Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Un euro à deux vitesses

Un euro à deux vitesses

L’Allemagne étant la locomotive économique de l’Europe, l’Allemand moyen - inquiet de l’évolution future de l’Union - commence à refuser tout paiement avec des euros portant les numéros de série italiens, espagnols, grecs et portugais...

En effet, les banquiers allemands ont décelé ces dernières semaines une modification du comportement de leurs concitoyens tant à l’occasion de retrait de liquidités que lors d’encaissement d’espèces, comportements consistant à filtrer ces billets de banque pour d’une part n’accepter que ceux émis par leur propre banque centrale et d’autre part échanger les billets émis par certains pays contre des billets portant la marque allemande...

Effectivement, chaque pays d’Europe est habilité à imprimer ses propres euros, en fonction de sa pondération économique et de certains critères strictement surveillés par la Banque centrale européenne. Ainsi, alors que les billets émis en Allemagne portent la mention "X" en début du numéro de série, les billets italiens ont à la place un "S", les espagnols un "V", etc. Tous ces euros sont certes interchangeables, circulant librement au sein même de l’Europe et au-delà de ses frontières, mais le citoyen allemand craint depuis peu que les billets du "Sud" ne perdent considérablement de leur valeur en cas de dislocation de l’Union !

C’est du reste ce qui s’est passé aux Etats-Unis à l’ère Jackson en 1840, époque à laquelle les dollars étaient échangés à une valeur différente selon la région où ils étaient imprimés... L’Italie n’est certes ni Bear Stearns ni Northern Rock, mais les Allemands, possédant dans leur majorité une résidence en Espagne ou en Italie, sont inquiets de la dégradation économique manifeste qu’ils constatent dans ces pays. De plus, une série d’articles récents dans la presse allemande ont fait état des divergences économiques patentes entre les pays du Nord et ceux du Sud, sans négliger l’impact dévastateur des déclarations souvent péremptoires des dirigeants français, italiens et espagnols critiquant l’indépendance de la BCE, sacrée pour les Allemands.

Néanmoins, le facteur décisif vis-à-vis de la méfiance témoignée à l’encontre des pays du Sud est le regain inflationniste qui sévit en Allemagne dont le taux s’est établi à 8,1 % en mai dernier, au plus haut depuis 26 ans ! Ainsi, les Allemands blâment-ils les pays du Sud de faire pression sur la BCE afin de retarder au maximum la hausse des taux d’intérêts, pourtant vitale dans toute lutte contre l’inflation. Rappelons-nous des traumatismes dus à l’inflation subie par les Allemands en 1923 à l’époque de Weimar et en 1948.

A l’occasion du lancement de l’euro, un groupement de sages et d’économistes chevronnés avaient du reste prédit que l’euro serait plus faible que le deutsche mark, phénomène qui favoriserait l’inflation. Les Allemands n’ont jamais été sollicités par référendum lors de l’abolition de leur monnaie nationale qui constituait pourtant le symbole le plus achevé de la réussite époustouflante de l’Allemagne d’après-guerre. Au demeurant, bien des deutsche marks sont encore suspectés de dormir sous les matelas...


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 19 juin 2008 10:33

    Un euro reste un euro

    Un allemand qui passe ses vacances en Espagne ou en Italie aura un peu d’inflation dans le produit qu’il achetera mais il sera toujours moins cher qu’en Allemagne

     Cela peut etre le cas des Français qui passent la frontière pour aller faire leur course en Espagne ou en Belgique

    L’espagne et l’Italie n’ont pas une situation économique si dégradée que la France ou l’Allemagne

     

     


    • Zalka Zalka 19 juin 2008 11:16

      Vraiment ? L’Espagne commence a ressentir les effets de l’éclatement d’une bulle immobilière et pour les prémices de difficultés économiques ont été au coeur de la dernière campagne électorale. L’Italie est dans une situation difficile depuis plusieurs années et l’endettement de l’état y est beaucoup plus important qu’en France.

      Je ne m’hasarderais pas sur la situation de la France (que vous qualifiez très souvent de bonne grâce aux decisions de Sarko), mais dans le cas de l’Allemagne, le pays vient de connaître une phase de croissance et d’excèdent d’exportation remarquable.

      Bref, je doute qu’on puisse parler de situation plus degradée en France et en Allemagne qu’en Italie ou Espagne.


    • Forest Ent Forest Ent 19 juin 2008 11:47

      dans le cas de l’Allemagne, le pays vient de connaître une phase de croissance et d’excèdent d’exportation remarquable.

      Non. Il y a un semblant d’augmentation en 2008, qui est en fait la fin du "trou" de 2007 causé par l’augmentation de la TVA. Quant à la balance commerciale, son augmentation vient peu d’une augmentation des exports, mais surtout d’une baisse des imports, créée par un arrêt de la consommation. La situation économique de l’Allemagne n’est guère meilleure que celle de la France, et elle est en plus antagoniste.


    • Zalka Zalka 19 juin 2008 11:50

      Oui, enfin de la à dire que l’Allemagne est plus mal barrée que l’Espagne ou l’Italie....


    • Philippe87 Philippe87 19 juin 2008 15:05

      Lerma : "Je vois pas très bien la logique de cet article"

      Ca se sent bien dans votre commentaire.


    • Gasty Gasty 19 juin 2008 10:50

      Inflation, pouvoir d’achat, PIB.

      Je ne vois pas bien ce que vient faire la monnaie d’échange. A moins qu’un pays veuille reprendre son indépendance ou se faire virer de l’UE.


      • katalizeur 19 juin 2008 11:02

        Enfin l’europe en marche (arriere)

        tous le monde vote oui a l’europe mais tous le monde veux se tier. c’est toujours comme cela dans les mariages de raison

        attendons avec patience la fin de l’année pour voir la belle cohesion


        • Forest Ent Forest Ent 19 juin 2008 11:17

          Effectivement, c’est le risque de l’euro : il concerne une zone vaste, avec des politiques macro différentes, voire opposées. En période de crise, les tensions seront fortes.

          Les promoteurs de l’euro s’étaient appuyés sur le fait que toutes les nations ont commencé par une monnaie. Mais est-ce la nature ou le symbole de la volonté politique ?

          L’Allemagne est engagée depuis quelques années dans une politique de désinflation compétitive qui gêne beaucoup ses partenaires de l’ouest. Elle se développe à l’est, en délocalisant en europe centrale. Sa consommation a stoppé, sa balance commerciale s’est envolée. Elle est totalement exposée au risque de récession mondiale.

          Les années à venir vont être un "acid test" pour la relation franco-allemande. Dans ce contexte, l’antagonisme personnel entre Sarkozy et Merkel, et d’une manière plus globale la méfiance généralisée et berlusconienne que Sarkozy inspire en Europe pourraient ne pas être insignifiant.


          • Michel Santi Michel Santi 19 juin 2008 11:53

            d’amis allemands travaillant dans des banques allemandes...


          • katalizeur 19 juin 2008 12:08

            ah bon

            cela va donc si mal,moi j’ai deja commencé a stocker du riz des pates et quelques boites de conserves divers.

            je garde aussi le cash a la maison, j’ai pas envie de faire la queue devant la banque comme les anglais il y a quelques mois


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 juin 2008 18:28

            @ Forest Ent : J’apprécie vos analyses avec lesquelles je suis presque toujours d’accord. Je crois qu’il serait intéressant que vous nous disiez en quelques lignes la politique que vous suvriez si vous étiez le responsable de l’État.

            Pierre JC Allard


          • Forest Ent Forest Ent 20 juin 2008 00:33

            J’achèterais une montre neuve, j’épouserais une belle artiste, j’irais passer mes vacances sur un yacht en méditerrannée, je nommerais mon petit neveu maire du Grand-Paris et directeur de l’info de TF1, je vendrais la tour Eiffel à Bouygues, je recevrais Kim-Jong-Il en grande pompe, je réquisitionnerais le Louvre comme résidence secondaire, j’ouvrirais un compte dans une banque japonaise, ...

            C’est déjà décrit par les Marx brothers :

            http://artists.letssingit.com/groucho-marx-lyrics-laws-of-the-administration-jzsdhww

            The last man nearly ruined this place He didn’t know what to do with it If you think this country’s bad off now, Just wait ’til I get through with it

            The country’s taxes must be fixed And I know what to do with it If you think you’re paying too much now Just wait till I get throught with it

            I will not stand for anything that’s crooked or unfair I’m strictly on the upper knot, so everyone beware If any man’s caught taking graft, and I don’t get my share We stand’im up against the wall and pop ! Goes the weasel


          • Michel Santi Michel Santi 20 juin 2008 09:10

            Pourquoi ne pas ouvrir votre compte dans une banque Suisse : c’est plus chic...


          • yannick yannick 23 juin 2008 08:24

            hé hé, pareil pour le cash. un documentaire sur la crise argentine m’y a encouragé smiley


          • Judesbois 19 juin 2008 14:36

            Oui j’ai pensé la même chose en lisant cette phrase... L’auteur du texte doit être bien déconnecté des réalités de ce monde pour penser que la majorité des gens, même en Allemagne, possède une résidence secondaire à l’étranger... 


          • chmoll chmoll 19 juin 2008 13:00

            à s’train là, ça vas bétot ètre euro disney s’te monnaie


            • Lapa Lapa 19 juin 2008 13:08

              bonjour.

              article intéressant mais quelles sont vos sources ?


              • Kobayachi Kobayachi 19 juin 2008 13:25

                Le changement vers l’Euro a été traumatisant pour nombre d’allemand. On leur a pris leur Mark pour l’échanger contre l’Euro pour un cours de 1,99 Deutsch Mark (1€=2DM). Beaucoup d’allemands ont eu l’impression que les prix afficher n’avait pas changer... simplement on a remplacer le Marks par des € (ce qui etait vrai dans plusieurs secteurs notement la restauration).


                • Jason Jason 19 juin 2008 13:28

                  Autrefois il y avait les chèques en bois. Europe oblige, on aura bientôt les Euros en bois. A quand les appareils pour renifler les odeurs ou détecter les empreintes digitales sur les billets de banque ? On aura ainsi une ségrégation encore plus poussée et un rejet de l’autre sur base monétaire. Très séduisant.

                  L’Allemagne, grand pays exportateur vers le reste de l’Europe fait vraiment du n’importe quoi. Ou bien tout cela n’est-il qu’une blague ? Je le pense.


                  • fonzibrain fonzibrain 19 juin 2008 14:31

                    .

                    Il y a chez Evans-Pritchard une certaine complaisance - assumée - au catastrophisme, ainsi qu’un penchant très britannique à se rejouir in petto des malheurs de l’Europe continentale, de l’euro et du modèle Rhénan. Mais lorsque c’est la Royal Bank of Scotland qui prévoit que le krach est à nos portes, l’avertissement mérite sans doute d’être entendu.

                    Par Ambrose Evans-Pritchard, 18 juin 2008

                    La Royal Bank of Scotland a averti ses clients de se préparer à un krach majeur des bourses mondiales et des marchés du crédit dans les trois prochains mois, au moment où l’inflation paralyse les possibilités d’action des grandes banques centrales.

                    « Une période très dangereuse se rapproche rapidement - soyez prêts », met en garde Bob Janjuah, l’analyste stratégique de la banque écossaise.

                    Un rapport rédigé par une équipe de la banque estime que l’indice boursier de Wall Street S&P 500 est susceptible de perdre plus de 300 points, pour atteindre environ 1050 en septembre, lorsque se solderont les excès de l’envolée des prix sur les marchés mondiaux, entraînant une contagion dans toute l’Europe et les marchés émergents.

                    Une telle chute des bourses mondiales bourses créerait l’un des pires de marché baissier depuis un siècle.

                    RBS déclare que l’indice iTraxx qui mesure la qualité du crédit des entreprises bien notées pourrait grimper à 130/150 points de base tandis que l’indice « Crossover » qui reflète le risque associé aux obligations spéculatives pourrait atteindre 650/700 pb en un nouvel épisode de panique sur les marchés des obligations.

                    « Je ne crois pas que je puisse être beaucoup clair : si vous devez être engagés sur les marchés du crédit, mettez l’accent sur la qualité, les durées courtes, les investissements défensifs et non-cycliques. »

                    « Le cash constitue la principale protection. Il s’agit de ne pas perdre votre argent, de ne pas perdre le résultat de votre travail », observe M. Janjuah, qui est devenu une star de la City après que ses sombres prévisions de l’année dernière sur la crise du crédit se soient avérées on ne peut plus justes.

                    La RBS s’attend à ce que Wall Street monte encore un peu au début juillet avant que l’élan de courte durée donné par les crédits d’impôts aux USA ne s’évanouisse, et que l’effet retard de la flambée des cours du pétrole ne provoque des dégâts.

                    « La mondialisation a toujours fait courir le risque que les banquiers du G7 se retrouvent pris dans une situation dangereuse à un moment donné. Nous y sommes. », juge-t-il.

                    La Réserve Fédérale américaine et la Banque Centrale européenne n’auront plus le choix lorsque les salariés commenceront à perdre leur emploi et que les prêteurs fermeront les robinets du crédit.

                    Les autorités ne pourront pas répondre par un assouplissement de la politique monétaire car le coût de l’énergie et de l’alimentation continuera à pousser l’inflation à des niveaux qui déstabilisent les marchés. « Le piège, c’est que nous pourrions avoir besoin d’une croissance mondiale plus faible pour provoquer une baisse de l’inflation », note-t-il.

                    « La Fed est en mode panique. La perte massive de crédibilité que la Fed et peut-être même la BCE subiront lorsqu’elles ne pourront pas remonter les taux dans ce contexte inflationniste se conjugueront et déclencheront une vente massive des actifs à risque », déclare-t-il.

                    Kit Jukes, responsable des marchés du crédit à la RBS, déclare que l’Europe ne sera pas immunisée. « Le ralentissement économique se propage et les données les plus récentes sur la demande des consommateurs et la confiance sont catastrophiques. La BCE est fermement décidée à relever ses taux.

                    « Les conséquences au plan politique pourraient être importantes lorsque les ministres des Finances des économies les plus faibles s’en prendront à la BCE. Un élargissement des différences de rendements entre les Bons du Trésor Allemands et ceux des marchés périphériques semble assuré », affirme-t-il.

                    En fin de compte, la banque prévoit que la flambée des prix du pétrole devrait diminuer d’intensité lorsque le puissant mécanisme de la déflation du crédit se fera sentir durant l’année prochaine.

                    Publication originale The Telegraph, traduction Contre Info
                     

                     


                    • zelectron zelectron 19 juin 2008 14:37

                      @Michel Santi

                      L’Euro est une monnaie "hybride" malheureusement dans le mauvais sens du terme, en effet je reste stupéfait que lors de son établissement les Etats aient été "autorisés" à imprimer et fabriquer les billets et pièces à leurs effigies et autres...

                      Chaque Etat peut donc "tricher" (mauvais jeu de mots) un petit peu par ci un peu par là, les "supercontrôles" n’y changeront rien.

                      C’est à la banque centrale de frapper la monnaie et nulle autre instance, que diable !

                      Je précise que ceci m’attriste encore plus de part ma profonde conviction d’Européen (de coeur de surcroît)

                       


                      • Lisa SION 2 Lisa SION 19 juin 2008 16:58

                        L’Euro, c’est super !

                        Tellement super et reconnu mondialement comme une excellente nouvelle, que bien des pays, stars internationales, échanges internationaux ont accepté fièrement ou désiré ouvertement passer directement par l’Euro et lacher le Dollar. C’est ce mouvement planétaire qui a entrainé la chute du dollar, le manque de confiance en Bush, et la conséquence immédiate est la hausse du pétrole nuisant à Airbus et bien d’autres actes spéculatifs secrets tels qu’hausses de taux et autres armes tendant à enrayer la monnaie européenne...Il serait important de rester unis avant que l’Europe ne se scinde à Bruxelle


                        • tvargentine.com lerma 19 juin 2008 17:15

                          Pour apprecier l’euro,je vous invite à vous rendre en Argentine ou l’Euro joue son rôle par rapport à une monnaie (le peso argentin) indéxé sur le dollar américain

                          Le coût de la vie est à divisé par 4 (bouffe,appartement à l’achat,voiture.,fringue) et en plus vous pouvez rouler au gaz sans problème et c’est vraiment sécurisé (alors qu’en France l’Etat à fait peur aux citoyens pour acheter un diesel au lieu d’un gpl)

                          Le plein du réservoir ???? 10 pesos !

                          Il vous faut sortir de votre misère intellectuelle amis gauchistes,car vous avez trop l’habitude de recevoir la misère du monde,alors que le monde n’est pas aussi propre que vous le dites

                          En plus,cela vous permettrez d’apprécier l’évolution des idées

                           

                           


                          • Zalka Zalka 19 juin 2008 18:26

                            Ta gueule Lerma.


                          • Polemikvictor Polemikvictor 19 juin 2008 18:50

                            on va également editer des Euros à l’effigie de Nicolas Sarkozy pour les petites coupures et à celles d’Angela Merkel pour les grosses !


                            • Parpaillot Parpaillot 19 juin 2008 23:32

                               

                              @ l’Auteur : Article intéressant autant qu’inquiétant ! En fait c’est un avis de tempête sur la zone Euro que vous nous annoncez … Cependant le retrait de certains pays de la zone Euro est inimaginable et ce serait une véritable catastrophe …

                               

                              Toutefois, lorsque vous écrivez :

                               

                              « mais les Allemands, possédant dans leur majorité une résidence en Espagne ou en Italie, … »,

                               

                              j’ai de la peine à vous suivre.

                              En effet, sachant que la population de l’Allemagne se monte à quelques 82 millions d’habitants, en retranchant les enfants, les vieillards, les immigrés non italiens ni espagnols, les chômeurs, et en admettant que la population restante se compose d’autant de femmes que d’hommes et qu’ils vivent en ménage commun dans leur majorité, que tous les couples ne possèdent pas 2 résidences dans ces pays (une seule résidence par couple me semble plus raisonnable ???), on n’atteint pas 40 millions et de loin ....

                              Même si le pouvoir d’achat des allemands est élevé, certains d’entre eux possèdent des résidences dans d’autres pays que les deux que vous citez : en Suisse, en Autriche, en Grèce, au Portugal, etc. On veut bien admettre qu’ils sont nombreux à être amoureux de l’Italie et de l’Espagne, mais si ce nombre atteignait seulement 5 millions, ce serait déjà beaucoup et l’impact considérable …

                               

                              Cordialement !


                              • Michel Santi Michel Santi 20 juin 2008 09:18

                                Vous avez absolument raison, je me suis un peu laissé emporter dans ma fougue scripturale. Les Allemands n’ont certes pas dans leur majorité maison en Espagne mais sont très très nombreux à y passer les vacances...et donc à même d’y constater la crise.

                                Cordialement.


                              • fifilafiloche fifilafiloche 20 juin 2008 03:33

                                Pourriez vous nous préciser comment vous arrivez a un calcul de 8.1% d inflation en Allemagne. Selon mes sources il est à 3%.


                                • chmoll chmoll 22 juin 2008 12:16

                                  sur les pièce d’euros et billets,n’ont qu’à mettre un mickey, ça f’ras euros disney


                                  • chlika 22 juin 2008 17:01

                                    Merci chmoll, mais on avait compris la premiere fois...


                                    • bob 22 juin 2008 21:31

                                      Monsieur,

                                      S’il est vrai que dans un esprit europeen les allemands n’acceptent que des coupures allemandes (sic !!!), il faut savoir que les etats-unis en 1840 etaient radicalement different de l’Europe a l’heure actuelle. Entre culture et respect de la democratie, il aura fallu une guerre pour unifier tout ce petit monde. L’Europe est quelque peu differente : Seuls les chefs decident d’unifier l’Europe en depit des rejets d’une constitution proposee puis imposee. Pour obtenir un refus majoritaire des classes dirigeantes d’un pays, il faudrait soit une certaine honnetete de leur part ( LOL ) soit une maladresse importante dans une attribution de capitaux en leur nom propre ce qui n’est pas dans la politique des lobbies.
                                      Quant a l’inflation, elle resulte essentiellement d’une gestion a courte echeance des politicards vereux plus prompts a defendre leurs investissements qu’a gerer leur pays.

                                      En ce qui concerne, les "sages" tout individu un peu instruit de la chose economique sait qu’ils sont aussi grassement payes qu’inutiles.


                                      • moebius 22 juin 2008 21:34

                                         Mame Muche...comment vont vos varices ? mais parlons de chose plus essentielles, parlons de la Nation et de la Frrrance... Robert sert mois un autre apéro et c’est qu’avec ou sans l’Europe ce sera le caca alors.... On est tous bien conscient qu’on a les pieds dedans, pas vrai Mimile et que le pire est devant nous et que la merde monte. Et qu’on en soit conscient ou non ne changera rien... allez Robert c’est ma tournée...et c’est superle plus vite sera le mieux, pas vrai mame Muche que nous sommes fatigués et impatients de voir la fin de ce bordel ..vite ! bordel depuis l’temps qu’on attend aut’chose


                                        • moebius 22 juin 2008 21:37

                                           VIVE L’EUROPE robert ! et ton peuple nous autres européens on l’’emmerde ! "grassement payé" gnin gnin connard !


                                        • zadig 23 juin 2008 07:55

                                          @l’auteur.

                                          Bref, résumé de l’article.

                                          L’euro est mal parti.

                                          Alors plaçons nos sous en Suisse ? ( à Geneve ? )


                                          • zadig 23 juin 2008 08:38

                                            @l’auteur

                                            Cet article est vraiment léger :

                                            .Graves erreurs de chiffres. Inflation en Allemagne 8,1 % !!

                                            .Généralisation abusive. Des amis Allemands m’ont dit que ....

                                            Bref les anti Europe peuvent vous remercier.

                                            Petites remarques :

                                            J’ai gardé des francs français ( montés en presse papiers )

                                            J’ai retiré mes fonds (résultat de mes trafics ) de la banque UBS (trop risqué)

                                            Alors ou les mettre ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès