Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Une étoile de plus au drapeau européen ?

Une étoile de plus au drapeau européen ?

Un État de plus a proclamé son indépendance en Europe. Trois si l’on considère que l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud en font également partie. L’émiettement de notre continent va-t-il se poursuivre « ad libitum » ?

Je pense assez bien connaître le Kosovo pour y avoir été récemment, pendant sept longs mois. Mais ce séjour au contact de cette province reculée des Balkans ne me donne pas, bien évidemment, les clés pour comprendre ce qui s’y déroule depuis que son "Parlement" a proclamé hier son indépendance. Juste peut-être, celui d’avoir une opinion éclairée.

Si sur les écrans du monde entier - et sur les photos publiées - les deux drapeaux les plus agités étaient l’aigle noir bicéphale sur fond rouge, symbole de l’Albanie, et le drapeau américain. Dans les dizaines de sites que j’ai consultés, je n’ai pas vu une seule fois le drapeau européen ou celui des Nations unies. Les Kosovars, en liesse, brandissaient le drapeau national de leur mère patrie et celui du seul pays dont ils se sentent vraiment redevables.

Et pourtant, c’est bien grâce à l’Union européenne, dont la présidence est actuellement assurée par la Slovénie, que le Kosovo peut aujourd’hui se déclarer, non seulement comme un État indépendant, mais encore se projeter dans une adhésion future à l’Union - le texte de déclaration officielle y fait expressément référence. En passant, la Slovénie, ex-État fédéré de l’ex-Yougoslavie, ne doit pas être particulièrement attristée de voir ses compatriotes slaves "débarrassés" de leur province récalcitrante. Et elle fera partie des États de l’Union qui ne tarderont pas à reconnaître le nouvel État, de façon plus ou moins coordonnée - je parie à ce sujet que la Grèce, la Slovaquie ou Chypre tarderont davantage, en raison des divers problèmes de nationalités avec lesquelles elles sont confrontées.

Il ne faut pas chercher plus loin. Le Kosovo a été proclamé cas sui generis (belle expression latine pour signifier que c’est un cas qui doit rester unique, qui ne doit surtout pas se répéter). La peur s’est emparée, depuis longtemps, de tous les États qui ont sur leurs sols des minorités agissantes qui pourraient, un jour, avoir envie d’aller voir ailleurs. Et qu’on ne me dise pas qu’il n’y a pas de vraies minorités en Grèce : c’est précisément ce que la Grèce veut faire croire à la terre entière, mais qui ne trompe ni linguistes, ni démographes.

Plus inquiétant, c’est le drapeau officiel du nouvel État, montré sur quelques rares images, qui présente six étoiles blanches sur fond bleu, déployées au-dessus d’une carte de la province devenue pays. Ces étoiles représenteraient les différentes composantes ethniques. Le choix des couleurs et de l’agencement respecterait le caractère non partisan et non religieux du drapeau - même si la couleur dorée de la carte du Kosovo pourrait évoquer celui de Chypre - un des rares autres États à avoir représenté sa propre carte sur son drapeau, pour en souligner justement le caractère intangible. Et qui semble assez hostile à cette indépendance.

Le Parlement de Pristina a donc choisi son symbole national, même si je suis en droit de supposer qu’il ne deviendra jamais aussi populaire que l’aigle bicéphale. Par ses couleurs, le nouveau drapeau reprend celles de l’Union européenne (bleu et or, mais avec 12 étoiles invariantes) ou celle de la Bosnie-Herzégovine voisine, sans doute pour les mêmes raisons. Mais ce n’est pas une étoile de plus, dans une constellation européenne de plus en plus chargée.

Le même jour, dans un Caucause oublié, l’Abkhazie et l’Ossétie (du Sud, car celle du Nord fait déjà partie de la Fédération russe) ont à leur tour proclamé leur indépendance. Pour certains géographes, ces deux territoires ne font pas partie du continent, même s’ils en sont solidement attachés, aucun océan, aucune faille ne les en séparant. Les Ossètes sont un vieux peuple européen, cousin des Perses, de foi orthodoxe. Deux référendums ont été tenus concernant l’indépendance de sa partie méridionale, située sur le territoire actuel de la Géorgie, la dernière fois le 12 novembre 2006 : même si une très large majorité des votants semblent s’être prononcés en sa faveur, ni la Géorgie ni les États-Unis ou encore l’Union européenne ont considéré ce référendum comme valide tandis que la Russie l’a bien évidemment approuvé. Ce sont des étoiles très pâles, à peine visibles de Bruxelles.

Cette fragmentation a des aspects inquiétants, parce qu’elle risque de creuser des conflits, provoquer d’ultérieurs déplacements de population, entretenir des points chauds et des guerres larvées. Quand ce n’est pas une épuration ethnique. La contemplation des trop nombreuses tombes et cimetières, tout autour de Sarajevo et de Mostar, m’a longtemps laissé sans voix. Avoir assisté en 2006 à l’enterrement d’une vieille dame dans les collines du Kosovo, dame dont le corps avait été retrouvé, des années après, dans un charnier en Serbie, et dûment identifié par son ADN, me laisse penser, décidément, que les victimes de ce genre de conflit sont décidément trop nombreuses - et dans ce cas bien évidemment innocentes. Et que si l’ADN permet de rendre sa dépouille à sa famille, il serait sans doute préférable de ne jamais devoir effectuer ce genre de recherches.

Quand arrêterons-nous de compter les étoiles, les croix, les stèles ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • WOMBAT 18 février 2008 11:30

    A cette aune peut-être demain pourrais-je proclamer l’indépendence du palier de l’étage où j’habite, dessiner un drapeau, émettre timbres, monnaie et passeports. Plus sérieusement, de quoi vit le Kossovo ? Quelle est son agriculture et est-elle capable de nourrir ses habitants ? Y a-t-il des ressources énergéntiques ? Une industrie digne de ce nom ? Ou alors est-ce un Etat de type Transnistrie dont l’économie est basée sur la traite d’êtres humains avec l’argent sale qui en découle, la contrebande d’armes, la drogue et le vol de grosses cylindrées et autre matériel de chantier en Europe ? En attendant l’indépendance de la Corse et son prévisible gouvernement mafieux...Mais peut-être j’ai tout faux (j’espère), dans ce cas l’auteur de l’article ou quelqu’un d’autre conaissant bien le problème pourrait-il éclairer ma lanterne ? Merci d’avance.


    • ZEN ZEN 18 février 2008 11:41

      Je partage vos inquiétudes.

      J’ai fait ce matin une petite (?)revue de presse que je vous soumets ,avec des articles qui convergent sur bien des points. J’aimerais avoir votre avis, car ma connaissance du Kosovo n’est que livresque...

       

      OSOVO : baril de poudre ou apaisement prévisible ?

      "L’indépendance, pour laquelle tous les partis politiques kosovars luttent depuis des années, est au cœur d’une bataille politique entre les grandes puissances. États-Unis, Russie et Union européenne règlent leurs différends au Kosovo, objet de marchandages internationaux qui dépassent, et de loin, les problématiques balkaniques..."(I.Lasserre)

      Indépendance du Kosovo, mode d’emploi
      "...Le nouveau Kosovo promet un respect des droits des minorités, mais les Serbes redoutent que leurs relations, déjà tendues, avec la majorité albanaise, ne devienne intenable une fois le cordon rompu avec la "mère patrie" serbe. Un cocktail dangereux puisque c’est le sort de la minorité albanaise de Serbie qui a provoqué la guerre du Kosovo en 1999, et certains redoutent que l’inversion des rôles ne débouche un jour, sinon sur une guerre, au moins sur une montée des violences..."
      "... Milosevic paraît bien avoir remporté une victoire posthume, et sans doute la plus inquiétante : le modèle d’états ethniquement purs semble bien être devenu recevable.
      Ce modèle, que je tiens pour haïssable, nous promet un futur incertain et pas forcément souriant.
      Autrement dit, Milosevic a tout perdu, et il est à craindre que nous (l’Europe) n’ayons rien gagné..."(T.Reboud)

      Kosovo
      -Indépendance du Kosovo, une bombe à retardement

      La boîte de Pandore des frontières balkaniques

      Le Courrier des Balkans

      Un cahier spécial sur le Kosovo

      Kosovo - Wikipédia

      Risques d’effets domino ?
      "L’Espagne, confrontée aux problèmes catalan et surtout basque, craint un effet domino, comme la Roumanie et la Bulgarie qui ont d’importantes minorités. Finalement, le seul pays qui a des raisons de craindre que le Kosovo créé un précédent est Chypre, dont le nord est occupé par les troupes turques depuis 1974 afin de « protéger » la mi norité turcophone. Nettoyée de ses 200 000 occupants chypriotes grecs chassés vers le sud, la partie nord a déclaré son indépendance en 1975. Hormis la Turquie, nul n’a reconnu cet État. Pour l’instant ?...(J Quatremer)

      -Paradoxe des frontières

      Les Identités meurtrières - Amin Maalouf

      Eric Dupin - L’hystérie identitaire
       


      • ZEN ZEN 18 février 2008 11:58

        Erratum// lire :KOSOVO, bien sût...


      • Cascabel Cascabel 18 février 2008 12:14

         

        Le président Milosevic n’a jamais prôné un état ethniquement pur, c’est de la pure propagande. Au contraire il s’est opposé au projet de purification ethnique pratiqué par les Albanais. Milosevic voulait une Yougoslavie unie, pas un machin ethniquement pur, une grande Serbie avec que des Serbes pur sang, ou je ne sais quoi.

        On baigne dans le mensonge historique et cela semble arranger bien du monde.

         


      • non666 non666 18 février 2008 12:04

        La creation du kosovo va permettre de justifier l’abandon des valeurs chretiennes de l’Europe, entre autre...

        Du Coup quel argument auront nous pour nous opposer aux entrées de la Turquie et d’israel ?

        Un par un, tous les vocabulaires qui nous definissent, tous les ensembles auquels nous appartenont sont "redefinis".

        Quand il n’existe plus de mot pour nous definir, existons nous encore ?

        Le monde arabe existe, l’es peuples d’Asie existent mais les europeens n’existent plus, sont niés sur leur propre sols.

        Le Kosovo, comme l’albanie est tout ce qui reste de la colonisation turque de l’Europe du sud.

        Les turcs , contrairement aux europeens n’ont JAMAIS DECOLONISE, nulle part.

        Ni sur la terre des hittites, ni en Thrace, ni en albanie, ni a Chypre...

        Comme les anglais ! (Gibraltar, Chypre , Iles normandes, Irlande)

        En bonne logique l’Europe actuelle est celle que voulaient les anglais et il est logique que les alliés des etats unis , comme Sarkozy et l’UMp actuelle s’alignent sur ces positions.


        • Neos 18 février 2008 12:58

          Bonjour. 

          Recadrage nécessaire.

          Les valeurs de l’UE ne sont pas chrétiennes. L’UE respecte toutes les confessions.

          La Turquie a déposé sa candidature à l’UE et les chefs d’Etat des Etats membres ont donné leur feu vert le 3 octobre 2005.

          Le vocabulaire qui définit les français est propre au peuple de France et il est respectable. La construction européenne est toutefois une affaire à 27, elle n’est pas une aventure solitaire. L’avis de 26 autre compte donc autant que celui de la France.

          Les européens ne sont aucunement niés autour d’un sort néfaste sur l’espace européen, ils sont une grande famille avec des droits, des devoirs et des représentants qu’ils sont libres d’élire (prochaines élections juin 2009, prenons rendez vous pour y aller avec sérieux cette fois ci.)

          Le Kosovo n’est ni l’Albanie ni une résurgence d’une cpseudo colonie turque, il est aujourd’hui un espace sur lequel un peuple réclame des droits inhérents aux peuples qui désirent disposer d’eux même, en toute liberté. On verra si les peuples d’Europe valide cette soif de liberté et de progrès.

          L’UE n’est pas question de colonisation ni d’histoire anciennes et dépassées, elle est question de volonté présente et d’avenir entre des peuples volontaristes.

          Les anglais ont leur vision de l’UE. Celle-ci n’est pas partagée par l’ensemble des peuples et Etats membres de l’UE.

          A partir de 2009, les peuples qui souhaitent quitter le bateau Europe pourront le faire, en toute liberté et en toute responsabilité. Nous verrons bien quels Etats auront l’audace de réclamer un retrait. 

          Au français, s’ils l’estiment nécessaire, de demander cette requete. Il y aura en outre un outil pour se faire : la "pétition " citoyenne (nouvel article 8 b du traité sur l’UE) qui pourra permettre à 1 million de citoyen de faire entendre leur volonté.


        • Jean-Paul Doguet 18 février 2008 13:17

          @ non 666

          Quelle confusion !

          "La creation du kosovo va permettre de justifier l’abandon des valeurs chretiennes de l’Europe, entre autre..." La création du Kosovo est une chose, son adhésion à l’UE en est une autre. Où serait le problème ? C’est un pays minuscule d’à peine un million d’habitants. Croyez vous sans rire que ce soit à l’UE de s’adapter à lui et non l’inverse ? C’est un Etat laic et démocratique et c’est ce qui compte. Quant aux "valeurs chrétiennes" elles ne figurent fort heureusement dans aucune texte fondateur de l’UE. Elles n’existent que dans votre imagination. C’est un "critère" qui vous est personnel. 

          La valeur essentielle de l’UE c’est la séparation du politique et du religieux, et les musulmans des Balkans l’ont parfaitement acceptée depuis longtemps. Mais c’est précisément ce qui semble vous déplaire et on a le sentiment que vous préfereriez au fond que le kosovo, la Bosnie et l’Albanie aient des régimes islamistes. 


        • non666 non666 18 février 2008 13:54

          "Le vocabulaire qui définit les français est propre au peuple de France et il est respectable. La construction européenne est toutefois une affaire à 27, elle n’est pas une aventure solitaire. L’avis de 26 autre compte donc autant que celui de la France. "

          Mensonge !

          Ce sont justement les Français et en particulier les socialistes qui se sont opposés aux volonté largement exprimées en Europe d’une reference chretienne dans l’ex future constitution.

          "A partir de 2009, les peuples qui souhaitent quitter le bateau Europe pourront le faire, en toute liberté et en toute responsabilité. Nous verrons bien quels Etats auront l’audace de réclamer un retrait. "

          Le TCE "annulait et remplaçait" TOUS les textes anterieures, comme l’actuelle mouture.

          Mais en quittant le bateau, comme vous le dites, on ne revient pas a l’etat anterieur, on revient a l’avant CECA... C’est l’enorme pouvoir de chantage de ce systeme qui est un veritable anti-retour arriere en faisant une pression terrible sur les europeens qui finiront bien par devenir lucide.

          Si on choisit de quitter CETTE EUROPE on quitte toute Europe et ça , c’est inacceptable.

           

           


        • Dejan 18 février 2008 14:52

          "C’est un pays minuscule d’à peine un million d’habitants."

          En multipliant par deux on sera plus proche de la réalité.

          Dejan


        • Dejan 18 février 2008 15:21

          Non les albanais ne sont pas des Slaves... Les Kosovars albanophones sont avant tout albanais. On est pas prêt de voir le drapeau bleu étoilé remplacer l’aigle noire sur fond rouge dans les maisons. Ce drapeau est un bluf agité par Thasqi pour amadouer les gogos. Le rattachement à l’Albanie voisine est au programme. Certes il ne se fera pas dans l’immédiat, mais est inéluctable pour des raisons économiques et culturelles. L’UE a intérêt à pousser le Kosovo à intégrer l’espace pour empécher ce rattachement....

          Les combats d’arrière garde de Belgrade sont pitoyables quand on sait que les autorités serbes des années 80 et 90 sont co-responsables avec les extrèmistes kosovars de la situation actuelle. Attention aux vélléités (logiques ?) de sécession du nord kosovo et de la RS enn BiH... Il faut rappeler qu’il existe une forte miniorité albanophone dans le Sud de la Serbie... Bref espérons que Washington par intérêt militaro stratégique et l’UE par flemme intelletuelle et dont l’Allemagne par anti serbisme viscéral n’aient pas ouvert une nouvelle boite de pandore.

          Dejan 


        • Neos 18 février 2008 15:39

          Pourquoi ’mensonge’ ?

          Un accord avait été trouvé sur la "neutralité" de la position de l’UE à propos des confessions, quelles soient ’chretiennes, musulmanes ou israélites" ; si les socialistes francais ont défendu cette position, ils n’étaient pas les seuls à le faire. L’accord fut trouvé au terme de négociations à 27 nonobstant l’avis respectable des conventionnels conservateurs francais présents à la Convention sur l’avenir de l’Europe (VGE n’etait-il pas un digne représentant de la mouvance chrétienne en France ?) que celui des allemands ou des polonais, qui furent egalement écoutés au cours de l’exercice. Enfin, la position sur le respect des confessions et sur l’absence de mention "chrétienne" fut adopté sur la base d’un compromis et le principe du respect des diversités, principe cher à l’UE.

          Le(s) peuple(s) qui souhaiteront quitter l’Union européenne pourront le faire. A ceux ci de prendre leurs responsabilités. Et j’ajoute sans ambage : que les citoyens qui souhaitent se lancer dans l’aventure et réfléchir à une voie alternative pour l’avenir de l’Europe le fassent ! Qu’est ce qui les empeche de penser à une autre manière de construire l’avenir sur notre continent ? J’invite tous ceux et celles qui le souhaitent à s’exprimer sur le sujet. Et à faire entendre leur vision auprès de leurs représentants élus (nationaux et européens) pour s’approprier la question européenne.

          Il est temps d’arreter de se plaindre sur un système qui ne conviendrait pas ou plus et de s’impliquer dans le débat. Il est temps de le dire aux personnes concernées (Votre président, Votre PM, vos députés européens élus... connaissez vous ces derniers au moins ?) et de voter en juin 2009 pour les gens qui défendent vos idées.

          Ou engagez-vous meme dans ce combat. Car là se situe notre défi pour le XXIe siecle en Europe. Et vous parlez des socialistes francais, je ne suis pas sur que ceux ci ont l’envergure pour défendre une vision de gauche à l’echelle de l’UE. Au vu de leur positionnement au sein du PSE, je crains que ceux ci s’apparentent à des socialistes fatigués à l’idéologie dépassée.

           


        • Neos 18 février 2008 17:10

          Vous n’êtes pas sans savoir que la Pologne, la République Tchèque, la Hongrie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie et la Slovénie, + la Bulgarie et la Roumanie sont membres de l’OTAN.

          Le Kosovo ne serait pas + ’base avancee’ sur l’espace européen vis à vis de la Russie que ne le sont déjà la Pologne ou la Slovaquie.

          En affirmant son indépendance, c’est avant tout son entrée sur la scène internationale (et donc sa reconnaissance en tant qu’Etat souverain) que le peuple kosovar marque par cette proclamation du week end dernier.
           


        • masuyer masuyer 18 février 2008 18:58

          non666,

          Les turcs , contrairement aux europeens n’ont JAMAIS DECOLONISE, nulle part.

          Ni sur la terre des hittites, ni en Thrace, ni en albanie, ni a Chypre...

          Comme les anglais ! (Gibraltar, Chypre , Iles normandes, Irlande)

          On peut effectivement faire valoir cet argument. Mais il s’applique alors à la France, non ? (Alsace, Savoie, Flandres, Pays Basque, Franche-Comté, Corse, etc, etc....)


        • ZEN ZEN 18 février 2008 19:26

          @ Johan

          "Franche-Comté" ?....je te vois venir !!

           


        • Neos 19 février 2008 16:25

          Lorsque je dis : arretons de nous plaindre, j’entends proposer que nous reprenions le débat qui avait commencé au printemps 2005 et que les citoyens s’impliquent toujours un peu plus dans le debat européen.

          Ayons des idées constructives, portons le débat européen à bras le corps et proposons à nos élus de discuter sur ce chantier qui est loin d’etre achevé. Pourquoi ceux ci devraient ils continuer à construire l’UE sans consulter les électeurs ? C’est à nous de réclamer le droit de nous exprimer, et pas seulement pour critiquer ou nous plaindre, mais pour proposer des idées constructives pour l’UE.

          Deux chantiers importants doivent etre lancés : l’Europe sociale et fiscale, ainsi que l’Europe politique (a achever.)

          Parlons en. Réfléchissons y. Soyons exigeants sur le debats vis a vis de nos elus et poussons les à l’etre aussi à leur niveau. Exigeons que les medias rapportent sur leurs activités. Voila des actions concretes qui nous permettront d’etre utiles en tant que citoyens à l’evolution du débat européen.


        • mariner valley mariner valley 1er mars 2008 17:29

          Comme de toute facon il n’y a pas beaucoup d’europeens qui savent exactement ce qui se joue dans les bureaux plus qu’opaques. Ca fera comme d’habitude. La commission europenne decide, vous etes d’accord ou pas c’est pas grave. il faudra vous y faire

          Donc les debats et autres discussions c’est du blabla

           


        • Cascabel Cascabel 18 février 2008 12:27

          Aucune.

          Le Kosovo sert de plaque tournante pour le trafique d’héroïne. Nous ne sommes pas uniquement dirigés par des lobby, mais aussi par des criminels de la drogue. Les Français ont été idiots en 1999 en gobant sans piper le concept de guerre humanitaire. Ils ont donné carte blanche aux mafias qui nous dirigent.

          A cela il faut bien le dire, s’ajoute une profonde haine du christianisme. Presque tout le patrimoine chrétien du Kosovo est parti en fumé et cela n’a visiblement pas choqué nos chancelleries.


        • Neos 18 février 2008 13:01

          "Le kosovo indépendant est une volonté des USA pour des raisons géo stratégiques"

          D’où tenez vous cela ? Quelles raisons géostratégiques ? Nous sommes intéressés de vous lire.

          Bien à vous.

           


        • Cascabel Cascabel 18 février 2008 13:09

          Le général Gallois l’explique en détail dans son ouvrage : Bosnie, le sang du pétrole.


        • Neos 18 février 2008 15:42

          Je lis plus volontiers les ouvrages et écrits du Gal Philippe Morillon (Croire et oser : chronique de Sarajevo, chez Grasset ), mais je respecte vos lectures.


        • Cascabel Cascabel 18 février 2008 16:36

          Morillon : un vendu.

          Gallois : un résistant de la seconde guerre mondiale, proche de Gaulle.


        • stradiuvarius 21 février 2008 00:08

           

           ""Mais finalement ,quelles différences entre mafia criminelle et mafia politico- financière ?"

          Très bonne remarque.

          D’ailleurs, n’est il pas vrai que l’économie Turque (donc son PIB) est aujourd’hui pour moitié viciée par la Mafia et ce que d’aucun appelle pudiquement l’économie souterraine/parallèle.
          Pensez donc l’aubaine pour Erdogan que de voir le contribuable européen assainir et blanchir par ses deniers l’institutionnalisation Mafieuse qui gangrène et gonfle artificiellement les résultats "encourageants" du pays !

           


        • joseW 18 février 2008 12:19

          Bon article.

          Dans le cadre du Nouvel ordre mondial, on assiste à l’émiettement programmé des Etats de l’Europe en ethno-régionalismes... que l’on pourrait résumer par la devise : Diviser pour régner.

          Il se pourrait aussi que cette région serve de laboratoire pour d’autres secteurs du Monde où 2 ethnies s’opposent violemment sur un même territoire...

          Pour aller un peu plus loin sur ce sujet :


          • Neos 18 février 2008 13:03

            Diviser pour régner.

            Est ce à dire que la ’décolonisation’ (liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes) fut l’exercice grandeur nature d’un principe visant à la division des grands empires coloniaux du XIXe siècle ?

            Seriez vous nostalgique des périodes coloniales ancestrales ?

             


          • Cascabel Cascabel 18 février 2008 13:25

             

             @ néo-nato

            L’URSS a joué son rôle dans la décolonisation française. Que cela vous plaise ou non la géo-politique n’est qu’une affaire de rapport de force. La morale c’est pour après, pour justifier ce qui c’est fait.

            En plus vous mélangez tout. Ce fameux droit dont vous parlez était réservé aux pays coloniaux or le Kosovo n’a JAMAIS été une colonie puisque c’est une province de la Serbie, tout comme la Seine St Denis fait partie de la région parisienne. Faire une guerre pour modifier les frontières d’un pays est contraire au droit international et européen. Avec votre doctrine c’est la guerre partout.

            Bonjours les dégâts !

             


          • Neos 18 février 2008 15:52

            Casoabel,
            nous ne sommes pas ici pour être impolis, je vous prierai donc de bien vouloir respecter mon nom, tout comme je respecterais le votre.
            Merci.

            Ceci étant dit, je ne pense pas mélanger quoi que ce soit dès lors que mon approche est celle d’une lecture juridique de l’évolution de la société internationale.

            Le droit des peuples à disposer d’eux même est un principe fondamental du droit de la paix (je vous invite à vous documenter sur la question sur le site des nations unies : http://www.un.org/french/aboutun/charte/chap7.htm) et régit le droit international depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et particulièrement depuis l’implosion du bloc sociétique et la fin de la guerre froide. Vous le savez, je l’espere, tout aussi bien que moi.

            Votre comparaison avec la Seine St Denis pourrait tenir si vous n’ommetiez pas un détail qui n’en est pas un puisqu’il est essentiel : si le Kosovo se sépare de la Serbie, c’est bien parce que le PEUPLE kosovar en a émis la volonté, et s’est érigé en peuple souverain. Il est evident que les habitants de Seine St Denis n’ont pas, à ma connaissance, de volonté séparatiste ou d’indépendance de la nation ’France’(...)

            Le droit de la paix est le droit en vigueur actuellement et celui que vous évoquez (le droit de la guerre) n’est plus d’actualité dans la doctrine depuis ... de nombreuses décennies désormais.

            Et heureusement ! 


          • Cascabel Cascabel 18 février 2008 17:17

            Je n’attache aucune importance à mon nom et si ça vous amuse de le transformer je ne vous en voudrais pas (sauf insulte grossière). Pour vous aider, un certain Poète des Tavernes avait trouvé Cascaclous, que j’ai à mon tour modifié en Casque à Clous. Si vous trouvez autre chose vous êtes le bien venu.

            Revenons à nos moutons.

             Notre point de discussion porte ici sur la légitimité de notre pays à soutenir des sécessionnistes, après leur avoir prêté main forte militairement et idéologiquement.

             Je vous parlerais sans détours, le jour où une puissance étrangère s’amuse a armer des sécessionnistes en France je lui fait la guerre. Cela s’appelle de l’ingérence dans les affaires intérieures d’un état souverain.

            Ensuite contrairement à ce que vous affirmez il n’est dit nulle part qu’un peuple peut prendre congé d’un pays sur une décision unilatérale. Ce serait aussi illogique qu’absurde. Mettons qu’une région en France peuplée d’artisans furieux de payer trop d’impôts décide faire sécession, et ce avec une majorité écrasante. Feriez-vous appel aux armées de l’OTAN pour obliger la France à reconnaître leur nouveau pays ?


          • stradiuvarius 21 février 2008 01:19

            Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, c’est le XVIII ème siècle sous la férule des "lumières" qu’il a été inventé menant au "printemps des peuples" un siècle plus tard c’est à dire 1848 .....

            Le XIXème est singulièrement celui des Empires (coloniaux ou pas) - Ottoman, Prussien, Austro-Hongrois, Napoléonien dont la dislocation invitera soit dit en passant les Européens aux 2 boucheries mondiales du XXème. Première remarque donc, le Droit des peuples "à disposer d’eux mêmes" implique et questionne aussi et dans un premier temps celui de la légitimité ou de la Légalité. Le tout étant clairement de savoir ou de déterminer ce qui constitue ses caractéristiques puisque le Non état de guerre et la pacification permanente suffisent à priori à Bruxelles à répondre dans l’affirmative à toute demande formulée dans ce sens ?

            Ce qui pourrait constituer un précédent concernant les Basques, les Corses, les Alsaciens, les Gallois, les Ecossais ou les Frisons étant entendu que la simple éxistence d’une communauté soudée et rassemblée autour d’une langue, d’un Dieu ou d’un passé quand bien même fantasmagorique semble satisfaire au éxigences régionalistes des Technocrates.

            Concernant le Kosovo quel est il précisément ? Sur quoi se repose-il ? l’origine albanophone, ? le socle religieux commun ? la cristalisation de la Haine éprouvée à l’endroit des Serbes ? l’Histoire ? Ou tout simplement la supériorité du nombre puisque qu’il s’avère que les Serbes y sont minoritaires aujourd’hui (10 %) ?

            Et Pourquoi dans le même ordre et sous les mêmes hospices ces derniers ne demanderaitent-ils pas une indépendance de principe au kosovo naissant dans les régions du Nord du "pays" ou ils sont (toujours) majoritaires sous prétexte que ces derniers souhaitent AUSSI rester entre eux ?

            Comment l’UE va t elle réussir à refermer la boite de Pandore qu’elle a négligemment et de manière criminelle réouverte au regard de l’histoire et pour le compte d’un pouvoir qui reste pour elle introuvable puisque les grandes nations européennes (aidées par les responsables citoyens que nous sommes) lui disputent voir lui baffouent ce droit ?

            Lamentables tartuffes !

             


          • Gzorg 18 février 2008 12:44

            Vivement que la France sorte de ce machin....

            Ce monstre Faschiste qu’est l’Europe, ce monstre qui crache ouvertement sur le vote des peuples, ce monstre qui impose des constitutions que les peuples rejettent, ce monstre qui nous impose une doctrine economique dont nous ne voulons pas, ce monstre qui chaque jour nous appauvris et nous precarises, ce monstre qui ne sait que courber l’echine devant les USA.

             

            Franchement le premier homme politique qui me parle sérieusement de quitter l’Europe , même si il est aux antipodes de mes idées , je voterais pour lui.

            Que le Kosovo , rejoigne ou pas l’Europe m’importe peu, que la France quitte cette excroissance cancereuse m’importe beaucoup plus.

             

             


            • Neos 18 février 2008 13:04

              Le France et les francais seront libres de se retirer de l’UE dès l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne (si toutefois l’ensemble des Etats membres le ratifient). Le traité le permettra.

              Serez-vous favorable au retrait de la France des traités en ce cas ?


            • Gzorg 18 février 2008 15:13

              Oui sauf retournement historique de tendance.

               

              Fin totale de l’élargissement

              Rejet annoncé de la Turquie

              Mise en place d’un debut de protectionisme européen

              Fin de la prise en charge d’une défense par seulement deux pays (L’angleterre et la France)

              Remise en compte de l’alignement inconditionnel sur les USA et particulierement de l’Otan.

              Fin de l’independance de la banque central Européenne

              Mise en place d’une politique etatistes sur les grands projets de recherches ou de devellopement industriel.

              Retour de souverainete des etats sur tout les secteurs stratégiques ( Energie, Nucléaire, transports, recherche stratégique et militaire)

              Loi anti lobbiying au niveau et pour le parlement Européen.

               

              je peux toujours esperer, mais apres 20 ans de suivisme aveugle, je doute fortement d’un retour de situation...donc oui en sortir le plus vite possible et ratraper nos retard sur les pays Européens qui sont restés en dehors...

               

               


            • Neos 18 février 2008 15:54

              Fort bien.

              je vous invite donc à voter en ce sens lors des élections de juin 2009. Et exprimer votre souhait citoyen de retrait de l’UE à travers votre vote.

               


            • mariner valley mariner valley 1er mars 2008 17:35

              Ouep j’aimerais bien voir ca quel pays pourra survivre plus de 2 ans a une sortis de l’union.

              Non mais faut arreter de rever, un pays qui rentre dans l’EU meme s’il le peut techniquement parlant ne sortira pas ca signerait son arret de mort. Alors il est ou le choix. tu rentres mais tu peux pas sortir.

              Je suis tres pro-europeen mais la je trouve que ce qu’on veut construire s’assimile plus a une prison d’oree ou les decisions sont prises par une poignee et non par une majorite de citoyens.

               


            • Cascabel Cascabel 18 février 2008 12:59

              Note :

              En 1999, je m’en souviens très bien, beaucoup de Français approuvaient les bombardements, bien plus que pour l’Irak. Beaucoup, de droite comme de gauche, répétaient à plus soif le discours officiel de haine contre le peuple serbe. Suivant un processus schizophrène ils voulaient massacrer du Serbe au nom de l’antiracisme. Toujours schizos, mes chers compatriotes, se sont trouvés incapables d’éprouver la moindre émotion lorsque les Albanais fanatiques ont chassé 80 pour cent des Serbes de la région (la guerre qu’ils approuvaient était censée être menée au nom du multiculturalisme). 

              Après la mise à jour des mensonges du 911et de la guerre d’Irak, ne serait-il pas temps de comprendre ce qu’il c’est réellement passé en Yougoslavie ?

               


              • Neos 18 février 2008 13:07

                Les francais connaissent de moins en moins bien l’histoire.

                Replongeons nous en 1914. Même pas un siècle. De quel coté se trouvait alors la Serbies, dites moi ?

                Du coté de la France, de la Grande Bretagne et de la Russie. (..)

                Cela dit, peut on cautionner un discours aussi rétrograde que celui que prononca M. Milosevic sur les terres de Kosovo en 1987 ?

                 

                 


              • Cascabel Cascabel 18 février 2008 13:50

                En 1987 le président Milosevic a tenu un discours en faveur des Serbes car ceux-ci étaient persécutés par les Albanais grâce aux lois communautaristes de Tito. Milosevic voulait que cela cesse. Il voulait une Yougoslavie unie, où chacun jouisse des mêmes droits et devoirs.

                Ce qui est rétrograde c’est d’armer des groupes terroristes comme l’UCK pour semer la terreur dans une région.

                 Ce qui est rétrograde c’est de bombarder des hostos, des marchés aux heures d’influence, des écoles, des usines, etc.

                Ce qui est rétrograde c’est de rapter un chef d’état démocratiquement élu et de l’assassiner dans ses geôles.

                Ce qui est rétrograde c’est de pratiquer la politique du mensonge en prenant les gens pour des c… et en faisant en sorte à ce qu’ils le deviennent pour de bon


              • ronchonaire 18 février 2008 14:00

                Cascabel,

                Milosevic ne voulait pas "une Yougoslavie unie, où chacun jouisse des mêmes droits et devoirs." Il a au contraire abrogé toutes les lois donnant les mêmes droits à tous les yougoslaves pour faire de certaines minorités (albanais, bosniaques, roms) des citoyens de seconde zone.

                Savez-vous par exemple que pendant les 10 ans qui ont précédé la guerre (années 90), les kosovars-albanais n’avaient accès ni à l’éducation, ni à la santé ? Il va de soi qu’ils n’avaient pas non plus le droit de vote. Ce n’est pas vraiment ce que j’appelle "une Yougoslavie unie, où chacun jouisse des mêmes droits et devoirs."


              • Cascabel Cascabel 18 février 2008 14:31

                Absolument faux.

                Les Albanais du Kosovo jouissaient au contraire de lois d’exception les favorisant outrageusement par rapport aux autres Yougoslaves. Ces lois avaient été instaurées sous Tito afin de renforcer le parti communiste en affaiblissant le peuple majoritaire et historiquement dominant : les Serbes.

                Après que les Albanais se soient alliés aux forces de l’Axe et en aient profité pour massacrer et chasser des Serbes du Kosovo, Tito après la guerre, au lieu de renvoyer les occupants les a aidé a rester. Ensuite il leur a donné des pouvoirs de semi-autonomie a intérêt unilatéral. Les Serbes de leur côté n’étaient plus chez eux. Ces lois communautaristes permettaient aux Albanais de malmener les Serbes, qui du coup fuyaient la région.

                Ce qu’a fait Milosevic c’est au contraire d’aligner les Albanais sur les mêmes lois et règles que le reste des Yougoslaves. Il a également promis aux Serbes le droit de vivre en sécurité, où est le mal à cela ?

                Trouvez-moi un article de loi réalisé par le président Milosevic prouvant une quelconque discrimination à l’égard des Albanais...je serais curieux de voir.

                Quand on accuse un chef d’état de ce genre de choses il faut pouvoir le prouver, autrement c’est de la calomnie.

                 


              • Cascabel Cascabel 18 février 2008 14:46

                Plutôt que de moinsser, trouvez moi UN article de loi, ce sera plus convainquant.


              • Neos 18 février 2008 16:06

                Il me semble en effet, Ronchonnaire, que Cascabel a une lecture de l’histoire assez singulière. Sur le Champs des Merles, lors de ses allocutions à la fin des années 80’, M. Milosevic reprit à son compte le nationalisme serbe en se présentant maintes fois comme le "père protecteur de tous les Serbes" (...) 

                Le 28 mars 1989, devenu président de la Serbie, M. Milosevic réussit à faire adopter une révision de la Constitution de la république de Serbie. Cette modification constitutionnelle privait les provinces du Kosovo et de la Voïvodine de l’autonomie dont elles jouissaient depuis 1974 (tiens, où se trouve ce beau discours sur la pluralité de la communauté yougoslave ??).

                Le gouvernement et le parlement du Kosovo furent suspendus par la Serbie en juin 1990 au nom de l’histoire serbe.

                Quelques mois plus tard, réunis clandestinement, les députés kosovars proclamèrent la souveraineté du Kosovo... qui ne fut évidemment jamais reconnue par Belgrade. Il faudra attendre le mois de février 2008 pour que l’histoire rattrape ces errements du passé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès