Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Turquie : le grand rendez-vous manqué

Turquie : le grand rendez-vous manqué

Trop tôt ? trop tard ? Mal engagé ? L’Union européenne a accumulé toutes les bévues dans le processus d’adhésion de la Turquie. Laquelle s’intéresse à l’Europe depuis... 1959 ! Résultat : le pays qui était jadis le centre de l’Empire romain d’Orient va se tourner de plus en plus vers l’islam, et peut-être vers le plus radical.

Tous ceux qui parlent de la Turquie devraient, au minimum, avoir visité le pays. J’y suis allé il y a un peu plus d’une dizaine d’années. J’ai ainsi découvert l’un des pays qui recèlent le plus de trésors archéologiques au monde. On est surpris, en Cappadoce, par exemple, de découvrir des églises chrétiennes construites au Moyen Age à même la montagne. Rappelons que la mosquée Sainte Sophie était également une cathédrale avant la prise de pouvoir par les musulmans, en 1453. Ce qui n’est pas si lointain ! En tant que Français, en 1993, j’étais accueilli à bras ouverts. Les femmes voilées étaient rares, uniquement dans quelques quartiers d’Istanbul ou dans la ville sainte de Konya, célèbre pour ses derviches-tourneurs.

La Turquie laïque

Car la Turquie est laïque depuis les années 1920 et 1930, sous l’égide de Mustapha Kémal, dit Atatürk. Kémal a multiplié les réformes pour installer son pays dans le XXe siècle. Il a notamment imposé l’alphabet européen plutôt que l’arabe, il a contribué à émanciper les femmes, remis la religion à sa place, donné le droit de votre pour les femmes en 1923, soit... vingt-deux ans avant la France... Il a aussi légalisé l’alcool. Peut-être pas sa meilleure décision, puisqu’Atatürk est décédé prématurément d’une cirrhose du foie en 1938... Pays hautement stratégique, la Turquie, depuis l’Antiquité, a toujours oscillé entre l’Orient et l’Occident. Atatürk l’avait placée résolument dans le sillage de l’Europe, la république à l’occidentale étant son modèle. Le personnage a marqué : quand je m’y suis rendu, son portrait se trouvait encore dans la plupart des lieux publics. Dans les années 1990, la Turquie était le pays musulman le plus proche de nos valeurs occidentales, de la laïcité et de la démocratie. A la lumière de ce qui se passe aujourd’hui dans les banlieues, de la contagion de l’islam radical, les politiques clament vouloir promouvoir un islamisme modéré. Que diable ne l’ont-ils fait en donnant des réponses un peu plus concrètes à l’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne ?

Kurdes et Arméniens

Mais la Turquie souffre de plusieurs « péchés » aux yeux de l’Europe. D’abord, le fameux « génocide » arménien. Nul ne peut nier qu’en 1915, il y eut plusieurs centaines de milliers d’Arméniens massacrés. Est-ce pour autant un génocide ? A ce compte-là, l’éradication de la Vendée en 1794 (je ne suis pourtant pas villiériste, loin de là !) par les colonnes infernales de Thureau est un génocide, car les troupes bleues avaient pour consigne de tuer tous les Vendéens, que la Convention appelait tous des « brigands » sans aucune nuance, et ceci uniquement du fait de leur origine. Gracchus Babeuf, que l’on ne peut taxer de royaliste, fut le premier à parler de « populicide » à propos des massacres vendéens. Au passage, rappelons que le nom de Thureau reste toujours gravé sur l’Arc-de-Triomphe... D’autre part, le massacre arménien a eu lieu bien avant la transformation de la Turquie par Atatürk. Vous souvenez-vous du débat concernant l’Etat français sous Vichy ? De Gaulle et Mitterrand ont toujours refusé que les exactions vichyssoises soient imputées à la République. Les laïques turcs ne pourraient-ils pas utiliser le même argument à propos de l’Arménie ? Puisque l’on sait que la Turquie de 1915 n’avait rien à voir avec celle de 1930...

L’autre péché est la situation des Kurdes, à l’Est du pays. Sans contestation possible, la condition des Kurdes est effectivement déplorable. Il existe un ostracisme entre Turcs et Kurdes plutôt insupportable. Cela dit, les leaders de la communauté internationale se sont toujours opposés à un Etat kurde. C’est l’une des raisons pour lesquelles Bush père avait stoppé la guerre en Irak. En revanche, il est certain qu’il faudrait faire évoluer la Turquie vers une meilleure acceptation de sa minorité. Cela dit, les Turcs ont un peu infléchi leur position vis-à-vis des Kurdes. Il n’y a plus d’expédition punitive comme dans les années 1980, voire 1990, et le leader marxiste-léniniste kurde, Abdullah Öcalan, condamné à mort, ne sera vraisemblablement jamais exécuté.

Dans ces conditions, est-ce à la France de voter une loi condamnant la négation du génocide arménien ? Que sommes-nous pour donner des leçons, comme viennent de le faire nos députés ? Ne devrions-nous pas balayer un peu devant notre porte (Algérie, Harkis, etc.) avant de légiférer sur les massacres des autres ?

Depuis 1959

En attendant, la Turquie sonne à la porte de l’Europe. Et ceci depuis 1959, année de sa première démarche dans ce sens. Aujourd’hui, après tant de tergiversations, la question turque apparaît sans solution dans une Europe démobilisée. L’Union ayant voté l’élargissement de 15 à 25, puis à 27, de son propre chef, sans consultation, l’adhésion de la Turquie ne pourrait plus être comprise par les citoyens. L’Europe s’est mise dans une situation où elle n’a plus de choix, mis à part de faire patienter ou de s’en référer « au peuple français », comme dit S. Royal, un référendum étant prévu, dans le meilleur des cas, dans dix ans. Pourquoi avons-nous dû accepter les derniers élargissements, les assimiler par voix de presse, alors que nous avions été appelés à voter pour l’adhésion de la Grande-Bretagne par référendum ? Il aurait fallu sans doute créer plusieurs « cercles » d’adhérents, ainsi que certaines personnalités politiques l’avaient envisagé après le refus du TCE. D’un certain point de vue, la Turquie respecte (respectait ?) davantage nos valeurs européennes que la Pologne, qui entretient une quasi-religion d’état avec l’extrême droite aux portes du pouvoir.

Et pendant ce temps-là, la Turquie continue à trépigner devant nos portes. Soixante millions d’habitants sont en train d’osciller entre l’Occident et l’Orient... Avec un peu de discernement et de clairvoyance, l’adhésion de la Turquie à « un deuxième cercle » de l’Union aurait été un signal fort, notamment pour notre population de religion musulmane. Hélas ! Aux dernières nouvelles, en Turquie, c’est maintenant l’Orient, ou plutôt la culture islamiste, qui l’emporte. L’Europe répète les mêmes erreurs avec les Ottomans que les USA avec les Iraniens en 1978. On voit ce que cela donne. Bien loin des Mille et une nuits, les princes turcs qui sont aujourd’hui populaires,entre Istanbul et Ankara, portent turban, barbe longue, Coran dans la poche, et conservatisme dans la tête.


Moyenne des avis sur cet article :  3.34/5   (118 votes)




Réagissez à l'article

149 réactions à cet article    


  • Darkfox (---.---.141.125) 17 octobre 2006 14:17

    Je pense que vous oubliez une chose... les sous qui vous seront distribués ... car l Europe c est surtout le jackpot pour les pays qui viennent y adhérer.

    Mais ce la m étonnerai que la majorité des Turques soit contre l’Europe.

    Par contre vu comment nos gentils socialistes essayent de virer la Turquie sans le dire, on comprend pourquoi on devinet impopulaire la bas.. on doit bien être le seul pays suffisamment débil pour voter des lois dans ce genre.

    Bon il reste que quelques milliers de lois a pondre si on part de ce principe... bon les indiens d’Amériques ? tiens le Tibet avec la Chine, La Tchétchénie et la Russie ou bien la Serbie et la Croatie ? (demandeur d entrée dans l ue !)

    Bref que des bêtises sur ce coup je tire mon chapeau à notre ps préféré.


    • Avatea Avatea 17 octobre 2006 14:37

      encore une fois, je suis désolé, mais une loi qui empeche des gens de repandre la haine sur notre sol, ce n’est pas donner une leçon aux autres sans balayer devant notre porte. C’est empecher des groupuscules comme les loups gris d’inciter au vandalisme et la négation pure et simple. Cette loi est française, s’applique sur le sol national, et ne vise que les negationnistes, pas la Turquie ou les Turcs. Il s’agit là d’ingérence sur notre sol que de nous critiquer sur nos lois.


      • Alper. (---.---.219.2) 17 octobre 2006 18:02

        C’est bizarre de parler d’ingérence dans une situation où un pays décide de légiférerer sur un évènement historique qui ne la concerne pas, et qui l’aborde d’une manière dogmatique et démagogique. S’il y a ingérence c’est de la France.

        De plus vous parler de groupuscule turc d’extrême droite, qui existent indéniablement -il faudrait aussi parler du dashnak de l’autre côté- or la grande majorité des Turcs refusent, avec raison je pense, la qualification de « génocide » pour les évènements de 1915. Ce qui est refusé c’est une interprétation de l’Histoire et non des faits, et parler de « négationnistes », terme emprunté à la négation de l’existence des chambres à gaz, donc la négation de faits est inapproprié.

        D’ailleurs l’amalgame, de plus en plus courant et évidement non innocent, des massacres arméniens sous l’Empire Ottoman avec la Shoah est historiquement faux et moralement honteux !


      • byblo (---.---.222.208) 17 octobre 2006 14:41

        Ça existe un alphabet musulman ?..


        • adnanian (---.---.166.89) 17 octobre 2006 14:55

          BONNE REMARQUE !

          NON , ICI L’AUTEUR FAIT (COMME LA PLUS PART DES MEDIAS FRANCAIS T ETRANGERS) UN AMALGAME ENTRE LE PEUPLE ET LA RELIGION.L’ALPHABET EST LATIN OU ARABE . PAS CHRETIEN OU MUSULMAN.


        • (---.---.58.136) 17 octobre 2006 14:45

          Selon les derniers sondage 68% des turcs sont contre l’adhésion de la Turquie.

          Si le gouvernement d’Erdogan ne se retire pas de la table des négociations avec l’UE c’est pour sauver la face jusqu’aux éléctions. Car dans le cas contraire, il serait obligé d’admettre son echèc.

          Personellement, je ne suis pas nationaliste, ni islamiste mais je pense comme la majorité de notre population. La Turquie doit se retirer de cette mascarade.

          D’autant plus que dans un avenir proche (une quinzaine d’années)il est probable que l’Europe vient à nos pieds car la Turquie serait devenue l’économie la plus forte de l’Europe.

          En tout cas nous ferons tout pour le réaliser. Ce serait notre façon de nous venger de votre suffisance européenne.


          • adnanian (---.---.166.89) 17 octobre 2006 14:52

            M. « YUSUF » VOUS AVEZ L’AIR DE PARLER EN TANT QUE TURC MAIS UN J’AURAIS UNE QUESTION A VOUS POSER. SI VOUS AIMEZ PAS L’EUROPE POURQUOI ETES VOUS ENCORE LA ? LA REPONSE EST CLAIR . VOUS PARLEZ AU NOM DES TURCS ALORS QUE VOUS ETES PAS TURCS. MAIS PLUTOT UN TURCOPHOBE.......


            • Yusuf (---.---.58.136) 17 octobre 2006 15:14

              Adnanian n’est pas convaincu que je sois turc. Si vous me permettez messieurs les modérateurs, on va lui prouver. Voici :

              Tum Turklerin Avrupa yani oldugunu dusunmen tamamen yanlis !

              Traduction : Tu as tout faux de penser que les turcs sont pour l’Europe.

              Je ne suis pas turcophobe bien au contraire, plutôt patriote. Y a en marre de ces Européens qui se prennent pour les moralistes de l’humanité. Vous avez causé les deux guerres mondiales, vous êtes responsables de la Shoah et de millions de morts, vous avez exterminé des civilisations entières en Amerique du Sud, votre colonialisme a semé la souffrance sur tous les continents de la terre...

              Vous osez aujourd’hui de refermer ces pages sombre de votre histoire et rouvrir celles des autres ! QUEL CULOT !

              Je suis sincerement fière de ne pas être européen !


              • Bill (---.---.76.11) 17 octobre 2006 16:52

                @ Yussuf

                Je suis très déçu de vos propos, d’autant que j’ai de l’amitié pour les turcs, ayant passé un peu de temps dans ce pays. Je comprends que cette loi vous fache (je ne l’aime pas non plus) mais vous pourriez modérer vos propos.

                Les turcs on commis d’autres atrocités, inutile de vouloir accabler les européens, je pense qu’il serait d’ailleurs tout à fait malvenue de les comparer et en l’occurence, puisque vous semblez vivre ici, rien ne vous empêche de vous en aller. Nous sommes tout de même libre dans notre pays de discuter de ce dont nous voulons, à bon entendeur !


              • me (---.---.74.170) 17 octobre 2006 19:08

                mais la turquie aussi est libre, c’ est vous qui faite semblent de pas le voir.


              • Bill (---.---.76.11) 18 octobre 2006 09:14

                @ me

                Je ne dis pas le contraire sur la liberté de la Turquie, et d’ailleurs je suis contre l’entrée de la Turquie en Europe, ça ne veut pas dire pour autant que ça m’empêche d’apprécier les turques !

                Je trouve simplement détestable de dire ces sotises sur l’Europe. Je suis moi-même content de ne pas être turc, mais où va t’on en disant des conneries pareilles ? Je trouve en plus que les turcs sont assez mal placés (ou trop bien, comme vous voudrez) pour évoquer l’Europe...


              • fredh (---.---.20.3) 21 octobre 2006 18:15

                POur un turc ou turcophile ou je ne sais plus trop, tu connais mal ce pays et ses délicieuses lois comme l’aricle 301 du code penal qui vient d’envoyer devant un tribunal votre plus grande archeologue pour avoir « insulté » la nation turque en citant avec des propos semble-t-il peu flatteurs le port du voile chez les SUmmériens. UN détail cette dame a 92 ans. Triste pays...


              • Yusuf (---.---.58.136) 17 octobre 2006 15:26

                Sur ces forums, entre vous, dans votre pays, intégrés dans votre système corrompu par des politiciens verreux et par des lobbys puissants...

                vous aurez toujours le dernier mots !

                Sachez seulement que la satisfaction d’oeuvrer pour la déchirure vous apportera demain beaucoup de regrets !


                • d.guillaume (---.---.151.186) 17 octobre 2006 15:34

                  Rassurons tout de suite ces esprits éclairés de France qui jugent la Turquie mais ne laisse pas la parole aux présupposés turcs : moi, je suis belge depuis les croisades ! Je connais bien la Turquie et ce depuis 1961, j’ai eu la chance d’appartenir aux milieux diplomatiques, de voyager des mois dans le pays, d’y séjourner en pleine campagne, j’y étais encore avant-hier. Je ne saurais dire assez mon admiration et ma gratitude pour le peuple turc, sa culture, son sens de l’honneur et sa grandeur. Les français ne connaissent rien à l’histoire si ce n’est un peu la période des victoires de Napoléon ! Comment osent-ils en effet accepter sans murmure l’adhésion du peuple polonais intégriste,des négationnistes croates, des atlantistes bitaniques et faire l’affront aux Turcs de leur faire faire antichambre depuis des décénies ? Vraiment, vous ne savez pas ce que vous avez perdu, petits français, à cause de votre ignorance des autres


                  • adnanian2 (---.---.166.89) 17 octobre 2006 15:55

                    Barev ! Moi je suis fils d’immigré armenien et je suis pour le approchement avec la turquie et sans condition de reconnaissance du génocide. Je pense en effet que se concerter d’abord est une méthode constructive contrairement a ce qui veul tout imposer par la force ! Je pense et (j’espere ne pas etre le seul) qu’il n’y a pas eut de génocide mais plutot une anarchie qui a poussé les turcs a préserver ce qui restaient de leur empire

                    tse’tioun !

                    peace & love between nations !now ! Maybe U make said me i’m dreamer, but i can said U with stronger than i’m not the one.


                  • Mémoire (---.---.174.73) 21 octobre 2006 20:16

                    « Comment osent-ils en effet accepter sans murmure l’adhésion du peuple polonais intégriste,des négationnistes croates, des atlantistes bitaniques et faire l’affront aux Turcs de leur faire faire antichambre depuis des décénies ? »

                    1. Le peuple polonais, qui fut le dernier rempart de l’Europe contre les hordes ottomanes lors du siège de Vienne, n’est à ma connaissance pas intégriste. Il rejette simplement au nom de valeurs européennes ancestrales une certaine forme de modernité fort pernicieuse et dangereuse.

                    2. La Croatie ne fait pas encore partie de l’Union Européenne et ce malgré le caractère inéluctable (et souhaitable) de son adhésion. L’Union Européenne exige cependant au préalable la plus entière coopération du gouvernement croate dans la traque des criminels de guerre croates.

                    3. L’atlantisme n’est pas un crime à ma connaissance et la Turquie n’est d’ailleurs pas en reste lorsqu’il s’agit de s’aligner sur la politique étrangère américaine.

                    4. Autre différence de taille : la Turquie n’est pas européenne à la différence des trois pays cités précédemment et ce pour des raisons culturelles, historiques, religieuses et géographiques.


                  • (---.---.58.136) 17 octobre 2006 16:13

                    Tu es un extraterrestre Adnanian.

                    Si je pouvais, je te protegerai dans un endoit inaccessible.

                    Paix à toi mon frére !


                    • gigi432 (---.---.101.8) 17 octobre 2006 16:35

                      la loi sur le génocide arménien s’applique à ceux qui contestent EN FRANCE ce génocide. Nous sommes encore maitres chez nous. Que les turcs fassent ce qu’ils veulent chez eux.

                      pour le reste, je crois que l’histoire fait que la turquie ne fait plus parti de l’occident depuis 1453, la turquie ayant rejeté la civilisation byzantine.

                      cela explique que les européens ne ressentent pas la turquie comme européenne. Cela ne signifie pas que nous ayons une haine quelconque pour les turcs.

                      nous pouvons très bien éprouver de l’amitié pour eux sans pour autant faire parti du même ensemble culturel, les turcs doivent le comprendre.

                      si nous souhaitons un rapprochement avec la turquie, il doit se faire via une phase intermédiaire de partenariat renforcé, afin de lever les craintes réciproques. Nous pourrons alors si tout va bien aller plus loin ensemble. Les européens ne souhaitent pas humilier les turcs.

                      à vouloir aller trop vite en besogne, on va au clash.

                      laissons le temps au temps ...


                      • me (---.---.74.170) 17 octobre 2006 19:15

                        je ne compren pas ce ke vou dite, la turquie a deja un partenaria privilégié, et 1453 n’est pas la fin des turc en europe mais justement le debut, rapelon tou de meme que François premier et soliman le magnifik été allié contre les hasbourg, les turc ont largement participé a l’histoire de l’europe , les limite de l’empire ottoman atteigné il y a pa si longtps ke sa les frontiere actuelle de l’allemagne.


                      • gigi432 (---.---.101.8) 19 octobre 2006 12:04

                        faire parti de l’europe, ce n’est pas tenter de lui écraser la gueule à Lépante, aux portes de Viennes ou dans les balkans, en bulgarie, roumanie, arménie ou grèce !!! Etrange notion des turcs sur leur participation à l’europe après la destruction de l’empire byzantin en 1453 ... s’ils ont toujours la même, il faut s’inquiéter ...


                      • Patrick Adam Patrick Adam 17 octobre 2006 16:38

                        @ l’auteur

                        Et bien entendu si les Turcs « portent un turban » comme vous le dites et se tournent vers l’islamisme, c’est la faute aux Européens...

                        Comment pouvez-vous proférer de telles inepties ? consternant !... Prenez un digestif, ça passera peut-être...

                        Patrick Adam


                        • bk (---.---.110.3) 17 octobre 2006 16:50

                          J’insisterai quant à moi un peu plus sur le massacre des Kurdes par les turcs et la négation totale de leur existance alors qu’une partie de ce que l’on appelle Turquie se trouve sur le territoire Kurde.


                          • Le Hérisson Le Hérisson 17 octobre 2006 16:54

                            @ M. Adam Vous faites des raccourcis qui ne sont pas dignes de vos écrits précédents. Il y a 10 ou 15 ans, la Turquie était l’un des pays les plus désireux d’intégrer l’Europe. Comme je l’indique, la Turquie a toujours oscillé entre l’Orient et l’Occident. Il va de soi que, la nature ayant horreur du vide et surtout des déceptions, elle se tourne de plus en plus vers l’Orient. Comment expliquez-vous que l’Islam radical s’y développe si rapidement ? Ce n’est pas forcément une question de « faute » : l’histoire ne fontionne pas comme cela. Mais une question de responsabilité, certainement.


                            • Le Hérisson Le Hérisson 17 octobre 2006 16:59

                              J’ajoute que donner des signaux encourageants à la Turquie aurait été également un signe positif en direction des Français de confession musulmane.


                            • Patrick Adam Patrick Adam 17 octobre 2006 17:18

                              @ l’auteur

                              Vous n’avez pas encore remarqué que l’islam radical (comme vous le dites) se développe dans TOUS, je dis bien TOUS, les pays musulmans, dont la grande majorité, que je sache, ne frappent pas aux portes de l’Europe (à l’exception notable du Maroc d’Hassan II quand il cherchait à faire la nique à Mitterrand). Il vous faut quoi pour vous en rendre compte ? Alors ne rejettez pas la faute sur les Européens qui ont d’autres chats à fouetter.

                              Vous dites que la Turquie a toujours oscillé entre l’Orient et l’Occident. Faux. Nous ne sommes plus à l’époque de Pierre Loti, et encore celui-ci ne fréquentait que les couches les plus favorisées de la société stamboulie. La Turquie a noué des alliances diplomatiques et militaires avec certaines puissances européennes dont la France ce qui ne nous a pas empêché de combattre ce pays quand nous l’avons jugé utile notament en détruisant sa flotte à Navarin...

                              Nous n’avons aucune responsabilité à la situation actuelle de la Turquie. Si, comme vous le dites, elle lorgne depuis 50 ans du côté de l’Europe, vous ne croyez pas que c’est suffisant pour si préparer réellement (surtout avec l’argent des bases de l’Otan et tous les accords priviligiés qui l’ont liée à notre continent. Que lui faut-il de plus sinon toucher encore un peu plus de subsides et continuer à faire la guerre à ses minorités, tout en maintenant les franges les plus populaires de sa population dans l’ignorance la plus crasse sur ce qui se passe dans le reste du monde. Croyez vous que l’Europe a besoin d’un tel boulet de 70 ou 80 millions d’individus aujourd’hui ?

                              Ouvrez les yeux et vous remarquerez que l’islam radical est une maladie contagieuse qui, née dans des foyers parfaitement identifiables (Egypet et Syrie) et longtemps entretenu par les Américains pour combattre l’influence des Soviétiques, est en train de se répandre maintenant sans avoir à puiser d’autres forces qu’au sein des populations qu’elle touche. Fini le temps des manipulations. Aujourd’hui tous les mouvements intégirstes fonctionnent en autarcie idéologique et drainent suffisamment de capitaux.

                              L’Europe ne peut « sauver » la Turquie malgré elle du mal intégriste qui la ronge, si la Turquie elle-même n’en a pas envie. Ce n’est quand même pas en mettant un premier ministre intégriste à sa tête (caché car il suffit d e se référer à ses propos avant d’accéder au pouvoir) qu’elle peut nous faire croire qu’elle est sincère dans sa démarche.

                              Alors que les Turcs qui ne veulent plus de l’Europe se rassurent : nous aussi on ne veut pas d’un pays qui est incapable de se réformer en profondeur et qui paraît trop ouvertement intéressé par la manne financière qu’une adhésion à l’U. E. lui assurerait.

                              Patrick Adam


                              • Patrick Adam Patrick Adam 17 octobre 2006 17:21

                                @ l’auteur

                                PS - Je suis par contre tout à fait favorable à un partenariat économique privilégié voire exceptionnel vu les liens qui nous lient avec ce pays qui a une grande histoire et un réel potentiel culturel si tant est que ses dirigeants le guident vers les valeurs de l’Occident et pas seulement vers ses sous.

                                Patrick Adam


                              • Patrick Adam Patrick Adam 17 octobre 2006 17:25

                                @ l’auteur

                                Et si on admet la Chine en Europe on rassure d’un coup tout le XIII arrondissement à Paris et Belleville en donnant à leurs habitants « des signes encourageants » ?

                                Patrick Adam


                              • memo66 (---.---.28.14) 17 octobre 2006 23:11

                                « Nous n’avons aucune responsabilité à la situation actuelle de la Turquie. »

                                @ M Adam

                                Il me semble qu’a la bataille des dardanelles, ce sont bien des francais + des americaine+ des anglais + des australiens, qui projettaient d envahir la Turquie...

                                Malheureusement le courage les turcs, a l epoque tres en retard technologiquement, a permit de proteger les cotes de l ’envahisseur.

                                Pour information, je vais tous les ans sur place, la exactement ou les batailles on eut lieu, on peut y trouver des cimetieres tres bien entretenus, des memorials, cette zone a meme ete proteger par l Etat afin de preserver ce lieu comem lieu historique. De plus On peut y trouver une citation de Mustafa Kemal Ataturk, disant que « Ces victimes sont tous nos enfants et il reposent en paix ». En parlant des victimes anglaises et francaises.


                              • ZEN zen 18 octobre 2006 11:58

                                @PAdam

                                "Ouvrez les yeux et vous remarquerez que l’islam radical est une maladie contagieuse qui, née dans des foyers parfaitement identifiables (Egypet et Syrie) et longtemps entretenu par les Américains pour combattre l’influence des Soviétiques

                                D’accord avec toi sur ce point. Oui !!! A cette réserve prés que la métaphore médicale n’est pas appropriée en matière de croyance..


                              • l’Omnivore Sobriquet (---.---.46.191) 22 octobre 2006 14:02

                                Bravo m.Adam, pas grand chose à rajouter sur vos trois commentaires ici. Je placerais cette remarque, bien trop absente de ces discussions : La Turquie possède déjà un monde turc... à l’Est !. Les gens y sont ’turquoïdes’ (quelle importance ?), de langue turque (ah !), de religion musulmane, et la Turquie leur accorde automatiquement la nationalite turque, s’ils le souhaitent (bonjour chez nous....). Je suis peut-être approximatif mais ’ce territoire s’étant jusqu’à la Chine’. D’autre part, des liens avec ’la chrétienté’, les Turcs et la Turquie en ont de sacrément puissants et anciens avec... la Russie. Un véritable mélange multi-séculaire, à tous les niveaux... Alors la Belgique...

                                Je suis très opposé à une intégration de la Turquie à l’Europe (d’ailleurs y’a la Roumanie à se taper d’abord... quel chantier -chrétien et francophile- enthousiasmant ! et y’a du boulot !!), ’demande’ ’turque’ qui m’apparait bien plus comme une ambrassade intîme de confrérie franmaçonne, ridicule, néfaste et en perte de vitesse. Les Jacobins qui veulent boucler la boucle en somme. Yaka voir toutes ces ’justifications’ mouillés citant l’Atatürk et encore l’Atatürk, qui fut à la Turquie ce que Robespierre fut à la France, à peu de choses prêt... Avec force Chiracs roto-soleils, qui insistent pour taire la spiritualité immense de l’Europe ; tout ceci à des relents de caves bruxelloises à OTAN ’métallurgiste’... genre les ’Supreme Headquarters", du SHAPE. Désolé d’être moins ’rafiné’ que vous dans mes propos... mais je touche la vérité. Aucun doute. (dans quelle proportion ?)

                                Oh que oui une relation spéciale, une relation privilégiée, oh que oui... Quel bonheur ce serait... Même chose avec le Magreb d’ailleurs, quand les tortionnaires auront-été ’évacuées’, bien sûr. Relation, c’est dans les deux sens, bien sûr. Ah, une relation privilégiée.........

                                Quand à ’donner un signe aux musulmans européens’, le seul qui puisse les aider est celui de la Croix. Sinon ’donner un signe’ à un vrai musulman, extra-europpén (pardi... les musulmans qui sont en Europe actuellement ne sont pas Européens, ils sont des pions, ils sont des pigeons... de l’EMPIRE) (empire dont un siège important est l’OTAN à Bruxelles qui ne sait plus comment ’outer’ sa liaison spéciale clandestine turco-mafieuse ’de haut niveau’.), ’donner un signe’ à un vrai musulman disais-je, c’est ouvrir les portes et déposer les armes. Le reste c’est ’bourgeois’.

                                BASTA ! L’Europe est par spécificité un ensemble de nations, et la France est par spécificité un gros doigt dressé face à l’empire. Basta les charlottes ! Vive le peuple turc qui a compris ! Chez eux ! Vive la Turquie libre ! Les nations sont comme les hommes : éclairées, libres et responsables. Puissantes, philosophiques forcément, indépendentes, ’plurielles’ mais non ’catalogues’ ni irresponsables, les pieds sur terre, dans le purin, et la tête tutoyant Dieu. L’avenir a l’air de s’y conformer.......

                                Votez utile !!


                              • (---.---.58.136) 17 octobre 2006 17:38

                                Vous devriez TOUS avant tout apprendre à fichtre la paix aux turcs ! Vous essayez de faire le monde, indifférent à ce qui se passe autour de vous.

                                VOTRE EUROPE GARDEZ LA !

                                LES TURCS N’EN VEULENT PLUS !!!!


                                • Internaute (---.---.213.114) 17 octobre 2006 17:49

                                  Le plus incroyable dans cet article est qu’il commence par dire que la Turquie était le centre de l’empire romain et parle de toutes les belles choses qu’y ont laissé les européens comme si c’était à mettre au crédit des turcs, puis ensuite passe à la critique de la politique interne turque.

                                  Il ne viendrait pas à l’idée de l’auteur que ce qui est criticable est d’avoir mis parterre ce que nous avons construit là-bas. L’auteur confond allègrement l’histoire ancienne où il n’y a avait pas un seul turc et la population actuelle. Rendons à César ce qui est à César, c’est bien le cas de le dire. Cela me rappelle d’autres menteurs qui vantaient les anciennes ruines algériennes, histoire de faire croire aux moins instruits d’entre nous que les algériens ont une longue civilisation derrière eux alors que ces ruines ont été construites par d’autres peuples, en l’occurence les romains.

                                  Laissons les turcs vivre en paix. Vive le droit des peuples à disposer d’eux-même et ne faisons pas entrer dans l’organisation européenne un peuple qui n’a rien d’européen.


                                  • me (---.---.74.170) 17 octobre 2006 19:24

                                    les turc non rien detruit ont tous protégé, arrete de dire n’importe koi, va en turquie et voi de tes propre yeux, tes propos ne reflète que ton ignorance et rien d’autre.


                                  • alexandre (---.---.212.60) 17 octobre 2006 18:00

                                    Si je résume ton article ce serait :

                                    Il ne faut pas parler du génocide arménien et de sa négation par la Turquie, cela bloque l’intégration de la république kémaliste dans l’union européenne.

                                    Et pour cela tu es près à raconter n’importe quoi. je prétend pas avoir relever l’ensemble de tes mensonges et contre-vérités. J’ai même pas essayé.

                                    « Tous ceux qui parlent de la Turquie devraient, au minimum, avoir visité le pays. » Et toi tu visitas l’Arménie ?

                                    « On est surpris, en Cappadoce, par exemple, de découvrir des églises chrétiennes construites au Moyen Age à même la montagne. » >>Si tu aimes les églises sans chrétiens je te conseille la « république nord de Chypre » qui occupe les 2/5 de l’île (pour 18% de chypriotes turcs en 1974 qui n’étaient majoritaires nulle part et ne le sont toujours pas, les colons et les militaires d’Ankara ayant pris leur place) où tu pourras aller faire du tourisme à partir d’Istanbul. L’Onu dans sa grande humanité proposait de rendre 10% de ses 40% aux chypriotes grecs.

                                    « le pays qui était jadis le centre de l’Empire romain d’Orient va se tourner de plus en plus vers l’islam, et peut-être vers le plus radical. » >>Les populations chrétiennes comptait pour un quart environ de la population de la Turquie actuelle en 1914 (2 millions d’Arméniens ; 1,5 millions de Grecs ; des assyriens massacrés avec les Arméniens, des « latins » comme balladur émigrés depuis par centaines de milliers). Aujourd’hui moins de 1%, ceux-ci depuis les années 20. La minorité musulmane de Grèce en Thrace elle est toujours en place alors quelle était le pendant de la communauté grecque d’istanbul, les 2 ayant été dispensé de l’échange inégale de population du traité d Lausanne, éliminée par les pogroms anti-grecs des années 50. L’islamisation de la Turquie date donc de la première guerre mondiale et du kémalisme rien à voir avec la CEE. Or il reste toujours des musulmans en Bosnie(50%) au Kosovo(90%) en Macédoine ex-Yougoslave (35%) en Bulgarie (13%) même s’ils n’ont pas toujours été bien traité (euphémisme).

                                    « Nul ne peut nier qu’en 1915, il y eut plusieurs centaines de milliers d’Arméniens massacrés. Est-ce pour autant un génocide ? A ce compte-là, l’éradication de la Vendée en 1794 (je ne suis pourtant pas villiériste, loin de là !) par les colonnes infernales de Thureau est un génocide ». >>Imbécile. Le fait qu’il n’y ait plus un seul Arménien sur les 9/10 de leur aire de répartition historique tu appelle ça comment ? Le fait que 3000 villages ou quartiers arméniens ait DEFINITIVEMENT disparus de Kars à la Cilicie tu appelles cela comment ? Rien qu’autour du Lac de Van dans le Taron et le Vaspourakan (régions de Van et Bitlis) il y avait plus de 1100 villages arméniens en 1915 malgré les massacres hamidiens et les Arméniens étaient encore la majorité absolue.

                                    « D’autre part, le massacre arménien a eu lieu bien avant la transformation de la Turquie par Atatürk. » >>Faux. De nombreux massacres d’arméniens ont été conduits par les troupes de Mustapha Kemal en Cilicie dans la province de Kars, à Gumri/Alexandropol dans l’actuel république d’Arménie pas tant qu’à l’époque ottomane faute de matière première. Par exemple la population de Kars (presque totalement arménienne à l’exclusion de la garnison russe en 1916) a été exterminé par le général Kara Békir à la fin de 1920 et celui ci s’en est vanté dans ces mémoires publiées en Turquie 35 ans (lire Vahakn Dadrian) après à l’époque où le problème arménien était considéré comme clos et donc non tabou.

                                    « Dans ces conditions, est-ce à la France de voter une loi condamnant la négation du génocide arménien ? » >>Sur le territoire français pour lutter contre la propagande négationniste d’Ankara sur ce sol : Oui

                                    Nota : les harkis furent masscrés par dizaines de milliers (avec leurs femmes et enfants souvent) par le FLN pas par l’armée française, ce qui n’enlève rien aux torts de la France à leur égard ni dans sa politique de colonisation.

                                    Le créateur du mot « génocide » Lemkin un juif polonais c’est principalement basé sur l’exemple du génocide des arméniens dès les années 30 avant même la Shoah même si le mot fut utilisé à partir de 1943 http://en.wikipedia.org/wiki/Raphael_Lemkin

                                    Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’histoire du génocide des Arméniens hors de la propagande des loups gris qui semble avoir bonne presse tant au Nouvel Observateur sous la plume de Kénizé Mourad qu’auprès de Le Pen, vous pouvez consultez un certains nombre de travaux de références :

                                    1) Pour une vulgarisation de la connaissance de ce génocide qui fut une des causes de la Shoah : http://www.amazon.fr/1915-g%e9nocide-Arm%e9niens-G%e9rard-Chaliand/dp/2804801020/sr=1-2/qid=1161097860/ref=sr_1_2/403-8632462-9362857?ie=UTF8&s=books La 5ieme réédition de 1915, le génocide des Arméniens, de Gérard Chaliand, Yves Ternon

                                    2) Pour la description des mécanismes, l’influence sur les officiers allemands (Le crime paie !) alliés des turcs témoins et diont bcp devinrent des nazis : http://www.zoryaninstitute.org/Table_Of_Contents/genocide_biblio_dadrian.ht m Histoire du Génocide Arménien : Conflits Nationaux des Balkans au Caucase. Marc Nichanian, transl. Paris : Editions Stock, 1996, 682 pp. Text, 19 pp. Bibliography, Subject and Name Index.

                                    3) Pour une description plus clinique et statistique : http://www.amazon.fr/G%e9nocide-Arm%e9niens-Raymond-Kevorkian/dp/2738118305/sr=8-3/qid=1161097530/ref=sr_1_3/403-8632462-9362857?ie=UTF8&s=books

                                    Le Génocide des Arméniens de Raymond Kevorkian.

                                    Le dernier livre de Kevorkian décrit par le menu ville par ville et village par village le génocide

                                    Sur le net :

                                    www.imprescriptible.fr dont il ne faut pas manquer la bibliothèque (http://www.imprescriptible.fr/documents/bibliotheque.htm), ensemble d’ouvrages scannées souvent datant des « massacres hamidiens » qui firent chuter la population arménienne de l’empire ottoman de 2,5 à 2 millions entre 1894 et 1896.


                                    • Alper (---.---.219.2) 17 octobre 2006 18:27

                                      C’est tout à fait typique du raisonnement des propagandistes arméniens, qui glisse subrepticement de 1944 -création du concept de génocide- à 1915 -massacres et déportations des Arméniens des provinces Est de l’Empire Ottoman- pour revenir 1923 -création de la Turquie par Atatürk- jusqu’à aujourd’hui.

                                      Cet anachronisme pour but d’amalgamer les évènements de 1915 avec la Shoah et enfin avec la Turquie est plus que déplorable pour des évènements qui demandent sérieux et humanisme. Comme le rappelle le journaliste Christophe Barbier, la Shoah est incomparable avec les autres massacres de l’Histoire :

                                      « Cette controverse oblige les consciences à deux interrogations, à deux vigilances. D’abord sur l’effrayant inventaire des génocides. Au-delà de l’ampleur et de l’horreur d’un massacre, il faut que le bourreau ait eu la volonté de faire disparaître le peuple honni, ait pensé, planifié et mécaniquement exécuté ses exactions. Surgissent alors du passé, ce « long fleuve de boue et de sang », comme l’écrit Françoise Chandernagor, des spectres oubliés, tels ceux des Herero de Namibie anéantis par les Allemands en 1904. Ensuite et surtout, le monde d’après Auschwitz ne doit pas oublier que la Shoah est un génocide à part, incomparable. Arméniens, Amérindiens ou Tutsi furent persécutés pour disparaître de leur terre ; les juifs furent persécutés pour disparaître de la Terre. La hiérarchie dans l’horreur n’a pas de sens, mais certains ventres sont devenus inféconds, et d’autres non, d’où sortit la bête immonde. »


                                    • Annie (---.---.63.253) 17 octobre 2006 18:52

                                      @alexandre

                                      Merci pour toutes ces infos.

                                      @Alper

                                      Tout ce qu’écrit Alexandre est aisément vérifiable et vérifié.

                                      « Cet anachronisme pour but d’amalgamer les évènements de 1915 avec la Shoah »

                                      Non, ce ne’st pas anachronique, Hitler et les nazis se sont inspiré du génocide arménien pour organiser le génocide juif !!! L’idée est en toutes lettres dans Mein Kampf (1923)

                                      « il faut que le bourreau ait eu la volonté de faire disparaître le peuple honni, ait pensé, planifié et mécaniquement exécuté ses exactions. »

                                      C’est bien le cas AUSSI, pour les arméniens, ne vous en déplaise.

                                      « Amérindiens ou Tutsi furent persécutés pour disparaître de leur terre ; les juifs furent persécutés pour disparaître de la Terre. »

                                      Oh ! la belle distinction. Si les turcs n’ont pas exterminés les arméniens qui n’étaient pas sur « leurs terres », c’est tout simplement qu’ils étaient hors de leur portée.


                                    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 17 octobre 2006 18:59

                                      Dans Mein Kampf ??

                                      Quel chapitre ??


                                    • alexandre (---.---.49.108) 17 octobre 2006 19:19

                                      hors sujet : je ne suis ni arménien ni propagandiste.

                                      factuellement faux : Les armées ottomanes ont exterminé les arméniens partout où ils étaient à leur porté. Dans l’empire ottoman, dans l’empire russe (à Kars, au Nakhitchevan, à Chouchi au haut-Karabagh, à Gumri), dans le nord de l’Iran en allant aider les moussavistes au pouvoir à Bakou (essentiellement à massacrer les arméniens). La seule exception fut istanbul Constantinople car les témoins auraient été trop nombreux. L’expérience des massacres hamidiens a été retenue. Avec ton argumentaire la Shoah n’aurait pas existé puisque les allemands occupant la Tunisie n’ont pas exterminé les juifs du pays fort nombreux. (manque de temps et surtout généraux peu interessé par l’opération comme Rommel, comme quoi l’initiative individuelle comptait)

                                      Quant à l’argument « avant la Shoah peut pas y avoir de génocide » alors que le lien entre les deux est parfaitement connu et documenté, et a été fait par Lemkin lui même l’inventeur du mot génocide, il marque au coin le négationnisme.

                                      Utiliser quques universitaires isolés et non compétents (reconnaissants ne pas connaitre le sujet) comme Chandernagor, René Raymond, Veinstein et autres misérables dénoncés par les institutions juives elles mêmes quant ils ont des origines juives c’est un cataplasme sur la jambe de bois qui te sert d’argumentaire. (d’ailleurs tu ne réponds à rien factuellement) Cette loi est faite aussi pour qu’ils aient à faire face pénalement au contenu de leurs propos. Des gens ont été giclé du CNRS pour négationnisme de la Shoah (Serge Thion) ou du journal Le Monde pour anti-sémitisme trop voyant (le dessinateur Konk). Que des universitaires soit déchus de leurs charges pour des propos négationnistes sur les Arméniens ne me choquerait pas du tout bien au contraire.

                                      Des historiens (des vrais) israeliens réputés comme Auron ou Charny te contredisent totalement et n’ont pas de contradicteurs négationnistes en Israel. http://www.imprescriptible.fr/dossiers/berkowitz/sombre/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Israel_Charny http://armenianstudies.csufresno.edu/hye_sharzhoom/vol22/december72/holocau st.htm


                                    • alexandre (---.---.49.108) 17 octobre 2006 19:27

                                      Le livre de Dadrian que j’ai cité plutot étudie la citation contestée par les négationnistes turcs tirée de notes prises par Canaris si je me souviens bien. Dadrian conclut que l’on peut conclure que ce propos est très probable car Canaris est digne de foi, même s’il n’y a pas de preuve absolue (déclaration publique ou écrite), mais l’étude qu’il fait de l’influence sur Hitler et les nazis des anciens officiers allemands témoins du génocide en 1915 est édifiante. Bcp furent parmi les premiers nazis et étaient des proches d’Hitler au début du nazisme. Les nazis ne cachaient même pas que c’était un exemple puisque le crime paie. Les témoignages écrits des nazis y faisant références sont nombreux. Il suffit de lire ce livre pour s’en convaincre.


                                    • Alper (---.---.219.2) 17 octobre 2006 19:36

                                      La récupération et l’exploitation de la Shoah pour je ne sais quel effet, est tout proprement faux et insupportable. C’est contre cela principalement, pour ces interprétations sauvages et fausses de l’Histoire, que les Turcs se défendent. C’est de la folie de tout mélanger comme cela !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès