Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Une autre Europe : en a-t-on seulement besoin ?

Une autre Europe : en a-t-on seulement besoin ?

Le point sur le constat ne portait pas trop à débat. Il est assez largement partagé par les alternatifs. Mais il y a une question plus délicate : celle de l’utilité de l’Europe. Certains commencent à douter de l’idée d’Europe même, qu’ils remettent totalement en question.

Le mythe de l’impuissance des nations

C’est une des réussites de l’entreprise de démolition des Etats-nations que d’avoir fait passer le message que le monde était désormais trop vaste pour nos petites nations. Beaucoup de nos compatriotes ont fini par accepter cette théorie qui conduit inéluctablement au besoin d’Europe pour pouvoir agir sur notre destin. Pourtant, comme le soutient Frédéric Lordon « en appeler au gouvernement mondial est le plus sûr moyen d’avoir la paix –entendre – pas de gouvernement du tout ».

On le voit de plus en plus, ce n’est pas le transfert du pouvoir vers de grands ensembles supranationaux qui permet une quelconque prise des citoyens sur leur vie. Au contraire, ce transfert organise leur absence d’influence sur le cours des choses. En réalité, les Etats-nations restent clairement le meilleur moyen pour les peuples d’agir sur leur destin, mais à la condition fondamentale de garder des frontières, qui leur permettent alors de garder une autonomie politique.

Par exemple, lors de la crise asiatique des années 90, la Malaisie a choisi de restaurer un contrôle des mouvements de capitaux contre l’avis du FMI. Cela lui a permis d’éviter la potion amère imposée par le Fonds aux autres pays et d’éviter un désastre économique, tout comme la Chine qui n’avait pas (et n’a toujours pas) levé toutes les restrictions aux mouvements de capitaux. Enfin, la Corée du Sud maintient des barrières assurant que 95% des voitures vendues sont produites localement.

Les cas de la Malaisie et de la Corée du Sud sont intéressants car il s’agit de pays nettement moins riches que la France, ce qui montre qu’il est parfaitement possible, encore aujourd’hui, y compris pour des pays bien intégrés dans l’économie mondiale, de mener des politiques autonomes. Mais cela est rendu possible par l’existence de frontières car il est évident qu’en abandonnant tout frontière (commerciale, humaine ou financière), alors l’Etat perd une grande partie de sa capacité d’action.

L’apport de l’Europe

Mais malgré tout, l’Europe peut apporter quelque chose à la France. En effet, plusieurs centaines de millions d’habitants pèseront toujours un peu plus que soixante-cinq, à la condition bien sûr que le grand ensemble aille dans la même direction et repose sur une véritable légitimité. Aujourd’hui, s’il serait possible d’introduire une taxe Tobin en France en restreignant les mouvements de capitaux à nos frontières du fait du montant élevé de l’épargne des Français, la finance européenne s’en remettrait.

En revanche, si la France arrivait à monter une Zone Européenne Financière avec l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne, alors, c’est bien la face de la finance européenne et possiblement mondiale qui serait transformée. Bien sûr, cela ne se fera jamais avec la construction européenne telle qu’elle est conçue aujourd’hui, mais l’échelle européenne apporte une possibilité d’action supplémentaire. De même, si nous voulions créer un successeur au Concorde, l’hexagone serait peut-être un peu limité.

D’un point de vue commercial, la France peut, seule, introduire de nombreux éléments protectionnistes à travers la fiscalité (TVA sociale, taxe verte…). D’un point de vue monétaire, en reprenant notre autonomie, nous pourrions également recourir à la monétisation et mener une politique conforme à nos intérêts. Mais, là encore, la coordination européenne (dans une forme radicalement différente, j’y reviendrai demain) nous permettrait sans doute d’aller plus loin.

En effet, on peut imaginer qu’il ne serait possible qu’à l’échelle du continent de revenir à des parités fixes par rapport aux grandes monnaies internationales alors que la France seule aurait du mal à le faire pour le franc. L’Europe est aussi le bon échelon pour mettre fin au privilège du dollar. De même, la mise en place d’un protectionnisme régional prenant en compte les différences salariales, si elle n’est pas impossible à l’échelle nationale, serait sans doute plus facile à une échelle continentale.

Bref, si je crois qu’aujourd’hui, pour peu que la France rétablisse ses frontières, notre pays a encore une immense capacité d’action sur son destin, je pense que l’échelle européenne peut encore nous apporter une possibilité d’action supplémentaire et qu’en cela, nous avons besoin de l’Europe.

Je reviendrai demain sur l’architecture institutionnelle de cette nouvelle Europe.


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 23 septembre 2010 12:41

    Quand l’Europe était à 6 ou à 10 les USA étaient contre...
    Maintenant ils sont les fidèles soutiens de l’Europe à 27...
    Sachant que leur principale préocupation c’est le fric et surtout le gros bussiness, je pense qu’ils préférent une Europe divisée et afaiblie à une véritable puissance.


    • Maldoror Maldoror 23 septembre 2010 13:05

      L’avis de Zbigniew Brzezinski ( Le Grand échiquier) sur une Europe autonome :

      • « the West (where America preponderates). »
      •  Western Europe, and increasingly also Central Europe remains largely an American protectorate« 
      •  »America should use its influence in Europe to encourage Turkey’s eventual admission to the EU and should make a point of treating Turkey as a European state« 
      •  »A Transatlantic free trade agreement, already advocated by a number of prominent Atlantic leaders, could also mitigate the risk of growing economic rivalry between a more united EU and the United States« 
      •  »A larger Europe will expand the range of American influence (...) without simultaneously creating a Europe politically so integrated that it could soon challenge the United States on geopolitical matters of high importance to American elsewhere, particularly in the MiddleEast". etc. etc.

    • Ouallonsnous ? 23 septembre 2010 19:21

      Publiez en français Maldoror, vous serez lu, pris au sérieux et plussé ou moinssé s’il y a des européistes aliénés aux anglo-yankee !


    • JL JL 23 septembre 2010 12:47

      « C’est une des réussites de l’entreprise de démolition des Etats-nations que d’avoir fait passer le message que le monde était désormais trop vaste pour nos petites nations. »

      Jaurès disait : « La nation, c’est le seul bien des pauvres »

      « Pourquoi ont-ils tué Jaurès ? » (Jacques Brel)

      Il vaut mieux pas d’Europe qu’une Europe qui nous détruit.


      • JL JL 23 septembre 2010 12:49

        Il parait que la commission veut interdire l’ajout de sucre dans les jus de fruits. Fort bien, mais l’aspartame y est toujours autorisé, et pas que dans les jus de fruits !


      • JL JL 23 septembre 2010 13:53

        « Que fait un commissaire européen une fois son mandat terminé ? Ils sont de plus en plus nombreux à vendre leurs services – et leur influence – aux multinationales et aux lobbies qui pullulent à Bruxelles. Et ce, sans quasiment aucun contrôle. Visite des petits et grands conflits d’intérêt qui corrompent peu à peu l’exécutif européen. » (Ces anciens commissaires européens devenus mercenaires des lobbies, Par Frédéric Lemaire, Gildas Jossec (22 septembre 2010)


      • liberta 23 septembre 2010 19:21


        Evidemment, puisque c’est Monsanto qui détient l’aspartame !!

        On connait le rôle de Monsanto sur les directives européennes !!!!!!!!!


      • Kalki Kalki 23 septembre 2010 13:21

        Imbécile

        Au lieu de vous préoccuper de superorganisme en train de crever ( ou déjà depuis quelques années, tellement inefficace qu’on se demande si l’europe n’est pas mort né : il lui faut avant tout une langue à l’europe : l’esperanto ), recommencez de bas en haut : de l’humain à la société.

        Jusqu’ici tout va bien

        C’est votre vie : et elle se termine a chaque minute


        • Kalki Kalki 23 septembre 2010 13:58

          C’est votre vie : et elle se termine minute après minute

          Les premières paroles sont prononcées par une femme à la tête d’un groupe d’aide :

          Puis vous ouvrez la porte et vous entrez à l’intérieur
          A l’intérieur de nos cœurs
          Maintenant imaginez votre douleur comme une sphère blanche de lumière salvatrice
          C’est ça, votre douleur
          La douleur elle même est une sphère blanche de lumière salvatrice
          Vous répondez : Je ne pense pas
           
          Ceci est votre vie, inutile jusqu’à la dernière goute
           Elle ne mérite rien de mieux que ça
          Ceci est votre vie et ça se termine minute après minute
           
          Ceci n’est pas un séminaire, ceci n’est pas un week end de retrait
          Au stade où vous êtes maintenant vous ne pouvez même pas imaginer à quoi le fond ressemble
          Nous pouvons commencer à vivre seulement après une catastrophe
          C’est seulement après avoir tout perdu qu’on est libre de faire ce que l’on veut
          Rien n’est fixe, tout est sans cesse en évolution, tout est entrain de couler séparément
           
          Ceci est votre vie, ceci est votre vie, ceci est votre vie, ceci est votre vie
          Elle ne mérite rien de mieux que ça
          Ceci est votre vie, ceci est votre vie, ceci est votre vie, ceci est votre vie
          Et ça se termine minute après minute
           
          Vous n’êtes pas un beau et unique flocon de neige
          Vous êtes la même matière organique pourrissante que tout le reste
          Nous sommes tous des parties du même tas en décomposition
          Nous sommes cette merde de ce monde, qui chantent, et qui dansent
           
          Vous n’êtes pas votre compte en banque
          Vous n’êtes pas les fringues que vous portez
          Vous n’êtes pas le contenu de votre porte-feuille
          Vous n’êtes pas votre cancer des intestins
          Vous n’êtes pas votre grande latte dans la gueule
          Vous n’êtes pas la voiture que vous conduisez

          Vous n’êtes pas votre putain de kaki
           
          Vous devez abandonner, vous devez abandonner
          Vous devez réaliser qu’UN JOUR VOUS ALLEZ MOURIR
          Jusqu’a ce que vous sachiez cela, vous êtes inutiles
           
          Je dis ne me laissez jamais être complet
          Je dis puissez je jamais être contenté
          Je dis délivre moi des meubles Suédois
          Je dis délivre moi des arts intelligents
          Je dis délivre moi de la peau nette et des dents parfaites
          Je dis que VOUS DEVEZ ABANDONNER
          Je dis évoluez, et laissez les puces tomber là où elles doivent
           
          Ceci est votre vie, ceci est votre vie, ceci est votre vie, ceci est votre vie
          Elle ne mérite rien de mieux que ça
          Ceci est votre vie, ceci est votre vie, ceci est votre vie, ceci est votre vie
          Et ça se termine minute après minute
           
          Vous devez abandonner, VOUS DEVEZ ABANDONNER
          Je veux que tu frappes aussi fort que tu peux
          Je veux que tu frappes aussi fort que tu peux
           
          Bienvenue au Fight Club
          Si c’est votre première soirée, vous devez vous battre


        • Iren-Nao 24 septembre 2010 12:32

          @ Kalki

          Je viens de lire votre profil.

          J’aime beaucoup

          Amicalement

          Iren-Nao


        • manusan 23 septembre 2010 13:32

          On nous a vendu le rêve européen et à la première crise, il s’avère que c’est un cauchemar.

          Revenons à l’Europe des nations, celle qui a construit airbus, ariane ......

          En attendant le projet galiléo piloté par Bruxelles accuse retard sur retard.


          • Guido Falxius 23 septembre 2010 15:56

            Asselineau le montre bien ! Qui veut « changer l’Europe » doit d’abord répondre à ces deux questions, sans quoi il n’est qu’un guignol :

            1) comment ?
            2) avec qui ?

            Comment, ça veut dire trouver un moyen d’arriver à un consensus (bon courage), avec qui c’est réunir une majorité (bon courage). Tout politique français qui vous dit qu’il changera l’Europe sans vous dire comment et avec qui est un menteur !! 

            Cette tour de babel est comme un immeuble de 27 étages : c’est le syndic (les USA) qui décide de tout ! Libre échange, entrée de la Turquie, élargissement sans fin, OGM, etc.

            L’Europe est le processus (sponsorisé par la CIA) avec lequel les USA utilisent le « stratagème des chaînes » pour asseoir leur pouvoir impérial sur les satellites que nous sommes. De Gaulle, arrivé juste après le traité de Rome, l’a gardé pour deux raisons : le soutien des MRP de sa coalition et la croyance que la France serait le jockey du cheval allemande. « Ich bin ein berliner » : Kennedy lui a bien fait comprendre que le jockey était américain.



            • kemilein 23 septembre 2010 22:54

              l’Europe c’est chouette pourtant, jolie, bucolique...
              utopique aussi, liberté et fraternité des peuples qui ne deviendraient qu’un et unique peuple.

              pourquoi on devrait condamner ce beau et doux rêve ?

              mais il est clair que cette Europe là, des vendus marchands d’esclaves, on en veut pas !

              l’Europe ca reste l’Histoire (travestie ou pas) et notre devenir (que vous le vouliez ou non, quand bien des siècles auront passés sur nos tombes.


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 24 septembre 2010 10:18

                L’Europe qui va du Portugal à la Russie ET BIEN ENTENDU LA TURQUIE COMPRISE est ce qu’elle est, on peut toujours discuter de son histoire et de son devenir.

                « L’Europe », projet politique du fragment ouest de l’Europe qui veut annihiler le monde est certainement le programme le plus nuisible aux Etats et aux Nations et à l’ensemble de l’Humanité !

                La vieille Europe historique a déjà concrétisé son rêve, c’est le « Nouveau Monde » qui montre aujourd’hui toutes ses limites parce que précisément il porte en lui toute l’illégitimité de sa naissance !

                Vieille Europe et Nouveau Monde c’est à dire « l’Occident » sont en perpétuel conflit, patrimoine génétique oblige, à qui dominera le Monde mais les choses se paseront autrement.

                « Une autre Europe : en a-t-on seulement besoin ? » Je préfère « Un autre Monde, en a t-on seulement besoin, je dis oui c’est même une nécéssité » !

                Mes amitiés à Nicolas Dupont-Aignan...

                Mohammed MADJOUR.


                • Iren-Nao 24 septembre 2010 12:41

                  Cher mo. M

                  Je suis assez Turcophile, c’est rapport a la chichah et a la danse du ventre...

                  Pourquoi entrainer ce malheureux pays dans le merdier de l’institution Europeene dont il faut se debarasser, seules les nations sont legitimes.

                  Et l’Europe n’est pas musulmane et ne veut pas le devenir, aucun interet, au contraire.

                  Chacun chez soi, c’est comme ca que j’aime les etrangers.

                  Cordialement

                  Iren-Nao


                • emile wolf 24 septembre 2010 11:15

                  Je me demande si dans la première partie de son intervention l’auteur ne confond pas pouvoir et souveraineté.

                  A considérer les institutions et le fonctionnement de l’Union Européenne, le Conseil exerce les pouvoirs législatif et exécutif.

                  L’article 9C alinéas 1 et 2 du traité de Lisbonne dispose :
                  Le Conseil
                  exerce conjointement avec le Parlement européen les fonctions législative et budgétaire. Il exerce des foncitons de définition des politiques et de coordination conformément aux conditions prévues par les traités.

                  Le Conseil est composé d’un représentant de chaque Etat membre au niveau ministériel habilité à engager le gouvernement de l’Etat membre qu’il représente et à exercer le droit de vote.

                  Le ministre, représentant l’etat membre au Conseil, ne respecte pas la séparation des pouvoirs, principe fondateur de notre constitution. La démocratie est d’autant plus en danger que le Conseil dispose d’une compétence législative plus large que celle du Parlement. Il possède des domaines exclusifs (ex : signature de traités d’adhèsion à des organismes internationaux , de traités commerciaux, de coopération militaire ou de défense et de sécuirté, etc..) qui ne sont soumis à aucun parlement européen ou national.

                  C’est donc bien à une réduction de la souveraineté des peuples au profit des seuls Gouvernements (qui en France n’est pas élu) que nous assistons. La construction de l’édifice institutionnel est si hypocrite que le Conseil use d’un écran : la Commission. Celle-ci est une exécutante et non un exécutif comme le croient nombre d’entre nous. Elle permet de faire passer les réformes impopulaires dont elle porte le chapeau à la place du Conseil.

                  Ce n’est pas l’Europe des citoyens qu’il faut craindre mais celle des chefs qui l’ont élargie trop vite en lui confèrant de plus en plus de compétences pour agir de plus en plus à leur guise.

                  L’attitude de Sarkozy focalisant des mesures sur les Roms au mépris des engagements pris, est l’exemple type d’Union Européenne voulue par l’initiateur du Traité de Lisbonne et ses pairs. Ce n’est pas par hasard que les Chefs de Gouvernement ou Présidents des états membres transfèrent des pans entiers de souveraineté populaire à une entité « anonyme » instrument de leur pouvoir. De quelle démocratie s’agit-il ici ?

                  Ma réponse à la question posée est oui nous avons besoin d’une autre Europe, celle des citoyens.

                   


                  • cmoy patou 24 septembre 2010 11:55

                    Quand vous lirez ce lien vous comprendrez mieux pourquoi il y à des gens interressés à ce que l’Europe à été un coup de force contre le peuple Français.


                    Et encore pour ce qui parvient jusqu’à nous.

                     Actuellement, un comité d’éthique se contente de donner son feu vert aux anciens commissaires en échange d’un engagement à ne pas travailler dans leur ancien champ d’activité principale. 
                     Le Parlement européen avait donné jusqu’en août à la Commission pour réviser ses règles éthiques. Mais la démarche n’a pas encore abouti.



                    • Anne 28 septembre 2010 12:57

                      Je vous invite à participer à une réunion qui sera passionnante sur le thème : « Osons l’Europe ! »
                      lundi 4 octobre, de 14h30 à 18h30 à l’Assemblée nationale (Salle Victor Hugo, 101 rue de l’Université, 75007 Paris)*


                      Inscription obligatoire compte tenu du nombre de places limité par téléphone : 01 74 03 18 26 ou par courriel : evenementiel@nouveaucentre.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès