel et Sarkozy.
      Mais plutôt, les représentants très discrets des marchés financiers spéculatifs, des hedges funds, des fonds de pensions, du shadow banking
      B. Obama, représentant de l’ISDA (International Swaps and Derivatives Association) est arrivé pour distribuer les bons points à tous les participants et remettre un peu d’ordre dans cette cacophonie.

      Une rapide analyse du dispositif du FESF mis en place le 28/10/2011 pour démontrer qu’il est catastrophique :

      • l’abandon de créance de 50% par les banques européennes sera limité par l’obligation de recapitalisation des banques grecques aura une efficacité réelle de 19 à 27%. A l’issue de ce G20 inénarrable, il est passé à 60% alors que la provision devrait être de 100%.
        - la garantie de 20% de la première perte sur des obligations souveraines est insuffisante pour rassurer les marchés et les banques, à terme.
        - le renforcement du fond par un effet de levier est dangereux car il peut mener à la création d’une pyramide de Ponzi.
        -la création d’un "special purpose vehicle" ou Fonds Commun de Créances est un clone des supports à l’origine des ’subprimes"
        Après la mise en place du MES (Mécanisme Européen de Stabilité) qui devrait se faire très rapidement, certainement avant les présidentielles de 2012 (et non en juin 2013, comme prévu), nous serons livrés pieds et poings liés à une organisation supranationale européenne qui gèrera directement les budgets de tous les états européens.


      Sur la « démocratie européenne  »

      Je ne reviendrai pas sur la loi de 1973-Pompidou/Giscard, les Traités de Maastricht, Amsterdam, Nice et de Lisbonne (ex-TCE) marqué du sceau de l’infamie, de la forfaiture, notamment du PS.

      Une précision sur " l’astuce juridique " pour faire passer la création du FESF et du MES sans recourir à un référendum  :

      Après la crise de la dette de zone euro qui a conduit au renflouement des États membres de l’Union, il y eut des tentatives de réformer le fonctionnement de la zone euro en cas de crise. Cela a conduit à la création de mécanismes de renflouement : Fonds Européen de Stabilité Finacière (FESF) et le Mécanisme Européen de Stabilité Financière (MESF). Ceux-ci, conjointement avec le FMI, ont pour objectif de renflouer les États membres en difficulté. Toutefois, le FESF et le MESF étaient destinés à être temporaires (jusqu’à fin 2013) car ces deux mécanismes n’avaient aucun fondement juridique dans les traités de l’Union européenne.

      Afin de résoudre le problème du fondement juridique, le gouvernement allemand indiqua qu’un amendement au traité serait nécessaire. Cependant, après la ratification difficile du traité de, certains Lisbonne des hommes d’État se sont opposés à une modification du traité, notamment le gouvernement britannique qui s’opposait à des changements affectant le Royaume-Uni. C’est finalement avec le soutien du président français que l’Allemagne obtint l’aval du Conseil Européen d’octobre 2010.

      La proposition allemande demandait une modification minimale visant à renforcer les sanctions et à créer un mécanisme permanent de sauvetage. Cette modification minimale ne répondant toutefois pas à l’exigence allemande de sanctionner les manquements des États par la suspension du droit de vote. En effet, une telle exigence nécessiterait une modification plus importante du traité.

      Le 16 décembre 2010, le Conseil européen trouva un accord pour un amendement de deux lignes au traité, ce qui permit d’éviter la tenue de référendums. En effet, le Président du Conseil Européen, Hermann Von Rompuy fut chargé d’examiner les changements à travers la procédure de révision simplifiée (article 48 TFUE) La modification change simplement le Traité de Fonctionnement de l’Union Européenne pour permettre l’instauration d’un mécanisme permanent.

      Maintenant, quand j’entends politiques, journalistes, experts, parler de « démocratie », j’ai envie de sortir un 357 magnum (que je n’ai pas). A moins qu’ils ne parlent de " démocratie couchée"

      Comme disait un certain Coluche :

      « nos hommes politiques sont très gentils, ils nous laissent des libertés que s’ils nous les enlevaient on ne s’en apercevrait pas ».

      Cela résume parfaitement notre situation, aujourd’hui, dans laquelle nous avons une responsabilité à la fois individuelle et collective.

      ISDA
      http://www.worstlobby.eu/fr/2010/no...

      http://leblogalupus.com/2010/10/06/bale-iii-pousse-le-risque-vers-le-shadow-banking/

      MES

      http://www.courtfool.info/fr_MES_le_nouveau_dictateur_Europeen.htm

      http://blogs.mediapart.fr/edition/la-theorie-du-tout/article/261011/le-mecanisme-europeen-de-stabilite-pour-les-nuls-le-r




    • molotov Le sablier 6 novembre 2011 03:13

      indigné-vous, réveillez-vous !

      arreté tf1, lci, bfm, et les media alignés ,

      informez-vous par vos propres moyens. 


    • Brazouzen Brazouzen 5 novembre 2011 10:23

      Au final,Papandreou a obligé ses opposants,même ceux de son parti a assumer le plan d’austerité devant le peuple Grec....Ils ont tous hué Papandréou et son referendum,maintenant l’etape suivante c’est d’expliquer leur choix a un peuple plus qu’en colere qui est en train de comprendre qu’il doit se sacrifier pour sauver des banques allemandes et francaises,qu’il va devoir continuer d’emprunter a 18% pour que d’autres puissent le faire a 1 ou 3%....
      On a sauvé notre belle pyramide de ponzi.....pour cette fois.....le chateau de carte tiendra t-il encore longtemps ?L’armée et la police sont prete depuis bien longtemps,les textes pour les autoriser a nous combattre ne datent pas d’hier,c’est la preuve que la suite du scénario est innévitable...
      La politique de sarko c’est « coup de baton »,« tour de vis »,« cassé du social » ect.... a aucun moment cet incompetent n’a ete capable de creer de la richesse,il ne sait que gaspiller et faire de la com,vendre nos richesses comme des plats de lentilles,il voudrait nous faire payer a coup de batons ses propres resultats désastreux !un scandale !


      • dom y loulou dom y loulou 6 novembre 2011 13:28

        euh non, le réferendum a été annulé et il s’est sans doute fait huer aussi pour cela


        il s’est littéralement couché devant le petit gnome damné 

        et n’oublions pas la jolie panoplie de sous-marins achetés il y a qques mois... 

        tout est faux

        wall street et Londres sont faillite et banqueroute

        et personne ne le dit

        ils ont pillé l’or des allemands pour le donner à wall street

        ils embourbent toute l’europe juste pour continuer leurs massacres infames

        si doux aux Rothschild

        nous vivons une vraie abomination




      • JL JL1 5 novembre 2011 10:38

        Magnifique article, merci Rakosky.

        Oui, quand "Sarkozy (et avec lui Merkel, Obama et les dirigeants du capital financier international) exige du peuple grec qu’il renonce à toute souveraineté, tous les peuples d’Europe et du monde sont menacés."

        Oui, "La brutalité de la mise en garde de Sarkozy vise, à travers le peuple grec, le peuple français lui-même puisqu’elle intervient la veille de l’annonce par Fillon d’un plan d’austérité renforcée."

        Vous écrivez au début : "L’un des signes de l’abaissement de nôtre Temps est sans doute que nous n’ayons plus qu’un BHL comme témoin et faux témoin de surcroit pour tenir la chronique et chanter les exploits de ces misérables."

        Oui, BHL est à Marx ce que la farce est à la tragédie.

        BHL tout seul ? Non hélas :

        Je viens d’écouter la revue de Presse d’Yvan Levaï sur France Inter : il n’avait pas assez de mots pour encenser celui qu’il qualifiait de grand timonier de la mondialisation !

        En somme, Yvan Levaï sur France Inter c’est la Pravda du NWO, il suffit de comprendre le contraire de ce qu’il dit pour connaitre la température : quand il pleurniche c’est que tout va mal pour lui et ses copains ; quand il se frotte les mains, ça craint pour la démocratie !

        Bref, rien de nouveau sous le soleil : les médias qui comptent dans l’opinion sont toujours entre les mêmes mains. Rappelons à propos, cette très belle formule de Paul Valéry :  « Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’Opinion.


        • Ariane Walter Ariane Walter 5 novembre 2011 11:19

          Mille fois d’accord JL. Parfaitement dit. Levaï, le défenseur de DSK !!!!
          Moi aussi, je lis certains medias pour savoir qu’il faut en penser le contraire.


        • rakosky rakosky 5 novembre 2011 12:17

          @JL1
          Je crois ue malgré tous les mensonges les gens ont appris à se forger leur opinion
          Si nous sommes partagés c’est entre l’indifférence ,le mépris et l’hostilité,mais plus personne ne croit leurs mensonges


        • Fergus Fergus 5 novembre 2011 10:59

          Bonjour, Rakosky.

          Entièrement d’accord avec cet article, dont je salue la clairvoyance, et avec les commentaires qu’il a suscités de la part d’Ariane Waltyer, Brazouzen et JL1 (bonjour à eux). Rien à ajouter, sinon que, plus que jamais, la colère monte en moi. Il est urgent de virer tous ces pantins du grand capital qui, malgré quelques mots hypocrites en direction du droit des peuples, n’ont que mépris pour ces derniers, au point d’instaurer sans vergogne un Directoire totalement illégal en Europe. Le film qui se tourne sous nos yeux n’est pas « Main basse sur la ville », mais « Main basse sur le continent » !

          Cordialement.


          • Brazouzen Brazouzen 5 novembre 2011 11:27

            « la colere monte en moi »....

            Bon,bah je suis pas le seul...j’ai comme une boule(de feu) dans le ventre moi !
            Et le clou du spectacle avec Obama et un plan de rigueur a venir pour nous....va t-il faire marche arriere sur les niches coppé ou autres cadeaux aux tres riches sensés nous filer du taff comme on jettait de la bouffe aux gueux au moyen age ?non,on va bouffer de la taxe !encore une fois...heureusement qu’il etait le president du pouvoir d’achat avec ses zeros sdf dans 2 ans etc...et lui, comme un gamin, il palabre sur les epaules d’obama qui se fout de sa gueule ouvertement...mais c’est quoi ce cirque ??!!


          • rakosky rakosky 5 novembre 2011 12:20

            @Fergus
            Comme vous le dîtes,il y a urgence,cela devient même très vite une simple question de survie contre ces sauvages.


          • Nord 6 novembre 2011 07:55

            Salut Fergus,

            Oui, cent fois oui, la colère monte aussi en moi. Comme vous, je pense qu’il est urgent de virer tous ces pantins du gros argent et j’ajouterais, de les mettre définitivement hors d’état de nuire au monde d’en bas, le mien en tous cas.
            Mais dans cette hypothèse il faudra endurer de se faire accuser d’antisémitisme, n’est-ce-pas ?

            Dur, dur ! Que faire ? Tous les pendre ou bien laisser filer vers ces gris et brumeux paturages où, parait-il, le travail rend libre ?


          • Vilain petit canard Vilain petit canard 7 novembre 2011 09:32

            Idem pour moi !


          • Taverne Taverne 5 novembre 2011 16:31

            Main basse sur la télé pour les besoins de campagne de deux candidats. C’est une façon bien curieuse de considérer le rôle des médias et des journalistes. Ils ne nous ont absolument rien appris et pourtant il est toujours question de « pédagogie ».


            • rakosky rakosky 5 novembre 2011 22:37
              Après le sommet du G 20 Grèce, Italie, France... À BAS LES PLANS DE LA TROÏKA !

              Vendredi 4 novembre, le G 20 (sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des vingt pays les plus riches du monde) a, sous l’égide du président des Etats-Unis, débouché sur trois conséquences concrètes :
                En Grèce : soumis à un ultimatum du G 20, le Premier ministre Papandréou, membre du PASOK (Parti socialiste grec), renonce à son référendum et appelle à constituer un gouvernement de coalition.
              Le but recherché : face à la résistance acharnée de la classe ouvrière et de la population, tenter d’associer les organisations et partis à la mise en oeuvre du plan de la troïka FMI-Union européenne-BCE, un plan qui ampute salaires et pensions jusqu’à 40 %, liquide des pans entiers de la fonction publique (30 000 licenciements immédiats) et toutes les conventions collectives dans le secteur privé.
               En Italie : le pays est placé sous la tutelle directe du Fonds monétaire international qui contrôlera l’exécution de ses plans tous les trois mois.
               En France : un Conseil des ministres extraordinaire est convoqué le 7 novembre pour mettre au point le plan d’austérité.

              Au compte des spéculateurs et des capitalistes, G 20, FMI, Union européenne, Banque centrale européenne veulent assujettir tous les peuples à leurs diktats, piétinant ce qui reste de démocratie et de souveraineté !

              Mais ces institutions de destruction, et les gouvernements à leur service, se heurtent à la résistance des travailleurs et des peuples. Dans toute l’Europe, les travailleurs sont solidaires de leurs frères grecs qui, depuis des mois, et en dépit des obstacles auxquels ils sont confrontés, combattent avec acharnement pour empêcher le plan meurtrier.
              C’est d’ailleurs cette résistance, cette lutte de classe, en Grèce comme dans tous les pays, qui amène le G 20 (et en particulier Sarkozy) à lancer un appel au consensus (et même à l’union nationale) entre gauche et droite afin de faire appliquer dans chaque pays les exigences de la troïka. Dans le même objectif, le G 20 se prononce pour l’association des organisations ouvrières à ces plans et se félicite des conclusions communes du B 20 (business-20, les patrons des vingt pays les plus riches du monde) et du L 20 (Labour-20, les organisations syndicales des vingt pays les plus riches du monde).

              Dans cette situation, chacun et tous doivent faire face à leurs responsabilités.
               En Grèce, c’est par le moyen de la lutte de classe (grèves, manifestations, occupations...) que les travailleurs et la population cherchent les voies de l’unité et de l’indépendance de leurs organisations pour résister.
               En France aussi, les développements de la situation mettent chaque jour davantage à l’ordre du jour la lutte de classe, la réalisation de l’unité des travailleurs et de leurs organisations pour bloquer les plans d’austérité. C’est ainsi que s’ouvrira la voie de la reconquête de la souveraineté populaire et de la démocratie, ce qui exige de s’émanciper des carcans de l’Union européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI.

              la suite sur le site du Parti Ouvrier Indépendant


              • chapoutier 6 novembre 2011 01:16

                Le gouvernement français envisage, dans le cadre d’un nouveau plan d’austérité, de créer une deuxième « journée de solidarité », où les salariés travailleraient au bénéfice du budget de l’Etat, croit savoir le Journal du Dimanche.

                le gouvernement de la honte !


                • rakosky rakosky 6 novembre 2011 02:15

                  @chapoutier

                  Ce filou de Fillon,on est quelques uns à avoir une revanche à prendre contre lui depuis une certaine Réforme des retraites,ce serait un plaisir de lui faire mordre la poussière avant que les électeurs ne le fassent.
                  Cette journée de solidarité serait en faveur des personnes âgées qui n’en verront jamais la couleur,voila quelle est la situation des maisons de retraites exposée par un article du Parisien
                   C’est le Parisien dans son édition du 14/10/ qui rend compte des conditions dramatiques qui sont faites aux personnels et aux résidents.
                  L’article parle même de maltraitance institutionnelle
                  « Maltraitance institutionnelle »
                  « Certains jours, c’est le jardinier qui donne à manger aux personnes âgées car personne d’autre n’est disponible. » Et les grévistes d’égrener leurs anecdotes sur ce qu’ils nomment « la maltraitance institutionnelle » : les toilettes des personnes dépendantes « expédiées en quelques minutes alors qu’il en faudrait vingt », ou « ces résidents qu’on laisse au lit toute la journée parce qu’on n’a pas le temps de les lever ».
                  Voici comment la France de SARKOZY traite ses anciens,voici le prix terrible à payer pour le remboursement de la Dette,nous qui sommes pourtant très loin d’Athènes..


                • molotov Le sablier 6 novembre 2011 03:13

                  indigné-vous, réveillez-vous !

                  arreté tf1, lci, bfm, et les media alignés ,

                  informez-vous par vos propres moyens. 


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 7 novembre 2011 08:15

                    t’as raison, mais quelqu’un regarde tf1 ici ????


                  • cathy30 cathy30 6 novembre 2011 08:57

                    bonjour Rakosky
                    Une vidéo qui résume bien la guerre psychologique menée et cela depuis très longtemps.
                    http://brujitafr.over-blog.com/article-guerre-psychologique-video-s-t-88025133.html


                    • eric 6 novembre 2011 09:50

                      On a beau bien connaître les gauches française, on finit toujours un peu par se faire avoir.
                      Sous l’avalanche répétitive des « nous sommes bons,les autres sont mauvais, nous aimons les pauvres et nous feront payer les riches », on finirai, notamment sur des sujets comme la Grèce, par négliger que la gauche, se sont des lobbies égoïstes de bénéficiaires de la dépense publique, essentiellement soucieux de leurs intérêts de classe.

                      Évidemment on peut prétendre que les sondages sont déformés, qu’ils exagèrent. Peut on dire que les grandes tendances qu’ils indiquent soient systématiquement fausses ? Difficile quand cela rejoint tellement ce que l’on sait des uns et des autres, de leurs propositions programmatiques.

                      A cet égard un sondage repris par le nouvel obs. peu suspect d’être systématiquement critique des gauches remet bien les choses en place.
                      http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20111105.AFP7820/les-francais-ne-veulent-pas-payer-plus-pour-la-grece-selon-un-sondage.html

                      Favorable à aider la Grèce :
                      Electorat UMP 55%
                      Gauche 38%
                      FN 14%

                      L’UMP s’apprête à annoncer un plan de rigueur fort, peu populaire en période électorale (c’est entre autre à cause de cela que Giscard perdit). C’est cohérent avec l’idée d’aider les grecs.

                      Le FN : Il y en a qui sont surpris ?

                      La gauche ? Avec des caisses vides et un programme des crédits et des postes, on comprend bien que même minime, des économies sur le dos des grecs seront d’autant plus les bien venues qu’elles ne coûteront guère de voix...On comprend mieux pourquoi tant d’énergie pour convaincre que les grecs doivent absolument refuser le plan d’aide au nom de leur « souveraineté »..

                      C’est égal, on reste sans voix devant cette capacité à reculer sans cesse les limites de la tartufferie !


                      • eric 6 novembre 2011 10:24

                        PS (sic) http://www.lepoint.fr/economie/dette-pour-89-des-francais-l-argent-prete-a-la-grece-est-de-l-argent-perdu-05-11-2011-1392899_28.php
                        Même info traitée différemment paradoxalement dans Le Point : on y découvre que les électeurs Modem sont encore plus généreux que ceux de l’UMP : 60% pour aider la Grèce. Cela souligne au passage le parallélisme des vraies préoccupation sociales et de la vraie générosité de ces deux droites.
                        Mais le Point, lui, n’ose pas communiquer le score des gauches !
                        On se perd en conjectures... Le nouvel Obs virerait à droite ? Le Point donnerait des gages à Hollande.... ? Soutiendrait Bayrou ?


                        • rakosky rakosky 6 novembre 2011 12:46

                          @ eric
                          Monsieur,votre sondage n’a aucun sens parce qu’il n’a jamais été question d’aider la Grèce.
                          Selon les propres termes du FMI ou de la BCE,il s’agit de permettre à la Grèce de payer le capital et les intérêts de la DETTE .
                          Nous avons un Plan qui d’un côté impose des sacrifices épouvantables au peuple grec pour le bénéfice exclusif des banquiers et de l’autre des plans de rigueurs et des sacrifices pour renflouer les banques
                          Il faut que vous cessiez de mentir ,parce que votre nez s’allonge à chaque fois,ce qui est excellent pour chercher des truffes,mais ce n’est pas parmi les lecteurs d’agoravox que vous allez les trouver
                          Un dernier mot ,vous évoquez souvent en vous étranglant d’indignation des parasites et des profiteurs du système en parlant des fonctionnaires
                          Qui sont ces profiteurs ,nous voulons des noms ,les agents hospitaliers ,les professeurs,les instits ,les agents communaux ,les employés de ministère ????
                          Soyez heureux ,en Grèce,ils ferment les hôpitaux et des milliers de classes ont été fermées,si vous pouviez me confirmer que c’est bien cela que vous souhaitez pour notre pays


                        • eric 6 novembre 2011 13:00

                          Cela se confirme ! Avant même l’annonce, les syndicats de gauche s« indignent » par avance que le gouvernement puissent envisager une journée de travail gratuite pour faire face à la crise.... Pourtant, on peut rêver plus juste socialement puisque les détenteurs de très gros salaire paieront évidemment beaucoup plus. Qu’on se le dise, la gauche ne paiera pas pour la Grèce....


                        • JL JL1 6 novembre 2011 13:19

                          Qu’on se le dise : les Français pauvres ne paieront pas pour les Grecs riches.


                        • chapoutier 6 novembre 2011 13:26

                          eric
                          vous etes un parfait menteur et manipulateur

                          SEULS les salariés payeront, les rentiers, les banquiers et tous ceux qui ne sont pas salariés en seront exonérés d’offices .

                          ils s’agit bien du vol organisé d’une journée de salaire en « solidarité » avec les banquiers.

                          mais , y compris sur ce terrain, sarko entends ménager son électorat, les médecins, avocats etcetc en sont excus.


                        • rakosky rakosky 6 novembre 2011 13:56

                          @JL1
                          les Français pauvres ne paieront pas pour les Grecs riches.
                          Et ils auront bien raison,ceux qui veulent faire payer les Français pauvres sont les mêmes que ceux qui veulent affamer les Grecs


                        • babaro babaro 6 novembre 2011 15:10

                          @Eric

                          Il aurait été heureux que vous répondiez à cette remarque de bon sens de Rakosky :

                          « Monsieur, votre sondage n’a aucun sens parce qu’il n’a jamais été question d’aider la Grèce.
                          Selon les propres termes du FMI ou de la BCE,il s’agit de permettre à la Grèce de payer le capital et les intérêts de la DETTE
                          . »

                          Votre classement des partis dits « généreux » se trouve totalement décridibilisé et au contraire les 17% du FN montre une certaine maturité et un réel discernement, conscients qu’ils seraient que renflouer la dette des grecs sur notre propre endettement équivaudrait à tenter de remplir le « tonneau des danaïdes ».

                          Cette désinfo est de la pire espèce !


                        • rakosky rakosky 6 novembre 2011 17:09

                          @ babaro J’attends avec vous la réponse de ce Monsieur


                        • eric 6 novembre 2011 17:19

                          Incroyable ! Andromède se met à croire aux sondages manipulés par des médias à la solde d’un capitalisme lui même stipendié des élites ultralibérale anglo-saxonne...


                        • eric 6 novembre 2011 17:48

                          Raskozy : la question n’est évidemment pas là et il ne suffit pas de pleurnicher sur des fermetures d’écoles dés que l’on parle d’avoir un Etat plus efficace. La Suède n’a quasiment plus de fonctionnaires en tant que tel, a baisé de l’ordre de 20 points de PIB sa dépense publique et obtient les meilleurs résultat du monde en PISA sans parler des ses autres succès sociaux et économiques.
                          Or, ils vivent dans le même « système capitaliste », avec les mêmes banques et c’est donc bien les questions de l’organisation et de l’efficacité de l’Etat qui apparaissent comme discriminantes.

                          A 56% du PIB dépensé par l’État, l’argent est là Il n’est que de l’utiliser mieux.

                          Tous ceux qui refusent de se poser cette question font preuve d’un grand mépris pour la question sociale.


                        • eric 6 novembre 2011 18:08

                          Renseignez vous, les prochains 8 milliards de décembre sont nécessaire pour payer les salaires de la fonction publique. C’est d’ailleurs une des principales raisons pour laquelle la Grèce va adopter le plan européen.
                          A babao : merci de souligner les convergences FN gauche.
                          Cela étant je pense que vous avez raison, dans le cas du FN, la position est cohérente intellectuellement. Dans le cas des gauches prétexter des banques pour refuser d’aider un pays malgré la demande de leurs camarades de l’internationale socialiste pointe vers l’égoïsme plus que vers le nationalisme. Surtout quand on sait que le salaire moyen grec est au niveau de notre seuil de pauvreté et à la moitié du notre.

                          C’est toujours la même logique : pas question d’aider les plus pauvres que nous tant que nous ne seront pas débarrassé des plus riches que nous, et la différence centrale entre gauche et droite ; La droite n’aime pas la pauvreté et cherche à la diminuer. La gauche elle n’aime pas la richesse et reste assez indifférente aux pauvretés. D’ailleurs aujourd’hui encore, il y a quelques dizaines d’indignés à la défense et quelques milliers de chrétiens à distribuer des soupes de nuits.
                          bien sur : pas question de panser les blessures du système tant qu’on ne l’aura pas changé !

                          Dans un pays ou une petite moitié de la population paye l’IR, il est particulièrement significatif que les droites, réputées riches et donc imposables, soient prêtes à payer, là ou les gauches sont pour le moins réticentes....


                        • colza 6 novembre 2011 19:28

                          @ Eric

                          Le gouvernement a trouvé, rubis sur l"ongle, 10 milliards pour renflouer Dexia qui ne vaut plus un clou et qu’on devrait laisser crever dans son caniveau.
                          Ces dix milliards seraient beaucoup mieux employés à la dépense de l’Etat.
                          La Suéde a commencé ses réductions de train de vie par le sommet de la pyramide (train de vie des ministres notamment) ce qui a lui a sans doute permis d’être crédible pour le reste.

                          • Marc JUTIER Marc JUTIER 6 novembre 2011 11:48

                            La révolution non violente est en marche !

                            La prise de conscience des peuples est inéluctable.

                            Nous vivons une révolution paradigmatique, un changement de civilisation, c’est indéniable.

                            Je dis ce que je pense partout et tout le temps depuis des années et

                            la victoire des peuples contres les banksters ne fait aucun doute à mes yeux.

                            L’oligarchie (Bilderberg, trilatérale, etc) et leurs serviteurs (technocrates, économistes et journalistes) sont en train d’être démasqués.

                            Chers concitoyens, j’ai rassemblé ici quelques articles, vidéos et documents qui vous permettront d’avoir une vision plus claire de la situation.

                            http://www.lepost.fr/article/2011/11/05/2630758_la-revolution-non-violente-est-en-marche_1_0_1.html

                            10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution

                            http://www.syti.net/Revolution.html

                            merci de partager

                            Marc JUTIER


                            • BA 6 novembre 2011 12:37

                              Vendredi 4 novembre 2011 :

                               

                              Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,370 %. Record historique battu.

                               

                              Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Italie à rembourser ses dettes.

                               

                              Le graphique des taux de l’Italie montre que le quatrième domino va bientôt tomber.

                               

                              Après la Grèce, après l’Irlande, après le Portugal, c’est maintenant le domino italien qui va tomber.

                               

                              http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rakosky

rakosky
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès