Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > « Un jour on regrettera l’Europe » : les inquiétudes d’un laïc (...)

« Un jour on regrettera l’Europe » : les inquiétudes d’un laïc koweïtien

L’actualité de ces derniers mois a encore été marquée par divers problèmes communautaires, qui interrogent sur la place de l’islam en France. On sait la classe politique mal à l’aise avec cette question, la critique de l’islam (rebaptisée à dessein "islamophobie") étant assimilée (évidemment à tort) à du racisme. La seule extrême droite, rejointe récemment par une gauche laïque (mais rapidement assimilée elle-même à l’extrême droite), s’est depuis belle lurette engouffrée sans complexe sur ce thème.
 
Depuis peu cependant, certaines personnalités directement issues de la "communauté musulmane" se font entendre pour protester contre l’apathie des Européens, et les exhortent à défendre leur culture et leurs valeurs contre ce qu’ils qualifient de poussée islamiste. Ahmed Al-Sarraf, un militant de la laïcité au Koweït, s’inquiète aujourd’hui pour le Vieux Continent.
 
Depuis plusieurs mois, la montée des populismes inquiète l’Union européenne. Partout en Europe, une extrême droite plus ou moins fasciste progresse. Un numéro du magazine de Canal Plus Spécial investigation, en 2009, avait d’ailleurs illustré ce phénomène.
 
Voici l’intégralité de ce reportage intitulé "Europe : Ascenseur pour les fachos", et qui montre comment, à travers tout le continent, des groupuscules d’extrême droite - pour certains inquiétants - se structurent, se rapprochant de plus en plus du pouvoir.
 
 
La carence du reportage de Canal Plus, c’est qu’il ne fait que déplorer le phénomène, un peu à la manière d’une manifestation "antifa" : on se dresse contre l’adversaire, on braille, on diabolise, mais on n’a pas fait avancé d’un pouce le Schimlblick. Or, sans un début de compréhension du phénomène, la seule riposte demeure la violence (ou l’insulte). Et l’action politique raisonnable reste, quant à elle, exclue.
 
Pour commencer à aborder ce problème plus raisonnablement, regardons-le d’un point de vue extérieur, et d’un point de vue musulman (puisque l’islam est l’ennemi numéro un des dits "fachos").
 
Courrier International vient justement de publier le "coup de colère d’un quotidien populaire koweïtien contre ceux qui dénoncent le racisme européen à l’égard des musulmans alors même qu’ils le pratiquent contre les étrangers dans leur propre pays". Réservé aux abonnés, l’article est accessible à tous ici :

L’Europe est parfois appelée le Vieux Continent, mais elle reste la mère de la civilisation moderne, le centre de la culture mondiale et l’incarnation de la conscience internationale. L’Europe, et surtout l’Europe occidentale, joue le rôle humaniste qui a fait sa réputation et combat le sous-développement en ouvrant grand les bras aux miséreux, aux maltraités et aux opposants pourchassés par des dictateurs.

Quand elle défend son identité et sa façon de vivre, nous n’avons pas le droit de nous en offusquer. Elle ne fait que défendre la démocratie et les libertés individuelles contre une pensée religieuse, celle de l’islamisme. Il faut être objectif pour comprendre les réactions de colère des Européens face à "l’assaut culturel et humain" musulman.

Au bout d’une ou deux générations, le monde entier, et le monde arabe en premier lieu, regrettera l’Europe telle qu’elle avait été jusque là. Celle-ci aura été transformée sous l’effet de l’immigration musulmane. Les Européens ont donc raison de s’inquiéter. Mettons-nous à leur place : dans les pays du Golfe, ne nous inquiétons-nous pas de l’influence exercée par les immigrés asiatiques sur nos propres modes de vie ?

Les ghettos musulmans prolifèrent autour des grandes villes européennes, le voile s’y est banalisé, le niqab y progresse jour après jour et les mosquées y attirent plus de monde que les églises. Il y aurait quarante cinq millions de musulmans en Europe, ce qui ne serait pas si grave s’ils voulaient vraiment s’intégrer. Or beaucoup soutiennent le principe des attentats, les crimes d’honneur sont courants et les femmes se voient souvent traitées par leurs familles comme si elles étaient encore dans leur pays d’origine.

C’est effrayant de voir que ceux qui ont fui les dictatures politiques, militaires ou religieuses voudraient transformer l’Europe en quelque chose qui ressemblerait à ce à quoi ils cherchaient à échapper.

Nous écrivons cela simplement afin de nous élever contre la victimisation qui accompagne la défense du droit des musulmans à vivre conformément à leurs convictions. Cela est d’autant plus inacceptable que nous-mêmes, dans notre propre pays, nous refusons à toutes les minorités, y compris aux Européens, de simplement respirer et ne cessons de vouloir leur imposer nos choix.

L’article a été publié originellement dans le journal koweïtien Al-Qabas. Selon Courrier International, Al-Qabas est "certainement le titre le plus prestigieux de ce petit émirat pétrolier. Fondé en 1976, il appartient à cinq grandes familles et constitue donc le porte-voix des intérêts de la bourgeoisie libérale. C’est aussi l’une des tribunes du mouvement démocratique "orange" de jeunes qui s’opposent à la pernicieuse islamisation du pays".

L’auteur de la tribune est Ahmed Al-Sarraf, un journaliste koweïtien libéral, démocrate, et partisan de la laïcité, qui, en 2009, avait déjà dit son hostilité aux soi-disant représentants de Dieu sur terre : "I have nothing against religion or religious thought. I am against the practice of those who like to act as God’s representative on Earth. They tell me how to drink, how to get married, how to enter the house, how to enter the bathroom, how to have sex, and how to get dressed. The continuous interference in my life is what I oppose." Fervent partisan de la laïcité dans le monde arabe, il perçoit dans cette valeur le seul accès possible à l’égalité : "I believe in secularism... which strives to separate state and religion. (...) Secularism is a goal for which every state [should] strive, and the difference between [secularism] and liberalism is not great. Liberalism means believing in the right of others to [freely] choose their religion, creed, lifestyle, etc., and to live according [to their beliefs] - whereas secularism has a more prominent political aspect of separating state and religion. In a secular state, all citizens... are equal in the eyes of the law, be they Christians, Jews, Hindus, Buddhists or Muslims. [This is not the case] in all [Arab] states today. (...) Unless we separate religion and state, and treat all citizens equally and without discrimination, we will continue to be backward in terms of granting the most basic citizen rights." En 2004, il affirmait à la télévision iranienne que les pays arabes n’avaient aucun avenir en dehors de la démocratie laïque, à l’image de celle que l’Europe avait produite : "If the Arab countries do not become secular and democratic, we have no future, and we’ll remain in our backwardness until Judgment Day. There is no solution in the horizon besides turning the so-called Arab countries into secular countries, like in Europe before it was united."

Ce n’est pas un scoop, mais il est bon de le rappeler : au sein même du monde musulman, l’islamisme est combattu et l’idéal démocratique et humaniste que représente l’Europe est loué, et l’on souhaite qu’il soit préservé contre l’obscurantisme et la tyrannie que certains fanatiques veulent y importer.

On imagine bien que le journaliste koweïtien qui a écrit cette tribune pro-européenne ne soutient pas les fascistes présentés dans le reportage de Canal Plus, et pourtant il comprend la colère qu’ils incarnent. On aura tout de suite compris que le problème aujourd’hui en Europe, c’est que bien peu de politiques modérés sont prêts à reprendre à leur compte le discours de ce libéral koweïtien. La gauche ne veut pas "stigmatiser", c’est-à-dire perdre des électeurs potentiels, et l’UMP tient sans cesse un double discours : non à la burqa à l’Assemblée nationale, mais non à son interdiction au Conseil de l’Europe.

L’exemple, pour les Européens frileux, pourrait donc venir des musulmans eux-mêmes. Très récemment, en Algérie, le ministre des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah, a relancé l’interdiction de pratiquer la prière, celle du vendredi notamment, en des endroits publics situés à proximité des mosquées. C’est le journal Le Temps d’Algérie qui nous l’apprend le 19 juillet 2010 :

Il arrive, en effet, que pendant la prière hebdomadaire du vendredi, plusieurs dizaines de fidèles s’agglutinent à l’extérieur des mosquées pour accomplir leur devoir religieux à même les trottoirs jouxtant les maisons de Dieu.

Ce genre de constat est visible notamment dans les mégapoles du pays, à l’instar d’Alger où les mosquées ne désemplissent pas chaque vendredi. Seulement, ce n’est pas là une raison, insiste le ministre des Affaires religieuses, pour tolérer les rassemblements des fidèles au niveau des endroits environnants aux lieux de culte.

Il a indiqué : « Seul l’intérieur des mosquées est fait pour les prières et si celui-ci est rempli de pratiquants, les autres fidèles n’ont qu’à prier chez eux et non pas dehors ». Faut-il juste rappeler que le fait de prier en des lieux publics a toujours été une pratique interdite par la loi en vigueur.

Néanmoins, les autorités ont jusque-là fait preuve de souplesse vis-à-vis de l’application de cette loi. Ghlamallah semble désormais décidé à en finir avec cette souplesse, en faisant valoir l’application de la loi dans toute sa rigueur. C’est du moins ce qu’il a soutenu hier lors d’un point de presse qu’il a animé à Dar El Imam de Mohammadia (El Harrach) où il a présidé la cérémonie de clôture de deux journées d’étude organisées à l’intention des nouveaux imams et morchidate.

Le contraste avec la situation française, et parisienne en particulier, est saisissant. On se souvient, en effet, qu’au moment de la polémique autour de l’apéro géant "saucisson pinard" prévu à la Goutte d’Or et finalement interdit, et qui n’était qu’une réponse (peut-être maladroite) aux prières dans la rue Myrha tous les vendredis, le maire du XVIIIe arrondissement Daniel Vaillant avait déclaré sur RMC qu’il tolérerait cette pratique des prières publiques tant qu’une nouvelle mosquée ne serait pas construite dans le quartier (la construction est prévue d’ici deux ans...). Le député socialiste du 18e arrondissement de Paris Christophe Caresch avait aussi concédé sur France 5 qu’il existait une "tolérance" pour les prières dans la rue, car, disait-il, "nous n’avons pas d’autre solution". Visiblement, en Algérie, ils ont la solution : rappeler des principes de base. L’Algérie serait-elle donc devenue plus laïque que la France ?
 
De même, dans différents pays musulmans (Egypte, Syrie), sous la poussée des progressistes, on s’attaque au niqab, ce signe de l’aliénation de la femme. On l’interdit à l’université par exemple. Mais en Europe, on tergiverse. En France, la gauche ne souhaite pas d’interdiction générale, et on fait traîner sur des mois un débat qui aurait dû être réglé en une semaine à peine... malgré la désapprobation très ferme de l’Oncle Sam, qui se mêle de ce qui ne le regarde pas. Sur AgoraVox, Yassine Kodifa, un jeune militant UMP, a récemment mis en lumière la lutte contre le niqab dans les pays musulmans eux-mêmes et la nécessité - d’autant plus justifiée - de rejeter l’extrémisme islamiste en Europe.
 
Sur AgoraVox TV, "Aldo Sterone", un Algérien vivant à Londres et très préoccupé par la situation française, a dénoncé la tenue de prières dans les rues de Paris et l’interdiction de l’apéro "saucisson pinard", et regretté le "suicide" des Européens qui refusent de protéger leur identité et leurs valeurs (que lui-même apprécie, puisqu’il est venu vivre en Angleterre). "Aldo Sterone" représente, lui aussi, ces Arabes libéraux qui combattent l’islamisme et se désolent de voir les Européens résister si mal. Son discours rejoint assurément celui du journaliste koweïtien Ahmed Al-Sarraf.
 
 
Dans notre pays, Malika Sorel, Française d’origine algérienne, et membre du Haut Conseil à l’Intégration, est la figure de proue de ces Français "issus de l’immigration" qui refusent autant l’islamisme que la tolérance folle des autorités à son égard. Républicaine intransigeante, c’est un peu l’anti Rokhaya Diallo, que nos médias lui préfèrent pourtant largement (la présidente des Indivisibles, sponsorisée par les Américains, et qui perçoit la police comme une "force d’occupation" dans les banlieues, est chroniqueuse sur Canal Plus et RTL). 
 
 
Selon Sorel, le problème principal auquel sont confrontés les immigrants en France, c’est qu’ils viennent de sociétés à fonctionnement tribal, très différentes de la société française, basée sur la liberté individuelle. Selon elle, dans le puzzle de l’intégration, l’économie n’est pas la pièce centrale, c’est la culture.
 
Elle rejoint ainsi, d’ailleurs ouvertement, l’analyse du maire de Montfermeil Xavier Lemoine, selon lequel les dysfonctionnements sociaux, urbains et économiques, même s’ils ne sont pas à négliger, ne sont pas les causes essentielles des problèmes auxquels nous sommes confrontés dans certaines banlieues. Selon cet élu qui ose parler vrai, sans y perdre le sens de la nuance, la cause principale des problèmes est d’ordre culturel ; elle se situe dans le mode d’éducation de certains immigrants, qui conservent leur mode de vie traditionnel, leur langue, et restent constamment tournés vers leur culture d’origine.
 
 Entretien complet : 1ere partie - 2e partie
 
Le maire socialiste de Clichy-sous-Bois faisait d’ailleurs récemment remarquer que 70 % des enfants qui arrivaient dans les écoles primaires de sa ville ne parlaient pas français, avec des parents qui ne le parlaient pas davantage. Et cela avait pour conséquence de faire fuir les "francophones" de ces quartiers, ce qui renforçait leur isolement (pour ne pas dire leur ghettoïsation). Une telle fuite des "Français de souche" avait été également constatée par Harry Roselmack lorsqu’il était passé derrière les murs de la cité de Villiers-le-Bel l’an passé (21e minute de cette vidéo), les "autochtones" de Villiers-le-Bel fuyant "les différences d’éducation" et le fait, par exemple, de "ne plus avoir de boucherie traditionnelle" à côté de chez eux.
 
Il faut noter que ce type de situation (de ségrégation) existe ailleurs en Europe, en Allemagne par exemple, où un documentaire vient d’être diffusé, le 21 juillet, sur la chaîne ARD, montrant une école où 70 % des élèves sont musulmans, et où la minorité allemande se sent stigmatisée, rejetée, voire "terrorisée" (pour reprendre le terme employé par le journal Bild qui consacre un article à ce film). Les deux communautés - collégiens allemands et étrangers - vivent isolés les uns des autres. Selon les auteurs du film, c’est à une véritable "guerre de civilisation" que l’on assiste au sein de l’école, les musulmans ayant une très mauvaise image de la culture allemande, qu’ils refusent et méprisent. Le film montre d’ailleurs un débat au sein d’une classe, très intéressant, où un jeune Allemand considère que les étrangers devraient s’adapter au mode de vie local, tandis que le jeune musulman qui lui répond s’y refuse catégoriquement, considérant que les Allemands doivent accepter sa culture, sans la moindre adaptation de sa part.
 
 
Alors que faire ? Malika Sorel préconise de ralentir fortement l’immigration, celle-ci se faisant aujourd’hui au détriment de l’intégration, et de subordonner l’attribution de la nationalité française à l’acceptation des valeurs de la république ; le mois dernier, elle lançait sur AgoraVox cet appel au président Sarkozy :

Dans des conditions de tension de plus en plus palpable dans l’espace public, je qualifie de profondément irresponsable, et donc inacceptable, le fait de continuer d’« accueillir » 200 000 immigrés chaque année et d’accorder la nationalité française à près de 100 000 étrangers par an. Cerise sur le gâteau, j’entends régulièrement qu’il nous faut expliquer aux nouveaux Français quelles sont les valeurs qui caractérisent le peuple français. On reconnaît donc que l’on distribue la nationalité française à des personnes qui ne sont pas encore porteuses de l’identité française. Qui pouvait encore en douter ?

De quels qualificatifs affublerait-on des parents qui continueraient d’adopter alors qu’ils se seraient révélés incapables, pour quelque raison que ce soit, d’assurer un développement normal à leurs enfants ? Le manque d’esprit de responsabilité : voilà où se situe la véritable cause de la descente aux enfers de notre société. Depuis trente ans, le peuple français, mais c’est la même situation qui prévaut partout en Europe, assiste impuissant à l’installation progressive du chaos.

Monsieur le Président de la République, je vous en conjure, réformez le code de la nationalité tant que subsiste encore un mince espoir de garder le contrôle de la situation. Ayez le courage de le faire maintenant, et de ne pas repousser à demain le service de l’intérêt général.

La situation est urgente, lorsque l’on entend encore les témoignages de la table ronde n°1 sur le port du voile intégral en France animée par François Baroin le 17 décembre 2009, et qui réunissait Jean-Michel Blanquer, recteur de l’académie de Créteil et professeur de droit constitutionnel, Jeannette Bougrab, conseillère d’Etat, maintenant présidente de la HALDE, Sihem Habchi, présidente de l’association « Ni putes, ni soumises », Valérie Hoffenberg, présidente du Collectif Urgence Dialogue, et Xavier Lemoine, maire UMP de Montfermeil.
 
Lors de cette table ronde, Jeanette Bougrab rapporta une anecdote à faire frémir : il y a quelques années, dans un supermarché Carrefour en banlieue, elle se rendit dans le rayon des livres, et voulut feuilleter le Traité d’athéologie de Michel Onfray. Stupeur : tous les exemplaires avaient leurs pages déchirées, afin d’en empêcher l’achat (46e minute de la vidéo ci-dessous).
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (85 votes)




Réagissez à l'article

185 réactions à cet article    


  • Catherine Segurane Catherine Segurane 25 juillet 2010 06:10

    Il n’y a pas de résurgence du fascisme en France, juste une propension, dans les cercles du pouvoir et des médias, à qualifier de fasciste tout Européen attaché à la maîtrise de son territoire, à son identité et à ses valeurs humanistes, féministes, laïques et républicaines.



    • Deneb Deneb 25 juillet 2010 08:05

      Catarina Segurana : « ...maîtrise de son territoire, à son identité... »

      Sémantique guerrière et populiste. En contradiction avec la 2ème partie de la phrase, avec laquelle je suis d’accord.

      Fai tira, va !


    • Deneb Deneb 25 juillet 2010 09:50

      « Pacifiste et élitaire ? »

      Tout à fait. Elitaire, parfaitement, sauf que les élites ne sont pas forcément celles que l’on nous désigne, mais plutôt celles que l’on choisit librement.


    • Deneb Deneb 25 juillet 2010 10:14

      « invasion de son territoire et submersion de son identité »

      Essayons de dire ça autrement : présence dans son espace vital et remise en question de ses acquis culturels. C’est bien moins méchant là, non ?


    • Rounga Roungalashinga 26 juillet 2010 10:36

      Essayons de dire ça autrement : présence dans son espace vital et remise en question de ses acquis culturels. C’est bien moins méchant là, non ?

      Deneb est en effet connu pour remettre fréquemment ses acquis culturels en question face aux cultures islamiques.


    • zototo 25 juillet 2010 06:12

      « Un jour on regrettera l’Europe »


      Non, on regrettera simplement de s’être fait berné par la tour de babel qu’est l’Europe...

      Relisez les grecques à propos de la légende d’Europe...

      Cet article est une honte pour agoravox !

      Pour le reste, douglas, vous ne faites que défendre les idées de sarkozy avec un pseudo puant laïcisme...

      Vous êtes donc pour la guerre civile qui gardera le pouvoir en place...

      Et l’identité de l’Europe ou celle de ces peuples n’est absolument pas menacé par l’islam mais par cette pseudo-culture anglo-saxonne qui écrase tout sur son passage...
      Et oui, le petit con de cité utile (avec l’étiquette mouvante de racaille, islamiste etc) fait comme les autres : il boit du cocoa, a des nike, passe son temps à regarder des séries et films US et écoute du rap...

      Douglas, je n’aime pas les gens qui mettent de l’huile sur un feu qu’ils ont eux même alumés...

      • jakback jakback 25 juillet 2010 09:58

        Le lien qui va suivre va faire monter au créneau tous les tenants de la mixité sociale, du vivre ensemble, et autres lobotomisés de la mondialisation des idées ( entre autre )
        En revanche je doute qu’ils se posent la question, pourquoi nos médias ne reprennent pas ces infos, pourquoi seul un site sujet a bien des débats, nous propose ce document produit et réalisé par la chaine allemande ARD, qui elle ne peut pas est condamnée d’extrémiste de droite ?

        http://www.fdesouche.com/126672-reportage-ard-sur-une-ecole-multiculturelle#more-126672

        1

      • ddt99 ddt99 25 juillet 2010 07:49

        Que veut dire l’intégration pour les natifs de France ?

        Un homme né à l’étranger, parlant couramment et sans accent la langue du pays, ne pratiquant aucune religion, un casier totalement vierge (bulletin 1 à 3) marié à une Française, père de trois enfants sans problème scolaire et extrascolaire, créateur de société et d’emplois dans le pays qui l’a accueillie, etc.

        Cet homme, est-il un intégré tel que souhaité par la République française ?

        C’est mon profil, et pourtant malgré toute cette « intégration », le seul endroit ou peut finir un homme immigré, intégré ou non est la prison, je fus renvoyé, jugé et pire condamné sur un décret-loi ABROGÉ et donc sur un texte CADUC, et en bonus, je fus interné dans un hôpital psychiatrique pour avoir MANIFESTÉ DES IDÉES DIFFÉRENTES de mon élu local, une privation de liberté individuelle et d’expression manifeste, clairement inscrites dans l’arrêté préfectoral d’hospitalisation d’office, qui n’a provoqué aucune indignation des gens sollicités, députés, ministre, magistrats, etc., associations de défenses des droits de l’homme, n’obtenant qu’un silence assourdissant de toutes ces autorités, dans un pays qui prône le dialogue et l’écoute, mais qui ne renvoie aucun écho aux doléances d’un citoyen victime incontestable de l’administration, le non-lieu sur les accusations fallacieuses qui m’ont conduit en hôpital psychiatrique et en prison.

        Comme l’a dit Winston Cherchell ; « En France, tout est permis, même ce qui est interdit. » 

        Le communautarisme est inévitable dans un pays comme la France, car il ne laisse d’autre chois aux immigrés que de se réunir pour se défendre contre l’agression légale des autorités contre les minorités dites visibles.


        • ddt99 ddt99 25 juillet 2010 07:55

          petites corrections en fin de texte (désolé)

          le non-lieu sur les accusations fallacieuses qui m’ont conduit en hôpital psychiatrique et en prison en témoigne.

          Comme l’a dit Winston Churchill ; « En France, tout est permis, même ce qui est interdit. » 

          Le communautarisme est inévitable dans un pays comme la France, car il ne laisse d’autres choix aux immigrés que de se réunir pour se défendre contre l’agression légale des autorités contre les minorités dites visibles. 


          • Deneb Deneb 25 juillet 2010 08:43

            ddt99 : à vous lire, on a l’impression que vous êtes impètre dans un monde kafkaïen. Je compatis, mais j’aimerais tout de même connaitre toute l’histoire pour me faire une idée précise.


          • COVADONGA722 COVADONGA722 25 juillet 2010 08:30

            yep ce qui est absolument hallucinant c est la quantité d étrangers risquant meme leur vie pour certain afin de venir vivre dans l enfer épouvantable qu est la France.Je crois que nous les sous chiens majorité invisible de ce territoire nous n evaluerons jamais assez la chance et les remerciement que nous devont a tous ces étrangers qui viennent ici alors que contrairement aux pays de cocagne d’ou ils viennent il n existe dans notre enfer raciste
            ni hlm ni ecole ni bus ni cantine ni hopitaux
            dans cette enfer raciste ou on distribue quasiement sans controle allocation familiale rmi rma cmu aide au parent isolé « multiple »
            un pays raciste ou la police rase des quartier entier au blindé des truc qui n existe pas en algerie par exemple .
            Bref je m étonne tous les jours de croiser dans la rue des étrangers qui ne trouve rien de bon en france « les français sont des chiens » cf la dame voilée de grenoble mais qui reste quand meme ici dans cette géhenne sont masochiste ?ou alors serait ce que c est quand meme mieux de chouiner ventre plein dans ce pays ou les policiers n ont pas le droit de les tirer a vue ce qui a mon sens en ramenerer quelques un vers la réalité ou a tout le moins les ferait la fermer.Si nos frontieres ne sont pas assez fermées dans le sens arrivée
            il faudra bien que tot ou tard nous les ouvrions dans le sens du départ.


            • Deneb Deneb 25 juillet 2010 08:30

              Merci à l’auteur pour ce vent d’espoir.

              En Europe, les partisans de la laïcité commettent hélas trop souvent l’erreur de croire qu’il faille se reprocher de la doctrine chrétienne pour combattre l’islamisme militant. Il faut préserver la laïcité de tout obscurantisme, que ce soit les délires d’un chef de guerre pédophile ou celles de la secte qui recrute chez les petits enfants, en les impressionnant avec un cadavre mutilé et ensanglanté, cloué sur une croix.


              • Furax Furax 27 juillet 2010 11:49

                Débile.


              • Deneb Deneb 27 juillet 2010 15:13

                Enchanté. Moi, c’est Deneb.


              • Furax Furax 27 juillet 2010 18:55

                Je reconnais que mon commentaire est un peu...sec. D’ailleurs, après coup je l’ai « moinssé » moi-même.
                Monsieur Deneb, enchanté également (merci Chirac), il faudrait que vous connaissiez un peu mieux l’histoire du pays qui vous a accueilli.
                Voyez vous, la plupart de ceux qui l’ont construit, de Clovis à De Gaulle en passant par Victor Hugo, Lamartine, Chateaubriand, Mitterrand et une infinité d’autres se sont recueillis devant le « cadavre mutilé ». Vous n’êtes pas obligé de partager leurs convictions mais, si vous ne les respectez pas, la France a un côté très positif par rapport à ce que vous avez quitté : les portes sont grandes ouvertes.
                Retournez donc au pays des goulags mais je ne sais pas si on vous laissera encore assouvir vos penchants. La belle époque est finie. Soljenytsine ( un adorateur du cadavre mutilé) a connu la déportation et a fait savoir au monde que soixante millions d’autres « adorateurs » avaient subi le même sort. Je ne sais pas si, là-bas, les esprits aussi éclairés que le vôtre ont encore une grosse côte...


              • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 27 juillet 2010 22:17

                Il y a même des gens qui ont construit la France qui ont inscrit en gros dans la loi que l’église n’a plus rien à voir avec l’État, et que chacun peut avoir la religion qu’il veut.

                Donc comme vous dites, si vous ne respectez pas ce qui fait la France, la porte est grande ouverte !


              • Deneb Deneb 28 juillet 2010 13:30

                « il faudrait que vous connaissiez un peu mieux l’histoire du pays qui vous a accueilli. »

                Non m’sieu. L’histoire du pays que j’ai CHOISI pour qu’il profite de mes talents. Le pays que j’ai choisi pour donner une terre à mes enfants. Le pays que j’ai choisi pour la douceur de son climat, la beauté de ses habitantes, et pour la fraîcheur de l’esprit contestataire de ses habitants.

                Je suis un homme libre. On m’accueille les bras ouverts de partout où je choisis d’aller. Est-ce votre cas ?

                Vous ne faites pas l’honneur à votre pays si chéri en superposant son histoire avec celle d’une secte dont la morale contestable fait que les adeptes fassent ch... leur progéniture « pour leur bien », évidemment, la secte qui favorise le laborieux au détriment du spontané, qui diabolise le rire (le diable ne rit que du malheur des autres), qui limite la sexualité, une pratique naturelle des plus saines et sensés, une secte vénale et manipulatrice - si pour vous c’est ça la France, nous ne vivons pas dans le même pays.


              • Furax Furax 28 juillet 2010 18:01

                « N’oublie pas que tu es ici l’intrus que personne n’a invité »
                Les colons ont toujours CHOISI le pays où ils s’installaient pour faire bénéficier les malheureux indigènes de leurs incroyables TALENTS.
                Ils sont toujours, au final, chaleureusement remerciés.
                Je ne perdrai plus une seconde à débattre religion avec un tel indigent.


              • Deneb Deneb 28 juillet 2010 18:54

                Voila qu’il me traite de colon maintenant. Mes potes français étaient morts de rire quand je leur ai montré ça.


              • romaeterna romaeterna 25 juillet 2010 08:44

                Excellent article notamment parce que je trouve intéressant de savoir ce qui se passe chez nos voisins (pour le londonistan c’est bien parti !) et parce qu’il me semble important que nous puissions sortir de l’amalgame extrême-droite/laïcité dans lequel veulent nous enfermer les petits ayatollahs d’AV (il y en a déjà un) et tous ces pauvres moutons aveugles qui se réclament d’une gauche en train de détruire ses propres valeurs pour obtenir quelques voix. Mais bien entendu cette gauche ainsi que les écolos genre Cohn-Bendit finira par se redire laïc quand elle se rendra compte qu’elle a fait un mauvais calcul (électoral car c’est le seul qu’elle soit capable de faire maintenant !). !


                • Douglas Barr 25 juillet 2010 23:22

                  Complément d’information, sur la situation en Belgique : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1277718679344&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

                  « Il y a quelques semaines, l’hebdomadaire Le Vif/L’Express titrait en couverture »Bruxelles musulmane en 2030". L’analyse n’exclut pas le scénario d’une capitale européenne devenue musulmane dans à peine 20 ans. Pourquoi ce scénario est-il inquiétant ? Le problème n’est pas religieux, il est politique. (...)

                  Que constatons-nous dans certains quartiers de Bruxelles ?

                  Une atmosphère étouffante, des pressions et des injures visant les femmes qui ne portent pas le voile, l’interdiction de fait des commerces qui ne sont pas halal. C’est-à-dire la disparition de tout commerce vendant de l’alcool, du porc et tout ce qui est « illicite » aux yeux des nouveaux inquisiteurs religieux. (...)

                  Mais il faut bien constater que certains Musulmans radicaux tendent maintenant à revendiquer la non-intégration comme un droit. Quelques associations antiracistes ont réussi à imposer le droit à la différence pour les immigrés musulmans et l’obligation de s’adapter pour le reste de la population.

                  Les politiciens au pouvoir sont allés jusqu’à entériner le « multiculturalisme », cette idéologie hasardeuse selon laquelle des patrimoines de valeurs complètement différents peuvent former une société cohérente. (...)

                  http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?apage=2&cid=1277718679344&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

                  Nous ne pouvons nous accommoder de différences religieuses essentiellement revendiquées par des idéologues fondamentalistes et rétrogrades. Car, dans notre société, aucun groupe ne peut se prévaloir de privilèges : tout le monde est sur le même pied. Ces revendications se fondent sur le postulat que plusieurs civilisations peuvent coexister sur le même sol. Cela est faux car cela mène à la guerre civile. Et, c’est évident, seule la position laïque est à même d’assurer la paix civile.

                  Les seuls « accommodements vraiment raisonnables » sont ceux qui s’imposent aux derniers arrivants, comme l’exige la plus élémentaire courtoisie. Ce que nous proposons à nos concitoyens musulmans, en plus de toute notre assistance, de toute notre solidarité sociale, à côté de tous les avantages qu’il y a à vivre en Belgique, c’est simplement qu’ils s’accommodent de nos institutions, de notre mode de vie et de nos traditions. (...)"

                  signé ALDO-MICHEL MUNGO, Universitaire, analyste en géostratégie, Directeur de la rédaction du magazine militaire Carnets de Vol.


                • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 25 juillet 2010 23:37

                  Pourquoi mettre les articles du Jérusalem post en lieu et place de l’article original de l’Express ?

                  Le Jérusalem post étant un journal à charge (dans cet article je n’ai vu que des affirmation, mais aucune source)...


                • Douglas Barr 25 juillet 2010 23:54

                  L’article de Le Vif/L’Express est sur le papier... On trouve ici ou là (sur des sites assez droitiers) la couverture de ce numéro :

                  http://www.surlering.com/article/article.php/article/bruxelles-ville-musulmane-en-2030-

                  http://fr.novopress.info/56577/bruxelles-musulmane-en-2030-lislamisation-est-en-marche/

                  Sur le site de Le Vif/L’Express, je ne trouve que cet édito :

                  http://levif.rnews.be/fr/news/levif-blog/les-editos-du-vif/integration-et-cohabitation-oser-avec-sagesse/opinie-1194715437180.htm


                • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 26 juillet 2010 00:17

                  Je pensais que le Vif mettait toute son édition en ligne, au temps pour moi.

                  Mais un article sur l’islam dans un journal israelien, voila quoi... smiley


                • Douglas Barr 26 juillet 2010 00:25

                  Autre complément, sur les prénoms les plus donnés en Europe. On se rend compte que « Mohamed » est en tête dans de nombreuses villes, ce qui montre que le modèle assimilationniste (qui demanderait qu’on européanise les prénoms) n’a pas vraiment cours, et que c’est le modèle multi-culturaliste qui semble l’emporter partout :

                  Mohamed est le prénom le plus donné aux nouveaux nés dans la région de Bruxelles-Capitale en Belgique, et ce depuis les années 1980. Par ailleurs, sept des dix premiers prénoms du classement sont d’origine arabe ou à la mode auprès des familles arabes : Mohamed, Adam, Rayan, Ayoub, Mehdi, Amine et Hamza. Chez les petites filles, Lina a détrôné Sarah en 2006 et devance d’autres prénoms à consonance arabe tels Sarah, Rania, Ines, Aya, Salma, Yasmine, Imane et Sara. http://www.dhnet.be/infos/societe/article/181139/emma-et-noah-les-favoris.html

                  Mohammed, sous toutes ses variantes, était 2e au classement des prénoms les plus donnés au Royaume-Uni en 2006, et devrait désormais être n°1 si la tendance s’est poursuivie. http://www.timesonline.co.uk/tol/news/uk/article1890354.ece

                  Mohammed, sous toutes ses variantes, se classe 2e à Malmö en Suède http://www.sydsvenskan.se/malmo/article305235.ece

                  Mohammed est le prénom n°1 depuis plusieurs années à Oslo en Norvège http://www.nettavisen.no/innenriks/ioslo/article2518081.ece

                  Mohammed, sous toutes ses variantes, est premier à Milan en Italie http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3550085,00.html

                  Mohammed est premier à Marseille http://www.francesoir.fr/divers/prenoms-mohamed-et-ines-en-tete-marseille

                  Mohammed est premier en Seine St-Denis http://prenoms.doctissimo.fr/Seine-Saint-Denis-93-departement.html


                • Ariane Walter Ariane Walter 26 juillet 2010 09:39

                  Au sujet du prénom Mohamed.
                  J’ai lu l’article qui parle de Marseille.
                  Le prénom Mohamed est en tête ce qui représente 2% de bébés masculins....
                  Vous ne pensez pas que vous en faites un peu trop ???????


                • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 26 juillet 2010 10:07

                  Surtout que l’interprétation comme quoi la population musulmane progresse est tronquée par le fait qu’il y a une sorte de tradition d’appeler au moins un enfant mohamed, il n’y a pas à ma connaissance un prénom obligatoire dans une fratrie qui soit indépendant des grands parents, et encore...


                • Nobody knows me Nobody knows me 26 juillet 2010 15:45

                  Hé de toute façon pour les prénoms, pas la peine de trop vous exciter hein, les Jean, Pierre, Paul, Jacques, Marie, et compagnie, ça vient d’où d’après vous ?
                  C’est une génération spontanée de prénoms qui a germé simultanément au Moyen Orient et en France par magie ??
                  Allez faire un tour sur tous-les-prenoms.com, vous allez tomber des nues...


                • Douglas Barr 26 juillet 2010 16:16

                  @ Ariane Walter

                  L’article sur Marseille indique, au contraire, une tendance assez signifiante : « En 2007, 136 bébés ont reçu le prénom du prophète, soit plus de 2 % des nouveau-nés de sexe masculin. Cette tendance se confirme dans la communauté musulmane de Marseille, qui optait ces dernières années pour des prénoms plus « interculturels » comme Ryan (ou Rayan), Killian ou encore Dylan. » http://www.francesoir.fr/divers/prenoms-mohamed-et-ines-en-tete-marseille

                  Les prénoms étaient plus « interculturels » il y a quelques années...


                • Nobody knows me Nobody knows me 26 juillet 2010 17:05

                  Donc Jean-Mohamed, ça dérangerait moins ?
                  Ou Brian-Mouloud ?
                  Je vois pas le problème en fait.


                • Douglas Barr 26 juillet 2010 17:40

                  @ Nobody

                  Dépassons le problème du prénom... Avez-vous regardé les vidéos de l’article ? Je vous recommande particulièrement le reportage de la TV allemande vers la fin de mon article. Je n’ai intégré que la première partie du film, mais sous la vidéo vous trouverez les liens vers les autres parties. Ce serait intéressant d’avoir des réactions sur ce film, je trouve...

                  Les jeunes musulmans de ce lycée refusent de vivre à la mode allemande et méprisent même la culture du pays. Ils refusent toute adaptation à la culture qui les accueille. Et les jeunes Allemands le vivent très mal. On ne peut pas nier ces problèmes, me semble-t-il.

                  Soit on accepte le modèle multiculturel, communautariste, avec une démographie qui est à l’avantage des populations musulmanes, ce qui peut créer de plus en plus de tensions. Soit on essaie d’en revenir à une exigence d’assimilation, en freinant dans le même temps l’immigration. Car dans le film allemand, les jeunes Allemands étant minoritaires, ce sont eux qui se mettent à s’adapter aux moeurs étrangères (via des conversions à l’islam), quand d’autres commencent à se rebeller contre les étrangers.

                  Je pense que ce débat est primordial, et malheureusement il n’a pas vraiment lieu, on tourne autour sans l’aborder de front. Je ne sais pas quelle est la volonté des peuples européens, peut-être ne voient-ils majoritairement comme vous aucun problème, mais j’aimerais la connaître. Bref, regardez le reportage de la TV allemande, et dites-nous ce que vous en pensez...


                • Nobody knows me Nobody knows me 26 juillet 2010 17:56

                  Je regarderai ça. Mais je ne vois pas le rapport avec l’histoire des prénoms.
                  Le refus de ces jeunes ne vient pas du fait que leurs parents les ai appelés Mohamed ou Rachid.

                  Cdlmt


                • M.Junior M.Junior 25 juillet 2010 09:13

                  Vous avez demandé la laïcité ? Ne quittez pas ....

                  - La laïcité en 30 minutes instructives
                  - Les enjeux de la laïcité


                  • pallas 25 juillet 2010 09:18

                    Les bobo ayant forcés le multiculturalisme en Europe, notamment en France, ce rendant compte que les immigrés ne sont d’une part, pas des petits malheureux et d’autre part qu’ils ont des revendications politique.

                    Nos Bobo, pensaient que le peuple Français, était raciste, ignare, méchant et qu’il fallait lui inculquer le multiculturalisme à outrance.

                    Ils se rendent compte, que tout Bobo qu’ils sont, ils sont méprisés par ces immigrés qu’ils n’avaient jamais vu, car ils vivent dans de beaux quartiers.

                    A Paris, j’appel ça, le Bobo land.

                    Les bobo, après Mai 68, ont débarqués en masse dans la ville de Paris.

                    Ils ont forcés la désintégration social, en chassant la classe prolétarienne et moyenne de la ville, ils ont crée dans leurs désirs de soient disant sauveur du monde, des quartiers asiatiques, maghrébins au cœurs de Paris, voulant faire comme l’Amérique.

                    Les bobo, ont toujours été fan des USA.

                    Aujourd’hui, nous remarquons que ces bobo, voient débarqués dans leurs quartiers de «  »«  »Bobo Land«  »«  », des individus issu de l’immigration des ((Néo Bobo)), s’installer chez eux.

                    Dans le 16 eme arrondissement et a Neuilly, s’installe des individus issu de l’immigration, la nouvelle Aristocratie de confession Musulmane.

                    Et il faut dire qu’ils ne s’entendent pas, ceux qui hier vantai le multiculturalisme, ce retrouve en plein dans leurs diversités.

                    La situation est intéressante, Des Bourgeois issu de l’immigration, affrontant les Bobo français qui vantaient le multiculturalisme.

                    Ainsi que les Nouveaux Aristocrates issu de l’immigration, affrontant les Aristocrates français.

                    La question sur le Voile est venu car dans le 16 eme arrondissement, il y a des Aristocrates pratiquant un Islam saoudiens, avec le voile intégral.

                    Pour le petit riche blancs du quartier voir cela arriver dans son quartier la rendu toute chose.

                    Je conseil a certains Prolétaires comme moi, qu’ils soient Français, ou issu de l’immigration d’aller dans ces quartiers de l’intelligentsia française.

                    La question des Banlieues maintenant. Les Dealers sont issu des quartiers et les acheteurs sont les enfants de la classe bourgeoise dans les ghetto de Bobo Land, Neuilly.

                    D’où l’intérêt de l’intelligentsia parisienne, qui voit ces propres gamins se shooter a l’héroïne et a la cocaïne, avec un taux de suicide impressionnant.

                    Voyant leurs propres enfants devenir de vulgaires drogués, ils s’attaquent aux Banlieues.

                    Parcontre les gamins de la nouvelle élite issu de l’immigration, ne se drogue pas, trés serieux a l’école, pendant que les gamins des bobo et aristocrates, ce bousillent la santé, ne va pas a l’école.

                    Autre point, ces nouveaux Aristocrates et Néo Bobo, font de la politique, ce qui est chose encore une fois que je trouve tout a fait normal.

                    Nos Aristocrates et Bobo, n’ont plus de peuple ils se sont cru au dessus du peuple Français de Souche, ils se sont cru Mondialiste et Apatride, alors qu’ils ne voyagent jamais, juste au Club Med et encore.

                    Donc ils sont tous seul.

                    Ils ont pris les immigrés pour de pauvres petites choses fragiles et analphabètes, ils ont oublier que les Maghrébins ont une histoire richissime.

                    Contrairement a eux, je ne prend pas les gens pour des neuneu, n’y je ne les sous estiment et jamais je ne victime quelqu’un.

                    Que nos Élites et Bobo, subissent le multiculturalisme et qu’ils s’en plaignent, ça me rire a un point inimaginable.


                    • Clojea CLOJEA 25 juillet 2010 10:15

                      L’immigration est nécessaire et chaque pays s’est ou se construit avec une immigration. L’immigration à toujours fait avancer une civilisation, quelle quelle soit. Qu’elle soit contrôlée, ça coule de source, car sinon cela finirait par poser de réels problèmes économiques et sociaux. A chaque pays d’en définir les régles et la quantité admise.
                      Le grand problème est que, si un Etat est d’accord pour accepter une immigration, il doit aussi mettre tout en oeuvre pour faciliter l’intégration. Cela devrait commencer par des cours d’alphabétisation et de français obligatoire pour tous les nouveaux arrivants. C’est ce que font les Australiens. Quiconque vient habiter dans leur pays, doit apprendre l’anglais gratuitement et obligatoirement. 
                      Un immigré qui ne parle pas la langue et qui n’a pas la possiblité de l’apprendre de suite et gratuitement, va se « communautariser » et s’exclura de la société dans laquelle il est. Ensuite, bien évidemment cela posera de gros problèmes.
                      Concernant l’Islam, je pense sincèrement que les leaders de la communauté musulmane en France ne font ce qu’il faut. C’est leur responsabilité d’être devant les médias et d’expliquer qu’extrémistes musulmans et adeptes du Coran sont deux choses différentes. Enfin, les médias ne sont pas étrangères à ce chaos scrupuleusement entretenu. Le fanatisme islamique est vendeur, et n’oublions pas que les médias cherchent à vendre leur soupe. A force de répéter un message choc, cela met les gens en état de choc, et cela finit par rendre l’environnement dangereux. En fait, cela est faux, car quand on se balalde dans des cités, et cela m’arrive, je discute avec leurs habitants, et je ne sens pas un danger quelconque, mais plutôt l’envie de vivre tranquille avec leurs voisins et leur famille.
                      Je ne suis pas en train de dire qu’il n’y a pas danger dans des cités, je suis juste en train de dire que c’est très exagéré. Il y a toujours eu, depuis la création des cités, de la violence. J’ai très bien connu le problème, ayant habité moi même dans une cité pendant 18 ans. Béton et bitume ne forgent pas la caractère mais exaspère c’est sur. Seulement voilà, il y a 40 ans, le problème des cités n’intéressait personne. Aujourd’hui, c’est vendeur. Alors les médias vendent et le gouvernement cautionne cela.
                      On peut renverser la vapeur. Vivre ensemble reste assez simple, à condition que l’on arrête de stigmatiser le voisin, de jeter un oeil suspicieux sur lui, le tout renforcé par une campagne médiatique qui monte la mayonnaise pour vendre leur sauce.


                      • Clojea CLOJEA 25 juillet 2010 11:37

                        @ Jacbak : Et un lien sur les skineads footeux anglo saxons ???


                      • Clojea CLOJEA 25 juillet 2010 12:02

                        @ Marc Gélone : Vous me dites qu’il y a 40 ans le seuil de tolérance dans les banlieues n’était pas dépassé ...
                        Primo, vous n’en savez rien, car manifestement vous ne l’avez pas vécu.
                        Secundo, ce n’était pas médiatique, bien au contraire, personne n’en parlait. Une vraie chappe de plomb. Par contre, à vivre au quotidien comme par exemple aller au lycée dans une ZUP de l’époque, avec une violence quotidienne, et des profs dépassés par les évènements, ou bien sortir le soir, et jouer à cache à cache avec trente loubards qui hantaient le quartier jour et nuit à fritter tout ce qui bouge, ca c’était du réel. Entendre le voisin qui honorait sa compagne ou bien qui lui flanquait une tarte, était du quotidien aussi. Les cloisons étaient tellement insonorisées.... En bref, quand j’allais au centre ville, je trouvais merveilleux les beaux quartiers et dès que je rentrais le spleen. Pas une ligne dans les médias. Presque les HLMs étaient salutaires dans les articles, tellement que je me suis demandé si les architectes criminels qui ont pondus de tels horreurs y avaient habités. Jamais bien sur. Que dire aussi des courses poursuites la nuit, des rodéos sous nos fenêtres avec les chefs de bandes armés jusqu’au dents. Les plus vieux avaient fait quelques stages en prison, sans passer par la case départ. Seuil de tolérance, la belle affaire. Il était déjà dépassé, mais les manants comme moi qui y habitaient, baf, on les oubliaient . Comment ? Ils existent les manants ???
                        Loin de régler le problème, aucun gouvernement ne s’y est attaqué. Pourtant, il aurait fallu. Aujourd’hui les banlieues inquiètent. Mon dieu ! Que se passe-t-il ? Les manants font parler d’eux. Pas plus qu’avant, sauf que c’est vendeur aujourd’hui, donc médiatisé.
                        Tertio : Vous me dites, on a pas la même culture que les arabes. C’est évident, mais rien n’est fait pour que l’on apprenne à vivre ensemble. La différence de language et la différence de culture, ainsi que la différence de religion. Hop, tout est dit. Mais, j’en reviens à ce que disais :
                        1 Passage obligé à tous les immigrés d’apprendre le français et l’alphabétisation et
                        2 Que les médias arrêtent de stigmatiser le sujet et
                        3 Que le gouvernement prenne les choses en main, et réellement.
                        et pour conclure, la vie ensemble peut se faire, à condition qu’elle ne soit pas stigmatisé par quelques marchands de chaos.


                      • Shaytan666 Shaytan666 25 juillet 2010 12:25

                        « L’immigration à toujours fait avancer une civilisation, quelle quelle soit. »

                        Tout à fait faux, l’immigration pacifique ou guerrière (colonisation) a toujours fait chuter toutes les civilisations et cela depuis des siècles et des siècles (amen).


                      • Clojea CLOJEA 25 juillet 2010 17:17

                        @ Shaytan 666 : Ah oui... Exemples ? Curieux je suis, car je suis certain du contraire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Douglas Barr


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès